Les Crises Les Crises
5.avril.20205.4.2020 // Les Crises

Coronavirus : Facebook et Twitter font la police des contenus… y compris ceux des chefs d’Etat

Merci 107
J'envoie

Source : Marianne, Louis Hausalter, 31-03-2020

Facebook et Twitter ont effacé des contenus postés par le président brésilien Jair Bolsonaro et son homologue vénézuélien Nicolas Maduro à propos du coronavirus, invoquant des motifs sanitaires. Une attitude qui pose question… et contredit même la position de principe adoptée par Twitter sur les tweets controversés de responsables publics.

A première vue, les géants américains du web rendent de fiers services pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Facebook a mis en ligne un « centre d’information » et distille à ses utilisateurs les consignes des autorités sanitaires. « Sauvez des vies, restez à la maison », peut-on ainsi lire sur le réseau social, qui s’emploie aussi à mettre en relation les personnes qui demandent de l’aide avec des bénévoles. Twitter renvoie docilement vers le site du gouvernement français pour « connaître les faits » sur la pandémie et Google relaie sur sa page d’accueil les « 5 gestes barrière pour freiner le coronavirus ».

ELOGE DE L’HYDROXYCHLOROQUINE

Des intentions louables, mais qui ont leur face sombre : l’excès de zèle… quitte à censurer des représentants élus. Ainsi, Facebook, Instagram et Twitter ont supprimé deux vidéos des comptes du président brésilien, Jair Bolsonaro, qui le montraient en train de prendre des bains de foule à Brasilia, dimanche. Un comportement qui contredit les recommandations de son propre ministre de la santé : celui-ci préconisait la veille l’éloignement physique pour limiter les risques de propagation du virus ! Mais Bolsonaro n’en a cure : climato-sceptique notoire, l’ex-militaire marqué à l’extrême droite montre également des symptômes de « corona-scepticisme », lui qui considère ce virus comme une « petite grippe » qui ne saurait justifier de perturber l’économie brésilienne.

Dans l’une des vidéos supprimées, Bolsonaro faisait aussi l’éloge de l’hydroxychloroquine, cette molécule préconisée en France par le Pr Didier Raoult pour soigner les patients atteints par le Covid-19, que Donald Trump avait également encensée sur Twitter. « Ce médicament là-bas, l’hydroxychloroquine, fonctionne partout », affirmait le président brésilien à un vendeur de rue, selon la BBC.

FACEBOOK INVOQUE LA « DÉSINFORMATION »

Facebook et sa filiale Instagram se sont drapés dans des motifs sanitaires pour justifier l’effacement de ces vidéos. « Nous retirons des contenus sur Facebook et Instagram qui enfreignent nos conditions d’utilisation, lesquelles n’autorisent pas la désinformation pouvant causer des torts physiques aux personnes », a indiqué le réseau social dans un communiqué. Dimanche, Twitter avait déjà supprimé ces vidéos. « Ce Tweet n’est plus disponible car il a enfreint les Règles de Twitter », peut-on lire à la place sur le compte de Bolsonaro. Twitter assume avoir renforcé ses règles « pour prendre en compte les contenus qui vont éventuellement à l’encontre des consignes de santé publique émanant de sources officielles et qui pourraient augmenter le risque de transmission du Covid-19 ».

Twitter a fait subir le même sort, la semaine dernière, à un tweet du président du Venezuela, Nicolas Maduro, qui avait relayé sur son compte les articles d’un médecin vénézuélien prétendant avoir trouvé un « antibiotique naturel » contre le coronavirus. Il s’agit d’un breuvage à base de citronnelle, de gingembre et de miel, entre autres ingrédients, qui laisse les scientifiques pour le moins sceptiques. De là à empêcher la diffusion de ce remède de grand-mère, il y a un pas que Twitter s’est autorisé à franchir.

En juin 2019, Twitter avait pourtant annoncé qu’il n’effacerait pas les tweets de responsables politiques qui enfreignent ses règles

Tout à leur lutte contre la « désinformation », les réseaux sociaux se permettent donc une extension du domaine de la censure. Problème : si Twitter invoque les « sources officielles », comment comprendre qu’il écarte les tweets de Jair Bolsonaro, président d’un pays de plus de 200 millions d’habitants, démocratiquement élu en 2018 ? Y aurait-il des sources plus « officielles » que d’autres ?

La réaction de Twitter est d’autant plus surprenante qu’elle contredit une position qu’il avait adoptée en juin 2019. Critiqué par certains internautes pour ne pas supprimer certains tweets incendiaires de dirigeants – ceux de Donald Trump en tête -, le réseau social avait alors annoncé qu’il n’effacerait pas les tweets de responsables politiques qui enfreignent ses règles, au nom de « l’intérêt du grand public ». Twitter comptait toutefois accompagner ces tweets controversés d’un « avertissement » pour « apporter du contexte et de la clarté ». Ce n’est pourtant pas ce qu’il a fait pour ceux de Bolsonaro et Maduro, purement et simplement retirés.

On en revient, au cœur de cette crise sanitaire, aux débats suscités en France par la proposition de loi Avia « contre la haine sur Internet », toujours en attente d’une adoption définitive par le Parlement. Ce texte poussé par La République en marche oblige les plateformes et réseaux sociaux à retirer sous 24 heures les contenus « manifestement » illicites, sous peine de fortes amendes. Une manière de déléguer la justice à des multinationales privées, s’inquiètent les oppositions et des associations de défense des libertés publiques, qui y voient une menace pour la liberté d’expression. Si Facebook et Twitter commencent à arbitrer ce qu’un chef d’Etat peut dire ou non, Emmanuel Macron y réfléchira peut-être à deux fois.

Source : Marianne, Louis Hausalter, 31-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

12 réactions et commentaires

  • JFG // 05.04.2020 à 09h10

    Même la censure a été privatisée. Et quand tout sera privatisé, vous serez privé de tout.

      +13

    Alerter
  • LibEgaFra // 05.04.2020 à 09h55

    Ben moi, c’est fb et tw que j’ai censuré depuis toujours. Et je m’en porte très, très bien.

      +6

    Alerter
    • Emile // 05.04.2020 à 10h47

      Il n’y a pas que Facebook et Twitter. Youtube semble aussi concerné. Certains youtubeur affirment avoir eu des vidéo strikées parce qu’ils mentionnaient le virus. Même pas pour en parler directement, non, ils l’ont juste mentionné en parlant d’autre chose et boom, démonétisé direct et parfois strike ensuite.

      Youtube a des algo qui analysent les vidéo et repèrent des mots clés. Si on a le malheur de prononcer un mot tabou, la sanction tombe, sauf pour les « sources autorisées » ou ceux qui ont été scorés comme « gens bien ». Du coup ils sont obligés de ruser et parlent de « la maladie » pour passer entre les gouttes.

        +5

      Alerter
      • Narm // 05.04.2020 à 12h23

        y a qu’à voir comme les vidéos de Le media sont mise , la censure étant deja la mise sous obligation de connexion pour les voir ! inaxeptable. On voit des gens éventrés ou découpé en morceau au 20h des journaux et on censure le reste ?

          +4

        Alerter
  • JMSALMON 974 // 05.04.2020 à 11h05

    Et si la solution était de de boycotter FB, Twitter, YouTube, etc. et … la télévision ?
    Se poser, lire et au final se remettre à penser

      +7

    Alerter
    • Narm // 05.04.2020 à 12h25

      oui. je ne suis ni sur fb ni twe t machin, mais la plupart des gens qui continueront à perpétuer le système le sont. ils ne veront que ce qu’on veut qu’ils voient et ça donnera du bon, vous croyez ?

        +2

      Alerter
  • jean-marie // 05.04.2020 à 11h17

    je rajouterai que je suis relativement effaré de voir la censure qui opère maintenant sur le site d’O.Berruyer

    C’est visible car la plupart des messages plébiscités allant dans le même sens (interrogation et surprise de l’évolution du site vers les méthodes d’autres tant décriées auparavant) ont presque systématiquement disparus.

    Très déçu

      +18

    Alerter
    • Loxosceles // 05.04.2020 à 12h09

      Et bien sûr, si je déplore l’arbitraire sur les-crises, mon message disparait dans le quart d’heure. Vous n’avez pas honte de vous ? La critique fait donc partie de ces choses qu’on ne saurait voir ? Ah vraiment c’est beau de dénoncer l’immoralité des autres sans balayer devant sa porte.

        +8

      Alerter
      • tepavac // 05.04.2020 à 13h42

        Vous avez raison,
        Surtout lorsqu’un article d’origine est incomplet, et qu’on en escamote un sujet contradictoire.
        Extrait:

        « D’autant que, si Ursula von der Leyen a préféré insister sur des exemples caricaturaux pour justifier la censure sur les réseaux sociaux, force est de constater que les experts scientifiques n’évitent pas les Fourches Caudines des géants de l’internet. C’est ainsi que le professeur Didier Raoult, infectiologue pourtant mondialement reconnu, a vu une de ses publications sur le traitement à l’hydroxychloroquine être qualifiée d’«information partiellement fausse» sur Facebook. Par parvenir à ce jugement péremptoire, le réseau social s’est appuyé sur le site de vérification des faits du Monde avec qui il collabore, le controversé Décodeurs. Celui-ci estimait que la publication de l’expert contenait des «informations trompeuses», et a donc aiguillé le réseau social pour que celui-ci mette en garde ses utilisateurs. «Le Monde a décidé que ce que je disais, en rapportant ce qu’avaient publié les Chinois, n’était pas vrai. Il y a même eu « fake news » pendant 36 heures inscrit sur le site du ministère de la Santé !», avait remarqué à cette occasion le professeur Didier Raoult, qui échange avec les autorités sanitaires du pays depuis le début de la crise. »

        En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/73504-pleine-crise-coronavirus-censure-sur-reseaux-sociaux-franchit-cap

        Vous savez, porter atteinte à la dignité des personnes, n’est pas qu’un article de décoration….

          +5

        Alerter
  • Riquet79 // 05.04.2020 à 12h28

    Nous avons en France des personnalités politiques composant un gouvernement bien incapable de prendre les bonnes décisions et la santé en France s’en ressent.
    Par ailleurs les médias Tweeter – Facebook et autres…. devraient être supprimés, ils font pus de mal que de bien dans l’opinion publique ! Pour ceux qui croient se rendre utiles en diffusant ces information sur ces sites qu’ils réfléchissent in y a d’autres moyens pour se mettre en valeur !

      +1

    Alerter
  • Dominique65 // 05.04.2020 à 13h01

    Peut-être faudrait-il se tourner vers des outils russes ?
    https://russie.fr/medias-russes/geants-du-web-russe
    Faut vérifier quand-même qu’ils ne sont pas aussi censurés que les étasuniens.
    Il y a aussi de bon outils indiens.

      +0

    Alerter
  • amadablan // 07.04.2020 à 17h00

    Et nos politiques se haussent de la Chine qui censure. Eux au moins ne délèguent pas. Chez nous on soustraite la censure au privé. Quel courage.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications