Les Crises Les Crises
1.novembre.20201.11.2020 // Les Crises

Covid-19 : Dans la transmission du virus, les enfants et les jeunes adultes sont souvent des super-propagateurs

Merci 126
J'envoie

Source : Princeton Environmental Institute
Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Une étude menée à Princeton sur plus d’un demi-million de personnes en Inde qui ont été exposées au nouveau coronavirus suggère que la propagation continue du virus n’est due qu’à un faible pourcentage de ceux qui sont infectés, appelés « super-propagateurs ». Ce document est la plus grande étude de traçage des contacts Covid-19 à ce jour.

Une étude portant sur plus d’un demi-million de personnes en Inde qui ont été exposées au nouveau coronavirus SRAS-CoV-2 suggère que la propagation continue du virus n’est due qu’à un faible pourcentage de ceux qui sont infectés.

En outre, les enfants et les jeunes adultes se sont avérés être potentiellement beaucoup plus actifs pour la transmission du virus – en particulier au sein des ménages – que les études précédentes ne l’ont identifié, selon un article de chercheurs des États-Unis et de l’Inde publié le 30 septembre dans la revue Science.

Des chercheurs de l’Institut environnemental de Princeton (PEI), de l’Université Johns Hopkins et de l’Université de Californie à Berkeley ont travaillé avec les responsables de la santé publique des États du Tamil Nadu et de l’Andhra Pradesh, dans le sud-est de l’Inde, pour suivre les voies d’infection et le taux de mortalité de 575 071 personnes qui ont été exposées à 84 965 cas confirmés de Covid-19, la maladie causée par le SRAS-CoV-2. Il s’agit de la plus grande étude de recherche des contacts – qui consiste à identifier les personnes ayant été en contact avec une personne infectée – menée dans le monde pour une maladie quelconque.

Ramanan Laxminarayan, chercheur principal à l’IPE, a déclaré que le document constitue la première grande étude à saisir l’extraordinaire mesure dans laquelle le SRAS-CoV-2 repose sur la « super-diffusion », où un petit pourcentage de la population infectée transmet le virus à de nombreuses personnes. Les chercheurs ont constaté que 71% des personnes infectées n’ont contaminé aucun de leurs contacts, alors que seulement 8% des personnes infectées sont responsables de 60% des nouvelles infections.

« Notre étude présente la plus grande démonstration empirique de super-propagation que nous connaissions pour une maladie infectieuse », a déclaré M. Laxminarayan. « Les évènements de super-propagation sont la règle plutôt que l’exception lorsqu’on examine la propagation de la Covid-19, à la fois en Inde et probablement dans tous les endroits touchés. »

Les résultats donnent un aperçu détaillé de la propagation et de la mortalité de la Covid-19 dans des pays comme l’Inde – qui a connu plus de 96 000 décès dus à la maladie – avec une forte incidence pour des populations aux ressources limitées, ont indiqué les chercheurs. Ils ont constaté que les décès liés aux coronavirus en Inde se produisaient en moyenne six jours après l’hospitalisation, contre 13 jours en moyenne aux États-Unis. En outre, les décès dus aux coronavirus en Inde se sont concentrés chez les personnes âgées de 50 à 64 ans, âge qui est légèrement inférieur à celui de la population à risques des plus de 60 ans aux États-Unis.

Toutefois, les chercheurs ont également apporté les premières preuves à grande échelle que la mise en œuvre d’un confinement à l’échelle nationale en Inde a conduit à des réductions substantielles de la transmission du coronavirus.

Les chercheurs ont découvert que les risques qu’une personne atteinte d’un coronavirus, quel que soit son âge, de transmettre à un contact proche allaient de 2,6% dans la communauté à 9% dans le foyer familial. Les chercheurs ont découvert que les enfants et les jeunes adultes – qui représentaient un tiers des cas de Covid – étaient particulièrement acteurs de la transmission du virus dans les populations étudiées.

« Les enfants sont des transmetteurs très efficaces dans ce contexte, ce qui n’a pas été fermement établi dans les études précédentes », a déclaré Laxminarayan. « Nous avons constaté que les cas et les décès signalés étaient plus concentrés dans les groupes plus jeunes que ce que nous avions prévu sur la base des observations faites dans les pays à revenu élevé.”

Selon l’étude, les enfants et les jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles de contracter le coronavirus de personnes de leur âge. Dans tous les groupes d’âge, les personnes ont plus de probabilité d’attraper le coronavirus d’une personne de leur âge. La probabilité globale d’attraper le coronavirus allait de 4,7 % pour les contacts à faible risque à 10,7 % pour les contacts à haut risque.

L’étude, intitulée « Epidemiology and transmission dynamics of Covid-19 in two Indian states » (Epidemiologie et dynamique de la transmission de la Covid-19 dans deux Etats indiens), a été publiée le 30 septembre par la revue Science. Ce travail a été soutenu par la Fondation nationale des sciences et les Centres de contrôle et de prévention des maladies.

Source : Princeton Environmental Institute, Morgan Kelly, 30-09-2020
Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

53 réactions et commentaires

  • calal // 01.11.2020 à 07h44

    « alors que seulement 8% des personnes infectées sont responsables de 60% des nouvelles infections. »

    ca demande quand meme des precisions ce genre d’affirmation…

  • Brigitte // 01.11.2020 à 08h14

    « Une étude menée à Princeton sur plus d’un demi-million de personnes en Inde….. »
    L’IP devrait aller faire une étude en Afrique…
    Avouons que ce n’est pas la méthode la plus directe ni la plus fiable pour tester la contagiosité du virus. Ils n’ont pas suffisamment de positifs aux USA pour faire une étude in-situ? Les cultures hindous et occidentales sont très différentes, là bas, ça grouille de monde partout. Les gestes barrières ne doivent pas être souvent respectés, ya qu’à voir déjà en France.A moins que ce soit justement l’idée.
    Est-ce vraiment un modèle pertinent pour nous?

    De toute façon, les rares études sur le sujet se contredisent. Pourquoi?

    • Thierry // 02.11.2020 à 11h32

      Une autre étude va dans le même sens pour méditer sur la réouverture des écoles et sortir des bilans scientifiques franco-européens, une étude du ministère de la santé israélienne qui démontre que les enfants sont plus susceptibles d’être infectés que les adultes, sont pour la plupart asymptomatiques, peuvent être des « super-contaminant », que les clusters d’écoles ont propagé le virus dans la communauté et que la réouverture des écoles a accéléré l’épidémie là-bas.
      Israël n’a pas la même densité de population…
      Autre élément à prendre en compte, les enfants ne sont pas majoritairement testés en France.
      https://twitter.com/DrZoeHyde/status/1321078130400870404?s=20

  • eugeniegrandet // 01.11.2020 à 08h36

    -Seulement 96 000 morts (pour 1,3 milliards d’habitants) en Inde quand on connaît la promiscuité dans les habitations, les transports, etc…
    -Des jeunes bien plus contagieux et à risque qu’ailleurs dans le monde.
    -Une mortalité concentrée sur les 50-64 ans contre plutôt au-delà de 60 ans ailleurs.
    Est-ce qu’il y aurait un génome indien spécifique?
    Comme ce virus est encore assez mystérieux, pourquoi pas.

    • X // 01.11.2020 à 09h08

      Genome? Vous voulez dire des Indiens (certains on parlé d’une incidence d’un gène hérité de Neandertal par exemple)? Ou bien d’une souche différente de virus (des virus) qui circulent en Inde?

      Bon sinon c’est un peu le yo-yo ces études sur la contagiosité des enfants. Un coup c’est oui, un coup c’est non…
      En tout cas bizarre que dans l’émission de France Culture “Radiographie du Coronavirus “ qui évoque cette étude indienne, on parle des supercontaminateurs mais pas du fait qu’il puisse s’agir des enfants

      • eugeniegrandet // 01.11.2020 à 12h03

        oui, je parlais d’un adn ou autre signe particulier en référence à qu’il a été dit des allemands qui n’ayant historiquement pas été confrontés aux mêmes virus des grandes pandémies que les français n’ont pas développé les mèmes protections génétiques, ai-je lu (mais il s’écrit et se publie tellement de bêtises que je ne peux dire si cela a été validé.)
        Le cas de la Grèce m’avait de la même manière interpelée car elle avait peu de décès comparativement mais il m’avait été répondu que les grecs malades se soignaient chez eux, vu l’état de leur système de santé et que les morts à domicile n’étaient pas catégorisés Covid.

    • Brigitte // 01.11.2020 à 09h08

      La différence d’âge de mortalité covid est liée à celle de l’espérance de vie (plus de 10 ans d’écart).
      Pour le reste, les gens circulent moins sur de longues distances, entre ville et campagne. Le recensement des positifs est certainement peu fiable etc…
      La mortalité covid des jeunes est probablement du à une comorbidité élevée (paludisme, tuberculose, choléra, ..) sans compter la pollution de l’air dans les grandes villes (allergies respiratoires).

    • LibEgaFra // 01.11.2020 à 09h53

      « -Seulement 96 000 morts (pour 1,3 milliards d’habitants) en Inde quand on connaît la promiscuité dans les habitations, les transports, etc… »

      Oui, « seulement » ! Quand on connaît la situation du réseau médical en Inde et la vie dans les bidonvilles et à la campagne, il est certain que les chiffres sont nettement sous-évalués.

      L’espérance de vie en Inde pour les hommes est de 67,8 ans. Difficile d’avoir une majorité d’âges de décès semblable à celle de l’Europe.

      Le confinement du printemps a démontré son efficacité. Avec les écoles qui restent actuellement ouvertes, nous saurons très rapidement quel est chez nous le rôle des enfants dans la diffusion du virus. Pour rappel, les écoles en juillet et en août étaient fermées. A comparer avec les dates de reprise de l’épidémie.

      • Zeika // 02.11.2020 à 14h03

        J’aimerais être d’accord avec vous mais le nouveau confinement actuel ne nous permettra pas de déterminer qui des adultes ou des enfants contamine le plus (à supposer qu’il y ait un groupe plus contaminant que l’autre).

        Contrairement au printemps, une grande partie des adultes continue à travailler ET les enfants vont à l’école. Pour savoir vraiment lequel des deux contamine le plus, il faudrait soit revenir à un confinement pour les adultes comme en Mars, soit fermer les écoles.
        Le problème étant que si les écoles sont fermées, les parents doivent rester chez eux pour garder leurs enfants (ou au moins un des deux parents).

        Le problème n’est pas si simple.

  • Jérôme // 01.11.2020 à 08h41

    C’est bien qu’il soit à nouveau possible de commenter un article car je constate cette impossibilité récurrente quand Olivier Berruyer aborde le sujet du SRAS-cov2. Commenter, c’est poser des questions et améliorer sa réflexion grâce aux réponses. Sinon, pour le message à sens unique, il y a déjà BFM TV et la presse en général.
    Je propose à Olivier de faire un billet sur le transhumanisme et la théorie Eugéniste pour comprendre si accepter la mort des humains les plus fragiles en laissant vivre les autres peut-être assimilé ou pas à la théorie eugéniste partagée par les ‘élites’ au pouvoir depuis plus d’un siècle. Perso, l’idée de croire à l’existence d’une race supérieure m’écoeure et croire que l’on peut repousser la mort indéfiniment me laisse dubitatif. Si la modération pouvait modérer les messages de haine et d’insulte mais laisser les questions légitimes, ce serait encore mieux.

    • Manuuk // 02.11.2020 à 05h15

      Il faut admettre qu’OB s’en pris plein la tête avec l’histoire de Raoult. Et OB à eu raison sur toute la ligne ! Même si je ne suis pas fan de la forme, le fond était parfait. Mais il a eu une énorme charge des pro-Raoult, ça appelle à la vigilance. En tout cas, grand bravo à OB pour son flair, sa rigueur et son exigence intellectuelle constante. Je le reconnais et je le dis clairement : vous aviez raison sur toute la ligne.

      Par ailleurs, cet article montre très clairement, si l’hypothèse est transposable à l’Europe, que maintenir les écoles, les collèges et les lycées ouverts, c’est une ineptie la plus totale dans la lutte contre le Covid19 !! Cela veut dire que les jeunes sont les premiers responsables de la valeur du RO !! Et maintenir le contact entre eux, puis les laisser rentrer chez eux, cela montre les priorités du gouvernement : ne pas lutter efficacement contre le covid19, et ne pas utiliser toutes les informations pour mettre les bonnes règles du confinement.

      Ils désirent très clairement sauver l’économie, les commerces, l’éducation des plus jeunes au détriment des groupes les plus vulnérables. Je ne sais pas si on parle d’une race supérieure, mais c’est previlegier un groupe par rapport à un autre. Ils ont clairement decidé de laisser mourir des personnes vulnérables ? Cela fait froid dans le dos… Tu parles d’une fraternité !

      • Bruno // 02.11.2020 à 14h27

        Est-ce qu’il ne faudrait pas maintenir les enfants à l’école et les laisser sur place pendant la soirée et la nuit ?

  • Charles // 01.11.2020 à 09h40

    Il est dit que le bénéfice du confinement est très net, mais que… 9% des contaminations ont eu lieu dans le milieu familal contre 2,6% dans la communauté.

    • MS // 01.11.2020 à 09h44

      c est logique non ? quand les seuls contacts restent le milieu familial (et qu’on a supprimé tous les autres), la majorité des contaminations est familiale …

  • RGT // 01.11.2020 à 10h59

    « En outre, les décès dus aux coronavirus en Inde se sont concentrés chez les personnes âgées de 50 à 64 ans, âge qui est légèrement inférieur à celui de la population à risques des plus de 60 ans aux États-Unis. »

    Sans doute parce que l’état de santé des 50-64 ans en Inde est le même que celui des plus de 60 ans aux USA, parce que les « gueux » ont été plus « usés » par leurs conditions de vie ?

    Cette publication met surtout en évidence l’incompétence crasse de « nos » élites qui ont décidé de rouvrir les établissement scolaires (pour que les parents puissent retourner bosser) en se foutant complètement du fait que les vecteurs les plus importants de cette pandémie sont bel et bien les enfants.

    À mon humble avis (espérons que je me trompe), il y aura « reconfinement » ET explosion des cas dans les familles (confinées) qui auront envoyé leurs gosses à l’école.

    Et bien sûr les enseignants qui seront en première ligne pour servir de chair à canon, avec bien sûr aucune reconnaissance de la responsabilité gouvernementale de ce massacre car « ils auront pu être contaminés ailleurs ».

    Plus faux-cul tu meurs.

    Si au moins le Covid-19 pouvait concentrer « le gros de ses troupes » sur « nos » élites et y faire des ravages irrécupérables ce serait un bienfait.
    Mais comme ils sont protégés dans des bunkers sanitaires à l’abri de toute contamination ce serait irréalisable, sauf « miracle divin ».

    Si « Dieu » existait vraiment, il aurait envoyé un Covid sélectif qui ne s’en prendrait qu’aux humains les plus nuisibles.
    Comme ce n’est pas le cas, une seule option s’impose : Il n’existe pas.

    • LibEgaFra // 01.11.2020 à 11h23

      « Mais comme ils sont protégés dans des bunkers sanitaires »

      Non pas, mais ils ont accès à des soins inaccessibles au commun des mortels, comme une antibiothérapie, comme Trump, à 30.000 dollars.

      Vous aurez remarqué que le confinement s’applique à tout le monde, alors que ce confinement est parfaitement inutile pour tous ceux qui sont guéris.

      • MS // 01.11.2020 à 11h47

        non, ceci ne semble pas être vrai : on pense qu’il n’y a que 26% des anciens contaminés qui ont développé une immunité durable.

        • Bernard // 01.11.2020 à 17h51

          Auriez vous une source de cela ?
          A mon avis, 100% des contaminés qui ont survécu on forcément développé une immunité car sinon … ils n’auraient pas survécu !
          Ce qui est important, c’est plutôt de savoir combien de temps cette immunité dure.

          • alfred // 02.11.2020 à 10h52

            Du tout. Il y a des cas de malades qui on attrapé à nouveau la maladie à la suite de nouvelles contaminations (six mois aprés pour les cas que j’ai en mémoire). Je ne sais pas si cela était du à de nouvelles souches ou autre chose mais il est certain que ces cas ne sont pas trop ébruités car ils remettent en cause à la fois la stratégie de l’immunité collective et celle de la vaccination. Ces cas aiguillent vers la piste principale du traitement curatif, ce qui est loin d’arranger tout le monde.

            • Bernard // 02.11.2020 à 12h46

              J’ai du mal à croire qu’il n’y aurait pas d’immunité « durable » car cela voudrait dire qu’il n’y aurait aucune immunité collective possible, même partielle. Cela voudrait dire que le Covid tuera, à 1% de létalité, 1% de la population, soit 670 000 personnes rien qu’en France, ce qui est impensable.

            • RGT // 05.11.2020 à 10h56

              @Bernard :

              Il est PROUVÉ que l’immunité à certains coronavirus (peut-être tous) est limitée ans le temps.

              La meilleure preuve : Le simple rhume qui est causé par des coronavirus.
              Et d’une année sur l’autre, un virus ne mute pas (ou très peu).
              Ce qui fait que lorsque l’année suivante vous attrapez de nouveau un rhume, vous avez de grandes chances d’être infecté par le même virus, ce qui a été prouvé par des études médicales.

              Le rhume est un virus relativement inoffensif, bien souvent une simple gêne passagère, et la courte durée d’immunité ne risque pas de mettre le pronostic vital en danger.

              Par contre, dans le cas du SARS-COVID c’est une autre histoire et l’immunité de courte durée peut entraîner une seconde infection qui pourrait s’avérer létale.

              Avec une courte durée immunité, il est totalement stupide de s’appuyer sur la stratégie d’immunité collective car elle ne dure pas longtemps.

              Et le seul moyen efficace pour protéger la population semble bien malheureusement de limiter la propagation en limitant les contacts en attendant la venue d’un vaccin qui devrait sans doute être renouvelé périodiquement s’il apporte une immunité de courte durée.
              Jusqu’à ce que le virus soit totalement éradiqué de la population, ce qui semble illusoire pour l’instant.

              À mon avis (qui n’engage que moi) nous n’avons pas fini d’entendre parler de cet agent pathogène, en espérant qu’il ne mute pas trop.

              Si ça pouvait au moins servir de leçon aux humains ce serait un bienfait pour les autres espèces animales.

        • euskadi // 02.11.2020 à 08h53

          Je viens d’avoir un cas dans mon entourage. Une personne plutôt jeune environs 40 ans en bonne santé, ayant été infectée pendant la première vague et qui vient juste d’être réinfectée. Dans les 2 cas pas de forme grave mais bien ko quand même.

      • marire // 01.11.2020 à 11h52

        Oui, il serait logique, pour ceux qui ont un test sérologique positif, d’avoir plus de liberté de circulation ( certains objecteront qu’on peut l’attraper plusieurs fois, mais ces cas sont rares et il faudrait démontrer que ce ne sont pas des résurgences ni de faux positifs)
        Merci à Olivier Berruyer pour son article sur la Suède, dans lequel il écrit qu’à Stockholm seuls 11,4% sont positifs, bien que le pays n’aie pas confiné. Ce qui tend à démontrer que le confinement a des effets limités.

        • Logique // 01.11.2020 à 19h49

          « Ce qui tend à démontrer que le confinement a des effets limités. »

          Cela démontre surtout que les Suédois se sont autoconfinés.

          • marire // 03.11.2020 à 11h16

            Mettons, Mr Logique, et disons que le « confinement imposé » semble avoir des effets limités.

    • lit75 // 01.11.2020 à 14h10

      > Sans doute parce que l’état de santé des 50-64 ans en
      > Inde est le même que celui des plus de 60 ans aux USA,
      > parce que les « gueux » ont été plus « usés » par leurs
      > conditions de vie ?

      L’étude ne porte pas sur l' »Inde », mais sur l’état du Tamil Nadu. Le Tamiil Nadu a un taux particulièrement élevé de diabétiques :

      https://www.deccanchronicle.com/lifestyle/health-and-wellbeing/080217/diabetes-tamil-nadu-leads-among-15-states.html

  • Avunimes // 01.11.2020 à 11h06

    Et donc…l’élevage intensif est-il interdit en tant que premier responsable de Covids en tous genres ? Les hôpitaux sont-ils devenus en capacité de soigner plus de 0.0001% de la population depuis le dernier confinement ?
    En 2030, 10.000.000 de personnes mourront en Europe des effets de tels élevages, non à cause du Covid qui n’est pas encore chiffrable vu l’incurie scientifique apparente, mais par la dose d’antibiotique ingurgité… En définitive, le Covid permet au moins deux choses, de créer une situation anxiogène stérile et de ne parler de rien d’autre, en particulier de l’incapacité de l’état à réagir, à gouverner.

    • LibEgaFra // 01.11.2020 à 11h35

       » l’incapacité de l’état à réagir, à gouverner. »

      Ça, tout le monde peut le constater. Ce qui me fait rire (jaune!), c’est le fait que le livre et la lecture ne sont pas considérés comme des « biens essentiels ». On s’en serait douter, maintenant on le sait. Aussi que le gouvernement favorise une entreprise qui ne paie pas d’impôts en France et oublie le sacro-saint principe de la « concurrence libre et non faussée ». Pas grave, l’élimination des « petits » est bien l’objectif ultime de ce dernier principe, de sorte que les gros (et les banques) s’en mettent encore davantage plein les poches.

      • eugeniegrandet // 01.11.2020 à 22h41

        on n’a pas besoin de librairie pour acheter des livres. Et si les libraires ne comprennent pas que leur fermeture (avec celles des aitres commerces non essentiels) a pour objectif de réduire la circulation du virus, c’est triste.
        . .
        d’autant qu’elles étaient déjà en mauvaise posture étant donné leur totale absence d’adaptation à l’évolution de la demande. Cela doit faire 10 ans que je n’ai pas acheté un livre dans une librairie. La dernière fois, il a fallu le commander. il a mis 10 jours pour arriver….

        par contre je suis choquée de voir les cavistes et les quincailleries ouvertes.
        .
        Et par le nombre de voitures dans les rues de Paris aujourd’hui.

        • Kasper // 02.11.2020 à 01h50

          « par contre je suis choquée de voir les cavistes et les quincailleries ouvertes. »

          Excusez moi, mais le pinard et les tire-bouchons, si c’est pas des produits de première nécessité…

      • JBB // 03.11.2020 à 08h07

        Les libraires se sont tirés eux même une balle dans le pied en refusant d’ouvrir lors du premier confinement.
        https://www.contrepoints.org/2020/10/31/383319-librairies-fermees-la-faute-aux-syndicats-pas-au-capitalisme

  • Alain // 01.11.2020 à 11h13

    Cet article traduit par le site les Crises est en contradiction avec, par exemple, ce qui est expliqué dans cette émission de France Culture

    https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/coronavirus-les-jeunes-sont-ils-plus-touches

    • Alain // 01.11.2020 à 12h14

      Ce n’est pas honnête. Pourquoi ne pas indiquer que la deuxième partie de mon commentaire a été « modérée »

    • Logique // 01.11.2020 à 20h03

      Radio gouvernement ne va pas contredire le gouvernement, puisque le gouvernement a décidé de garder les écoles ouvertes. Je peux vous dire que la transmission-contamination école-enfant-parent fonction très bien.

      Pour l’information, scientifique ou non, je n’ai aucune confiance en cet « animateur ». Aucun sens critique.

  • julien bonnetouche // 01.11.2020 à 14h04

    Bonjour,
    La situation est délicate.
    La seule solution efficace est le « tester, tracer, isoler », mais, pour cela, il faut mettre en œuvre les tests rapides partout, ce que pour des raisons obscures la bureaucratie freine.
    Et de toute évidence, le semi-confinement actuel, sera moins efficace que le premier alors que l’hiver transforme l’épidémie en boule de neige dévalant la montagne. Et si les enfants sont des super-contaminateurs, alors quoi faire ?? Ne pas les remettre à l’école c’est vraiment la mort de l’économie.
    Par ailleurs la population a moins envie de le respecter, pour toutes sortes de raisons évidentes.
    Autrement dit d’ici 15 jours/1 mois, les hôpitaux seront débordés, et le retour à une confinement strict serait à la fois trop tardif et mal vécu, et sans doute même inefficace.
    Il faudra peut être accepter qu’il y ait des malades que l’on ne peut soigner …

    • Brigitte // 01.11.2020 à 16h01

      Les tests rapides antigéniques ne sont pas non plus la panacée. Moins sensibles que les Tests RT-PCR, ils ne sont fiables que chez les personnes symptomatiques, ce qui permet de les tracer et les isoler plus rapidement, sauf que l’isolement n’est pas assez coercitif. En plus, ils doivent être confirmés par un test RT-PCR entrainant un surcoût important pour la sécu.
      Visiblement, les mesures barrières n’ont pas été suffisantes pour arrêter le virus puisqu’on en est à la même progression en terme de mortalité que durant la 1ère vague (1 mort toutes les 4 min d’après O. Véran). Or, ce reconfinement est beaucoup plus allégé que le 1er.
      Quelles conclusions en tirer? Qu’il sera inefficace et que la 2ème vague sera plus meurtrière que la 1ère.
      Portez-vous bien!

      • hit // 01.11.2020 à 21h00

        Les tests rapides antigéniques ont une sensibilité de 60 %. Ils laissent donc passer 40% des positifs. Le gouvernement a décidé de généraliser leur emploi en contradiction avec les recommandations de la Has qui voulaient au contraire encadrer strictement leur utilisation.
        Ce sont les tests négatifs en présence de symptôme évocateurs qui doivent être vérifiés par une pcr. Leur spécificité étant par contre très bonne.

    • grumly // 01.11.2020 à 17h36

      Selon l’institut Pasteur, vendredi prochain toutes les places en réanimation seront occupées, c’est pas 15 jours un mois.

  • Marinet // 01.11.2020 à 14h41

    Tester les malades, les isoler si positifs, LES SOIGNER, protéger les personnes fragiles (FFP2), se laver les mains très souvent. Des moyens pour l’école (repas en salle non surchargée ?..) et les hôpitaux. Les contaminations se font dans les zones métropolitaines et + peuplées en densité. Il y à 1 étude « Kids Corona » hôpital Saint Joan de Deus : les masques ne sont pas obligatoires. Le confinement de la 1ère re phase a été mal fait et trop tard. Que le gouvernement arrête le désastre ! On pourrait regarder l’Inde, L’Afrique du Sud, L’Uruguay… Pourquoi toujours s’appuyer sur des modèles anglo saxons ?

  • Mimipaille // 01.11.2020 à 14h47

    Avez-vous pu lire un article de Patrick Artus dans lequel il évoquait le coût dès vies sauvées de la mort du virus ?
    Je n’ai pu lire que le titre dans Google actualités, « 600 millions pour chaque vie épargnée »
    Quand vous arriviez sur le sitedu FFigaro , l’article est introuvable.
    As_t’on les moyens de faire face à cette épidémie ?si oui pendant combien de temps ?

  • Fernet Branca // 01.11.2020 à 19h13

    Le titre du prochain Marvel enfin dévoilé « Super-spreaders kids vs Spider-man »

  • jp // 01.11.2020 à 21h32

    « les enfants et les jeunes adultes sont de super contaminateurs » Belle analyse.
    Et les vieux sont de l’autre côté des super réceptifs. Les hommes sont plus atteints que les femmes, les gros que les maigres, etc… A va bientôt revenir à une variante de l’hérésie de l’hérésie Cathare: « enfermez les tous, Dieu protègera les siens ». Plus de problème de fatigue des Réas. Mais qui va alors aller nourrir tous ces encabanées, qui finiront à l’asile psychiatrique ? Ce matin j’ai été heureux d’entendre les claquements joyeux de la chevrotine des chasseurs pour protéger les cultures. En pendant ce temps la on ferme des temples de la Culture !!! La France est belle.!

  • Ernesto // 01.11.2020 à 22h59

    Ce soir, au journal de 20H, l’envoyé spécial de France 2 à Wuhan, commente un reportage réalisé le jour même dans la ville à l’origine de la pandémie. Plus un seul cas de covid 19 détecté au sein d’une population de plusieurs millions d’habitants. La jeunesse chinoise s’éclate (sans masque) dans une boîte de nuit bondée. Les interviewés déclarent « la vie plus belle qu’avant », le plus grand restau de la ville recommence à servir 1000! couverts/jour car, selon son patron, la confiance est de retour.

    Alors? Infâme propagande (avec la complicité d’une télé de service public française) d’une féroce dictature communiste dans laquelle selon le pseudo philosophe Michel Onfray le pouvoir n’a que faire de ses citoyens qu’il sacrifie à ses ambitions expansionnistes, ou plutôt le résultat d’une politique réaliste et efficace?

    Plutôt mourir que d’être rouge?

  • jp // 02.11.2020 à 09h41

    Autrefois, bien avant la décadence et la fin de l’empire Chinois , les Chinois étaient en avance sur les Européens (philosophes géniaux, boussole, imprimerie, porcelaines, vaccination, construction navale très supérieure en taille, etc…).
    Ce formidable peuple, a enfin retrouvé la place qu’il n’aurait jamais du perdre, et utilise logiquement son intelligence quand il doit faire face à un problème, plutôt que d’utiliser la peur et la terreur qu’il a connu bien plus que les Européens,

  • Francois Marquet // 02.11.2020 à 10h31

    Cantines scolaires: lieu de promiscuité et d’échange de virus. Les enfants contaminés contamineront leurs parents, et vogue l’épidémie.

  • jp // 02.11.2020 à 12h00

    Il n’y a pas si longtemps 50% de la population était ou avait été tuberculeuse et les enfants étaient très heureusement éloignés des vieux tuberculeux qui risquaient vraiment de les contaminer dangereusement et maintenant les jeunes feraient courir un grand risque risque aux plus âgés et alors que les parents de ces enfants s’empressent d’habitude, et maintenant dès 3 ans sous prétexte de les socialiser, de les mettre à l’école et qu’ils se contaminent le plus tôt possible et fassent leurs maladies règlementaires, pas toujours anodines, et acquiert donc une immunité personnelle et de groupe.
    Il faudrait enfin savoir ce que l’on veut !!!!!!!

    • Bernard // 02.11.2020 à 13h10

      Contrairement à ce que vous avez écrit, les parents ne mettent pas leurs enfants à l’école dans le but qu’ils se contaminent mais dans le but qu’il s’instruisent !

  • jp // 02.11.2020 à 13h47

    Certains vont à l’école pour dormir, mais ce n’est heureusement pas la majorité. A mon époque juste post Guerre Mondiale, la Politique était nataliste favorisait les jeunes et justement protéger les petits enfants des risques sanitaires de la mise en groupe précoce à l’école, l’ école n’était obligatoire qu’à 6ans.et non pas 3ans comme maintenant, soit disant pour les socialiser, en fait pour libérer les mères pour qu’elles puissent aller retravailler. Les parents de cette époque étaient parfaitement conscients des risques encourus et les redoutaient. Ensuite l’efficacité des vaccinations obligatoires et surtout la formidable révolution des Antibiotiques ont fini par faire disparaitre ces angoisses et oublier complètement les réalités des maladies infectieuses, au point qu’on alors affirmé aux mères qu’il était très bien que les enfants se contaminent le plus tôt possible (quand j’étais obligé pour obtenir un minimum d’hygiène et de préservation des tous petits, d’expliquer par exemple à des parents que la varicelle pouvait poser de gros problèmes ils ne m’écoutaient pas). La mise en groupe d’individus implique qu’on le veuille ou non que le groupe partage les avantages comme les inconvénients. Le confinement actuel en est la preuve massive.

    • Marire // 04.11.2020 à 10h43

      Et oui, il fallait mieux attraper la rougeole et la varicelle dans l’enfance que de la déclarer adulte. Ma mère a déclaré la rougeole en même temps que ses enfants( en 1948): elle a dégusté. Une amie a fait une varicelle pendant une grossesse provoquant de graves séquelles pour son enfant.
      Pour l’école à 3 ans, c’est un atout pour l’égalité des chances. Les enfants à partir de 3 ans sont avides de connaissances, il ne faut pas les en priver.

  • Gibe // 02.11.2020 à 14h00

    https://www.youtube.com/watch?v=hZJj6D6M2EY
    Cette conference video des hôpitaux universitaires de geneve dit aussi le contraire avec revue de la bibliographie.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications