Les Crises Les Crises
12.avril.202012.4.2020 // Les Crises

« Ils sont fiers de ne pas dépendre de l’aide extérieure » : en République tchèque, le règne des masques « faits maison »

Merci 167
J'envoie

Source : Marianne, Anne Dastakian

Quatre pays d’Europe centrale ont décidé de rendre le port du masque obligatoire dans l’espace public : après la République tchèque et la Slovaquie, l’Autriche et la Slovénie ont adopté cette mesure, qui a même fini par ébranler Donald Trump ! Pourtant, à ce jour, son efficacité n’a pas été prouvée.

Face au coronavirus, l’Europe de l’Est a opté pour la stratégie des masques. Prague, la première, a décidé, le 19 mars, de rendre obligatoire dans l’espace public le port d’un masque couvrant la bouche et le nez, pour « se protéger et protéger les autres » du coronavirus, avant de fermer ses frontières aux étrangers. Suivie, le 25 mars, par la Slovaquie, qui ne déplore à ce jour officiellement aucun mort. Puis par l’Autriche voisine et la Slovénie, à compter du 1er avril .

« Ce n’est certes pas dans notre culture, mais c’est comme ça que les pays asiatiques sont parvenus à n’avoir que quelques cas par jour», a justifié Sebastian Kurz, le chancelier conservateur autrichien. Une décision qui a dû remplir d’allégresse son voisin et homologue tchèque, le Premier ministre tchèque Andrej Babis, qui n’avait pas hésité, la veille, à conseiller au président américain d’en faire de même : « M. Trump, essayez de vaincre le virus à la manière tchèque. Porter un simple masque en tissu réduit la propagation du virus de 80 % », tweetait-il le 29 mars.

Son message a pourtant apparemment été entendu, avec quelques jours de retard, de l’autre côté de l’Atlantique : lors de son briefing du 3 avril, Donald Trump relayait à ses concitoyens la recommandation du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), conseillant aux gens de « porter des tissus non médicaux couvrant le visage, en tant que mesure volontaire additionnelle de santé publique ». Avant d’aussitôt ajouter: « C’est volontaire. Je ne crois pas que je vais le faire ».

LES TCHÈQUES CONVAINCUS PAR LES MASQUES

Aucune étude sérieuse, cependant, n’est venue confirmer l’affirmation de M. Babis. L’Organisation mondiale de la santé, (OMS), dont le représentant s’est récemment rendu en Slovaquie, en prenant soin de s’afficher la bouche découverte, la conteste même fermement, répétant que les masques doivent être réservés aux soignants, aux personnes malades et aux personnes en contact avec des malades. « Il n’y a pas de preuve suggérant que le port du masque par l’ensemble de la population ait un effet bénéfique », a ainsi indiqué le 30 mars, le docteur Mike Ryan, directeur exécutif de l’OMS, chargé du programme de gestion des situations d’urgence sanitaire.

Pourtant, même parmi les nombreux détracteurs du premier ministre, une majorité des Tchèques sont convaincus de l’utilité du masque. Même si certains raillent le fait que son port soit théoriquement même obligatoire en voiture ou en forêt… « Bien sûr que c’est une bonne chose ! Désolée que ça profite à Babis, mais oui, le masque est le geste le plus simple et, faute de mieux pour le moment, les objections face à cette méthode font vraiment pitié… » tranche ainsi Frantiska, une historienne pragoise. « Ici, l’opinion publique est largement pour la ‘solution tchèque’ donc pour les masques et confinement de tous », renchérit Pavel, un historien de l’art. Le 4 avril, pour une population de 10 millions d’âmes, la république tchèque affichait 4.194 cas de covid-19, 56 morts et 71 guérisons.

« ILS SONT FIERS DE LEUR DISCIPLINE »

Il faut dire qu’en cette période d’incertitude et d’inquiétude face à la pandémie, la mesure a révélé aux Tchèques une facette d’eux-mêmes plutôt flatteuse. En effet, les masques homologués étant une denrée aussi rare dans leur pays que dans le reste de l’Europe, tous (ou plutôt toutes) ont ressorti leur machine à coudre pour en confectionner, faisant preuve d’une grande inventivité. Avant de les distribuer, gratuitement, à leurs proches. Si Andrej Babis apparaît désormais en public armé d’un masque chirurgical standard de couleur blanche, la présidente slovaque, Zuzana Caputova, redouble pour sa part d’élégance en assortissant ses masques à sa tenue du jour.. « J’ai vu beaucoup de femmes sortir avec un masque très chic assorti a leur bonnet, fait maison bien sûr, avec un joli message : même avec ça, je peux rester belle, à la hauteur de la situation », note l’historien d’art Pavel, avant de conclure : « Les Tchèques sont fiers de ne pas dépendre de l’aide extérieure, et de leur solidarité, inscrite quelque part en profondeur. Elle ressort dans les moments de crise, comme lors de l’intervention soviétique de 1968, ou la Révolution de velours de 1989. Ils sont aussi fiers de leur discipline, héritée des moments cruciaux pour la survie de la nation, opprimée par les Habsbourg, les communistes, les Soviétiques, ou menacée par le «coronavirus ».

Les Tchèques sont fiers de ne pas dépendre de l’aide extérieure, et de leur solidarité, inscrite quelque part en profondeur. Elle ressort dans les moments de crise, comme lors de l’intervention soviétique de 1968, ou la Révolution de velours de 1989.

Fasciné par la réponse tchèque au Covid-19, le journaliste russe Ivan Preobrajensky l’attribue à une mentalité spécifique : « Les Tchèques ne se prennent pas dans les bras et ne s’embrassent pas, contrairement aux Français ou Italiens. Ils se serrent la main uniquement dans les occasions officielles ou lors de la conclusion d’un accord. De retour d’un séjour au ski, ils ne se précipitent pas chez les grands-parents pour les embrasser. Enfin, les jeunes préfèrent vivre en couple de leur côté, tout comme les retraités, qui tiennent à leur indépendance ». Certes, conclut Preobrajensky, certains « trouvent les Tchèques froids, et distants. Ce n’est pas tout à fait vrai. Mais c’est précisément cette distanciation, atypique chez les Slaves, qui a servi les Tchèques. Tout comme le respect des lois. Un respect certes relatif, mais bien supérieur à celui des Russes, qui souvent ignorent complètement les règles».

Après ces fines observations d’ethnologie comparée, le journaliste russe conclut en notant le « haut niveau de solidarité. Avec un niveau de confiance relativement faible dans les autorités, les gens s’entraident facilement. Après avoir découvert une pénurie de masques médicaux, les Tchèques ont réussi à résoudre le problème en quelques jours, s’asseyant pour les coudre à la maison ».

« AUCUNE PREUVE QUE LE PORT DU MASQUE AIDE »

Au delà de cette belle unanimité, tous les scientifiques que nous avons contacté à Prague nous ont exprimé leurs doutes sur l’efficacité des masques : «Il n’y a pour l’heure aucune preuve que le port du masque aide. Les Tchèques en fabriquent pour s’occuper, privés qu’ils sont d’aller au pub boire de la bière. C’est surtout une thérapie psychologique », raille ainsi le chimiste Martin H. Avant d’ajouter : « Actuellement, nous avons une hausse quotidienne des cas d’environ 10%, ce qui est la moyenne partout. Le virus a commencé ce week-end à se propager dans les maisons de retraite, et les mauvais chiffres vont désormais augmenter… »

Manifestement peu convaincues par le miracle de l’efficacité des masques en tissu faits maison pour stopper le virus, les plus grandes fortunes tchèques se sont mobilisées. Et se livrent à un concours de donations pour aider le système de santé. Le plus riche, Petr Kellner, présent en Chine via sa filiale de crédits immobiliers Homecredit, a financé et organisé le transport de 120 tonnes de matériel médical, importé de Chine, tandis que le premier ministre tchèque, Andrej Babis, seconde fortune du pays, a fait via la fondation de son groupe Agrofert, un don de 10 millions de couronnes pour financer la fabrication d’un demi-million de litres de liquide désinfectant, pour les hôpitaux et les administrations.

ACHAT DE MATÉRIEL MÉDICAL

Quant au magnat de l’énergie Daniel Kretinsky, propriétaire de médias en France, parmi lesquels Marianne, il a annoncé avoir acheté, avec son partenaire slovaque Jan Tkac, grâce aux contacts de ce dernier en Chine, du matériel médical d’une valeur de 215 millions de couronnes (soit 8 millions d’euros). Une aide que Kretinsky envisage de réserver en priorité aux villes dont il assure le chauffage thermique – Prague, Plzeň, Hradec Králové, Pardubice, Chrudim, Most et Litvínov.

Lundi 30 mars, Kretinsky, âgé de 44 ans, revélait qu’il avait été lui même atteint du coronavirus, dans une forme asymtomatique. Et qu’il était désormais guéri, après être resté à l’isolement pendant le temps règlementaire. Seul dans son entourage à avoir être testé positif le 11 mars dernier, lors d’une opération de dépistage, le milliardaire francophone et francophile confiait au tabloid Blesk qu’il pensait avoir attrapé le Covid-19 « voici un mois en France. J’ai rencontré un représentant de la vie publique. Je le connais, nous nous sommes serrés la main, je lui ai brièvement parlé. J’ai appris bien plus tard qu’il était positif ».

Source : Marianne, Anne Dastakian

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Cguillem // 12.04.2020 à 10h22

Alors que les modalités de transmission du Covid-19 sont encore mal maîtrisées, porter un masque dans l’espace public est une mesure de bon sens (Amis asiatiques, si vous nous regardez…). au pire cela ne sert à rien et est inoffensif, au mieux cela protège l’entourage et évite de reprendre le virus partout. Et cela ne coûte pas cher.
Un peu marre de ces guignols qui attendent l’information parfaite afin de prendre des décisions qui paraissent pourtant évidentes.
Nous n’avons pas fini d’en crever des premiers de la classe

30 réactions et commentaires

  • Cguillem // 12.04.2020 à 10h22

    Alors que les modalités de transmission du Covid-19 sont encore mal maîtrisées, porter un masque dans l’espace public est une mesure de bon sens (Amis asiatiques, si vous nous regardez…). au pire cela ne sert à rien et est inoffensif, au mieux cela protège l’entourage et évite de reprendre le virus partout. Et cela ne coûte pas cher.
    Un peu marre de ces guignols qui attendent l’information parfaite afin de prendre des décisions qui paraissent pourtant évidentes.
    Nous n’avons pas fini d’en crever des premiers de la classe

      +75

    Alerter
    • matlac // 12.04.2020 à 11h46

      A lire avant de se lancer dans un bricolage de fortune

      http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html

        +3

      Alerter
      • Emmanuel B // 12.04.2020 à 12h15

        Il faut avouer que ces recommandations ne disent tout simplement pas grand chose de la pertinence de porter une masque maison.

        On lit : « Les masques en tissu peuvent être constitués de matériaux de différentes natures. Ces masques n’ont pas été soumis à l’ensemble des tests d’efficacité prescrits par les normes en vigueur. Le peu d’études scientifiques sur les performances de filtration des masques en tissu montrent une efficacité de filtration inférieure à celle des masques chirurgicaux [on s’en doutait]. Une étude chez le personnel hospitalier a également montré que le risque d’infection respiratoire était plus important dans le groupe portant un masque en tissu que dans le groupe portant un masque chirurgical. [on s’en doutait aussi, merci]. »

        Le reste à l’avenant et très dénué de la moindre information utilisable sur la question.

        Ce qui est assez insupportable (et là je ne parle pas particulièrement de cette notice), c’est que jamais aucun argument n’est produit en direction du public pour justifier telle ou telle préconisation. Je prends l’exemple de la péremption des masques. Que des masques en papier puissent périmer, c’est fort possible, mais c’est quand même contre-intuitif. Pourquoi donc personne ne fait l’effort de nous expliquer pourquoi et comment un masque pourrait bien périmer? Je suis sûr que nous serions pourtant capable de le comprendre s’il y a une raison valable et éventuellement d’adapter notre usage dans le cas où nous n’ayons, par malheur, que des masques périmés à disposition.

          +6

        Alerter
        • Ken // 12.04.2020 à 12h28

          La porte-parole du gouvernement a parlé du relâchement de l’élastique ne permettant plus l’étancheité.

            +1

          Alerter
          • Emmanuel B // 12.04.2020 à 12h35

            Oui, ça paraît logique mais du coup, c’est aussi quelque chose d’assez facilement testable par soi-même, non?

              +3

            Alerter
          • Crundchu // 12.04.2020 à 13h48

            le relachement de l’élastique… Si vous avez l’esprit aussi mal tourné que moi vous avez du vous marrer comme un bossu.
            Connaissant la porte-menterie du gouvernement j’ai quand même tendance à penser qu’elle a dit ça au premier degré… C’est le seul degré à son niveau.

              +9

            Alerter
          • BayBee // 12.04.2020 à 16h38

            Tant qu’il ne parle pas du relâchement visible du gouvernement … =)

              +1

            Alerter
          • Ovuef2r // 12.04.2020 à 21h52

            J’utilise avec soulagement des masques périmés dont les élastiques tiennent bien sur mon visage rondelet. Ils sont plus confortables et plus solides que ceux reçus en dotation par le gouvernement qui nécessitent de poser des agrafes dans les coins si on ne veut pas voir l’un ou l’autre élastique quitter son poste.
            Bref, jamais Je n’aurais cru un jour remercier Bachelot mais, sur les masques, son équipe avait assuré. Je ne saurais en dire autant de celles qui ont suivi.

              +2

            Alerter
      • jp // 12.04.2020 à 15h35

         » Le peu d’études scientifiques sur les performances de filtration des masques en tissu montrent une efficacité de filtration inférieure à celle des masques chirurgicaux. »

        ça dit 2 choses
        – que l’efficacité soit moindre on s’en doute mais ça ne dit pas qu’elle est nulle. Je ne compte pas sur son efficacité d’un point de vue médical, mais je suis certaine de son utilité sociale : masquée, je rassure les autres (ne serait-ce que dans un petit ascenseur). J’ai un masque en tissu (modèle CHU de Grenoble trouvé sur internet) pour faire courses et marché.

        – qu’il y a peu d’études, donc j’applique le principe de précaution, mieux un masque que rien. Surtout en période de rhum des foins.

          +4

        Alerter
    • Touriste // 12.04.2020 à 11h52

      Bonjour,
      Je n’utiliserais pas le terme « premiers de la classe » mais bel et bien celui utilisé par Manu 1er « premiers de cordée ». Raisonnement un peu par l’absurde :
      0) Manu n’était pas un premier de la classe mais un élève moyen voire véritablement médiocre par la suite. La plupart de ses mignons sont nuls (même pas des cancres car ni sympathiques ni drôles)
      1) si, en alpinisme, la voie est choisie collectivement, c’est lui qui anticipe, teste et préviens les autres des difficultés. Et pourtant, au niveau de la Nation, tout ceci n’a pas été fait…
      2) si dans l’imaginaire de Manu un premier de cordée tire les autres, ce sont bel et bien les autres qui assure le premier s’il dévisse. Ce qui s’est vérifié en 2008 avec nos impôts et de nombreuses autres fois auparavant.
      3) s’il est parfois dit que les premiers de cordée ont coupé la corde (ce qui est faux cf. le point n°2) il est vital aux « suiveurs » de la couper eux-même pour choisir une autre voie d’ascension et s’écarter de la trajectoire de la chute des premiers qui ne manquera pas d’arriver tôt ou tard.
      4) De plus, au sujet du jeu de mot, le terme de « caste » est plus approprié en réalité.

        +10

      Alerter
    • Frexit // 12.04.2020 à 15h02

      « …au pire cela ne sert à rien et est inoffensif… »
      sauf pour la reconnaissance faciale

        +6

      Alerter
      • pseudo // 12.04.2020 à 20h35

        ouais d’ailleurs faudrait faire des masques maisons avec des imprimés visages dessus. Histoire que les machines de détection face des faux positifs. L’IA c’est puissant, et en même temps (erf), tellement stupide.

          +1

        Alerter
  • Emmanuel B // 12.04.2020 à 10h34

    Un autre article concernant quelques particularités de la gestion tchèque est paru sur Mediapart le 3 avril.

    https://blogs.mediapart.fr/emmanuel-boussuge-et-bertrand-schmitt/blog/030420/gestion-tcheque-de-la-crise-sanitaire-et-vol-de-masques

    Il évoquait d’abord une affaire de vol de masques prétendu que Les Crises ont rapporté un peu à contretemps, il y a quelques jours.

      +2

    Alerter
  • isary // 12.04.2020 à 10h42

    https://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/budget-europeen-la-tchequie-toujours-beneficiaire-en-2019

    c’est sans doute une autre manière de ne pas dépendre de l’ aide extérieure!!

      +0

    Alerter
  • Tepavac // 12.04.2020 à 10h50

    Quel plaisir de lire des propos autrement plus revitalisant que le ronchonnage permanent de toute la classe médiaticopolitique qui nous saoul de défaitisme.

    Faut pas dépister, c’est pas bon.
    Faut pas bouger, c’est pas bon.
    Faut pas porter de masque, c’est pas bon.
    Des amis dans les Balkans, me disais il y quelques jours, qu’ils ne se preoccupaient pas des discours politiques depuis la guerre…
    Que cela fait deux que les gens ont pris le probleme a bras le corps et sans attendre quoiques ce soit de quiconque.

    Ici a force de demander l’obéissance, les nature sont devenus assistées. Elles attendent l’ordre.

      +6

    Alerter
  • matlac // 12.04.2020 à 11h41

    A lire avant de se lancer dans un bricolage de fortune

    http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html

      +3

    Alerter
  • Christian Gedeon // 12.04.2020 à 11h44

    Ce qui me fait marrer au tout début de l’article est la sempiternelle phrase « son efficacité n’est pas prouvée » il faudrait vraiment prendre des mesures de confinement à l’égard des toqués du principe de précaution. Magnifique alibi pour ne rien faire…ou alors pour laisser le temps à Dieu sait quel laboratoire pour pondre the traitement à mille euros. Allez savoir

      +9

    Alerter
    • Onfrey-Milleux de Setterre // 12.04.2020 à 14h04

      Ce sont les toqués du principe de « non précaution » qui disent que les masques ne sont pas utiles pour la population, les mêmes qui disent sans preuve, et contre toute évidence logique, que les masques en tissus sont inutiles. Les incompétents européens et occidentaux qui sabrent depuis des décennies dans les services publics.

      Quant aux laboratoires, qui peut sérieusement croire que les dirigeants mondiaux sont prêts à ruiner l’ensemble de l’économie mondiale, pour faire gagner quelques milliards à certains labos. Il y a une limite même à leur incompétence, il faudrait arrêter avec ça.

        +2

      Alerter
      • Christian Gedeon // 12.04.2020 à 15h32

        L’économie mondiale? Regardez de plus près.

          +0

        Alerter
  • matlac // 12.04.2020 à 11h47

    A lire avant de se lancer dans un bricolage de fortune et/ou de guignole

    http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html

      +0

    Alerter
  • David D // 12.04.2020 à 12h37

    Sur l’efficacite ou non efficacite supposee des masques, evidemment qu’il faut distinguer le cas des soignants et le cas de la population confinee. On croise peu de monde a portee de nous postillonner dessus suite au confinement : le masque n’est pas inutile en soi, mais il vient apres le confinement. Le gros du danger vient de nos doigts. Tout le monde touche les memes euros en monnaie, les memes touches pour payer par carte, les memes clinches de portes, voire les memes produits qu’on remet en rayon apres hesitation a l’achat, etc.
    Ensuite, pour les masques faits maison. Il doit y avoir moyen d’assurer quelque chose d’efficace sans se preoccuper des tests. Le polyester n’est pas absorbant et il suffit alors d’ajouter plusieurs couches de PQ ou de sopalin qu’on remplace apres chaque sortie, et je ne vois pas tres bien en quoi les tests vont demontrer que ce n’est pas efficace.
    Enfin, le probleme des masques, c’est aussi leur utilisation, apres trois heures ils peuvent devenir eux-memes le foyer d’infection. Le masque en polyester a l’interet de se nettoyer a l’eau chaude et de permettre un renouvellement constant du sopalin. Les masques officiels pour juin, c’est pas serieux a cote.

      +2

    Alerter
    • marc // 13.04.2020 à 04h22

      Le masque en tissus que j’ai acheté en Chine, est fait de 2 épaisseurs, et a l’intérieur, 1 ou 2 millimetre de gaze.
      Au bout d’un certains nombre de lavage, il devient de moins en moins epais, mais aussi les elastiques se relache, c’est donc le moment d’en acheter un autre. Le probleme, c’est d’en trouver a en acheter.

      Sinon, quand je m’en suis servis tres peu de temps, je mets le masque en plein soleil, les UV tuent le virus, aussi la couleur du masque, mais c’est pas grave.

        +0

      Alerter
  • Gilbert Le Pape // 12.04.2020 à 14h48

    Même si le port du masque n’a qu’une efficacité de 50 %, cela permet de diviser le R0 par 2 et donc en complément des des mesures de distanciation sociale et de confinement des malades de le faire passer en dessous de 1 (le R0 est estimé à 2.5 au départ) et de fait de stopper l’épidémie.

    Masques pour tous + distanciation sociale + tests = pas besoin de confinement.

    Le problème c’est que nous n’avons ni de masques ni de tests en quantités suffisantes.

      +6

    Alerter
  • koui // 12.04.2020 à 17h05

    Il est absolument évident qu’un simple masque en tissu réduit fortement la contamination a l’expiration et dans une moindre mesure a l’inspiration. A moins d’utiliser un scaphandre complet, aucun système de protection n’est parfait, et les masques ffp2 ne le sont pas non plus. De toute façon, on en a pas. Puisque l’état n’est pas capable de nous aider et qu’on ne peut pas rester enfermés indéfiniment, il va bien falloir sortir un jour avec un truc bricolé sur la bouche comme les tchèques.

      +5

    Alerter
    • yann // 12.04.2020 à 19h39

      C’est comme pour les préservatifs. Si y’a pénurie, on peut les tricoter soi même.

        +2

      Alerter
  • Myrkur34 // 12.04.2020 à 19h43

    Le masque en porte multi-fleurs de la jeunette en illustration est très beau mais de plus pour le transport et l’incubation de n’importe quel virus dans les fleurs, il est au top du top.
    Bon après si elle va à un défilé de mode……

    J’en profite pour me demander et vous demander comment le jogging peut être encore autorisé, genre projection de gouttelettes de toutes tailles puissance x,x,x,x, on peut difficilement faire mieux par rapport à un simple marcheur. Et pour ce qui est de la distanciation….Quand tolérance rime avec bêtise.

      +3

    Alerter
  • pseudo // 12.04.2020 à 20h41

    > La Corée du Sud vient découvrir contrairement à toutes les théories qu’un malade considéré guéri ne possède pas d’immunité acquise.

    on en parlait déjà en février, les chinois avaient déjà détectés cela, mais c’était trop tôt, trop peu étayé, et puis il y avait apparemment d’autre sujet de préoccupations. cf peak properity si mes souvenirs sont corrects.

    bref, on continue de découvrir l’eau chaude car pour en rajouter sur ce propos, ce comportement avait déjà était détecté sur les autres coronavirus connu, le principe de précaution voulait qui puisque cov-**2** ressemble à 99% à sars-cov, on eu considéré, tant qu’on avait pas de certitude, que tous le pire de la précédente version s’appliquait à la nouvelle version 2.0, selon moi…

      +0

    Alerter
  • Catalina // 14.04.2020 à 06h00

    « Il n’y a pas de preuve suggérant que le port du masque par l’ensemble de la population ait un effet bénéfique », a ainsi indiqué le 30 mars, le docteur Mike Ryan, directeur exécutif de l’OMS, chargé du programme de gestion des situations d’urgence sanitaire.
    et c’est le directeur exécutif de l’OMS, ouais, bon, bientôt il nous dira que la mort aux rats n’est pas dangereuse, avec des clampins pareils, on est mal barrés, faut surtout pas les écouter ! il y a des preuves, ben si, Corée du Sud, etc

      +0

    Alerter
  • lon // 14.04.2020 à 20h00

    Il faut imposer le port du masque dans les espaces confinés, administrations, entreprises, supermarchés, etc…si on veut sortir du confinement de manière sensée . Mais à part ces pays d’Europe centrale je ne vois pas pour l’instant une telle mesure rendue obligatoire en Europe de l’ouest, Allemagne, France , Benelux, etc..où la démagogie de la  » liberté individuelle » bat son plein , rien n’indique dans les discours officiels qu’on se dirige vers cette solution . Je vois l’évolution dans mon petit pays du Benelux, de moins en moins de masques au supermarché , même le clampin de la sécurité chargé de filtrer les entrées ne daigne pas en porter . Ce qui nous renvoie à la case départ : le confinement imposé comme seul et unique moyen de ne pas saturer le système hospitalier et de  » lisser la courbe » . D’ici début mai , les gens vont continuer à mourir et continueront à mourir dans les mois qui suivront la reprise, mais cela se verra moins , car les autorités auront organisé l’étalement dans le temps . Qui se soucie vraiment de tous ces morts ? Après tout il s’agit en majorité de  » vieux » , de personnes avec un lourd handicap santé , des quasi-obèses nous serinent nos médias , bref un peu plus tôt ou un peu plus tard ….

      +0

    Alerter
  • amadablan // 15.04.2020 à 17h59

    Le docteur Ryan est un irresponsable. Pourquoi attendre une preuve scientifique (on se demande d’ailleurs ce qu’attends l’OMS pour étudier cela). Un gamin de 5 ans comprends que si j’ai un masque,. Une partie de mes postillons n’atteindra pas le visage de mes voisins. Peu importe de savoir si c’est 50,60,ou 80%, cela sera supérieur à 0 et donc efficace. Si en plus mon voisin porte un masque, j’ai moins de chance de recevoir ses postillons.De plus si cela ne sert à rien on se demande bien pourquoi il le recommande au personnel médical.
    Comment cette personne peut être à ce poste.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications