Les Crises Les Crises
31.août.201831.8.2018 // Les Crises

Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner. Par Amaelle Guiton

Merci 321
J'envoie

Source :Libération, Amaelle Guiton, 24-08-2018

La jeune femme de 26 ans, employée d’un sous-traitant de la NSA, était jugée pour avoir transmis à la presse un rapport classifié sur des tentatives de piratage visant l’infrastructure de vote, et attribuées à la Russie.

Elle est la première lanceuse d’alerte de l’ère Trump jugée au titre de l’Espionage Act, cette loi désormais centenaire utilisée sous Obama pour poursuivre Chelsea Manning, la source des documents confidentiels de l’armée américaine publiés en 2010 par WikiLeaks, et Edward Snowden, l’ancien consultant qui a révélé l’ampleur de la surveillance en ligne pratiquée par la NSA, l’Agence nationale de sécurité américaine. Ce jeudi, Reality Winner, 26 ans, a été condamnée à cinq ans et trois mois de prison par un tribunal d’Augusta (Géorgie) pour avoir transmis à la presse un document classifié sur des tentatives de piratage à l’encontre de l’infrastructure électorale, attribuées à la Russie. Soit «la sentence la plus lourde jamais prononcée contre la source d’un média dans un tribunal fédéral», relève la Freedom of the Press Foundation.

Employée d’un sous-traitant du renseignement

Le 5 juin 2017, le site d’investigation américain The Intercept révélait le contenu d’un rapport confidentiel émanant de la NSA. Daté du mois précédent, ce document expose la manière dont des pirates informatiques ont tenté, à l’approche de l’élection présidentielle de 2016, de subtiliser des identifiants et des mots de passe à des employés de VR Systems, une entreprise de Floride qui fabrique des équipements et logiciels de contrôle des listes d’émargement dans les bureaux de vote. But de la manœuvre : accéder au réseau interne de la société afin d’y trouver des informations permettant, dans un second temps, de piéger des administrations locales en leur expédiant des programmes malveillants camouflés dans des documents Word. Une activité que l’agence américaine attribue en toutes lettres au service de renseignement militaire russe, le GRU, déjà accusé d’avoir piraté le Comité national démocrate (DNC) et le directeur de campagne de Clinton en 2016.

Or moins d’une heure après la parution de l’article de The Intercept, le département américain de la Justice annonçait la mise en examen de Reality Leigh Winner, ancienne de l’US Air Force où elle officiait comme linguiste, et désormais employée de Pluribus International Corporation, un sous-traitant de la défense et du renseignement américains. Winner, détachée auprès d’une «agence gouvernementale», était accusée d’avoir transmis à un «média» un document classifié, des faits qu’elle a reconnus après son arrestation par le FBI.

«Effet dissuasif»

En juin dernier, alors que Reality Winner […]

Lire la suite sur : Libération, Amaelle Guiton, 24-08-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kess // 31.08.2018 à 14h35

Ouaip, un article à auteur des journalistes de libération: recopions reuters, associated press ou attendons que l’afp le fasse … pas besoin de parler anglais comme ça. Du journalisme d’investigation, en mode clic sur trois sites. C’est pas à libé qu’on risquerait des années de prisons pour un papier, faut dire que vu la précarité du métier.

29 réactions et commentaires

  • Kesse // 31.08.2018 à 08h22

    Mais, ils vont la graciée, non? C’est les russes. Le rapport dénonce l’armée russe.
    L’article de libé oublie de mentionner les preuves que le rapport contient. Ou alors, la pauvre prend cinq ans pour avoir sorti un papier avec “C’est les russes.” marqué dessus … plus qq voies d’accés possibles pour pirater le système électoral américain?

     7

    Alerter
    • Mdacier // 31.08.2018 à 08h36

      Idem … je ne comprends pas comment elle peut être condamnée sur des bases aussi fragiles ?!

       7

      Alerter
      • Kess // 31.08.2018 à 14h35

        Ouaip, un article à auteur des journalistes de libération: recopions reuters, associated press ou attendons que l’afp le fasse … pas besoin de parler anglais comme ça. Du journalisme d’investigation, en mode clic sur trois sites. C’est pas à libé qu’on risquerait des années de prisons pour un papier, faut dire que vu la précarité du métier.

         21

        Alerter
      • Dominique65 // 01.09.2018 à 12h39

        « je ne comprends pas comment elle peut être condamnée sur des bases aussi fragiles ? »
        Bases aussi solides que celles qui ont provoqués les embargos contre la Russie ou l’Iran. Pourquoi la « justice » américaine serait plus exogante pour un individu que pour un peuple ?

         4

        Alerter
    • l’aieul // 31.08.2018 à 18h47

      Sauf si le rapport est bidon et que la fuite était parfaitement intentionnelle pour nuire à l’administration Trump, qui donc se venge du mieux qu’elle peut en faisant payer la lampiste pour les machinations de ses adversaires.

      C’est la seule explication logique de cette affaire.

       7

      Alerter
  • LCH // 31.08.2018 à 08h50

    Reality Winner = La réalité vaincra

    Désolé j’ai un anglais très basique 😉

    Espérons le surtout

     11

    Alerter
  • Araok // 31.08.2018 à 09h02

    Qu’est-ce qu’elle aurait pris si ça n’avait pas été les russes!

     5

    Alerter
  • xoldo // 31.08.2018 à 09h13

    Une lanceuse d’alerte en prison = vérité bafouée = liberté piétinée pour tous.

     5

    Alerter
  • Caton // 31.08.2018 à 09h31

    Dans cet article, on oublie Susan Lindauer la PREMIERE femme accusée de complicité de terrorisme sous le Patriot act II. Elle dénonçait les mensonges concernant le 11 septembre 2001!

     14

    Alerter
  • Pierre D // 31.08.2018 à 10h05

    C’est émouvant de présenter l’affaire comme s’il s’agissait une injustice donc d’une question de justice.

    “C’est les Russes” ce n’est pas une hypothèse, c’est une affirmation du domaine de la propagande politique et économique et quiconque le niera sera traité comme traître à l’intérêt national.

    Il n’ y a rien a démontrer pas de preuves à produire c’est un postulat.

     3

    Alerter
  • DVA // 31.08.2018 à 10h32

    Désolé , mais je pense que Reality Winner sert surtout et d’abord la cause de l’attaque permanente contre la Russie !
    La raison?! ‘ La Texane a fourni en juin 2017 à The Intercept un rapport confidentiel du Renseignement américain détaillant comment des pirates informatiques du renseignement militaire russe ont tenté de s’introduire dans les systèmes électoraux américains lors de la présidentielle de 2016. Quelques heures plus tard, elle était arrêtée en Géorgie. …”

    Elle devrait être assez vite ‘ recyclée’ dans un ou l’autre services ( avec promo à la clé !!!)…
    J’ai tapé son nom dans google…difficile de faire un portrait robot avec les photos disponibles la concernant déjà !….

     8

    Alerter
    • Haricophile // 06.09.2018 à 08h38

      Recyclée ? Ça pas sûr… ils sont assez peu scrupuleux et ne défendent les leurs qu’en parole, surtout quand ils sont “perdant” ou associés a un événement désagréable. J’ai un souvenir d’un président Bush tapant sur le dos du capitaine pompier en le traitant de Héro National, mais ensuite ils n’ont strictement RIEN fait du tout pour eux, rien pour les aider lorsqu’ils sont tombé malades a causes des saloperies contenues dans les poussières, rien du tout, pas le commencement de quelque chose. Société individualiste et hyper-compétitive de merde.

       0

      Alerter
  • RGT // 31.08.2018 à 10h46

    Même si les faits sont avérés, irréfutables et désignent les “ennemis de la Nation” il est strictement interdit de diffuser des infos sur les barbouzes “nationales” car c’est une “atteinte à la sécurité de l’état”…

    En effet, si les russes ou les nord-coréens ont réussi à s’infiltrer dans les systèmes d’une “puissante nation”, ça prouve deux choses :
    – Que les services de ladite nation ne se soucient pas trop de leur propre sécurité et la confient à des incompétents.
    – Que si les “ennemis” le font, ladite “sainte nation” doit aussi de son côté procéder à des “intrusions” dans les systèmes “protégés” et donc que les services ouverts au public et les systèmes privés ne leur posent AUCUN souci.

    Elle n’a pas été condamnée pour avoir révélé une tentative d’infiltration des “ennemis” de l’Amérique, elle a été condamnée pour avoir diffusé des informations sur les pratiques des barbouzes qui pourrait ajouter une couche supplémentaire (justifiée) à la méfiance des citoyens vis à vis des systèmes de communications.

    En voulant se protéger des “bolchéviks le couteau entre les dents du KGB” les citoyens lambda pourraient avoir l’idée incongrue de protéger leurs installations rendant par là les “visites amicales” de leurs “Gouvernements bienfaisants” bien plus difficiles.

    https://www.youtube.com/watch?v=evt_8hluLww

     5

    Alerter
    • Chris // 31.08.2018 à 12h28

      Un des gros problèmes que rencontrent les (17) agences de renseignements américains est l’externalisation, privatisations néolibérales obligent !
      Pluribus International Corporation est l’un de ces multiples sous-traitants.
      https://quebec.huffingtonpost.ca/2013/06/10/en-sous-traitant-au-priv_n_3417054.html
      Une sous-traitance qui n’affecte pas seulement la sécurité nationale, mais surtout les contenus délivrés susceptibles d’être bâclés (rendement : l’entreprise ne met pas trop de monde sur un mandat) ou biaisés pour répondre aux “voeux du client”…
      http://www.strato-analyse.org/fr/spip.php?article205
      “près de 70% du budget de la communauté américaine du renseignement serait consacré à des entreprises privées {…} par ce biais l’Etat fait d’importantes économies surtout parce qu’il n’a pas à payer les pensions de retraites des employés du privé. Cependant la Commission du Sénat sur le Renseignement a démontré qu’un fonctionnaire revenait à 126 000 dollars par an à l’Etat, contre 256 000 dollars pour un employé extérieur {…} des compagnies privées, de surcroît essentiellement créées par des anciens, avec l’argent du contribuable, et qui sont plus préoccupées par faire de l’argent que par le pays.”
      Un article assez long mais très instructif quant à la fragilité du renseignement US.

       10

      Alerter
      • Haricophile // 06.09.2018 à 08h52

        C’est pas spécifique au renseignement ça. Ni même aux USA. Par exemple la privatisation des barrages chez nous est une démarche “intéressante” surtout au vu de ce qui s’est passé sur un certain pont privatisé en Italie…

        A Grenoble qui a eu la chance de pouvoir “re-publiquer” l’eau, on a démontré que sur ce secteur le privé est en moyenne 20% plus cher pour 40% d’investissement en moins. Le fameux service public coûteux et inefficace dont tout les libéraux nous rabâchent les oreilles y compris dans ces forums… d’ailleurs je ne sais pas maintenant, mais a une époque ou la sécu était encore considérée, le simple traitement d’un dossier par la sécu coûtait entre 2 et 4 fois moins cher que le traitement du même dossier par les compagnies d’assurances privées : La fameuse inefficacité du service public qu’il faut absolument privatiser. A mettre en face des 65%des recettes versées au actionnaires en moyenne l’année dernière en France….

        Que les dirigeants soient public ou privés, actuellement ils sont tous toxiques. Il n’y a pas qu’a Palerme que les poubelles puent ! Les beaux costumes servent surtout a cacher la pourriture.

         0

        Alerter
    • Myrkur34 // 02.09.2018 à 11h30

      Moi ce papier me rappelle cette affaire.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Plame-Wilson

      Quant à protéger une quelconque installation informatique du plouc moyen (ce dont je suis), je crois que vous vous faîtes des illusions. Dés qu’il y a échange, c’est cuit.

       0

      Alerter
  • DocteurGrodois // 31.08.2018 à 11h40

    Reality Winner me semble surtout avoir été l’idiote utile d’une manipulation dans laquelle elle s’est jetée à pieds joints. Et vu la très faible valeur intrinsèque du document qu’elle a fuité, elle mérite à peine le titre de lanceuse d’alerte.

    Car le rapport en question est une compilation d’allégations qui ne contient aucune donnée brute ni aucune affirmation faisant référence à des faits concrets. En terme de valeur, Winner a fuité l’équivalent d’une synthèse d’articles de presse, mais estampillée “confidentiel”.

    Vous remarquerez que Libé ne mentionne ni la véracité du contenu des documents, ni les circonstances de son arrestation dont sont directement responsables leurs confrères de The Intercept…

     14

    Alerter
  • christian // 31.08.2018 à 12h34

    Ce n’est pas une réelle lanceuse d’alerte mais la victime (passablement stupide faut-il l’avouer, comme par exemple imprimer sur une imprimante du travail) d’une opération de propagande. The Incercept n’est pas innocent non plus dans l’arrestation,il lui est reproché de n’avoir pas su protéger sa source, comme par exemple avoir envoyé une photo des documents à la nsa lui permettant d’identifier l’imprimante,et ce plusieurs jours avant publication.
    Winner est victime de son anti trumpisme, encore une qui croit que le problème est trump alors que c’est les usa.
    Quand au document fuité, il ne contient aucune preuve contre la Russie, juste des conclusions faites par la NSA qui comme la CIA ou le FBI sont des agences spécialisées (à côté du racket, meutre, chantage, espionnage, sabotage, coups d’état, enlèvements, torture etc.) dans la diffusion de mensonges.
    Voici le document:
    https://www.documentcloud.org/documents/3766950-NSA-Report-on-Russia-Spearphishing.html#document/p1
    Et une analyse:
    https://www.zerohedge.com/news/2017-06-06/nsa-leaker-reality-winner-feels-ham-handed-psyop
    Ceci dit, le verict est immonde (c’est l’empire après tout), mais n’a-t-on pas délivré à cette femme le médicament qu’elle et ses employeurs propose au reste du monde ? n’oublions pas qu’elle était militaire et a été engagée dans une société (Pluribus) de mercenariat, alors j’ai de la peine à avoir de l’empathie pour elle, ce n’est ni elsbert, snowden ou kiriakou.

     14

    Alerter
    • Bertrand // 31.08.2018 à 14h25

      Merci pour ces liens, je suis plutôt d’accord sur le fait que cette affaire pue. Les deux messages qui sont passés sont “regardez, encore un élément à charge contre les Russes” et “lanceurs d’alerte potentiels, regardez bien ce qui vous attend si vous passez à l’acte !”. On se demande bien qui ça arrange. Et la pauvre Reality serait alors une “victime collatérale” (une de plus). Quant à The Intercept, ils ont incontestablement merdé sur ce coup-là. D’ailleurs les commentaires des lecteurs sur leur site n’étaient pas tendres à l’époque. Et même si je continue à trouver remarquables les articles et interventions de Glenn Greenwald (parfois en désaccord frontal avec certains des articles publiés par son site), il y a pour le moins des zones d’ombre sur leur fonctionnement.
      Voir aussi cet article : http://www.moonofalabama.org/2017/06/do-not-trust-the-intercept-or-how-to-burn-a-source.html
      Et c’est assez triste que le traitement de ce sujet soit aussi pauvre du côté de Libé, mais qui s’en étonnera ?

       9

      Alerter
  • Lebougre // 31.08.2018 à 12h52

    Les machines à voter ne sont évidemment pas acceptables, on ne peut pas recompter, on ne peut pas vérifier et apparemment, comme tout ce qui est informatisé, elles sont “sensibles”.
    Les citoyens américains ne sont pour rien dans l’élection de Trump, ce sont les rusés russes qui ont voté … non ?

     4

    Alerter
  • fox 23 // 31.08.2018 à 14h01

    C’est la justice façon étasuniens ! Dans un pays où les juges font campagne électorale pour être élus, comment encore s’étonner ?
    Campagne électorale veut dire dépenses importantes, de deux choses l’une: ou il est financièrement bordé de par ses origines, je vous laisse deviner le genre de justice qu’il va mener, ou il est dépendant de l’argent, il trouvera des sponsors mais sera un obligé et pour son job, retour au cas précédent.
    Petit rappel General Electric eut quelques soucis avec la justice étasunienne après WW II, oh, juste des bricoles, ils s’étaient acoquinés avec Krupp, grand soutien de l’oncle Adolf. Ils firent, pour le gouvernement US passer le carbure de tungstène, si utile pour les outillages, de 50 à plus de 400 $ la livre, une partie étant redistribuée aux Allemands.
    La condamnation de GE fut, de mémoire, inférieure à 5000 $ et ils veulent donner des leçons ?

     4

    Alerter
  • Deres // 31.08.2018 à 14h37

    Là où c’est important c’est que c’est sur la base de ce genre de document que les attaques sont systématiquement attribués à des “russes”. Pourtant, un tel document bien que secret défense ne contient en fait aucune preuve concrète. C’est juste une affirmation après avoir vu des tentatives de “phishing” contre une entrep^rise impliqué dans des élections. Mais ce type de piratage est pratiqué de manière régulière contre toutes les entreprises et particuliers. Révéler le manque de fond des accusations généralement caché par le secret défense est donc un crime grave …

     6

    Alerter
  • Fabrice // 31.08.2018 à 20h55

    Peu importe le pourquoi les lanceurs d’alerte qui se battent pour alerter la société (terme générique) de ses failles doivent avoir un statut protégé et avoir la reconnaissance car ils contribuent à améliorer et corriger nos civilisations.

     0

    Alerter
  • Mr K. // 01.09.2018 à 07h56

    Billet sur le comment Reality Winner s’est fait griller par le site “The Intercept” :

    https://www.les-crises.fr/decouvrez-comment-votre-imprimante-vous-espionne-et-peut-vous-denoncer/

    On y apprend aussi le nom du “journaliste”, travaillant pour “The Intercept”, qui grille régulièrement des lanceurs d’alerte : Matthew Cole.
    Extrait : “La polémique a donc gonflé, car un des journalistes enquêteurs, Matthew Cole, a déjà été accusé par 2 autres lanceurs d’alerte – John Kiriakou et Joseph Hickman – d’avoir conduit à leur arrestation (au moins par imprudence), quand il travaillait dans d’autres médias : …”

    Peut-être qu’en contrepartie d’une certaine liberté permettant la publication d’articles vraiment bons, “The Intercept” donne des gages au “système”?

    Un peu comme Médiapart chez nous?

     2

    Alerter
  • Phil_A // 01.09.2018 à 15h50

    Ne jamais oublier que derriere The intercept ,c’est Pierre Omidyar.

     2

    Alerter
  • keg // 02.09.2018 à 07h39

    Vous dénoncez une malversation, vous êtes condamné, vous la taisez, vous êtes condamné ! Que faire alors, dénoncer une fausse malversation….. Alors créons la de toute pièce et faisons le buzz avec… Cela plaira aux réseaux sociaux et les pouvoirs ne pourront enfermer les millions de likers, surtout si ces derniers ne se contentent pas de lever le pouce (qui peut être interprété autrement…. ) mais diffusent à leur tour vers leurs propres réseaux…

    https://wp.me/p4Im0Q-2vP

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications