Les Crises Les Crises
4.août.20214.8.2021 // Les Crises

Cuba : Le blocus américain doit prendre fin au plus vite

Merci 35
J'envoie

Depuis soixante ans, les États-Unis cherchent à étrangler l’économie cubaine et à plonger le peuple cubain dans la misère. Les blocus sont des méthodes de guerre – et il est temps que la guerre contre Cuba prenne fin.

Source : Jacobin Mag, Branko Marcetic
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Richard Nixon, alors vice-président de Dwight D. Eisenhower, rencontre Fidel Castro de Cuba le 19 avril 1959 à Washington.

« Ils blâment toujours les États-Unis », a déclaré le sénateur Marco Rubio (R-FL) sur le parquet du Sénat cette semaine. « L’embargo, la première chose qu’ils accusent, c’est l’embargo. L’embargo est la cause de tout ça. »

Peu de temps après que l’Assemblée générale des Nations Unies ait voté pour la vingt-neuvième année consécutive la condamnation de l’embargo américain à l’encontre de Cuba, qui dure depuis six décennies – un vote de 184 contre 2 qui a opposé les gouvernements américain et israélien au reste du monde entier – le pays a éclaté en protestations massives à cause de pénuries généralisées de nourriture et de médicaments. Un chœur de voix, allant de Bernie Sanders et d’autres progressistes du Congrès à l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva et au président mexicain Andrés Manuel López Obrador, a imputé ces conditions à la politique américaine de longue date et a demandé qu’elle soit enfin levée.

Les partisans d’un changement de régime, comme Rubio, s’y sont opposés. Pour eux, l’embargo n’a rien à voir avec ce qui se passe actuellement dans le pays, qui, selon eux, est le produit de « six décennies de souffrance sous le socialisme et le communisme totalitaires ». Comme on pouvait s’y attendre, leur réponse préférée aux protestations actuelles ne consiste pas à mettre fin à cette politique.

Mais la réalité est que « l’embargo » américain – ou blocus, plus exactement – a été conçu pour exacerber la pénurie et encourager l’agitation sociale à Cuba. Pendant des décennies, le blocus a étranglé l’économie du pays et privé les Cubains de l’accès à des produits essentiels comme les fournitures médicales, son succès à créer la misère ne faisant que s’intensifier avec la chute de l’Union soviétique, la pandémie de coronavirus et quatre années de « pression maximale » sous la présidence de Trump.

Le blocus américain a été conçu pour exacerber la pénurie et encourager l’agitation sociale à Cuba.

Comme quatre-vingts Démocrates de la Chambre des représentants l’ont dit à Joe Biden au début de cette année, « d’un trait de plume », il pourrait annuler les actions de Trump et « aider les familles cubaines en difficulté et promouvoir une approche plus constructive en revenant rapidement à la politique d’engagement et de normalisation des relations de l’administration Obama-Biden. » Mais cette ligne de conduite évidente est la moindre des choses que Washington devrait faire. Le blocus américain est une guerre économique non déclarée contre Cuba depuis des générations, une guerre qui a systématiquement échoué, même selon ses propres termes, tout en infligeant une énorme douleur aux Cubains ordinaires.

La guerre non déclarée

Le blocus américain contre Cuba est un élément clé de la guerre que Washington mène depuis longtemps contre le pays, lancée peu après que Fidel Castro eut mené une révolution pour renverser la dictature militaire soutenue par les États-Unis en 1959.

Les choses n’ont pas commencé de manière totalement hostile. L’administration Eisenhower adopte publiquement une attitude attentiste à l’égard du nouveau gouvernement. Lors d’une réunion de trois heures et demie avec Castro, le vice-président de l’époque, Richard Nixon, lui a conseillé, selon un mémo postérieur à la réunion, « qu’il était de la responsabilité d’un dirigeant de ne pas toujours suivre l’opinion publique, mais d’aider à la diriger dans les voies appropriées, de ne pas donner au peuple ce qu’il pense vouloir à un moment de stress émotionnel, mais de lui faire vouloir ce qu’il devrait avoir ». Avec une pointe de regret, Nixon raconte que la « préoccupation première de Castro était de développer des programmes de progrès économique. »

En septembre de la même année, alors que Castro limitait la propriété privée des terres agricoles et se préparait à nationaliser les industries appartenant à des étrangers, l’ambassadeur des États-Unis dans le pays exprimait « notre sérieuse préoccupation quant au traitement réservé aux intérêts privés américains à Cuba ». Le mois suivant, le président Dwight Eisenhower approuvait un programme de soutien aux éléments anticastristes – y compris des exilés cubains lançant des raids sur le pays et, plus tard, des campagnes de sabotage et de bombardement fournies par les États-Unis – dans l’espoir de renverser Castro et de le faire apparaître comme ayant causé sa propre perte.

Le blocus américain est une guerre économique non déclarée contre Cuba depuis des générations, une guerre qui a toujours échoué, même selon ses propres termes, tout en infligeant d’énormes souffrances aux Cubains ordinaires.

En décembre, un chef de division de la CIA conseillait « d’envisager sérieusement l’élimination de Fidel Castro. »

La Guerre froide a donné à cette mission américaine un caractère d’urgence supplémentaire. En 1960, Eisenhower avertit les Soviétiques que son administration ne tolérerait pas « l’établissement d’un régime dominé par le communisme international dans l’hémisphère occidental », conformément à la doctrine de longue date de Washington selon laquelle le gouvernement américain interviendrait dans les pays de l’hémisphère s’ils allaient à l’encontre des intérêts américains.

Dans l’espoir d’arrêter la propagation du « castrisme » et d’y mettre fin à Cuba, Washington a fait pression sur d’autres pays d’Amérique latine pour qu’ils coupent les liens diplomatiques, les voyages et les livraisons d’armes au pays, menaçant de suspendre l’aide militaire et d’autres sanctions à ceux qui ne s’exécuteraient pas, et finissant par tordre suffisamment le bras à Cuba pour l’expulser de l’Organisation des États américains. Après avoir réussi à faire pression sur les banques européennes et canadiennes pour qu’elles annulent et refusent les prêts au gouvernement cubain, ce qui a été appelé une « quarantaine » américaine du pays a commencé en octobre 1960, interdisant toutes les exportations vers Cuba, à l’exception de la nourriture et des fournitures médicales, et au cours des années suivantes, ajoutant tout le commerce, les importations et même les marchandises de pays tiers contenant des matériaux cubains. En 1963, sous la présidence de John F. Kennedy, le blocus tel que nous le connaissons aujourd’hui était pleinement en place.

Ce n’était pas une mince affaire. Un blocus – qui se distingue d’un embargo en ce qu’il inclut les importations et tente de contraindre des pays tiers – est une méthode de guerre qui, en vertu du droit international, ne peut être mise en œuvre que dans le cadre d’un conflit armé. Ce n’est pas pour rien que des juristes ont affirmé que le blocus de Cuba constitue une grave violation du droit international, notamment parce qu’il vise explicitement à forcer un changement de gouvernement. Même les propres conseillers juridiques du gouvernement américain ont déterminé en 1962 qu’il « pourrait être considéré par Cuba et d’autres nations du bloc soviétique comme un acte de guerre. »

Tout comme Nixon réagirait à l’élection d’un gouvernement socialiste au Chili en 1973 en ordonnant à la CIA de « faire hurler l’économie », les décideurs américains espéraient ouvertement qu’appauvrir et affamer le peuple cubain le conduirait à renverser Castro. « Tous les moyens possibles doivent être entrepris rapidement pour affaiblir la vie économique de Cuba », écrivait un fonctionnaire du département d’État en 1960, afin de « provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement. » Eisenhower l’a dit plus clairement : « S’ils (le peuple cubain) ont faim, ils jetteront Castro dehors. »

Resserrer les boulons

En tant que partenaire commercial le plus important et le plus proche de Cuba, les États-Unis ont eu un impact immédiat sur son économie lorsqu’ils ont mis fin aux échanges commerciaux. La part des exportations cubaines à destination des États-Unis s’est effondrée, passant de plus de 60 % dans les années 1950 à moins de 5 % en 1961, tandis que les quelque 70 % d’importations qui entraient dans le pays en provenance des États-Unis à la fin des années 1950 s’effondraient à moins de 4 %. En 2018, une agence des Nations Unies a estimé que l’embargo avait coûté à Cuba plus de 130 milliards de dollars en six décennies, ce qui est considérable pour un pays dont le PIB annuel moyen ne représente qu’une fraction de cette somme.

Eisenhower l’a dit plus clairement : « S’ils (les Cubains) ont faim, ils mettront Castro dehors. »

C’est le bloc soviétique qui a maintenu l’économie cubaine à flot pendant des décennies, à la fois par des milliards de subventions annuelles et en comblant le vide commercial laissé par les États-Unis, devenant ainsi responsable de 79 à 90 % du commerce extérieur de Cuba. Qu’il s’agisse de carburant, de machines et de pièces détachées, d’engrais, de pesticides et même de graisses utilisées pour fabriquer du savon, les ressources qui ont permis à la vie et à l’économie cubaines de fonctionner normalement ont circulé grâce à l’intégration de Cuba dans un camp communiste plus large.

La dissolution de l’Union soviétique en 1991 a été le plus grand des chocs qui ont frappé l’économie cubaine au cours de cette décennie, la rendant plus vulnérable que jamais au blocus américain. Le PIB a chuté de 35 %, tandis que la production agricole et la capacité manufacturière se sont effondrées de 47 et 90 %, respectivement. La construction et le transport de passagers ont chuté de plus de 70 % chacun, tandis que les files d’attente pour la nourriture, les heures sans eau courante et les coupures de courant sont devenues monnaie courante. Le savon devant soudainement être rationné, les Cubains devaient se contenter de quatre misérables barres par an.

Profitant de cette vulnérabilité, les législateurs américains sont passés à l’action. Lorsque le commerce entre Cuba et les filiales de sociétés américaines a fortement augmenté à la suite de l’effondrement soviétique, le Congrès américain a adopté l’année suivante la loi sur la démocratie cubaine pour interdire cette pratique, malgré les objections de la Communauté européenne et d’autres alliés, ce qui a entraîné l’annulation de dizaines d’accords commerciaux avec le pays. En outre, la loi a interdit pour la première fois la vente de denrées alimentaires (abrogée plus tard, en quelque sorte) et a créé un régime d’autorisation pour les médicaments et les équipements médicaux si onéreux qu’il a servi à mettre fin au commerce médical avec le pays. Les législateurs américains, semble-t-il, n’avaient aucun problème avec l’ingérence autoritaire du gouvernement dans le secteur privé, tant qu’elle servait à renverser un gouvernement qu’ils n’aimaient pas.

L’UE s’est également opposée à la loi Helms-Burton de 1996, qui a retiré au président l’autorité du blocus pour la confier au Congrès, ce qui l’a pratiquement bétonnée. Outre qu’elle faisait de la révolution une condition préalable à la levée du blocus, cette loi décourageait encore davantage les investissements étrangers à Cuba en refusant, par exemple, les visas américains aux représentants d’entreprises faisant des affaires avec des biens américains confisqués. Et ce, bien qu’un an plus tard, les agences militaires et de renseignement américaines ont déterminé que « Cuba ne constitue pas une menace significative pour la sécurité des États-Unis ou d’autres pays de la région », et que le Pentagone ait conclu la même chose un an plus tard.

L’Association américaine pour la santé mondiale a conclu en 1997 que le blocus avait « porté gravement atteinte à la santé et à la nutrition d’un grand nombre de citoyens cubains ordinaires et provoqué une augmentation significative de la souffrance – et même des décès – à Cuba. »

Les résultats, comme vous pouvez l’imaginer, ont été brutaux. Après une enquête d’un an, l’Association américaine pour la santé mondiale a conclu en 1997 que le blocus avait « porté gravement atteinte à la santé et à la nutrition d’un grand nombre de citoyens cubains ordinaires » et « provoqué une augmentation significative de la souffrance – et même des décès – à Cuba » en raison de « pénuries critiques de médicaments et de matériel médical, même les plus élémentaires. »

Le rapport brosse un tableau chaotique : augmentation des maladies due à l’augmentation de l’eau non traitée et à la diminution du savon ; ambulances, autres services d’urgence et établissements de soins de santé incapables de fonctionner correctement en raison des pannes de courant et du manque de ressources telles que le carburant ; taux élevés d’anémie, de carence en fer et de sous-alimentation, cette dernière affectant 22 % de la population à un moment donné ; et des centaines de médicaments hors de portée ou seulement parfois disponibles, ce qui est aggravé par les mégafusions pharmaceutiques. Il n’est pas surprenant que l’année 1994 ait été marquée par des troubles civils similaires à ceux que nous connaissons aujourd’hui à Cuba.

Ces conditions ont été célébrées par la fondation de droite Heritage Foundation cette année-là. Décrivant avec délectation les rapports sur les mères qui se tournent vers le commerce du sexe, les familles qui subsistent avec un seul repas par jour et le retour de maladies comme la malaria, elle a exhorté le gouvernement américain à maintenir le blocus jusqu’à ce que le gouvernement de Castro s’effondre et à lui refuser une « soupape de sécurité indispensable » en refusant les réfugiés cubains. Il notait négligemment que cette politique conduirait probablement à davantage de répression pour le peuple cubain et pourrait aboutir à « des effusions de sang, des conflits armés et le chaos », avant de conclure, sans la moindre ironie, que « les États-Unis ne doivent pas abandonner le peuple cubain en assouplissant ou en levant l’embargo commercial. »

Ainsi, lorsque Marco Rubio déclare aujourd’hui que « les pénuries de nourriture, de médicaments et d’essence ne sont malheureusement pas nouvelles à Cuba », il a raison : le blocus le plus long de l’histoire moderne a fait en sorte que ces problèmes existent depuis longtemps.

Sabotage économique

Le fait que Cuba ait survécu à tout cela témoigne de ce qu’il est possible de faire avec un gouvernement qui joue un rôle actif pendant les crises et cherche à garantir la sécurité économique. Les restrictions étant inévitables, le gouvernement a lancé un programme « d’austérité humaniste », prévoyant des coupes importantes dans le secteur public, mais une augmentation des dépenses de santé et des dépenses sociales, ainsi qu’un rationnement de la nourriture, des vêtements et d’autres biens afin de privilégier les groupes vulnérables tels que les femmes enceintes et les personnes âgées.

La Heritage Foundation a noté que la politique américaine conduirait probablement à une plus grande répression du peuple cubain et pourrait aboutir à « un bain de sang, un conflit armé et le chaos. »

Pourtant, de telles mesures temporaires ont leurs limites, comme nous le constatons actuellement. Si l’économie cubaine est certainement en proie à de graves problèmes distincts de la politique américaine, les maux ressentis avec le plus d’acuité sont en grande partie dus à deux facteurs : la stratégie de « pression maximale » de l’administration Trump et la pandémie.

Au cours de ses quatre années de mandat, Trump a signé plus de deux cents directives visant à faire hurler l’économie cubaine. Il a fortement restreint les envois de fonds (à un seul membre de la famille avec un maximum de 1 000 dollars par trimestre) avant de les interdire purement et simplement. Il a également interdit aux voyageurs américains d’effectuer toute transaction avec des entités liées à l’armée et aux services de renseignement et de sécurité, ce qui, en pratique, constitue une attaque à la fois contre la capacité de Cuba à attirer des investissements étrangers et contre son industrie touristique cruciale, étant donné la forte implication du conglomérat commercial de l’armée dans, selon une estimation, 60 % de l’économie. Il a également imposé des sanctions aux compagnies maritimes et aux navires transportant du pétrole à Cuba depuis le Venezuela, en plus de l’embargo existant sur ce pays, qui a subventionné et fourni un tiers de la consommation de pétrole de Cuba en 2019.

L’impact a été rapide et clair. Le ciblage des exportations de pétrole du Venezuela a entraîné un plus grand rationnement de l’énergie, des pénuries de produits d’hygiène personnelle que le gouvernement ne peut pas se permettre alors qu’il achète du carburant sur le marché libre, et des bœufs qui remplacent les tracteurs dans les fermes. Les attaques de Trump contre les transferts de fonds ont conduit à la fermeture de Western Union sur l’île, mettant en danger des centaines de milliers de familles cubaines. Et après une hausse du tourisme sous l’ère Obama, les diverses restrictions de Trump sur les voyages, y compris l’interdiction des croisières en 2019, ont vu le nombre de touristes chuter pour la première fois en dix ans, de 9,3 % entre 2018 et 2019, et de près de 20 % l’année suivante, avec une baisse de près de 70 % des visiteurs américains.

En plus de tout cela, le déclin des envois de fonds et du tourisme a privé le pays de ses principales sources de devises fortes. Cela a rendu le gouvernement encore plus difficile de payer ses créanciers étrangers, a entravé sa capacité à importer les 60 à 70 % de son approvisionnement alimentaire qu’il obtient de l’étranger et a motivé la création des magasins à prix excessifs en dollars qui ont été la principale source de colère à l’origine des protestations actuelles.

S’il est vrai que, techniquement, le blocus américain ne s’applique plus à la nourriture et n’empêche plus le commerce avec d’autres pays, le système de sanctions de Washington, qui se chevauchent, en privant Cuba de pétrole et de devises étrangères, en paralysant son économie de manière plus générale et en l’obligeant à faire des compromis difficiles dans ses achats à l’étranger, a effectivement fermé la porte aux deux.

Grâce à ses investissements généreux et à long terme dans les soins de santé et l’éducation, l’État cubain a pu mettre au point son propre vaccin Covid, mais il a ensuite été confronté à une pénurie de seringues.

Tout cela aurait été assez difficile à gérer dans le meilleur des cas. Mais en 2020, Cuba, comme le reste du monde, a vu son économie encore plus dévastée par la pandémie de coronavirus qui a exacerbé chacun de ces problèmes : elle a paralysé le tourisme, étranglé davantage l’entrée de devises fortes, aggravé les pénuries alimentaires et provoqué des pertes d’emplois qui ont rendu les Cubains encore plus dépendants des envois de fonds étrangers que Washington était déterminé à étouffer. Au cours de l’année, le pays a vu son économie se contracter de 11 %.

Alors que la pandémie amplifie les ravages du blocus américain, ce dernier rend à son tour plus difficile la gestion de la pandémie par Cuba. En juillet 2020, un rapporteur spécial des Nations Unies a conclu que le blocus « faisait obstacle aux réponses humanitaires visant à aider le système de santé du pays à lutter contre la pandémie de Covid-19 ». Entre autres choses, le blocus a stoppé l’aide médicale et les transferts d’argent de sociétés et d’organisations humanitaires étrangères, a privé les Cubains de la possibilité d’utiliser Zoom, a empêché l’achat de ventilateurs par le pays et a provoqué une pénurie de ces derniers et d’équipements de protection individuelle (EPI), tout en bloquant un don d’aide à la pandémie de l’homme le plus riche de Chine.

Selon Oxfam, le blocus a eu un « effet drastique sur l’industrie cubaine des vaccins », rendant difficile l’obtention des matières premières nécessaires. Malgré cela, les investissements généreux et à long terme de l’État dans les soins de santé et l’éducation lui ont permis de mettre au point son propre vaccin Covid, avant d’être confronté à une pénurie de seringues, le blocus rendant difficile leur achat auprès des fabricants.

C’est également le blocus qui est à l’origine de la résurgence de la pandémie sur l’île, un facteur important des protestations actuelles. La pression économique a poussé un Cuba désespéré à rouvrir le pays au tourisme en novembre, ce qui, combiné à des pénuries d’EPI et à un manque de 20 millions de seringues, a entraîné un bond des cas. Il n’en reste pas moins que les Rubio du monde entier ont beau jeu d’affirmer que « la réponse désastreuse du régime au Covid est le résultat prévisible d’un gouvernement corrompu », tout en claironnant pour un changement de régime, alors que, malgré les efforts déterminés de Washington pour saboter la reprise de la pandémie à Cuba, sa réponse – avec 1 608 décès au 12 juillet – ne s’approche même pas de la mort massive de citoyens américains provoquée par Rubio et ses semblables pendant la pandémie.

Au cours de ses quatre années de mandat, Trump a signé plus de deux cents directives visant à faire hurler l’économie cubaine.

Bien sûr, rien de tout cela n’a d’importance pour les politiciens de Washington qui ne réfléchissent pas à deux fois avant d’affamer et de tuer négligemment des peuples étrangers, que ce soit par des bombes ou des sanctions économiques. Mais l’ironie est que si le blocus a eu un effet dévastateur sur le secteur privé cubain, qui dépend fortement du tourisme et des voyages aux États-Unis pour acheter des matériaux, il n’est pas non plus particulièrement bénéfique pour l’industrie américaine, car on estime que le blocus coûte aux entreprises et aux agriculteurs américains près de 6 milliards de dollars par an en recettes d’exportation.

Il n’est pas non plus populaire. Depuis des années, les sondages montrent qu’une majorité d’Américains, et même une majorité fluctuante de Cubano-Américains dans le sud de la Floride, sont favorables à la levée du blocus, réalisant probablement qu’il est à la fois inhumain et, après près de soixante ans, inefficace.

Malheureusement, fidèle à son approche de la politique étrangère façon Trump, Biden n’a pas tenu ses promesses de campagne et poursuit résolument la politique cubaine de Trump, s’écartant de l’approche réussie de l’administration démocrate dans laquelle il a servi. Alors même qu’il « appelle le régime cubain à écouter son peuple et à répondre à ses besoins », Biden refuse de lever les restrictions de Trump sur les envois de fonds dont dépendent aujourd’hui plus que jamais ces Cubains.

Le travail manuel de Washington

Les troubles survenus la semaine dernière à Cuba ne peuvent être pleinement compris en dehors du contexte du blocus. Rien de tout cela n’absout le gouvernement cubain de sa répression des dissidents, ni des erreurs commises dans la gestion économique du pays. Mais mettre l’accent sur son « économie planifiée centralisée de style soviétique » et son manque de zèle dans les réformes du marché comme étant la cause des malheurs du pays, et non sur plus d’un demi-siècle de guerre menée par la plus grande puissance du monde, est pour le moins mensonger.

À part le sadisme et l’orgueil impérial, il n’y a aucune raison valable pour que le blocus se poursuive contre un pays qui ne représente aucune menace pour les États-Unis et qui crée une misère écrasante pour les gens ordinaires que des personnalités comme Donald Trump et Joe Biden prétendent défendre. Et même si la suppression totale du blocus sera un exercice difficile, qui nécessitera l’adhésion du Congrès, le président pourrait au moins, de son propre chef, faire reculer les politiques de Trump, dont il a lui-même reconnu l’abominable échec.

Ne rien faire ne fera que démontrer à quel point le discours de l’establishment sur les droits humains est creux.

Branko Marcetic est un rédacteur de Jacobin et l’auteur de Yesterday’s Man : The Case Against Joe Biden. Il vit à Toronto, au Canada.

Source : Jacobin Mag, Branko Marcetic – 17-07-2021
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

john // 04.08.2021 à 22h55

Est-ce Cuba qui bombarde des pays à régime laïc pour y laisser le chaos ?
Est-ce Cuba qui est le premier vendeur d’armes sur la planète ?
Est-ce Cuba qui met sur écoute ses alliés ?
Est-ce Cuba qui applique des sanctions contre des populations entières ?
Finalement, de Cuba ou des USA, qui sont-ceux qui ont le plus de sang sur les mains ?

17 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 04.08.2021 à 16h23

    Les faits sont vrais. Cuba veut que l’embargo cesse? Je suis d’accord. Que le gouvernement rende à leurs propriétaires tout ce qui a été volé. Ce serait une bonne idée en soi. Non? Non mais franchement, la restitution au peuple a abouti comme partout ailleurs a une catastrophe… pour le peuple. Pas pour la nomenklatura évidemment. Que devient l’ilot bordel de Fidel, à propos. Toujours en activité?

      +4

    Alerter
    • Fernet Branca // 04.08.2021 à 17h39

      Vous devriez vous renseigner sur la prostitution à Cuba à l’époque de Battista et sur la réaction des Cubains après la révolution castriste.

      https://www.monde-diplomatique.fr/1984/03/JULIEN/37916

      https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2016/01/29/crapules-a-cuba_4855778_1655027.html

      Prostitution gérée par Meyer Lansky de la « Yiddish Connection

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Meyer_Lansky

        +25

      Alerter
    • Orhan // 04.08.2021 à 18h24

      Et bien que les propriétaires anglais actuels rendent à la collectivité ce qui a été volé lors des « enclosures » aux XVI et XVII e siècles également. Base de la transformation de paysans en prolétaires sans autre possibilité que vendre leur force de travail.

        +21

      Alerter
    • john // 04.08.2021 à 22h55

      Est-ce Cuba qui bombarde des pays à régime laïc pour y laisser le chaos ?
      Est-ce Cuba qui est le premier vendeur d’armes sur la planète ?
      Est-ce Cuba qui met sur écoute ses alliés ?
      Est-ce Cuba qui applique des sanctions contre des populations entières ?
      Finalement, de Cuba ou des USA, qui sont-ceux qui ont le plus de sang sur les mains ?

        +30

      Alerter
    • Ellilou // 06.08.2021 à 14h58

      Votre profonde et viscérale détestation, qui est votre droit le plus strict, de tout ce qui est de gauche en général et de Cuba en particulier ne devrait pas vous pousser à écrire un tel ramassis d’âneries et de mensonges. C’est vous rabaisser alors que vous ne devez certainement pas être si stupide….camarade 🙂

        +12

      Alerter
    • Koui // 09.08.2021 à 08h33

      Oui , et les descendants d’esclaves, rendez les a leurs propriétaires légitimes. Cuba était si belle au temps des marchés aux esclaves. Et puis les abolitionnistes ont ruiné cette prospérité, comme partout dans le monde.

        +4

      Alerter
  • Fernet Branca // 04.08.2021 à 17h24

    Il faut remercier Branko Marcetic d’être resté assez synthétique sur le sujet.
    Car en restant centré sur les Caraïbes il aurait pu citer les frères Dulles et l’United Fruit et bien d’autres maniganceurs et manigances US.

    Allen Welsh Dulles, né le 7 avril 1893 à Watertown (New York) et mort le 29 janvier 1969 à Washington, est un avocat, diplomate et personnalité du monde des renseignements américaine, premier directeur civil de la Central Intelligence Agency. En fonction du 26 février 1953 au 29 novembre 1961, il est également l’un des sept membres de la commission Warren chargée d’enquêter sur l’assassinat de John F. Kennedy.

    Frère cadet de John Foster Dulles, secrétaire d’État des États-Unis durant la présidence de Dwight D. Eisenhower et actionnaire principal du géant United Fruit Company, société bananière influente dans les républiques bananières d’Amérique latine, Allen Dulles reste un personnage très controversé. Il a été limogé brutalement par John F. Kennedy, le 29 novembre 1961, et ne lui a jamais pardonné[1], à la suite du désastre de la Baie des Cochons (Cuba).

      +13

    Alerter
  • Christian Gedeon // 04.08.2021 à 18h43

    Donc la prostitution. C’est tout votre argument? Parceque la prostitution s’est arrêtée sous les barbudos? Sérieusement? Allons quoi, vous auriez pu parler de corruption par exemple. Ou de procédés illégaux pour accaparer les terrains. Juste la prostitution… si vous connaissez un seul état prostitution free, je vous en prie dites le moi. En attendant si les biens des multinationales fruitières pouvaient être légitimement discutés, vous savez peut être, ou pas que tout a été volé chez les gros, les moyens, les petits, dans les églises, les monastères , les galeries d’art et même dans les bordels. Fidel a crée le sien à usage personnel…et le régime encaisse toujours sans sourciller le très confortable loyer de Guantanamo. Dollars qui vont directement dans la poche du peuple. Je rigole!

      +5

    Alerter
    • Banban // 05.08.2021 à 01h27

      Je cite cette page : https://www.quora.com/What-do-we-pay-Cuba-for-the-lease-of-Guantamo-Bay?share=1

      According to the lease agreement, the lease for Guantanamo Bay is $4,085 per year. It has been $4,085 per year since 1938.
      Cuba, however, refuses to cash the checks, as it claims the lease agreement was imposed under duress and therefore is invalid.

      En Français : Suivant les termes de l’accord, la location pour GB est de $4.085 (QUATRE MILLE QUATRE-VINGT CINQ DOLLARDS US) par an, ce depuis 1938. Notez par contre que Cuba se refuse à accepter le chèque parce qu’elle considère l’accord caduque car imposé par la force.

        +8

      Alerter
      • Christian Gedeon // 05.08.2021 à 06h23

        😂vous y croyez sérieusement? Des qu’il s’agit du mythe castriste on est prêt à croire n’importe quoi pour certains. Comme par exemple qu’un assassin psychopathe comme Guevara était un héros. Même Fidel l’avait compris. Le che a survécu à l’Afrique mais aussitôt renvoyé en Bolivie Fidel a réussi à s’en débarrasser.

          +3

        Alerter
        • kriss34 // 08.08.2021 à 08h10

          Vous pouvez citer vos sources au lieu de récuser celles qu’on vous propose?

            +4

          Alerter
    • Dominique65 // 09.08.2021 à 10h38

      Ok, tu contestes les chiffres donnés par Banban sur le « très confortable loyer de Guantanamo ». Quels sont-ils alors ? Merci d’avance.

        +0

      Alerter
  • scc // 04.08.2021 à 20h07

    Dans le chef des USA, un embargo assorti de sanctions extraterritoriales n’est jamais la cause de la mise à genoux des états qu’ils visent par ce moyen (Iran, Venezuela, Cuba). La cause est toujours la corruption et la mauvaise gestion de leurs gouvernements.
    On se demande finalement pourquoi les USA mettent des états sous embargo et sanctions extra territoriales…

      +9

    Alerter
    • Christian Gedeon // 05.08.2021 à 06h49

      Ils ont juste mis à genoux l’URSS…ça a pris du temps.

        +1

      Alerter
      • Ellilou // 06.08.2021 à 15h02

        Mis à genoux, détruit, vendu, pulvérisé et réduit à la famine la population….chouette bilan en effet!

          +9

        Alerter
  • Maradona // 07.08.2021 à 22h25

    Les aboyeurs n’ont pas changé. Les pitbull n’aiment pas les révolutions. Bien sûr qu’il y a un monde, et souvent des déceptions, lorsqu’on passe de l’utopie à la réalité, mais please, les planqués de Miami, les caniches de scarface et de la mafia, fermez votre bouche qui pue. Qui a assassiné Allende ? USA !
    Qui a rendu l’éducation gratuite, la médecine à la portée de tous, l’aide vers l’Afrique, la formation ?
    Cuba.
    Bonne nuit et viva Fidel

      +12

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications