Les Crises Les Crises
5.janvier.20195.1.2019 // Les Crises

Envoyé spécial. Violence, la surenchère

Merci 75
J'envoie

Source :France 2, Envoyé Spécial, 13-12-2018

Face à une marée de “gilets jaunes”, les policiers dénoncent une violence rarement atteinte à laquelle ils répliquent avec force gaz lacrymogène et grenades assourdissantes… Du côté des manifestants, il y a de nombreux blessés. Les forces de l’ordre ont-elles été dépassées ? Leur riposte a-t-elle été excessive ?

Samedi 1er décembre 2018, place de l’Etoile à Paris : des CRS sont attaqués à coups de pavés, dans un brouillard de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes, obligés de reculer face à une marée de “gilets jaunes”. En diffusant ces images spectaculaires, les policiers dénoncent une violence rarement atteinte et destinée, selon eux, à tuer.

Flash-Ball, grenades…

Le même jour, David, réfugié sous un Abribus avec sa compagne, est soudain touché par un tir de Flash-Ball. Sa joue est déchiquetée. Une semaine plus tard, à Bordeaux, un jeune homme perd sa main suite à l’explosion d’une grenade policière. Une jeune femme perd un œil sur les Champs-Elysées : grenade ? Flash-Ball ?

Les forces de l’ordre ont-elles été dépassées ? Leur riposte a-t-elle été excessive ?

Un reportage d’Elise Menand, Perrine Bonnet, Alice Gauvin, Matthieu Boisseau, Tristan Waleckx et Yvan Martinet

Source :France 2, Envoyé Spécial, 13-12-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Toff de Aix // 05.01.2019 à 09h39

On assiste a un changement total de la doctrine du maintien de l’ordre. Les grenades glif4 ne sont utilisées qu’en France, ailleurs elles sont considérées comme trop dangereuses. Combien de mains arrachées a cause de ça, déjà ? Et le gaz cs, considéré comme arme chimique par les instances internationales aux concentrations auxquelles les policiers français l’utilisent? En face, si vous êtes porteur d’un seul petit masque a gaz, désormais vous risquez la garde a vue, voire la prison, sous un prétexte fallacieux. Et le lbd, qui permet d’énucléer près de 30 personnes par an, en toute légalité ? Le ministère vient d’en recommander 300 exemplaires, dont 180 ultra modernes, a 6 coups. Il n’y a pas d’argent dans ce pays, sauf pour mater les gueux qui osent enfin relever la tête.

Étant secouriste et “bien a gauche”, je suis devenu naturellement “medic” lors des dernières manifestations contre la loi el khomri, et je ne compte plus le nombre d’interventions hallucinantes que j’ai faites, ou auxquelles j’ai assisté : un enfant de 5 ans et son père qui le tenait dans ses bras, en détresse respiratoire parce que gazé avec la foule, dans le tas, volontairement, … ado ayant pris un tir tendu de flashball dans la tête, homme gazé a bout portant avec une bonbonne de cs concentré, etc..

Dans tous les cas c’était un usage complètement disproportionné de la force, les manifestants en face n’ayant rien fait, a part occuper pacifiquement l’espace public. Jamais. Le pire que j’aie vu, pour rester honnête, c’est un gars qui balançait une canette de bière sur un crs, en fait non sur le bouclier du crs, lourdement protégé. Ce pauvre type a fait l’erreur de sa vie, c’est un peu comme si le gouvernement employaot un blindé de guerre pour écraser une révolte de fourmis… Ah, tien, au fait en parlant blindés, y avait quoi l’autre fois a paris?et ils étaient chargés avec quoi, “en dernier recours”?

En 2016 j’ai assisté a des scènes qui, normalement, devraient valoir a leurs auteurs au minimum un avertissement/blame, voire une mise en examen, et une radiation de la police : tir avec lance grenade lacrymogène détourné crosse a l’envers (ce qui permet le tir tendu, contraire au règlement), tir tendu de lbd au niveau de la tête (interdit), coups de tonfa sur la tête, le dos (zones rouges, formellement interdit par le règlement) etc etc.

Il n’y a jamais rien eu : les plaintes, quand il y s’en a, sont classées sans suite par l’IGPN. Systématiquement : il ne faudrait pas froisser la profession, qui est véritablement le dernier rempart entre la population et les “élites”. Ceci explique sans doute pourquoi aujourd’hui, comme en 2016, les policiers et crs ont été généreusement augmentés dès qu’ils ont commencé a menacer de bouger, par la voix de leurs syndicats..

Alors cette violence, elle est où, finalement ?
Qui en est responsable au premier chef?
Quel est le but de cette violence : instaurer la peur, décourager… Ou mettre le feu aux poudres, pour justifier encore plus la spirale de la répression ?

Petit indice : vous ne verrez jamais un “débat” de cette nature dans ce qui reste des “médias” français.

73 réactions et commentaires

  • Yab Léo // 05.01.2019 à 08h10

    Salut.

    Je vois que l’épidémie d’Idiocraty a atteint nos gardiens de la paix/
    V’la qu’il nous joue la surprise des pavés déterrés et de “l’agression meurtrière”…

    De tout temps il y a eu des dérapages, rien de nouveaux.
    …Ha si. Il nous joue la surprise maintenant.

      +17

    Alerter
  • Alfred // 05.01.2019 à 08h25

    Bonjour chers lecteurs des crises.
    Qu’est ce qui vous empêche de rejoindre aujourd’hui samedi le rassemblement hebdomadaire des gilets jaunes près de chez vous (dit acte xx sans date de fin)?
    -A – pas question. Une victoire du président lui permettra de réaliser toutes les réformes nécessaires.
    -B – ça ne se passe pas dans la rue. Les prochaines élections suffiront à réorienter la politique de ce pays dans le sens de l’initeret général (a la différence des autres fois (cette fois ci c’est la bonne))
    – C – il faut sanctionner l’usage de la force et mettre un terme au processus de déconstruction mais… j’ai peur de me prendre un mauvais coup et je laisse ça à d’autres
    – D – il faut une dissolution de l’Assemblée pour que la paix civile revienne et sortir du foutoir par les urnes mais… le jaune c’est moche et j’ai trop peur de passer pour un beauf auprès de mon entourage
    – E – je sais pas où aller.
    Sion allez y. (A moins que j’ai oublié d’autres raisons).

      +18

    Alerter
    • Kiwixar // 05.01.2019 à 09h42

      Une autre raison : c’est à 16,700 km d’en bas de chez moi… 🙂

        +4

      Alerter
      • DocteurGrodois // 05.01.2019 à 11h16

        Seulement 9600 km pour moi.
        Mais depuis l’extérieur et à notre petit niveau, l’essentiel est de redresser la perception du mouvement chez nos compatriotes dont beaucoup ne regardent exclusivement que BFM. Ceci dit, pas mal de gens ont changé leur fusil d’épaule depuis leur retour au pays pour les fêtes.

        Au passage, merci à RT de nous permettre d’avoir la manif en direct et sans commentaire dans notre salon en ce moment même.

          +9

        Alerter
        • Serge WASTERLAIN // 05.01.2019 à 13h35

          Moi plus modestement, 2.500 kilomètres ! Je suis rentré en France depuis le 20 décembre. Plus aucun rond-point d’occupé dans ma région (Maubeuge), impossible d’avoir des renseignements sur les manifestations régionales. Samedi prochain, il faudra que j’y aille à l’aveugle en espérant tomber sur une manif !

            +6

          Alerter
    • Paul // 05.01.2019 à 18h58

      acte 9, possible
      jusqu’à maintenant, réponse lâche, C
      car pas envie de me faire gazer et péter la tronche par un flashball

        +1

      Alerter
      • Fritz // 05.01.2019 à 23h57

        Apprenez un sport de défense (la boxe, par exemple).
        https://www.youtube.com/watch?v=gtrTtd0CGK0
        Les policiers reculent et n’en mènent pas large…

          +4

        Alerter
      • Alfred // 06.01.2019 à 00h02

        Il y a de quoi Paul à avoir la pétoche. Bilan de la journée là où j’habite : deux fois plus de monde que la semaine dernière (l’essoufflement sans doute) et quatre fois plus de blessés (par les crs cette fois (gendarmes mobiles la dernière fois); mais le responsable principal est le directeur départemental de la sécurité qui est un petit hargneux content de lui qui n’arrête pas de pousser les bleus à l’affrontement. Ce bon petit kapo n’est pas à sa place de collabo pour rien)
        On commence à mesurer très modestement le courage des anciens. En toute franchise je n’ai jamais envie d’y aller. Mais ça vaut la peine. Songez que si Macron gagne c’est la porte ouverte au grand dépouillement de notre pays par des malfrats en cols blancs. Sans plus aucune opposition ni contre pouvoir.
        Il faut y être aussi pour ne pas laisser le terrain qu’à ceux qui sont “trop chauds”. S’il ne reste que les excités Macron à gagné. C’est loin d’être le cas mais il ne faut pas laisser cela advenir en restant chez soit. Courage et bonne chance.
        (Fritz vous faites allusion au boxeur de la passerelle parisienne ? C’est à moitié drôle seulement. Tout cela est très flippant. Les bleus ont l’impunité en face).

          +12

        Alerter
        • Fritz // 06.01.2019 à 00h19

          Oui, Alfred, il faut en être. C’est le moment de donner de sa personne.
          Quant aux policiers et gendarmes chargés d’une triste besogne, je les invite à rejoindre le peuple en colère. Ils seront les bienvenus, comme le 17e régiment à Béziers en 1907, comme l’armée portugaise à Lisbonne en 1974.

            +5

          Alerter
        • Fritz // 06.01.2019 à 11h04

          Pour le gendarme refoulé à coup de poings sur la passerelle, BHL parle de “lynchage” :
          https://www.20minutes.fr/societe/2409091-20190106-gilets-jaunes-images-homme-boxant-gendarme-paris-font-polemique
          Pour les gilets jaunes tabassés, gazés, mutilés, BHL n’a exprimé aucune solidarité.

            +8

          Alerter
          • Alfred // 06.01.2019 à 13h57

            S’il restait une once de noblesse dans ce pays cela se réglerait par le choix d’un champion pour chaque camp afin d’éviter les victimes inutiles. Par exemple le gilet jaune Christophe Dettinger contre le policier Didier Andrieux (déjà chevalier de la légion d’horreur). 😎

              +3

            Alerter
            • Fritz // 06.01.2019 à 14h07

              Exactement, Alfred. Nous avons eu la même idée. Les Horaces et les Curiaces se sont affrontés pour éviter la guerre entre Albe et Rome !
              Je crains qu’il ne reste plus une once de noblesse dans notre État médiatique et répressif. Entre Dettinger et Andrieux, quel boxeur est accusé d’agression ? De lynchage ? D’acharnement sur une victime sans défense ? C’est celui qui a pris des risques.

                +3

              Alerter
        • Fritz // 06.01.2019 à 13h35

          Mais voici un boxeur républicain, comme BHL les aime :
          https://www.youtube.com/watch?v=CnUR-mqMNYo
          Il a été décoré de la légion d’honneur, il y a quelques jours.

          Comme disait Edouard Philippe il y a quinze jours : « La politique, c’est comme la boxe. Quand vous montez sur le ring, vous savez que vous allez prendre des coups. J’en prends. Je peux en donner aussi. J’aime ça. »

            +1

          Alerter
    • VVR // 07.01.2019 à 08h27

      – F – parceque la pensée magique ça ne marche pas.

      En 2016, le but était clair, on était organisé, nombreux, déterminé. Je connais des gens qui sur l’année ont perdu plus d’un mois de salaire.

      Résultat: la loi est passée, son principal artisan est président de la République, son parti, créer ad-hoc après son élection, est majoritaire a l’assemblée.

      Les GJ n’ont pas d’objectif clair, du moins je n’ai toujours vu aucun document voté en assemblée générale disant quel est l’objectif a atteindre. Il n’y a même pas de consensus au niveau du rond point, alors au niveau national n’en parlons pas.

      Et quand aux moyen, occuper un rond point ne fait chier personne, manifester le samedi non plus. Les banques n’ont pas perdu un centime, les soldes ne sont pas perturbées. Pourquoi voudriez vous qu’ils cèdent ? Surtout si la revendication maintenant c’est d’annuler les dernières élections. Avant qu’il ne se suicide, il va falloir faire un peu plus qu’une balade dominicale sous les lacrimos.

      Si vous vous demandez comment les syndicats ont obtenus une victoire, certe partielle, en 1995, ce n’est pas seulement les 3 millions de manifestants. C’est surtout que si l’on réussit a déclencher 9 millions de jours de grève, on est en mesure de bloquer le pays. Et ça, ça leur fait peur, et il cèdent. Encore faut-il qu’ils sachent sur quoi céder.

        +2

      Alerter
  • keg // 05.01.2019 à 08h53

    A quoi tient l’Histoire ? A un simple rapport de forces :
    • Pacifique : 20 millions de Gilet jaune contre 110 000 flics, crSS, gendarmes
    • Violent : 100 000 flics, crSS, gendarmes contre 5 000 Gilet Jaune
    Nous portons à bout de bras notre destin : esclaves ou libres ! Nous sommes comptables de ce que nous allons, dans les jours qui suivent, laisser à nos descendances…. Et elles seront en droit de nous demander des comptes. Leur répondrons- nous
    • en excuse (pour justifier notre absence)
    • ou en moyen (pour expliquer notre modeste contribution pour instaurer leur bien-être)

    https://wp.me/p4Im0Q-2H2
    Etre, encore, Gilet Jaune, demain https://wp.me/p4Im0Q-2Et

      +24

    Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 05.01.2019 à 09h06

    pauvres petits poulets , y sont devenus vegan …Il y a deux possibilités à propos de ce niveau de violence , soit vraiment Macron est persuadé qu’il va réussir a faire peur au peuple , soit il attend un mort par balle pour justifier une répression accrue encore , à la Moubarak .Mais rappelez vous comment ils ont fini , par contre c’est vrai qu’il y avait beaucoup de “démocratie “derrière ces peuples pour les soutenir financièrement et logistiquement contre leurs oppresseurs.Mais nous on est la France , Allez ,on lui prouve que l’on peu le virer rien qu’avec nos petits bras ?

      +16

    Alerter
  • Catalina // 05.01.2019 à 09h11

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=48&v=Mh4N0LyW234

    Gilets jaunes : «Le mouvement s’organise d’une autre manière»

      +3

    Alerter
    • Xavier // 05.01.2019 à 09h51

      «  les gens veulent simplement retrouver leur démocratie » : c’est là que ce mouvement m’inquiète, la démocratie n’a jamais existé, c’est juste que nous avions plus de fruits d’un système profondément anti démocratique du aux 30 glorieuses, ou même dans les années 80 et 90 à leur souvenir.

      Tant qu’on se bercera de ce genre de discours, il n’y aura pas d’issue, car le pouvoir et le confort que nous avons acquis sont très au-dessus de la moyenne mondiale, et nous travaillons bien moins et n’avons pas beaucoup de matières premières au regard de ce que nous utilisons…

      Maintenir cette écart ne passe que par des guerres, et effectivement maintenant un inconfort psychologique du au fait que nous en sommes plus ou moins conscient.
      C’est ça le mal-être du XXIe siècle : l’information nous renvoie l’image de notre dominance.

      Nous sommes partagés entre crise de conscience en phase de déni ou de colère de notre identité collective occidentale et épuisement moral d’obéissance à nos propres dominants encore dans le déni… et qui n’ont de modèle que « travailler plus pour gagner plus » (dans leur cas).

      Pas de conscience systémique, pas de solution !

      En parallèle de la nécessaire reprise du pouvoir il faut donc être vigilants à ne pas reproduire le même modèle en reculant juste de qq années…

        +12

      Alerter
      • PoissonPilote // 05.01.2019 à 10h42

        Jacques Attali l’expliquer sans complexe.
        – Porte parole du marché financier.
        – Parrain de Macron.

        https://youtu.be/dyGBIBvzzn4

          +3

        Alerter
  • Merlin // 05.01.2019 à 09h11

    «Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable.»
    John Fitzgerald Kennedy.

      +39

    Alerter
  • RGT // 05.01.2019 à 09h17

    Si les “forces de l’ordre” se sont lâchées, c’est qu’elles ont reçu des instructions précises de leur hiérarchie.

    De plus, on constate que les “vielles techniques” sont toujours appliquées : “L’état” place ces personnes dans une situation stressante sans avoir la possibilité de boire ni de se nourrir pendant des heures, ce qui fait “normalement” monter l’agressivité de TOUS les êtres vivants, puis on leur donne l’ordre “d’avancer” (se lâcher), ce qui se traduit immanquablement par des actes individuels d’une agressivité sans AUCUNE limite.

    Ces “techniques de management” des “forces de l’ordre” s’apparentent à de la torture.

    Et dans ce cas, ceux qui doivent être très sévèrement sanctionnés et tenus pour entièrement responsables de mise en danger de la vie d’autrui sont malheureusement totalement intouchables, comme d’habitude.

    C’est AUSSI sans aucun doute une des multiples causes de la colère des gilets jaunes qui en ont marre de constater à chaque instant dans leur “petite vie” qu’ils vivent dans un monde dans lequel ils doivent se plier à des lois qu’ils n’ont PAS approuvées et qui ne servent qu’à préserver les intérêts des “élites”.

    “Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir jaune.”

      +31

    Alerter
  • Xavier // 05.01.2019 à 09h26

    Dans la partie d’échecs qu’est la stratégie globalisée, le vrai pouvoir (pas Macron mais le monde économique banques et GAFAM), joue la virtualisation / artificialisation de la société, à 10 coups d’avance pendant que nous jouons à un ou deux coups…

    Alors certes, comme le dit keg, nous sommes réels et nombreux, mais seule notre conscience du pouvoir systémique et donc des objectifs réels peut nous faire résister à l’invasion qui sera alors irréversible des GAFAM dans nos vies.

    Facebook, Google, etc. ont signé en 2018, encore plus que les années précédentes, de multiples partenariats avec nos gouvernements occidentaux, dans l’éducation, la justice, les médias jusqu’à devenir des références et des censeurs.

    Ils se rendent indispensable à l’exercice d’un pouvoir, mais aussi des business et du confort.

    Croire qu’on va s’en passer c’est illusoire, penser qu’on peut gagner sans analyser ce basculement du pouvoir c’est se tromper de combat.

    J’imagine un système de RIC organisé via des moyens numériques dépendants d’eux…

      +13

    Alerter
    • Chris // 05.01.2019 à 13h09

      Vous avez oublié l’hormone anti-xénophobe alliée aux techniques de rééducation citoyenne !
      https://www.youtube.com/watch?v=zEnpFVpFTkY
      Comment réduire la xénophobie et renforcer l’altruisme ?
      Frau Milka, pense à tout : en plus, ça fait nettement moins de vagues que les actes numérotés des Gilets jaunes…

        +1

      Alerter
  • Toff de Aix // 05.01.2019 à 09h39

    On assiste a un changement total de la doctrine du maintien de l’ordre. Les grenades glif4 ne sont utilisées qu’en France, ailleurs elles sont considérées comme trop dangereuses. Combien de mains arrachées a cause de ça, déjà ? Et le gaz cs, considéré comme arme chimique par les instances internationales aux concentrations auxquelles les policiers français l’utilisent? En face, si vous êtes porteur d’un seul petit masque a gaz, désormais vous risquez la garde a vue, voire la prison, sous un prétexte fallacieux. Et le lbd, qui permet d’énucléer près de 30 personnes par an, en toute légalité ? Le ministère vient d’en recommander 300 exemplaires, dont 180 ultra modernes, a 6 coups. Il n’y a pas d’argent dans ce pays, sauf pour mater les gueux qui osent enfin relever la tête.

    Étant secouriste et “bien a gauche”, je suis devenu naturellement “medic” lors des dernières manifestations contre la loi el khomri, et je ne compte plus le nombre d’interventions hallucinantes que j’ai faites, ou auxquelles j’ai assisté : un enfant de 5 ans et son père qui le tenait dans ses bras, en détresse respiratoire parce que gazé avec la foule, dans le tas, volontairement, … ado ayant pris un tir tendu de flashball dans la tête, homme gazé a bout portant avec une bonbonne de cs concentré, etc..

    Dans tous les cas c’était un usage complètement disproportionné de la force, les manifestants en face n’ayant rien fait, a part occuper pacifiquement l’espace public. Jamais. Le pire que j’aie vu, pour rester honnête, c’est un gars qui balançait une canette de bière sur un crs, en fait non sur le bouclier du crs, lourdement protégé. Ce pauvre type a fait l’erreur de sa vie, c’est un peu comme si le gouvernement employaot un blindé de guerre pour écraser une révolte de fourmis… Ah, tien, au fait en parlant blindés, y avait quoi l’autre fois a paris?et ils étaient chargés avec quoi, “en dernier recours”?

    En 2016 j’ai assisté a des scènes qui, normalement, devraient valoir a leurs auteurs au minimum un avertissement/blame, voire une mise en examen, et une radiation de la police : tir avec lance grenade lacrymogène détourné crosse a l’envers (ce qui permet le tir tendu, contraire au règlement), tir tendu de lbd au niveau de la tête (interdit), coups de tonfa sur la tête, le dos (zones rouges, formellement interdit par le règlement) etc etc.

    Il n’y a jamais rien eu : les plaintes, quand il y s’en a, sont classées sans suite par l’IGPN. Systématiquement : il ne faudrait pas froisser la profession, qui est véritablement le dernier rempart entre la population et les “élites”. Ceci explique sans doute pourquoi aujourd’hui, comme en 2016, les policiers et crs ont été généreusement augmentés dès qu’ils ont commencé a menacer de bouger, par la voix de leurs syndicats..

    Alors cette violence, elle est où, finalement ?
    Qui en est responsable au premier chef?
    Quel est le but de cette violence : instaurer la peur, décourager… Ou mettre le feu aux poudres, pour justifier encore plus la spirale de la répression ?

    Petit indice : vous ne verrez jamais un “débat” de cette nature dans ce qui reste des “médias” français.

      +121

    Alerter
    • PoissonPilote // 05.01.2019 à 11h11

      “Comment réduire la xénophobie et renforcer l’altruisme?
      Des chercheurs de l’Hôpital universitaire de Bonn ont montré dans une nouvelle étude que l’ocytocine,
      une hormone de liaison,
      ainsi que les normes sociales renforcent considérablement la volonté de donner de l’argent aux réfugiés dans le besoin,
      même chez les personnes qui ont tendance à être sceptiques à l’égard des migrants.
      Les résultats sont publiés dans les Actes de la National Academy of Sciences (PNAS).”

      https://www.uni-bonn.de/news/188-2017

        +2

      Alerter
      • Xavier // 05.01.2019 à 12h23

        Et l’ocytocine est « l’hormone des femmes », celle qui les rend patientes et dont la production est inhibée par la testostérone.

        Dissimuler la féminisation qui a pour objectif de désactiver l’agressivité qui représente un risque pour les dominants sous des prétextes humanisants est une stratégie bien compréhensible…

          +17

        Alerter
        • Micmac // 05.01.2019 à 15h23

          Vous n’avez pas l’impression de raconter n’importe quoi?

          Vraiment, vous pensez que nos gouvernements n’ont que ça à f.. que de nous “féminiser” à coup d’hormones pour nous faire accepter les migrants?

          Vous me faites penser au général de Dr Folamour et ses histoires de fluides corporels.

            +8

          Alerter
    • Betty // 05.01.2019 à 14h09

      Bonjour. Peut-être qu’il n’y a rien eu en 2016 car la justice n’est pas prompte a se prononcer sur ce sujet: Flashback vs Flashball “Fin 2016, trois policiers ont été jugés et condamnés par le TGI de Bobigny pour avoir tiré au Flashball et blessé six personnes, dont l’une a perdu un œil, le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil. Les policiers ont fait appel. Au premier jour de ce nouveau procès, nous revenons sur « la défense » des policiers et ce qu’elle dit de la violence qu’ils exercent au quotidien.” Collectif Huit Juillet. https://blogs.mediapart.fr/assemblee-des-blessees/blog/150518/flashback-vs-flashball

        +6

      Alerter
  • SanKuKai // 05.01.2019 à 10h23

    Pourquoi les syndicats n’emboîtent pas le pas des gilets jaunes en appelant à la grève générale comme ils l’ont fait avec les étudiants en 68?
    Il y aurait encore quelques violences d’Etat mais le mouvement serait terminé en quelques semaines avec la démission du roi corrompu.
    Les syndicats défendent qui au final?

      +32

    Alerter
    • Kiwixar // 05.01.2019 à 10h46

      Pourquoi les syndicats ne bougent pas… Poser la question, c’est y répondre. Les responsables syndicaux sont passés du côté obscur, achetés ou compromis.

        +65

      Alerter
    • K // 05.01.2019 à 15h09

      Bien d’accord, le comportement des centrales syndicales est plus que suspect :
      – Refus d’embrayer sur le mouvement des gillets jaunes Des premieres semaines alors que c’était le moment ou jamais. Et alors qu’un tel embrayage aurait permis aux syndicats de fédérer bien au dela de l’extrème gauche puisque 75% Des Français sont/étaient derriere Les JG.
      – Refus de s’unir avec les autres centrales pour faire grèves conjointement.
      – Renoncement à la mobilisation interprofessionelle (inter-branches): Les éboueurs en grève un jour, les conducteur la semaine d’après, grève Des postiers la semaine suivante, etc. Au lieu de faire une ou deux journees seulement de grève generale tres suivie (ce qui permettrait au travailleurs de prendre conscience de leur pouvoir), chacun fait sa grève Dans son coin, ce qui desespere le travailleurs (qui perd une journee de salaire pour pas grand chose) ET exaspere l’usager (qui est dérangé chaque jour par une corporation différente en grève).

      D’ailleurs la base syndicaliste prend de plus en plus ses distances avec les centrales, qui reprennent toutes Les tares Des structures étatiques (technocratie, trahison, jeux de pouvoir, carriérisme Des dirigeants, etc).

        +21

      Alerter
    • Toff de Aix // 05.01.2019 à 15h24

      Ne pas confondre les directions syndicales (qui sont vendues a la macronie, je vous rejoins) de la base… Énormément de camarades sont sur les ronds points, non plus en chasuble rouge mais en gilet jaune…

      Et les unions départementales qui sont sincèrement anti macron (comme la mienne, a Marseille), jouent le jeu et ont déjà fait la jonction. Aujourd’hui a Martigues par exemple, manif commune gilets jaunes – cgt.

      De nombreuses initiatives ont eu lieu depuis deux mois, plusieurs rencontres entre cegetisret représentants GJ, mais il fait reconnaitre qu’un certain moustachu a toit fait pour bloquer cela, et éviter que ca ne prenne… Allant meme jusqu’à organiser une manif nationale le jour d’un appel a mobilisation local…..

        +17

      Alerter
    • Owen // 06.01.2019 à 07h09

      “Les syndicats défendent qui au final?”

      La CGT lutte contre l’extrême droite. Le mouvement de gilets jaunes est d’extrême droite.
      com/2018/11/communique-de-la-cgt-sur-la-manifestation-du-17-novembre.html

      Il ne faut clairement pas que ce syndicat rejoigne les GJ. Au mieux, ce sont eux qui fournissent les casseurs, les antifas black bloc, qui permettent ensuite au ministre de dire que la peste brune coule comme de la lave et au clergé médiatique de faire son miel.

      Seuls les GJ pourront défendre leurs intérêts, les syndicats ne pourraient que les fausser (ou alors le militant de base enfile son gilet jaune pour les aider).

        +3

      Alerter
    • mmma // 06.01.2019 à 19h00

      comme dit par d’autres: achetés ou compromis, j’y ajoute “du coté des mondialistes-idiots-utilies-des-banques”. Dailleurs, ex-adhérent de 30 ans à la CGT, j’ai déchiré ma carte et surtout fait sauter le prélèvement, Martinez est un pourri!

        +1

      Alerter
    • marcvador // 06.01.2019 à 20h32

      La CFDT a clairement répondu : Elle est contre les factieux gilets jaunes. En même temps peut-on être vraiment surpris?

        +2

      Alerter
  • un citoyen // 05.01.2019 à 12h14

    Bon reportage qui montre au mieux ce qui s’est passé dans les deux camps.
    Après, que dire ? C’est triste.
    D’un côté, la première manif qui a été violente (pavés, acide, objets de tout genre, …) par une forte partie des manifestants, pensant que la solution pour arriver à quelque-chose ne pouvait se faire que par la violence (et je ne suis -et n’étais- pas d’accord sur ce point). De l’autre, la réplique des forces de l’ordre lors des manifs qui ont suivis, avec un usage disproportionné de la force dans de nombreux cas, qui me fait penser à la charge de la cavalerie cosaque contre la foule dans un film d’Eisenstein sur la révolution russe de 1905.

    Le gouvernement semble se réjouir des nouvelles dispositions et de façon aveugle (pas un mot sur les bavures et sur les blessés graves, peu ou pas de discernement entre les manifestants pacifiques et les manifestants violents). Le recours à l’autoritarisme pour rétablir l’ordre ne rétablira pas l’autorité car cette dernière découle de l’auctoritas républicain, la véritable autorité qui ne peut être valable que si l’ensemble des citoyens est d’accord sur ses fondements.

      +4

    Alerter
    • Nad41 // 05.01.2019 à 13h12

      Cette autorité qui fait grandir, qui valorise, pas celle dont le sens est dévoyé…
      Et là on est mal barrés ! Ça fait trop longtemps que le vrai sens du mot est détourné au profit de celui de la poigne de fer !

        +4

      Alerter
    • Larousse // 05.01.2019 à 16h01

      Ce reportage questionne sur les dérives individuelles et officielles, du côté des GJ excédés et du pouvoir de plus en plus autoritaire, tout n’est pas dit et on sent aussi de l’autocensure.
      Quelques personnes semblent honnêtes des deux côtés.
      Une chose est pourtant bien établie, la visite du ministre Castagner à des gendarmes est bien un acte de propagande assumé et les témoignages sont “amenés officiellement”. Un député républicain avait dit dès l’annonce de la 1re manifestation des GJ qu’il craignait fortement que ce ministre novice en ce domaine veuille chercher la “castagne” pour prouver sa compétence. Eh bien, il s’est bien servi (avec une addition de borgnes et d’estropiés).

      Dans un véritable pays démocratique, un tel ministre serait déjà convoqué devant une commission parlementaire et sûrement mis sur la touche au minimum.
      Comme rien ne se passera. On peut en déduire que les choses vont empirer. Si ce pouvoir d’Emmanuel Macron s’en sort, c’est la France qui continuera son effondrement. Et si la répression continue, ce sont les Forces de l’Ordre qui devront choisir leur camp. Si celles-ci ne prennent pas conscience de ce dilemme, alors en cas d’effondrement du système, nombre de membres d’entre elles auront beaucoup de soucis, comme malheureusement cela s’est toujours passé en période révolutionnaire.
      La grève de la consommation peut précipiter pacifiquement la chute du système basé sur ce consentement social actuel – des riches plus riches, des proches serviteurs plus ou moins récompensés et pour tous les autres – qu’il se débrouille avec les miettes !

        +12

      Alerter
    • un citoyen // 06.01.2019 à 06h25

      (erratum : 1912 par le film ‘La Grève’ (1924) et non 1905 avec ‘Le cuirassé Potemkine’ (1924) -où il y a aussi des cavaliers cosaques lors d’une répression mais on ne les voit pas charger-.
      Attention : je n’ai pas dit que c’était comparable, simplement que cela m’a fait re-penser à cette scène)

        +0

      Alerter
  • Louis Robert // 05.01.2019 à 13h20

    Suivez en direct: il doit bien y avoir là « une centaine » de Gilets jaunes…

    ______

    « Acte 8 des Gilets jaunes : après les vœux de Macron, première mobilisation de 2019« 

    https://m.youtube.com/watch?v=u2eEctDJLPo

      +0

    Alerter
  • Nad41 // 05.01.2019 à 13h31

    Je souligne une chose, c’est que la violence de qqn qui s’est pris des coups toute sa vie est proportionnelle à son asservissement quand enfin il relève la tête. Je me suis toujours questionnée, moi qui étais une ado bien rangée mais bouillant de colère à l’intérieur, sur le temps mis par la colère pour s’échapper de la marmite quand elle ne peut plus être contenue. Et franchement je me sens bien solidaire des GJ pacifistes mais aussi de ceux qui pètent les plombs, excusez l’expression ! La violence d’Etat a été citée au début du mouvement ou de la révolte, ne l’oublions pas. Et les flics en sont les représentants, qu’ils le veuillent ou non.

      +26

    Alerter
    • Actum est de Republica ! // 05.01.2019 à 19h24

      Nous sommes d’accord. Ils cherchent la confrontation. Croyez-moi, ils l’auront. Qui croyez-vous qui sera en mesure, sur les plans de la capacité d’analyse et de l’ouverture d’esprit nécessaire à embrasser les enjeux du monde d’aujourd’hui de remporter le combat pour le retour à la réalité, et ce faisant pour construire un monde plus juste ?

      Les marketeurs de la politique et d’ailleurs, qui vivent dans et du mensonge quotidien en méprisant ceux qui sont leurs clients ordinaires à la ville ou en politique ou bien nous ?

      Ce à quoi nous assistons en ce moment, c’est simplement le retour du réel et le renversement du simulacre. La vérité écrase presque en temps réel, grâce à la réactivité que permet internet, chacun des mensonges merdiatiques de plus en plus outranciers que vomit le Système.

      Toute révolution véritable s’accomplit dans le sang. Qu’on le veuille ou non, qu’on le déplore ou non, c’est ainsi.

      L’Histoire, hélas, le prouvera une fois de plus, faute d’avoir en face de nous des adversaires dignes de respect. Ni pitié, ni respect pour ces gens-là. Le p’tit Griveaux, lamentable provocateur gouvernemental et ignoble menteur au demeurant a sans doute eu la frousse de sa vie aujourd’hui. Gageons que ce ne sera pas la dernière fois…

      https://actu.orange.fr/france/gilets-jaunes-benjamin-griveaux-evacue-d-urgence-de-son-ministere-magic-CNT000001bGMUj.html

        +3

      Alerter
  • Weilan // 05.01.2019 à 13h34

    Des nouvelles de l’enquête de l’IGPN sur la mort de l’octogénaire Zineb Redouane à Marseille ??
    Pour rappel, cette vielle dame qui tentait de fermer les volets de son appartement au 4ème étage, avait reçu une grenade ( lacrymogène?) en pleine figure.

      +17

    Alerter
  • Louis Robert // 05.01.2019 à 13h36

    Devant tout cela, où donc sont passés les grandes autorités intellectuelles et morales de la France, tous ses visionnaires, ses grands penseurs, artistes, professionnels de tous métiers et de tout poil qui font autorité?

    Où sont-ils tous lorsque vient, comme maintenant, le temps de les entendre sur le Pouvoir, la liberté, la vérité, la justice, la démocratie, les droits de l’honnête homme et du citoyen? Où les trouve-t-on?

    Quel désert, tout de même!!! Quel silence de mort règne par ici, quand paraissent les vautours!

      +18

    Alerter
    • Xavier // 05.01.2019 à 16h07

      Peut-être ai-je trop vite lu mais vous oubliez ce qui lie tout cela…

      Les principes.

      Ils sont la formalisation de ce que nous pouvons accepter ensemble.
      Peut-être devons-nous justement en reparler ensemble.

      Mais cela ne pourra se faire qu’en passant par une conscience de nos déterminismes… désolé pour ma marotte laboritienne…

        +0

      Alerter
  • Fritz // 05.01.2019 à 16h25

    S’il y a des policiers ou des gendarmes qui lisent ce blog :

    CESSEZ DE PROTÉGER CE POUVOIR ILLÉGITIME !
    Arrêtez de frapper, de gazer, de mutiler les citoyens en colère !

    Si vous êtes des forces de l’ordre, vous devez protéger le PEUPLE !

    C’est reparti à Rouen, à Caen, à Paris, en ce moment même. Si jamais ce pouvoir honni devait s’effondrer, songez à la colère justifiée de vos victimes contre vous, et contre vos familles !

    A bon entendeur, salut.

      +12

    Alerter
    • Le Rouméliote // 05.01.2019 à 18h30

      Bravo ! La crosse en l’air et le petit roi se retrouvera tout nu !
      “Salut ! Salut à vous, braves pioupious du 17ème…”

        +3

      Alerter
  • Narm // 05.01.2019 à 18h47

    on l’a vu sur un article ici, une mamie de 80 ans a été touché au 4eme étage d’un immeuble et en est morte ! inadmissible

    les grenades qui tuent (Remi F) et qui mutilent sont des grenades de désencerclement. Leur usage est comme leur nom l’indique : défensives !! !! !! !! (je n’ai pas assez de point d”exclamation
    Or ces moyens sont utilisés dans tous les sens. La manif est interdite parcequ’il n’y a pas d’autorisation administratif, mais on estrope en bafouant les règles ?

      +4

    Alerter
  • ima // 05.01.2019 à 19h03

    Je suis respectueux des forces de l’ordre, sans leur présence la vie serait impossible dans les grandes villes.
    Par contre il faut aussi reconnaître que, principalement chez les CRS, un certain nombre se sont surtout engagés pour casser du manifestant.
    Rien à voir avec la crise économique et la dure recherche d’un emploi, le phénomène est bien plus lointain. Pour les plus anciens des lecteurs, se rappeler de leur intervention au métro Charonne en 1962, lors d’une manifestation contre l’OAS, où ils firent quand même 9 morts;
    La foule pour se protéger des charges voulu descendre dans le métro, mais les portes avaient été bloquées, Ils se retrouvèrent agglutinés contre les portes, permettant aux forces dites “de l’ordre” de leur lancer les grilles en fonte entourant vos chers arbres parisiens, entre autres, arrivant à ce résultat.
    Pas de changement sauf qu’ils ont quitté l’artisanat pour l’industriel. Un jour, il faudra qu’ils paient aussi les chiens de garde de la bourgeoisie !

      +14

    Alerter
    • mmma // 06.01.2019 à 19h08

      les CRS qui aimment tabasser ne sont les chiens de garde de personne, c’est pathologique, ils aiment casser du bonhomme en se retrouvant du bon coté de la matraque, s’ils peuvent palper en plus ça ne les gène pas…. Sous un régime nazi ils sont kapo, dans les camps staliniens ils sonts sur un mirador au nord de la Sibérie, en france de 1943 ils font partie de la gestapo française, ici et maintenant les moins costauds et les plus péteux sont petit-chef-de-service là où on peut faire payer et payer, les plus courageux ou les plus cons, et les plus costauds, sont derrière un bouclier. C’est l’humanité…
      Sont-ils recyclables? Peut être quand un pouvoir issue du peuple ouvrira des camps de contention pour les malfaisants(politiciens…), ils se retrouveront avec un brassard et une schlague.

        +3

      Alerter
  • Denis Monod-Broca // 05.01.2019 à 21h07

    Sacré pas mort

    Citoyens et commentateurs cèdent de longue date à une très fâcheuse tentation, celle de polariser la vie politique sur la personne du président de la république, comme s’il était encore roi de droit divin.
    Sans doute est-ce pour cela qu’en 2015, avant d’être candidat, Emmanuel Macron disait : « La normalisation de la figure présidentielle a réinstallé un siège vide au cœur de la vie politique. Pourtant, ce qu’on attend du président de la République, c’est qu’il occupe cette fonction. »
    Sa candidature et sa campagne ont convaincu les Français qu’il pouvait être ce roi tant attendu. Et ils l’élurent. Mais désormais, comme il se doit d’un roi sacré, ils sont nombreux à attendre le salut de son sacrifice. Ils le disent en gilets jaunes sur les ronds-points, le pendant ou le décapitant en effigie.
    « Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort » avait-il dit aussi. Peut-être est-ce juste. Nous aurions pu, nous aurions dû, épargner Louis Capet. Arrachant le voile de crédulité superstitieuse qui l’enveloppait, nous aurions ainsi reconnu qu’il était un homme comme un autre, prisonnier de son destin, non responsable donc. Mais les choses ne se sont pas passées ainsi. Le voile n’a été que soulevé et la mort du roi votée. Nous sommes restés depuis dans cet entre-deux, sans roi mais en manque de roi. Dans la forme tout sacré est banni, dans le fond il rôde toujours, là, tout près, en chacun.
    La fonction présidentielle a formellement remplacée la personne royale.
    Le roi était sacré, à la fois tout-puissant et destiné à être sacrifié.
    Le président, lui, est un homme comme un autre, censé s’en tenir aux contours constitutionnels de sa fonction.
    C’est un indéniable progrès.
    À condition de le comprendre.
    Ni celui qui se veut notre roi, ni la foule qui le décapite en effigie, ni la plupart des commentateurs ne semblent l’avoir compris. L’engrenage risque de se poursuivre, les choses d’empirer. S’il persiste à se comporter en roi sacré, la foule, elle, va continuer à simuler son sacrifice.
    L’article 5 de la Constitution dit : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »
    Qui saura rappeler à M. Macron qu’il est veilleur, arbitre, garant, pas roi ?
    Si la foule a tort de persister dans ces affreux simulacres de mise à mort, lui a tort de persévérer dans la confusion entre sa fonction et sa personne.
    « Égalité » affirme la devise de la République. Pour tenir en respect le sacré, nous devons croire, comme s’ils étaient sacrés, en nos mots et donc en celui-ci : « égalité ». Hommes nous sommes égaux. Ce n’était pas vrai de nos rois. C’est vrai de nos présidents. Cessons de tout ramener à eux, comme s’ils étaient des individus à part, différents du commun des mortels, capables de tout, coupables de tout.
    Et si nous nous essayions à la rationalité ? Encore faudrait-il y croire…

      +0

    Alerter
  • Narm // 05.01.2019 à 22h29

    nouveau lien pour la vidéo de l’article

    https://youtu.be/ZCvaNm5pLkQ

      +0

    Alerter
  • occitan // 06.01.2019 à 10h17

    Petit à petit nous assistons à une militarisation des forces du désordre, puisque notre armée de mercenaires est mobilisée dans des OPex afin de sécuriser les territoires d’exploitation de nos grosses sociétés industrielles.

      +3

    Alerter
  • arnulf // 06.01.2019 à 12h47

    On se moque de nous. J’ai personnellement constaté que les forces de répression sont souvent responsables des violences. Quand on crée une nasse d’oú les gens ne peuvent sortir et pour que la tension monte. Il y a risque d’explosion certes mais c’est voulu ! Ajouter à cela l’exaspération devant la haine évidente des zélites pour les gueux, la propagande permanente macroniste des médias, les paroles humiliantes des gouvernants etc.. et vous avez un cocktail détonnant. Qui est voulu !

      +7

    Alerter
  • Leïla // 06.01.2019 à 12h56

    C’est ce qui se passe dans les cités depuis 40 ans ! Ces forces de l’ordre se sont servis des cités comme terrains de jeux.
    Étonnant…les mêmes causes produisent les mêmes effets…médias, pouvoirs publics, flics…ostracisés.
    Bienvenus au club !

      +3

    Alerter
  • arnulf // 06.01.2019 à 13h06

    En analysant ce que j’ai entendu et que je ressens également. Pourquoi respecter des hommes, des médias, des institutions et des forces de répression qui me méprisent et me manipulent ? Pourquoi devrais je pleurer sur le sort d’un type en armure qui se prend quelques baffes alors qu’il a peut-être défiguré ou estropié un manifestant ? Je rappelle les morts, les défigurés et les estropiés du côté GJ.

      +6

    Alerter
  • Recits d’Yves // 06.01.2019 à 14h18

    La seule question qui me vient à l’esprit en ce jour d’après violence est quel pouvoir les forces de l’ordre républicains pensent-ils protéger en agissant ainsi?
    Que chaque citoyen, policier aussi, s’interroge sur l’état de la République macronienne et sur la façon dont la démocratie est traitée par celui qui a été élu, même mal, pour représenter les citoyens français.
    Vous, gardiens de la Paix, si le pouvoir par peur et par haine du Peuple, vous autorise à utiliser des armes létales pour protéger les institutions (et votre vie car, à priori, vous seriez en danger bien évidement), qu’adviendra t-il, lorsque vous verrez un enfant de la République tué par vos balles tomber sur le sol ensanglanté de la France?
    Car, croyez le bien, messieurs des forces de l’Ordre, ce jour arrivera et c’est vous que le Peuple de France blessé de tous cotés accusera de criminels et il n’y aura nul part en France quelqu’un qui vous sait policier pour vous remercier d’avoir participé à cette destruction de la raison.

      +5

    Alerter
  • Narm // 06.01.2019 à 20h33

    je vous conseil https://france-police.org/
    ils ont posé la question à Macron :

    “Aurions-nous été complaisants avec les Gilets jaunes depuis le 17 novembre alors que plusieurs manifestants pacifiques ont probablement été mutilés par nos LBD et nos grenades de désencerclement de type GLI-F4 ?
    Pour être moins complaisants, faudra-t-il ouvrir le feu sur la foule ?”

    https://france-police.org/2018/12/31/voeux-du-president-macron-lordre-republicain-sera-assure-sans-complaisance-france-police-policiers-en-colere-demande-au-ministre-de-linterieur-de-preciser-la-feuille-de-route-pour-les-f/

      +1

    Alerter
  • Narm // 06.01.2019 à 20h35

    et les policiers aussi font de la boxe

    https://actu.orange.fr/france/toulon-le-policier-qui-a-frappe-des-manifestants-avait-deja-ete-sanctionne-par-le-passe-magic-CNT000001bHYKy.html

    Tout est fait pour opposer les gilets jaunes et les forces de l’ordre (êtres humains qui vivent souvent la même précarité que ceux qu’ils doivent tabasser)

    diviser, diaboliser, pour mieux règner

      +1

    Alerter
  • Narm // 07.01.2019 à 14h43

    https://www.youtube.com/watch?v=K8gM4NpbmZc
    le boseur s’excuse d’avoir été poussé et bout et mal réagit sur le coup

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications