Les Crises Les Crises
5.novembre.20205.11.2020 // Les Crises

Présidentielle 1995 : Quand le Conseil constitutionnel manœuvrait pour valider les comptes de campagne de Chirac et Balladur

Merci 128
J'envoie

Source : Cellule d’investigation Radio France

Le Conseil constitutionnel a manœuvré pour valider les comptes de campagne de Jacques Chirac et d’Edouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995, malgré de nombreuses irrégularités constatées. Plongée inédite dans les archives de l’institution présidée à l’époque par Roland Dumas.

Lire l’enquête complète sur France Inter

La Cellule Investigation de Radio France a enquêté sur les comptes de la campagne présidentielle de 1995, en se plongeant dans les archives du Conseil Constitutionnel. Ces dernières révèlent qu’Edouard Balladur et Jacques Chirac ont allègrement dépassé le plafond de leurs comptes de campagne lors de la présidentielle de 1995, et qu’ils ont même été aidé en cela par le Conseil Conseil Constitutionnel.

Des informations découvertes dans les archives même du Conseil constitutionnel, gardées secrètes 25 ans, et accessibles depuis 10 jours à peine, à travers deux types de documents : les comptes rendus des séances où sont retranscrit les échanges, et les rapports, la comptabilité.

Lire l’enquête complète sur France Inter

Source : Cellule d’investigation Radio France – 20/10/2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 05.11.2020 à 08h37

Il a pu être vu à de nombreuses reprises que le conseil constitutionnel ne défendait pas vraiment la constitution mais des intérêts soit particuliers ou dogmatiques alors s’étonner de cela quand il n’a pas fait son devoir de protéger l’intérêt de la nation.

On autorise même des gens avec un casier judiciaire d’y siéger alors qu’un fonctionnaire doit à minima fournir ce casier vierge ou perdre son emploi, étonnez vous que les décisions autorisent que l’on trafique les comptes de campagne encore récemment beaucoup de questions et peu de réponse sur des déclarations de patrimoine :

https://www.les-crises.fr/suspicions-sur-les-patrimoines-des-candidats-retour-sur-le-cas-macron/

13 réactions et commentaires

  • Fabrice // 05.11.2020 à 08h37

    Il a pu être vu à de nombreuses reprises que le conseil constitutionnel ne défendait pas vraiment la constitution mais des intérêts soit particuliers ou dogmatiques alors s’étonner de cela quand il n’a pas fait son devoir de protéger l’intérêt de la nation.

    On autorise même des gens avec un casier judiciaire d’y siéger alors qu’un fonctionnaire doit à minima fournir ce casier vierge ou perdre son emploi, étonnez vous que les décisions autorisent que l’on trafique les comptes de campagne encore récemment beaucoup de questions et peu de réponse sur des déclarations de patrimoine :

    https://www.les-crises.fr/suspicions-sur-les-patrimoines-des-candidats-retour-sur-le-cas-macron/

      +30

    Alerter
  • yack2 // 05.11.2020 à 08h59

    Euh…..La cellule investigation radio France n’a rien trouvé sur Léon Blum, rien de plus récent ? Aaaaaaaaaaah si, ils ont trouvez 5 factures, qu’ils trouvent trop chères dans la campagne de Mélenchon…..Sur Macron…Ben y cherchent encore…les nom des donateurs, l’immatriculation de sa vieille 4L de son patrimoine, et…..bon …on a trouvé quelques petits rabais…Mais rien de grave…PFFFFFFFFFFFFFFFF

      +21

    Alerter
    • Brigitte // 05.11.2020 à 11h41

      Il faut toujours attendre au moins une génération pour dévoiler les affaires. Celles de Macron seront dévoilées en 2050….Ceux qui auront alors entre 20 et 50 ans, ne l’auront pas ou très peu connu, vu qu’il va certainement dégager en 2021….non?

        +14

      Alerter
  • Rémi // 05.11.2020 à 09h32

    S’apercevrons nous que ce faisant on a légalisé l’argent des puissances étrangères dans les campagnes ? Cela nous a fait passer dans une république bananière.
    Ces gens ont trahi la France et devraient le payer de très lourdes sanctions.

      +11

    Alerter
  • RGT // 05.11.2020 à 10h30

    Le « conseil constitutionnel » n’est qu’un simple pantin qui ne sert qu’à valider « officiellement » les décisions des « élites ».

    Il suffit simplement de regarder de près quels sont ses membres pour en être convaincus.
    Nommés par les « élites », ils ne vont surtout pas se rebeller contre ceux qui leur permettent de pantoufler avec une rémunération dépassant largement les limites de l’indécence.

    Comme tous les « services de l’état » d’ailleurs qui ne sont pas au service de la population mais à celui de ceux qui détiennent réellement le pouvoir, qu’il soit « officiel » ou non.

    Tant que nous seront sous la coupe d’une « république » il en sera ainsi, la « sécurité de l’état » n’étant pas celle de la population mais uniquement celle des petits malins qui ont réussi à s’approprier les manettes du pouvoir.

    Quand on regarde ce qui s’était déjà passé dans la république de Rome, tant idéalisée, on se rend compte que rien n’a changé : Les « élites » se sont débrouillées pour virer la plèbe et détiennent sans partage la violence « légale » (pas légitime) qui leur permet d’asservir toute la population en abusant de la violence policière, militaire, judiciaire et bien sûr médiatique afin de supprimer toute possibilité de contestation.

    Quand Jules César a pris le pouvoir il s’est simplement contenté de se placer au dessus de ces « élites », la population ayant été évincée depuis bien longtemps de toute possibilité de déterminer son destin.
    Une simple révolution de palais.

    Les « républiques démocratiques » occidentales ont toutes les chances de suivre le même chemin, Napoléon ayant été le précurseur de l’époque « moderne » de cette tradition ancestrale.

      +19

    Alerter
    • JT // 05.11.2020 à 21h21

      Le problème d’une diatribe de ce genre est qu’elle n’aboutit à aucune proposition alternative. Faire le parallèle historique avec Rome ou d’autres époques, c’est bien. Mais quel système proposons nous pour tempérer la voracité d’une classe dirigeante kleptocrate qui se reconstitue à ma connaissance dans tous les régime politiques qui ont été essayés à une certaine échelle ? L’avantage de la république, c’est que vous avez encore le droit, ou même le privilège, de la critiquer…

        +0

      Alerter
      • raoul // 05.11.2020 à 22h13

        comme la république populaire de chine, par exemple ?

          +2

        Alerter
  • FPOLE // 05.11.2020 à 10h59

    Je me souviens très bien que les comptes de campagne de Balladur et Chirac avaient déjà fait l’objet d’articles à l’époque. On savait parfaitement qu’il y avait de petits arrangements entre amis.
    De mémoire, Chirac était juste en dessous du plafond autorisé à 500 francs près, Balladur expliquait que les 10 millions de francs en billets de 500 francs provenaient de la vente de tee-shirts et pin’s « les jeunes avec Balladur ».
    Plus c’est gros, mieux ça passe.
    Par contre, pour démontrer que les vérifications ne sont pas d’aimables plaisanteries, les comptes de Cheminade avaient été invalidés au motif qu’il n’avait pas intégré un prêt de 2000 francs, contracté auprès d’un ami.

      +16

    Alerter
  • Savonarole // 05.11.2020 à 13h47

    Ha la campagne 95, les valises de cash de Françafricaines , les opérations en sous-marin qui finissent mal , les ventes de T-Shirts « édouard président » qui finances des millions … c’est là qu’on se rends compte qu’en fait , le nouveau monde c’est juste faire en sorte que ce genre de détails ne sortent plus du vivant des coupables.
    On s’amuserait un peu trop à parler de la « commission nationale des comptes de campagne » mise en place depuis pour « vérifier » les comptes et qui laisse fuiter opportunément les factures qui arrangent le pouvoir en place en en cachant d’autres au motif de « on va pas revoter quand même » … bah si les gâteux , si c’est pourri ; on jette les coupables au cachot et on recommence avec des mecs propres , sinon en trois mois , on met le pays dans la rue … ou à la rue au choix ; la preuve …

      +10

    Alerter
  • Julie Péréa // 05.11.2020 à 15h16

    Bien sûr rien n’est dit de l’injustice faite au plus petit candidat pour l’équivalent de 150 000€, Jacques Cheminade.

      +15

    Alerter
    • Croz // 05.11.2020 à 19h28

      Rien d’étonnant, quand on se rappelle comment France Inter, en la personne de l’inénarrable Pascale Clark, avait « accueilli » Cheminade en 2012…

        +3

      Alerter
  • Paul // 08.11.2020 à 10h47

    merci SankuKai pour ce rappel historique
    aujoud’hui remplacée par une brave Lea ou d’autres.
    Avec le recul ce genre de fausse interview est encore plus une vision surnaturelle de la profession.
    Mme le juge, … quel beau sang froid de l’intervenant.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications