Les Crises Les Crises
17.août.201817.8.2018 // Les Crises

Affaire Benalla III : le complot russe, François-Bernard Huyghe

Merci 25
J'envoie

Source : François-Bernard Huyghe, 04-08-2018

Troisième mouvement de contre-offensive dans l’affaire Banalla :
– Après les affirmations factuelles rassurantes vite démenties par les images en ligne ou les enquêtes des médias
– Et après la mise en cause idéologique des extrémistes de droite ou de gauche et autres frustrés nihilistes en ligne qui en veulent au malheureux président
– Voici l’inévitable complot des russes ou russophiles, connus depuis longtemps pour déstabiliser les démocraties. Un député constructif les Républicains appelle déjà la commission d’enquête sénatoriale à se saisir de le manipulation attribuée aux comptes russophiles sur Twitter et dont le but serait donc de déstabiliser le gouvernement.

Le dossier est établi par EU Désinfo Lab dont on ne peut pas dire effectivement qu’il soit très russophile et qui affirme que « 1% des comptes du. réseau actifs sur l’affaire Benalla ont produit près de 44% des messages sur cette affaire. ». On ajoute que sur les 2600 comptes les plus prolixes sur le sujet, 27% avaient des liens avec la communauté russophile, des gens « qui se suivent entre eux et partagent des intérêts communs » (ce qui est bizarre, en effet, pour une communauté en ligne et est certainement le honteux monopole des séides du Kremlin).
En analysant les liens entre les comptes, on découvre-ô surprise – qu’ont beaucoup tweeté sur le sujet des communautés de droite, d’extrême-droite ou d’extrême-gauche , une « communauté médiatique » orienté à gauche et des « isolés ». Il serait donc suspect que des gens qui s’opposent au gouvernement aient tendance à refléter des informations embarrassantes pour le gouvernement : on ne dit pas que c’est la main de Moscou, mais suivez mon regard…

Il est en effet très possible que des comptes partageant certaines options idéologiques soient particulièrement friands de nouvelles – ici abondantes, documentées, fréquentes et sensationnelles – qui vont dans le sens qu’ils souhaitent. Il est même fort vraisemblable que cela ait eu un effet multiplicateur (mais apparemment surtout au sein de groupes plus ou moins préconvaincus) de ce qui, soit dit en passant, se révèles généralement vrai sauf un ou deux canulars (Benalla avait les clefs de la bombe atomique) ou des inexactitudes techniques (surface de l’appartement, type de permis de port d’arme, etc.) Il est même envisageable que des gens qui se considèrent comme hostiles aux élites ou au discours dominant se retrouvent entre eux pour rechercher confirmation : la belle surprise ! Bien entendu, parmi ces comptes, il y a certainement quelques bots et quelques internautes militantes qui ne sont pas français. Mais est-on certains que tous les comptes qui critiquent Poutine soient tenus par des Russes ou que tous les tweets contre Nethanyaou émanent de citoyen israéliens ?

Il faut surtout se demander
– ce que représente réellement cet effet multiplicateur en ligne : même en se bornant aux commentateurs les plus actifs sur le thème, les trois quarts des comptes tweetant frénétiquement n’appartiendraient, si on suit les chiffres, ni à l’obédience RN ni FI : ce qui n’est pas monstrueux par rapport au poids électoral de ces deux sensibilités
– ce que représente ledit effet en ligne par rapport au traitement exceptionnel du sujet par les médias classiques : ce n’est pas Poutine qui incite l’’Express, le Point ou Marianne à consacrer leur couverture à l’affaire et à y refléter des informations qui ne nous paraissent pas contradictoires avec ce que nous avons lu en ligne.
– Ce qui serait une proportion raisonnable et non significative de comptes « ayant une connexion avec l’écosystème russophile » qui auraient dû s’intéresser à l’affaire ? 4%, 5% ? Personne ?
– Ce qui caractérise un compte « russophile », et qui ne doit pas être l’admiration pour Tolstoi ou le goût des balalaïkas. Une tendance supérieure à la moyenne à reprendre des éléments présents dans Rossia Today ou Spoutnik ? Une certaine sélectivité des sources et des intérêts ? Devraient-ils, pour ne pas être suspects, se borner à citer l’Opinion et Paris Match ?
– Comment on glisse d’une opinion ou d’une prédilection des internautes à une suspicion sur une manœuvre du Kremlin voire à une conspiration ? Ne peut-on avoir certaines opinions ou s’intéresser à certains sujets que sous l’effet de la désinformation, d’un nihilisme typique des classes inférieures (voir article précédent ou sous l’effet de l’influence russe ?
– Fais-je partie des suspects ? J’ai eu le malheur de retweeter quelques parodies comparant Macron à OSS117 ou quelques photo-montages rigolos ? Cela me rend-il coupable d’intelligence avec l’ennemi ?

Source : François-Bernard Huyghe, 04-08-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Rond // 17.08.2018 à 09h29

Gloser sur les bavardages, les propos colportés des uns et des autres sur les microcosmes touiteur ou face de bouc me surprendra toujours. C’est comme fabriquer de l’info à partir d’une matière première de comptoir bien moisie. En déduire quoi que ce soit serait du même tonneau.
Sauf qu’à notre époque moderne, c’est ça qui fait foi et qui agite les zébulons. Je serais mort de rire si ce n’était aussi pathétique.
Quand c’est gratuit, c’est toi le produit ! Et encore une fois, ça n’a pas loupé. Ces deux réseau a-sociaux, c’est combien de produits ?
Quant à vous monsieur Huyghe, vous êtes en effet coupable d’atteinte à l’image de notre céleste jupiter ! lol
Soupire …

32 réactions et commentaires

  • Rond // 17.08.2018 à 09h29

    Gloser sur les bavardages, les propos colportés des uns et des autres sur les microcosmes touiteur ou face de bouc me surprendra toujours. C’est comme fabriquer de l’info à partir d’une matière première de comptoir bien moisie. En déduire quoi que ce soit serait du même tonneau.
    Sauf qu’à notre époque moderne, c’est ça qui fait foi et qui agite les zébulons. Je serais mort de rire si ce n’était aussi pathétique.
    Quand c’est gratuit, c’est toi le produit ! Et encore une fois, ça n’a pas loupé. Ces deux réseau a-sociaux, c’est combien de produits ?
    Quant à vous monsieur Huyghe, vous êtes en effet coupable d’atteinte à l’image de notre céleste jupiter ! lol
    Soupire …

     33

    Alerter
    • Yanka // 17.08.2018 à 10h08

      Il est en effet consternant de voir tant de journaux, et maintenant de télés, s’emparer de polémiques nées sur les réseaux sociaux, comme si c’était là que cela se passait et non plus dans le vaste monde. On voit de plus en plus des titres contenant “… enflamme la Toile”, comme si Internet ne parlait plus que de ça, en général une polémique-bidon du type : telle starlette de la télé réalité s’est affichée sur Instagram avec tel ou tel accessoire qui pourrait vouloir dire quelque chose ! Et on nous fait croire que la planète entière gazouille sur ce sujet, que le monde s’étripe à ce propos et que la guerre civile menace, qu’une intervention d’extra-terrestres de la planète Blølüb 690 est envisageable pour mettre fin au conflit. Les journaux sérieux (Le Figaro, le Monde) échappent encore au phénomène (le phénomène “pute-à-clic”, pour le dire en français), mais on les sent désemparés vis-à-vis des réseaux sociaux, d’où part le plus souvent l’info, désormais.

       4

      Alerter
      • Yannis // 17.08.2018 à 16h11

        Parce que la réalité intéresse très peu de personnes. Particulièrement les investisseurs et encore quelques rêveurs. L’aspect de la réalité actuellement acceptée par la société francaise est un enfermement ou un aveuglement, une forme de dissonance cognitive ?

         14

        Alerter
    • jacqurocant // 17.08.2018 à 14h00

      En l’occurrence vous n’entendrez jamais parler de Facebook en réseau social performant sur nos chaines et radios nationales Sauf en mal. Tweeter est par contre le réseau social de prédilection de France Inter et de nos dirigeants. On se demande bien pourquoi.

       8

      Alerter
      • Yannis // 17.08.2018 à 16h14

        Parce que parmi les professionnels qui utilisent le plus tweeter, il y a principalement les journalistes ? Tellement plus confortable de surfer sur le net que d’aller sur le terrain et se confronter au réel.

         14

        Alerter
      • Haricophile // 18.08.2018 à 00h37

        Parce que pour suivre la politique du Président des États Unis il faut être abonné, et comme ils suivent comme des insectes ce qui brille le plus…

         6

        Alerter
    • Patapon // 17.08.2018 à 18h03

      Offre d’emploi : cherche hommes de paille sachant vaguement écrire pour poste de caution scientifique à des études bidon visant à impressionner le peuple ignorant et craintif de l’influence souterraines des déblatérations crypto poutiniennes empruntant le dark touitter de nature à décupler l’insignifiante affaire dite Benalla.

       5

      Alerter
  • some // 17.08.2018 à 10h52

    le simple fait que l’on se pose cette question montre à quel point l’engrenage est enclenché,

    > Cela me rend-il coupable d’intelligence avec l’ennemi ?

     7

    Alerter
    • Kiwixar // 17.08.2018 à 12h28

      Ce n’est pas à la mediasphère de déterminer qui est l’ennemi (et ainsi favoriser leurs actionnaires marchands d’armes et de mort). C’est au Legislateur et/ou à l’Exécutif de le faire, en le justifiant, et en appréciant où ça nous a déjà menés.

       16

      Alerter
  • patrickv // 17.08.2018 à 11h06

    n’ayant ni touiteur, ni face de bouc, je ne suis donc pas “soupçonnable” ! 🙂
    en tout cas je suis hors des statistiques de EU Désinfo Lab. (même pas “numéroté” !)
    ceci dit, sacré (bon) boulot de “Les Crises”, et très lu, car, dans de nombreux journaux, les commentateurs prennent comme pseudo, leur “numéro matricule” !
    merci Monsieur Berrurier

     25

    Alerter
  • Fritz // 17.08.2018 à 11h47

    Finalement, les chiens de garde de Wikipédia n’ont pu empêcher que le travail d’Olivier Berruyer soit mentionné dans la section “Disinfo Lab” de la page sur l’Affaire Benalla :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Benalla#Étude_Disinfo_Lab

    A condition de ne pas citer les-crises directement, mais des “sources secondaires de qualité” moins précises… petite mesquinerie en guise de revanche.

     27

    Alerter
    • Le Minotaure // 18.08.2018 à 02h27

      En même temps ce sont les règles de Wikipédia… je ne les aime pas et c’est pour ça que je ne participe plus depuis des années, mais je trouve un peu bizarre d’aller reprocher à des contradicteurs d’appliquer les règles de la plate forme.

       3

      Alerter
      • Wakizashi // 18.08.2018 à 08h02

        @ Fritz
        “Finalement, les chiens de garde de Wikipédia n’ont pu empêcher que le travail d’Olivier Berruyer soit mentionné dans la section “Disinfo Lab” de la page sur l’Affaire Benalla ”

        Je ne vois pas où est le problème… Il ne fallait pas citer le travail d’Olivier Berruyer ?

        @ Le Minotaure
        “je ne les aime pas”

        Vous n’aimez pas qui ? Wikipédia, c’est potentiellement vous, c’est moi, c’est tout le monde, et c’est bien ça qui en fait tout l’intérêt : pour une fois on a quelque chose qui est du ressort de l’intelligence collective, et non pas un machin privé pyramidal à but lucratif. Ce type de modèle en réseau est bien plus représentatif d’un monde réellement démocratique (et donc horizontal) que n’importe quel fabriquant classique d’encyclopédie.

        Evidemment, comme tout le monde peut participer, il y a parfois des débordements et des présentations biaisées (souvent vite corrigés d’ailleurs), mais c’est l’inévitable revers de la médaille d’un fonctionnement en réseau. Wikipédia n’est que le reflet de la conscience collective. Je préfère assumer ce défaut plutôt qu’assumer les tares d’un système pyramidal…

         7

        Alerter
        • Nostradamus // 18.08.2018 à 09h47

          “Evidemment, comme tout le monde peut participer, il y a parfois des débordements et des présentations biaisées (souvent vite corrigés d’ailleurs)”

          Tant de naïveté est émouvante!

          Vous n’avez pas remarqué qu’il existe sur certains sujet des chiens de garde qui vont systématiquement effacer toute version ou analyse qui n’est pas conforme au dogme?

          Par exemple l’un des discours le plus important de JFK n’est même pas mentionné ici:

          https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Fitzgerald_Kennedy#1963

          On peut lire ce discours sur la paix ici:

          https://www.jfklibrary.org/JFK/Historic-Speeches/Multilingual-American-University-Commencement-Address/Multilingual-American-University-Commencement-Address-in-French.aspx

          Vous ne trouvez pas que toutes les raisons de son assassinat s’y trouvent réunies quand on sait ce qui s’est passé depuis?

           4

          Alerter
          • Wakizashi // 18.08.2018 à 11h39

            “Tant de naïveté est émouvante!”

            Bien-sûr qu’il y a une veille idéologique sur Wikipédia, dont les “chiens de garde” sont les acteurs, c’est bien ce que j’évoque (entre autres) quand je dis que Wiki est le reflet de la conscience collective : l’idéologie dominante dans un pays x se retrouve dans sa version de Wiki. So what ?

            En face de ce défaut, Wikipédia recèle quelques qualités, et pas des moindre : d’abord c’est une encyclopédie gratuite. En comparaison, l’Encyclopédie Universalis, c’est environ 30 tomes qui coûtent environ 100€ pièce, je vous laisse faire le calcul pour acquérir l’ensemble. La connaissance universelle est accessible à tous gratuitement, Wiki et plus globalement internet ont fait sauter le verrou de l’argent.

            Ensuite, Wiki est l’encyclopédie la plus exhaustive existante. De plus, elle est mise à jour en temps réel (allez donc chercher un article sur l’affaire Benalla dans l’Encyclopédie Universalis). Quant à la qualité des articles, la revue “Science” (ou “Nature”, je ne sais plus, mais il me semble bien que c’est “Science”), qui est une des principales revues scientifiques mondiale à comité de lecture, a publié une recherche qui montre que les articles scientifiques de Wikipédia sont du même niveau que les articles scientifiques des encyclopédies classiques. Certes, cela ne concerne que les articles scientifiques, mais en tout cas on ne peut pas parler d’amateurisme.

            Enfin et surtout, c’est le modèle de Wikipédia qui est révolutionnaire, qui témoigne des profondes mutations en cours : Wiki est un exemple de la puissance de l’intelligence collective, du réseau, d’une organisation horizontale. Ce qui est consubstantiel à ce concept que l’on nomme “démocratie”, contrairement aux modèles politique et économique actuellement en vigueur (notamment politique, qui a dévoyé au dernier degré le terme de “démocratie” ; au moins les structures économiques ne prétendent pas être démocratiques, elles).

            Bref, oui, Wikipédia a des défauts, mais qui ne pèsent pas lourd au regard de ses qualités, et au regard des défauts des systèmes concurrents (les systèmes pyramidaux). Rejeter quelque chose au motif qu’il n’est pas pur ou parfait n’est ni opérationnel, ni pertinent (ça me fait même penser aux pires idéologies que l’humanité ait connu). Sans compter que les défauts de Wikipédia que vous pointez ne sont pas consubstantiels à Wikipédia, mais au monde dans lequel nous vivons, avec tous ses réseaux de pouvoir incontrôlables qui tentent systématiquement de pénétrer à leur profit toute structure et initiative pouvant influencer les peuples.

            Autrement dit, que des idéologues soient hyperactifs sur Wiki pour modifier certains articles dans leur sens n’est que l’écume des jours, et contrairement à ce qui se passe dans les encyclopédies classiques (ou pire : dans la presse, au Parlement, dans les cercles judiciaires, etc.), sur Wiki ce n’est pas irréversible et rien ne vous empêche de rétablir ce qui vous semble faux, biaisé ou manquant sur l’article relatif à JFK… c’est justement tout l’intérêt d’un fonctionnement communautaire.

             7

            Alerter
            • Fritz // 18.08.2018 à 12h04

              Très bien dit, Wakizashi, dommage que je ne puisse vous plussoyer plusieurs fois. Wikipédia est une révolution encyclopédique.

               2

              Alerter
            • Wakizashi // 18.08.2018 à 12h29

              Merci Fritz. Il faut dire que critiquer Wikipédia tout en réclamant un monde plus démocratique, ce serait comme critiquer Linux tout en réclamant des logiciels libres : une bonne vielle contradiction des familles. 🙂

               2

              Alerter
            • Nostradamus // 18.08.2018 à 22h47

              Je suis touché par votre éloge dithyrambique de wikipedia. Je maintiens mon premier jugement. Peut-être devriez lire ceci:

              https://numidia-liberum.blogspot.com/2018/08/le-fondateur-de-wikipedia-est-un-dealer.html

              Il n’y a aucune neutralité en matière politique et économique. Il suffit de voir toutes les occurrences où les soi-disantes “théories du complot” sont mentionnées. Cette “encyclopédie” veut imposer une pensée unique sous couvert d'”objectivité”. Sauf qu’il n’y a aucune objectivité concernant de nombreuses affaires controversées.

              Un seul exemple: l’analyse du patrimoine de Macron publiée par Olivier – rigoureuse, implacable – n’est pas reprise par wikipedia. Et la conclusion à la lecture de wikipedia est que tout est en ordre. Circulez, il n’y a rien à voir.

              “sur Wiki ce n’est pas irréversible et rien ne vous empêche de rétablir ce qui vous semble faux, biaisé ou manquant sur l’article relatif à JFK… ”

              Ce sera effacé dans la journée qui suit.

              Quant au “temps réel”, ce n’est pas de l’encyclopédie, mais du journalisme, sans le recul nécessaire à toute analyse et interprétation des faits. Savez-vous pourquoi Le Monde a déclenché cette affaire plus de deux mois et demi après les faits? Tout le reste n’est que bavardage.

              Démocratique? Sûrement pas, puisque quelques centaines de personnes contrôlent plus de 50% de ce qui est publié.

              En matière scientifique, vous m’avez bien fait rire. Dans mon domaine, je constate chaque fois que je vais sur wikipedia que c’est du n’importe quoi, et par exemple que les contradictions pour le même sujet sont nombreuses d’une langue à l’autre. Moi qui croyais la science universelle…

               0

              Alerter
            • Zoroastre // 20.08.2018 à 13h04

              Wikipédia – comme tous les médias les plus importants – est contrôlé par les services américains. Sur tous les sujets sensibles, c’est la version officielle qui est présentée et toute contestation est cataloguée “théorie du complot” sans présentation des arguments scientifiques qui permettent de réfuter la version officielle.

               1

              Alerter
        • Pas expert // 18.08.2018 à 11h52

          C’est malheureusement naif de croire cela. Il serait idiot pour n’importe quel institution, qui en a les moyens, de ne pas tenter d’influencer la ligne éditorial de wikipédia à son propre profit, étant donné l’audience monstrueuse du truc. Sur les questions scientifiques, passe encore, sur le reste, ça se discute.

          Est-il possible que certains intervenants de wikipédia soient influencés/achetés/payés par des organes d’influences ? Si la réponse est oui, alors c’est le cas.

          Wikipédia n’est certainement pas totalement controlé, mais des cas de guerre éditoriale sur certaines pages est assez révélateur.

           4

          Alerter
          • Wakizashi // 18.08.2018 à 12h12

            “C’est malheureusement naif de croire cela.”

            De croire quoi ?

            “Il serait idiot pour n’importe quel institution, qui en a les moyens, de ne pas tenter d’influencer la ligne éditorial de wikipédia à son propre profit, étant donné l’audience monstrueuse du truc.”

            Evidemment, mais ce n’est pas la question. Ce que vous soulignez n’est pas propre à Wikipédia, mais au monde dans lequel nous vivons : comme vous le dites vous-mêmes, n’importe quelle structure ou initiative ayant de l’audience ou proposant une alternative authentique est potentiellement visée par les réseaux de pouvoir et d’influence, qui tenteront toujours soit de la dévoyer à leur profit, soit de la décrédibiliser, soit de la faire disparaître.

            Or le débat concerne Wikipédia : quand on parle de Wikipédia, on parle d’abord d’une encyclopédie libre (ça veut dire que tout le monde peut participer) et gratuite, organisée de façon totalement horizontale. Je trouve surprenant que sur ce blog, qui est censé promouvoir un monde plus démocratique (si j’ai bien compris), on trouve des gens pour dénigrer ce genre de modèle, qui représente à mes yeux un des éléments les plus positifs (allant dans le bon sens) dans ce que l’on peut attendre du monde de demain.

             3

            Alerter
  • Gier13 // 17.08.2018 à 12h45

    On sous estime la capacité à nuire de la Russie. D’ailleurs, l’effondrement du pont de Gênes est, à mon sens, certainement le fait de Vladimir ou du FSB.
    Sacré bon boulot sur cette affaire faite par Olivier. On attend avec impatience les deux derniers opus de l’enquête !

     22

    Alerter
  • Ubu // 17.08.2018 à 12h58

    Moi ce que j’aime avec ces nom type EU DisinfoLab et consorts, c’est qu’ils donnent à penser au final que ce sont eux qui construisent la désinformations, au point de rejoindre l’idée même que la théorie du complot “est” un complot en soi, brouillant la sphère cognitive en usant simultanément d’informations contradictoires entre ce qui est dit et ce qui est fait, une vieille technique d’hypnose qui met KO (ou chaos) notre sens analytique.
    Je pense que ce genre de site peut avoir un lien avec la démarche cité dans cet article :
    https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/eu/9845442/EU-to-set-up-euro-election-troll-patrol-to-tackle-Eurosceptic-surge.html

     10

    Alerter
  • Paul Atreide // 17.08.2018 à 13h01

    J’ai à peine un facebook

    et je m’en contente grandement

    quand je vois tout ce boxons la dedans, c’est navrant

    c’est à croire qu’internet est devenu une nouvelle arène pour réglement de compte et guerre d’égo

     3

    Alerter
    • moshedayan // 17.08.2018 à 13h35

      Vous avez bien raison !
      Que direz certains Français, lorsqu’un étranger d’Europe de l’Est fait un commentaire négatif sur votre cher Président ! C’est un agent de Moscou, un sale populiste de la même veine que ceux qui ont gagné en Italie.
      Qu’ils continuent comme ça à aboyer et votre pays est foutu ! Ce sont eux les fossoyeurs de votre pays.
      Moi je me contente présentement d’écouter de la pop américaine, russe, slovaque sans jugement.
      Pour vous remonter le moral : Juice Newton,”Angel of the morning”, Anna German “Nadezhda”

       3

      Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 17.08.2018 à 13h52

    …‘’1% des comptes du réseau actifs sur l’affaire Benalla ont produit près de 44% des messages sur cette affaire.’’…
    C’est le même argument que la CIA, le FBI et tutti quanti utilisent pour ‘’prouver’’ l’ingérence de la Russie lors de leur dernière élection présidentielle. C’est peut-être ‘’EU Désinfo Lab’’ qui leur a fourni ni l’étude ? ? ? ! ! ! ça devrait rassurer le peuple américain et le reste du monde sur la légitimité de leur président ! Ha mais non ! C’est vrai ! Impossible puisque c’est un méchant cette fois ! Paraît qu’il s’appelle Trump. C’est ça ? Faudrait pas que je me trumpe, je risquerais de me retrouver classé russophile, futur traître à la patrie…
    Décidément, tout est bon pour diaboliser le ‘’russe’’, comme les boches avant 1914 et 1939…

     0

    Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 17.08.2018 à 13h57

    …‘’1% des comptes du réseau actifs sur l’affaire Benalla ont produit près de 44% des messages sur cette affaire.’’…
    C’est le même argument que la CIA, le FBI et tutti quanti utilisent pour ‘’prouver’’ l’ingérence de la Russie lors de leur dernière élection présidentielle. C’est peut-être ‘’EU Désinfo Lab’’ qui leur a fourni ni l’étude ? ? ? ! ! ! ça devrait rassurer le peuple américain et le reste du monde sur la légitimité de leur président ! Ha mais non ! C’est vrai ! Impossible puisque c’est un méchant cette fois ! Paraît qu’il s’appelle Trump… …c’est bien ça ? Faudrait pas que je me trumpe…
    Décidément, tout est bon pour diaboliser le ‘’russe’’, comme les boches avant 1914 et 1939…

     5

    Alerter
    • RGT // 18.08.2018 à 08h38

      Tout le monde sait que Poutine, comme tout russe qui se respecte, le matin au réveil trempe trois petits enfants occidentaux innocents dans son café avant de les croquer vivants.

      Ensuite il va poster des tweets mensongers pour atteindre à la réputation de notre président bien-aimé.

      C’est prouvé : C’est disinfolab qui l’a écrit.

       4

      Alerter
  • Perseis13 // 17.08.2018 à 17h09

    Ils se gardent bien de préciser que Twitter a été condamné sur 256 clauses de ses CGO, en découlent les données de tous.

     1

    Alerter
  • René Fabri // 18.08.2018 à 01h30

    Est-ce que ce ne serait pas une attaque contre RT et Sputniknews, en prétendant qu’ils ont beaucoup d’influence, donc qu’ils sont dangereux ? Pourtant, il me semble que ces deux médias n’ont fait que reprendre ce qu’avaient dévoilés Le Monde et les auditions publiques.

     8

    Alerter
  • Nostradamus // 18.08.2018 à 09h30

    Cela fait un moment qu’on prend les gens pour des crétins: l’affaire Macron-Benalla a été lancée par qui?
    Par la “main du Kremlin”? Non! Par Le Monde, journal connu pour ses prises de position anti-russes et anti-Poutine! Pourquoi cette affaire sort-elle plus deux mois et demi après? Pour faire comprendre à Macron qu’il ne doit surtout pas s’entendre avec Poutine, ni aider humanitairement la Syrie!

     6

    Alerter
    • izarn // 20.08.2018 à 11h30

      Tweeter n’est qu’un égout mondial, ou vos données personnelles sont vendues à des diafoirus lab pour raconter n’importe quoi. Bref si vous écrivez de Russie que Moscou et les russes sont trés symphatiques lors du Mondial de foot, vous serez donc qualifiés d’agents doubles payés par Poutine…
      On est la dans le même délire que le “russiagate” qui n’est que foutaises de A jusqu’à Z, en plus dénoncées par les anciens officiers du Pentagone (Voir dedefensa.org)
      Trump fait de la diplomatie de caniveau sur Tweeter, ce qui est scandaleux. Ce qui permet d’officialiser la “vérité” des réseaux sociaux en accusant Poutine d’avoir voulu empoisonner un ex agent double à la retraite, et Assad d’avoir voulu gazer son peuple alors qu’il a gagné la guerre contre ISIS.
      Et notre Macron national n’a pas besoin de Poutine pour se ridiculiser tout seul, en bombardant la Syrie, sur sa “conviction intime”! Meme Napoléon III avait utilisé la dépeche d’Ems, et pas sa conviction intime!
      Nous n’avons pas besoin des russes, ni de RT pour juger nos dirigeants!
      C’est inutile que Poutine se dérange! Ils se flinguent tout seuls!
      Sur le fond de l’affaire il est fort possible, que les institutions de la police, gendarmerie et armée (Notre deepstate), aient flingué Benalla. Faut voir que sont comportement est totalement ahurissant vis à vis de ces institutions républicaines. Donc pas de Poutine en vue, mais quelques “généraux en retraite”
      Je dis ça, hein? Pur complotisme non?
      Chers ami(e)s, la réalité vraie c’est la faute à Poutine! Soyons dans la Voie de Washington DC-La folle…
      Amen.

       0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications