Les Crises Les Crises
12.avril.202012.4.2020 // Les Crises

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

Merci 1017
J'envoie

Source : Atlantico , Arnaud Benedetti

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a provoqué la polémique en déclarant que les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 sont celles qui n’avaient pas respecté le confinement.

Atlantico : « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté », a déclaré le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui a rapidement provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux et dans la classe politique. En tant qu’expert en communication, que pensez-vous de ce dérapage (étant donné qu’il n’en est pas à son premier) ? Comment se fait-il qu’à part un court communiqué de Christophe Castaner le gouvernement ne se soit pas indigné ?

Arnaud Benedetti : Les provocations verbales du Préfet Lallement sont devenues un marronnier de la République. Elles infectent la parole d’Etat, elles abîment l’image des forces de l’ordre, elles nuisent à celle de ce grand corps qu’est le corps préfectoral, et dans les circonstances actuelles elles sont, il faut le dire, insupportables car elles sont fausses factuellement, appartenant au registre d’une forme de fake-news d’Etat, elles sont enfin insultantes moralement. Nous assistons de facto depuis le début de cette crise à un recul, sous couvert d’impératif sanitaire, de l’indignation citoyenne. Celle-ci au demeurant est stigmatisée au nom de la cohésion nationale que les autorités et un certain nombre d’éditorialistes « organiques » ne cessent d’invoquer à l’épreuve de la crise. Tout se passe comme si sous le choc du confinement, en quelques jours, la sidération acculturait une partie de l’opinion à une certaine « servitude volontaire ». Pour le dire simplement, nous remettons nos libertés dans les mains d’un « Léviathan » censé nous protéger. Cette atmosphère développe une sensibilité de résignation au pire, d’attentisme au mieux qui rend peu audible pour le moment les paroles de questionnement. Le Préfet par ses mots aussi stupides qu’inconvenants a laissé parler un inconscient d’Etat particulièrement préoccupant. Il s’est cru autorisé par cet arrière-fond à monter d’un cran dans l’échelle de la transgression dont il est coutumier. Ceci étant, l’expression restant libre, les réseaux sociaux aidant aussi, l’énormité de ses déclarations a provoqué un tollé salutaire. D’où le communiqué de presse de son ministre qui a fait le service minimum en matière de rappel à l’ordre. C’est très nettement insuffisant car cela apparaît comme un artifice communicant visant à couvrir un comportement indécent.

Quels sont les risques – à court terme comme à long terme – de cette parole pour le gouvernement ? Doit-il débarquer Didier Lallement afin de tenir le cap ?

L’exécutif fait le pari que le flux continue et permanent de l’actualité consommera le dérapage de ce Préfet. C’est possible à court terme. Mais c’est oublier que les opinions disposent d’une mémoire qui met en pause certes pour mieux sédimenter et conserver. C’est la réputation de la bienveillance étatique que le pouvoir souhaite mettre en scène, notamment à travers la parole toujours soignée du Premier ministre, qui est mise à mal à travers cette « sortie » du préfet. Ce dernier, par sa fonction, est le délégataire du logos de l’Etat. Il ne peut en aucun cas jouer son propre registre, sauf à contredire la partition générale, la tonalité d’ambiance de ses donneurs d’ordre. On a déjà vu dans cette période exceptionnelle ce que l’absence de maîtrise rhétorique de la porte-parole du gouvernement avait suscité comme controverses. Être un homme ou une femme publique, à fortiori en situation de responsabilité, nécessite de résister à la pression et de discipliner son expression. Le problème du Préfet de police c’est qu’il est un récidiviste, et qu’il s’arroge en outre une liberté de ton absolument rédhibitoire au regard de son devoir de neutralité. Ce professionnel de l’ordre public entretient un désordre communicant que seul son remplacement permettrait de réparer.

Didier Lallement a, vendredi dans l’après-midi, présenté ses excuses. Le gouvernement devrait-il en finir avec les paroles non contrôlées et ne pas tout accepter ? N’en sortirait-il pas renforcé ?

Ce rétropédalage n’efface en rien le fait déclencheur. Car encore une fois, Il n’en est pas à son « coup d’essai ». L’un des problèmes de l’exécutif c’est que les exigences de civisme et de maîtrise qu’il sollicite des français et des oppositions en ces temps indéniablement complexes, il ne l’exige pas de ses serviteurs. Les mots d’excuse du Préfet sont le produit d’une ingénierie communicante qui s’efforce d’éteindre la polémique. Ils apparaissent pour ce qu’ils sont : un exercice de com’ insincère. Il ne suffisait pas de faire avaler sa casquette au préfet, il eut fallu la lui faire raccrocher au vestiaire. Un acte d’autorité eut été mille fois plus efficient que de molles paroles de repentance. Les Français sont entravés dans leur liberté de circuler, pour certains d’entre eux la visibilité de leur avenir est une source légitime d’angoisse ; faut-il en plus les stigmatiser pour une situation dont ils ne sont pas responsables ?

Source : Atlantico , Arnaud Benedetti

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 12.04.2020 à 11h37

Pas sûr. Les gens s’habituent à l’ignominie. Il peut très bien devenir la nouvelle norme.
Tout le monde où presque s’est très bien habitué à ce que la langue française soit massacrée, à ce que le niveau académique s’effondre, à ce que les journalistes deviennent des analphabètes incapables du moindre raisonnement. Il sera très possible de s’habituer à ce que la police présente exclusivement le visage stupide et méchant du kapo de service. Hélas.

81 réactions et commentaires

  • Kolia // 12.04.2020 à 11h24

    Ne le virez SURTOUT pas !
    Gardez le bien jusqu’aux prochaines élections présidentielles, où il contribuera, j’espère, à votre éradication des urnes.

      +37

    Alerter
    • Alfred // 12.04.2020 à 11h37

      Pas sûr. Les gens s’habituent à l’ignominie. Il peut très bien devenir la nouvelle norme.
      Tout le monde où presque s’est très bien habitué à ce que la langue française soit massacrée, à ce que le niveau académique s’effondre, à ce que les journalistes deviennent des analphabètes incapables du moindre raisonnement. Il sera très possible de s’habituer à ce que la police présente exclusivement le visage stupide et méchant du kapo de service. Hélas.

        +96

      Alerter
      • Kolia // 12.04.2020 à 12h00

        Je crains que vous ayez raison (d’où mon « j’espère », dans mon commentaire initial).

          +12

        Alerter
        • Owen // 12.04.2020 à 13h13

          Je me faisais le raisonnement de Kolia avec Sibeth (elle, c’est le versant niais, mais il y a un adage, n’est-ce pas, sur la bêtise et la méchanceté).
          Je n’ai pas l’esprit assez tordu pour pousser le raisonnement aussi loin qu’Alfred, à qui je donne raison.
          Macron, évidemment, il le maîtrise parfaitement, cet esprit tordu. D’ailleurs, je n’ai jamais été d’accord avec ceux qui disent que Macron est idiot, y compris un Emmanuel Todd. Je n’ai toujours pas trouvé d’intellectuel qui a su lire l’intelligence particulière de Macron, il me semble que Lordon y soit le plus proche.

            +19

          Alerter
          • Frexit // 12.04.2020 à 15h12

            Intelligemment méchant, méprisant, nocif, etc

              +21

            Alerter
            • Jerome_Montreal // 13.04.2020 à 00h21

              Mais non … C’est juste le président du BDE ; il pourrait juste et tout simplement avoir l’honnêteté de le reconnaitre, au moins implicitement. Les vrais tauliers sont à Bruxelles, où ils auront été nommés, mais pas élus …

                +4

              Alerter
          • Bats0 // 12.04.2020 à 19h07

            « Je n’ai toujours pas trouvé d’intellectuel qui a su lire l’intelligence particulière de Macron, il me semble que Lordon y soit le plus proche. »
            Il y a surtout Juan Branco qui sait le lire parfaitement, ayant partagé les mêmes sollicitudes de cette « élite » qui semble être au désarroi, avec cette pandémie, à laquelle il ne s’attendait pas du tout (voir les dernières déclarations du medef, qui demande une reprise du travail dans les plus bref délais, eux les planqués par rapport à cette « nouvelle faucheuse »).

              +22

            Alerter
            • Catalina // 12.04.2020 à 21h49

              macron n’est pas intelligent, il est pervers, ce qu’en disent les gens qui ont le malheur de le côtoyer » il se sert de vous et puis vous jette »
              ça en dit long sur ce pur produit d’une idéologie où l’égoîsme narcissique est paré de vertu.

                +23

              Alerter
            • Owen // 13.04.2020 à 08h53

              Branco a magistralement démontré que la caste des serviteurs de l’État a muté en commissaires priseurs, les ennemis. Il se trompe cependant concernant Macron (« il a repassé 3 fois l’ENA… »).
              Un pervers ou psychopathe sont très intelligents. Mais je ne m’intéresse pas, ici, à la psychologie de Macron.
              C’est un enfant des spots publicitaires, que les générations précédantes ont laissés. Le « Ça c’est vrai, ça » de la mère Denise, ou le « Grand-père, grand-père » des saucisses champêtres Herta. Le monde du faux au point qu’on sait plus ce qu’est le vrai. Macron est le Jean Dujardin de 99F (sans ses pensés suicidaires, il va très bien).
              Sa campagne électorale était une pure opération marketing: un programme politique ne sert pas à améliorer la vie des français (c’est une blague, voyons), mais à plaire aux segments de population (« en mène temps »).
              Lordon a fait une suite d’articles sur la destruction du langage, moyen ultime de pouvoir. Les présidents d’avant, mentaient en tortillant des fesses. Macron: « J’assume parfaitement de mentir » par la bouche de Ndiaye. Il sait bien que les sentiments sont faux (à minima piegeants). Il gère très bien l’épidémie: « C’est la guerre ». On est tous aux abris, haro contre ceux qui posent d’autres questions. La suite de comm.est prête: « J’annonce un Plan Marshall Européen de reconstruction ». A défaut: « la reconstruction de l’État français » (bof, rien à f…).
              (suite)…

                +12

              Alerter
            • Owen // 13.04.2020 à 09h05

              Il a compris comment on fonctionne, on n’a pas compris comment il fonctionne.
              Dit autrement: il était inéluctable. Il est celui qui convient à l’enfer qui vient et qu’on ne voit pas. Le Pen, c’est du pipi de chat: elle n’a pas le smile et n’a rien compris.
              Et ce n’est pas le problème de son programme ou qu’il est fasciste, c’est la maîtrise du faux qu’il étend aux autorités de la République et aux « intellectuels » qui n’arrivent plus à penser avec des concepts tous tronqués. « Les masques arrivent », « La direction des polices enquêtent »: donc c’est bon…Bah, non. Les chiffres des morts du Covid sont faux. Etc… On gère de plus en plus avec du faux.
              Lui, il a son agenda, ses ambitions, mais qui ne concernent pas les préoccupations de la République.

                +3

              Alerter
            • Rémi // 14.04.2020 à 09h59

              Macron applique le logiciel de la république francaise:
              Protéger les gens de biens. Entendez « qui ont du bien » contre tous les risques y compris celui de revers de fortune.
              Il faut pour cela que les pauvres restent à leur place et les riches à la leur: « Les pauvres c’est fait pour être très pauvres et les riches très riches »
              De cette manière vous avez un pays organisé: « Un pays ou la majorité silencieuse travaille et ou la minorité dirige et est entretenue par cette majorité »
              Vous remarquerez qu’il n’y a aucune limitation à l’entretient.
              L’obkjectif final étant de revennir á une société où les riches et ceux qui font tourner la machine productive (Une minorité L’ONU annonce que l’industrie tournera avec 5% de la population active mondiale en 2050) pourrons à nouveaux accéder au luxe suprème: Les domestiques.
              Combattre cela suppose une politique de prélevement et de répartition des revennus extrémement forte, Hors il n’y a rien dans ce système productif qui y contraingne. D’où l’assurance vie prise par l’oligarchie mondiale de répartir les chaines de production au quatre coins du monde de telle sorte que le moins disant soit batit dans le système ce qui conduira finalement à la « Bonne structure sociale ».
              Evidement ainsi faute de marché le systéme économique ne sera pas aussi rentable qu’avec une répartition des revennus qui entretient la demande, mais ce n’est pas grave le bénéfice social compense la perte économique. Lisez Sade: « Il faut le spectacle du pauvre pour apprécier son bonheur. »

                +1

              Alerter
      • Tepavac // 12.04.2020 à 14h40

        Malheureusement.
        Le fait est qu’il n’y a plus d’unité nationale. Le cosmopolitisme et le multiculturel empêchent l’adhésion a une conviction commune.
        La Déclaration, socle de cette unité a été dénaturé d’abord à Maastricht, puis detruite à Lisbonne. Ne reste que la déclaration des droits de l’hommiste, mais sans la garantie et la proction des droits du Citoyen.
        Le Roi protegeait la Constitution, on la remplacé par les Droits du Citoyen, qui symbolisaient la souveraineté du peuple. Ne reste que le diktat de la commission.

        Tres bon article.

          +21

        Alerter
        • JEAN DUCHENE // 12.04.2020 à 19h10

          « le cosmopolitisme et le multiculturel » des expressions qui ont un fumet d’extrême droite. Ce n’est pas le « cosmopolitisme » qui empêche une conviction commune mais les conflits de classes.

            +11

          Alerter
          • tepavac // 12.04.2020 à 20h30

            C’est dans votre tête que ça fume mon cher monsieur.
            Je ne fais que constater une situation globale.

            Ni le cosmopolitisme, ni le multiculturel ne poserait un quelconque problème de cohésion nationale, si le socle du contrat sociale, la Déclaration de 1789, n’avait pas été détruit.

            Le contrat étant détruit, chacun se bat pour soit selon ses convictions et sa communauté, qu’elle soit familiale, tribale, régionale ou internationale.

              +17

            Alerter
          • eric51454 // 14.04.2020 à 19h27

            Mais qui a encore une conscience de classe chez les pauvres( comme moi)?
            Elle me vient d’une éducation ( l’ancien PC ).
            Et aujourd’hui ?
            Alors que faire?
            La messe est dîte, non?

              +1

            Alerter
      • Subotai // 12.04.2020 à 18h20

        Ben non. Les gens ne s’habituent pas à l’ignominie.
        Ils le supportent… jusqu’à ce qu’ils ne le supportent plus. Et la bascule est brutale.
        Les conneries qu’accumulent le Gouvernement et ses séides alimentent chaque jours la rancœur. Et celle si finit toujours par s’exprimer. D’une manière ou d’une autre…

          +23

        Alerter
        • tepavac // 12.04.2020 à 20h46

          Malheureusement si, les gens s’adaptent même à l’esclavage le plus terrible, dès l’instant que toutes les conditions de la soumission sont réuni.

          Seul un petit pourcentage de personne sont des insoumis d’instinct, la grande majorité se courbent sous le sifflement du fouet.
          Ceux qui font élire nos représentants le savent très bien, même le chefaillon qui à quelques pouvoir comprend cette réalité.

            +10

          Alerter
          • Catalina // 12.04.2020 à 21h53

            en effet, malgré que nous travaillons dans le médico-social, nous avons préparé une cellule covid et nous n’avons pas grand-chose pour nous protéger, c’est du fait maison, cependant, mes collègues et les infirmières, pour la grande majorité, plaignent ce gouvernement qui ce-n’est-pas-de-sa-faute et quand je leur parle de devoir régalien, ils ignorent ce que c’est et me disent, « c’est chiant la politique et tu exagères »…
            Bref.
            Heureusement, il y a les autres…

              +16

            Alerter
      • rolland // 13.04.2020 à 08h46

        Pas si sûr que les gens s’habituent au pire, ils le surmontent tel une amnésie traumatique pendant un temps, mais le « réveil » néanmoins n’en sera pas dénué de conséquence je pense..

          +3

        Alerter
        • RGT // 13.04.2020 à 10h40

          De toutes façons, en cas de « réveil » les « élites » sont protégées par la Sacro-Sainte Constitution taillée sur mesure pour les faire passer entre les gouttes de toute éventualité de devoir répondre de leurs actes.

          Même si les décisions qu’ils ont imposées à la population s’avèrent catastrophiques et qu’ils les ont prises en toute connaissance de cause, qu’elles sont dévoilées sur la place publique (par qui ? sans doute des « complotistes ») ils n’auront droit au pire qu’à une condamnation « responsable mais pas coupable » et pourront dans le pire des cas prendre une retraite dorée anticipée en ayant la garantie de ne pas voir fondre leurs revenus contrairement aux « gueux » qui ne comptent pour rien et qui n’ont jamais fait de mal à personne.

          Et dans le cas du personnage « clivant » (haï par 99,9% de la population et adulé par le 0,1% restant) il ne craint rien non plus car même s’il est limogé son statut de préfet de la Ripoux-blique lui garantit un SALAIRE À VIE même s’il passe sa vie à cueillir les champignons.
          Même pas de retraite, salaire à vie…
          Encore mieux qu’un ministre et personne ne s’offusque.

          Pendant ce temps on crache abondamment sur les « fonctionnaires » (fainéants) de base aux « privilèges scandaleux » qui « plombent les comptes de l’État » en étant « payés à rien foutre »…

          Bonjour les soignants hospitaliers, les enseignants et tous les autres personnels des services publics qui risquent chaque jour leurs vies pour que ces sinistres individus puissent justifier leurs rémunérations indécentes.

            +7

          Alerter
    • gina // 12.04.2020 à 17h12

      A écouter ou ré écouter et à diffuser absolument en ces temps de désintégration, Discours de réception du prix Nobel par Albert Camus, 1957
      https://www.youtube.com/watch?v=M5QD-32MCv4

        +1

      Alerter
    • Charles Michael // 13.04.2020 à 09h55

      Elysée Paris ment
      Elysée Paris ment
      Elysée Paris ment continuellement
      son préfet est Lallemant

        +9

      Alerter
  • yack2 // 12.04.2020 à 11h39

    Il me semble que la situation est plus inquiétante que l’on veut bien le voir….Comment un clown pareil peut-il survivre dans ce monde de communication? Plusieures explications émergent:
    -Lallement les tient par les couilles pour de sombres histoires.
    -Lallement correspond à la communication du secteur électoral visé par Macron.
    -Lallement est en accord idéologique total avec Macron.
    Quelques soient les raisons particulières ou combinées …On est pas sorti le cul des ronces….

      +60

    Alerter
    • Touriste // 12.04.2020 à 12h06

      Bonjour,
      Plus simplement parce qu’il est un exécutant (exécuteur ?) fort zélé. La loyauté et surtout l’absence de moral et d’empathie sont des qualités très prisées dans les mafias en col blanc.

        +58

      Alerter
    • Alligator427 // 12.04.2020 à 12h10

      Plus simplement il est possible qu’au niveau de la police (et de ses agents les plus secoués, le syndicat Alliance par exemple), ce préfet jouisse d’une certaine popularité après avoir cassé du gilet jaune et autres grévistes dans la joie et les lacrymo. Faut donner des gages à ces gens-là, et pas seulement des primes de fin d’année.

      Il ne faut pas exclure le fait non plus que ce type de raisonnement simpliste « Si t’as le Covid c’est que t’as désobéi et c’est bien fait pour ta g… » soit partagé par pas mal de monde à la Préfécture de police et ailleurs. Du « nous ne sommes pas dans le même camp madame  » à « il y a ceux qui sont rien », il y a me semble-t-il une certaine logique commune consistant à diviser le monde en 2 et à attiser la haine du pauvre.

      Bref, le temps n’est pas encore venu de se séparer de ce Préfet qui est pète les plombs à intervalles réguliers. Ce n’est qu’un fusible et malgré son gabarit de crevette, le pouvoir compte bien lui charger un maximum sur les épaules avant de l’envoyer couler une paisible retraite en Guyane.

        +59

      Alerter
    • gina // 12.04.2020 à 17h33

      Lallement était dans les tuyaux depuis un moment. Il a été poussé par les mêmes réseaux que ceux de Manuel Valls. Même Flamby s’était opposé à sa nomination à l’époque, c’est peu dire…

        +17

      Alerter
    • jean-pierre Georges-pichot // 14.04.2020 à 09h33

      Je vote pour l’hypothèse numéro trois. Lallement est une brute fasciste. Il est la vérité de ce régime.

        +1

      Alerter
  • Balthazar // 12.04.2020 à 11h41

    Le remplacer, oui, mais par qui ?
    Les gilets jaunes n’ont pas disparu.

      +8

    Alerter
    • Azuki // 12.04.2020 à 12h14

      Les fascistes c’est pas ça qui manque…

        +17

      Alerter
    • Touriste // 12.04.2020 à 12h15

      Bah, par un Gilet Jaune, pour rétablir l’équilibre ! 🙂

        +5

      Alerter
    • Tepavac // 12.04.2020 à 14h43

      Non seulement ils n’ont pas disparu, mais ils aiguisent les tondeuses.

        +10

      Alerter
  • LibEgaFra // 12.04.2020 à 11h45

    « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté »

    Hummmm, rappelez-moi svp, qui a le jeudi 12 mars maintenu les élections municipales du 15 mars pour le lundi soir 16 mars changer d’avis en catastrophe et décréter le confinement (au lieu de l’isolement)? Même les Suisses réputés lents ont décidé la fermeture des écoles le 13 mars.

    Ah et les Suisses n’ont ni préfet, ni besoin d’une autorisation de sortie.

      +40

    Alerter
  • Alligator427 // 12.04.2020 à 11h46

    Faisons confiance à ce gouvernement pour lyncher publiquement son Préfet tôt ou tard. Il a une bonne tête de turc et c’est encore les DOM qui vont devoir héberger ce déchet de la République pour sa fin de carrière.

    Ils ont l’habitude à LAREM de se défausser sur les sous-fifres pour ne pas assumer leurs responsabilités :

    • Des morts, des éborgnés et des éclopés en manifestation ? C’est la faute des manifestants qui sont violents.
    • Les éclopés sont des personnes sans histoire et sans casier ? C’est la faute à pas de chance, faites confiance à l’IGPN.
    • Au bout d’un moment la probabilité du « c’est la faute à pas de chance » n’est plus crédible ? Y a peut-être un souci avec la doctrine de sécurité, faut changer le Préfet …

    … avant de dégommer la Castafiote au sommet de la pyramide, y a pas mal d’échappatoires possibles.

    Dans une véritable République, le responsable n’est pas celui qui reçoit les ordres et les fait appliquer mais celui qui les donne. Sinon cela n’a plus aucun sens : on a des Préfets qui se prennent pour des Shérifs …

      +31

    Alerter
    • Touriste // 12.04.2020 à 12h20

      « Faisons confiance à ce gouvernement pour lyncher publiquement son Préfet tôt ou tard. »
      Que le gouvernement ne se donne pas cette peine : la population s’en chargerait très bien, de façon plus efficace et pour bien moins cher.
      Ben quoi ? Ca serait appliquer à la lettre (et dans l’esprit) les lois du marché au sens capitaliste du terme.

        +10

      Alerter
    • Narm // 12.04.2020 à 19h21

       » Nous ne sommes pas du même monde! » disait-il.
      Aujourd’hui, les propos et dérapages volontaires ou involontaires du préfet Lallement continuent d’infecter la parole d’Etat, d’abîmer l’image des forces de l’ordre, de nuire à celle de ce grand corps qu’est le corps préfectoral, et dans les circonstances actuelles ils sont, il faut le dire, insupportables car ils sont faux factuellement, appartenant au registre d’une forme de fake-news d’État, ils sont enfin insultants moralement. »

      d’abîmer l’image des forces … ???
      plaisanterie. Ces forces de l’ordre qui tapent sur les pompiers et gazent les soignants qui manifestaient ?

       » ce grand corps qu’est le corps préfectoral » …. je pouffe de rire
      ces carriéristes, normalement premier maillon de l’état….. au service de la france ou bêtement « aux ordres » ?

        +10

      Alerter
      • Catalina // 12.04.2020 à 21h58

        « d’abîmer l’image des forces de l’ordre,  » euh, elles ont eut besoin de personne pour déraper et abîmer avec joie la tronche de quelques uns !!!
        perso, je les plaindrais pas, j’ai une excellente mémoire.

        FREE-ASSANGE

          +11

        Alerter
        • Bigtof // 13.04.2020 à 09h01

          La police, certes.
          Mais il ne faudrait pas oublier les juges serviles qui ont embastillé sans sourciller…

            +7

          Alerter
  • Gisele // 12.04.2020 à 11h58

    « elles abîment l’image des forces de l’ordre »
    Les forces susmentionnées n’ont pas vraiment besoin de son aide, elles se débrouillent fabuleusement toutes seules ( récemment l’homme tué à Béziers, la répression contre les manifestations, le fait qu’elles arrivent à grapiller de petits avantages quand d’autres corps de métiers bien plus importants à la vie en société en sont privés ou déchus ). Il serait grand temps que le peuple français se rende compte que sa police n’est qu’un instrument au service des puissants depuis l’avènement de la République. Il y a certes de rares exceptions de flics qui sont justes et droits, mais ne nous leurrons pas, la majorité d’entre eux sont des enfoirés avides d’exercer le moindre petit bout de pouvoir qui leur est donné.

    « elles nuisent à celle de ce grand corps qu’est le corps préfectoral »
    Là encore, les préfets sont nommés. Je ne vois pas bien en quoi représenter l’autorité d’un gouvernement de pourris donne une quelconque grandeur à un corps de métier. Depuis Giscard, le peuple se fait chier dessus ( pardonnez-moi l’expression, mais elle est assez fidèle à la réalité ) et on continue à en redemander.
    Les propos de ce triste sire n’ont vraiment aucune importance, ils méritent tout juste le prix de la corde qui devrait le pendre. J’ai lu le reste par politesse mais dès le début j’ai eu envie de vomir.

    Cet article me conforte juste dans l’opinion selon laquelle nous devons reprendre le pouvoir afin de l’exercer dans NOTRE intérêt.

      +37

    Alerter
    • Narm // 12.04.2020 à 19h29

      a mince, je n’avais pas lu avant de poster en moins bien, mais dans le même sens

      le bas les masques généralisé les a mis tous à nus.
      Nous savons ce que vaut pour eux un retraité, le personnel et les habitants des ehpads….
      la réalité c’est ça :
      10 juillet 2017
      https://www.youtube.com/watch?v=QE-fLMuBHSo
      4 avril 2018
      https://www.youtube.com/watch?v=VEc4oC7Ejl0&feature=youtu.be&t=383
      sans l’épisode corona, je n’aurai jamais été informé ni réalisé tout cela

        +7

      Alerter
    • jean-pierre Georges-pichot // 14.04.2020 à 09h51

      Pour nourrir votre réflexion, un petit rappel historique : aux débuts de l’occupation, Hitler discutait avec son entourage de la confiance que l’on pouvait faire à la police française. Hitler dit en substance ceci : ‘la police en France est particulièrement haïe. Pour cette raison, elle cherche toujours une autorité sur laquelle s’appuyer. En ce moment, cette autorité, c’est nous.’ Et de fait, la police française fut exemplaire pendant toute l’occupation dans son appui à la chasse aux Juifs et aux résistants. Elle perdit peu à peu la confiance d’Hitler à mesure que l’on s’apercevait que l’Allemagne allait perdre la guerre et que leur opportunisme poussa les moins cons à prendre des assurances-vie sous la forme de petits services rendus aux éléments bourgeois de la résistance. Mais elle ne se retourna ouvertement que lorsque les chars de Patton eurent atteint Etampes. Regardez sur une carte où est Etampes pour comprendre la nature du réflexe éternel de la police : servir quiconque tient le plus gros bâton.

        +0

      Alerter
  • Phil // 12.04.2020 à 12h00

    Pourquoi virer un préfet qui fait 1 erreur alors que la pire des porte-parole d’un gouvernement reste en place … Parceque là, on atteint le niveau stratosphérique avec celle-là!

      +17

    Alerter
  • Berrio // 12.04.2020 à 12h24

    Il a deux illustres prédécesseurs auxquels il n’arrive pas encore à la cheville
    Papon, Bousquet
    Il y a eu une fois Grimaud mais la hiérarchie policière a rarement été progressiste dans notre pays

      +11

    Alerter
  • Basile // 12.04.2020 à 12h39

    je ne vois pas où est le scandale de cette déclaration. Mais vu le poids médiatique de la bienpensance en France, çà a été perçu comme nauséabond par la gauche olfactive, et ils ont lancé une attaque en meute telle qu’il a accusé le coup et a été obligé de s’excuser.

    c’est pourtant bien par contact, volontaire ou non, perçu ou non, que les malades sont contaminés.
    Et non pas en respirant l’air sur une plage. Donc ils n’étaient pas confinés.

      +3

    Alerter
    • Nejus // 12.04.2020 à 13h17

      Le virus est aéroporté ….
      Quand vous faites des courses sans masques vous pouvez vous faire contaminer même si vous respectez scrupuleusement le confinement.
      Vous pouvez aussi vous faire contaminer sur votre lieu de travail.
      Votre boulangère peut avoir été contaminée et après vous contaminer …
      Le confinement réduit la progression de la contamination mais ne la fait pas disparaître.
      Un peut de bon sens arrêtez de défendre l’ indefendable, la bêtise.

        +17

      Alerter
      • Basile // 12.04.2020 à 13h56

        donc c’est bien ce que je dis, sur le travail, chez la boulangère, ce n’est plus être confiné chez soi.

        Je ne défends pas ce préfet et aucun d’ailleurs. Mais je trouve que ceux qui hurlent font tout simplement de la récupération politique (après avoir voté pour lui contre qui savez). Ils savent bien accuser les autres d’en faire quand ça les arrange. Mais le camp du bien lui n’en fait jamais.

        ils sont tout autant dangereux qu’un préfet. Et ces bonnes âmes se sentent des ailes, et forts de leur étiquette « intérêt général »nous préparent des suggestions pour l’après sans nous demander notre avis

          +5

        Alerter
        • Véro // 12.04.2020 à 17h42

          Sauf que ne pas respecter le confinement, cela signifie ne pas respecter les exigences légales du confinement. La personne autorisée à travailler, ou autorisée à faire ses courses, n’est pas confinée certes, mais elle n’est pas dans la situation de quelqu’un qui ne respecte pas le confinement. D’ailleurs, ne pas respecter le confinement, c’est aussi sortir faire ses courses (ce qui n’est pas interdit) mais sans avoir rempli l’attestation de déplacement dérogatoire (interdit donc non respect du confinement).
          Si Lallement avait voulu évoquer le confinement tel que vous l’entendez, il n’aurait pas parlé de non respect du confinement. Il est haut-fonctionnaire, il ne peut pas avoir fait preuve d’imprécision dans le choix des mots qu’il a prononcés.

            +13

          Alerter
    • Tepavac // 12.04.2020 à 14h55

      Vous faites de la provoc pour augmenter l’audience?

      Quelques soit la cause de la contamination, exprimer de telles accusations diffamatoires est une ignominie, et pour un représentant de l’état c’est un déshonneur.
      C’est un comportement digne d’un occupant en temps de guerre. Pas d’un responsable en plein millieu d’une calamité nationale et même mondiale.

      J’ose seulement imaginer que vous ironisez.

        +19

      Alerter
    • koui // 12.04.2020 à 16h45

      Si vous ne voyez pas pourquoi cette déclaration est fausse, injuste et arrogante, c’est que vous êtes prêts à collaborer avec Lallemand pour punir ceux qui ont marché sur la pelouse quand c’était interdit, ceux qui ont foulé le sable et plongé leurs orteils dans la mer, ceux qui ont vendu des oranges au marché alors que seuls les fruits locaux étaient autorisés, ceux qui ont sorti leur poubelles sans autorisation. Cela n’a rien a voir avec la gauche, la droite, le bas et le haut. Les dieux immortels ne manqueront pas de punir Eborgnator pour son arrogance et sa violence.

        +10

      Alerter
    • nJ // 12.04.2020 à 18h53

      Pas besoin d’être de gauche  »olfactive » WTF?! Je te mettrais bien une droite  »tactile » tartempion.

        +4

      Alerter
  • kasper // 12.04.2020 à 12h40

    Et puis son « communique d’excuses », c’était quelque chose…

    Absolument aucune excuse. Il regrettait tout au plus que les gens soient trop bêtes pour comprendre ce qu’il voulait dire, qui n’avait rien a voir avec ce qu’il avait dit.

      +9

    Alerter
    • Véro // 12.04.2020 à 17h45

      Il ne s’est pas vraiment excusé.
      Il n’a rien retiré à ses accusations, il a seulement dit qu’il regrettait de les avoir exprimés.

        +11

      Alerter
    • jean-pierre Georges-pichot // 14.04.2020 à 10h04

      Je n’ai pas entendu ses supposées ‘excuses’, mais ce que vous dites ne m’étonne pas. Si je comprends bien, il s’est excusé d’avoir été trop intelligent. Cela devient un classique chez nos maîtres.

        +0

      Alerter
  • Urko // 12.04.2020 à 13h02

    Le problème premier avec le soi disant préfet lallement, c’est qu’il valide l’hypothèse selon laquelle nos institutions portent désormais à leur tête des individus n’appartenant visiblement pas à la catégorie des meilleurs ni des plus impartiaux. Or, un régime démocratique qui sélectionne ses dirigeants sur des critères différents de ceux de l’excellence et de l’honnêteté perd assez vite sa légitimité. L’État se doit d’avoir des serviteurs de grande qualité, intègres et compétents. Ce « préfet » ne paraît vraiment pas correspondre à cette définition. Il affaiblit l’État.

      +17

    Alerter
    • Wakizashi // 13.04.2020 à 19h02

      « L’État se doit d’avoir des serviteurs de grande qualité, intègres et compétents. »

      C’est très naïf… Des institutions faisant confiance aux qualités humaines (ou ne se méfiant pas de ses défauts) sont de mauvaises institutions. Les Grecs avaient compris cela dès l’antiquité.

        +1

      Alerter
  • jok // 12.04.2020 à 13h03

    Le préfet Lallement fait parti des pièces maitresses dans la haute fonction publique d’état et du haut clergé de la magistrature qui permettent à Macron de se tenir au pouvoir en répriment avec la plus grande détermination et de façon méthodique tout contestataire et opposant à son régime. A ce titre il ne peut être limogé.

      +18

    Alerter
    • calal // 12.04.2020 à 18h36

      il sera sacrifie des que la situation ou le bon plaisir du monarque l’exigera. Ca marche comme cela dans une tyrannie.Vous pouvez etre le premier des generaux,vous sauterez des que cela convient au tyran.Regardez les policiers: des primes pour lutter contre les gilets jaunes et deux mois apres envoye au casse pipe contre le corona sans masque…

        +7

      Alerter
  • shal // 12.04.2020 à 13h06

    Lallement fait très bien son travail du point de vue des autorités: Il cristallise les oppositions sur lui.
    Comme cela le gouvernement peut travailler tranquille sur les vrais sujet, les forums sur le net sont occupés avec le cas Lallement.
    Si vous lisez ce message, c’est que le gouvernement vous a bien eu

      +8

    Alerter
    • Alfred // 12.04.2020 à 15h01

      @ shal et @ urko. C’est bien vu.
      Le kapo est bien l’homme qu’il faut au gouvernement au bon endroit et au bon moment. Le seul problème c’est que ce type la dans sa fonction détruit sa fonction même et participe à l’implosion de l’état. Macron et sa clique pour se maintenir mais aussi parceque c’est peut être leur vraie feuille de route pour les moi cons (pas la majorite des arrivistes bas du plafond dont la seule qualité est d’être sans honneur ni morale donc) sont en train de faire effondrer l’état de l’intérieur. Chacune de leur maneuvre est un incendie. Leurs minables contre-feux aboutissent à la terre brûlée appliquée à tout le pays.

        +8

      Alerter
  • Florent // 12.04.2020 à 14h08

    Lui ou les autres membres du gouvernements, ils ne seront pas virés parce qu’il n’y a tout simplement personne pour travailler avec LAREM et le gouvernement. Alors quand je dis personne, je dis personne pouvant justifier d’une expérience minimale. Il y a bien leurs gosses, et encore…
    Le roi est nu, pas fou les hommes ou femmes politiques ils s’en doutent bien qu’être encartés en marche en 2020 c’est la fin de ta carrière. Il reste bien sûr les fonds de tiroir, ceux qui de toute façon n’auront rien d’autres que ce soit sous LAREM ou d’autres étiquettes.
    Bref, une petite caste tient la France par les parties pour être un peu vulgaire.

      +13

    Alerter
  • Jean-Pierre // 12.04.2020 à 14h46

    On n’en est plus aux « provocations verbales », ni à « 1 erreur » au vu des états de service de Benito Lallement, révélées contre les Gilets Jaunes.
    Défense des biens plutôt que des personnes et surveillance 2.0 et service rapide de « confinement » en geôle assuré.
    Les commandes confiées, puis confirmées au psychopathe Augusto Lallement démontrent la justesse de l’analyse de Todd sur le régime macroniste : fascistoïde. On nourrit plus facilement les stocks de LBD, que les stocks de masques, et on réquisitionne beaucoup plus vite les compagnies de CRS et les cow-boys de la BAC, que des cliniques privées, ou des labos d’analyses.
    Le maintien d’Heinrich Lallement, éleveur de poulets, c’est la signature de Macron-Clemenceau, version 1907, en guerre contre les mineurs. On connaît la suite avec l’Union Sacrée.
    Ça continue aujourd’hui. Penser devient un crime.

      +23

    Alerter
  • Ardéchoix // 12.04.2020 à 14h48

    Avec un préfet pareil, une promotion comme ministre de l’intérieur, et un bon traçage. En deux jours tout le monde dans un wagon à bestiaux.
    Le bonheur c’est simple comme un coup de fils qu’ils disaient.

      +12

    Alerter
  • Le Belge // 12.04.2020 à 15h15

    Dans la série, faites ce que je dis mais, surtout, pas ce que je fais, voici des policiers français traversant la frontière hier matin (donc, se rendant dans mon pays), pour acheter des cigarettes et des seaux de tabac à foison.
    Sources : https://www.lalibre.be/international/europe/scandale-a-la-frontiere-franco-belge-deux-policiers-francais-font-le-plein-de-tabac-en-plein-confinement-5e92287d7b50a6162b1d103f

      +8

    Alerter
    • tepavac // 12.04.2020 à 21h01

      Merci pour la barre de rire le Belge. et douaniers de surcroît.

        +2

      Alerter
  • Jean-Pierre // 12.04.2020 à 15h23

    https://actu.orange.fr/france/apres-le-confinement-les-francais-incites-a-travailler-plus-magic-CNT000001phC46.html

    …. et la sinistre troïka de la photo saura, depuis les champs de course, lui verser les fonds (facon « Novecento » ) spéciaux pour « contenir » ceux qui auront le malheur de se rebiffer.
    L’heure n’est pas aux « atteintes graves à la vision ».

      +1

    Alerter
  • François Lacoste // 12.04.2020 à 16h04

    Chiche, Olivier? (ça nous changera des jours précédents)
    TV(s) Paris mentent, journaux Paris mentent,…radio (s) Paris est Lallement…!
    https://www.youtube.com/watch?v=W_9-O966cXE

      +4

    Alerter
  • Rond // 12.04.2020 à 17h03

    Nos communicants, communiquent. C’est là leur moindre défaut. Ils présentent des excuses, après … Belle excuse. Il n’empêche que le roi Midas avait des oreilles d’âne et tout le monde le sait, désormais. Ce qui est dit par ces gens aguerris ne peut faire l’objet de marche arrière à tout instant.
    S’il vous vient l’envie d’insulter le peuple, fermez-là ou partez.
    Pffff

      +0

    Alerter
  • Narm // 12.04.2020 à 19h13

    je rebondi (j’ai bondi aussi) sur certains commentaires.

    je m’offusquerai plus du « nous ne sommes pas du même monde » que sa dernière déclaration.

    On parle de Com, de com, c’est pratique de focaliser sur ce prefet alors qu’il ne reflète que ce qui est voulu par le gouverne ment.

    on se focalise sur Sibête mais pourtant, tous ces messages ne viennent pas d’elle mais d’au dessus…..

    Alors la démission, ça fait longtemps qu’elle est bannie du système, exemple, ferrand, celui qui ne sait même pas compter les votes à main levée ….

    ce sont des articles sur les comptes à rendre par nos décisionnels qu’il faut faire.
    on commande un stock de grenades lacrymo mais pas de masques….
    Et pendant ce temps là, l’EU et nos dirigeants vont détourner l’argent pour le capital
    le business continu et se sont toujours les même qui payent !

      +7

    Alerter
  • emile // 12.04.2020 à 19h52

    Bien sûr, ils ont pensé à le virer. Mais à mon avis, il ont mis dans la balance, d’un côté le cout politique de garder Didier Lallement. Et de l’autre, l’intérêt politique de la peur qu’il suscite légitimement chez de potentiels manifestants, seuls à même aujourd’hui d’éventuellement faire dérailler le train fou de la macronie. Ils se sont donc dit : on pourrait le virer, mais on a surtout besoin que les français aient terriblement peur de nous, et surtout peur de manifester, et pour ça, il faut dire que le Prefet Lallement do the job… C’est cohérent avec la stratégie de Macron depuis l’insurrection des gilets jaunes. Faire régner l’ordre par la peur, morale, politique, sociale et physique…

      +8

    Alerter
  • Bientôt 78 ans // 12.04.2020 à 23h33

    Manifestement, pareille créature sert le régime élu. Alors rentrez tous chez vous, fermez-la, et allez voter quand on vous le demandera.

      +2

    Alerter
  • Veloute // 13.04.2020 à 04h13

    Gardez à l’esprit que nous avons un gouvernement de communicants.

    Les « petites phrases » qui ont émaillé le discours présidentiel,
    Les « bourdes » de Sibeth, trop énormes pour qu’elles ne soient pas prises pour ce qu’elles sont : un crachat méprisant au visage du petit peuple,
    Les dérapages réguliers des députés de la République en Branle,

    C’est de la communication.
    Et si chaque fois vous y voyez une bourde, une maladresse, un dérapage, un glaviot gras c’est parce que cette communication ne s’adresse pas à vous mais à ceux qui ne boudent pas leur plaisir de voir ainsi régulièrement humilié le bas peuple : l’électorat de Macron.

    Nulle arrière pensée révélée par ces petites phrases : c’est de la parole claire, ils ne se cachent plus derrière des artifices policés.

    L’élite n’a pas que fait sécession : non seulement maintenant elle l’affiche avec décomplexion mais, aussi, elle prend plaisir de le faire savoir.

    Les rétropédalages ? C’est pour le cinéma. D’ailleurs, ils ne se donnent même plus la peine d’y mettre l’ardeur qui trahirait le sentiment d’une faute, la culpabilité.
    Ces rétropédalages sont en fait autant d’occasions supplémentaires – pourquoi se priver ?! -pour insulter l’intelligence des gueux.

    Bref.
    Chaque fois qu’un propos « malheureux » déclenche une shitstorm sur les réseaux, qu’on se pouille et se divise, qu’on ne parle pas d’autre chose, cela sert leur jeu.

    Keep calm and get the guillotine sharpened.

      +6

    Alerter
  • calahan // 13.04.2020 à 04h42

    ce préfet c’est du même niveau que le commentaire abjecte d’un certain Lechiffre (BFM drahi l’escroc tout ça) qui ne se croyant pas en direct balancera en chuchotant à ses collègues présentateurs (arrêtons d’appeler des gens qui lisent des prompteurs et autres papiers, des journalistes, un journaliste ça étaie, ça raisonne, ça dépeint voir encore mieux ça enquête et ça dérange et décrit au mieux la réalité du quotidien) : « ils enterrent des pokemon » pour commenter les images des cercueils chinois….Et ça se croit drôle.

    Les analyses économiques du gars en question ne volent pas haut mais vu le niveau de crétinerie, quoi d’autre en attendre, idem pour cet énergumène qui se retrouve préfet « grâce » à Macron.
    Ce ne sont pas des foudres.

    Le corana virus passe au révélateur tout ce qu’il touche.
    Et pour les plus touchés, eux c’est la mort qu’ils affrontent, pendant ce temps là ces abjectes personnages se marrent…

    La messe est dite.

      +4

    Alerter
  • TEROUINARD // 13.04.2020 à 08h16

    Pas que Mr Lallemend à limoger; tout le gouvernement.
    Un changement de gouvernement est une évidence.
    Pas Pour Mr Macron, apparemment.
    Et pour tous ces gens, pas de voyages en direction de Limoges, mais à Paris à « la santé ».

      +3

    Alerter
  • Arcousan09 // 13.04.2020 à 08h54

    Vu l’état d’avancement de nos libertés individuelles il a au contraire toute sa place
    Il n’a que 70 ans de retard

      +1

    Alerter
  • charbro 932 // 13.04.2020 à 09h24

    – Que pensez-vous , Maitre , des paroles de notre préfet ? – Bah , cela n’a aucune importance . – Oui, mais les Français rouspètent . – Eh bien ,qu’ils rouspètent . Ils aboieront quelque temps , puis retourneront dans leurs niches – Vous ne craignez pas une révolte ? – Les Français , se révolter , laissez-moi rire . Ils sont trop lâches . D’ailleurs il n’y a plus de Français ; c’est une espèce qui a disparu .

      +2

    Alerter
  • sainsaulieu gerard // 13.04.2020 à 16h31

    Actuellement tout le monde parle d’or. Les analyses, les contestations, les écœurements sont sur tous les média. Une vapeur gauchiste embrume tous les discours, la parole est à la contestation. Je trouve ça bien. Mais après mettre réjouis de ces débordement de lucidité?rien ne change dans mon quotidien. Après avoir répondu à l’injection : que dire ? il y en a une qui devrait s’imposer : que faire ? Cette question est difficile car nous sentons bien que ceux qui nous ont mis dans cette mauvaise passe, sont en place à cause de notre passivité depuis des années. « qui ne dit mot, consent. » Et nous n’avons rien dit, écoutant un peu agacés, les mensonges des médias. Et puis il y a eu le suffrage universel qui les a mis au pouvoir. L’histoire parfois se répète, comprend qui veut. J’ai 83 ans, et je vois avec une indignation (résignée) la jeunesse ne se préoccuper que de sa carrière et de la menace du chômage. Ils n’ont pas tord mais qui va s’y coller pour nous « ramener des jours heureux » ?

      +2

    Alerter
  • serge // 13.04.2020 à 16h34

    Bon, l’Etat n’a eu aucun problème à commander des LBD, des munitions, des grenades de désencerclement ou lacrymogènes. Voire même à faire réaliser des munitions « adaptées » aux mouvement sociaux français. Et que je sache Lallement est préfet de police donc au premier chef intéressé par ces outils, en vue de mater l’autre camp. Pas besoin de chercher où se trouvent les priorités. Ma solution préférée est la roue, un peu gore mais très efficace. En place de grève, comme cela ça ne sort pas de Paris…

      +2

    Alerter
  • Narm // 14.04.2020 à 10h49
  • Casimir Ioulianov // 14.04.2020 à 13h54

    Mais c’est pas sa faute à Lallemand. Il a été mis là par des gens dont c’est la faute.
    C’est comme ma voisine , elle a tenté de faire un gosse à 50 ans passé , l’amiosynthèse a conclu qu’un avortement vaudrait mieux , elle a pas écouté , elle a eut un polytrisomique ; c’est pas de la faute du gosse.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications