Les Crises Les Crises
24.juillet.202024.7.2020 // Les Crises

Covid-19 : pourquoi n’y a-t-il aucun décès au Vietnam ?

Merci 353
J'envoie

Source : Blog Le Monde – Huet

Un pays encore très pauvre. Très peuplé. Limitrophe de la Chine. Et dont le bilan sanitaire face au Sars-Cov-2 et à la maladie qu’il provoque, la Covid-19 est d’exactement zéro mort pour 369 cas confirmés, dont 90% guéris aujourd’hui.

Quel est ce pays au résultat à faire pâlir d’envie les riches France, Italie, Espagne, Grande-Bretagne ou Etats-Unis ? Le Vietnam. Comment y est-il parvenu, alors que le premier cas de Covid-19 identifié dans le pays remonte au 23 janvier ? Une analyse de la Johns Hopkins University le révèle. Une analyse précieuse alors que le nombre de décès approche désormais les 580.000 (chiffre minimum) pour plus de 13 millions de cas détectés.

La réaction des autorités politiques et sanitaires vietnamiennes devant la menace venue du géant voisin fut rapide, vigoureuse, systématique. L’annonce par l‘Organisation mondiale de la santé de l’émergence de la maladie date du 10 janvier 2020. Or, dès le 11 janvier – le jour où le gouvernement chinois annonce son premier mort de la maladie -, le gouvernement vietnamien organise une surveillance rigoureuse de ses frontières. Tous les passagers des aéroports internationaux sont soumis à une recherche de suspicion de la Covid-19 et ceux provenant de régions à haut risque sont soumis à une quarantaine obligatoire et conduits directement en bus à la sortie de l’avion dans des centres isolés. Cette surveillance des frontières restera très stricte en février et mars, avec des fermetures de lignes aériennes en provenance des régions à risques et quarantaines pour toutes les arrivées, sans s’arrêter aux conséquences économiques en particulier sur le tourisme dont le rôle est pourtant croissant dans les revenus des populations vietnamiennes.

Tests massifs

Dès le 15 janvier, le ministère de la santé décide d’une stratégie de lutte, en coopération avec l’OMS. Un comité scientifique de prévention de l’épidémie est constitué. L’une des premières mesures sera la fermeture des écoles. Les mesures de confinement local sont décidées sur la base des tests : le premier confinement est décidé à la mi-février pour 20 jours et concerne une population rurale de 10 000 habitants après la détection de 7 cas. En avril, les trois premières semaines voient un confinement national décidé par le gouvernement.

La stratégie suivie est fondée sur des tests massifs, dès que le pays en a réuni les moyens. Dès la fin avril, le Vietnam peut tester 27 000 personnes par jour et environ 1000 personnes sont testées pour chaque cas détecté. Un taux plus élevé que des pays comme la Nouvelle-Zélande. Les personnes mises en quarantaine sont testées en début et fin, les populations jugées à risques sont massivement testées.

Traçage systématique

Le traçage de tous les contacts des personnes détectées positives est systématisé à l’aide de 63 centres provinciaux, 700 centres de districts et 11.000 dispensaires de santé. Les médias informent les populations où des personnes ont été détectées positives afin qu’elles se présentent aux centres de tests. L’objectif est de tester, à partir de chaque cas confirmé – et donc mis en quarantaine et non renvoyés chez eux comme en France – les contacts des contacts des contacts de cette personne (trois degrés de proximité).

La mobilisation des populations dans une action présentée comme une « guerre contre le virus » se fait par des moyens de communication de toutes sortes : journaux, télévision, radio, internet… Une vidéo et une chanson en vietnamien expliquant le mode de propagation du virus et les gestes barrières a été vue plus de 53 millions de fois…

La précocité, la rapidité, la vigueur et la rigueur de la réaction gouvernementale, ainsi que l’efficacité des mesures prises avec une population participante, ont permis au pays de bloquer la propagation du virus. De sorte que le coût économique de la crise sanitaire est resté plutôt bas si l’on compare aux pays d’Europe de l’ouest par exemple, car la période de confinement a pu rester limitée.

Sylvestre Huet

Source : Blog Le Monde – Huet

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

gracques // 24.07.2020 à 07h06

Toit ce qui était présent et fait maintenant défaut en occident , gouvernements et administration cohérentes , mise en oeuvre concrète des moyens ET SURTOUT Confiance de la,population dans son gouvernement !

82 réactions et commentaires

  • gracques // 24.07.2020 à 07h06

    Toit ce qui était présent et fait maintenant défaut en occident , gouvernements et administration cohérentes , mise en oeuvre concrète des moyens ET SURTOUT Confiance de la,population dans son gouvernement !

      +65

    Alerter
    • ManuUK // 24.07.2020 à 19h51

      La population de Saïgon, pro-américaine, ne fait pas confiance à son gouvernement. Les Sud-Vietnamiens auraient voulu que la situation soit comme en Corée : une solution à deux états et qu’ils jouissent de la même politique économique que la Corée du Sud.

      Les Sudistes rêvent de la fin du régime communiste à parti unique …

        +3

      Alerter
    • RGT // 26.07.2020 à 02h23

      La population a confiance dans son gouvernement… simplement parce que ce dernier se soucie sérieusement de la santé de la population qui est dans ce pays la priorité absolue.

      Mon beau-père (second époux de ma mère) était professeur de médecine et il avait été invité à plusieurs reprises par le gouvernement vietnamien pour faire des cours à l’université de médecine de Hanoï.

      Et quand on parle de cours, c’était de vrais cours avec des amphis bondés et des étudiants très motivés (des médecins car il s’agissait d’enseignement post universitaire. Ce n’était pas des séances une heure de cours pour 3 jours de vacances à faire la queue devant les buffets à se goinfrer de petits fours comme c’était souvent le cas dans des « pays civilisés ».

      Mon beau-père était aux anges car s’il adorait transmettre ses connaissances il avait une aversion énorme pour les cérémonies inutiles.

      Et il avait constaté que les médecins vietnamiens, malgré leur manque de moyens plus que critique arrivaient à des résultats excellents en se débrouillant pour offrir les meilleurs soins avec des moyens plus que réduits.

      Pour résumer, ils étaient très motivés et pour ces médecins le seul objectif qui comptait était que la population soit en bonne santé.

      Et il en allait de même pour les fonctionnaires du ministère de la santé qui ne venaient pas simplement « se montrer en public pour asseoir leur carrière ».

      Il est revenu de ces multiples voyages avec une très bonne impression de ce pays.
      Il a trouvé des gens chaleureux et très motivés pour le bien être de tous.

      Ce qui changeait déjà beaucoup par rapport aux habitudes françaises de l’époque où la priorité de nombreuses personnes était surtout de favoriser leur carrière.

      Point sur lequel la situation a largement empiré depuis, l’état du système de santé français actuel en est la meilleure preuve.

      S’il était encore vivant il aurait honte de ce qu’est devenu son pays.
      Par contre, les vietnamiens ont maintenu le cap et on voit clairement le résultat.

      Selon vous, quel est le pays le plus « démocratique » ?

      Celui qui laisse crever sa population pour des intérêts économiques privés ou celui qui se préoccupe de sa population ?

        +12

      Alerter
      • jean-pierre.georges-pichot // 26.07.2020 à 08h05

        Tout ça c’est bien gentil, mais ça ressemble un peu trop aux récits que faisaient les intellectuels de gauche en revenant d’URSS dans les années trente, avec la notable exception d’André Gide. Je sais, le parallèle est peut-être très injuste. Si ça se trouve…. Mais prudence tout de même. Personnellement je ne suis disposé à fonder aucun raisonnement sur des annonces d’origine essentiellement gouvernementale à propos de situations lointaines. Je regarde ce que je vois en France, je compare avec ce que j’entends annoncer par le gouvernement et la presse asservie, et je me dis que l’épaisseur du mensonge peut bien être variable d’un pays à l’autre, mais dans des proportions inconnues et dans un sens incertain.

          +0

        Alerter
        • RGT // 26.07.2020 à 21h16

          Je tiens à vous signaler que mon défunt beau-père était professeur de médecine et qu’il accueillait des étudiants étrangers dans le cadre de formation post-universitaire.

          Et que les médecins qui venaient apprendre le faisaient dans le cadre de formations en partie payées par leur pays d’origine.
          Ce qui fait que nous avons vu pas mal d’étudiants étrangers à la maison car il les invitait pour leur permettre de les changer (dans le cas des pays les plus pauvres) des résidences universitaires.

          Aucun étudiant vietnamien, aucun étudiant cubain, aucun étudiant vénézuélien n’a été tenté de « demander l’asile » et ils sont tous retournés au pays pour aller mieux soigner leurs compatriotes.

          Par contre, les étudiants de pays « plus fréquentables » dont les études étaient surtout payées par leurs familles avaient tendance à confondre études et nouba permanente.
          Je me souviens même d’un étudiant colombien qui était venu en France pour se trouver une épouse et avoir un bon prétexte pour obtenir la nationalité française afin de ne plus jamais remettre les pieds dans son pays…

          Au Vietnam, avec tout ce que le « camp du bien » leur a balancé sur la gueule (agent orange compris) il y ENCORE a beaucoup de travail concernant la santé de la population.

          On peut très bien ne pas apprécier un régime politique, mais quand ce dernier s’occupe réellement du bien-être de sa population il faut simplement mettre de côté ses préjugés et reconnaître les bienfaits de cette politique.

          Allez faire comprendre ça à un « libéral », je vous souhaite bonne chance.

            +5

          Alerter
          • jean-pierre.georges-pichot // 26.07.2020 à 21h56

            Je reçois cinq sur cinq, car j’ai beaucoup de sympathie pour le peuple vietnamien et je ne suis pas systématiquement hostile aux pays communistes ou ex-communistes, bien au contraire. Mais comment ne pas tenir compte de leur tradition de travestissement des statistiques, qui est une des causes de l’effondrement de certains de ces régimes, ainsi que de leur tradition de propagande d’Etat ? En l’occurrence même si je suis disposé à croire qu’ils s’y sont mieux pris que nous, ce qui n’est pas bien difficile, je reste réservé sur la performance sanitaire réelle, et je reste convaincu, ce qui était le point du débat, que leur rappel de doctrine contre l’usage de l’HCQ prouve seulement que cet usage a eu lieu. Ma cible n’était pas le Viet-Nam, mais le journal ‘le Monde’ qui publie en guise d’article un texte qui semble directement écrit par un tâcheron du ministère de l’Intérieur vietnamien. Je pense que nous méritons mieux de la part du ‘journal de référence’. Vous aurez remarqué que les commentaires des lecteurs du site, dont vous-même, donnent, pour zéro centimes, une image plus riche, plus circonstanciée et plus nuancée du sujet….

              +4

            Alerter
            • RGT // 01.08.2020 à 11h45

              « Mais comment ne pas tenir compte de leur tradition de travestissement des statistiques, qui est une des causes de l’effondrement de certains de ces régimes… »

              Croyez-vous sincèrement que les « grandes démocraties occidentales » ne travestissent jamais la réalité .
              Je crois qu’à ce petit jeu, « nous » avons encore de nombreuses leçons à leur donner…

              Je tiens à vous signaler que je ne suis pas du tout marxiste, mais plutôt le contraire.
              Mon inspiration se situe plutôt du côté de Proudhon et de ses successeurs, pas dans des « philosophes » qui prônent une centralisation de l’état (avec au sommet le « libéralisme » qui est la dictature des ploutocrates).

              Concernant les autres peuples, je ne souhaite qu’une seule chose : Qu’on leur foute la paix et qu’on les laisse choisir leur destin par eux-mêmes.

              Et n’oublions jamais que si des régimes désignés comme « honteux » existent de par le monde, c’est uniquement en réaction aux tentatives d’asservissement colonialistes de la « communauté internationale ».

              Les vietnamiens vivaient peinards en se contentant de se « taquiner » avec leurs voisins chinois avant que le rouleau compresseur occidental ne vienne les asservir.
              Tout comme de très nombreux autres peuples, particulièrement en Afrique ou en Amérique qui a fait l’objet d’un véritable génocide.

              Et la responsabilité de ces horreurs n’est PAS à incomber à la population des pays colonisateurs mais uniquement à leurs « élites » qui ne seront jamais inquiétées, ni leurs descendants d’ailleurs qui profitent encore abondamment des fruits du pillage.

                +0

              Alerter
        • danmark13 // 02.08.2020 à 07h48

          Jean pierre .georges pichot…..on peut le dire…comme ça……car l’homme est ce qu’il est………. ou ……..ce que la société dans laquelle il vit le rend bon…?? Ou mauvais..??

            +0

          Alerter
  • BogdanBink // 24.07.2020 à 07h09

    très bien. bravo. mais le virus n’a pas disparu. logiquement ce dispositif reste donc en place?

    Ici en France en Vendée, 8 jours après la découverte d’un cluster vendredi 17 juillet , une annonce de tests « massifs » a été faite ce 22 juillet. Le journal local a ainsi mentionné 1 000 à 2 000 tests par jours pendant 2 jours…. pour les 50 000 habitants qui « seront prochainement invités à s’inscrire ».

    A la différence du Vietnam, pays pauvre, peuplé, riverain de la Chine, la réponse ici, pays riche, peu peuplé et loin de la Chine, est : on est en vacances. Alors les tests auront lieu quand ils auront lieu. Grâce aux escadrons (à bicyclettes?) promis par le Ministre Véran.

      +30

    Alerter
    • Fernet Branca // 24.07.2020 à 16h21

      Un cluster en Vendée.? On parle d’un cluster sur l’île d’Yeu . Parmi les nostalgiques du Maréchal réunis pour leur pèlerinage du 23 juillet ?

        +3

      Alerter
    • jean-pierre.georges-pichot // 26.07.2020 à 22h12

      En faisant la recension des articles parus sur ‘Les Crises’ depuis le début de cette histoire je tombe sur un texte de médecins du 12 mars : « La Covid-19 est un réel danger ! Deux scientifiques font le point sur le coronavirus SARS-CoV-2 » , par Laurent Lagrost, de l’INSERM et Didier Payen, de l’Hôpital Lariboisière.  Il dit : « Si l’on espère une accalmie de la météo virologique au cours de l’été prochain dans notre pays, il faut garder à l’esprit que le SARS-CoV-2 aura contaminé un très grand nombre d’individus….. Il ne faudra donc pas baisser la garde et l’été prochain dans notre pays pourrait ouvrir une fenêtre propice au lancement d’une grande campagne d’information et de formation et ainsi combler nos retards et déficits en termes d’éducation et de prévention auprès de l’ensemble des citoyens…. Si ça ne sert pas pour la Covid-19, ça pourra toujours servir pour d’autres menaces de pandémie qui risquent de se répéter dans le futur… L’épisode que nous traversons a une valeur éducative, en permettant de répéter et d’imprimer des réflexes bien maîtrisés…..La mise en œuvre de ces bonnes pratiques appelle de la systématicité et de la rigueur et doivent être observées sur la durée. Mais avec le temps et l’expérience, les habitudes se prennent vites. Elles ajoutent une dimension citoyenne à la crise, des citoyens aidant d’autres citoyens quand ils faillissent. » L’épidémie, [modéré] sert de prétexte à un exercice de dressage de la population au moment où l’on démobilise les structures sanitaires. Logique. C’était le plan.

        +2

      Alerter
      • jean-pierre.georges-pichot // 27.07.2020 à 08h52

        Je remercie le modérateur d’avoir cette fois maintenu mon intervention, en supprimant seulement le passage où je déclarais, sans doute de façon trop abrupte, que l’épidémie était ‘terminée’. J’aurais sans doute dû préciser : « en France », ou « pour le moment », mais je maintiens que, si la maladie covid est sans doute destinée à perdurer un certain temps, voire à redevenir épidémique, il est indéniable que le terme d’ ‘épidémie’ ne s’applique plus à l’heure actuelle. A la télé avant-hier, un médecin justifiait le renforcement des mesures sanitaires en expliquant que pour la première fois depuis deux mois, il avait vu arriver un malade du covid dans son service. Maintenant, appelez ça comme vous voulez, mais l’épidémie covid en ce moment n’est sans doute rien en comparaison de l’épidémie de coups de soleil !

          +6

        Alerter
  • Ben // 24.07.2020 à 07h23

    Il est aussi intéressant de noter que les Vietnamiens sont les spécialistes du transport en scooter. Bien plus que la voiture ou les transports en commun. Ce qui fait qu’ils croisent moins d’individus en espace restreint.

    La pollution et surtout la poussière les oblige déjà a porter massivement des masques. (Si vous en doutez taper « Vietnam scooter » sur Google images)
    La population est donc déjà équipé en masque et n’a pas d’aversion contre le port du masque.

    De plus la poussière est telle que vous devez vous laver les mains après un trajet en scooter (ou porter des gants), bref les gestes d’hygiènes sont déjà leurs habitudes.

    Ensuite le Vietnam c’est 95 millions d’habitants, mais en proportion des pays développés, ils se déplacent beaucoup moins. (Ceci est probablement le cas pour nombre d’autres pays pauvres, le Sri Lanka que je connais très bien a ce même point commun)
    Se déplacer coûte cher, on l’oublie car acheter qques litres d’essence et une voiture est à la porté de nombre de français, et notre réseau de train/bus est pas si cher , fiable , ponctuel et abondant.
    Une grande partie de ses habitants ne voyage pas où peu. Il est très fréquent de trouver des gens qui habitant à seulement 100km d’une grande ville, n’y vont que quelques fois sur toute leur vie. Ils sont casaniers d’habitude et limité par le budget.

    Pour terminer le gouvernement Vietnamien est classé 174eme à reporters sans frontières, mais ils utilisent quand même massivement les réseaux sociaux et ils n’y circule pas de vidéos d’hôpitaux engorgés comme ce fut le cas en Chine.

    Mais très clairement, la proximité de la Chine a entraîné une réponse très forte du gouvernement, en acte et en communication auprès de la population. Incomparable à ce qu’il se passe chez nous.

      +39

    Alerter
  • Linder // 24.07.2020 à 07h34

    Je suis surpris par certains chiffres proposés dans cet article, qui ne semblent pas aller dans le même sens que celui de Coronavirus Update ( https://www.worldometers.info/coronavirus/ ), sans que je sache lesquels sont les plus fiables.
    Sur ce dernier site, le Vietnam aurait assuré, à la date du 24 juillet, un total de 275 000 tests, or l’article ci-dessus parle de 27 000 tests par jour : un effort de 10 jours aurait-il suffit à contrôler l’épidémie ? D’après Coronavirus Update, une proportion de 2 860 vietnamiens pour un million ont été testé, ce qui place le Vietnam au 174ème rang des pays et territoires. On est loin d’un dépistage massif de la population. Ces différents chiffres ne sont pas définitivement incompatibles, mais cela m’étonne.

      +9

    Alerter
    • Fulsi // 24.07.2020 à 13h13

      A noter qu’un dépistage massive de la population est différent d’un dépistage massif des foyers de contamination (cluster). Si le nombre foyer est faible, le nombre de test nécessaire aussi. Cela peut éventuellement expliquer l’écart de chiffre que vous remontez.

        +6

      Alerter
    • Phil // 24.07.2020 à 19h23

      Au début ils étaient à 10 tests par jours. C’est le contact tracking très eficace qui neutralyse. Avec un virus qui est seulement à 70% dans les voies aériennes suppérieures, comptez par trop sur les tests, il y a 30% de trous dans la raquette.

      Ensuite il y a le problème des faux positifs, un bon tests à 98% dans une popuation saine donnera 2% de malades. Avec une prévalence de 1% on a deux fois plus de faux positifs que d’infectés. A partir de 10-16% les faux positifs foutent moins la merde.

      Les USA testent beaucoup, on voit les résultats.
      On arrête de fantasmer avec les tests, c’est un outil. L’outil parfait n’existe pas.
      Je suivais les chiffres chinois, en février leur chiffre a fait un bon de 25% en un jour. 2 jours plus tard on avait la réponse, ils étaient passé du test CRP à la tomographie plus fiable avec ses 88%.

        +5

      Alerter
  • Billvn // 24.07.2020 à 08h05

    Un peu inexact dans des détails / Je suis rentré au Vietnam (de France) le 3 février, et pas de contrôle. Fermeture de classes: en fait non réouverture après les vacances du Tet (Nouvel An le 25 janvier). Les mesures des autorités ont surtout été bien acceptées par la population, avec un réelle crainte de tous. Exemple: l’Hopital Bach Mai de Hanoi a été entièrement fermé, avec les malades, les soignants, les visiteurs – 4 000 personnes, pendant 2 semaines, après quelques cas décelés. Depuis fin avril, aucune contraintes… mais toutes les personnes revenant sur le territoire (principalement des Vietnamiens, mais aussi des « experts » coréens, chinois…) sont en quarantaine stricte de 2 semaines. On parle de réouverture de certaines lignes commerciales internationales en ce moment, mais rien de décidé. L’impact sur la vie économique est cependant très lourd (tourisme – pas d’étrangers, industrie export – pas de commandes…).
    Les vietnamiens, ayant lutté pendant 2000 ans contre les chinois, auraient-ils acquis des genes protecteurs contre les virus chinois ? :-).
    Non, c’est expérience, contrôle, chaîne d’autorité… qui a fonctionné.
    GC Hue – Vietnam

      +28

    Alerter
    • Nessos // 24.07.2020 à 13h08

      Je suis professeur au Vietnam, donc je peux vous assurer que les toutes les écoles ont été obligatoirement fermées du 3 février (date de fin des vacances du Têt) jusqu’au 11 Mai.
      Si vous avez vu des établissements scolaires ouverts pendant cette période, ils étaient hors-la-loi.
      Sinon oui, énormément de contrôles, d’enquètes et de mise en quarantaine de cas suspects. Un de mes collègues a été mis en quarantaine dans une caserne pendant 2 semaines pour simple suspicion de mise en contact avec un cas positif.

        +24

      Alerter
      • Billvn // 25.07.2020 à 01h15

        Je suis d’accord pour l’école ! J’ai écrit: « non réouverture »= fermeture.

          +3

        Alerter
  • Pier // 24.07.2020 à 08h12

    Le modèle vietnamien n’était pas reproductible en France pour au moins deux raisons : les frontières et les quatorzaines. Toute idée de restriction d’entrée sur le territoire est ideologiquement taboue pour nos dirigeants et toute idée d’être enfermé 14 jour loin de chez soi, dans un centre spécial, inacceptable pour le citoyen lambda.

      +20

    Alerter
    • Incognitototo // 24.07.2020 à 14h38

      Oui, et on peut rajouter des dirigeants qui ne sortent pas de l’ENA et des populations formatées, sur plusieurs générations, à affronter la guerre.

        +12

      Alerter
      • Billvn // 24.07.2020 à 14h53

        Un peu plus compliqué… Circulation au VN cahotique (15 000 morts par an d’accients… / chacun pour soi). Mais pour Covid, respect des consignes sans hésiter, et quasiment sans récalcitrant. Quarantaine bien organisée, du 1* au 5* (pour les « experts asiatiques », avec contribution pour repas par exemple des habitants du coin (et aussi et surtout de l’armée). Aujourd’hui premier cas possible depuis de trois mois de transmission locale / en vérification, et sur tous les contacts…

          +4

        Alerter
  • 78 ans // 24.07.2020 à 08h30

    Vietnam: nation farouchement souveraine, exemplaire de discipline et de courage, rompue à la mobilisation de tous… littéralement « comme en temps de guerre ». La preuve en a pourtant été faite depuis longtemps. Điện Biên Phủ, Saïgon/Hô-Chi-Minh-Ville…

    Il vaudrait donc mieux qu’aujourd’hui, en France, on s’interroge plutôt, longuement, lucidement et sans compromis, sur ce qui a mené à cette hécatombe, à cette débâcle et à cet effondrement, indignes d’un pays de misère, dont nous fûmes récemment les témoins et/où les victimes. Ce silence, cette indifférence et ce détournement du regard vers l’autre bout du monde m’apparaissent pour le moins inconvenants…

      +20

    Alerter
  • jean-pierre.georges-pichot // 24.07.2020 à 08h53

    Rien sur ce qui s’est passé pour les malades identifiés, puisqu’apparemment il y en avait tout de même. Comment se fait-il qu’aucun, absolument aucun, ne soit mort ? Deux hypothèses et deux seulement : soit c’est vrai, soit c’est faux. Désolé pour la logique aristotélicienne bêtement subversive. Car si c’est vrai, le gouvernement vietnamien ment, comme ils font tous, et le Monde répercute son mensonge sans critiquer, comme d’habitude. Si c’est vrai, c’est sans doute qu’ils ne s’y sont pas pris comme nous au niveau thérapeutique. Dans ce cas, le Monde, comme souvent, ment seulement par omission : ne serait-ce pas trop d’avouer que le Viet-Nam, comme l’essentiel des pays non soumis au règne exclusif des multinationales du médicament, a recouru aux méthodes décrites comme du charlatanisme par nos autorités de santé ? Déjà que les chiffres confirment le diagnostic d’ensemble du gourou phocéen : les pays pauvres se soignent désormais mieux que les riches parce qu’ils ne sont pas soumis au système qui articule le schéma : une maladie-une recherche de grande ampleur-un nouveau produit miracle-une grosse manne d’emplois, d’argent et d’honneurs pour les grands mandarins de la recherche selon la méthode. Et qui du coup pratiquent ce que nous ne savons plus faire : identifier les cas, isoler les malades et les soigner, tout de suite et avec les moyens déjà connus. Dur, dur quand ça marche… Ne pas trop parler du Covid dans le monde…

      +42

    Alerter
    • J // 24.07.2020 à 09h27

      J’ai cru comprendre que des pays pas très riches comme le Maroc ou la Serbie ont annoncé officiellement le recours à l’HCQ honnie chez nous. Il serait peut-être temps de se demander s’ils ont persévéré et si ça leur réussit. Je n’ai pas de certitude, mais il ne m’étonnerait pas que ce soit oui pour les deux.

        +35

      Alerter
    • Kasper // 24.07.2020 à 10h07

      Il faut absolument sauver le gourou, alors quand on trouve un pays qui a particulièrement réussi à gérer la pandémie, on peut toujours prétendre au hasard qu’il a massivement eu recourt au protocole Panoramix. Ca mange pas de pain et ca fera bien douter quelques gogos.

      Manque de pot, mauvaise pioche: http://m.hanoitimes.vn/people-must-not-buy-malaria-drug-for-covid-19-cure-moh-311479.html

      Caramba! Encore raté!

        +8

      Alerter
      • lon // 24.07.2020 à 12h57

        C’est sympa de faire de l’ironie facile, c’est beaucoup plus difficile d’expliquer pourquoi ces pays ont eu  » zéro morts » même si les mesures ( masques, dépistage, etc..) ont été très efficaces
        Ils ont de meilleurs médecins qu’en Europe ?

          +12

        Alerter
        • Kasper // 24.07.2020 à 13h54

          Peut être qu’ils ont eu de la chance, sur les petits nombres on a parfois des aberrations statistiques. Peut être qu’il y a des facteurs génétiques. Peut être que la sauce nuoc nam, le kimtchi et le tandoori ont des vertus médicales spectaculaires que big pharma a réussi à nous cacher comme le pense FredT. On en sait rien et ca serait intéressant d’en savoir plus.

          Mais ce qui est sur, c’est que prétendre par pur opportunisme que c’est grâce au perlinpimpin de Raoult, alors qu’il m’a suffit de 2 minutes de vérification sur google pour voir que le gouvernement vietnamien réserve la HCQ au traitement de la malaria, c’est d’une malhonnêteté tellement crasse que je préfère en rire qu’en pleurer.

            +8

          Alerter
        • birin // 24.07.2020 à 14h33

          « Ils ont de meilleurs médecins qu’en Europe ? »
          Je ne sais pas pour le Vietnam, mais ça n’a rien d’impossible.
          Les médecins cubains sont excellents, et particulièrement efficaces pour traiter ces situations, ils sont récemment arrivés en renfort … dans les Antilles Françaises.
          Ils avaient déjà été appelés en renfort pour endiguer l’épidémie d’Ebola en Afrique, où peu de médecins européens souhaitaient aller.
          Ça répond déjà à la question, d’une certaine façon.
          Mais je ne sais pas s’ils avaient alors utilisé un traitement miracle.

            +21

          Alerter
      • jean-pierre.georges-pichot // 25.07.2020 à 07h42

        Après lecture du site gouvernemental vietnamien http://m.hanoitimes.vn/people-must-not-buy-malaria-drug-for-covid-19-cure-moh-311479.html -plutôt chiche en détails sur les préconisations officielles – la seule information précise qui ressort, c’est qu’il s’est beaucoup consommé du produit honni. Certains déduisent le contraire de l’interdiction officielle, ce qui dénote quelque naïveté de leur part. Que le Viet-Nam fonctionne sur la base du ‘faites comme je dis, ne faites pas comme je fais’ du côté élites, et du ‘s’ils l’interdisent, ça doit être qu’il y a intérêt à le faire’ du côté de la population est si complétement dans la tradition des dictatures bureaucratiques, tout en rejoignant la pratique personnelle de notre ex-ministre de la santé. Maintenant, pour ceux qui préfèrent le doliprane pour les jeunes et l’euthanasie pour les vieux, je leur souhaite bon appétit ! Car ici non plus, à part cela, on ne sait toujours pas comment le gouvernement compte soigner les éventuels malades du covid, s’il se mettait à y en avoir à nouveau. Mais peut-être quelque internaute obligeant va-t-il nous trouver le site qui explique tout ça.

          +12

        Alerter
        • Kasper // 25.07.2020 à 10h13

          Oui bien sur… « Ils disent qu’ils ne l’utilisent pas, c’est bien la preuve du contraire ». Et évidemment s’ils disaient qu’ils l’utilisent ca serait aussi la preuve que vous avez raison. Pile je gagne, face tu perds.

          Vous vous rendez compte d’à quoi vous en êtes rendu pour justifier vos croyances, par servilité au gourou ? 🤦

            +3

          Alerter
          • jean-pierre.georges-pichot // 25.07.2020 à 22h42

            A-t-on déjà vu une autorité se donner la peine d’interdire ce que personne ne fait de toutes façons ? Sur les pelouses de ma résidence il y a des pancartes qui indiquent « défense de marcher sur les pelouses ». Aucune ne dit « défense aux chiens de grimper dans les arbres ». Faut-il en déduire que personne ne marche sur les pelouses et qu’il y a des chiens dans les arbres ? Le fait que le gouvernement se soucie d’interdire le produit en question, que ce soit en France ou au Viet-Nam, prouve qu’il a identifié cet usage comme un problème. Je suis cependant prêt à concéder, primo, que ce n’est donc pas une politique d’État, comme j’en avais émis l’hypothèse, et aussi que ce n’est probablement pas la cause principale de la performance sanitaire, si elle est réelle, qui est sans doute plutôt, comme un intervenant le suggère, le très faible nombre de cas, résultant lui-même de la fermeture précoce des frontières. Cela n’exclut pourtant pas que la méthode honnie, là comme ailleurs ait sauvé quelques vies. Car en effet, on ne risque pas de se tromper à supposer qu’elle ait été utilisée, puisqu’il n’existe que deux catégories de pays : ceux où elle est utilisée officiellement, et ceux où elle l’est clandestinement ou semi-clandestinement. Etablir ce point, qui me semble acquis, n’est pas la question intéressante à mes yeux, mais celle du traitement de l’information par « Le Monde », qui ne soulève pas la question.

              +1

            Alerter
            • Kasper // 26.07.2020 à 00h38

              Pourquoi le Monde parlerait il de l’usage de la chloroquine au Vietnam quand rien ne montre qu’il en a été fait usage ? Ils n’écrivent pas pour vous faire plaisir.

              Prouvez nous donc que les zéros morts du Vietnam sont dus à la chloroquine. La tout ce que vous faites c’est partir du principe que vous avez raison quels que soient les faits. C’est infantile.

              Plutôt que de vous reposer sur « un internaute obligeant », ce qui est paresseux, produisez les faits. Et si vous ne trouvez rien, admettez qu’il n’y a rien.

              Et tant que vous y êtes, prouvez votre 1ère prémisse qui est que la HCQ à le moindre intérêt thérapeutique, parce que 6 mois plus tard c’est toujours pas fait.

                +2

              Alerter
    • jmathon // 24.07.2020 à 11h53

      « Rien sur ce qui s’est passé pour les malades identifiés, puisqu’apparemment il y en avait tout de même. Comment se fait-il qu’aucun, absolument aucun, ne soit mort ? Deux hypothèses et deux seulement : soit c’est vrai, soit c’est faux. Désolé pour la logique aristotélicienne bêtement subversive. Car si c’est vrai, le gouvernement vietnamien ment, comme ils font tous, et le Monde répercute son mensonge sans critiquer, comme d’habitude. Si c’est vrai, c’est sans doute qu’ils ne s’y sont pas pris comme nous au niveau thérapeutique. »

      Un très bon exemple de raisonnement aristotélicien fondé sur un sophisme. 😉
      Bien entendu, bien d’autres explications sont possibles… sans exclure les deux présentées et celles-ci peuvent même coexister.
      412 cas identifiés en tout de covid 19 (dont 4 hier, en France 1062 hier) sur une période de plusieurs mois. Un cas critique a été présent pendant longtemps (source: tableau quotidien de worldometers.info).

      Dépistage précoce, isolement et soins immédiat semblent être une approche raisonnablement adaptée à la situation du moins telle qu’elle se présente au Vietnam.

        +5

      Alerter
      • lon // 24.07.2020 à 12h54

        Oui, mais soins immédiats avec quoi ????
        Zéro morts …..à moins que les vietnamiens aient un système immunitaire en béton, ils avaient donc un traitement miracle …

          +5

        Alerter
        • Nessos // 24.07.2020 à 13h21

          Avec 412 cas, si on prend en compte le taux de mortalité de ce virus (entre 0,5 et 0,9% d’après les derniers rapports), il est tout à fait possible d’avoir 0 morts, surtout si les cas infectés sont jeunes.

            +3

          Alerter
        • Joukov // 24.07.2020 à 14h00

          il est fort probable que cela ne soit pas exactement 0 morts – et ce chiffre concernerait les personnes hospitalisées à l’hôpital, pas ceux morts chez eux. Mais même si il y a quelques morts, rien à voir avec les nombres de contaminations et décès notamment en « Occident ». Quand à ce très faible nombre (qu’il soit de 0 ou un peu plus…), n’y voyez surtout pas un traitement miracle. Par contre, dans la mesure où avec toutes les mesures sociales vous baissez le nombre de contamination, in fine, vous baissez donc le nombre de morts (0,1 % de cas grave environ ? rapporté au nombre de cas covid détecté – quelques centaines – , c’est donc normal qu’il y ait 0 morts). Par contre, à mon avis l’alimentation joue: comparer le taux d’obèse aux USA, Brésil (par exemple) et au Vietnam, et vous aurez une piste d’explication secondaire bien plus pertinente que celle de votre traitement miracle.

            +10

          Alerter
          • jean-pierre.georges-pichot // 25.07.2020 à 07h53

            Donc, pour résumer, pour les zéro morts, on ne sait pas si c’est vrai, mais comme on a envie d’y croire, si cela l’était, on sait d’avance pourquoi tel serait bien le cas. Et même, comme disait Socrate, en cherchant une explication, on en trouve toute une flopée ! Les mauvais esprits trouveront avec Socrate que ce n’est pas bon signe. Pour rester dans les références classiques, je recommande la lecture d’un petit conte de Fontenelle : ‘La dent d’or’ que l’on expliquait autrefois dans les écoles pour illustrer un principe philosophique plutôt sain : il inutile de chercher l’explication d’un fait avant d’avoir vérifié que c’en est un.

              +5

            Alerter
        • jmathon // 24.07.2020 à 15h13

          Même en laissant de côté le qualificatif miracle, pourquoi les soins se réduiraient-ils à un unique traitement ? Des soins appropriés sont, me semble-t-il, ceux qui sont adaptés au patient lui-même et à son état. Ils peuvent donc être extrêmement variés (en fonction des symptômes présentés par exemple) allant d’une simple surveillance à la mise sous respirateur sans même parler de médicaments spécifiques à cette infection virale qui jusqu’à preuve du contraire n’existent pas encore. Et quand bien même il en existerait, fussent-ils statistiquement miracles, ils ne seraient probablement pas adaptés à tous les stades de l’évolution de la maladie ni à tous les patients.
          Pour en revenir aux chiffres, aucun mort pour 412 cas détectés de manière précoce ne me semble pas extravagant. L’Ouganda faisait bien mieux encore hier avec 1079 cas sans décès (premier mort enregistré aujourd’hui).

            +3

          Alerter
          • lon // 24.07.2020 à 16h26

            Bon voyons, un pays de 90 et quelques millions d’habitants, frontière avec la Chine , 412 cas détectés et zéro morts ??
            Je comprends que certains sur ce forum n’aient pas voulu gober le conte de fées Raoult ( je n’en fais pas partie ) , mais de là à gober le conte de fées vietnamien, comment dire ……

            Je vais verser dans le complotisme et avouer que je considère cet article ( de Le Monde ..) comme une énième pièce de propagande pour conditionner les esprits à un contrôle social de plus en plus poussé , vu l’efficacité prouvée de la démarche au Vietnam : port du masque, confinements  » à la carte  » , traçages ( je crains le jour où je serai classé comme contact échelle 3 ( ou 4, 5 , etc..) du dernier cas positif à avoir été détecté ), vaccination bientôt obligatoire . Les suspects habituels sur ce blog viendront vanter bien sûr la primauté du collectif sur le bordèlisme individuel .
            Et pourtant je ne suis pas opposé à des mesures comme le masque , et à un comportement précis en espaces clos, du moment que c’est cohérent avec un certain bon sens .

              +10

            Alerter
      • Syméon // 24.07.2020 à 14h17

        A quoi ça sert, un dépistage précoce, si on ne soigne pas ou si on ne sait pas soigner (on soigne mal)?? Ça peut éviter une contamination étendue, ça ne peut pas éviter une mortalité des cas recensés! Si le Vietnam avait ne serait-ce que le taux français à ce jour, pourtant diminué par le grand nombre de tests sur cas bénins, ils devraient avoir 17 morts (selon les données d’avril ils auraient du en avoir 50). Ils ne les ont pas parceque :
        [modéré]
        – ils n’ont pas intubé à tours de bras, grand scandale français et angle mort de l’analyse épidémiologique

          +8

        Alerter
  • Maxime // 24.07.2020 à 08h53

    « Un pays encore très pauvre. »

    Courage! Bientôt on dira « Un pays encore très riche. »

      +10

    Alerter
  • LibEgaFra // 24.07.2020 à 09h12

    Allez, c’est mon anniversaire et je m’offre un sophisme:

    Le Vietnam est une dictature communiste et tous les chiffres sont bidonnés comme d’habitude, alors que plus de 50% de la population est contaminée et que les morts se chiffrent par centaines de milliers!

    Signé en passant.

      +14

    Alerter
    • birin // 24.07.2020 à 23h01

      Zut, j’avais loupé l’info du jour.
      Je vais me permettre un hors-sujet :

      Noyeux naniversire 🙂

        +1

      Alerter
  • LibEgaFra // 24.07.2020 à 09h19

    Comment est-il possible qu’un pays communiste fasse mieux que le pays des « droits de l’homme » ?

    Après tout chaque pays a les dirigeants qu’il mérite.

      +12

    Alerter
    • Fernet Branca // 24.07.2020 à 16h57

      Simplement inspiré par l’esprit nationaliste français d’avant 14.

        +2

      Alerter
  • LibEgaFra // 24.07.2020 à 09h36

    Actuellement je suis effaré par le nombre de sites alternatifs qui prétendent que le masque ne sert à rien. Et les incidents se multiplient quand une remarque est faite à celui qui ne porte pas le masque. Exemple:

    https://fr.sputniknews.com/france/202007231044147404-le-refus-dune-cliente-de-mettre-un-masque-dans-un-bureau-de-poste-vire-en-bagarre/

      +10

    Alerter
    • jean-pierre.georges-pichot // 25.07.2020 à 08h32

      La généralisation du masque hors les situations de très forte contamination potentielle (soignants, pompiers, atmosphères confinées…) n’a pas de justifications hygiéniques mais politiques : maintenir la population sous pression au moment où la situation épidémique n’existe plus, l’objectif étant d’instaurer cette pratique de façon permanent et définitive. Dans un premier temps, cette prescription, hors formation sérieuse à l’utilisation de ce moyen de protection n’est pas sans inconvénients car des usages négligents peuvent même aggraver les risques au cas où le virus serait présent. Maintenant, si l’addition de contrainte sur contrainte en dehors de toute nécessité plaît et rassure les uns, il n’est pas extraordinaire que cela provoque des mouvements de révolte chez les autres. Cela risque d’être le sujet de controverse politique des mois à venir, et l’origine d’incidents violents. Gouverner par la peur est une pente dangereuse.

        +12

      Alerter
      • LibEgaFra // 27.07.2020 à 06h32

         » au moment où la situation épidémique n’existe plus, »

        C’est ce qui s’appelle un déni de réalité. Vous voyez dans le fait de demander de porter le masque un motif politique… Pourquoi ne pas ajouter dans ce cas comme un autre motif politique le fait de demander de se laver les mains ou de garder certaines distances?

        C’est bien à cause d’irresponsables comme vous que l’épidémie est loin d’être terminée. Heureusement les gens responsables agissent pour que l’épidémie reste sous contrôle.

        Dans certains pays le port du masque ne pose aucun problème et est admis socialement. Il n’y a qu’en France que le masque est vu comme un objet de contrôle politique au même titre que la burqa en Afghanistan.

        La France a le peuple qu’elle mérite après tout.

        Lu quelque part que le refus du masque dénote une mentalité psychopathique ou narcissique. Au choix.

          +0

        Alerter
        • jean-pierre.georges-pichot // 27.07.2020 à 09h11

          L’état dans lequel vous met une analyse d’une part technique sur l’utilisation du masque et d’autre part socio-politique sur l’effet de réglementations contraignantes mal comprises ou injustifiées (juste une supposition), ne fait que justifier mes craintes.

            +2

          Alerter
  • Dypso // 24.07.2020 à 10h29

    Et après certains pensent que le confinement est inutile, masques inéficaces, isolement des malades inutile, et tests dont on ne peut se fier …

      +5

    Alerter
  • plouf // 24.07.2020 à 10h34

    Zéro décès également dans les pays voisins Cambdge et Laos. Que doit on en déduire : que ce sont les mesures sanitaires exemplaires qui ont fait le succès du Viet Nam dans sa lutte contre le covid, ou bien que les conditions locales ne sont pas propices à ce virus?

      +9

    Alerter
  • Rond // 24.07.2020 à 11h15

    Début mars, un ami rentre du Vietnam : cinq (5) contrôles avant embarquement. Arrivé à Roissy, rien rien rien, ni consigne, ni masque, enfin si, un seul, celui qu’il portait au Vietnam.
    Le nuage de Tchernobyl n’a pas passé la frontière, ce n’est pas un ridicule virus grippal qui va nous faire peur. On connaît la suite.
    Décidément, nos « responsables » sont indécrottables. Quelle idée se font-ils de nous, de notre capacité à comprendre des faits, des risques, des règles, des consignes, puis de nous comporter en personnes responsables ? Pourtant, nous avons parfaitement identifié les messages incohérents et contradictoires dont ils nous abreuvaient.
    Il semble qu’ils ne nous méritent pas. Tenons bon !

      +27

    Alerter
    • Dominique65 // 24.07.2020 à 17h30

      Même expérience pour trois jeunes, mais début mai, en plein confinement. Aucun contrôle, aucune affiche informative à l’aéroport. Il a fallu que les jeunes aillent eux-même à la pêche aux infos pour qu’on leur explique qu’avec leur bille d’avion en poche, ils pouvaient se rendre où ils voulaient dans l’Hexagone. Heureusement qu’en Thaïlande ils avaient eu quelques infos par leur familles via les applis de leur smartphone.

        +5

      Alerter
  • Adrien // 24.07.2020 à 11h22

    J’étais au Vietnam en Février mars (période ou le Vietnam était classé comme épicentre de la pandémie) , il faut préciser que les zones touchées au Vietnam étaient mises en quarantaine très localement et que tout le monde portait un masque des le départ. Il n’y a pas eu de confinement général et cette période s’est passé avec un calme étonnant (de mon point de vue)

      +15

    Alerter
  • FredT. // 24.07.2020 à 11h40

    Tant qu’on regardera ailleurs que là ou est la clé, la situation ne fera qu’empirer .
    Les vietnamiens ont une alimentation en partie dite  » vivante  » , qui contient énormément de micro-organismes bénéfiques et qui leur confère une immunité bien supérieure à celle des habitants des pays occidentalisés . Regardez tous les pays ou la mortalité est faible, c’est le même schéma . Regadez ces indiens qui font leurs abductions dans le Gange archi pollué chaque jour à Bénarès alors que si vous buviez un demi-verre de cette eau vous seriez bons pour les soins intensifs .
    Tests et traçages, c’est juste le doigt du sage qui montre la lune .

      +14

    Alerter
    • kasper // 24.07.2020 à 13h09

      Fermeture des frontières, tests, traçage, isolement des malades, quarantaine, masques. Les vietnamiens ont fait la totale en matière sanitaire. Mais pour vous l’explication la plus probable de leurs bons résultats, c’est leur régime macrobiotique…

      L’epidemie est encore galopante en Inde, les nouveaux cas en augmentation constante. Attendez un peu avant de les prendre en exemple de pays a faible mortalite…

        +4

      Alerter
      • FredT. // 24.07.2020 à 13h43

        Et quelle est la mortalité en Inde ? Au sein de quelles populations trouve-t-on les cas graves ?
        Le covid est une gripette qui tourne au drame au sein des populations fortement occidentalisées .
        Après je ne dis pas que les mesures que vous citez sont sans effets, heureusement . C’est un tout, nous sommes juste en désaccord sur ce qui constitue le principal .
        Après si vous attendez de médecins qui pratiquent la chimiothérapie ou de dirigeants libéraux qu’ils tiennent le même discours que moi , forcément vous allez garder longtemps la certitude d’avoir raison .
        C’est à la fin de la foire qu’on comptera les bouses, et la foiren’est pas encore finie .

          +6

        Alerter
        • Kasper // 24.07.2020 à 14h09

          « Et quelle est la mortalité en Inde ? »

          Suffit de demander: au jour d’aujourd’hui 1290000 cas, 30000 morts soit 2,3% de mortalité ce qui n’est pas particulièrement faible. Si l’eau du Gange a des vertus mythridatisantes elles ne sont pas spectaculaires… Et le nombre de morts croit, en proportion, plus vite que le nombre de cas, ce qui n’augure rien de bon de ce côté.

          Donc oui comme vous dites, attendons la fin pour compter les bouses.

            +4

          Alerter
          • FredT. // 24.07.2020 à 18h32

            En france 7 fois moins de cas et la même mortalité . On est un pays aux infrastructures hospitalières plus solide que celles en Inde pourtant .

              +6

            Alerter
        • birin // 24.07.2020 à 14h17

          En Inde l’épidémie est en croissance, avec plus de 20 000 morts, et de l’ordre du millier par jour actuellement.
          Mais on peut effectivement chercher à détailler un peu (en amateurs, c’est du boulot d’épidémiologistes), et s’apercevoir que l’un de ses états, le Kerala, a 50 morts en tout.
          Ils ont appliqué un plan d’action semblable à celui suivi par le Vietnam, avec des coutumes et modes de vie fort différents.

          Pour ce qui est du monde aseptisé dans lequel nous vivons, et les conséquences en cas d’épidémie, cela ne me semble pas aussi simple.
          Les populations d’Amazonie menaient une vie bien moins aseptisée et plus proche encore de la nature que la population actuelle d’Inde, mais elles ont été décimées par la simple rencontre avec les premiers européens et leurs maladies, contre lesquelles les amérindiens n’avaient aucune immunité.

          Il est très difficile de déterminer ce qui pourra protéger une population contre une maladie inconnue, et même de déterminer après coup ce qui a bien pu protéger certaines populations, mais quand on constate que les mêmes causes produisent les mêmes effets, un peu partout dans le monde, on tient déjà une bonne piste de travail.

            +7

          Alerter
    • Maurice // 24.07.2020 à 16h53

      Ah enfin !
      Merci FredT, c’est quand même incroyable que si peu de monde ne parle du système immunitaire !
      Les pays de la zone asiatique ont déjà eu à faire à d’autres corona virus (2002-2004 par exemple), ne peut’on pas imaginer une certaine immunité acquise par le passé.
      Les immunologues nous l’ont dit, les corona virus en général sont responsables d’un bon rhume, à ne pas confondre avec d’autres virus, responsables de la grippe.
      Celui qui nous a pourri la vie cette année est un peu plus virulent, certes, mais une fois l’immunité de groupe faite, il n’ entrainera plus que quelques rhumes … enfin, on l’espère !

        +4

      Alerter
  • oli // 24.07.2020 à 12h31

    Les articles sur la gestion du virus au Vietnam sont toujiurs tres interessants mais oublient systematiquement de parler du fait que dès que le virus a ete découvert du grand public une loi anti fake news a été passée pour museler toutes informations non gouvernementales sur le sujet… Aussi, lorsque l’OMS est arrivé au vietnam, pour voir comment le pays gerer la crise, qui n avait à l epoque recensé aucun cas , l organisation mondiale de la santé a trouvé pres de 90 cas possibles lors de leur premiere journee de travail… food for thought…

      +0

    Alerter
    • Billvn // 24.07.2020 à 12h54

      Fake information… La loi anti fake news n’a rien à voir avec le Covid, mais a une portée générale (et quelques personnes condamnées pour avoir fait mention de victimes). Et votre info sur l’OMS ? 2 premiers cas le 23 janvier. Création du Comité National Prévention du Covid le 30 janvier. OMS déclare global emergency le 31 janvier. 1er Fevrier: Premier Ministre déclare le Covid comme épidémie au VN. 13 février: 16 cas recensés, et premier confinement local (Commune de Son Loi près de Hanoi, avec des gens revenus de Chine)…

        +4

      Alerter
  • Patoche // 24.07.2020 à 16h27

    L’agent orange qui a arrosé le Vietnam (et les pays voisins) copieusement de 1962 à 1975, 50 fois plus concentré qu’en utilisation agricole, a peut-être immunisé les survivants de ce crime contre l’humanité (non homologué) contre le covid.

      +6

    Alerter
  • Fernet Branca // 24.07.2020 à 16h50

    Voir le site lecourrier.vn ..
    C’est en français.
    Le chapitre santé https://lecourrier.vn/sante/21.cvn
    Un cas suspect signalé à Da Nang hier.
    Mais 99 jours sans nouvelles contaminations communautaristes.

      +1

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 24.07.2020 à 21h04

    Un peu étonnée de lire tant de controverses au sujet de chiffres dont nous n’avons aucune possibilité de vérifier la véracité(ni ici, ni là-bas), qui reposent en plus sur des capacités(et des volontés) de tests et de traçage très différentes d’un pays à l’autre.
    Par exemple, en Belgique,les 5000 personnes âgées décédées dans les maisons de repos depuis le début du mois de mars ont été comptabilisées comme des victimes du virus, alors qu’elles n’ont pas été testées ni transférées pour être soignées à l’hôpital…
    Nous avons ainsi appris que les maisons de repos sont des mouroirs.

    De toute façon, deux précautions valent mieux qu’une et le masque constitue aussi une protection contre la pollution(étant donné la reprise intense de la circulation automobile).
    Circuler masquée quand je veux(comme j’ai toujours pu le faire) dans mon environnement habituel, me semble préférable à n’importe quelle « précaution » obligatoire de n’importe quel pays, quel que soit le régime en place et le degré de « sécurité ». J’ai bien dû, depuis toujours, m’habituer à masquer mes attributs sexuels, injonction absurde selon moi…

    De plus, les manifestations statiques (masquées!) sont de nouveau autorisées: rv tous les lundis à 17h, pl. de la Monnaie, pour réclamer notre DROIT A L’INFORMATION et la LIBÉRATION DE J.ASSANGE, « confiné », à l’isolement depuis avril 2019 dans une prison londonienne, menacé d’extradition vers les USA, dont le procès reprendra en septembre(s’il n’est pas mort d’ici-là: la prison étant affectée par le virus, nous ne saurions JAMAIS de quoi il serait mort).

      +12

    Alerter
  • leprolo AUSSEUR Robert // 25.07.2020 à 00h45

    Leprolo : Comment faire face à cette maladie , en France , si le pouvoir en place protège d’abord les profits des industries chimiques (pharmaceutiques) et comment faire confiance à des « équipes » qui sont portés(es) à tous les pouvoirs socio/économico/ politique , avec seulement les votes de guère plus de vingt pour cent des voix des inscrits(es) sur les listes électorales = Soixante % de l’électorat ne s’exprimant plus = Abandonnant à ces mafias = tous les pouvoirs !!! = Adieu le Liberté , Egalité , Fraternité = Adieu la République !

      +9

    Alerter
  • Denis1 // 26.07.2020 à 14h31

    j’ai eu des nouvelles catastrophique de Tofo au Mozambique, il n’y a plus de touristes, les prix des denrées alimentaire ont explosées, la famine arrive dans cette ville balnéaire pourtant très coté par les surfers sud africain. ça peut paraître un peut hors sujet, mais même la bas, les jans n’osent plus partir en vacance à cause du covid19

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications