Les Crises Les Crises
5.février.20195.2.2019 // Les Crises

Disparition. Josette Audin, une vie à rendre justice

Merci 40
J'envoie

Source : L’Humanité, Maud Vergnol, 04-02-2019

Elle avait consacré son existence à ce que la vérité soit faite sur l’assassinat de son mari et la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. Josette Audin est décédée samedi matin à l’âge de 87 ans.

Une grande dame s’est éteinte. Josette Audin est décédée samedi à l’âge de 87 ans, emportant avec elle l’histoire intime de la grande Histoire, celle qu’elle aura contribué à écrire par sa persévérance et son courage. Nous n’oublierons pas son merveilleux sourire, le 13 septembre dernier, lorsque le président de la République est venu chez elle lui demander pardon, « au nom de la République ». Josette aura vécu ce moment avant de s’en aller. Cette reconnaissance officielle de l’assassinat de Maurice Audin par l’armée française, elle y a travaillé plus de soixante ans, affrontant les lâchetés politiques et les mensonges de la Grande Muette. Par amour. Mais aussi pour tous les Algériens victimes de la torture. Car si sa vie a été indissociablement liée au nom de son mari, Josette Audin était une militante communiste, anticolonialiste, dont l’engagement ne s’est jamais affadi. Ces derniers mois, en dépit de la maladie, elle trouvait la force d’être là où son combat devait la mener. Le 12 décembre, elle était au premier rang de l’amphithéâtre de l’Institut Poincaré, pour la cérémonie de remise du prix de mathématiques Maurice-Audin. Le 14 septembre, elle avait tenu à venir à la Fête de l’Humanité, pour partager avec les siens la formidable victoire politique de la reconnaissance, la veille, du crime d’État par Emmanuel Macron. Le public de la Fête le lui avait bien rendu, par un de ces instants magiques où l’émotion n’a plus besoin de mots. À l’Agora, sa frêle silhouette avait soulevé l’admiration et le respect d’un public qui a partagé son engagement pendant toutes ces années. Celui qui a permis que le nom de Maurice Audin ne tombe pas dans l’oubli.

Le 11 juin 1957, un commando de parachutistes l’arrache au bonheur

Sa vie a basculé en 1957. Josette a 25 ans. Militante du Parti communiste algérien (PCA), elle a rencontré Maurice Audin cinq ans plus tôt, à la faculté d’Alger. Ils partagent l’amour des mathématiques, de l’Algérie et de son peuple. Un pays où elle est née et a grandi, dans le quartier de Bab El Oued. « On était conscient des risques qu’on prenait, expliquait Josette Audin, mais nous étions révoltés par le colonialisme. On ne supportait pas de voir des gosses algériens cirer les chaussures dans les rues, au lieu d’aller à l’école. Au marché, si le vendeur était arabe, tout le monde le tutoyait. Nous ne l’acceptions pas ». Au mois de juin 1957, l’un des plus meurtriers de la bataille d’Alger, le jeune couple héberge des militants clandestins dans son appartement de la rue Flaubert, dans le quartier du Champ-de-Manœuvre. C’est ici que, vers 23 heures, le 11 juin 1957, des parachutistes tambourinent à leur porte, derrière laquelle dorment leurs trois enfants : Michèle, 3 ans, Louis, 18 mois, et Pierre, un mois. « Quand est-ce qu’il va revenir ? » demande Josette Audin, alors que son mari est enlevé par l’armée. « S’il est raisonnable, il sera de retour dans une heure », lui répond un capitaine. « Occupe-toi des enfants », a le temps de lui lancer Maurice Audin. Ce seront les derniers mots qu’elle entendra de lui, qui n’est jamais revenu. Et Josette n’a jamais cru à la thèse de l’évasion avancée par les autorités. « Jamais », assurait-elle. « Il aurait tout fait pour prendre contact avec moi .».Depuis ce jour où un commando de parachutistes l’a arrachée au bonheur, Josette ne s’est jamais résignée.

Josette Audin n’a jamais renoncé, ne s’est jamais résignée

« Mon mari s’appelait Maurice Audin. Pour moi il s’appelle toujours ainsi, au présent, puisqu’il reste entre la vie et la mort qui ne m’a jamais été signifiée », écrivait-elle en 2007 dans un courrier adressé à Nicolas Sarkozy, publié dans nos colonnes, resté lettre morte. Inflexible, pendant plus de soixante ans, Josette n’a jamais renoncé à sa quête de vérité. Dès le 4 juillet 1957, elle porte plainte contre X pour homicide volontaire. La famille de Maurice Audin est la seule à l’épauler dans ces semaines pénibles, où les soutiens se font rares. Les collègues de la faculté ne se précipitent pas pour l’aider. Quant aux camarades, « c’était trop dangereux pour eux de me contacter ». L’instruction de l’affaire, commencée en juillet 1957 à Alger, est transférée à Rennes en 1960. Deux ans plus tard, un premier non-lieu sera prononcé pour « insuffisance de charges ». Mais Josette Audin ne baisse pas les bras. C’est une battante, une militante. Elle décide de rester vivre en Algérie et, après l’indépendance, elle fait le choix de devenir fonctionnaire algérienne, quitte à perdre beaucoup de salaire. Ce n’est qu’à l’été 1966, après le coup d’État de Boumédiène, qu’elle se résout à partir en France, pour protéger sa famille. « On a annoncé à tout le monde, aux voisins, qu’on allait passer l’été dans le sud de l’Algérie. Ma mère avait tout organisé. On a atterri pour une autre vie à Étampes », raconte Pierre Audin, son plus jeune fils, lui aussi mathématicien. « Pas de chance, le proviseur du lycée où ma mère enseignait était au FN. Donc on est partis vivre à Argenteuil… » Quelques semaines après son arrivée en France, en décembre 1966, la Cour de cassation déclare l’affaire « éteinte ». Mais les plaies sont toujours ouvertes. « Ma mère n’en parlait jamais. C’était son jardin secret, et on l’a respecté, confie Pierre Audin. Il y avait son portrait partout, je me doutais que c’était un héros, mais je ne savais pas pourquoi. Un jour, je suis tombé sur un livre dans la bibliothèque, intitulé l’Affaire Audin… »

La reconnaissance par Macron, une victoire personnelle et politique

Les années passent, et chaque nouvelle étape de l’affaire replonge Josette Audin dans ce deuil impossible. Elle ne s’est jamais remariée. Au début des années 2000, alors que les tortionnaires soulagent leur conscience dans la presse française, Josette remonte au front et dépose une nouvelle plainte contre X pour séquestration, qui aboutira encore à un non-lieu. Elle refuse de rencontrer en privé la famille des assassins de son mari : « Si la vérité doit advenir, explique-t-elle, il faut que cela soit devant tout le monde, devant la justice de la République. » L’espoir, la lassitude, la colère… En janvier dernier, à l’Assemblée nationale, à 87 ans, elle était venue redire, avec une incroyable dignité, qu’elle espérait toujours que « la France, pays des droits de l’homme, condamne la torture, ceux qui l’ont utilisée, et ceux qui l’ont autorisée ». Ce jour-là, le mathématicien Cédric Villani est à ses côtés. Le député LaREM en est convaincu : Emmanuel Macron doit reconnaître ce crime d’État. Simultanément, l’Humanité publie des témoignages d’appelés qui racontent l’horreur de la torture et remettent dans le débat public les pratiques de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Une lettre ouverte adressée au président de la République, signée par de nombreuses personnalités, est également publiée dans nos colonnes. « Des deux côtés de la Méditerranée, les mémoires algérienne et française resteront hantées par les horreurs qui ont marqué cette guerre, tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue », affirme le texte. Trois mois plus tard, grâce au geste historique du chef de l’État, la France regarde en face l’une des pages les plus sombres de la colonisation. Car le sort d’un homme révéla tout un système : celui de la pratique généralisée de la torture pendant la guerre d’Algérie.

Le 13 septembre dernier, dans le salon de Josette, où Maurice Audin est partout, éternel jeune homme de 25 ans immortalisé par des clichés posés sur les étagères du salon, une page d’histoire s’est écrite. Un dialogue entre Emmanuel Macron et Josette Audin en dit long : « Je vous remercie sincèrement », lui dit-elle. « C’est à moi de vous demander pardon, donc vous ne me dites rien. On restaure un peu de ce qui devait être fait », répond Emmanuel Macron. « Oui, enfin, je vous remercie quand même ! » lui rétorque Josette Audin d’un air malicieux. Le président : « Je vois que l’indiscipline continue »… L’insoumission, l’indocilité plutôt. Le combat de Josette Audin, exemplaire, lui survivra. Nous y veillerons. Pendant soixante ans, nos colonnes ont tenté de l’accompagner dans son juste combat. C’est dire si les équipes de l’Humanité ont du chagrin aujourd’hui. À ses enfants, Michèle et Pierre, ses petits-enfants, et toute sa famille, elle adresse ses condoléances les plus chaleureuses.

Source : L’Humanité, Maud Vergnol, 04-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

paulomack // 05.02.2019 à 07h35

Causeur -Audin, membre du Parti communiste algérien, s’était engagé non pas au nom de la France, mais au nom d’une Algérie indépendante, non pas comme « Français » mais comme « Algérien »
Se serait-il d’ailleurs engagé s’il avait su que dès l’indépendance acquise, les députés de la première Assemblée constituante algérienne, s’empresseront d’adopter un Code de la nationalité n’accordant automatiquement la nationalité algérienne qu’aux seuls musulmans, obligeant les autres à en faire la demande, humiliation à laquelle se refusèrent la quasi-totalité des communistes non-musulmans, dont son épouse Josette et sa famille, quitte à aller habiter dans le pays combattu, la France, et à en garder la nationalité ?

25 réactions et commentaires

  • Bèbert le fou // 05.02.2019 à 06h49

    Les belles histoires ripolinées de l’Histoire de France cachent les turpitudes sans nom commises par les forces dirigeantes du pays, qu’elles soient monarchiques ou républicaines. Pour ne reprendre que quelques uns des poncifs les plus connus, le règne de Louis XIV n’a été en fait qu’une succession de guerres ravageant l’Europe et Napoléon lui a emboîté le pas.
    Avec Audin, on aborde la colonisation qui n’a été que pillages et massacres, terminée par des guerres d’indépendance où la France a perdu son honneur.
    Les récents épisodes du Mali, du Centre Afrique, de Lybie, de Syrie montrent que les mauvaises habitudes ont la vie dure. Elles continuent avec les dernières macroneries (*) sur le Venezuela.

    * : mot valise formé sur connerie et sur l’autre

      +22

    Alerter
  • paulomack // 05.02.2019 à 07h35

    Causeur -Audin, membre du Parti communiste algérien, s’était engagé non pas au nom de la France, mais au nom d’une Algérie indépendante, non pas comme « Français » mais comme « Algérien »
    Se serait-il d’ailleurs engagé s’il avait su que dès l’indépendance acquise, les députés de la première Assemblée constituante algérienne, s’empresseront d’adopter un Code de la nationalité n’accordant automatiquement la nationalité algérienne qu’aux seuls musulmans, obligeant les autres à en faire la demande, humiliation à laquelle se refusèrent la quasi-totalité des communistes non-musulmans, dont son épouse Josette et sa famille, quitte à aller habiter dans le pays combattu, la France, et à en garder la nationalité ?

      +27

    Alerter
    • Bèbert le fou // 05.02.2019 à 07h42

      Ça n’a rien avoir. Le fait que le pays colonisé qui se libère prend ensuite une direction qui vous déplaise n’excuse en rien le colonisateur à coloniser encore et toujours.

        +18

      Alerter
      • Babar // 05.02.2019 à 08h51

        Certes, mais pour un militant s’engageant au nom des libertés, c’est un peu rude. Entre Fernand Yvetot guillotiné en 57 pour avoir posé une bombe sur son lieu de travail en dehors des heures de présence humaine pour éviter morts ou blessés, Michel Audin torturé et éxécuté comme d’autres, les communistes français inscrits au PC algérien au nom de la liberté égalité fraternité ont lourdement payé.
        Je ne connaissais pas le le code de nationalité plaçant la religion comme condition nécessaire mais on s’éloigne des 3 concepts inscrits au fronton des mairies qui ont motivé l’engagement de ces militants car ils les voyaient bafoués par la colonisation…

          +13

        Alerter
      • R.C. // 05.02.2019 à 08h59

        Ça n’exonère en rien des comportements troubles des “libérateurs”. Qui se souvient comment le FLN a liquidé, très rapidement, dès avant 1962, toutes les organisations concurrentes (et, bien évidemment, leurs militants) pour établir sa suprématie ?

          +15

        Alerter
    • gerard // 05.02.2019 à 13h57

      Pour avoir la nette certitude, il faudrait peut etre aller voir de l’autre cote de la mediterrannee et prendre le pouls.

        +0

      Alerter
    • Atdahman // 07.02.2019 à 16h02

      Vous vous trompez. C’est les Accords d’Evian qui disposaient que les “européens ” restaient français et disposaient d’un délais de cinq ans pour opter événement pour la nationalité algérienne. Inversement, les algériens musulmans (auparavant on disait indigènes) avaient un délais de cinq ans pour être “réintégrés” dans la nationalité française. Ne noircissez par trop les faits historiques : dans leur écrasante majorité les algériens ont accueilli fraternellement et avec une profonde gratitude, les très rares juifs et européens qui ont combattu à leurs côtés. Dès 1962 une des plus grande place qui jouxte l’Université d’Alger porte le nom de Maurice Audin

        +0

      Alerter
      • At Dahman // 09.02.2019 à 10h28

        Je constate avec regret, que nombre d’intervenants n’ont toujours pas fini de ressasser, soixante ans après, leur nostalgie du bon vieux temps des colonies! Oser insulter la grande dame qui vient de nous quitter est tout simplement ignoble!

          +0

        Alerter
  • peio // 05.02.2019 à 08h49

    Audin avait choisi ,comme le parti communiste algerien,le camp de la trahison.Avec comme bilan l’assassinat de nombreux europeens et musulmans de tous ages.Il etait dans le camp des porteurs de valises ,intellectuels europeens,qui apportaient en Algerie la collecte des fonds qui servaient à l’achat des armes qui abattaient les soldats français.
    Meme combat pour l’aspirant Maillot,communiste lui aussi, qui deserta avec les armes de sa section et fut abattu par les harkis du bachagha Boualem,officier français
    Alors pas de larmes de crocodiles pour les ennemis de la France et des Français.
    Reservons les aux 150000 harkis et les milliers d’europeens qui avaient fait confiance à notre pays et furent abattus par le FLN, et l’ALN avec la plus grande cruautéapres l’independance de juillet 1962
    PE

      +21

    Alerter
    • kokkino // 05.02.2019 à 19h23

      Il faudrait faire l’effort de vous départir de ces propos rancis de propagande qui sentent bon son OAS. Nous sommes en 2019 et beaucoup d’ouvrages de qualité éclairent avec beaucoup d’intelligence cette période de notre histoire. D’abord il faudrait que vous réalisiez que ces communistes engagés aux côtés des résistants Algériens n’ont jamais trahi la République, bien au contraire. Savez-vous aussi que la référence des principaux responsables du FLN n’était autre que Jean Moulin ? En fait tout votre discours est du même tonneau que celui que les vychistes et la Milice tenaient à propos des terroristes FTPF ainsi que des héros de l’Affiche rouge (communistes également pour beaucoup d’entre eux). Il faudrait évoluer un peu et vous débarrasser de toute cette haine qui vous aveugle.

        +2

      Alerter
      • Jean-Marc // 05.02.2019 à 20h14

        se débarrasser de la haine à l’égard de ceux qui ont assassinés nos proches ? Ces communistes n’ont peut-être pas trahis la République mais au service d’une puissance étrangère et d’une idéologie mortifère ils ont trahis leur pays et leurs compatriotes. Avez vous la même attitude envers Maurice Merah qu’avec MohamedAudin ? Voyez vous la moindre différence dans leur comportement ?
        Pensez-vous que Mme Fatma Audin ait eu scrupule à occuper en Algérie un bien dont avait été dépossédé un pied noir ?

          +2

        Alerter
      • Alfred // 05.02.2019 à 22h29

        Regardez vous dans un miroir et vous y verrez ce que vous peignez sur le visage d’autrui.
        Pour ce qui me concerne le passé c’est le passé et la page est tournée; simplement cessez donc de distribuer les bons et les mauvais points, c’est le meilleurs moyen de faire durer les choses.
        C’était une sale guerre civile et les militants communistes n’étaient pas plus saints que les militants de l’OAS. Djamila Amrane-Minne, née (Danièle Minne) a bien posé des bombes qui ont tué des innocent(e)s et mutilé des enfants. Ce n’est pas la seule loin de là.
        Le passage sur les responsable FLN faisant référence à Jean Moulin vaut son pesant de cacahouetes. Bien sur qu’ils pouvaient le faire (et à juste titre) mais quelle hémiplégie! Le FLN a surtout été un parti hégémonique plus que de libération. Il a passé autant si ce n’est plus d’énergie à se débarrasser de la concurrence qu’à lutter contre l’état colonial.
        Au passage, que diriez vous si Nina Ferrand (née Myriam Bouraoui) (au pif les noms) faisait peter des bombes dans les bar à chicha du 93 au motif que les immigrés colonisent son pays? Vous ne diriez pas qu’elle trahi la république et que c’est uen criminelle? C’est exactement pareil. Dans les deux cas des personnes se permettent d’en assassiner d’autres. Vous ne pouvez pas en repeindre certains en blancs au motif qu’ils sont ou étaient dans le camp qui vous convient.
        Bref vos propos valent bien ceux de peio.

          +0

        Alerter
    • RGT // 07.02.2019 à 08h12

      Pour rebondir sur vos propos, les résistants avaient choisi, comme le parti communiste et les gaullistes français, le camp de la trahison…

      Mon grand-père, résistant gaulliste de la première heure (qui a toujours refusé les décorations et les honneurs pour éviter d’être mélangé aux opportunistes de la dernière heure) était totalement opposé à ce que la France fasse à d’autres peuples ce qu’elle avait subi dans un passé récent.

      Et quand mon père a été appelé pour “participer” à la répression d’un peuple qui souhaitait seulement se libérer de ses chaînes il a contacté le médecin militaire chargé de l’examen des recrues (ancien VRAI résistant comme lui) pour lui demander d’éviter que son fils ne soit à jamais souillé par cette infamie.

      Mon père a donc été réformé et n’a pas eu à souffrir des séquelles de ce conflit ignoble, contrairement à la majorité de ses amis qui en sont revenus ruinés.

      Par contre, que Macron fasse “amende honorable” devant les caméras me dégoûte fortement.
      Encore un coup de pub’ de la part de ses conseillers en communication qui sert juste à faire oublier qu’il est en guerre contre le peuple de France et qu’il ne lâchera pas le morceau.

      Les derniers événements ne laissent aucun doute à ce sujet.
      Et bientôt nos “divins élus” ne manqueront pas de faire un parallèle entre les gilets jaunes et le FLN.
      Gilets jaunes qui, nous le savons tous, torturent et massacrent sans retenue les “serviteurs de l’état” qui viennent gentiment “rétablir la république” avec des bouquets de fleurs fournis par l’Élysée.

        +1

      Alerter
  • cediv // 05.02.2019 à 12h02

    Et sur les exactions du FLN, elle dit quoi ? La torture n’est pas excusable en principe mais c’est un sujet extrêmement difficile qui ne peut pas se traiter au travers d’un article aussi partial.

      +5

    Alerter
    • haricophile // 05.02.2019 à 13h13

      C’est certain que les exactions totalement gratuites du FLN sont LE principal problème, la cause unique de tout, et la justification ultime de nos actions nous donnant le droit de commettre toutes les horreurs au nom du bien :
      http://www.seuil.com/ouvrage/l-honneur-de-saint-arnaud-francois-maspero/9782021051735

        +1

      Alerter
      • cediv // 05.02.2019 à 16h47

        cher haricot, je ne vois pas en quoi je justifie la colonisation comme vous semblez le croire. Vous savez bien sûr par ailleurs que les tribus qui peuplaient l’Algérie d’alors (étant entendu qu’en 1830 l’Algérie n’existe pas) n’ont pas attendu le colonisateur pour s’entretuer gaillardement. Mais bon, puisqu’il faut un bouc émissaire au ratage monumental du FLN dans la gestion de l’Algérie, choisissons le colonisateur. Il y aurait bcp à dire d’ailleurs. Je remarque simplement que l’article est à sens unique, comme semble l’être la pensée de Mme Audin.

          +11

        Alerter
        • RGT // 07.02.2019 à 08h23

          Ces problèmes concernaient uniquement les tribus locales qui auraient pu trouver une solution pacifique à leurs différents.

          Quand l’armée française est intervenue sur ces terres elle a été un rouleau compresseur (comme l’armée allemande) et a totalement écrasé les populations locales dans un bain de sang.

          Ne pensez-vous pas qu’au lieu de faire des “guerres humanitaires” les occidentaux feraient mieux de laisser les autochtones résoudre leurs problèmes par eux-mêmes ?

          Hélas, la conquête du “far west” est une habitude occidentale qui permet d’abuser des différences de moyens pour spolier les autres peuples et voler leurs ressources au nom du “bien”, pour leur bien.

          Et bien sûr, comme d’habitude, le fruit des rapines ne profite JAMAIS à la population du pays conquérant qui se retrouve ensuite accusée d’être responsable de ce désastre…

          Et les descendants des instigateurs de ces opérations peu glorieuses conservent bien sûr les “avantages acquis” sans en faire bénéficier les “gueux” qui ne sont là que pour servir de chair à canon et se serrer la ceinture pour permettre de financer ces crimes si profitables aux “élites”.

            +1

          Alerter
  • petitjean // 05.02.2019 à 12h47

    Un article du journal communiste “l’Humanité”
    organe propagande en faillite
    “En cessation de paiements, le quotidien communiste l’Humanité a été placé « sous la protection du tribunal de commerce de Bobigny ». La décision du tribunal sera rendue le 7 février prochain.
    C’est son directeur Patrick Le Hyaric qui a annoncé la nouvelle il y a quelques jours. Il revendique la solidarité, pour les 175 salariés et 124 journalistes qui y travaillent. Il appelait lundi dernier dans un billet ses lecteurs à la « mobilisation générale », souhaitant qu’un « soutien populaire et citoyen » se mette en place pour aider le journal à surmonter ses difficultés financières tandis que le SNJ, syndicat des journalistes, appelait également à soutenir le quotidien.
    Un soutien affiché et assumé à Mao et à Staline
    Une chose est certaine, ni Mao, ni Staline, ces deux grands criminels anciennement chouchous du journal, ne pourront plus lui venir en aide.”

      +3

    Alerter
    • RGT // 07.02.2019 à 08h27

      Que ce quotidien ait des problèmes financiers n’a strictement rien à voir avec l’article qui est proposé.

      Une attaque ad hominem n’est JAMAIS à la gloire de celui qui la commet.

      Vous pourriez aller chercher des arguments valables pour critiquer cet article, mais abstenez-vous de taper en dessous de la ceinture je vous prie.

      P.S. Je ne suis PAS communiste et je ne l’ai JAMAIS été.

      Par contre, je respecte les positions des autres, particulièrement si elles sont argumentées, et je ne m’adonne pas à des diversions honteuses pour discréditer les personnes qui ont une opinion différente de la mienne.

        +1

      Alerter
  • le Ci-devantGuetta // 05.02.2019 à 13h46

    Hommage au combat de cette femme pour la mémoire d’un honnête homme, son mari, engagé pour les idéaux humanistes, républicains, de libération et d’indépendance, exécuté par les ennemis farouches et organisés de ces idéaux.
    Ils sont toujours là.
    E. Macron l’a saluée au nom de la Nation.
    J’approuve et l’en remercie.

      +0

    Alerter
  • Tony A // 05.02.2019 à 17h14

    J’ai été le collègue de Josette Audin pendant plus de douze ans.
    C’était une femme très humble, d’humeur toujours égale, qui s’exprimait avec beaucoup de douceur. On voyait dans son regard que sa vie s’était arrêtée le jour où elle comprit que son époux était mort sous la torture.
    Depuis, elle n’avait pour centres d’intérêts que son travail, ses enfants et son combat pour faire la lumière sur la disparition de Maurice Audin.
    Je suis consterné de lire des propos si peu amènes. Je souhaite à ceux qui les écrivent de ne jamais connaître un tel malheur.

      +8

    Alerter
    • Jean-Marc // 05.02.2019 à 20h32

      Combien de soldats, de musulmans fidéles à la France et de pieds noirs assassinés sont morts pour la France et ont laissé derrière eux des parents et des veuves éplorées ? Fatma Audin faisait délibérément partie de ceux qui les ont tués. J’espére que vous éprouvez la même sollicitude pour ces victimes innocentes que pour cette femme ?

        +2

      Alerter
  • Narm // 05.02.2019 à 17h33

    On sent encore le feu couver sous les cendres…..
    Triste histoire qui a marquée et divisé les peuples des deux pays.

    J’en déduis qu’il faudra encore attendre 22 ans (peut-être) pour avoir une reconnaissance sur la mort de Robert Boulin ?

    Trop souvent l’histoire sent mauvais. Au moins pourra-t-on se réjouir que cette femme soit partie en paix.
    Dire qu’aujourd’hui “on” gaze, souvent sans raison. Maintien de l’ordre qu’ils disent….

      +1

    Alerter
  • clauzip 12 // 05.02.2019 à 17h45

    EN 1961,j’avais 17 ans.
    Malgré l’avis de mon père ,pro algérie française je refusais de tirer sur qui que ce soit.
    Je décidais pour éviter cette situation de m’engager pour 3 ans dans les pompiers de Paris.
    Si je n’avais pas été admis,je me serais fait placer dans le statut d’objecteur de conscience avec un service de 2 ans.
    Je me félicite de ce choix malgré que ,ne connaissant pas les dérives criminelles de l’armée française en Algérie.
    J’ai connu un officier,lieutenant qui ,en ayant eu connaissance à abandonné l’armée,bien qu’issu de st Cyr!!

      +3

    Alerter
  • ima // 05.02.2019 à 18h16

    Qui était le ministre de l’intérieur qui, en visite en Algérie (3 départements français) exigea des “résultats” des militaires en précisant qu’il ne voulait pas savoir comment ils seront obtenus ?
    François Mitterrand dans le gouvernement socialiste de Guy Mollet;
    Ne jamais oublier ceux qui donnent les ordres !

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications