Les Crises Les Crises
17.avril.201817.4.2018 // Les Crises

En quête de vérité dans les décombres de Douma – et les doutes d’un médecin sur l’attaque chimique, par Robert Fisk

Merci 32
J'envoie

Le reportage exclusif de Robert Fisk, du journal de centre gauche The Independent, qui a enquêté à Douma.

On restera évidemment prudent et plein de circonspection, tant la guerre de propagande fait rage entre les différents camps.

Source : Robert Fisk, The Independent, 16/04/2018

Exclusif : Robert Fisk rend visite à la Clinique syrienne au cœur d’une crise globale.

C’est l’histoire d’une ville appelée Douma, un endroit putride, ravagé, plein d’immeubles résidentiels défoncés, et où se trouve une clinique souterraine dont les images de souffrance ont permis à 3 des plus grandes puissances du monde occidental de bombarder la Syrie la semaine dernière. Il y a même un docteur sympa en blouse verte qui, alors que je le localise justement dans cette même clinique, me dit avec entrain que la vidéo du « gaz » qui a horrifié la planète – malgré tous les sceptiques – est absolument authentique.

Les récits de guerre, cependant, ont pour habitude de tourner au cauchemar. Et ce même médecin-chef syrien de 58 ans ajoute ensuite une chose profondément dérangeante : les patients, dit-il, ont été exposés non pas à du gaz, mais à un manque d’oxygène (hypoxie) dans les tunnels jonchés de déchets, et dans les sous-sols où ils vivaient, au cours d’une nuit de grand vent et de bombardements intensifs qui ont déclenché une tempête de poussière.

Tandis que le docteur Assim Rahaibani énonce cette conclusion extraordinaire, il est important d’observer qu’il n’est pas, de son propre aveu, un témoin lui-même, et que bon angliciste, il se réfère 2 fois aux djihadistes armés de Jaish el-islam [l’armée de l’Islam] à Douma comme à des terroristes, l’expression du régime qui désigne ses ennemis, et un terme utilisé par beaucoup de gens partout en Syrie. Ai-je bien entendu ? Quelle version des événements sommes-nous supposés croire ?

Par malchance aussi, les médecins de garde lors de cette nuit du 7 avril sont tous les 2 à Damas, afin d’apporter leurs indices de preuve à une enquête sur les armes chimiques, qui devra tenter de fournir une réponse définitive à cette question dans les semaines à venir.

Entretemps, la France a dit qu’elle avait « la preuve » que des armes chimiques avaient été utilisées, et les médias US ont cité des sources qui attestaient aussi ce fait. L’Organisation Mondiale de la Santé a aussi déclaré que ses partenaires sur le terrain traitaient 500 patients « présentant des signes et des symptômes correspondants à une exposition à des substances chimiques toxiques. »

Au même moment, les inspecteurs de l’OPCW, [Organisation pour l’Interdiction des Armes chimiques OIAC], sont dans l’impossibilité de parvenir ici sur le site de l’attaque au gaz alléguée, apparemment parce qu’ils n’avaient pas les bonnes autorisations de l’ONU.

Avant d’aller plus loin, les lecteurs doivent savoir que ce n’est pas le seul récit qui a cours à Douma. Il y a beaucoup de gens avec qui j’ai discuté au milieu des ruines qui déclarent qu’ils n’ont jamais cru à ces histoires de gaz – qui ont été fabriquées, disent-ils, par les groupes islamistes armés. Ces djihadistes d’un genre particulier ont survécu sous un déluge d’obus, en vivant dans les logements d’autres gens, et dans de vastes et larges tunnels équipés de routes souterraines creusées dans la roche par des prisonniers à l’aide de pioches sur 3 niveaux sous la ville. Je me suis promené dans 3 d’entre eux hier, des couloirs immenses faits de roche naturelle qui contenaient encore des roquettes russes – oui, russes – et des voitures carbonisées.

Ainsi, l’histoire de Douma n’est donc pas qu’une histoire de gaz ou pas, comme l’affaire en a l’air. Il s’agit de celle de milliers de gens qui ont choisi de ne pas évacuer la zone dans des bus la semaine dernière, aux côtés des combattants avec lesquels ils étaient forcés de vivre comme des troglodytes pendant des mois afin de survivre. Je me suis promené dans cette ville assez librement hier, sans soldats, sans policiers ou garde du corps qui scrute mes pas, juste 2 amis syriens, un appareil photo et un carnet. Parfois je devais escalader des remparts de plus de 6 mètres, ou gravir comme des murs de terre. Heureux de trouver un étranger parmi eux, plus heureux encore que le siège de la ville soit enfin terminé, la plupart ont le sourire ; enfin ceux dont vous pouvez voir les visages bien sûr, parce qu’à Douma, un nombre surprenant de femmes portent le hijab noir qui couvre tout leur corps.

Je me suis d’abord rendu à Douma en tant que membre d’un convoi de journalistes sous escorte. Mais une fois qu’un général ennuyeux nous eût annoncé sur le parvis d’une mairie démolie « Je n’ai pas d’informations. » – ce foutu langage officiel arabe d’une utilité remarquable – je me suis éclipsé. Plusieurs autres reporters, la plupart syriens, en firent autant. Même un groupe de journalistes russes – tous en treillis militaire – s’écarta du groupe.

Je pus rejoindre au bout d’une courte marche le docteur Rahaibani. Depuis la porte de sa clinique souterraine – appelée « Point 200 », dans la géologie bizarre de cette ville partiellement enterrée – il y a un couloir qui descend. C’est là où il m’a montré son hôpital inférieur, et les quelques lits où une petite fille pleurait tandis que des infirmières s’occupaient d’une coupure au-dessus de son œil.

« J’étais avec ma famille dans le sous-sol de ma maison, à 300 mètres d’ici au cours de la nuit. Mais tous les docteurs ici savent ce qui s’est passé. Il y avait un bombardement intense [par les forces gouvernementales] et les avions survolaient toujours Douma la nuit – mais cette nuit-là, il y avait du vent et des nuages de poussière gigantesques se sont engouffrés dans les sous-sols et les caves où les gens vivent. Des personnes qui souffraient d’hypoxie, en manque d’oxygène, commencèrent à arriver ici. C’est alors que quelqu’un à la porte, un « Casque Blanc », cria « Gaz ! », et ce fut la panique. Les gens se mirent à s’asperger d’eau les uns les autres. Oui, la vidéo a été filmée ici, elle est authentique, mais ce que vous voyez, ce sont des gens qui souffrent d’hypoxie – et non d’empoisonnement au gaz. »

Le correspondant pour le Moyen Orient de l’INDEPENDENT Robert Fisk dans l’un des tronçons de tunnels déblayé sous Douma par des prisonniers des rebelles syriens (yara Ismail)

Bizarrement, après avoir bavardé avec plus de 20 personnes, je me suis retrouvé incapable d’en trouver une seule qui montre le moindre intérêt pour le rôle que Douma avait pu jouer dans le déclenchement des attaques occidentales. En fait, 2 m’ont même dit qu’elles ignoraient qu’il y avait un lien.

Mais c’est un monde étrange dans lequel je me suis aventuré. 2 hommes, Hussam et Nazir Abu Aishe, me confièrent qu’ils étaient incapables de me dire combien de personnes avaient été tuées à Douma, bien que le second eût admis qu’il avait un cousin qui avait été exécuté par Jaish el-Islam [l’armée de l’Islam], pour avoir été suspecté d’être « proche du régime ». Ils haussèrent les épaules lorsque je les interrogeai sur les 43 personnes censées avoir péri lors de l’infâme attaque de Douma.

Les Casques Blancs – les secouristes médicaux déjà célèbres en occident mais dont la propre histoire présente des recoins intéressants – ont joué un rôle désormais bien connu durant les combats. Ils sont en partie financés par le Foreign Office [Ministère des Affaires Etrangères britannique], et la plupart des bureaux locaux étaient administrés par des hommes de Douma. J’ai retrouvé leurs bureaux démolis pas très loin de la clinique du docteur Rahaibani. Un masque à gaz trainait sur un container de nourriture avec un œil percé, et une pièce était occupée par une pile d’uniformes camouflés très sales. Mise en scène ? Je me le suis demandé mais j’en doute. L’endroit était jonché de capsules, d’équipements médicaux hors d’usage, et de dossiers, de lits et de matelas.

Bien sûr que nous devons écouter leur version des faits, mais ce ne sera pas le cas ici : Une femme nous a dit que tous les membres des Casques Blancs à Douma avaient abandonné leur Quartier Général et choisi de prendre les bus affrétés par le Gouvernement et protégés par les Russes, pour rejoindre la province rebelle d’Idlib avec les groupes armés, lorsque la trêve fut négociée.

Les étalages étaient ouverts, il y avait une patrouille de la Police militaire russe – un ajout optionnel lors de tout cessez-le-feu en Syrie à présent – et personne ne s’était même donné la peine d’investir les sous-sols de la prison islamiste interdite près du Square des Martyrs où les victimes étaient supposées être décapitées. Le complément de Police civile est fourni par le Ministère de l’Intérieur – ils portent de façon étrange des vêtements militaires – et ils sont surveillés par les Russes qui eux-mêmes peuvent – ou pas- être sous surveillance des seconds. Là encore, mes questions sérieuses sur le gaz furent accueillies avec ce qui sembla être une authentique perplexité.

Comment se pourrait-il que des réfugiés en provenance de Douma arrivés jusque dans les camps de Turquie aient pu décrire une attaque au gaz dont personne aujourd’hui à Douma ne semble se souvenir ? Je me suis dit, alors que je marchais dans les tunnels entrecroisés de ces misérables prisonniers, que les citoyens de Douma vivaient si isolés les uns des autres depuis si longtemps que « l’information » au sens que nous lui prêtons, n’avait tout simplement aucune signification pour eux. « La Syrie n’en produit pas comme la démocratie à la Jefferson » – comme j’aime cyniquement à le dire à mes collègues arabes – et c’est effectivement une dictature impitoyable, mais pas au point d’intimider ces gens heureux de voir des étrangers parmi eux, et de les empêcher de réagir avec quelques paroles de vérité. Alors que m’ont-ils dit ?

Ils m’ont parlé des islamistes sous le pouvoir desquels ils ont été obligés de vivre. Ils m’ont parlé de la façon dont les groupes armés avaient volé des logements aux civils pour se prémunir du gouvernement syrien et des bombardements russes. Les [islamistes de] Jaish el-Islam avaient brûlé leurs bureaux avant de fuir, mais les constructions massives qu’ils avaient édifiées à l’intérieur des zones de sécurité avaient été presque toutes réduites en bouillie par les raids aériens. Un colonel syrien que j’ai rencontré derrière l’une de ces constructions m’a demandé si je voulais me rendre compte de la profondeur de ces tunnels. Je me suis arrêté au bout de 2 kilomètres, lorsqu’il me fit observer en langage codé que « ce tunnel pourrait aussi bien mener jusqu’à la Grande Bretagne. » Ah oui… Mme May, me dis-je, dont les frappes aériennes ont été si intimement liées à ce lieu de tunnels et de poussière… Et de gaz ?

Source : Robert Fisk, The Independent, 16/04/2018

Traduit par BR pour le site www.les-crises.fr.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kami74 // 17.04.2018 à 11h40

On lira cet article avec autant plus d’attention que Robert Fisk est un des derniers grands journalistes britanniques, qui couvre le Moyen-Orient depuis des décennies, n’hésite pas à se rendre dans des zones en guerre pour obtenir des informations de première main, et a suffisamment de crédibilité pour dire ou écrire des choses qui fâchent (par exemple il a accusé les États-Unis d’avoir intentionnellement pris des journalistes pour cibles en Iraq lors de l’invasion).

Le fait qu’un journaliste sérieux et respecté remette en cause la propagande occidentale est une excellente nouvelle, et pourrait faire changer d’avis ceux qui sentent que dans cette affaire la version “officielle” est bien trop caricaturale pour être crédible, mais ont besoin d’éléments factuels pour être convaincus.

102 réactions et commentaires

  • wesson // 17.04.2018 à 11h16

    En même temps, vous avez Arwa Darmon, journaliste à CNN qui confirme l’attaque chimique à la Douma … en reniflant le sac à dos des enfants.

    https://twitter.com/ikhras/status/985574324256952320?s=20

    Les inspecteurs de l’OIAC peuvent repartir: la preuve est établie !

     48

    Alerter
    • rosecestlamort // 17.04.2018 à 11h40

      Remarque en France on a bien claqué des millions pour des avions renifleurs, niveau crédulité, c’est remonté jusqu’au sommet de l’état, pas juste une idiote équipée d’une carte de presse. Ok ça date mais ça me fait toujours rire 🙂

       21

      Alerter
    • Nate // 17.04.2018 à 14h19

      Bonjour,

      En regardant la vidéo originale, on entend la journalise en question dire “There is definitely something that stings”. On peut élaborer, mais je ne vois pas en quoi son commentaire “confirme qu’il y a *clairement* eu une attaque chimique par le régime” comme écrit sur le post Twitter joint.

      (Vidéo en question : https://edition.cnn.com/videos/world/2018/04/15/exclusive-syria-chemical-attack-victims-damon-pkg.cnn )

      Edit : Je ne soutiens ni CNN ni cette journaliste. J’essaie d’analyser de manière la plus neutre possible les sources qui me sont données comme les-crises.fr m’a appris à le faire depuis quelques temps maintenant. On voit en effet la masse de réactions sur Twitter qui semblent renchérir sur quelque chose qui ne me paraît pas justifié.

       4

      Alerter
      • wesson // 17.04.2018 à 15h49

        Vous pouvez toujours vous rassurer en notant à juste titre que la présentatrice ne livre pas de conclusion formelle après son reniflage, et feindre d’ignorer que l’ensemble du reportage consiste à accréditer la thèse de l’attaque chimique, en s’appuyant sur une démarche – disons – plus que discutable.

         12

        Alerter
        • Leïla // 17.04.2018 à 17h45

          Et puis tellement malin ! Sérieux ? Renifler ce que l’on suppose être un gaz toxique. Faut pas avoir fait l’ENA pour le comprendre…quoique !

           18

          Alerter
      • Raoul C, // 17.04.2018 à 21h29

        Robert Fisk mentionne dans l’interview (10 min) mentionné qu’on sent du chlore dans le coin, mais cela s’explique peut-être par le chlore (l’eau de javel non parfumée ?) que les pauvres habitants dans le coin utilisent habituellement comme détersif.

         2

        Alerter
    • JLR72 // 17.04.2018 à 20h39

      J’en rirais si la situation n’était pas aussi terrible. Ce qui me rassure, ce sont les tweets en réponse…plus qu’incrédules.

       2

      Alerter
    • V_Parlier // 18.04.2018 à 14h31

      Les nez britanniques sont à l’épreuve de tout, comme celui de May qui détecte le Novichok avant les analyses de Porton Down puis de l’OIAC. 😉 (Bio-technologie trop performante pour être innocente?) Blague à part, il faut savoir que les va-t-en-guerre eux-mêmes ne croient pas vraiment à l’attaque chimique, de toute façon: https://www.youtube.com/watch?v=xvTjn1CJdiM .

       2

      Alerter
  • bluerider // 17.04.2018 à 11h39

    Pearson Sharp de One America News Networks (chaine conservatrice de droite qui émet aux USA sur le câble depuis 2013), n’a lui non plus rien trouvé à Douma. Tout y est normal et le gars est impressionné par les quantités d’armement rebelle trouvées sur place (relire Hersh ou l’enquête de balkaninsight.com ) et par les témoignages innombrables qui attribuent les attaques aux rebelles. Il est allé sur le lieu présumé de l’attaque sans rien trouver. Puis à l’hôpital décrit par Fisk et il décrit exactement la même chose que Fisk. Une journée normale à l’hôpital lorsque soudain des étrangers sont rentrés par effraction et ont semé le chaos en apportant leurs propres victimes. Ils avaient des caméras et se sont enfuis après avoir semé le chaos. Médecin-chef : “0 morts ont été pris en charge à l’hôpital ce jour-là.” “Personne n’a le moindre indice de début de preuve d’une attaque chimique ce jour-là à Douma.”
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=lSXwG-901yU

     41

    Alerter
    • tepavac // 17.04.2018 à 21h52

      vidéos complémentaire à la votre, traduit en VF, déclaration du général en chef Russe sur le réseau des comédiens, dit les casques-blancs.
      https://www.youtube.com/watch?v=ZJ4IWyhvQ_M
      et
      https://fr.sputniknews.com/presse/201804171035981940-affaire-skripal-mort-kadhafi-circonstances/

      J’aime bien la phrase, “Après deux kilomètres dans le tunnel je lui demande si c’est encore long?
      Oui jusque Londres !”
      Sacrée Albion, de Skripal à Kadafi, de Trump à l’Ambassadeur Australien (réseau Clinton affaire pipi), de la Syrie à l’Irak,
      partout on retrouve les empreintes du tripotage Anglais,
      C’est pas très malin tous ces petits Poucets, je dirais mêmes qu’ils ressemblent terriblement aux farceurs de Salisbury , “toutes les traces mènent à la Russie!”
      Je pose la question, les “services spéciaux” c’est aussi ….. ?

       5

      Alerter
  • Kami74 // 17.04.2018 à 11h40

    On lira cet article avec autant plus d’attention que Robert Fisk est un des derniers grands journalistes britanniques, qui couvre le Moyen-Orient depuis des décennies, n’hésite pas à se rendre dans des zones en guerre pour obtenir des informations de première main, et a suffisamment de crédibilité pour dire ou écrire des choses qui fâchent (par exemple il a accusé les États-Unis d’avoir intentionnellement pris des journalistes pour cibles en Iraq lors de l’invasion).

    Le fait qu’un journaliste sérieux et respecté remette en cause la propagande occidentale est une excellente nouvelle, et pourrait faire changer d’avis ceux qui sentent que dans cette affaire la version “officielle” est bien trop caricaturale pour être crédible, mais ont besoin d’éléments factuels pour être convaincus.

     65

    Alerter
    • Ben // 17.04.2018 à 14h58

      Je suis persuadé du contraire: personne ne changera d’avis uniquement parce qu’un journaliste sérieux et respecté remet en cause la propagande occidentale.
      Comme disait l’autre, dans notre société occidentale contemporaine, le vrai n’est qu’un moment du faux.

      L’autre jour à une émission de télé, sur un autre sujet que la Russie (la SNCF je crois), on a entendu le cinéaste Gérard Mordillat dire tout à fait sérieusement de l’ignoble Romain Goupil (qu’il connaît depuis 50 ans) que ce dernier était payé pour faire sa propagande sur les plateaux de télé. L’affreux Goupil, assis à côté, n’a même pas mollement protesté. Pour ma part, je suis persuadé que l’argent, les prébendes, les bonnes places, la carrière et tout ce qui à trait à la satisfaction personnelle de ces odieux propagandistes est la raison principale des déluges de mensonges qui nous assaillent. Ces gens n’en on rien à foutre de la vérité. Colin Powell et sa fiole d’anthrax bidon ne les a jamais empêchés de claironner des mensonges au kilomètre.

       27

      Alerter
      • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 16h30

        Il faut continuer à diffuser et parler contre ces propagandes, avec de bons arguments tel que cet article. Pour la Libye, 7 ans après Rony Braumann a pu sortir un livre dont un chapitre dénonce les mensonges. Sur la Syrie Braumann se disait “circonspect” sur un plateau de TV5 il y a 2-3 jours, mais dès qu’il aura lu Fisk il osera critiquer vertement l’aveuglement émotionnel et l’orgueil de Macron, ses frappes illégales.

         9

        Alerter
      • wesson // 17.04.2018 à 22h53

        Il commence à y avoir un paquet de gens qui disent la même chose, comme par exemple ce reportage de l’AFP, à 30′:

        https://www.youtube.com/watch?v=NUhz_t2IcVk

        là c’est le mainstream media qui se mets à douter de la réalité de cette attaque.

         1

        Alerter
  • Chris // 17.04.2018 à 11h49

    Reportage éclairant sur les conditions de vie de la population de Douma/Ghouta !
    Des kilomètres d’ouvrages souterrains sur 3 niveaux construits par les jihadistes qui assaillir et capturèrent la Ghouta en 2013 : qui a financé tout ça ?
    Qui a fournit les matériaux pour les réaliser ? Précontraints, poutrelles diverses, ciment : Lafarge ?
    Qui furent les maitres d’oeuvres, hormis les Syriens, hommes et enfants, réquisitionnés pour creuser la roche et évacuer les matières ?

     24

    Alerter
  • DocteurGrodois // 17.04.2018 à 12h07

    Et notre aviation de bombarder d’hypothétiques stocks d’armes chimiques sans se soucier de gazer les alentours.

     26

    Alerter
    • patrick // 17.04.2018 à 13h06

      ils savaient qu’il n’y avait pas de gaz alors pas de problème pour bombarder.
      Quand même des mauvaises langues ont prétendu que nous avons bombardé une usine de produits ménager !! produit ménager ? donc eau de javel !! donc chlore !! ça y est on les tient.

       18

      Alerter
    • Ricard’eau // 17.04.2018 à 17h38

      J’ai entendu dire un ministre à la radio que due aux hautes températures des explosions des missiles que ces gaz sont neutralisés….

       0

      Alerter
      • Lusituationniste // 17.04.2018 à 21h25

        La source ? Quel ministre ? Quel média ?

         2

        Alerter
  • bm607 // 17.04.2018 à 12h26

    A propos des casques blancs cités dans l’article, une information récente :
    “English singer Roger Waters, a member of Pink Floyd and now a solo performer, denounced the controversial Syrian group White Helmets during a concert, saying they “exist only to create propaganda for jihadists and terrorists.”
    ….
    “The White Helmets is a fake organization that exists only to create propaganda for jihadists and terrorists. That’s my belief. We have opposing beliefs,” he explained, as seen in a video shot from the cheering crowd.”

    RT America, 16/4/2018

    Ce qui est à noter c’est que quelques personnes du monde du spectacle (O. Stone, R. Waters ici,…) résistent à la décérébration type “Holywoodienne bien-pensante” et reconnaissent les choses pour ce qu’elles sont, ici les casques blancs pour une “fake organization”.
    Bravo à lui de le dire clairement et courageusement.
    Il en faudrait davantage des comme lui !

     42

    Alerter
  • pierre // 17.04.2018 à 12h29

    Voila une autre vidéo de OAN (One American News, Californie) et eux aussi semblent avoir des doutes:

    https://youtu.be/lSXwG-901yU

    Je ne sais pas ce que vaut OAN par contre, je n’en avait jamais entendu parler.

     6

    Alerter
  • moshedayan // 17.04.2018 à 12h47

    De toute cette affaire que ressortira-t-il ?
    Si l’attaque est avérée, le Kremlin prendra acte des tirs de missiles sans plus de conséquences, mais si tout est faux, et moi je me risque à le croire, alors il a tout intérêt à exclure définitivement la « parole occidentale » de cette région Syrie et Liban (ce qui suppose aussi la France de Macron).
    Votre président Macron déclare vouloir maintenir son voyage à Moscou. Je parie qu’il négocie en ce moment les formes « protocolaires » de sa visite pour éviter à tout prix un affront lors de la Conférence de presse de bilan. Le Kremlin n’a aucun intérêt à ce jour à ménager le président Macron –car si tout est faux, cet homme politique français est un menteur et la France a aussi participé au mensonge depuis l’affaire Skripal. C’est donc inacceptable. En conclusion, le voyage de Macron à Moscou n’aura pas lieu, (votre président Macron n’a pas du tout envie d’apparaître comme un paltoquet)

     21

    Alerter
    • Ben // 17.04.2018 à 14h45

      J’ai lu quelque part que les Russes ont désormais une opinion bien arrêtée sur les occidentaux: ils n’en attendent plus rien. Que du mauvais. La nouvelle donne est la suivante: le bloc occidental feint de respecter les règles du droit international arguant de l’estampille “Démocratie” alors qu’il ne connaît que la loi du plus fort, et par conséquent, ment à ses interlocuteurs et manipule ses opinions publiques sur une très grande échelle. De l’autre côté, la Russie joue la carte du droit international découlant du système westphalien, vestige d’un monde ancien mais pas complètement inopérant, afin de se légitimer et se renforcer comme nation souveraine.
      En résumé, la Russie passe son temps à esquiver les coups fourrés des occidentaux en brandissant le drapeau du droit international tout en sachant que la partie adverse n’en a rien à faire. Ce qui donne ce spectacle angoissant et dangereux.

       29

      Alerter
    • wesson // 17.04.2018 à 15h59

      Si l’attaque n’est pas avérée, voilà ce qu’il pourrait se passer:
      * Theresa May saute, le parlement Anglais vote une loi obligeant à être consulté avant tout engagement militaire, et on commence à sérieusement regarder les trous dans l’affaire Skripal
      * Macron se retrouve totalement isolé en Europe, d’autant que personne ne l’as suivi. Et on fini de perdre toute notre influence dans la région et probablement en Afrique aussi.
      * La présence Américaine en Syrie devient alors politiquement injustifiable, et Trump prends prétexte du scandale pour faire que qu’il dit vouloir faire depuis un moment: foutre le camp.

      Et sur ce dernier point, je serais amené à croire que les Nord Américains s’y préparent déjà, notamment en bricolant une force “Arabe” depuis la Jordanie destiné à les remplacer en Syrie.

      Et au final, une victoire totale Russe: Militaire et diplomatique.

       8

      Alerter
      • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 17h28

        et si Teresa MAY saute, Corbyn vient au pouvoir, amène Blair en justice comme il l’a promis, puis Cameron rejoindra Sarkozy au tribuanl, et alors UK pourra arrêter le Brexit, rentrer dans l’Eurozone, accepter la convergence fiscale et sociale et amener à une UE complètement détachée des USA, et quittant l’Otan. Il faut rêver, c’est le seul avenir possible

         2

        Alerter
        • Ben // 17.04.2018 à 23h18

          Tutututt ! Si Corbyn arrive au 10 Downing Street le Brexit aura lieu, et c’est tant mieux. Il y aura juste un accord douanier limité. Quant à Blair, il est malheureusement intouchable, il a atteint un niveau dans l’abjection qui le rend indestructible. Il ira rôtir en enfer à âge de 150 ans ( raison pour laquelle les milliardaires sont si anormalement avides: ils veulent vivre très très vieux).

           6

          Alerter
      • olivier // 17.04.2018 à 23h39

        il y a une petite chance, Macron a misé sur Trump que tout le monde souhaite dégommer, (républicain et démocrates)… d’où ces reporters qui démentent l’attaque sans scrupules.

         1

        Alerter
  • bluerider // 17.04.2018 à 12h51

    RAPPORT OFFICIEL D’EVALUATION NATIONALE
    .
    Pour ceux qui veulent consulter le rapport d’EVALUATION NATIONALE de la vidéo de Douma produit par notre “Ministère de la Vérité”, pardon, par “les services français” sans qu’on sache lesquels ni qui a signé ce torchon, c’est par ici :
    .
    https://www.defense.gouv.fr/content/download/528742/9123389/file/180414%20-%20Syrie%20-%20Synthe?se%20-%20Les%20faits.pdf

     8

    Alerter
    • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 15h46

      dans cette note de 5 pages et demi et 3 photos non sourcées, il y a une quinzaine d’expression de l’incertitude, du genre “aurait, serait, possible, habituellement fiable, présumer, soupçonnent etc”; La seule certitude affichée est sur les objectifs de B Al Assad, alors que ces services serviles ne sont ni en Syrie, ni dans le bureau du président syrien. Quelle arrogance, et quel aveuglement émotionnel du président chef des armées qui a pris cette note pour une preuve! Il est coupable de crime d’agression.

       15

      Alerter
      • Scytales // 17.04.2018 à 20h34

        Ce n’est pas une preuve, c’est la fabrication d’un prétexte.

        Macron n’a donc pas fait preuve d’arrogance, mais de cynisme.

         12

        Alerter
        • JLR72 // 17.04.2018 à 20h52

          Scytales, d’accord avec votre raisonnement; tout ceci n’est qu’un prétexte. Personnellement, je considère la visite du monarque saoudien (US, UK et France, autrement dit nos trois protagonistes en action) comme tout sauf anodine compte tenu de l’implication du royaume en Syrie et sa stratégie.

           11

          Alerter
          • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 21h30

            Rappelons ici que lors de ses auditions des 3-4 septembre 2013, John KERRY avait reconnu, à la question de la Sen. Rep ROS, que des pays arabes avaient proposé de payer l’intervention alors encore envisagée, Kerry précisant même, avec un rictus un peu gêné, que si les USA tapaient aussi fort qu’ailleurs (sous-entendu Iraq, Libye) ces pays arabes paieraient tout. Cela ne m’étonnerait pas que MBS ait proposé à Trump et à May de payer une intervention, vu leurs connivences anciennes, mais envers Macron j’ose en douter. Attendons un peu pour en savoir plus.

             3

            Alerter
  • Patrique // 17.04.2018 à 12h53

    Je ne sais pas comment ça se passe en Syrie mais en France il y a, en général, du chlore dans l’eau potable. Donc arroser les gens avec de l’eau chlorée serait une bonne idée pour les désinformateurs.

     5

    Alerter
  • un citoyen // 17.04.2018 à 13h00

    Cette hypothèse (dans les sous-sols) me paraît plausible ou au moins possible.
    Sinon, comme le sol n’est pas le même entre le début de la vidéo (qui pourrait correspondre à celui d’un sous-sol) et après ce début (difficile à dire si c’est dans un souterrain ou dans un hôpital), peut-être qu’il faut comprendre tout cela comme un tout (les victimes sont allées soit dans les souterrains et pris en charge par des personnels médicaux soit à l’hôpital, après soit l’incendie d’un bâtiment à côté de l’hôpital et ses émanations toxiques, soit une réelle attaque au gaz) ?

    Mais bon, je crois que cela ne sert pas à grand chose d’essayer de faire la lumière nous-même comme ça (à moins de trouver des indices indiscutables), je pense que les enquêteurs (*) feront le travail adéquat lorsqu’ils seront sur place.

    (*) bloqués -apparemment- par des autorisations relatives à l’ONU selon ce témoignage ou bloqués pour des raisons de sécurité invoquées par la Russie et la Syrie selon le directeur général de l’OIAC.

     2

    Alerter
    • un citoyen // 17.04.2018 à 13h14

      *(et/ou soit après des bombardements)

       0

      Alerter
    • bluerider // 17.04.2018 à 14h23

      les 2 raisons se sont succédées. Il est vrai que la “sensitivité” de leur mission doit mettre les services de sécurité russes et syriens sur les dents. Par contre sur place, il semble que tout le monde se fout de ce qui s’est passé, des lieux des preuves des témoins des victimes etc… ce pays est en proie à une telle horreur au quotidien que les autochtones ont d’autres chats à fouetter. Ce qui à mon sens vient renforcer la crédibilité des témoignages rapportés par Robert Fisk, par Pearson Sharp, par les 2 médecins protagonistes des faits et absents lors de la visite de Fisk, présents dans la vidéo soumise par le Min de la Défense russe ( > https://www.youtube.com/watch?time_continue=130&v=JH0uFtHLryQ ). Personnellement je trouve que les indices contradictoires se multiplient. Pire, faute de publier in extenso les preuves françaises, il y a là un foyer de complotisme pour des siècles de conjectures (entretenu sciemment faute de prouver le contraire?) par ceux-là mêmes qui sillonnent nos collèges et lycées pour expliquer à nos gamins qu’il ne faut surtout pas croire ce qu’on leur montre sur les réseaux sociaux , ni se livrer à des déductions trop hâtives telles que des déductions par défaut… TOUT CE QUE FAIT monstrueusement notre propre gouvernement. Quand je dis que c’est honteux, schizophrène, anti-citoyen, je suis largement en dessous de la réalité.

       13

      Alerter
    • Pegaz // 17.04.2018 à 14h39

      Une autre vidéo ou l’on retrouve les deux mêmes carrelage au sol. A 1:54 on y voit la petite fille et l’homme à la chemise à carreaux. En plus on a le témoignage de deux employés de cet hôpital.

       2

      Alerter
      • Pegaz // 17.04.2018 à 17h09

        J’avais oublié le lien, mais identique au post ci-dessus.

        Autre vidéo: La presse invitée à Douma.
        A l’hôpital principal le personnel dit ne pas avoir constaté d’attaque chimique

        https://www.youtube.com/watch?v=NUhz_t2IcVk

         2

        Alerter
        • Pegaz // 17.04.2018 à 18h49

          Incompréhensible !

          La presse a été invitée à Douma ce dimanche et seul ce petit bout de reportage existe, qui plus est de l’AFP ! A conserver car précieux pour les 2 témoignages.
          Marwan Jaber, étudiant en médecine: […] aucun symptôme d’attaque chimique […] Mais des étrangers sont entrés pendant que nous étions dans un état de chaos et ils ont aspergé les gens d’eau et certains d’entre eux ont même filmé.
          Peter Wilson Ambassadeur britannique à l’OIAC: Pour être très clair, le directeur général de l’OIAC a déclaré que le département de la sécurité de l’ONU avait autorisé les inspecteurs à se rendre à Douma, mais il a également été très clair que le régime syrien et les Russes ne pouvaient pas garantir leur sécurité ! … La presse y est allée !

           6

          Alerter
    • Pinouille // 17.04.2018 à 14h51

      “Mais bon, je crois que cela ne sert pas à grand chose d’essayer de faire la lumière nous-même comme ça”
      C’est pourtant bien ce que s’obstinent à faire la plupart des commentateurs ici et ailleurs.
      Je n’ai jamais compris ce qui poussait ces personnes à exprimer une opinion si tranchée sur un sujet dont elles savent pertinemment qu’elles n’ont pas les informations suffisantes pour se la forger.
      Car si les efforts d’OB participent à nuancer les discours officiels (effort vertueux), ils aboutissent chez certains à la construction et à l’entretien de certitudes anti-système. Ces dernières sont devenues tellement omniprésentes dans les commentaires de ce site, que je me demande ce qu’en pense OB… qui affiche en toute lettre une volonté exactement inverse.

       4

      Alerter
      • bluerider // 17.04.2018 à 15h07

        Le problème c’est que les commentaires ne partent pas d’une situation elle-même neutre. Ils ne peuvent pas être neutres non plus puisque de facto LA FRANCE est en guerre depuis 2011 contre le Gouvernement syrien et son Président syrien davantage que contre les égorgeurs que notre “régime français” a objectivement soutenus au delà de toute raison (lire François Hollande qui avoue avoir armé ceux qui égorgent modérément, et relire les déclarations de Fabius en particulier). Ne rien dire c’est donc ipso facto se ranger du côté du “régime français”. “Nuancer” le discours officiel ne sert à rien. Les officiels n’en ont cure. Il faut installer LE DOUTE. Chaque fois qu’il y a matière. Et ici il commence à y avoir pléthore. Comme en 2003, comme en 2011. Et donc même avec un simple ordinateur et un cerveau pas trop esquinté par la propagande OTAN ou loyaliste, nous POUVONS légitimer des questions précises à Macron, fondées sur des observations elles aussi précises. Le nombre de témoignages convergents et indépendants les 1 des autres en faveur d’une “mise en scène opportuniste” se multiplie à vitesse exponentielle. Voilà où nous en sommes. Pour un journaliste pro, je rappelle que 2 TEMOIGNAGES SUFFISENT.

         16

        Alerter
        • Subotai // 17.04.2018 à 18h58

          Je conteste et refuse l’affirmation : “LA FRANCE est en guerre depuis 2011 contre le Gouvernement syrien et son Président syrien ”
          La FRANCE est en guerre contre la SYRIE.
          Point.
          Ce qui modifie la perspective et devrait engager la réflexion sur l’évolution et les conséquences…
          Les éléments de langage et circonvolutions du postérieur n’y font rien 🙂

           6

          Alerter
      • fabrice rhodes // 17.04.2018 à 16h00

        Pinouille, il ne s’agit pas pour nous de faire toute la lumière… Mais de recouper des informations pour reconstituer ce qui apparaît comme une supercherie. Avez-vous oublié comment a été déclenché la guerre en IRAK, par un mensonge d’état !!! Peut être que vous n’imaginez pas non plus le calvaire de la population Irakienne à ce moment là, et les nombreuses pertes humaines qui ont suivis. Il ne s’agit pas d’être anti-système, mais bien de résister à une propagande qui ne cesse de se propager. C’est de l’auto défense intellectuelle avant tout, et pour la mettre en pratique, il faut lire longuement, et prendre du temps pour se faire une opinion éclairée. Bien sur que certains ici sont convaincus qu’il y a manipulation et pour cause. Quand des états veulent faire tomber un homme politique étranger, comme Bachar El Assad, croyez-vous qu’ils ne vont pas utiliser tous les moyens légaux et illégaux pour y parvenir ? Si vous vous intéressé à l’histoire, alors relisez celle du Chili, de Cuba, etc…

         11

        Alerter
        • Pinouille // 17.04.2018 à 17h09

          “Il ne s’agit pas d’être anti-système”
          Merci de relire l’écrasante majorité des commentaires de ce site. Ceci dit, je n’ai rien contre des raisonnements de ce type: ils ont leur pertinence et leur utilité. C’est juste la proportion qui m’interpelle.

          “Avez-vous oublié comment a été déclenché la guerre en IRAK, par un mensonge d’état”
          Comment le pourrais-je: il y a au moins un commentaire par page de ce site qui y fait référence. Mais les mensonges du passé n’augurent pas forcément des mensonges présents et à venir.

          “il faut lire longuement, et prendre du temps pour se faire une opinion éclairée”
          Comment se faire une opinion éclairée quand l’un dit noir et l’autre blanc, chacun apportant son lot d’arguments et de preuves que ni vous ni moi sommes en mesure d’évaluer? Le piège (ne le constatez-vous pas ici?) est justement de piocher comme bon vous semble dans cette soupe pour étayer une représentation déjà établie. Cela n’a rien à voir avec de l’auto-défense intellectuelle. C’est peut-être même le contraire tout en en revêtant l’apparence. Amha, l’auto-défense intellectuelle consiste plutôt à douter, à s’accommoder de ce doute en toutes circonstances. Tant vis à vis du discours officiel que les autres. Or je décèle très peu de doute dans les commentaires…

           4

          Alerter
          • TC // 17.04.2018 à 18h45

            “Mais les mensonges du passé n’augurent pas forcément des mensonges présents et à venir.”

            Ce sont les USA et plus précisément le gouvernement de Bush qui a créé ce grave précédent qui reste désormais gravé dans nos mémoires, indélébile. Il ne peut que forcément altérer notre vision de la présentation des événements qu’en font ce pays et ses alliés (les 3 culs-et-chemises toujours prêts à partir en guerre).

            Plus jamais je ne croirais les gouvernements français, quels qu’ils soient, tant qu’ils laisseront notre pays aux mains des atlantistes. Les USA ont trop fait de saloperies dans le monde depuis leur naissance pour qu’on se permette d’être leurs alliés.

            Le doute est permis, écrivez-vous et justement, il faut dénoncer des actes de guerre basés sur des doutes (à défaut de “preuves” qu’on ne verra jamais, le doute persistera) et qui plus est, perpétrés sans l’aval de l’ONU. La sagesse devrait nous l’ordonner.

             6

            Alerter
            • Alain // 18.04.2018 à 08h59

              Soit, alors soyons factuel:
              -y a t’il eut une attaque chimique? on ne sait pas
              -si oui, qui en est à l’origine? on ne sait pas
              -l’ONU a t’elle autorisé des représailles? non
              -des bombardements contre la Syrie ont ils été réalisés?:oui
              Chacun pourra en tirer sa conclusion, la mienne est que la France a frappé illégalement un pays sur ordre de Macron.

               10

              Alerter
          • Subotai // 17.04.2018 à 19h12

            Et c’est ainsi que pendant qu’on s’amuse à se perdre dans les détails, la Politique se fait à l’insu de notre plein gré.
            La Douma, les dizaine de milliers de mort syriens, les gaz et les bombardements en Syrie, en quoi nous sommes concernés?
            Uniquement parce les dirigeants politiques QUE NOUS AVONS ÉLUS dépensent les ressources de notre pays dans une guerre dont nous ne connaissons (officiellement, suivant notre Constitution) pas les raisons POLITIQUES.
            Le problème n’est pas la guerre, le mensonges etc… le problème est que NOTRE Gouvernement nous ment et que nous avons toutes les raisons de penser que c’est à NOTRE détriment.

             9

            Alerter
            • un citoyen // 17.04.2018 à 19h58

              Excusez-moi :
              “Et c’est ainsi que pendant qu’on s’amuse à se perdre dans les détails […]”
              Ces “détails” seraient donc inutiles pour vous… Vous le pensez VRAIMENT ?!

               0

              Alerter
            • Subotai // 18.04.2018 à 02h20

              @ un citoyen
              Les détails sont ce qu’ils sont : des détails. Et l’ensemble des détails ne fait pas le tout – quoi qu’on dise.
              S’y perdre pour “justifier” le non positionnement POLITIQUE (oui tout le monde ment alors…)
              Ou s’y perdre, au risque de ne plus discerner l’important. (C’est trop compliqué, je n’y comprends rien, allons à la pêche…)
              EST inutile ET nuisible.
              J’ai dis ce qui était important: le CONTRÔLE de son PROPRE GOUVERNEMENT.
              Celui ci est élu pour assurer les conditions du bien être de SA population. (Pas de celle des autres)
              Il faut juste se poser la question: Ai-je le sentiment que MON Gouvernement fait vraiment ce qu’il faut pour ASSURER les CONDITIONS de mon bien être.
              Si la réponse est oui, allez à la pêche 🙂
              Si la réponse est non, il faut alors le questionner.

               3

              Alerter
            • un citoyen // 18.04.2018 à 02h53

              Sobotai : Tout d’abord, je ne critique pas votre positionnement politique, c’est la première phrase qui m’a surpris. Vous m’excuserez cependant le ton que j’ai employé dans la forme.
              Il me semble que comprendre ce qu’il se passe, ou au moins le mieux et le plus possible (dans le cas où l’ensemble des détails ne fait pas un tout), est un préalable avant de trancher sur une position, où on pourrait s’y perdre tout aussi bien.
              Croire avoir le dernier mot sur une question peut être quelque chose qui anesthésie l’esprit critique.
              Voilà ce que j’en pense.

               1

              Alerter
          • JLR72 // 17.04.2018 à 21h16

            “Comment se faire une opinion éclairée quand l’un dit noir et l’autre blanc”.

            Je dirai par vous-même, par votre discernement, par votre connaissance de l’Histoire, par l’analyse de l’économie, de la sociologie, de la géopolitique et des intentions/objectifs de chacun des protagonistes.
            À notre niveau, je crois que nul ne peut se prévaloir de détenir la vérité, d’autant plus lorsqu’ il s’agit de conflit, mais on peut se forger une vision objective des événements.

            Un des meilleurs exemples en la matière est le dossier Ukrainien d’Olivier Berruyer.
            Résultat, à chaque fois que je lis un article du Monde traitant du conflit ukrainien, je suis en colère par tant de propagande (et eux ne doutent jamais). Encore dernièrement, je lisais que Ianoukovitch avait été renversé par “un grand mouvement anti-corruption”, sans plus de précisions. J’éclaterais de rire si ce n’était pas si grave.

             9

            Alerter
            • Subotai // 18.04.2018 à 02h29

              Oui!
              Si on ne sait pas et qu’on ressent un malaise, c’est qu’il y a un truc qui ne va pas. 🙂
              C’est aussi simple que ça. (Quand il y a un doute, c’est qu’il n’y a pas de doute 🙂 )
              Si on n’arrive pas avoir les moyens pour discerner par soi même, on pose la question aux RESPONSABLES. C’est à dire ceux dont l’action POLITIQUE nous engage.
              Pas les “biens informés”, pas les “spécialistes”, pas les “observateurs”, encore moins les “experts” 🙂 : les ÉLUS en charge, pour qu’ils établissent la cohérence de leurs actes…

               2

              Alerter
          • Sam // 18.04.2018 à 10h16

            Pinouille,
            Depuis le temps qu’on nous balade avec des armes de destruction massive, ou des armes chimiques, avec des interventions illégales mais “humanitaires” par les mêmes qui propagent la misère et le chaos partout, je trouve votre façon de douter particulièrement déplacée…

             2

            Alerter
            • Pinouille // 18.04.2018 à 15h04

              “je trouve votre façon de douter particulièrement déplacée”
              Contrairement à ce que vous semblez penser, douter de l’illégalité des interventions “humanitaires” (pour faire référence à votre exemple) n’équivaut pas à être certain de sa légalité. Je ne connais aucun argument censé qui m’arracherait à cette posture: mes doutes n’empêchent pas le chaos que vous citez, pas plus, pas moins que vos certitudes.

               2

              Alerter
            • Sam // 19.04.2018 à 14h45

              S’il y a bien une chose dont on ne peut douter, c’est de l’illégalité des interventions “humanitaires” faites en dehors de tout cadre légal.

               0

              Alerter
          • lvzor // 21.04.2018 à 02h28

            “je décèle très peu de doute dans les commentaires…”

            Le doute mène à tout, …à condition d’en sortir!

             0

            Alerter
      • WASTERLAIN Serge // 17.04.2018 à 19h07

        Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

        “”Mais bon, je crois que cela ne sert pas à grand chose d’essayer de faire la lumière nous-même comme ça”
        C’est pourtant bien ce que s’obstinent à faire la plupart des commentateurs ici et ailleurs.”
        C”est pourtant bien ce que fait le gouvernement français qui se base sur les vidéos, témoignages sur les réseaux sociaux pour justifier un bombardement illégal (qui n’est pas une déclaration de guerre, comprenne qui pourra) sur la Syrie au risque de déclencher une guerre avec la Russie et l’Iran.
        Souffrez alors que nous puissions nous faire une opinion +/- tranchée sur ces mêmes bases, ça me paraît moins grave et surtout ça reste légal (peut-être plus pour longtemps, nous verrons de quoi va accoucher la loi anti-fake !

        Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

         10

        Alerter
        • Krystyna Hawrot // 18.04.2018 à 14h57

          Chers Amis, l’idéal est toujours de se rendre sur place. Un certains nombre d’entre nous a pu se rendre en Ukraine, dans le Donbass même. Je suis moi meme allée à Odessa deux fois après 2014 jusqu’à etre interdite de séjour par les autorités ukrainiennes. Des journalistes et des chercheurs comme Marc Sagnol sont allés dans le Donbass. Nous avons fait énormément de traductions des témoignages des habitants de la bas. Mais pour la Syrie c’est plus compliqué en termes de compétences linguistiques et pour y aller il faut savoir que vous risquez de perdre votre boulot en France étant catalogué S apres…

           1

          Alerter
      • lvzor // 21.04.2018 à 02h24

        “Je n’ai jamais compris ce qui poussait ces personnes à exprimer une opinion si tranchée sur un sujet dont elles savent pertinemment qu’elles n’ont pas les informations suffisantes pour se la forger.”

        Au niveau du citoyen de base, on n’a jamais la preuve de quoi que ce soit, juste les dires des uns et des autres. Donc votre raisonnement conduit à s’interdire toute opinion claire. Est-ce bien compatible avec le droit de vote?

         2

        Alerter
  • R.C. // 17.04.2018 à 14h28

    La version hypoxie/anoxie est très plausible et très cohérente.

    J’avais noté (sur le Saker, je crois) le lien d’une vidéo concernant une de ces caves où plusieurs enfants sont morts.
    https://www.twitter.com/AWAKEALERT/status/982778112000839680/video/1

    La discussion portait autour d’une intoxication au CO (monoxyde de carbone, un poison mortel à faible dose), à partir d’émanation de chauffages ou de moteurs (du style générateur d’électricité) en lieu fermé.

    NB les “simples” explosifs génèrent des gaz toxiques (dont CO) sur les lieux d’explosion. Les mineurs connaissent ça…

     5

    Alerter
  • Catalina // 17.04.2018 à 14h46

    “Et monsieur Le Drian peut bien gloser sur la légitimité de l’action de la France dans ces frappes, si vous dites devant un juge que vous avez frappé un inconnu parce qu’il a prétendument frappé quelqu’un d’autre, le tout sans preuves solides, vous allez avoir des ennuis.”
    Christelle Néant
    Les Islandais (qui sont très légalistes) ont un dicton qui s’applique parfaitement à ce qui se passe : « C’est avec des lois que l’on bâtit un pays, c’est en les bafouant qu’on le détruit ».

    https://dnipress.com/fr/posts/analyse-de-lhysterie-et-de-la-russophobie-occidentale-le-monde-de-lautre-cote-du-miroir-descente-dans-le-terrier-du-lapin-blanc/

     11

    Alerter
    • Scytales // 17.04.2018 à 21h20

      Ce texte de Mme Christelle Néant est remarquable de lucidité et il complète, et même éclaire d’une vive lueur, les prémices de compréhension qu’Emmanuel Todd a élaborées après avoir brossé un remarquable tableau des forces historiques qui animent l’écume des événements : https://www.les-crises.fr/emmanuel-todd-en-equilibrant-les-pouvoirs-la-russie-est-un-pole-de-stabilite/

      Je recommande d’auditionner la vidéo de l’entretien avec E. Todd avant de lire le texte de Mme Néant, qui semble répondre avec l’évidence de la vérité à la question brillamment posée par le chercheur.

       2

      Alerter
  • Bruno // 17.04.2018 à 15h12

    A ce stade, est-il simplement pensable que les enquêteurs constatent autre chose que “oui Bachar a bien utilisé des gaz contre son peuple” et “oui, les russes sont complices de ce massacre” ?

    Je suppose que le rapport est déjà écrit et qu’il se trouve quelque part à l’Elysée ou dans le bureau oval.

     1

    Alerter
    • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 15h36

      Non il faut insister, traquer la vérité comme l’a dit Macron à Plenel. et puis la diffuser. Il faut leur faire avaler leur erreur, à Macron Le Drian et consorts complices pour que personne ne recommence. En tout cas je ne lâcherai rien, ni contre eux, ni contre Bush, Blair, Sarkozy, Juppé, Cameron, Hollande et Fabius.

       7

      Alerter
  • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 15h14

    Au Parlement européen ce mardi, lors du débat, le président Macron s’est écrié, face à une critique sur sa décision de bombarder, à peu près ” après toutes ses images, fallait-il ne rien faire”. Il faudrait donc réviser la Constitution pour que nos présidents soient aveugles pour qu’ils ne déclenchent pas une guerre au vu de quelques videos mal légendées et quelques photos prises ailleurs. En tout cas après ses frappes illégales, ne faudrait-il pas lui boucher les yeux définitivement pour qu’il ne recommence pas un tel crime d’agression. SI la Syrie avait signé et ratifié le traité de Rome de la CPI, on serait dans la mouise, et la Syrie arrivera bien à lui décerner une médaille du déshonneur.

     6

    Alerter
  • Pegaz // 17.04.2018 à 15h23

    Par un jeune chroniqueur de Sputnik. Analyse de la désinformation sur la Ghouta par un jeux de questions et propositions de réponses et une conclusion personnelle.

    https://www.youtube.com/watch?v=N9mm003fxIw

     5

    Alerter
  • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 15h24

    Et puis je peux envoyer à Macron tant qu’il a les yeux ouverts, des photos de plus de 400 civils carbonisés le 13 février 1991 à Ameryah (A2 a refusé de les diffuser, m’a dit la journaliste d’A2) par 2 méga bombes US, ou bien d’enfants nouveaux nés déformés à cause des munitions à l’uranium appauvri US. Va-t-il bombarder le Pentagone? Chiche! ou bien des photos d’enfants brûlés au phosphore blanc à Gaza, ou des films montrant les chars israéliens au Liban sud écrasant une voiture avec une famille dedans! Chiche, jamais plus 2 poids et 2 mesures, comme avait dit Chirac le 16 janvier 1991

     12

    Alerter
  • Jean // 17.04.2018 à 16h07

    Une vingtaine de témoins direct de l’hôpital de Douma témoigne dans cette vidéo.

    Des médecins, des infirmiers, des patients présent lors de la fameuse vidéo des Casques Blancs reprise par toutes les TV.

    https://youtu.be/vSrRV-zdNic

    Ils racontent cette soirée ou les Casques Blancs se sont “invité” dans l’hôpital, ont créé une panique et ont filmé en douce.

    Interview recueillie et diffusée par la chaine de TV Syrienne Al-Ekhbariya.

    Les inspecteurs de l’OAIC ont été invité à les rencontrer ainsi que d’autres témoins.

     13

    Alerter
  • ToniT // 17.04.2018 à 17h00

    Et pendant ce temps

    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-non-les-recentes-attaques-chimiques-en-syrie-ne-sont-pas-une-mise-en-scene-des-casques-blancs_2686750.html

    Ou comment justifier que les casques blancs ne font pas de montage, en utilisant un exemple par ailleurs déjà dénoncé par RT(https://www.rt.com/news/423927-syria-staged-chemical-attack-drill/)

    Nos médias sont pitoyables…

     6

    Alerter
  • Raoul C, // 17.04.2018 à 17h08

    L’interview complet (10 min) de Robert Fisk que j’annonçais hier (et dont je donnais l’aguiche)

    http://podcasts.spiritradio.ie/full-interview-with-robert-fisk-from-douma-syria/

    Liaison est mauvaise. Si besoin est, je pourrais traduire (je n’aime pas qu’on poste de l’anglais direct moi-même).

    Mentionne avoir parlé à plus de 20 personnes, aucune ne se rappelle d’une attaque au gaz. Visité tunnel, beaucoup de poussière, cela a un effet immédiat sur la respiration. Mentionne aussi que l’odeur du chlore dans le coin s’explique peut-être par le chlore (l’eau de javel non parfumée ?) que les pauvres habitants dans le coin utilisent habituellement comme détersif.

    N’a trouvé personne qui parle des « 40 morts ». Rappelle que plusieurs attaques ont déjà eu lieu à Barzé. Pour Fisk, les attaques du trio É-U/France/GB n’ont pas grand-chose avec une « attaque au gaz » supposée, mais plutôt des considérations intérieures.

     3

    Alerter
  • Jean // 17.04.2018 à 17h47

    Erreur. A supprimer.

     0

    Alerter
  • Isa // 17.04.2018 à 18h45

    Dans l’un des articles de Craig Murray, j’ai trouvé, parmi les commentaires, le lien suivant concernant Syrian american medical society qui me semble intéressant :
    https://grayzoneproject.com/2018/04/12/al-qaedas-mash-unit-how-the-syrian-american-medical-society-is-selling-regime-change-and-driving-the-us-to-war/

     2

    Alerter
  • jacqurocant // 17.04.2018 à 19h08

    «Je vous le demande, les mêmes qui à chaque fois s’indignent devant les images que nous avons vues, d’enfants, de femmes morts d’attaques de chlore, restons-nous assis ? Défendons-nous des droits en disant : “Les droits c’est pour nous”, “les principes c’est pour nous”, mais “la réalité, elle est pour les autres” ? Non ! Non ! […] Ce sont les propos de Macron au parlement Européen aujourd’hui. Cela fait trois fois que le président s’appuie publiquement sur des images télé pour justifier les actions militaires de la France. Le 1er Ministre a fait de même à l’AN. Qui va poser la question de la crédibilité de ces images et qui les a filmées.

     6

    Alerter
    • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 19h18

      Qu’on montre à Macron les images d’au moins 400 civils carbonisés le 13 février 1991 dans leur abri d’Ameriyah ciblé pat 2 mégabombes US, images censurées par Antenne2, m’a dit alors Isabelle Baechler présente sur place. Qu’on montre à Macron les images des enfants brûlés au phosphore à Gaza, celles d’un char israélien écrasant une voiture avec ses occupants au Liban. Certes Washington et Londres risquent de bloquer le Conseil de Sécurité pour des représailles françaises sur le Pentagone ou Tel Nov. Mais il faut agir en ce cas à dit Teresa May en réponse à Corbyn! Déjà le 16 Janvier 1991 à l’AN la veille de la guerre du Golfe (et d’images USà Chirac constatait qu’il y avait de par le monde 2 poids et 2 mesures.

       5

      Alerter
      • Fritz // 17.04.2018 à 20h45

        Merci pour votre référence, M. Cornut, j’ignorais le nom d’isabelle Baechler.
        Si je me souviens bien, les médiamenteurs avaient qualifié l’abri d’Amriyah de “bunker”, manière d’assimiler Saddam Hussein à Hitler : quand la diabolisation d’un dirigeant étranger justifie un crime de guerre américain, carboniser plus de 400 civils dans un abri…

         3

        Alerter
      • WASTERLAIN Serge // 17.04.2018 à 23h18

        Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

        En avril 1995, j’ai eu l’occasion de visiter cet abri public de Bagdad n° 25, dans le quartier d’Al-Amiria, abri perforé par de deux bombes chirurgicales en février 1991 qui a fait de 400 à 8.00 morts civils selon l’occident ou les autorités irakiennes de l’époque. Je me rappellerai toujours cette femme photographiée lors de la déflagration sur un des murs du 2ème ou 3ème étage avec son bébé dans ses bras. Plus bas, toutes les personnes avaient été ébouillantées vivantes par la deuxième bombe suite à la rupture des canalisations d’eau par la première.
        Quand on a vu ça, on SAIT que rien ne peut justifier des bombardements qu’ils soient chirurgicaux ou non, RIEN quel que soit le motif !

        Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

         5

        Alerter
  • Larousse // 17.04.2018 à 19h37

    Votre président Macron n’a pas dans sa mémoire : Timisoara, l’opération “Fer à cheval” du Kosovo. Il a agi purement dans l’intérêt du bloc occidental sans état d’âme et contre la Syrie multiconfessionnelle et chrétienne. Le mensonge ne lui fait plus peur. Il est d’ailleurs prêt à nuire au Liban chrétien (si celui-ci avait le “malheur” de s’entendre avec l’Iran et la Syrie), il affiche agir “au nom de la Communauté internationale” mais qui est-il ? Chasser les intérêts français des Etats du Levant est maintenant nécessaire (comme c’est le cas dans les Balkans où le Kosovo musulman mafieux a été préféré par la France à la Serbie – pas exemplaire mais moins mauvaise).

     2

    Alerter
  • Max // 17.04.2018 à 19h57

    Je n’arrive toujours pas à comprendre quel est le motif derrière ces frappes. Puisque les preuves manquent (et de toute façon le motif droit-de-l’hommiste ne convainc personne), quelle en est la raison?

    Je me doute qu’il n’y a pas de faits indiscutables sur ce sujet (on manque d’enregistrements de communications privées entre Macron et Trump), mais existe-t-il des éléments qui permettent de déduire des choses, même sans certitude? Est-ce que quelqu’un a essayé de refaire un lien cohérent (et honnête) avec le reste de la guerre, sur le plan stratégique?

    Il en va de même pour Skripal. Je ne pense vraiment pas que la guerre froide soit l’objectif des différents gouvernements. Alors qu’est-ce que ça pourrait être?

     2

    Alerter
    • Bernard CORNUT // 17.04.2018 à 21h08

      Certaines des formulations de Macron révèlent un peu d’incertitude dans sa perception: en conférence de presse avec MBS il a dit que des attaques chimiques étaient avérées, silence bref, “du moins au chlore”, précision limitative qui a été omise le plus souvent dans la presse écrite, et qu’on retrace dans la note des services serviles en plusieurs passages. Or quand il avait énoncé sa ligne rouge, il avait précisé attaques chimiques prohibées; or le chlore n’est pas dans la liste de substances prohibées par l’OIAC. D’où sans doute une perception confuse… sans doute sa méconnaissance des turpitudes des groupes rebelles armés mercenaires trop peu rapportées par les media français empêchait Macron d’imaginer qu’ils aient pu diffuser eux-mêmes des neurotoxiques voire du chlore, ou tourner une video mise en scène, et la note des services serviles l’en dissuadait. Cette confusion que je présume expliquerait son explosion d’emportement, si rare chez lui, à Strasbourg devant les critiques des députés européens, lui faisant avancer, tout d’un coup excédé, un impératif moral universel devant les images de femmes et enfants subissant le chlore, qui ont été diffusées en boucle, sans qu’il répéte les mots d’attaques chimiques, car il devait déjà avoir appris ou réalisé qu’il n’y avait pas eu d’attaques chimiques à Douma. Je cherche à expliquer, pas du tout à excuser, ce crime passionnel ou crime d’orgueil, cette volonté désespérée de remettre la France dans le jeu diplomatique dont les erreurs de Sarkozy Juppé Hollande Fabius l’ont écarté, au lieu d’avoir eu le courage et l’humilité de les reconnaître et de s’en excuser auprès de la Syrie, comme il a reconnu il y a quelques mois, l’erreur de Sarkozy envers la Libye. La seule chose positive c’est qu’il a freiné l’immoral et impulsif Trump.

       3

      Alerter
      • Max // 18.04.2018 à 12h07

        Si je comprends bien, votre hypothèse serait celle d’une réaction effectivement impulsive de la part de Macron au vu des images diffusées sur les réseaux sociaux.
        Si c’est le cas, c’est à mes yeux beaucoup plus grave que de défendre des intérêts réels même secrets (on pourrait penser par exemple que des industriels du gaz seraient à l’origine d’une certaine pression). Pouvoir être autant influencé par des images non vérifiées et non etayées par une enquête me paraît catastrophique pour un chef d’État.

        À mon avis, c’est aussi peu probable, parce que les efforts désespérés du gouvernement pour bidouiller des preuves apparentes montrent bien qu’il y a un enjeu non dit derrière.
        Enfin, la précision des cibles montre bien qu’on ne sait pas tout : soit ils ont des preuves qui accusent les lieux précis, ils ne les fournissent pas au public mais attaquent quand-même les lieux concernés, soit ils n’ont pas de preuves, et il y a une autre raison de bombarder ces lieux en particulier.

         1

        Alerter
    • JLR72 // 17.04.2018 à 21h50

      Je ne mettrais pas ma main au feu s’agissant des anglo-saxons et en particulier les US. Poutine et sa volonté de ne pas se plier aux désidérata des US sur la scène internationale (les derniers ayant toujours fait ce qu’ils voulaient depuis la seconde GM pour leurs propres intérêts) est un réel souci pour le deep State.
      Citons la Libye, le Vénézuela, Cuba, l’Iran, la Chine depuis peu, sa stratégie habile en Syrie, sans compter la dépendance de l’Europe au gaz russe…tout cela embête clairement les US. Et, au regard de l’Histoire de ce pays et de leurs pratiques, notamment en Amérique du Sud, quand un pays gêne, on tente de le délégitimer, de le saborder.

      Concernant la Russie, cela a commencé avec l’Ukraine, puis la Syrie, puis les armes chimiques, puis les sanctions US et européennes, puis l’ingérence dans les élections US (toutes les charges ont été abandonnées), dans le Brexit ou l’indépendance de la Catalogne, puis l’ affaire Skripal, puis encore les armes chimiques et depuis hier (dans le Monde), les attaques informatiques russes contre des intérêts US et U.K.

      Bref de mon point de vue, les US ont toujours eu une stratégie claire vis à vis de la Russie, et qui s’est exacerbée depuis l’arrivée de Poutine: l’endiguement (d’où l’élargissement de l’OTAN en Europe à marche forcée) et la diabolisation (la Russie est menacante et a des visées expansionnistes pour reconstituer l’URSS). La volonté d’une nouvelle guerre froide (avec les US dans le rôle du gentil, du sauveur) est donc une hypothèse tout à fait objective.

       4

      Alerter
      • Max // 18.04.2018 à 12h21

        Je poursuis le raisonnement dans cette hypothèse (en tout cas pour les US).

        S’ils veulent effectivement affaiblir le régime de Bachar (et par contrecoup son soutien russe), je ne vois pas en quoi bombarder trois bâtiments va les aider. Naulleau par exemple a appelé vendredi soir (avant les frappes) à bombarder le palais de Bachar (excusez du peu), ce qui serait déjà plus cohérent. Quand Bachar a presque gagné la guerre, raser un centre de chimie n’a pas beaucoup d’influence sur le cours de ladite guerre.

        Donc s’il y a bien une offensive recherchée, ce serait à l’encontre de l’image de Bachar (ce qui n’est pas nouveau), et les frappes seraient une façon de donner du crédit aux accusations, faute de preuves. Pourquoi pas, mais ça ne me convainc pas complètement. Faire de la propagande avec des bombes n’est pas très prudent et peut facilement se retourner contre soi…

         0

        Alerter
  • Catalina // 17.04.2018 à 20h52

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=77&v=Wl5FpfV4Wx4

    Pierre Lévy : « Les puissances occidentales s’auto-érigent en communauté internationale »

     2

    Alerter
  • Jean // 17.04.2018 à 22h01

    Excellent décryptage du traitement médiatique sur les médias TV français de l’épisode des trois résolutions présentées à l’ONU, et refusés. BFMTV a été pris comme exemple.

    Véto Russe à l’ONU : média VS Réalité
    https://youtu.be/hLkXfUwwCs4

    Dédicace spécial à Bourdin.

     4

    Alerter
    • Fritz // 17.04.2018 à 22h14

      Vidéo remarquable sur les médiamensonges de BFM, merci.

      Bourdin, c’est le type qui avait empêché une auditrice serbe d’exprimer sa colère sur RTL en 1999, pendant les bombardements de l’OTAN, tout en laissant parler en fin d’émission Jamie Shea, porte-parole de cette organisation. Sur votre vidéo, il est carrément infect.

       3

      Alerter
  • Betty // 17.04.2018 à 22h19

    Les signes objectifs d’hypoxie sont la mydriase, la cyanose du visage et des ongles. Elle peut entraîner des altérations conduisant à la mort cellulaire. La surveillance de l’oxygénation par la seule fréquence cardiaque à partir des signaux électriques du cœur peut être trompeuse (dissociation électromécanique), par contre l’oxymétrie de pouls est fidèle. http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=hypoxie

     2

    Alerter
  • Betty // 17.04.2018 à 22h49

    Le chercheur Frédéric Pichon dénonce les erreurs commises par l’Occident et le rôle négatif des Etats du Golfe
    “Quelle est donc cette erreur de l’Occident ? Nous avons réfléchi à court terme, considérant que tous les moyens étaient bons pour faire tomber le régime d’Assad. Nous avons sous-traité le soutien aux opposants aux monarchies du Golfe, l’Arabie saoudite et le Qatar en particulier. Comme si les aspirations démocratiques du peuple syrien pouvaient être appuyées par des Etats qui sont tout sauf des démocraties ! ” https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/syrie-joue-role-tres-particulier-dans-l-eschatologie-musulmane-13137

     2

    Alerter
  • Raoul C, // 17.04.2018 à 22h57

    L’Agence de presse syrienne annonce que

    https://sana.sy/fr/?p=117187

    «Damas, SANA – L’équipe d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) est entrée mardi dans la ville de Douma, dans la région de la Ghouta orientale, dans la campagne de Damas.

    Le correspondant de SANA a indiqué que les experts de l’équipe étaient entrés dans la ville de Douma pour enquêter sur les allégations de l’attaque chimique présumée par les organisations terroristes et ses sponsors, en particulier les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

    L’équipe est arrivée à Damas plus tôt à la demande de la République arabe syrienne pour visiter le site de l’incident présumé à Douma et enquêter sur les allégations.

    Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont préempté le travail de l’équipe et ont perpétré samedi une agression tripartite sur les zones de Damas et de Homs sous prétexte d’utiliser des armes chimiques, une agression repoussée par la défense aérienne de l’Armée syrienne qui ont détruit la plupart des missiles ou les ont déviés de leur cible.

    Hazem Sabbagh»

     2

    Alerter
  • Ovuef2r // 18.04.2018 à 06h54

    Nos « amis » du decodex, eux, ont la certitude de l’usage de chlore et de sarin : les USA l’ont dit http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/reactions/2018/04/17/syrie-que-sait-on-de-l-attaque-chimique-du-7-avril-a-douma_5286620_4355770.html
    Malheureusement ils ne savent lire et entendre que l’anglais qui confirme leurs convictions. Et celle de Macron par la même occasion..
    Vous allez encore avoir une mauvaise note de leur part pour relayer des sources aussi douteuses que ce presque inconnu Robert Fisk..

     3

    Alerter
    • Bernard CORNUT // 18.04.2018 à 08h18

      JP PERRIN du Monde presstitute s’était prêté en 2012 si je me souviens bien à la première tentative de manipulation sur le sarin en entrant en Syrie de façon illégale sans visa via les passeurs des groupes rebelles mercenaires armés et en ramenant des fioles remises par eux pour analyses et publicité. Comment le Monde pourrait-il se déjuger ensuite, il doit s’enfoncer dans ses turpitudes et biais systèmatiques.

       0

      Alerter
    • un citoyen // 21.04.2018 à 20h45

      Ce que l’on peut remarquer, c’est que les cylindres dans l’hélicoptère de la vidéo de l’article du monde ne ressemblent pas à ceux retrouvés à Douma (i.e. photo de l’article https://www.les-crises.fr/nous-ne-pouvions-pas-respirer-a-linterieur-de-douma-en-syrie-le-site-de-lattaque-chimique-apparente-par-seth-doane/ + un autre du même type retrouvé sur un lit).

      “Les deux cylindres de gaz identifiés sur le site de la seconde attaque correspondent d’ailleurs à ceux qui ont été identifiés dans de nombreuses allégations d’attaques au chlore ces quatre dernières années en Syrie.” (le monde)
      => Dans ce cas, il est aussi possible que les rebelles auraient repris deux de ces bonbonnes et les auraient exposer à Douma (seconde attaque (*)) dans un but propagandiste (ce qui sous-entend alors qu’aucune attaque au gaz n’aurait eu lieu à Douma, ce qu’affirme les Russes).
      Rien n’est sûr évidemment… Reste à voir ce que l’OIAC va découvrir…

      (*) car la photo de la bonbonne de l’article importé dans Les Crises et celle de la vidéo des White Helmets (cf lien dans l’article le monde) semblent être les mêmes à cause du tissu à carreaux rouge/blanc à proximité.

       0

      Alerter
  • Nanker // 18.04.2018 à 09h49

    Visiblement cette affaire de Douma irrite pas mal chez les “vrais” journalistes (également appelés journalistes assis ou journalistes courtisans) : pas plus tard que ce matin Claude Askolovitch a, dans sa revue de presse sur “Inter”, tenté de démolir l’article de Fisk : ainsi un journaliste assis, parisien, tente de remettre en cause le travail d’un confrère étant LUI sur le terrain. Décidément ils oseront tout…
    Et Asko de se prendre aussi au blog “les-crises”!!! Olivier commence à déranger beaucoup de gens non?

    Et la nervosité avec laquelle le plumitif d’Inter s’attaque à Fisk me fait me dire que certains (les plus malins) dans les rédactions parisiennes commencent à se dire que les “rebelles” et les Casques Blancs de Douma leur ont servi un remake “high-tech” du pipeau du charnier de Timisoara qui à l’époque (1989) avait roulé dans la farine la totalité de la classe journalistique occidentale : “regardez le méchant Ceausescu, comment il massacre son peuple!!!”.
    Flash-forward vers 2018 et que dit-on chez les porteurs de carte de presse? “regardez le méchant Bachar, comment il massacre son peuple!!!”.
    CQFD…

    Le lien vers la prose historique d’Asko :
    http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_18780.xml

     5

    Alerter
    • Olposoch // 18.04.2018 à 10h10

      “you are free to say what you like if they like what you say” (source?)
      A france inter c’est sûr “la vérité” est ailleurs… là par exemple:
      https://www.franceinter.fr/emissions/profession-reporter/profession-reporter-15-avril-2018
      ou des “humanitaires” qui disent ce qu’ils ont envie d’entendre font, eux, du journalisme, une bien meilleure source donc.
      Amusant de commencer un billet par “le groupe salafiste pro-saoudien qui tenait la ville”, pour ensuite complètement oublier ce léger détail. L’interview de l’ ‘humanitaire” ne soulève aucune mise en perspective de la part de la rédaction, s’il dit que le gouvernement bombarde au napalm par exemple, c’est sûrement vrai, on doit bien pouvoir trouver des photos de flammes sur twitter.

       1

      Alerter
    • Jean // 18.04.2018 à 12h50

      Peut aussi être aussi écouté sur ce lien :
      https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-18-avril-2018
      A 107 minutes.
      Le bon coté est que cela fait de la pub pour Les Crises.

       0

      Alerter
  • olivier // 18.04.2018 à 10h16

    mais alors que dit Rudy le néocon sur ces doutes plus qu’intéressant :
    “SYRIE. Tandis que, dans un document rendu public le 14 avril 2018, « la France estime que, sans doute possible, une attaque chimique a été conduite contre des civils à Douma le 7 avril 2018, et qu’il n’existe pas d’autre scénario plausible que celui d’une action des forces armées syriennes dans le cadre d’une offensive globale dans l’enclave de la Ghouta orientale », la Russie accuse le Royaume-Uni et, plus subrepticement, son allié américain, d’avoir « mis en scène » cette attaque avec l’aide de l’organisation des Casques blancs. Le chef de la diplomatie russe a affirmé vendredi 13 avril disposer de « preuves irréfutables » de l’implication de services secrets étrangers dans cette prétendue manipulation (source : L’Obs, 13 avril 2018). Des accusations qui s’inscrivent dans le droit fil de celles déjà formulées par le Kremlin lors des attaques chimiques perpétrées à la Ghouta en août 2013 et à Khan Cheikhoun en avril 2017.”

    Sacré Rudy, et dire qu’il est reçu dans des commissions gouvernementale pour son avis à la pointe du débunkage de fakenews. Conspiracywatch ou le complot inversé décomplexé.

     1

    Alerter
  • WASTERLAIN Serge // 18.04.2018 à 13h02

    Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

    Les “preuves” de Macron sur l’attaque chimique de Douma ont été commentées, entre autres, par l’ancien commandant général de la Royal Navy et ministre de la Sécurité de Gordon Brown, et ceci sur la BBC ! Qui osera dire que c’est de la “propagande russe”
    https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/ghouta-meme-les-anglais-76810

    Syrie, pas en mon nom, pas avec mes garçons !

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications