Source : Alain Gresh, Jean-Pierre Sereni, 29-03-2016

arton30149-50ab4Il n’existe aucun rapport entre la politique française au Proche-Orient ou au Sahel et les attentats dont elle a été la victime : telle est la doxa qui domine à Paris. Ce ne seraient pas les guerres que la France mène « là-bas » qui provoqueraient des répliques meurtrières sur son sol, mais la haine de « nos valeurs », de « nos idéaux », voire du mode de vie hexagonal. Pourtant, toute l’histoire récente enseigne le contraire.

Au temps des colonies, le scénario des expéditions militaires outre-mer était simple : la guerre se déroulait exclusivement sur le territoire de la victime et l’agresseur n’imaginait pas que ses villes et ses villages puissent être la cible de contre-attaques ennemies. Non sans raison. La supériorité de ses armements, sa maîtrise absolue des mers et l’absence de toute « cinquième colonne » active sur son sol l’interdisaient. Le Royaume-Uni et la France ont conquis la presque totalité du globe au XVIIIe et au XIXe siècle selon ce schéma très différent des guerres européennes où les destructions, les morts et les blessés n’épargnaient aucun pays ni aucune population civile en dehors de l’insulaire Royaume-Uni.

Désormais, il n’en va plus de même. Certes, la bataille reste toujours inégale, même si l’Organisation de l’État islamique (OEI) dispose d’un territoire, administre des millions d’habitants et défend ses frontières. Mais un équilibre de la terreur s’ébauche et les spécialistes parlent de « guerre asymétrique », les uns ayant des avions, des drones et des missiles, les autres maniant Internet, l’explosif et la « kalach ». « Donnez-nous vos avions, nous vous donnerons nos couffins », expliquait en substance Larbi Ben M’Hidi, l’un des chefs de l’insurrection algérienne arrêté en 1957 à ses bourreaux qui lui reprochaient de déposer des bombes camouflées dans des couffins.

Les ennemis de la France ou des États-Unis, que ce soient des États ou des organisations politico-militaires, ne sont plus impuissants au-dehors et peuvent désormais atteindre d’une façon ou d’une autre le territoire d’où partent les opérations qui les visent, comme on vient encore de le voir à San Bernardino en Californie où 14 civils ont payé de leur vie la vengeance d’un couple inspiré par l’OEI que l’US Air Force combat à plusieurs milliers de kilomètres.

De la guerre Irak-Iran au conflit algérien et aux bombardements contre l’OEI

Moins de 25 ans après la fin de la guerre d’Algérie avec son long cortège de fusillades, de sabotages et d’attentats en métropole, la France fait à nouveau connaissance avec le terrorisme. Le 17 septembre 1986, au 140 de la rue de Rennes, à Paris, face au magasin populaire Tati, une poubelle municipale en fer explose ; bilan : 7 morts et 55 blessés. C’est le dernier d’une série de 14 attentats commis en moins d’un an par un mystérieux « Comité de solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient ». L’intitulé cache le véritable objectif de son « cerveau », Fouad Ali Saleh, un Tunisien converti au chiisme, qui cherche moins à libérer ses camarades emprisonnés qu’à faire cesser le soutien militaire de Paris à l’Irak dans le conflit meurtrier qui l’oppose à la République islamique d’Iran depuis 1980.

Élu en mai 1981, François Mitterrand ne cache pas son penchant pro-irakien. Mais l’attentat de l’immeuble Drakkar à Beyrouth occupé par l’armée française (58 parachutistes tués) le 23 octobre 1983 et attribué à des groupes liés à Téhéran le pousse à autoriser la livraison de munitions aux forces armées iraniennes. Celles-ci sont équipées en petite partie de matériel français livré avant la chute du chah en 1979. Cinq cent mille obus de 155 et 203 mm sont acheminés vers l’Iran par le biais de pays sud-américains et balkaniques qui fournissent des certificats de complaisance. Avec la victoire de Jacques Chirac et de la droite aux élections parlementaires de 1986 commence la « cohabitation ». Le ministre de la défense, André Giraud, ordonne l’arrêt immédiat de toute livraison de munitions à destination de l’Iran et livre à la justice les protagonistes de ce qu’on appellera « l’affaire Luchaire » [1]. La réponse iranienne aura lieu rue de Rennes.

Depuis l’interruption des premières élections législatives libres en Algérie en décembre 1991, soldées par la victoire du Front islamique du salut (FIS), Mitterrand et son gouvernement oscillent entre le soulagement — les islamistes ne sont pas au pouvoir — et la dénonciation du putsch, contraire à leurs principes. En mars 1993, Édouard Balladur devient premier ministre. En décembre 1994, un Airbus d’Air France est détourné à Alger et se pose à Marseille où le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) le prend d’assaut sans qu’il ait pu atteindre son objectif : s’écraser sur la Tour Eiffel. Charles Pasqua, nouveau ministre de l’intérieur, avait rompu avec l’attitude de son prédécesseur socialiste qui fermait les yeux sur les complicités agissantes dont bénéficiaient le Groupe islamique armé (GIA) en France dans la diaspora algérienne. Il avait lancé des opérations de répression, multiplié les perquisitions et les assignations à résidence contre les soutiens plus ou moins discrets du GIA, obligés alors de quitter la France pour la Suisse ou la Belgique.

Entre juillet et octobre 1995, une nouvelle vague de 8 attentats vise l’Hexagone. Le plus meurtrier, le 25 juillet 1995 à la station Saint-Michel du RER B à Paris, fait 8 morts et 55 blessés. Attribués au GIA, ces attentats font encore suite aux prises de position politique de Paris vis-à-vis de la guerre civile algérienne. Le nouveau président de la République, Jacques Chirac, élu en 1995, comprend parfaitement le message et se place en retrait par rapport à l’Algérie, celle du président Liamine Zeroual comme celle des islamistes.

Janvier 2015. Moins de 5 mois après le début des bombardements français sur l’Irak, Paris est à nouveau ensanglanté par le terrorisme. Si les deux agresseurs de Charlie Hebdo sont mus par l’intolérance religieuse la plus extrême, Amedy Coulibaly, celui de la supérette cacher de la porte de Vincennes prétend venger les victimes de l’intervention française dans son pays d’origine, le Mali. Le 13 novembre, moins de 3 mois après l’extension des bombardements à la Syrie, l’OEI revendique les fusillades meurtrières de l’Est parisien (130 morts, plus de 400 blessés).

Inflexions de la politique de Paris

Comme on le voit, les attentats, aussi condamnables soient-ils, ne peuvent se comprendre (et donc se combattre) que dans un cadre politique et diplomatique. Après le 11 septembre 2001, et surtout la guerre déclenchée par les États-Unis contre l’Irak en mars 2003, le sol européen est à nouveau un objectif : deux attentats majeurs frappent Madrid en mars 2004 et Londres en juillet 2005. Ils ne visent pas « le mode de vie » occidental, mais deux pays parmi les plus actifs de la coalition qui démolit l’Irak. La France est épargnée, sans doute grâce, entre autres, au discours anti-guerre du 14 février 2003 de son ministre des affaires étrangères Dominique de Villepin, au Conseil de sécurité des Nations unies.

On ne mesure pas à quel point les guerres menées par les Occidentaux dans le monde musulman nourrissent une haine qui dépasse très largement les cercles extrémistes. Les centaines de milliers de morts, les millions de réfugiés, les tortures d’Abou Ghraib, les « dommages collatéraux », les tirs de drones — tous concentrés sur les pays musulmans — alimentent la propagande de l’OEI dénonçant une guerre des « Croisés » contre l’islam et une impunité aussi injuste qu’unilatérale : aucun des responsables étasuniens de la catastrophe irakienne n’a été jugé, ni même inquiété par la Cour pénale internationale (CPI).

Au Proche-Orient, la voix de la France a perdu cette petite musique qui faisait sa spécificité. Paris s’est aligné, après 2003, sur les États-Unis dans les dernières années de la présidence de George W. Bush, a entériné l’occupation de l’Irak, est intervenue militairement en Libye, au Mali, en RCA, et finalement en Irak puis en Syrie. Son appui va — sans réserve publiquement exprimée — à l’écrasement du Yémen par l’Arabie saoudite, à laquelle elle fournit de l’armement. Aucune autre puissance occidentale, à l’exception des États-Unis, n’est aussi présente militairement en terre d’islam. Et quand Paris fait entendre sa différence, c’est pour critiquer le président Barack Obama, jugé trop souple avec l’Iran sur le dossier nucléaire et insuffisamment interventionniste à ses yeux en Syrie.

Sans oublier l’infléchissement français sur le conflit israélo-palestinien. Depuis l’écrasement de la seconde intifada par les chars israéliens en 2002-2003, l’opinion a assisté, souvent en direct à la télévision, aux attaques massives contre Gaza en 2008, 2012 et 2014. À chaque fois, le gouvernement français, de droite comme de gauche, les a entérinées au nom du « droit d’Israël à se défendre ». Comment le Quai d’Orsay, à l’instar de nombre d’intellectuels, peut-il prétendre que la rage contre l’Occident et contre la France ne résulte pas aussi du drame palestinien ? Le général étasunien David Petraeus, alors chef du Central Command [2], était plus lucide :

Les tensions israélo-palestiniennes se transforment souvent en violence et en confrontations armées à grande échelle. Le conflit provoque un sentiment anti-américain, à cause de la perception du favoritisme des États-Unis à l’égard d’Israël. La colère arabe sur la question palestinienne limite la puissance et la profondeur de nos relations avec des gouvernements et des peuples de cette zone et affaiblit la légitimité des régimes modérés dans le monde arabe. Pendant ce temps, Al-Qaida et d’autres groupes militants exploitent la colère pour mobiliser.

L’oubli du lien entre la politique étrangère menée dans le monde arabe et le développement du djihadisme amène une cécité qui explique quinze ans d’échec de la « guerre contre le terrorisme ». Cette omission paralyse la réflexion stratégique et entraîne la France dans un engrenage infernal dont elle ne peut que payer le prix fort.

[1] NDLR. Scandale de ventes occultes d’armes à l’Iran par la société d’armement Luchaire et de reversement de commissions occultes aux partis politiques français dans les années 1980.

[2] Le Central Command, le plus important des cinq commandements régionaux américains, couvre le Proche et le Moyen-Orient. Discours prononcé devant le Sénat le 25 mars 2010.

25 mars 2016

Source : Alain Gresh, Jean-Pierre Sereni, 29-03-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

112 réponses à Comment la France est devenue une cible « légitime » pour les groupes djihadistes, par Alain Gresh et Jean-Pierre Sereni

Commentaires recommandés

PatrickLuder Le 12 avril 2016 à 05h15

Ah enfin! Cet article est un bon début. Reconnaître les actes qui ont détruit des pays entiers par des prises de pouvoirs et des guerres est un premier pas, mais nous sommes encore loin de reconnaître tous les ravages de l’imposition d’un système économico-financier non durable qu’est notre modèle capitaliste, un modèle généralisé et globalisé qui à détruit des traditions séculaires, une aspiration des richesses qui à détruit les tissus économiques et sociaux de pans entiers de populations. => c’est aussi cela le combat de l’EIS ainsi que d’autres anciennes sociétés,
ne l’oublions pas !

  1. Ailleret Le 12 avril 2016 à 03h28
    Afficher/Masquer

    Dès lors que la France est rentrée dans le rang (occidental), elle est devenue terriblement vulnérable. Son opposition à la guerre d’Irak en 2003 était pourtant l’occasion de construire une défense efficace contre le terrorisme. Refuser de tomber dans le piège du choc des civilisations peut désarmer les personnes qui recourent au terrorisme pour se venger.

    Malheureusement, la France officielle a très vite cherché à se faire « pardonner » son opposition à la guerre d’Irak. Avant même cette guerre, le 10 mars 2003, le président Chirac déclarait à la télévision que le survol de la France par les bombardiers américains « allait de soi », comme s’il était naturel d’autoriser le survol d’avions étrangers participant à une opération d’agression. En 1986, le même Chirac, alors Premier ministre, avait refusé notre espace aérien aux avions américains allant bombarder Tripoli et Benghazi.


  2. PatrickLuder Le 12 avril 2016 à 05h15
    Afficher/Masquer

    Ah enfin! Cet article est un bon début. Reconnaître les actes qui ont détruit des pays entiers par des prises de pouvoirs et des guerres est un premier pas, mais nous sommes encore loin de reconnaître tous les ravages de l’imposition d’un système économico-financier non durable qu’est notre modèle capitaliste, un modèle généralisé et globalisé qui à détruit des traditions séculaires, une aspiration des richesses qui à détruit les tissus économiques et sociaux de pans entiers de populations. => c’est aussi cela le combat de l’EIS ainsi que d’autres anciennes sociétés,
    ne l’oublions pas !


  3. Kiwixar Le 12 avril 2016 à 05h30
    Afficher/Masquer

    Sans vouloir cocoricoter ou m’autobéquoter, la France est une cible pour tous les pays et individus hargneux à qui Elle file des complexes d’infériorité… et ça fait un sacré paquet de gens dans le monde (je ne citerai pas de noms), y compris un sacré paquet de français kollabos (je ne citerai pas de noms mais les journalistes non-chômeurs se reconnaîtront)… 😀


    • cyril Le 12 avril 2016 à 08h19
      Afficher/Masquer

      si on vous comprend bien,le fait d’avoir des gens qui pratiquent des opérations militaires sur notre sol ne serait du qu’au fait de gens atteints d’un complexe d’infériorité et naturellement hargneux? avez vous bien lu cet article? car vous semblez avoir une vision bushienne et très simpliste des choses.


      • P. Peterovich Le 12 avril 2016 à 08h52
        Afficher/Masquer

        Je suppose que c’était du cinquième degré… Car si c’est sincère, c’est non seulement affligeant, mais également erroné : la France d’aujourd’hui n’est plus la France de de Gaulle ou de Napoléon. Dans le club des nations occidentales, qui n’est d’ailleurs plus ce qu’il était, c’est une puissance de deuxième, voire de troisième ordre…

        Ses fantaisies militaro-politiques en Afrique et au MO ne sont pas sans rappeler les gesticulations coloniales de la IVe république, et Hollande qui prend ses ordres à Washington fait penser à Guy Mollet battant de la queue devant son maître américain lors de l’expédition de Suez…

        Sur un plan économique, non seulement elle se fait tailler des croupières par l’Allemagne, mais en plus, elle en redemande… Un penchant masochiste collectif, sans doute…


        • francois marquet Le 12 avril 2016 à 09h09
          Afficher/Masquer

          Pas la France, mais ses élites formatées: Ena, Sciences Po, Young Leaders, Quai d’Orsay expurgé de ses penchants pro-arabes etc.
          Enfin un article qui relie les causes aux conséquences, on n’entend pas souvent cette musique. Certains attentats de Paris étaient aussi à mettre en relation avec la co-belligérance de la France contre l’Iran, elle avait prêté ses avions Super-Etendards à Saddam Hussein pour tirer des missiles exocet sur les pétroliers iraniens, ça fâche.
          Bref, il est plus facile pour un politique de dire “ils nous haïssent à cause de notre mode de vie”, ce qui implique toute la population, que de dire “les attentats sont la cause de mes décisions”…


          • P. Peterovich Le 12 avril 2016 à 09h37
            Afficher/Masquer

            J’aurais tendance à soutenir qu’on n’échappe pas à la critique en opposant le peuple à ses élites. Un peuple se juge aussi à ses élites, précisément parce qu’il se les donne…

            C’est un peu comme si on disait que la France de Vichy n’était pas la France, parce que la France est grande et belle et que Pétain et sa clique n’étaient ni grands, ni beaux…


          • Louis Robert Le 12 avril 2016 à 12h03
            Afficher/Masquer

            @ François Marquet

            Dans une démocratie, ne blâmer que les “élites” de l’état lamentable de la société est dépourvu de sens, François. Sans compter que c’est faire fi des millions de citoyens associés, directement ou indirectement, à l’application des politiques, notamment par des initiatives militaires. — Citoyen, on ne saurait parvenir à se déresponsabiliser et à se déculpabiliser à si bon compte…


            • francois marquet Le 12 avril 2016 à 15h09
              Afficher/Masquer

              Cher Louis Robert, votez Sarkozy vous détruisez la Libye et la Syrie, votez Hollande vous détruisez la Libye et la Syrie
              Je n’ai jamais voté pour une politique colonisatrice du moyen-orient, aucun candidat ne l’avait annoncé dans son programme!
              Le système français des grands partis financés par le gouvernement au pro-rata de leurs résultats, cooptés par des lobbys et une presse achetée par les grands industriels, notamment de l’armement, ne laisse pas entendre la voix du citoyen. Croyez vous que le bulletin de vote puisse influencer la politique étrangère de la France? avez vous des idées, des moyens à suggérer? Je milite activement pour une sortie de la France de l’Otan, c’est mal parti puisque depuis quelques jour nous pouvons avoir des bases de l’alliance sur le sol français:
              http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cdef/15-16/c1516034.asp
              http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/04/07/97001-20160407FILWWW00127-otan-la-france-confirme-sa-pleine-integration.php


          • Alae Le 12 avril 2016 à 13h28
            Afficher/Masquer

            François Marquet, quand vous voyez la France voter sans cesse pour les mêmes – un coup à droite par rejet du clown de service de gauche, un coup à gauche par rejet du clown de service de droite – sans réaliser qu’elle vote de toutes façons pour le représentant du système le plus présentable du moment, il y a de quoi penser qu’elle mérite le système pourri qu’elle a elle-même installé parce qu’elle dormait au volant.

            C’est d’autant plus impardonnable qu’aujourd’hui, n’importe qui peut se renseigner en deux clics sur des sites comme les-crises et que malgré tout, la vaste majorité continue à s’en tenir au robinet à propagande du JT à la télé.
            Désolée, mais on ne peut pas leur mâcher encore plus le travail ou les forcer à s’informer. A un moment ou à un autre, il faut bien admettre que les Français portent une grosse part de responsabilité dans les dérives de leurs “élites”, ne serait-ce que parce qu’ils ferment mes yeux alors que rien ne les y oblige.


            • Sami Le 12 avril 2016 à 13h42
              Afficher/Masquer

              C’est l’inertie des sociétés. Mais les choses bougent : tous les 5 ans, les électeurs du FN augmentent, qui pensent (à tort ou à raison) que le vote FN fera exploser ce qu’il faut bien appeler, que ça plaise ou pas, l’UMPS.
              On en est là.
              C’est, ou bien cette lourde inertie, ou bien la révolution. Pas Mai 68 ou le machin debout la nuit… Mais la vraie, la saignante, qui fera peut-être regretter la douce nonchalance du temps du bi-partisme peinard.


            • francois marquet Le 12 avril 2016 à 15h26
              Afficher/Masquer

              OK, mais entre l’électeur naïf et le politique qui avance masqué, lequel est le plus condamnable? Celui qui fait confiance ou celui qui trompe la confiance?
              Si nos chères élites pensaient un peu plus au bien commun, le nôtre et celui de nos enfants on pourrait pardonner certaines erreurs. Mais avancer sciemment pour servir les intérêts des multinationales est tout simplement de la trahison.
              J’ai une tendresse pour l’électeur floué car lui, il a le nez au raz du gazon, il bosse.
              Lui, il ne dépense pas deux smics par mois en notes de taxis, ou ne monte des sociétés à Panama. Et il n’a pas comme moi le loisir de lire Les-Crises. Oui, il est bien con de croire que la gauche va pratiquer une politique de gauche, mais ceux qui le lui font croire sont des enfoirés. Je ne mets pas les deux dans le même sac.


            • Viriato Le 12 avril 2016 à 17h07
              Afficher/Masquer

              Alae, nous sommes nombreux à vous suivre sur ce constat, à pester contre tous ces gens intoxiqués au 20h et à pointer le manque d’esprit critique de nos contemporains. Car vous avez raison, tout commence en effet par l’information du plus grand nombre.

              Seulement voilà, vous oubliez l’inconfort mental qu’apporte le doute ainsi que les désagréments subis lorsque vous critiquez l’info officielle devant vos connaissances ou votre famille. Nous ne sommes pas tous des “combattants”. Par conséquent, je ne crois pas plus à la prise de conscience collective qu’aux mouvements spontanés.

              Prenons un exemple.
              Si en 2017 je suis appelé à choisir entre les candidats UMP-PS et leurs supplétifs, FN compris, je n’irai pas voter. Je refuse de cautionner davantage cette mascarade. OK, nous serons sans doute des millions à le faire et alors ? Le vainqueur sera tout de même élu avec 51 % des suffrages exprimés et la France fera tout de même la fête.
              Maintenant, imaginons qu’un fou ose lancer un appel à “l’abstention citoyenne”, à refuser cette imposture, que se passera-t-il ? Vous imaginez le lynchage collectif ?

              Je suis très pessimiste : tant que les frigos seront à peu près pleins, tant que les médias de masse bêleront tous le même discours formaté et tant que l’on continuera à canaliser notre mécontentement avec des pseudo-extrême droite, des pseudo-extrême gauche, des pseudo-syndicats et des étudiants qui font la bringue toute la nuit, nos maîtres peuvent dormir sur leurs deux oreilles.


            • Alae Le 12 avril 2016 à 18h36
              Afficher/Masquer

              A francois marquet, je vous cite, “Oui, il est bien con de croire que la gauche va pratiquer une politique de gauche, mais ceux qui le lui font croire sont des enfoirés. Je ne mets pas les deux dans le même sac.”

              Moui. Sauf que ça fait quarante ans qu’au café du coin, le Français râle contre ses gouvernements successifs et leurs “promesses non tenues” et qu’à chaque date d’élection, il oublie tout et que plein d’espoir, il retourne voter d’un pas de vainqueur pour… les mêmes.
              Alors, s’il continue à se faire prendre pour un con par “des enfoirés”, comme vous dites, il faut avouer aussi qu’il y met un peu du sien.
              Que voulez-vous, la démocratie, ça se mérite.


          • Louis Robert Le 12 avril 2016 à 16h54
            Afficher/Masquer

            @ françois marquet en réponse au vôtre de 15h09:

            1. dire constamment, sérieusement, catégoriquement “non” au Pouvoir,
            2. refuser toute complicité, toute collaboration avec le Pouvoir, y compris de participer au jeu électoral,
            3. cesser de bavarder et d’en appeler au bon vouloir du Pouvoir ; surtout, ne rien en attendre…
            4. nous unir et nous mobiliser pour paralyser totalement ce système,
            5. faire durer cet arrêt global du système aussi longtemps qu’il le faudra,
            6. créer les nouvelles institutions qui donneront à ce système le coup de grâce,
            7. concevoir et créer ce nouvel ordre mondial qui a nom “un monde pour tous”,
            8, construire et mettre en place les institutions qui remplacent celles qui ont failli.

            En fait, 85% de l’Humanité est à présent à l’œuvre pour y parvenir, qui prend d’abord en ce monde la place qui lui revient. Nous pouvons l’appuyer… et nous en inspirer, plutôt que de la combattre désespérément afin de sauver notre mobilier décadent et qui ne sert plus à rien d’utile.


        • Chris Le 12 avril 2016 à 15h19
          Afficher/Masquer

          La France est un pays perdu, englué dans son allégeance aux Américains et son “trip” européen.
          Voir ça de l’extérieur, est hallucinant et fait peur.


        • Lysbeth Lévy Le 12 avril 2016 à 19h08
          Afficher/Masquer

          “Une puissance de deuxième ou troisième ordre”…. qui intervient dans 16 pays africains, tout de même au service du Maitre américain…Nous sommes pires qu’avant disons le Mr : http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/france_en_guerre

          Donc voilà on assassine, bombarde, détruit, a l’uranium appauvri, avec des bombes au phosphore et autres joyeusetés et on va encore se flatter d’être de “bons français” avec les droits de l’homme, la culture, l’éducation, etc….

          “”La France multiplie les interventions depuis 2001”

          Comptez 16 pays pauvres mais riches dans leur sous sol, nous participons au grand massacre, prédations économiques et on continue encore à blâmer les victimes en plus, celles qui arrivent de partout car qui peux vivre au milieu des morts, grâvats et autres mines personnelles ?? La France est un des pays les plus va t’en guerre !!


  4. Charles Le 12 avril 2016 à 05h43
    Afficher/Masquer

    Cette vidéo, produite quelques heures après les attentats du 13 novembre, illustre bien, en 10mn, l’analyse totalement pertinente offerte dans cet article:
    “Leurs guerres, leurs profits, nos morts”
    http://wp.me/p5oNrG-gG0


  5. Georges Clounaud Le 12 avril 2016 à 07h35
    Afficher/Masquer

    De même on détournera le regard des néo-nazi ukrainiens ou du soutien de la Turquie à Daesh, “négligences” reprises allègrement dans la propagande/communication de Poutine (barrez la mention inutile) pour décrédibiliser l’occident des “droits de l’homme”. On s’étonnera ensuite de la popularité du président russe dans son pays : les russes sont grossiers, incultes et manipulés, nous dira-t-on.
    Même causes, mêmes effets. Nous n’avons pas fini de payer le prix de nos incohérences.
    “Qui veut monter dans l’arbre doit s’assurer d’avoir le cul propre”. Proverbe africain


  6. J Le 12 avril 2016 à 08h41
    Afficher/Masquer

    Donc, il faut laisser les djihadistes tranquilles et abandonner nos alliés musulmans qui ne tarderont pas à devenir, bon gré mal gré, djihadistes à leur tour. Je ne vois pas d’autre logique à cette proclamation d’idiotie utile (se plaindre à Lénine si le terme est désobligeant).
    Au passage, ce qui est en cause est moins la haine de nos valeurs que l’amour fanatique de leurs valeurs, ils ne sont pas nihilistes. Il faudrait arrêter avec ce nombrilisme.


    • Benoit Le 12 avril 2016 à 11h43
      Afficher/Masquer

      Ben on a déjà abandonné nos alliés musulmans (Hussein, Kaddafi, Al-Assad…)


      • J Le 12 avril 2016 à 12h14
        Afficher/Masquer

        Saddam et Khadafi étaient ouvertement hostiles, même si nous avions avec eux des ennemis communs (ce qu’ils auraient dû être les premiers à comprendre). Assad a choisi l’amitié russe, et ça lui réussit pour le moment.


        • J Le 12 avril 2016 à 13h07
          Afficher/Masquer

          Par contre on a lamentablement lâché le Shah, Ben Ali, Moubarak…


          • Lysbeth Lévy Le 12 avril 2016 à 14h00
            Afficher/Masquer

            ah bon ? Et bien allez en parler à Carter et Robert Gates, Zbigniew Brzezinski pour “votre ami” le Shah d’Iran qui avec sa Savak police politique a fait plus de mal que les “barbus” de Khomeny dont les américains ont soutenu la prise du pouvoir (Arc de Crise théorie)…Ainsi qu’a l’époque Ben ALi et Moubarak. Ce sont encore les américains avec les mouvements sorosiens OTPOR de Canvas qui ont fait tomber ces régimes pour les remplacer par des islamistes. Je sais pas ce que vous faites ici, car vous êtes dans la désinformation totale !


            • christian gedeon Le 13 avril 2016 à 18h05
              Afficher/Masquer

              Ce n’est pas faux,mais ce n’est pas que çà…Il me semble que vous oubliez la gentillesse de notre accueil à l’égard de Khomeiny..mais il est bon que les gens commencent à comprendre que l’essentiel des régimes(et des terroristes) islamistes sont la création,en grande partie des neocons. Par contre je suis toujours surpris qu’on n’évoque pas la Yougoslavie ou si peu…comme s’il y a avait une gêne. Comme si la folie de la destruction de la Yougoslavie avait scellé les lèvres. J’aimerais,chère Lisbeth,avoir votre opinion sur cette question.


            • Lysbeth Lévy Le 13 avril 2016 à 19h32
              Afficher/Masquer

              Je suppose que je pense comme vous, il n’y a jamais eu de “guerre ethnique” de la part des serbes contre les croates ou bosniaques, kosoviens mais la Fondation Soros avec ces activistes OTPOR ont déclenché un “maidan yougoslave” car Clinton, Albright Kouchner et l’Allemagne Wesley Clark sont responsable de cette balkanisation (sic !) de l’ex-Yougoslavie après la chute de l’Urss.Zginiew Brzezinski a permis aux mercenaires afghans, arabes de Ben Laden de soutenir l’UCK qui s’est comporté comme des “escadrons de la mort”. Là aussi les livres de Pierre Péan et d’une responsable du TPY sont utiles, car ils vont à l’encontre de la narrative occidentale honteuse qui n’a pas permis de plus de juger pour crimes contre l’Humanité les responsables de l’UCK et Haçim Taçi de traffics d’organes alors que les serbes eux ont été jugés de crimes qu’ils n’ont pas commis. Le soit disant génocide de Srebrénitza est une pure création de médias spécialisés dans la désinformation. Ce fut encore un gros mensonge ! .

              Sources :

              LA TRAQUE, LES CRIMINELS DE GUERRE ET MOI, de Carla Del Ponte
              Kosovo: Une guerre “juste” pour un État mafieux, de Pierre Péan


        • Lysbeth Lévy Le 12 avril 2016 à 14h11
          Afficher/Masquer

          Non, ce ne sont pas eux les plus hostiles, Saddam et Khadafi, comme Cuba ont refusés au départ les bombes démocratiques anglo-saxonnes et européennes voir ce qu’en dit l’écrivain Patrick Mbeko sur le résultat de la “démocratie des cimetières” à l’européenne :
          https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1536578283315040&set=a.1464185310554338.1073741828.100008886482325&type=3&theater

          IL n’y a jamais eu autant de pays en guerre que de nos jours et surtout l’Afrique blanche et subsaharienne, de l’ouest à l’est ….


      • bozi lamouche Le 12 avril 2016 à 12h59
        Afficher/Masquer

        votre ironie semble montrer une préférence pour nos alliés américains, britanniques, allemands …?? quel est votre critère ? leur compte en banque ? leur puissance financière ? la méthode de torture…? …le sang versé ?? vous pensez que hussein/assad/kaddaffi ont plus de sang sur les mains que les usa ? …on vient coup sur coup de raser deux pays la lybie et la syrie…et bah on s’excusera plus tard…je trouve incroyable de pérorer ainsi…

        ps : merci au site de publier l’excellent Gresh tiré de son excellent blog.


      • Pierre Le 12 avril 2016 à 22h25
        Afficher/Masquer

        Vous dites musulmans, mais c’étaient les plus laïcs du monde arabo-musulman. D’ailleurs Khadafi: issu du Makhrech = non-arabe (ou colonisé arabe si vous préférez)
        Saddam Hussein: Mesopotamien, issu du partii Baas – laïc (et toujours non-arabe, même si sémite)
        Al-Assad: Alaouite (cf Wikipedia), laïc, non-arabe (même remarque que Saddam Hussein)


        • Benoit Le 13 avril 2016 à 08h37
          Afficher/Masquer

          Bozi, Pierre : ce n’était pas de l’ironie. Et je suis bien conscient que je cite les trois régime laïcs (j’aurais aimé ajouter Mossadegh, mais on l’a laissé tomber depuis tellement longtemps…). Cependants ce sont des régimes laïcs dans des pays a majorité musulmane. Des régimes laïcs dans des pays musulmans, pour faire rapide. Nos aliés musulmans, en fait.

          Mais on n’a pas bougé le petit doigt quand nos “alliés” américains on décimés nos meilleurs alliés musulmans (laïcs). Voilà.


  7. philbrasov Le 12 avril 2016 à 08h47
    Afficher/Masquer

    on ne peut pas comme le fait Alain Gresh, raconter le terrorisme MO et PO, comme la réponse aux bombardements occidentaux au MO, et a la politique pro-israélienne.
    Meme si c’est une explication c’est loin d’être la seule et loin d’être l’essence du terrorisme MO.
    Alain Gresh oublie notamment tous les attentats, hors de France, et qui ont tue par exemple bien plus de suisses que de français dans les annees 90… ( Louxor) attentat commis au nom de la Gamaat Islamiya, ( groupes islamiques).
    Nairobi ( 224 morts) revendique par l’Armée islamique pour la libération des lieux saints musulmans.
    Dire que Coulibaly s’attaque a une supérette XXXX pour venger les bombardements au Mali… On se demande pourquoi bizarrement cette supérette est Casher….
    L’explication de AG, ne résiste pas a l’histoire du terrorisme au MO-PO, ces 30 dernières annees.
    Les raisons sont diverses, et pour ce qui est de la France, son passe colonial dans des régions a majorité musulmane, peut expliquer beaucoup d’attentats. la place manque pour l’expliquer.. Mais pour moi et pour ce qui concerne la France, c’est la piste historique qui est a l’origine de ces attentats… attentats, ayant évolué du nationalisme arabe, au fondamentalisme islamiste.


    • bozi lamouche Le 12 avril 2016 à 13h10
      Afficher/Masquer

      Perplexe devant votre commentaire..: ” pour ce qui est de la France, son passe colonial dans des régions a majorité musulmane, peut expliquer beaucoup d’attentats. la place manque pour l’expliquer.. Mais pour moi et pour ce qui concerne la France, c’est la piste historique qui est a l’origine de ces attentats ”
      (j’ai laissé les fautes pour faire plus vrai)
      vous voulez insinuer que la guerre d’Algérie continue ???…

      Ouvrez les yeux…vous êtes dans l’idéologie…!!!


      • Ovuef2r Le 12 avril 2016 à 15h04
        Afficher/Masquer

        Si vous en avez la possibilité regardez les programmes de la télé algérienne où les films sur les méchants français sont aussi nombreux que les nôtres sur les méchants nazis. Nous avons fait la paix avec l’Allemagne, pas avec le nazisme, ils n’ont pas fait la paix avec la France, en tout cas, en façade, la France reste le pays des méchants. Et il est vrai que la photo de Le Monde qui affichait Bouteflika comme Poutine en bénéficiaires du laxisme panaméen (puisque leurs proches y sont mêlés) a permis aux dirigeants algériens de montrer à sa population que rien n’avait changé. D’où l’annulation des visas de journalistes lors du voyage de Valls pour montrer une fermeté vis à vis de la France toujours bienvenue. Même si la coopération, surtout sécuritaire, n’a jamais cessée le french bashing algérien est une constante.


    • Louis Robert Le 12 avril 2016 à 15h24
      Afficher/Masquer

      @ philbrasov

      “… c’est la piste historique qui est a l’origine de ces attentats… attentats, ayant évolué du nationalisme arabe, au fondamentalisme islamiste”?

      Sans doute, notamment, parce que la France a “évolué” de l’arabophobie (que j’ai trop bien connue, et si longtemps sur place même!…) à l’islamophobie régnante, manifeste et bien connue, qui est souvent, en fait, un subtil mélange des deux…

      Et dire que nous avons l’audace de prétendre si passionnément qu’on les voudrait tout de même pleinement “intégrés”… et, cela va de soi, non?… “se sentant Français à 100%”!…


    • christian gedeon Le 14 avril 2016 à 10h12
      Afficher/Masquer

      Olivier…Au MO,je crains que votre analyse soit un peu réductrice.Les Territoires irakiens,syriens,libanais,et palestinien n’ont jamais été colonisés par “les occidentaux “…ils ont été sous mandat donné par la SDN de 1918,jusqu’à (au plan pratique ) la fin de le seconde guerre mondiale. Par contre,ils ont bien été colonisés,pillés,et de temps en temps massacrés par ces chers ottomans…pendant quelques siècles.Autant je suis d’accord avec vous quand vous dénoncez la politique folle du bloc neocon dans cette région,politique soumise aux seuls intérêts financiers et pétroliers,autant je pense qu’il faut être précis dans la critique,et établir un distinguo net entre Afrique du Nord et Afrique dite “noire “d’un côté,et MO ( Syrie,Irak,Liban,Palestine,Jordanie,et sabliotes) d’autre part. Le grand tournant a été la chute de Mossadegh,pas vraiment volontaire”. On n’en parle presque jamais,mais c’est là et bien là qu’ a débuté la théorie de dominos au MO. Et quand le Shahinshah a voulu s’affranchir de la tutelle “neocon “,il a subi le même sort.Je n’aime pas le régime des mollahs. Mais force est de constater,que contre vents,calculs et marées et déstabilisations,il a tenu le coup…mais reste,même s’il est “moins pire ” que Daech,El Nosra et cie,et évidemment que les sabliotes,un régime à idéologie islamiste pure et dure. Il ne faudrait pas l’oublier.


      • vincent Le 14 avril 2016 à 11h07
        Afficher/Masquer

        Je crains que vous méconnaissez l’histoire de l’empire Ottoman. Ils n’ont pas pillé saccagé et détruit pendant 5 siècles ces contrées, ils les ont dominé certes, mais intégrés à un ensemble, et contrairement à ce que l’on croit les minorité étaient bien respecter, même les esclaves chrétiens destiné à devenir jannissaire pouvait devenir de grands Vizir grâce à cet école. De plus l’intérêt des Ottoman était de maintenir une cohésion et une harmonie, aucun empire ne dure aussi longtemps qu’en faisant des pillage directe ou indirecte, les Huns et les Mongols peuvent en témoigner.
        “Les Ottomans ont réussit a bâtir à nouveau un immense empire, englobant la plupart des pays de l’Islam, mais un empire respectueux des statuts juridiques et sociaux, religieux et culturels, des régions et des peuples soumis à leur domination”

        Extrait de “Pays de l’Islam, ouvrage introductif du monde musulman par Alain Ducellier, professeur à l’Université Toulouse II, Françoise Micheau professeur à l’Université Paris I Panthéon sorbonne”

        C’est pas moi qui le dit, la politique mandataire de la France et l’Angleterre elle a été un pillage organisé sans rien construire derrière. Que les arabes aspirent à l’indépendance après la domination ottomane peut se comprendre, mais elle ne vient pas du fait que c’était un empire coloniale comme l’occident.


        • vincent Le 14 avril 2016 à 11h13
          Afficher/Masquer

          Donc dire des Ottomans qu’ils ont été pire que les mandataire ou pareil est faux, qu’ils aient eu des pratique contestable et pas franchement dans l’optique droit de l’homme, c’est certains, mais aucun pays à l’époque ne pouvait se targuer du contraire. Maintenant depuis plus d’un siècle, l’Occident fait du Moyen Orient son terrain de jeu, il est normal que ces peuples nourrissent de la colère à notre égard, puisque nous on a pas construit un empire respectueux des minorité, et en plus on les méprise en continuant d’agir comme bon nous semble sur leur territoires alors qu’ils sont censée être indépendant. Je n’ai pas vu les Turcs avoir une telle attitude sur leurs ancienne possession à la fin de leur empire. Ils ont compris que l’affaire était pliée, ils sont passé à autre chose, mais l’occident non, l’occident insiste, et l’occident continuera jusqu’à ce que mort s’en suive je le crains.


          • christian gedeon Le 14 avril 2016 à 12h04
            Afficher/Masquer

            Vous faites partie du club des politiquement corrects supporters d’Erdogan? mdr !!! Appelez l’ambassade turque elle va vous offrir un voyage gratos…des lieux communs d’anthologie.


        • christian gedeon Le 14 avril 2016 à 11h58
          Afficher/Masquer

          Cher ami,çà fait juste trente ans que j’étudie “l’empire ottoman ” et mes grand parents ont eu à connaitre “des bienfaits de cet empire ” Vous citez un livre,je cite le tribunal de l’Histoire.. Et M. Ducellier est un panégyriste connu de l’Empire ottoman,mais pas que… variez vos sources,vous serez mieux informé… par contre vous êtes bien dans l’air du temps,je dois le reconnaître…mdr! Et puis demandez donc à votre plus proche voisin arménien,serbe ou roumain,ou hongrois ou grec ce qu’il en pense!


          • vincent Le 14 avril 2016 à 16h04
            Afficher/Masquer

            Je n’aime pas votre façon de répondre, et soit si cela fait 30 ans que vous étudiez l’empire ottoman, ce sont donc tous des salaud et il n y a pas en discuter, très bien. C’est votre opinion, si pour vous un fait historique, le génocide arménien, doit résumer les 5 siècles de règne, dans ce cas les allemands sont bien encore tous des nazis en puissance, je vois pas pourquoi on les considérerait autrement.

            Ensuite vous méprenez ce que je dis, j’apporte une nuance dans votre propos, vous me traitez de supporter d’erdogan, comme quand on traite les gens de supporter de poutine lorsqu’ils émettent un avis différents vis à vis de la russie.

            Et sinon vous croyez que les hongrois les serbes, ils pensent quoi de la France et de ses bienfaits? Je crois que les hongrois ont plus d’amertume vis à vis de la france que vis à vis des Turcs.

            Je lirai d’autres ouvrage sur ce sujet, je suis loin d’être un aveuglé, par contre votre ton condescendant, et vos bassesses, ne me donnent pas envie de porter crédit à votre propos, et me fait penser que vous êtes dans une rethorique idéologique plus que dans le débat et les échanges de points de vue. Pour vous les turcs sont le mal incarné.
            Je ne vois donc aucun intérêt à continuer cet échange avec vous

            A bon entendeur.


    • chb Le 14 avril 2016 à 19h05
      Afficher/Masquer

      Gresh oublie aussi les réseaux Gladio. Ceux-là avaient pourtant organisé des attentats plutôt significatifs, et même efficaces en ce qui concerne leur impact sur les politiques ultérieures.
      L’Orient déjà assez compliqué, pas la peine d’y rajouter la pincée de complot, n’est-ce pas ?


  8. valles Le 12 avril 2016 à 09h08
    Afficher/Masquer

    La pensée unique occidentale remplit nos trottoirs de SDF, nos troquets de fascistes, nos cités de salafistes et plonge tout autres alternatives civilisationnelles dans le chaos, la technologie nous a rendu désirable mais sous le vernis c’est bien la terreur et le néant qui gouvernent.


  9. Krystyna Hawrot Le 12 avril 2016 à 09h15
    Afficher/Masquer

    L’auteur de l’article ne dit pas qu’il ne faut rien faire, puisqu’il explique bien comment la coopération franco-algérienne de Pasqua a mis fin au terrorisme du GIA des années 1995-6- l’Algérie et la France se partageaient les informations et les Algériens ont petit à petit plus ou moins résolu la question islamiste par la négociations, amnistie (même si critiquée…). L’auteur critique le fait que la France alimente les guerres des autres US, Arabie Saoudite et de ce fait les populations françaises sont vulnérables à la contre attaque alors que les USA ne font et ne feront rien pour protéger les civils français, ils en ont rien à foutre, certainement ils ne partagent même pas leurs informations avec les services français et belges, le but des USA étant d’affaiblir les structures d’Etat français et de faire de la France un espèce d’Etat failli.


  10. Durand Le 12 avril 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    A cette question, que pose le titre de cet article : “COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR LES GROUPES DJIHADISTES ?”, il ne peut y avoir de réponse qui s’affranchisse du problème que pose le transfert de souveraineté opéré via les traités européens.

    Mais cette réponse est également valable pour de nombreuses autres questions :

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR LA FINANCE INTERNATIONALE ?

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR LES LOBBIES DE L’ARMEMENT QUI LA DÉPOUILLENT DE SES CAPACITÉS DE DEFENSE ?

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR LE VOL DE NOS ENTREPRISES VIA LES DÉLOCALISATIONS ?

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR LA MÉDIATISATION DE LA CULTURE ANGLO-SAXONNE AU DÉTRIMENT DE LA CULTURE FRANCAISE ?

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR…? La liste est infinie, mais cette même réponse est plus globalement celle qui répond à cette question :

    -COMMENT LA FRANCE EST DEVENUE UNE CIBLE LÉGITIME POUR L’AFFAIBLISSEMENT ET LA DESTRUCTION DE LA DÉMOCRATIE À TRAVERS LA DESTRUCTION DES ETATS-NATIONS ?


  11. Nora Le 12 avril 2016 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Je pense que ce qui suscitent incompréhension dans la population (je ne parle pas ici de violences meurtrières car j’ai beaucoup de mal à m’expliquer de tels actes de barbarie) est à rechercher aussi dans :
    la violence symbolique et la propagande du discours médiatique depuis au moins 25 ans sur le ” terrorisme islamique”,
    la lois excluant une catégorie de l’école de la république,
    la nomination d’Imams venus…. d’Arabie Saoudite ?!
    Ce n’est pas “la haine” mais plutôt les contradictions de nos valeurs (égalité des droits, libertés individuelles, démocratie, république….) que nous devons interroger.
    Je trouve dommage que nous mettions, exclusivement, les projecteurs :
    soit sur le djihadisme (problème crucial, préoccupant et complexe),
    soit sur “ceux qui ne connaissent pas leur religion.” (dont je fais partie ie ceux pour qui l’Islam-s représente les mariages, les baptêmes, le prénom des enfants…le jalonnement dans la langue maternelle…).
    Du coup on passe sous silence cette nouvelle catégorie qu’on ne connait pas, qu’on ne regarde pas, qu’on entend pas, qu’on ne questionne pas : les français qui connaissent leur religion et qui aspirent à une reconnaissance.


    • P. Peterovich Le 12 avril 2016 à 11h11
      Afficher/Masquer

      J’ai du mal à comprendre. Vous demandez quoi ? Un diyanet à la française ?


  12. Pierre Bacara Le 12 avril 2016 à 10h10
    Afficher/Masquer

    L’un des principes stratégiques de l’Etat islamique est que ses attaques terroristes dans les pays qui le combattent y mobilisent des moyens qui, dès lors, ne sont plus disponibles pour combattre en Syrie et en Irak.

    Reste à savoir si lesdits moyens mobilisés, par exemple en France, auraient pu jouer un rôle opérationnel efficace contre l’Etat islamique. Ce n’est pas certain.


    • P. Peterovich Le 12 avril 2016 à 10h37
      Afficher/Masquer

      Très intéressant comme réflexion.

      Et sur le fond, peut-être que les moyens mobilisés en métropole ne sont pas susceptibles d’intervenir en opex, mais cela n’empêche pas que, si l’on en croit les militaires eux-mêmes, ce déploiement finit par ankyloser l’appareil militaire dans son ensemble.


      • Pierre Bacara Le 12 avril 2016 à 12h13
        Afficher/Masquer

        […] cela n’empêche pas que […] ce déploiement finit par ankyloser l’appareil militaire dans son ensemble“.

        Effectivement, je n’y avais pas pensé : même le déploiement de formations qui de toute façon seraient inutiles au Moyen-Orient mobilise des ressources humaines.

        Par ailleurs, la question se complique par le fait que l’EI mène une gerre hybride qui cumule opération militaires classiques (symétriques) et terroristes (asymétriques). Dès lors, comment jauger du potentiel opérationnel d’une unité française donnée ?

        Même en partant de l’hypothèse que l’armée française reçoive l’ordre de projeter des opérations terrestres contre Daech, quelles unités déployer ? Les légionnaires peuvent dire que combattre des terroristes n’est pas leur métier et le COS peut dire que mener des opérations symétriques n’est pas le leur (pour schématiser).


        • bozi lamouche Le 12 avril 2016 à 15h45
          Afficher/Masquer

          vous évoquez de faux problèmes : ces leurres sont le fait des pays du golf, de la turquie et de la bienveillance occidentale ( BAO)….on complexifie les choses mais in fine nous savons comme l’écrit bien GRESH qui fait quoi et pourquoi.
          Faut juste se défendre maintenant…nous connaissons les responsables/coupables de ces tueries : qu’attend-on ?


          • Pierre Le 12 avril 2016 à 22h29
            Afficher/Masquer

            “les pays du golf”…en combien de trous et avec quel handicap ?
            Pardon, c’était juste pour rire un peu ?


  13. Guadet Le 12 avril 2016 à 10h32
    Afficher/Masquer

    Cet article s’appuie sur des idées fausses à propos de l’histoire de la colonisation. Il était rare qu’on envoie l’armée. La plupart des conquêtes étaient l’œuvre d’aventuriers disposant de peu de moyens mais connaissant les dissensions internes de la population et les carences du pouvoir local. Ce sont des africains menés par eux qui ont formé les colonies africaines françaises la plupart du temps. L’iimage de l’occidental subjuguant les populations locales par sa supériorité technique est une image d’Épinal qui a servi, et qui malheureusement sert encore à l’auteur de l’article, pour justifier le terrorisme. Gandhi a montré qu’il y avait des moyens plus pacifiques et plus efficaces si ce qu’on voulait était de lutter contre le colonialisme.


    • Pierre Le 12 avril 2016 à 10h51
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec vous que les colonisateurs ont su user des dissensions des populations des territoires visés dans leurs conquêtes. Néanmoins parler d'”aventuriers” est un peu caricatural. Lorsque le colonisateur s’est vu opposer une force organisé, il a employé les grands moyens (exemple, en Afrique du Sud face aux zoulous). De même lorsque le colonisé a voulu s’émanciper, par exemple en Algérie en 1945 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_S%C3%A9tif,_Guelma_et_Kherrata
      On peut citer bien d’autres exemples.


    • Didier Le 12 avril 2016 à 11h14
      Afficher/Masquer

      Ben voyons… la conquête de l’Algérie et du Maroc ont été le fait “d’aventuriers”, et l’armée française n’y a joué aucun rôle, c’est bien connu. Bugeaud ? Hein, qui ça? Lyautey ? Mais de qui parlez-vous?…


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h53
        Afficher/Masquer

        Bugeaud,et ses alliés locaux…Lyautey et ses alliés locaux…qui est l’auteur qui aura un jour le courage de décrire” l’Algerie ” et le “Maroc ” précoloniaux? En proie à des guerres intestines interminables,et pour ce qui est de “l’Algérie “,base de pirates impénitents en Méditerranée…mais chut,faut pas le dire.


        • Ouas Le 12 avril 2016 à 14h34
          Afficher/Masquer

          Non, au contraire, il faut en parler. 1/ Où avez-vous appris que l’Algérie était la proie des guerres intestines ? 2/ A votre avis, si l’Algérie était la base de pirates impénitents, la G-B, l’Espagne, le Portugal, la France et les pays scandinaves pratiquaient quoi au 18 et 19ème siècle en écumant la méditerranée et l’atlantique ?


          • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 17h47
            Afficher/Masquer

            Où? Lisez les livres…Monsieur l’Algérie n’existait pas aux siècles que vous évoquez…c’était une succession d’émirats épars,et qui se faisaient la guerre en permanence…et désolé pour vous il n’y avait pas de piraterie “occidentale ” en méditerranée au XIX ième siècle…. lisez le très bon livre de Heers, les Barbaresques…. vous en apprendrez des choses!


        • Pierre Le 12 avril 2016 à 15h34
          Afficher/Masquer

          @Christian Gideon, si on suit votre propos, le fait que l’Algérie, la Tunisie et le Maroc aient été des colonies de l’empire Ottoman justifie la colonisation Française, ou ai-je mal compris ?


          • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 17h53
            Afficher/Masquer

            Gedeon,pas Gideon,svp…mais mon bon monsieur,l’aire géographique de la Tunisie ,de l’Algérie,mais pas du Maroc figurez vous,ont été des colonies ottomanes en effet… ces aires géographiques ne sont devenues des états qu’au moment de la colonisation , si honnie, par les français qui leur ont donné des frontières et une existence juridique… comme pour l’Allemagne( qui doit son existence essentiellement à Bonaparte),on peut dire que c’est la France qui a créé l’Algérie et la Tunisie,tout comme c’est l’Italie qui a créé la Lybie…. çà ne plait pas? je m’en fous…l’Histoire n’ a pas à plaire ou pas. C’est l’Histoire…


            • Pierre Le 12 avril 2016 à 18h08
              Afficher/Masquer

              1. Veuillez m’excuser de m’être trompé dans l’orthographe de votre nom, mais vous voudrez bien ne pas m’appeler “mon bon monsieur”, ce qui est dégradant et insultant.
              2. L’Allemagne doit son existence à la guerre de 1870 contre Napoléon III et non à Bonaparte
              3. La succession de commentaires provocants, insultants, méprisants que vous avez alignés aujourd’hui ne plaident en aucune façon pour le fond de vos propos.


    • bozi lamouche Le 12 avril 2016 à 15h46
      Afficher/Masquer

      euh vous parlez de la colonisation en Algérie là ??


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 17h56
        Afficher/Masquer

        De la “colonisation “. Point. Sur un territoire morcelé qui est ensuite et seulement ensuite devenu l’Algérie,merci qui? Merci la France…tant que vous ne regarderez pas les choses en face,vous n’avancerez pas d’un pouce.


        • groucho Le 12 avril 2016 à 23h54
          Afficher/Masquer

          Puisque vous semblez persuadé des bienfaits de la colonisation, que vous qualifiez même d’aventure (plutôt que d’expédition militaire), lisez donc ceci : https://campvolant.com/2014/04/07/la-colonne-infernale-de-voulet-chanoine/
          Il y a même une très jolie photo de cette très belle aventure qui montre que ces gens se plaignent avec une évidente mauvaise foi du grand cadeau que nous leur avons fait, je veux dire la civilisation, bien sûr…


  14. chesnel Le 12 avril 2016 à 10h41
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article rappeler les évidence dans un climat de propagande de guerre est déja un bon début
    Dans le golfe sans détaillé les chiffres on parle en million quand on parle du nombre de mort
    Dans beaucoup de pays on pille les ressources on met en place des dictateurs on extermine pour des ressources
    Mais enfin que croyons nous, que ces populations se privent de liberté et de vie descente où il peuvent manger à leur faim pour nous laisser détruire la planète et que la survie de l humain même soit remis en cause par pure générosité. Bah non il le font parce qu’il y a un rapport de force qui est très fortement en leur défaveur et ceci dure depuis qu’on est arrivé avec des armes à feu face à des flèches en Afrique pour imposer le marché triangulaire.
    Et ces gens dès fois se rebellent oh!!!! Moi ma question est plus comment il se fait qu’ils ne se rebellent pas plus souvent. Et aussi comment il se fait que nous citoyens français nous tolérons et soutenons ça par tant de silence.


  15. christian gedeon Le 12 avril 2016 à 10h43
    Afficher/Masquer

    Mais oui,bien sûr…mais non certainement! Cette analyse Gresh se veut objective. Pour les détails,elle l’est. mais sur le principe,elle est juste partisane,à mon sens. Et même complètement. Je m’explique. Alain Gresh fait comme si,juste comme si les pays musulmans en général et arabes en particulier n’avaient rien à voir dans l’enchaînement des évènements.Comme si les “occidentaux ” étaient allés mettre la patacaisse dans un monde par ailleurs parfait et pacifique. Mais c’est plaisanterie,pour ne pas dire une fumisterie. Faut il rappeler à M. Gresh que les deux guerres contre l’Irak ont été menées AVEC la participation de l’essentiel des pays arabo-musulmans? Et pas seulement de la Saoudie et des sabliotes divers et variés? Faut il rappeler à M. Gresh que la radicalisation islamiste est développée depuis déjà des lustres à travers les canaux frères ennemis(en apparence) des frères musulmans et des wahhabites? Et que çà ne date pas de la guerre contre l’Irak,bêtise monumentale s’il en fût,mais soutenue par toutes les organisations islamistes ayant pignon sur rue? Oups,je vais etre obligé de faire une suite….désolé.


    • J Le 12 avril 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      C’est même mépriser le monde musulman (simplification mais on comprend), quelque part, que de prétendre qu’il n’est capable que de réagir aux bêtises occidentales, qu’il n’a pas ses valeurs à lui…


  16. At Dahman Le 12 avril 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Un bémol au propos Mr Alain Gresh dont, par ailleurs, je partage la teneur : ni le FIS, ni, encore moins, les GIA n’ont bénéficié de soutiens au sein de la diaspora algérienne en France. En revanche, François Mitterrand ne pardonnait pas à l’ANP d’avoir écarté son « ami » Chadli Bendjedid et mis fin à son projet de « cohabitation » avec le FIS. Il ne fut pas le seul. Les partisans du FIS avaient leurs entrées partout dans les Media européens, y compris au Monde Diplomatique, dirigé à l’époque par Ignacio Ramonet, à l’instar de Houari Addi, sociologue algérien, qui soutenait que l’arrivée du FIS au pouvoir serait une « régression féconde » qui guérirait l’Algérie du totalitarisme islamiste ! Ou, d’autres encore, qui répandaient le doute sur la légitimité de la riposte citoyenne du peuple algérien pour barrer la route au « fascisme vert », faisant semblant d’ignorer « qui tue qui » ? Les Services français, hormis la DST, étaient sur la même ligne. Ils ont, très tôt, tissé des liens avec les organisations terroristes, qui sévissaient en Algérie, pour affaiblir le pouvoir algérien, mais aussi, au besoin, comme on disait à l’époque, prendre langue avec les futurs dirigeants de la « République islamique d’Algérie ». Washington, Londres, Bonn et Paris accueillaient les « porte paroles » de ces organisations terroristes et fermaient les yeux sur leurs activités criminelles, faisant de l’Europe, et du Maroc, leur base arrière pour accomplir leurs forfaits en Algérie.


    • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Absolument exact…bravo,monsieur. Et combien “d’intellectuels français “,qui ne s’en souviennent plus ont trouvé maintes explications au Fis et au GIA… comme à l’époque de Pol Pot,comme à celle de la “révolution culturelle “…Monsieur,votre contribution est “essentielle “.


    • Ludovic Le 12 avril 2016 à 16h47
      Afficher/Masquer

      Bizarre, moi quand je lis le monumental “Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats” mais également de nombreuses autres recherches et témoignages j’ai l’opinion exactement inverse : c’est le coup d’Etat complètement illégitime de janvier 1992 qui a provoqué la guerre civile, le pouvoir ayant perdu toute crédibilité après la répression d’octobre 1988… Et la France a plutôt soutenu cette junte.


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 18h01
        Afficher/Masquer

        ben voyons…il aurait peut être fallu laisser le FIS gouverner l’Algérie et la ramener au Moyen Age,n’est ce pas? le coup d’état illégitime? tiens donc…est ce que la Révolution française était illégitime? Il y a des moments où je me demande si le “jeu” intellectuel ne devrait pas trouver sa limite dans le bon sens…


        • Ludovic Le 12 avril 2016 à 18h20
          Afficher/Masquer

          Je crois que cet article même s’il date un peu résume bien l’incompréhension générale sur le sujet : http://rdereel.free.fr/volAQ1.html

          Même Alain Chouet le dit dans “Au coeur des pouvoirs spéciaux”, et il n’a aucune sympathie pour l’islam politique, estimant que la meilleure façon de combattre le FIS était qu’il exerce le pouvoir quelques années – il aurait certainement été chassé par les urnes, comme Ennahdha en Tunisie en 2014.


          • christian gedeon Le 14 avril 2016 à 10h16
            Afficher/Masquer

            Grave erreur…Le FIS avait théorisé la violence comme instrument de pouvoir,ce que Ennahda n’a jamais fait…


      • At Dahman Le 13 avril 2016 à 16h54
        Afficher/Masquer

        Je crains que vos informations en la matière ne soient incomplètes, voire erronées. Ennahda est un parti islamiste dont la stratégie politique rejette formellement l’usage de la violence comme moyen d’accès au pouvoir. Ce n’était ni le cas du FIS, ni, à fortiori,celui des GIA. Les discours de Abassi Madani et de Ali Benhadj sont sans ambigüité, aucune : à leurs yeux, la démocratie serait satanique (min shaytan) puisqu’elle usurperait « les droits de Dieu », qui, seul aurait le pouvoir de dicter les Lois de vie en société. Ils ont, à haute et intelligible voix, proclamé leur volonté d’abolir la Constitution, parce, disaient-ils, il ne saurait y avoir d’autre Constitution que le Coran ! Au besoin, ajoutait Mr Madani, lui et ses partisans étaient décidés à éliminer les 2/3 des algériens pour que le tiers survivant puisse proclamer la République islamique !


        • Ludovic Le 13 avril 2016 à 17h56
          Afficher/Masquer

          Il me semble plutôt (d’après ce que j’ai pu comprendre) qu’il y avait effectivement une faction extrémiste favorable à la violence et une faction modérée qui croyait aux urnes. Le coup d’Etat suivi de la dissolution du parti en mars 1992 a discrédité les modérés et encouragé les extrémistes… Le scénario semble s’être répété en Egypte avec les Frères musulmans en 2013.

          Enfin faut-il rappeler pour prendre un exemple que Hocine Aït-Ahmed qui dirigeait le parti laïque FFS était contre l’interruption des élections, redoutant ce qui allait se passer?


        • TZYACK Le 13 avril 2016 à 19h15
          Afficher/Masquer

          L’Islam n’est pas soluble dans la démocratie car il ne connaît pas la séparation de “la mosquée et de l’Etat”


  17. christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h01
    Afficher/Masquer

    Suite donc… désolé Olivier,mais c’est important. En gros Alain Gresh exonère les “arabo-musulmans ” de toute responsabilité dans ce qui se passe. Outre le fait que c’est méprisant pour les dits,c’est juste horriblement inexact. Voire tendancieux.Bien avant les bushiconneries,il y a eu le Liban,et ses guerres soi disant civiles.M. Gresh ne le sait peut-être pas(mais j’en doute),le Liban a vu passer sur lui pratiquement toutes les armées arabes…sans compter les palestiniens Syriens,Lybiens(eh oui,à Maameltein),Irakiens,Soudanais, et j’en passe et des meilleures,ou des pires.(ET à cette époque,pas plus de Bush que de poils sur le crane d’un chauve) Sans compter les ineffables israéliens de Tsahal, dont la décadence morale a commencé à ce moment. Cher M. Gresh,avant de voir la paille dans l’oeuil des occidentaux,faudrait penser à voir LES poutres qu’il y a dans celles des “arabo-musulmans “…. j’en ai marre de ces analyses(sic!) qui sont des exemples parfaits de faux syllogismes…


    • Didier Le 12 avril 2016 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Je crains que ce soit votre propre lecture de ce papier qui soit tendancieuse.

      Gresh n’exonère nullement les “arabo-musulmans” de toute responsabilité dans ce qui se passe. Il dit simplement une chose, et une chose précise: les attentats sont un instrument de lutte politique, et non l’expression d’une supposée haine “culturelle” ou “civilisationnelle”.

      Il n’a pas écrit (ou alors, je ne sais pas lire) que tous les conflits qui déchirent le monde arabo-musulman sont le fait de l’interventionnisme occidental. Il signale seulement que, quand l’Europe s’en mêle (avec toujours l’idée plus ou moins avouée de tirer de supposés marrons du feu), elle prend une décision politique qui se paye de manière politique.

      Qu’une bande d’abrutis rétrogrades (largement soutenus par l’Occident) cultive ses délires interprétatifs fournit une excellente couverture à ce type d’action : ça n’en reste pas moins une couverture.


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 13h41
        Afficher/Masquer

        Elle est bien bonne celle là… vous apportez de l’eau à mon moulin,oh combien. Oh l’nanlyse qui consiste à dire,tu interviens,tu payes le prix….on se croirait en CM1… mais mon ami,tu n’interviens pas,tu payes le prix aussi !!! Mdr…. Et contrairement à ce que vous pensez,je crois,moi,qu’il ya une haine civilisationnelle… réelle et palpable. Deux systèmes idéologiquement antinomiques pour ne pas dire fondamentalement ennemis…D’une part les neocons alliés aux islamistes de tous poils,et de l’autre ce qui reste ici et là-bas(dis) de gens qui cherchent juste à vivre “normalement. Ce n’est pas une bade d’abrutis,c’est une réelle masse… et comme tant d’ocidentaux vous méconnaissez le principe selon lequel,pour les musulmans fondamentalistes,l’Islam et religion,état,et monde. Din wa dawla,wa 3aalam…je crois surtout que vous n’avez pas compris un donnée fondamentale… c’est qu’un “certain occident ” celui des neocons,est l’allié indéfectible des islamistes… si Gresh éxonère totalement les arabo uslmans de leur responsabilité… en parle comme de mineurs politiques…comme seulement des victimes,alors qu’ils comptent aussi au rang des assassins.


    • groucho Le 12 avril 2016 à 11h37
      Afficher/Masquer

      Intéressant retournement de la parabole de la paille et de la poutre !
      Avant de regarder la paille que tu as dans ton oeil, examine la poutre dans celui du voisin et commence par lui coller une bonne trempe !
      Tant qu’on y est, sur la joue droite pour qu’il te tende immédiatement la gauche…


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 12h15
        Afficher/Masquer

        Mon ami,lisez bien… quand les “occidentaux” soutenaient les dictatures orientales pour des motifs officiels de “stabilité” et motifs réels marchands,c’étaient des salauds…quand ils ont “encouragé ” les “printemps arabes “,c’étaient toujours des salauds parce qu’ils ont mis le bordel. Quand ils ont soutenu le shah pareil… quand ils mis en place(parce que c’est le cas) son renversement,pareil…Ils ont soutenu Moubarak,salauds. Puis Morsi,salauds pareils. Puis Sissi,encore salauds… Voyez,les choses ne sont pas si simples….


        • Wilmotte Karim Le 13 avril 2016 à 15h42
          Afficher/Masquer

          Et ils pourraient pas juste ne PAS intervenir?
          Dans aucun sens?

          Parfois, les choses sont tellement simple qu’on ne le voit plus: tout vos exemples sont des exemples d’interventions qui au final, ont empirés les choses.

          Mais continuons, peut-être qu’on arrivera à un résultat (encore plus de violence, d’attentat et de haine?)


          • christian gedeon Le 13 avril 2016 à 18h11
            Afficher/Masquer

            OK… je ne suis pas fondamentalement en désaccord avec ce que vous dites. Ce serait en effet,théoriquement la solution idéale. A part que,ne pas intervenir,c’est aussi intervenir par défaut.C’est un véritable casse tête. mais je suis pleinement d’accord avec vous pour ce qui concerne les interventions sous prétexte de “démocratie “…


            • chb Le 16 avril 2016 à 12h01
              Afficher/Masquer

              L’intervention contre Kadhafi a transformé son état prospère et plutôt laïque en chaos + charia. Elle a aussi fait sauter un verrou africain contre le “déferlement de hordes d’immigrés” vers l’Europe. Elle a mis sur le marché tout un tas d’armes et de “jihadistes”. Elle a aidé à déclencher le bordel au Sahel puis en Syrie. Elle a conforté le sectarisme wahhabite des pétrodictatures -source de bien des horreurs dans le monde arabe et (accessoirement!) en Europe.
              Bilan : la R2P est un faux-nez bien néfaste, au regard duquel la non-intervention est la seule conduite raisonnable, et surtout la seule légitime.


    • At Dahman Le 12 avril 2016 à 12h16
      Afficher/Masquer

      Dans une tribune publiée, hier, par le journal « Le Monde », Rachid Benzine rappelle pertinemment que « le wahhabisme a été jusqu’aux années 1950 considéré par l’orthodoxie sunnite comme un mouvement déviant ». Les pétrodollars et l’alliance stratégique avec les Etats-Unis ont réussi a faire de cette secte obscurantiste, brutale et totalitaire l’orthodoxie autoproclamée de l’islam sunnite ! Avec, il est vrai de nombreux « spécialistes de l’islam » à l’appui. Après sa mainmise sur la péninsule arabique à l’issue d’une longue guerre, menée de 1802 à 1924 avec le soutien du gouvernement de Sa Très Gracieuse Majesté, relayée par l’Oncle Sam, guerre dont la brutalité n’à rien à envier à Daesh, son avatar du vingt et unième siècle, l’Alliance de la tribu des Al Sheikh, de Muhammad Ibn Abdel Wahhab et celle des Saoud semble vouloir étendre son hégémonie à l’ensemble du « monde musulman » et plus, si affinités…


  18. christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h14
    Afficher/Masquer

    Hoho… bon client des billevesées de Gresh… auto flagellation garantie.MOn Dieu,l’Occident quelle horreur… à se demander si les “réfugiés” ne sont pas tous carrément masochistes… eux qui ne vont pas se réfugier en Arabie,en Egypte,en Tunisie,mais juste en Europe “occidentale “… Vraiment ,fuir le paradis arabo musulman pour venir en Europe?! Vite,le psy!


  19. Louis Robert Le 12 avril 2016 à 11h43
    Afficher/Masquer

    “Il n’existe aucun rapport entre la politique française au Proche-Orient ou au Sahel et les attentats dont elle a été la victime : telle est la doxa qui domine à Paris. Ce ne seraient pas les guerres que la France mène « là-bas » qui provoqueraient des répliques meurtrières sur son sol, mais la haine de «nos valeurs», de « nos idéaux », voire du mode de vie hexagonal. Pourtant, toute l’histoire récente enseigne le contraire.” — Si jamais exista un doute que la France se nourrissait, mot pour mot, des préceptes contenus dans le catéchisme de l’Empire, le voilà dissipé!

    Il est vain de nier les résultats manifestes de ses politiques.


  20. bluerider Le 12 avril 2016 à 12h08
    Afficher/Masquer

    certes de nombreux arabo-musulmans se sont entretués et nous ont agressés au cours des âges… mais observons les victimes de l’OTAN depuis 1990 au Moyen Orient et en Europe centrale “à la louche” comme on dit, et si cette expression convient pour décrire l’horreur absolue absente de nos écrans de télévision :
    .
    Yougoslavie (1ère intervention partisane et illégale de l’OTAN) 11 000 morts
    Première guerre d’Irak = 40 000 morts dont 10% de civils irakiens
    Entre les 2 guerres d’Irak = sanctions qui coûtent la vie à 300 000 enfants selon Allbright
    Seconde guerre d’Irak = 650 000 et jusqu’à 1 million avec les effets induits
    Afghanistan = 50 000 morts ( dont une centaine de soldats français dont le massacre d’Uzbin le 18 Août 2008, je crois 10 morts français et 40 talibans – certains disent que la France ne voulait plus payer sa dime aux talibans comme les italiens avant que nous avions relevés)
    Libye = entre 25 000 morts (chiffre Abdeljalil) et 60 000 morts (chiffre Assad) voire 85 000 morts (chiffre chancelleries selon Takkiedine chez Ruquier)
    Syrie = 270 000 morts dont 90 000 soldats de l’armée syrienne dont les médias reparlent en ce moment de façon “neutre” et “légitime” au lieu de parler d’ “armée du régime”, et 100 000 civils
    Centrafrique = merci de compléter
    Mali = merci de compléter
    Yemen = 9000 morts ?
    Pakistan = 4000 morts par drônes US qui visent de façon indiscriminée


    • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 13h43
      Afficher/Masquer

      Oups… vous auriez pu avoir la décence de ne pas citer la Yougoslavie où le massacre des erbes s’est fait au profit des musulmans…en Bosnie et au Kosovo


  21. bluerider Le 12 avril 2016 à 12h10
    Afficher/Masquer

    Quand je vois qu’on colle 46 balles dans le dos d’un Mohamed Merah reclus dans un appartement d’HLM d’où il n’a absolument aucune chance de sortir alors que vivant nous aurions su qui est derrière, et qu’on critique la répression du massacre de civils à Hama en 82 par des Frères musulmans (1000 baasistes égorgés en place publique – déjà), ou la répression par l’administration Assad en mars avril 2011 alors qu’on sait que c’étaient les mêmes et que le gouvernement s’est fait déborder par une insurrection armée surgie de toutes parts greffée sur les manifestations pacifiques et médiatisée à outrance… il y a de quoi hurler.

    La question centrale devient alors : quelle légitimité ont eu toutes ces guerres asymétriques ? Aux yeux de 100% des musulmans, aucune. zéro. De Marrakech à Alep, 100% des musulmans pensent que c’est pour le pétrole. 100% de ceux avec qui vous pouvez dialoguer vous le diront avec fatalisme ou l’oeil très noir. 100%. Tous savent ce que nous nous cachons, le plus grand voile n’est pas celui de la burqua, mais celui de nos médias, et donc “eux” ne défilent pas pour “être des Charlots”.


    • J Le 12 avril 2016 à 12h19
      Afficher/Masquer

      Je trouve méprisant pour les musulmans de prétendre qu’ils pensent “à 100%” la même chose. Et aussi très naïf de considérer qu’ils disent toujours forcément ce qu’ils pensent.


      • bluerider Le 12 avril 2016 à 12h32
        Afficher/Masquer

        certes c’est un jugement “à la louche” et peu nuancé mais il est plus proche à mon sens, de la réalité, que de dire que la diaspora arabo-musulmane débat de façon nuancée de ces questions et que nous établissons avec elle les conditions de ce débat.


      • bluerider Le 12 avril 2016 à 12h35
        Afficher/Masquer

        si il y a un mépris qui m’emporte, ce serait plutôt celui à l’encontre des géo stratèges (gouvernement, think tanks, cercles du pouvoir franco-OTAN) prêts à faire de citoyens français des victimes collatérales de leurs calculs, au prétexte d’assurer la continuité de notre confort énergétique.


      • Louis Robert Le 12 avril 2016 à 15h53
        Afficher/Masquer

        @ J

        Qu’importe que ce soit plutôt (?) 85% ou encore 80%?

        Parcourez “La haine de l’Occident” de Jean Ziegler au service de l’ONU et voyez les résultats des sondages PEW sur le sujet, si souvent donnés en référence, notamment par Chomsky. Voyez les critiques du doyen et diplomate de carrière Kishore Mahbubani, adressées à l’Empire et à ses “alliés” occidentaux au nom d’une bonne part du reste de l’humanité (85%?) dans “The Great Convergence”.

        Tout ceci s’inscrit dans une perspective géopolitique globale, et l’on trouve une grande majorité de l’opinion internationale qui hait l’Empire et ses complices, et ce pour des raisons politiques, économiques et militaires apparentées à celles dont traite l’article plus haut.

        Cessons de nous leurrer: désormais, mieux que nous-mêmes les populations mondiales savent qui nous sommes, comment nous agissons envers elles et surtout, oui, surtout dans quels buts?


        • bluerider Le 13 avril 2016 à 05h39
          Afficher/Masquer

          2 remarques : 1/ la part de responsabilité des médias français qui ne rendent pas compte de la diversité politique du monde, sous exposant les non alignés et sur exposant l’ “ami américain”. 2/ le “fond obsessionnel” limite monomaniaque, de nos medias qui s’arcqueboutent à des poncifs comme autant de vision réductrice : l’ “Union Européenne”, le “libéralisme”, le “libre échange”, le “bouclier OTAN”, la “menace” russe, iranienne, syrienne, chinoise, les “ventes d’armes”, le “soutien aux industries” (lesquelles?), et le plus délétère de tous, jamais approfondi, pourtant connu de tous, donc ultra-complotiste et jamais cité par l’Education Nationale : “la lutte contre la fraude fiscale” et son cortège de blanchiments en tous genres, des confins du Kosovo en passant par la partie occupée illégalement par les Turcs de Chypre (pas comme la Crimée), le Luxembourg, la City ou le Delaware…


  22. Lea_ Le 12 avril 2016 à 13h37
    Afficher/Masquer

    Certes, bonne analyse mais il y manque une petite observation: si nos compatriotes étaient intégrés et se sentaient Français à 100%, on n’aurait pas eu dernièrement d’attentats sur notre sol.
    Zapper ce problème, s’est aussi passer à côté de la vérité.


    • P. Peterovich Le 12 avril 2016 à 15h18
      Afficher/Masquer

      Non, l’observation y est : à propos des guerres coloniales et de l’impossibilité d’une réponse des colonisés, les auteurs parlent, textuellement, de ” l’absence de toute « cinquième colonne » active sur son sol (qui) l’interdisai(..)t “.

      A contrario, la cinquième colonne présente aujourd’hui rend la réponse possible…


    • Krystyna Hawrot Le 12 avril 2016 à 18h49
      Afficher/Masquer

      Daech attire des gens de toutes nationalités et des milliers de mercenaires sont des convertis! Il y a meme des Polonais au sein de Daesh, c’est dire! Effectivement il faudrait analyser à quel type de “désintégration” mènent 25 ans de politique ultralibérale en Europe…
      http://www.polskatimes.pl/artykul/9106448,polacy-w-isis-co-sklania-naszych-rodakow-do-walki-w-szeregach-panstwa-islamskiego,id,t.html


    • christian gedeon Le 14 avril 2016 à 10h20
      Afficher/Masquer

      Encore faut il avoir envie de se sentir “intégrés”…


      • J Le 14 avril 2016 à 11h19
        Afficher/Masquer

        Les djihadiste se recrutent aussi parmi des gens très bien intégrés.
        Il faudrait finir par comprendre qu’il se battent non pas contre nous mais pour leur religion. Prétendre le contraire est à la fois les rabaisser et faire leur jeu.


  23. thmos Le 12 avril 2016 à 15h09
    Afficher/Masquer

    La France livrera une guerre (dissimulée à son propre peuple) contre l’Iran lors d’un interminable et juteux conflit – vendant à l’Irak pour environ 17 Milliards de dollars ( 2ème fourniseur de Saddam après l’ URSS) et …480 Millions à l’Iran ! PS et RPR “contraints” de surarmer l’envahisseur pendant 8 ans, évoquant les risques de l’ampleur des ventes à crédit engagées pour… livrer toujours et encore ! Comme notre collaboration avec les pays du golfe waahbites qui fabriquent et financent le salafisme terroriste est illégitime, le fait des sorciers irresponsables et corrompus de l’UMP et du PS.


  24. thmos Le 12 avril 2016 à 15h31
    Afficher/Masquer

    Nous payons par les attentats la guerre de Valls contre des musulmans pas celle des français ! Nous attendons une réponse par la police afin de nous protéger contre les conséquences en France de ces politiques étrangères, pas une surenchère militaire à l’étranger par l’ OTAN. Que les responsables de ces conséquences meurtrières sur notre sol assument et reconnaissent les guerres dans lesquelles on nous a engagés.


  25. clauzip12 Le 12 avril 2016 à 16h27
    Afficher/Masquer

    Il me parait inconscience de se plaindre ,nous français ,des attentats et autres situation négatives.
    -Membres à part entière de l’OTAN ce qui nous enlève la souveraineté au plan militaire au profit des USA ,
    -Alignement total au plan économique sur les USA par le relai de l’UE -Plan politique: l’alignement sur les USA est flagrant(conflit Israel/Palestine.-boycott Russie…)
    L’actualité de ces pertes de souveraineté conduit à penser que notre force armée nucléaire n’est plus d’aucun intérêt.(3°budget de l’état)
    La politique extérieure de la France est inexistante .Les décisions importantes sont extérieures et s’agissant de notre armée,il est temps que les hommes ne soient plus exposées pour des intérêts étrangers .
    La France est rentrée volontairement dans le rang et n’a plus l’autonomie.
    L’armée n’est plus que la protectrice des intérêts économiques privés extérieurs et la commanditaire de produits militaires d’entreprises françaises.
    C’est le troisième budget de l’état


    • THMOS Le 13 avril 2016 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Il faut au contraire s’en plaindre sans arrêt – En rappelant les faits, les chiffres qui révèlent que ce sont d’abord des musulmans qui tombent dans ces guerres – L’OTAN restant l’armée des
      riches dans l’esprit des français sans mesurer les conséquences de cette autre soumission, occupation, il est important d’en rappeler le prix et l’histoire. Depuis le début des guerres post URSS en Europe, depuis la Yougoslavie la France est en guerres. Ce n’est pas parce que “je suis en terrasse” que je suis (trés relativement) menacé mais parce que je participe implicitement au coup d’état violent et interminable tenté en Syrie, que j’ai cautionné la destruction de la Libye et de l’Irak, que j’approuve (par mon silence) et finance (par mes impots) l’assassinat par drones d’activistes et d’innocents dans le monde (pauvre). Je me plains donc de ces attentats et donc je souhaite comprendre.


  26. philbrasov Le 12 avril 2016 à 18h24
    Afficher/Masquer

    ce que vous dites est une évidence…

    que des faits…


  27. samuel Le 12 avril 2016 à 21h08
    Afficher/Masquer

    Pour l’ Algerie en 1995, la France vend des helicopteres AS355 Fennec à l Algerie , equipés de cameras infrarouge:

    http://algerianairforce.hautetfort.com/archive/2006/01/09/as-355-as-350-ecureuil.html
    http://www.forcesdz.com/forum/viewtopic.php?f=18&t=50

    On disait à l epoque que c’ est la vente de ces helicopteres que à provoquer la mort de moine Thibirine


    • Pierre Le 12 avril 2016 à 21h21
      Afficher/Masquer

      Possible…je me souviens effectivement de l’affaire, jamais franchement élucidée. Il est en tout cas quasi-certain qu’à l’époque, des militaires loyalistes au gouvernement algérien aient commis des exactions contre des civils pour ensuite les attribuer au GIA. Tactique dont ils sont loin d’avoir la primeur en ce monde…


  28. io Le 13 avril 2016 à 13h06
    Afficher/Masquer

    La source première de l’article est la suivante :
    http://orientxxi.info/magazine/comment-la-france-est-devenue-une-cible-legitime-pour-les-groupes-djihadistes,1121

    Le Grand soir ne fait que la reprendre.


  29. Wilmotte Karim Le 13 avril 2016 à 15h46
    Afficher/Masquer

    Ben non, vous avez parfaitement le droit de pondre l’article que vous voulez et de le diffuser.
    La censure, c’est empêcher les gens de parler.
    Pas de maintenir une ligne éditoriale dans un média précis!


  30. phil Le 14 avril 2016 à 13h51
    Afficher/Masquer

    Il est évident que les différents gouvernements français ont délibérément choisi l’alignement sur les Etats-Unis depuis 2005. La véritable question a se poser n’est pas de savoir si c’est moral, conforme à “nos valeurs”, ni bénéfique à long terme. La bonne question est de savoir quel serait le prix de la liberté? Les français sont-ils prêts à le payer? la France a-t-elle encore suffisamment de cohésion nationale pour opérer ce saut dans l’inconnu?

    Je crains que les réponse à ces questions ne soient pas très exaltantes!


  31. NICOLE DE NICOMAQUE Le 14 avril 2016 à 23h08
    Afficher/Masquer

    JEUDI SOIR LE 14 AVRIL 2016

    Voici ce qu’a dit le Président Hollande à jeun, sur le plateau de télévision France 2, à propos de la guerre en Syrie :

    ” « La France a été exemplaire dans le dossier syrien »

    Pour François Hollande, « la France a été exemplaire dans le dossier syrien » car en n’intervenant pas militairement après l’utilisation de l’arme chimique par Bachar Al-Assad, elle a permis « qu’il y ait aujourd’hui une négociation politique » avec Damas. « Ce que nous faisons avec la Russie, c’est de chercher une solution politique. » « On devrait tous considérer que c’est la France qui a eu raison, de 2012 jusqu’à aujourd’hui », ajoute-t-il. ”

    A croire que l’Homme est complètement fou ! Le président Hollande raconte décidément n’importe quoi ! C’est lui et son gouvernement qui ont livré – avec l’argent des contribuables français – des armes aux barbus islamistes, ces étrangers mercenaires venus d’Arabie Saoudite, du Qatar et de Turquie pour détruire l’Etat Syrien. Le gouvernement Hollande a armé les djihadistes ! Et le voilà qui vient nous raconter à la télévision une histoire à dormir debout !

    Honte à ce clown ! ( Pour qui hélas, j’ai voté ! )


Charte de modérations des commentaires