Les Crises Les Crises
21.avril.201421.4.2014 // Les Crises

[Reprise] Europe : impérative intégration, par Jean-Marie Colombani

Merci 0
J'envoie

C’est tellement baoooo, que je vous le livre tel quel (surtout pour vous aider à choisir vos invités pour vos diners du mercredi…) ce papier de pure propagande dans Direct Matin (que c’est pratique de ne jamais avoir de contradicteur ni de débat dans ces canards)

Chaque semaine, Jean-Marie-Colombani, cofondateur et directeur de Slate.fr, exprime de manière libre et subjective son point de vue sur les temps forts de l’actualité.

La campagne pour les élections européennes va bientôt commencer. Elle sera une étape importante : pour la première fois, les électeurs européens auront prise sur la désignation du président de la Commission. Soit Martin Schulz, candidat des gauches, actuel président du Parlement, favorable à la relance ; soit Jean-Claude Juncker, ancien Premier ministre luxembourgeois, candidat des droites et porteur d’une vision plus classique, dans la continuité de José Manuel Barroso.

On devine ce qui s’annonce : partout des campagnes populistes, un catéchisme anti-européen très commode pour les gouvernements en place comme pour leurs oppositions, et qui consiste à faire comme si les problèmes venaient de Bruxelles et n’étaient pas d’abord ceux de chacun de nos pays, à savoir rigidité française, retards italiens, erreurs espagnoles, etc. Ceux qui se laisseraient séduire doivent prendre la mesure du contresens historique que serait un affaiblissement de l’Europe et de ses institutions.

L’Union s’est d’abord construite contre des guerres qui ont été autant de suicides pour l’Europe et les Européens. Le centenaire de la Première Guerre mondiale est là pour nous le rappeler. Cet objectif-là paraît aujourd’hui hors de propos : qui songerait que puissent renaître les conditions d’une guerre intra-européenne ?

Voilà pourtant qu’à l’Est s’est levée une menace – celle qui pèse sur l’intégrité de l’Ukraine – qui redonne toute sa dimension historique à la construction européenne. Ce qui s’y est passé (l’arrimage de la Crimée à la Russie) et ce qui risque d’advenir (la fédéralisation, concept de nature à préluder à un éclatement de l’Ukraine) constituent la crise la plus grave que nous ayons à affronter depuis la chute du mur de Berlin. Avant même celle-ci, les frontières de la vieille Europe avaient été sacralisées.

Rappelons aussi le débat qui avait existé entre François Mitterrand et Helmut Kohl au moment de l’unification de l’Allemagne. Le président français avait bataillé pour obtenir de la part du chancelier la sacralisation de la fameuse ligne Oder-Neisse, comme contrepartie à l’acception, par les autres Européens, de l’unité allemande.

Vladimir Poutine est en train de remettre en cause tout cet équilibre. Son comportement fait l’objet de trois lectures. La première voudrait que Poutine soit simplement en défense des intérêts russes et que, si on ferme les yeux, tout rentrera dans l’ordre. Après tout, l’Ukraine n’a-t-elle pas été longtemps une terre russe ?

La deuxième, qui s’approche davantage de la vérité, consiste à expliquer que Poutine s’est investi de la mission de venger le bombardement par l’Otan du Kosovo en 1999. Pour Moscou, la Serbie, peuplée de Slaves orthodoxes, fait partie de la zone d’influence russe et l’action de l’Otan a été vécue comme une intrusion insupportable.

La troisième est que Poutine, obsédé par l’idée de ressusciter, au bénéfice de la Russie, la crainte que pouvait inspirer l’URSS au reste du monde, ne veut pas à sa frontière d’une Europe puissante. Il mettra tout en œuvre pour éviter la constitution d’une Europe intégrée et s’efforcera de ramener les ex-républiques soviétiques dans une sphère d’influence russe.

Par quels moyens ? Par ceux de la guerre, comme on l’a vu en Crimée. Mais aussi par des pressions économiques. Sur ce point, ce qui se passe en Hongrie ne doit pas nous laisser indifférents : le Premier ministre Orban ne vient-il pas de céder à la Russie la mainmise sur sa production d’énergie ?

Il est urgent de prendre conscience du danger et d’inscrire notre ordinaire européen dans une perspective plus longue, qui devrait nous commander d’accélérer notre marche vers l’intégration européenne.

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

97 réactions et commentaires

  • casper // 21.04.2014 à 02h45

    “Ceux qui se laisseraient séduire doivent prendre la mesure du contresens historique que serait un affaiblissement de l’Europe”

    Amusant. Je croyais que c’était les élections qui décidaient du sens de l’histoire, et pas Colombani. Mais apparemment non, c’est d’abord Colombani qui décide du sens de l’histoire, et si la populace vote dans l’autre sens, c’est elle qui est a contresens et certainement pas Colombani.

      +0

    Alerter
    • niethil // 21.04.2014 à 12h02

      Ça s’appelle le progressisme. Une version vaguement sécularisée de la théologie du salut et de l’élection médiévale.

      Si on analysait le progressisme à l’aide de ses propres catégories, le qualificatif qui sortirait c’est “obscurantiste”.

        +0

      Alerter
    • Marc // 21.04.2014 à 12h42

      Si la populace vote dans l’autre sens. On la fait revoter.

        +0

      Alerter
  • fc // 21.04.2014 à 02h46

    Apres avoir lu une citation de Jean-Marie Colombani sur Bernard-Henri Lévy, tu as tout compris …

    « C’est quelqu’un qui est à part, par la force de sa personnalité et de son caractère. Moi, c’est quelqu’un qui me frappe par son extraordinaire courage. […] C’est quelqu’un qui a une valeur inestimable parce que, au contraire de beaucoup de ses confrères intellectuels, il ne s’est pas ou peu trompé. » (Extrait de l’émission « Vivement dimanche» de Michel Drucker, France 2, 11 novembre 2001).

      +0

    Alerter
    • FDS // 21.04.2014 à 10h30

      Hum, hum, bon d’accord, ça date, et ce n’est pas politiquement correct, mais quand même…

      Je suis du même avis que Monsieur Desproges ( paix à son âme ) ; mais je sais aussi que les avis divergent, et comme il le disait si bien…

      https://www.youtube.com/watch?v=-d7I5xNIYsA

        +0

      Alerter
  • Erstam // 21.04.2014 à 04h04

    Indiana Jones s’est trompé, la dernière croisade ce n’est pas la quête du Graal, c’est la création de l’Europe! Avec à la place des méchants nazis, des méchants russes. Mais dans cette nouvelle aventure, qui jouera le rôle du courageux archéologue? Qui viendra nous sauver à coup de fouet?
    Et après on nous dit que la France ne sait plus écrire de bons scénarios de film d’aventure. 😀

      +0

    Alerter
  • Christophe // 21.04.2014 à 05h37

    Moi,ça me fait penser à Julien Benda “La trahison de clercs”
    La trahison des peuples par tous ces intellectuels…

      +0

    Alerter
    • bourdeaux // 21.04.2014 à 10h31

      Benda a aussi écrit des choses intelligentes dans son “discours à la nation européenne”. Par exemple :
      “Certains qui prétendent exhorter les hommes à la paix leur disent, peut être de bonne foi, des choses fausses, qui tournent contre la paix.
      D’abord, ils les invitent à attendre beaucoup trop des institutions officielles en faveur de la paix, de la Société des Nations, de la bonne volonté de leurs gouvernants. Ils ne disent pas assez aux peuples que ces institutions n’auront d’efficace que dans la mesure où elles seront soutenues par eux ; que ce qui créera la paix, c’est le désir qu’ils en auront, par l’effet du changement de leur moralité ; que la paix est un don qu’ils se feront à eux mêmes, non que leur dispensera quelque aréopage ; que leurs gouvernants ne sauraient être ici que leurs exécuteurs intelligents, non leurs bienfaiteurs transcendants.
      Si j’observe alors à quel point la moralité des peuples, même les meilleurs, est loin de ce qu’elle devrait être pour un réel établissement de la paix, beaucoup me répondent — et ils l’enseignent — que l’amélioration viendra avec le temps, ou encore avec l’« évolution », ou encore avec les nouvelles « conditions économiques », qui contraindront les hommes à la paix, comme les anciennes les forçaient à la guerre ; bref, que la paix sera donnée à l’humanité par le développement fatal de l’histoire, par le déroulement automatique du monde, c’est à dire d’une manière mécanique, sans qu’elle ait rien à faire pour l’obtenir. Cet enseignement invite tout simplement les hommes à négliger le seul facteur qui pourrait leur donner la paix — et qu’ils ne demandent qu’à négliger : l’effort de leur volonté.”
      ou encore : …”Mais, là encore, on veut assurer les peuples qu’ils obtiendront la paix sans rien sacrifier de ce qu’ils aiment, éviter tout appel à leur volonté.
      Vous me répondez que ces mensonges sont absolument nécessaires, que les nations entendent ne rien renoncer de leur personnalité, que la moindre allusion à un démantèlement en ce sens les trouve inexorablement hostiles. Si vous dites vrai, épargnez vos peines : même avec vos mensonges, vous ne ferez pas l’Europe.”

        +0

      Alerter
  • Aikos // 21.04.2014 à 05h51

    J’avais fait un billet là-dessus… sur le “Pax europae”, le mythe selon lequel UE = paix en Europe.

    C’est juste un argument d’autorité qui ne s’appuie sur rien. Il y a bien plus de causes (démocratie, arme atomique et risque d’autodestruction mutuelle, commerce…) pour expliquer la paix en Europe depuis 1945.

    Le reste est du même acabit. Je ne suis pas pro-européen mais même si je l’étais, je m’offusquerais de tels propos et j’aimerais faire que l’UE soit louée pour ce qu’elle a accompli ou peut accomplir plutôt que de la justifier par le mensonge et l’aveuglement.

    Anyway, bonne nuit…

    ps: science pipo, le monde, Slate, le Siècle… comment escomptiez-vous qu’il pensasse autre chose ? Le pauvre homme était condamné.

      +0

    Alerter
    • Goldfinger // 21.04.2014 à 14h43

      à Aikos (21 avril 2014 à 05h51)

      Bonjour à toutes et tous,

      Votre PS (lire Post Sciptum 😉 ) est tout à fait à propos et me permets de rebondir.

      Nous sommes TOUS conditionnés et formatés (pas toujours dans un but malsain ex: il faut un minimum de règles pour pouvoir vivre pacifiquement en groupe).

      Mais ce qui est triste et grave c’est qu’arrivé à l’âge “adulte”, beaucoup n’en ont toujours pas conscience (la “société” ne pousse évidemment pas en ce sens puisqu’elle est (de plus en plus ?) le reflet de l’idéologie des pouvoirs en place qui donnent très rarement dans l’autocritique, même constructive).

      Heureusement, il existe des sites comme celui-ci où le débat contradictoire est accepté et où il se déroule avec un respect mutuel et avec un minimum de dérapages.

      C’est donc non seulement un site d’information mais aussi un site de “déformattage” et c’est déjà une raison plus que suffisante pour
      -) le promouvoir en en parlant à autrui AUSSI hors de ce forum
      -) le soutenant par une adhésion et éventuellement un don http://www.les-crises.fr/l-association-diacrisis/

      Je tiens à préciser que je n’ai jamais rencontré Olivier Berruyer et que je ne “roule pas” pour son blog mais AVEC son blog (que j’estime remarquable).

      Je ne suis donc pas un “troll” pro Berruyer mais soutenir ce site me paraît vraiment une indispensable nécessité.

      2279 membres (cotisation gratuite et adresse postale non nécessaire) de Diacrisis en moins de 2 ans c’est bien. Mais c’est encore bien trop peu (d’autant que je ne sais pas si l’accroissement continue au même rythme, s’accélère ou se tasse).

      Olivier,

      Bonjour,

      Est-il envisageable de faire le point (pour le deuxième anniversaire de l’association par exemple) ?
      Il y a déjà une très grande transparence sur les dons. Ce serait bien de voir aussi la progression du nombre d’adhérents. C’est un point qui a peut-être été traité mais alors je ne l’ai pas vu 🙁

      Voire le nombre d’adhérents qui augmente est pour moi un facteur de motivation supplémentaire (peut-être est-ce aussi le cas pour d’autres commentateurs / adhérents / donateurs).

      Merci d’avance

      Très cordialement

        +0

      Alerter
  • Kiwixar // 21.04.2014 à 05h54

    Le texte est à la fois pitoyable et consternant.
    “L’UE c’est la paix” : pas besoin de l’UE pour ça… (voir la Chine et le Japon qui se détestent et ont à la fois un lourd contentieux historique non résolu, et des problèmes de territoire).

    Les Français ont voté “non” à la majorité en 2005.
    9 ans plus tard, explosion du chômage, misère, commerces et entreprises qui ferment à tours de bras, baisse extrême du pouvoir d’achat, non-démocratie, catastrophe de l’euro…
    Où en est-on exactement du sentiment envers l’UERSS ? 66% contre? (je ne parle pas des sondages bidonnés pour fabriquer le consentement, mais des vrais chiffres)

      +0

    Alerter
    • fc // 21.04.2014 à 07h14

      “voir la Chine et le Japon qui se détestent…”Vous oubliez ,à bon escient peut-être ,les bases Us qui ont fait beaucoup dans le maintien d’une certaine tranquillité dans la région, pour le contentieux territorial les Usa en sont pour quelque chose si rien n’as été fait à ce jour pour résoudre le problème ,car le jour ou sonnera la nécessité de déstabilisation dans la région, les iles en seront certainement pour quelque chose….

        +0

      Alerter
      • Kiwixar // 21.04.2014 à 09h15

        Oui, sans oublier l’article 9 de la Constitution japonaise
        “Article 9. Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.”

        Cela veut bien dire (bases US ou Constitution pacifiste) qu’on peut être en paix avec le voisin sans faire partie de l’UE … 🙂

          +0

        Alerter
        • fc // 21.04.2014 à 13h50

          cela veut dire que vous re-ecrivez l’histoire ,car il est impossible d’avoir “bases US ou Constitution pacifiste” si il n’y avait pas eu capitulation sans conditions du Japon et occupation puis renégociation du Traité mutuel de sécurité États-Unis-Japon signé en septembre 1951 renégocié en 1960, le Japon ne n’aurait peut-etre pas vecu de facon aussi paisible depuis le 14 Aout 1945.

          Kiwixar ,l’empereur Hirohito demande la tenue d’une conférence dans la nuit du 9 au 10 août dans laquelle il accepte les conditions imposées par les Alliés à condition que la monarchie soit maintenue. Les Américains acceptent et le 14 août.Le pays est militairement occupé et mis sous tutelle et Douglas MacArthur devient gouverneur militaire du Japon. Il doit assurer la direction d’un pays exsangue après huit ans de guerre, relancer l’économie, rapatrier les millions de Japonais d’Asie ainsi que démocratiser et démilitariser la société. L’Armée impériale japonaise est dissoute et la constitution de 1947 précise que le pays renonce définitivement à la guerre L’article 9 de la constitution japonaise interdit au Japon d’entretenir toute force militaire en vertu de sa volonté de renoncer à jamais à la guerre ….
          La constitution de l’État du Japon forme totalement révisée de la précédente, date de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 6 mars 1946, le gouvernement révèle les grandes lignes de la constitution, votée le 3 novembre 1946 et entrée en vigueur le 3 mai 1947. Elle est en partie inspirée par le travail de Douglas MacArthur alors commandant suprême des forces d’occupation alliées au Japon.

            +0

          Alerter
    • Laurent K // 21.04.2014 à 17h37

      Question chiffres, la commission européenne pose la question de l’image de l’UE tous les 6 mois. C’est probablement biaisé en leur faveur mais comme la question est à peu près la même depuis le printemps 2000, cela donne une tendance: “In general, does the EU conjure up for you a very positive, fairly positive, neutral, fairly negative, or very negative image ?” (en globish dans le texte).

      Les chiffres d’opinions positives sont passés de 47% en 2005 à 31% fin 2013. Les opinions négatives ont progressé de 19% à 28%. Et ce sont les chiffres pour toute l’Europe. Je ne vous dis pas en Grèce ou à Chypre (54% d’opinions négatives toujours selon la Commission…)

      Source: http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb80/eb80_publ_en.pdf page 82

        +0

      Alerter
  • Alain // 21.04.2014 à 05h57

    Fédéralisation = affaiblissement et prélude à l’éclatement : nouveau mantra des supports du pouvoir nazi ukrainien. L’Europe est composé de nombre de pays fédéraux, l’Allemagne et l’Autriche serait donc des pays faibles au bord de l’éclatement?

    Ajoutons à cela l’éternel politique de tout pouvoir à bout de souffle ayant perdu la légitimité populaire: l’ennemi extérieur contre lequel il faut faire front. ce qui oblige en général d’aller jusqu’au bout la logique avec un vrai conflit de peur de perdre en plus la crédibilité.

    Quand à la défense de l’espace russo-slave par la Russie, est-il moins légitime que la volonté de son appropriation par les Américains et les Européens? Les américains font différemment? Et l’embargo toujours en vigueur contre Cuba est-il moins agressif que l’attitude de Poutine? Quel référendum a légitimé le désir majoritaire des Ukrainiens de s’ancrer à l’ouest? Des manifestants sont-ils sensés représenter la majorité? Dans ce cas les gouvernements européens auraient dû dégager depuis longtemps.

    Comment arrêter ces impériaux va-t-en-guerre qui nous mène aux portes de l’abîme, au détriment de nos intérêts pour le plus grands bénéfice des Américains?

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 21.04.2014 à 06h46

    “Les frontières de l’Europe ont été sacralisées” : ??
    Euh… Kosovo 2008 ?
    Donc quand ça nous arrange, c’est “la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes”.
    Quand ça nous arrange pas, c’est “l’intangibilité des frontières” et “frontières sacralisées”.

    Cela me rappelle vraiment cet article récent de Dedefensa, où les US n’essaient même plus d’être plausibles dans leur narrative sur leur gaz de schiste… Le mensonge tranquille.
    Pareil avec Colombani, la pravda n’essaie même plus d’être plausible ou crédible.

      +0

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 21.04.2014 à 11h23

      C’est ce qui est génial dans ce texte : il pose une assertion (“Les frontières de l’Europe ont été sacralisées”) et suit une liste de modification de frontières (Réunification de l’Allemagne, dislocation de l’URSS, dislocation de la Yougoslavie)… dans le plus pur respect des frontières.

      En bref, le droit des peuples à disposer d’eux-même est clairement la “coutume”/jurisprudence* qui s’est imposée en Europe depuis 1989. Mais pour la Crimée, c’est niet.

      *On verra ce qu’en fera l’Espagne du gouvernement semi-fasciste du PP avec la Catalogne.

        +0

      Alerter
  • fc // 21.04.2014 à 07h30

    Ukraine: Poutine a-t-il commis une des erreurs les plus fréquentes de l’histoire?
    De Napoléon à Hitler, les précédents ne manquent pas: envahir l’est de l’Ukraine est une mauvaise idée.

    http://www.slate.fr/monde/86105/poutine-ukraine-histoire-strategie

      +0

    Alerter
  • Buzz // 21.04.2014 à 07h40

    Le poisson pourrit par la tête.

      +0

    Alerter
  • Un naïf // 21.04.2014 à 07h54

    Que va-t-il se passer après les élections européennes ? Demandez le programme !!

    Angela Merkel nous réserve une petite surprise après le 25 mai : elle veut appliquer dans toute l’Union européenne les rigoureuses mesures d’austérité imposées par la troïka à la Grèce, l’Irlande, le Portugal et Chypre. Les quatre grands groupes du Parlement européen ont déjà approuvé, mais pour éviter de fâcher l’électeur, il a été décidé de reporter la décision après le 25 mai. Aucun des partis au Parlement n’a jugé bon de tirer la sonnette d’alarme…

    http://www.solidaire.org/index.php?id=1340&tx_ttnews%5Btt_news%5D=38421&cHash=782df2e572256a957c793471e115d987

      +0

    Alerter
    • jducac // 21.04.2014 à 13h33

      @ Un naïf Le 21 avril 2014 à 07h54

      Angela Merkel nous réserve une petite surprise après le 25 mai : elle veut appliquer dans toute l’Union européenne les rigoureuses mesures d’austérité imposées par la troïka à la Grèce, l’Irlande, le Portugal et Chypre.

      Pourquoi vouloir rendre Angela Merkel responsable de la contrainte fondamentale qui s’impose à tous les individus, à tous les pays de l’Union et aux autres, à tous les continents du monde, donc aussi à l’humanité entière prise dans sa globalité, obligée de vivre de l’énergie et de se satisfaire de ce qu’elle peut capter et extraire de son environnement terrestre.

      Car c’est grâce à l’énergie qu’ils consomment que les organismes vivent, qu’ils soient humains ou non. Une structure vivante, qu’il s’agisse d’une famille, d’une entreprise ou d’un pays, ne peut survivre que dans la mesure où elle ne consomme pas plus que ce qu’elle retire de son activité ce qui, en termes économiques, revient à devoir équilibrer ses rentrées et ses sorties, ses recettes et ses dépenses, ses importations et ses exportations.

      C’est cela la principale loi qui gouverne le monde et la physique de la vie, qu’on appelle biophysique.

      Certains pays et certains dirigeants de pays ont fini par le comprendre plus vite que les autres. Au lieu d’être formés à Sciences Po, à l’ENA ou dans les Universités d’approfondissement des Sciences ES permettant d’exploiter des ressorts conduisant le plus souvent à utiliser l’entourloupe, le mensonge et la démagogie, ils ont été formés aux sciences dures, celle de la physique et de son l’implacabilité mathématique, qui finit toujours par prévaloir.

      Pour mettre les choses en perspective, rappelons que plus de 75% des hauts dirigeants chinois ont une formation d’ingénieur, et que la chancelière Angela Merkel est docteur en physique… L’ingénieur français a d’ailleurs bonne presse, et on se l’arrache souvent à l’international en raison de sa familiarité quasiment consanguine avec l’entreprise et de sa culture scientifique et technique peu commune.

      http://www.larevueparlementaire.fr/pages/RP944/rp944-enjeux-ingenieurs-pour-quoi-faire.html

      Mais il n’y a pas que les formations d’ingénieurs qui permettent de ne pas se laisser piéger par la démagogie. Le bon sens, que l’on savait développer dès l’école primaire, a permis à la majorité des générations ayant vécu au 20ème siècle de prendre conscience de la nécessité d’équilibrer les budgets et de ne pas se laisser aller à la facilité suicidaire de l’endettement excessif.

        +0

      Alerter
      • Un naïf // 21.04.2014 à 16h27

        Jducac nous sert maintenant de la biophysique sauce ultralibérale… rien n’est plus assez fort pour sauver un système à l’agonie !! Demain, la métaphysique des marchés ?
        Enfin, après “la science au secours de l’humanité”, sur le poncif éculé “on a vécu au dessus de nos moyens”, je vous invite à lire le commentaire de Macarel un peu plus bas. Indécrottable Jducac, j’avoue qu’autant d’obstination à défendre une idéologie sans avenir me laisse pantois 😉

          +0

        Alerter
        • wuwei // 21.04.2014 à 17h36

          Notre ami souffre du syndrome du larbin et c’est sans remède :

          http://www.youtube.com/watch?v=w0Zba0fUEOw#t=17

            +0

          Alerter
        • michel lambotte // 21.04.2014 à 21h33

          Le pire c’est que comme moi (et beaucoup d’autres) il défend la sobriété mais prône un système qui crée l’ébriété… pour les riches.
          C’est quand même pas difficile de comprendre qu’il nous faudra travailler beaucoup MOINS mais beaucoup MIEUX (sur le plan énergétique) tout en consommant beaucoup moins

            +0

          Alerter
          • Goldfinger // 21.04.2014 à 23h30

            à michel lambotte (21 avril 2014 à 21h33)

            Bonsoir,

            Quoi ???
            Vous prônez aussi “un système qui crée l’ébriété… pour les riches” ???
            Franchement j’espère avoir mal lu 😉

            Très cordialement.

              +0

            Alerter
            • michel lambotte // 22.04.2014 à 19h40

              Vous n’avez pas mal lu mais j’ai mal écris, j’aurais du écrire: Le pire c’est que comme moi (et beaucoup d’autres) il défend la sobriété, et d’un autre côté il prône un système qui crée l’ébriété… pour les riches.

                +0

              Alerter
            • Goldfinger // 22.04.2014 à 20h06

              Bonsoir,

              Oui je m’en doutais un peu 😉

              A la vôtre … de santé évidemment pas d’ébriété 🙂

              Très cordialement.

                +0

              Alerter
      • FDS // 21.04.2014 à 21h28

        Monsieur,

        je pense que vous devez avoir du mal à accepter la réalité : il n’y a pas que l’homo economicus sur cette planète.

        C’est pourquoi je vous invite à lire ce petit article, inoffensif, et qui traite des abeilles.

        http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/04/13/declin-des-abeilles-les-mots-qui-fachent_4400314_3232.html

        Puis, si ça vous dit toujours, je vous propose de réfléchir à la situation actuelle, avec cette petite vidéo.

        http://www.college-etudesmondiales.org/fr/content/video-repenser-le-progres-a-la-lumiere-de-la-crise-ecologique

        Il est vrai que le capitalisme n’a que deux cent ans d’existence…

        Et il n’a pas fini de nous surprendre…

        En aura-t-il encore seulement le temps?

          +0

        Alerter
        • michel lambotte // 21.04.2014 à 21h44

          Le capitalisme n’est pas d’origine industrielle mais agraire et il y a plus longtemps que cela
          http://www.contretemps.eu/sites/default/files/bonnes%20feuilles%20EMW.pdf

            +0

          Alerter
          • jducac // 22.04.2014 à 08h10

            @ michel lambotte Le 21 avril 2014 à 21h44

            Le capitalisme n’est pas d’origine industrielle mais agraire et il y a plus longtemps que cela

            Bonjour Michel et merci pour le lien.

            Permettez-moi néanmoins de vous dire, qu’à mon sens, le capitalisme est né bien avant la période agraire. J’ai en fait la démonstration il y a 4 ans, sur le blog de Paul Jorion. Reportez-vous à mon post jducac le 4 décembre 2010 à 17:01 en suivant le lien suivant : http://www.pauljorion.com/blog/?p=19059#comment-129478

            Vous avez déjà lu ma prose à l’époque, mais puisque que je vous sais génétiquement anticapitaliste, vous vous êtes employez à ne pas retenir la démonstration que j’ai faite et que personne n’a jamais pu démolir.

            Les hommes sont nés et évoluent selon le processus du capitalisme. Tous exploitent leur capital génétique pour l’enrichir en prenant en compte ce qu’ils apprennent des expériences qu’ils vivent et ils le transmettent en héritage dans leurs gènes aux générations suivantes. Ainsi va la vie.

            Certains, plus ouverts et plus libres intellectuellement que d’autres, exploitent plus vite et plus intensément ce processus vertueux et évoluent plus vite que leurs congénères.

            Karl Marx qui a inoculé le virus anticapitaliste dans certaines couches de la population, et alors qu’il était bien attentionné à leur égard, les a en réalité desservies.

              +0

            Alerter
            • Goldfinger // 22.04.2014 à 13h36

              à jducac (22 avril 2014 à 08h10)

              Bonjour,

              Les hommes sont nés et évoluent selon le processus du capitalisme. Tous exploitent leur capital génétique pour l’enrichir en prenant en compte ce qu’ils apprennent des expériences qu’ils vivent et ils le transmettent en héritage dans leurs gènes aux générations suivantes. Ainsi va la vie.

              Si le capitalisme est génétique alors il est franchement illusoire de sortir « par le haut » de la convergence des crises actuelles.

              D’autant que les lois naturelles qui régissent la vie sur cette planète sont la transmission de ses propres gènes et son corollaire l’instinct de survie (survivre assez longtemps pour les transmettre !).

              En fait la vie ne s’adapte pas, elle crée une infinité de variantes par le brassage génétique et c’est le milieu qui élimine les combinaisons inaptes à survivre.

              A vous lire, laissons les processus très correctement identifiés et explicités par Charles Darwin régler les problèmes pour nous.

              Ne perdons plus notre temps sur ces sites qui ne sont que vains bavardages stériles.

              Que la cigale parte chanter et la fourmi travailler: l’hiver fera le reste.

              Seuls survivront les plus forts et les plus intelligents. Le problème de la surpopulation serait rapidement réglé, en ce qui concerne les ressources et la pollution il n’y aurait plus urgence et nous pourrions alors nous concentrer sur un système où tout pourrait enfin être construit sur la capitalisation (Exit la lamentable répartition qui conduit à la survie des plus faibles et des moins intelligents).

              Evidemment il faudrait transgresser quelques absurdes règles morales (mais bon ce ne sont que des dogmes … et que pèse un dogme fasse à la crue réalité de la génétique) mais force est de reconnaître que tous les problèmes actuels seraient résolus plus pragmatiquement et beaucoup plus rapidement.

              Mieux ! En aidant un peu mère Nature nous pourrions planifier une solution « à la Rwandaise » mais à l’échelle planétaire: voilà la solution de l’ultime efficacité.
              800 000 morts en 100 jours sans moyens (capital) particulièrement développé ni plan scientifiquement calculé. Avec notre technologie occidentale il devrait être possible de battre ce triste record de “productivité” à plat de couture.
              Si on commençait aujourd’hui je pense que tout pourrait être réglé pour la fin de l’hiver.

              Mais cher JDUCAC,

              Pensez quand même dès maintenant à faire une très ample provision de conserves et armes en tout genre … afin de ne pas finir sous forme de biscuit comme dans l’excellent film « Soleil vert » 😉

              Promis je penserai à vous en mangeant mon prochain cookie 😉

              Je n’imagine pas un seul instant que l’horrible situation que je viens de décrire ci-dessus soit celle que vous appeliez de vos vœux (pour ma part elle me fait vomir ce qui est un gaspillage énergétique terrible 😉 ).
              Mais êtes-vous conscient que cela pourrait-être le prolongement le plus rationnel de votre raisonnement ?

              Je me demande s’il n’y a pas un filtre culturel ou linguistique qui nous empêche de nous comprendre.
              Par moment je vois une petite lueur d’espoir qui me fait croire que vous ne pensez pas tout ce que vous écrivez. Mais elle est souvent de (très) courte durée.

              Oui le « bien » (et le « mal ») est (sont) dogme(s) (véhiculé(s) par la CULTURE et l’héritage social) et la génétique un « fait » (une donnée scientifique).
              Négliger l’un ou l’autre est une erreur.
              Sous-estimer l’un ou l’autre est une erreur.
              Privilégier consciemment l’un par rapport à l’autre est une faute (et faire dire à la génétique ce qu’elle ne dit pas une faute grave).

              Ceci dit TOUT ce que vous dites n’est pas faux en soit mais donne une image fausse car terriblement réductrice.

              Je ne puis que vous inviter cordialement à laisser décanter ces quelques mots (mais également les vôtres avant d’intervenir) …

              …et à garder vos fontanelles ouvertes ou à les rouvrir si vous les avez laissé se refermer (et il ne faut pas culpabiliser car la génétique les y pousse … et notre culture aussi : beaucoup de gens ont l’esprit fermé plutôt qu’ouvert car vous avez compris qu’il s’agit d’une image).

              Entendez-vous encore résonner en vous ces maximes de
              Montaigne (« une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine »)
              et de Rabelais (« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ») ?

              Si oui, ne les rejetez pas, ne les étouffez pas. Elles sont plus précieuses que l’or (foi de Goldfinger).

              Si non, lisez les et relisez les encore et encore jusqu’à ce que les fontanelles s’ouvrent à nouveau.

              Quand une majorité d’humains aurait réussi à rouvrir ses fontanelles, le monde tournera probablement beaucoup mieux.

              Mais ce n’est pas forcément facile et cela peut prendre du temps.

              Très cordialement.

                +0

              Alerter
            • michel lambotte // 22.04.2014 à 21h46

              Vous me dites
              “”je vous sais génétiquement anticapitaliste””
              Je sais que je suis génétiquement ceci ou cela mais anticapitaliste c’est nouveau ça vient de sortir!!
              Non je n’ai jamais lu Marx et je ne m’en porte pas plus mal.
              La rente de la propriété privée qui est le moteur du capitaliste comme je le pense est exactement de la même veine que ” l’entretien du capital” que vous nous proposez, les deux ont besoin de ressources qui ne sont pas renouvelables et qui manqueront cruellement à nos petits enfants.
              C’est parce qu’il a atteint les limites planétaires que ce type de rapport social de propriété est condamné, il ne s’agit nullement de ma part d’une idéologie anticapitaliste mais d’une constat simplement logique.

                +0

              Alerter
            • casper // 23.04.2014 à 00h48

              Personne n’a jamais démonté votre démonstration parce qu’elle repose sur du vent, un simple jeu de mot, comme je vous l’ai déjà signale des 10aines de fois sans que votre discours évolue d’un iota.

              Redéfinir le capitalisme comme “l’existence et la conservation d’un capital” pour nous expliquer qu’il est l’état naturel du monde, ça n’est pas une démonstration, tout au plus un exercice de rhétorique amusante.

              Et votre obsession pour les sciences dures prête a sourire: vous proférez de telles énormités en physique (“le travail d’un salarié s’exprime dans les mêmes unités que l’énergie”, beau jeu de mot la encore) que je ne vous donnerai même pas votre brevet des collèges ^^

                +0

              Alerter
            • jducac // 23.04.2014 à 08h01

              @ michel lambotte Le 22 avril 2014 à 21h46
              Bonjour Michel.

              Non je n’ai jamais lu Marx et je ne m’en porte pas plus mal.

              Moi non plus, avant de fréquenter régulièrement le blog de Paul Jorion, où nous nous sommes rencontrés il a 4 où 5 ans, je n’avais ni lu ni étudié Marx. J’ai un peu comblé cette lacune depuis.
              Selon l’idée que me fais de vous, je peine à croire que votre esprit de curiosité ne vous ait pas conduit à faire de même.
              Mais qu’importe. Les idées sont un peu comme les virus, dans certains endroits et à certaines époques elles sont « dans l’air du temps ». Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, elles finissent souvent par nous attraper si l’on tombe sous leur charme et si par facilité, par négligence ou tout simplement absence de précaution on finit par les faire siennes, sans plus y réfléchir.

              Si, bien qu’ignorant des écrits et théories de Marx, vous me déclariez que vous n’êtes pas anticapitaliste, j’en serais très heureux…..pour vous.

              La rente de la propriété privée qui est le moteur du capitaliste comme je le pense est exactement de la même veine que ” l’entretien du capital” que vous nous proposez, les deux ont besoin de ressources qui ne sont pas renouvelables et qui manqueront cruellement à nos petits enfants.

              Notre corps, nos cerveaux, sont bien, tout comme les « propriétés privées du capitaliste », nos biens propres. Il nous faut les alimenter à partir des ressources situées dans notre environnement tout comme le font les autres organismes vivants.
              Ce qui différencie notre espèce, de celles des autres animaux, c’est que pour mieux capter ces ressources indispensables à la vie, certains ont imaginé, tel le personnage de la robinsonnade, de travailler eux-mêmes ou de faire travailler à la conception et à la réalisation de moyens de captation plus efficaces que ceux dont les humains disposaient au début de leur évolution.

              C’est cela un capitaliste, ou une lignée capitaliste, voire même un Etat capitaliste. Ce sont des gens, tel robinson, qui ont travaillé à la constitution de moyens de captation de ressources énergétiques les plus efficaces. De plus, ils se donné la peine d’entretenir, de renouveler et de « maintenir au top » ce capital productif qui, sans cela, serait devenu dépassé, compte tenu de l’inévitable évolution de l’espèce humaine.

              Bien cordialement.

                +0

              Alerter
            • jducac // 23.04.2014 à 13h53

              @ casper Le 23 avril 2014 à 00h48
              Pour vous permettre de réviser : travail et énergie s’expriment dans les mêmes unités

              http://fr.wikiversity.org/wiki/M%C3%

              A9canique_pour_l’enseignement_technique_industriel/%C3%89nerg%C3%A9tique

              Pour vous éclairer, sachez que le capitalisme consiste à exploiter un capital afin d’extraire l’énergie indispensable pour vivre. Mais un capital cela s’use et cela peut devenir obsolète, d’où la nécessité de l’entretenir et de le maintenir au top niveau. C’est ce que n’a pas su faire la France qui a vu son capital industriel et sa production industrielle s’effondrer. Il est maintenant plus avantageux de consommer des produits importés plutôt que de faire appel aux productions françaises. Hélas, ça ne peut pas durer bien longtemps avant de voir arriver la ruine et la misère.

              http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221181885/exception-industrielle-fra

                +0

              Alerter
            • Surya // 23.04.2014 à 15h46

              Il faudra nous communiquer la formule de conversion entre les euros et les joules.

                +0

              Alerter
            • jducac // 23.04.2014 à 17h24

              @ Surya Le 23 avril 2014 à 15h46

              Il faudra nous communiquer la formule de conversion entre les euros et les joules.

              D’une part, il faut convertir les €uros en dollars car en occident, c’est la monnaie qui est utilisée pour le commerce de l’énergie. C’est un avantage pour ceux qui ont la possibilité d’imprimer des dollars.
              Saddam Hussein a bien tenté de se passer du dollar mais cela ne lui a pas réussi. Peut-être que c’est un peu la même chose qui se passe avec Poutine…..
              Ensuite il vous suffit de vous aider d’une table de conversion des joules en Tep ou autre unité de votre choix.

              http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/unites-de-l-energie

                +0

              Alerter
            • jducac // 23.04.2014 à 17h40

              @ Goldfinger Le 22 avril 2014 à 13h36

              Je ne puis que vous inviter cordialement à laisser décanter ces quelques mots (mais également les vôtres avant d’intervenir) …

              Bien d’accord. La digestion de votre dernier commentaire va demander du temps puisque vous avez vraiment chargé la barque. Consultez cette file de temps à autre, je vous répondrai car je suis convaincu que les échanges argumentés et contradictoires, sont le plus sur moyen de progresser en faisant évoluer les idées.

                +0

              Alerter
            • michel lambotte // 23.04.2014 à 21h09

              Vous me resservez inlassablement votre définition du capitalisme sans aucunement réfuter le constat logique que je vous ai décrit.
              Vous n’avez peut-être aucun argument.

                +0

              Alerter
            • olivier69 // 23.04.2014 à 23h33

              Bonsoir Jducac,
              Votre travail énergique ne vous appartient plus car votre existence est énergétique. Le produit “humain” a une valeur capitalistique ?
              La propriété de votre existence dépendra de votre approche de l’échange. Si vous poussez à l’extrême le raisonnement, alors la marchandisation provoquera la perte de votre propriété physique et intellectuelle. Marx appellerait cela, la socialisation absolue des biens de productions. Attention, vous virez au rouge !
              Rappel libéral : Soyez relatif, les capitaux qui existent sans la nécessité d’une référence monétaire propre, ce sont les humains (et l’environnement oublié malheureusement). Ils n’ont donc pas besoin de correspondances (joules ou dollars) pour être perçus. Ils sont estimables mais non évaluables.
              Cdlt

                +0

              Alerter
            • jducac // 24.04.2014 à 13h48

              @ michel lambotte Le 23 avril 2014 à 21h09

              Vous me resservez inlassablement votre définition du capitalisme sans aucunement réfuter le constat logique que je vous ai décrit.

              Votre « constat logique » ne tient pas la route. Vous considérez que parce que certaines ressources non renouvelables vont être épuisées, le capitalisme ne va pas pouvoir survivre. Votre déplorable erreur est due au fait que vous oubliez que le capitalisme exploite au moins trois formes de capital (matériel, immatériel et humain) pour atteindre son objectif. Il est d’extraire de l’énergie de son environnement afin d’alimenter et de perpétuer la vie de l’espèce humaine.

              Or, grâce à son capital humain, et à l’immense quantité de matières dont elle dispose sur terre, l’humanité peut transformer en énergie utile, grâce à son travail et à son génie, l’immense flux d’énergie issue du soleil. Vous raisonnez comme si l’humanité ne pouvait plus évoluer, alors qu’elle évolue toujours et qu’elle n’a probablement pas encore épuisé toute les ressources de son intelligence.

              Vous oubliez aussi de tenir compte d’une ressource que l’humanité cultive depuis toujours, son énergie vitale, son mental, son instinct de survie. Nos lointains ancêtres ont aussi connu de nombreuses périodes critiques depuis qu’ils se sont peu à peu extraits de leur condition animale d’origine. Certaines de leurs lignées, les plus performantes en termes de résilience, les plus efficaces dans l’art de ne pas gaspiller leurs ressources en période de disettes et de fort stress, ont permis que nous soyons vivants aujourd’hui, alors que d’autres lignées se sont éteintes au titre de la sélection naturelle face aux groupes les plus aptes à faire survivre l’espèce.

              De plus, en voulant de toute force nier les bienfaits du capitalisme en tant que processus moteur de l’évolution humaine, vous vous condamnez à en avoir une vision négative. Pourtant, l’expérience malheureuse, vérifiée à grande échelle et sur une longue période en ex URSS, en Europe de l’Est, en Chine et ailleurs, a montré que l’idéologie de l’anticapitalisme entraînait un retard de développement dont les populations concernées ont voulu sortir.
              Elles l’ont fait sans complexe. Parfois sous l’impulsion de leurs leaders communistes tels Deng Xiaoping n’hésitant pas à déclarer à ses compatriotes « enrichissez-vous ! »

              A sa place, et avec votre idéal anticapitaliste, vous n’auriez pas stimulé ainsi vos administrés qui seraient restés sous développés. Quels contre arguments avez-vous à m’opposer ?

              Bien cordialement.

                +0

              Alerter
            • jducac // 25.04.2014 à 07h23

              @ Goldfinger Le 22 avril 2014 à 13h36
              Bonjour !

              A vous lire, laissons les processus très correctement identifiés et explicités par Charles Darwin régler les problèmes pour nous.

              Sans connaître le détail des travaux de Darwin, je crois qu’il s’est surtout employé à s’interroger sur les origines de l’homme et de son évolution jusqu’à son époque. Or, l’homme évolue toujours. Il évolue d’autant plus vite que les moyens qu’il se donne maintenant, accélèrent son évolution grâce à la facilité de nos échanges, amenant une sorte de concentration de tout, dans l’espace et le temps.

              Les moyens d’échange que nous utilisons, y compris l’excellent blog d’Olivier Berruyer, nous amènent à interagir les uns sur les autres. Nous évoluons ainsi dans ce que nous avons de plus noble, la conscience et la compréhension du monde dans lequel nous vivons. En nous appuyant sur la confrontation d’arguments, il me semble que nous sommes de plus en plus conduits à mieux cerner la réalité et à mettre à mal les idées préconçues souvent mises en application sans être validées préalablement.

              Ne perdons plus notre temps sur ces sites qui ne sont que vains bavardages stériles. Que la cigale parte chanter et la fourmi travailler: l’hiver fera le reste.

              Nous ne perdons pas notre temps. Au contraire. Je crois que nous contribuons bien modestement, par nos réflexions croisées, à fiabiliser la voie sur laquelle s’achemine l’humanité. Quant à la cigale et à la fourmi, cela montre bien qu’il faut de tout pour faire un monde. On peut probablement être heureux aussi bien quand on est cigale que quand on est fourmi. Le seul problème vient de ce que l’hiver de l’une dure plus longtemps que l’hiver de l’autre. Quelle inégalité ! Quelle injustice cette inégalité de durée de vie.

              http://blog.syti.net/index.php?article=468

              Leurs mâles n’ont pas la même vie que les femelles, mais l’espèce survit malgré cette inégalité. Et que dire des abeilles ou des mentes religieuses chez lesquelles les mâles ne sont pas traités à égalité des femelles. Et pourtant l’espèce survit.

              On peut se demander si les humains sont dans la bonne voie lorsqu’ils sont, notamment en France, pris par une frénésie d’égalitarisme allant même contre nature, parce qu’ils refusent de voir ce qu’est réellement la nature. A quoi cela servirait-il de se faire de tels nœuds au cerveau sur des questions secondaires, si cela nous détournait d’un travail de réflexion sur la résolution de ce qui pose un vrai problème de survie pour notre espèce ?

              La captation d’énergie est capitale pour entretenir et perpétuer la vie, bien plus que les questions d’égalité, contrairement à ce que l’on a voulu nous faire croire depuis la fin du 18ème siècle. D’ailleurs, on vérifie chaque jour qu’il n’est pas nécessaire d’être à l’égal des autres pour être heureux.

              Voyez le post n°46 en vous reportant au lien suivant :
              http://www.pauljorion.com/blog/?p=9807

              Bien cordialement.

                +0

              Alerter
            • michel lambotte // 25.04.2014 à 21h21

              @jducac

              Vous me dites ceci:
              “”en voulant de toute force nier les bienfaits du capitalisme en tant que processus moteur de l’évolution humaine, vous vous condamnez à en avoir une vision négative.””

              Je n’ai jamais dit que le capitalisme n’a jamais rien apporté à l’humanité, je sais pertinemment bien que son moteur, la rente de la propriété privée, a permis le développement du système agricole agro-sylvo- pastoral qui était un système pérenne et donc durable.
              Mais au sortir de la guerre 14-18 grâce au nitrate des bombes qui ont remplacé la fertilisation, grâce aux fils barbelés qui ont remplacé les haies et grâce aux tanks transformés en tracteurs qui ont remplacé la moitié de la paysannerie assassinée dans les tranchées le capitalisme a pu encore augmenter les rendements agricoles d’un facteur 4.
              Mais à quel prix? Au prix d’une pollution toujours plus dangereuse, d’une aliénation des agriculteurs aux grands groupes agroindustriels, d’une dépendance toujours plus grande au approvisionnement en pétrole et en gaz. Par la cupidité du système capitaliste on en est arrivé à la destruction de l’agro sylvo pastoral le seul qui soit durable. Vous devez savoir que le système capitaliste c’est comme rouler en bicyclette, si on s’arrête de pédaler on tombe.
              Lisez ceci: http://encyclopedie-dd.org/encyclopedie/terre/la-seule-agriculture-durable-est.html#la_destruction_des_sols_par_la_revolution_verte
              Comme vous voyez, je ne me cache pas derrière une idéologie qu’elle soit anticapitaliste ou autre, j’analyse la situation en me référant à des recherches réalisées par des experts tout en essayant d’apporter ma contribution si minime soit-elle.

                +0

              Alerter
        • jducac // 22.04.2014 à 11h17

          @ FDS Le 21 avril 2014 à 21h28

          Monsieur, je pense que vous devez avoir du mal à accepter la réalité

          Soit, puisque c’est ce que vous pensez de moi !

          Pourtant je suis d’accord pour reconnaître que les études qui sont entreprises sont souvent biaisées et orientées en fonction des intérêts que veulent défendre ceux qui les font entreprendre et au final, les financent. C’est ce que tend à dénoncer l’article auquel votre premier lien renvoie.

          Quant à la conférence de Dominique Méa à laquelle renvoie le second lien, elle pose une quantité phénoménale de questions et présente, à mon avis, la faiblesse d’accorder trop de place aux préoccupations des spécialistes qui traitent des sciences molles, que sont les sciences politiques et sociales, et pas assez aux préoccupation des spécialistes des sciences dures que sont les sciences physiques et biophysiques qui, du fait de leur implacabilité mathématique, priment sur toutes les autres.

          Merci pour ces deux liens très intéressants.

            +0

          Alerter
  • Bruno // 21.04.2014 à 08h11

    On dirait du curé dans le texte. Un pur discours de l’Eglise integriste Européenne.

    Ces cingles sont capables de nous conduire a la guerre ! Et ils regarderont nos enfant mourir, en fumant le cigare depuis leurs salons parisiens, comme en 14.

      +0

    Alerter
    • Un naïf // 21.04.2014 à 12h02

      …ou depuis les salons du club Le Siècle dont le pro-US Colombani fait partie !!

        +0

      Alerter
    • jave // 21.04.2014 à 16h10

      Oui, il est absolument effrayant cet édito quasi-va-t-en-guerre… froide. Froide, car la Russie est une grande puissance.
      Si l’on cherche une guerre chaude, pourquoi ne pas regarder du côté de… l’Allemagne ?
      Avec Todd et Lordon pour écrire les éditos quasi-va-t-en-guerre… chaude ? Chaude, car l’Allemagne n’est pas une grande puissance.

      Et pourquoi pas ? Après tout, l’histoire nous montre que la France s’allie à la Russie pour combattre une Allemagne devenue folle. Etait-ce folie d’imposer le Mark à la zone Euro ?

      Et hop un petit scénario complotiste d’anticipation.
      En 2030, dans une Europe très appauvrie à l’exception d’une Allemagne riche et dominante, une chaîne d’événements mène à La Guerre :
      – matérialisation du risque systémique, entrainant une relative démondialisation
      – élection en France d’un parti nationaliste (souverainiste, bruxellophobe) voulant négocier avec l’Allemagne l’orientation économique de l’Europe
      – échec des négociations
      – guerre
      – victoire des Allemands*
      – intervention des Russes et des USA
      – hiver nucléaire
      – victoire du PSG en ligue des champions
      Ce scénario, très improbable, pourrait servir un bon roman d’anticipation, non ?

      * Pourquoi, en France, on met des platanes au bord des routes ? Pour que les Allemands roulent à l’ombre quand ils nous envahissent.
      Je tiens cette blague de Coluche.

        +0

      Alerter
      • Goldfinger // 21.04.2014 à 20h05

        Bonsoir,

        En 2030 l’anticipation d’aujourd’hui sera soit le présent soit déjà du passé.
        On peut espérer que les plus noires d’entre-elles restent des fictions … mais personne n’en est certain.

        L’eau coule de plus en plus vite sous les ponts.
        Parfois elle passe par dessus et parfois elle les emporte

        Très cordialement.

          +0

        Alerter
      • Alain // 22.04.2014 à 15h18

        L’Allemagne n’a jamais voulu imposer le mark à l’Europe, c’est Mitterand qui a voulu ligoter l’Allemagne à l’Europe par une monnaie commune. L’Allemagne a accepté à la condition que cette monnaie soit un clone du mark car ils considèrent la monnaie comme la base de leur prospérité. Et Mitterand aveuglé par son but politique a été incapable d’analyser les conséquences économiques qui ont fini par anéantir son but politique en faisant de l’allemagne la dirigente de fait de l’Europe, rôle que l’Allemagne n’a jamais souhaité mais a dû prendre pour ne pas perdre ce qu’elle considère – à tort ou à raison – comme essentiel.

        Et que dire du couple Merkosy qui a été l’élément moteur de cette prise en main ?

        La France est malheureusement pour beaucoup dans le désastre actuel

          +0

        Alerter
  • Olposoch // 21.04.2014 à 09h13

    Et un jour les polonais virent arriver les plombiers ukrainiens. ..

      +0

    Alerter
  • wuwei // 21.04.2014 à 09h26

    “On devine ce qui s’annonce : partout des campagnes populistes, un catéchisme anti-européen…”

    Il est amusant qu’un “Savonarole” eurolâtre parle de catéchisme anti-européen pour argumenter sa tentative d’évangélisation des citoyens à l’euro-béatitude. Son désarroi est tel qu’ il ne lui vient même pas à l’idée que ses propos hallucinés en font un parfait repoussoir à l’Europe alors que la souffrance des peuples n’a cessé d’augmenter sous la férule des cardinaux de la commission européenne.
    “Sic transit gloria europa”

      +0

    Alerter
  • Nanker // 21.04.2014 à 09h56

    “que c’est pratique de ne jamais avoir de contradicteur ni de débat dans ces canards”

    Colombani est peut-être mort (en tant que capitaine du radeau de la Méduse qu’est devenu le « Monde » depuis les années 90) mais sa méthode hante toujours les murs du journal.

    Pour preuve, donnez-vous la peine d’écouter ce programme de “France-Culture” où “brille” son héritière spirituelle, la très comique Sylvie Kaufmann, directrice éditoriale au sein du quotidien vespéral des marchés et de la pensée unique européaniste.

    Et la méthode Colombani est pleinement mise en oeuvre puisque durant les 55 minutes de l’émission il n’y aura ni contradicteur ni débat, car tout le petit monde réuni autour de la table est du même avis.

    Le sujet d’un tel consensus? L’ignoble, le fasciste, le mangeur d’enfants, j’ai nommé POUTINE!
    http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-la-russie-politique-etrangere-et-situation-interieure-2014-04-20

    Si vous trouvez “Les grandes gueules” de RMC trop beaufs pour vous, vous aimerez “L’esprit public” de France-Culture : on y remplace le pastis et la Gitane par la Fine Napoléon et le Davidoff mais essentiellement, les propos sont les mêmes!

    Quand cette élite auto-proclamée, d’anciens de Sciences-Po, de l’ENA et de journalistes travaillant pour un quotidien en faillite virtuelle, comprendra que PERSONNE n’écoute plus, ni sur la Russie ni sur L’Europe?

      +0

    Alerter
  • Casquette // 21.04.2014 à 10h13

    Sa tribune est un plaidoyer pro européen ou un avertissement sur ce qu’il se passe à l’Est et le “danger russe” ?
    Les fédéralistes empruntent la rhétorique des mouvements nationalistes (celle de Colombani diffère peu du discours de l’extrême droite ukrainienne) et font comme si l’UE était le rempart contre le fascisme …comme le nationalisme l’idéologie européenne se nourrit de ses propres mythes (la paix perpetuelle , le peuple européen ) et se construit contre la peur d’un ennemi exterieur , jadis la Chine (pour le commerce) aujourd’hui la Russie (pour la guerre).

    Au passage je note que pour l’ex directeur du Monde la fédéralisation de l’Ukraine provoquera l’éclatement du pays mais que la fédéralisation des pays membres de l’UE sera le signe de leur renforcement !

      +0

    Alerter
    • niethil // 21.04.2014 à 12h56

      C’est parce que les deux sont des progressismes.

      Le concept de Progrès est étroitement lié à une vision du temps comme une “convergence de tout vers une fin commune”. Tout les progressismes suivent le même schéma d’interprétation chronologique :
      1 – Âge prophétique (les précurseurs annonçant la venue du messie, si possible depuis des époques aussi reculées que possible pour donner un caractère éternel)
      2 – Avènement du Messie (du Père de machin-chose, fondateur de truc, bref le Grand Homme, le Visionnaire qui révèle la vérité)
      3 – Période ecclésiale (les disciples du Messie fondent une Église réunissant les croyants décidés à œuvrer à la réalisation du Progrès tel que révélé par le Messie)
      4 – Parousie (la fin des temps, la réalisation de la vérité révélée par le Grand Homme, la Fin de l’Histoire)
      5 – Paradis Terrestre (la Parousie ne pouvant être que forcément et évidement suivie du Paradis, on évite commodément de poser des question sur ce point, ou même d’en parler autrement que par allusion)

      Par exemple, les euromystiques s’efforceront de tordre les événements historiques pour montrer que l’unification de l’Europe est son destin de toute éternité (1), construiront des mythes fondateurs à base messianique autour des Pères de l’Europe (2), feront du prosélytisme (3) pour enrôler le plus de monde possible pour œuvrer à la réalisation de l’Unification Européenne (4), et prétendront que l’unification en question aboutir nécessairement à une ère de paix de stabilité et de prospérité pour tous(5). Les marxistes feront exactement la même chose (Capitalisme-Marx-Internationale-Révolution-Dictature du prolétariat, c’est le schéma le plus connu en dehors du christianisme). Les libre-échangistes, pareil. Les mondialistes, même combat. Et ainsi de suite.

      D’essence religieuse, le progressisme donne nécessairement naissance à des groupes de fanatiques. Et à des guerres de religion, évidement, puisque avoir une conception particulière du Progrès implique que tout ceux qui vous contredisent sont d’abominables obscurantistes cherchant à asservir l’humanité.
      Contrairement à ce que la plupart des gens croient, le conservatisme n’est pas le contraire du progressisme, il en est une sous-catégorie : est conservateur le progressiste qui croit que le progrès est le contraire de ce que vous pensez ou bien qui se croit en phase 5.

      Très étrangement, les progressistes sont fréquemment persuadés que le Progrès constitue une vision moderne de l’Histoire, alors que c’est au contraire une vision pré-moderne. Le concept moderne correspondant, c’est l’Évolution, c’est à dire l’interprétation de l’Histoire comme une “divergence de tout à partir d’une origine commune”.

        +0

      Alerter
  • TC // 21.04.2014 à 10h41

    Pitoyable logorrhée qui dénote la fin d’une pensée européiste dogmatique.

      +0

    Alerter
  • samuel // 21.04.2014 à 10h45

    “On devine ce qui s’annonce : partout des campagnes populistes, un catéchisme anti-européen très commode pour les gouvernements en place comme pour leurs oppositions, et qui consiste à faire comme si les problèmes venaient de Bruxelles et n’étaient pas d’abord ceux de chacun de nos pays, à savoir rigidité française, retards italiens, erreurs espagnoles, etc.”

    Je voudrais pas trop dire du mal du Monsieur ou des gens bien plus désintéressés par l’Europe, mais il m’arrive des fois de constater que c’est bien à partir de ce genre de propos, que les choses se montrent plus verrouillées. Il est certain que le très haut salaire de Mr Colombani dans la vie ne lui permet plus guère de voir l’envers de son monde, mais pas seulement sur les dérives technocratiques de l’Europe malheureusement.

    Si ça se trouve la France n’est pas plus rigide que certains médias ou puissants qui en possèdent à fortiori, bien plus les moyens et autres d’influencer leur monde, mais ça reste encore à prouver. Et puis vous savez ils ont beau tous nous dire que l’Europe ce n’est jamais la guerre, ils en font déjà bien partout la guerre pour mieux niveler partout leur monde. Comment alors une Europe de Marchands pourrait-elle nous changer la vie, vu qu’ils en bénéficient bien tous des premiers privilèges et cadeaux, bon c’est sur nos problèmes de servitude et de misère ne viennent pas que de Bruxelles, mais peut-être bien un peu d’une plus grande clique de gens préférant fonctionner dans l’aveuglement le plus complet, alors forcément le peuple n’a plus guère son mot à dire. Voilà surtout la cruelle vérité que la plupart des médias ne peuvent plus trop nous dire, car sinon chacun se ferait de suite remercier, alors on devine aussi la suite avec la plupart des médias plus formatés, c’est leur position qui veut ça.

      +0

    Alerter
  • Macarel // 21.04.2014 à 11h35

    Monsieur Colombani, prêche pour sa paroisse. C’est à dire, celle de l’oligarchie qui domine l’EU, telle que nous la connaissons. Pour ma part, je suis plus en phase avec le point de vue de F. Lordon, qui pense qu’il nous faut retrouver notre souveraineté nationale. Non, par esprit de fermeture vis à vis du reste du monde, mais parce qu’il n’y a pas d’autre moyen de régénérer notre démocratie : l’UE étant par construction totalement non démocratique. D’autant plus qu’il n’y a pas de peuple européen, et qu’il n’y en aura pas avant longtemps.
    F. Hollande ne réduira pas le chômage, car il se trompe de combat. La crise actuelle est globalement une crise de surproduction. La productivité n’a jamais été aussi élevée, il faut de moins en moins de gens, pour produire toujours plus, grâce à l’automatisation des processus industriels. La très inégale répartition des richesses dans cette économie mondialisée fait le reste. En effet, face à la surproduction de biens, il y a toujours plus de gens insolvables, car exclus du système productif. Et ce n’est pas en se livrant à une course à l’austérité salariale tous azimuts, que les choses vont s’arranger.
    Cette course est suicidaire, car elle entraîne tous les compétiteurs dans la spirale de la déflation, et tous les pays vont rester avec des excédents de production sur les bras et des populations paupérisées.
    Ceci dit, le problème est sans doute plus profond, car ceux qui s’adonne à la “facilité” de faire tourner la planche à billet, comme les anglais ou les américains, ne créent pas pour autant d’emplois, en tout cas, des emplois de qualité. Tout cet argent part dans la spéculation, qui va spéculer sur les dettes publiques, de ceux qui s’adonnent à des “politiques vertueuses” d’austérité ordo-libérale, en particulier. Le marché de la dette est une affaire rentable pour certains.
    Et nous ne parlons pas encore de la contrainte écologique, et de la finitude des ressources non renouvelables.
    Car il est à craindre que derrière tout cela, s’approche dangereusement le point où ces ressources vont devenir de plus en plus rares et chères. Ce qui veut dire que cela va grever le taux de profit des actionnaires, qui vont exiger, de plus en plus que les entreprises taillent dans la dépense salariale et les cotisations sociales pour essayer de maintenir leur taux de profit.
    Dans ce contexte aucun progrès social n’est plus possible, et la gauche n’en finira pas d’agoniser, de l’agonie du capitalisme même. F.Hollande en se ralliant à la politique de l’offre, a fait le choix d’entraîner le PS, dans le naufrage du capitalisme financiarisé actuel.
    Dans ce contexte, retrouver notre souveraineté nationale, ne résoudra pas tout, comme par un coup de baguette magique. Mais en nous redonnant plus de marges de manoeuvre sur le plan démocratique, elle nous permettra d’avoir un “vrai gouvernement de combat” qui organisera la transition énergétique, tout en sauvegardant la solidarité sociale, et rendra la France plus résiliente aux turbulences diverses qui ne vont que s’amplifier au niveau mondial.
    Moyennant quoi, si chemin faisant, d’autres pays voulaient se joindre à nous dans la démarche, ils seront bienvenu.
    Mais une chose est sûre, le moment est venu de renverser la table, de tordre le cou à l’UE, telle qu’elle est. Et à en finir avec le néolibéralisme anglo-saxon ou l’ordolibéralisme allemand, qui ne font que nous amener collectivement dans le mur.
    Sinon, c’est ce système supranational non démocratique qui tuera notre démocratie nationale, avec comme point de non retour, l’arrivée d’un parti populiste et xénophobe, que je ne nommerai pas, pour ne pas lui faire de la publicité. Les médias de l’oligarchie dominante s’en chargent suffisamment.

      +0

    Alerter
    • TZYACK // 21.04.2014 à 19h01

      Tout à fait d’accord avec votre exposé et ses conclusions dont la dernière me paraît la plus réaliste et naturelle (Agrégation de pouvoirs) : Ce sera, d’ici peu, le règne “éternel” du N.O.M. dirigé par une oligarchie d’élites inamovibles

        +0

      Alerter
      • Goldfinger // 21.04.2014 à 19h50

        à TZYACK (21 avril 2014 à 19h01)

        Bonsoir,

        “dirigé par une oligarchie d’élites inamovibles”

        Boarf ! Et en Belgique nous avons un certain nombre de députés (ou +) héréditaires.
        Les “fils de …” non ce n’est pas une injure (bien que cela risque de le devenir 🙂 ) mais simplement le fait que dans 8 ou 9 cas avérés les fils ont suivi puis succédé à leur père dans des charges électives.

        Cela ne veut pas dire que tous sont des incapables ou des pourris … mais cela ne me paraît pas très sain (surtout une telle proportion dans un aussi petit pays).

        Mais bon ici (aussi) on pratique le clientélisme (je te file un logement social ou un travail dans l’administration ou une intercommunale … et en échange tu votes pour moi 🙁 ).

        Parfois on se demande finalement si les plus cons ne sont pas ceux qui refusent de rentrer dans le système car ils vivent moins bien !!!

        Très cordialement.

          +0

        Alerter
  • Fool Prophet // 21.04.2014 à 12h39

    C’est quand même à lire ce type de discours rempli de mépris pour le peuple, pour les peuples… que l’on comprend mieux pourquoi leur abstention et les poussées “populistes” voire nationalistes peuvent s’opérer.
    Ce discours de l’élite auto-proclamée pousse un peu maltraité, méprisé, accablé vers des voies qui le mèneront soit au meilleur, soit vers le pire… comme lors des crises graves déjà connues par le passé.

      +0

    Alerter
  • jard // 21.04.2014 à 13h29

    L’argument de la paix est encore plus délirant qu’auparavant. La guerre civile a toujours existé mais nous entrons dans quelque chose de nouveau. Si nous sommes totalement soumis aux Etats-Unis et que leur politique est d’empêcher l’émergence d’une nouvelle grande puissance alors nous serons impliqués dans toutes les guerres, tous les conflits provoqués par les USA.
    Nous l’avons vu avec l’Irak, l’Afghanistan, la Lybie et la Syrie. Maintenant, c’est la Russie, un très gros morceau, demain ce sera la Chine et l’Inde.
    L’Europe, cette Europe-là, c’est en réalité la guerre.

      +0

    Alerter
  • theuric // 21.04.2014 à 13h56

    Je propose une chose:
    Qu’à l’image du mot nurserie pour désigner l’endroit où sont mis les nouveaux-nés dans les hôpitaux, nous appelions “niaisageries” les lieux accueillant ces discours de bienpensance.
    Nous pouvons ainsi dire que Le Monde, B.F.M., France-info, la 2 ou Libération sont des niaisageries.
    Je propose également deux autres jolis néologismes pour qualifier ces messages: des “niaisages” et ceux qui en sont porteurs des “niaisagers”.
    Monsieur Colombani est donc un niaisager qui a écrit un niaisage dans une niaisagerie.
    Rigolo, non?

      +0

    Alerter
    • Bruno // 21.04.2014 à 14h22

      Oui plutot. Surtout les niaisagers. J’aime bien.
      On dirait du Deproges.

        +0

      Alerter
    • sylla // 21.04.2014 à 16h21

      niaiseraie si c’est “à l’image du mot nurserie” 😉

        +0

      Alerter
      • Goldfinger // 21.04.2014 à 20h00

        theuric (21 avril 2014 à 13h56)

        Votre proposition semble attirer une foule immense.

        BHL vient juste de communiquer à l’AFP qu’il souhaitait aussi être intronisé et il s’offusque que la première ait été réservée à Colombani.

        Aïe cela prend un tour très malsain 🙂 🙂

          +0

        Alerter
    • Kiwixar // 21.04.2014 à 22h44

      Vous prenez le problème de manière légère.
      Pour moi, ces médias font de la “collaboration”… collabos d’une puissance étrangère transnationale ennemie.
      Trahison quand il s’agit de journalistes, Haute Trahison quand il s’agit d’élus (députés) qui votent contre la Constitution française (souveraineté nationale).
      Ce blog fait partie de la Résistance, et une bonne manière d’en augmenter le nombre de lecteurs est de proposer “tu veux rejoindre la Résistance?” plutôt que de leur dire “lis cet article” … 🙂

        +0

      Alerter
      • Goldfinger // 21.04.2014 à 23h22

        à Kiwixar (21 avril 2014 à 22h44)

        Bonsoir Kiwixar,

        Je déduis de votre réponse que vous êtes membre de Diacrisis.
        Sinon, par cohérence (avec vous -même), vous devriez (la cotisation est d’ailleurs gratuite)

        Très cordialement.

          +0

        Alerter
  • grub // 21.04.2014 à 14h48

    Une fédération de nations multi-culturelles qui n’est pas approuvé par le peuple et doté d’un pouvoir fort on appelle ça un empire.
    Il serait bon que tous ces fervents européistes y réfléchissent un peu.

      +0

    Alerter
  • Moses // 21.04.2014 à 16h54

    La paix a ete maintenue par l’equilibre eua urss. Une fois la urss disparue, l’europe s’est remis a faire la guerre a la serbie. Ce sont les faits. C’est fort probable que pire serait arrive si c’etaint les eua a colapser, donc c’etait bien l’equilibre entre les 2 federations qui nous ont epargne la guerre pendant 50 ans et non l’europe.

      +0

    Alerter
    • Fool Prophet // 21.04.2014 à 18h27

      Effectivement, c’est moins beau que l’idée que l’on doit la paix retrouvée à l’Europe (pas forcément pour rien non plus), mais sans l’équilibre de la terreur, sans la symétrie des empires face à face… il est des crises dont on peut supposer qu’elles auraient très mal terminé avant 1945.
      Maintenant, il ne faut pas oublier non plus que pas de guerre en Europe ne veut pas dire pas de guerre du tout. Les conflits ont été “délocalisés” dans le tiers-monde pour son plus grand malheur.
      Une ère de paix, cela doit être une ère de paix pour tout le monde et pas la paix pour nous les catastrophes pour les autres.
      Parce que dans ce type de pensée, il n’est pas exclu qu’un jour, les autres, ce soit nous par exemple en tant que pions des USA contre la Russie en Europe.

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 21.04.2014 à 17h25

    Excellent article sur le prochain QE européen(fuite en avant,toujours plus de Ponzi):

    Ce n’est pas un hasard si nous mettons en regard d’un côté les crimes contre l’humanité évidents d’Hitler et de ses complices et le crime contre l’humanité de la gestion homicide des Banquiers Centraux, des Gouvernements et des Guelfes noirs kleptos. Des dizaines de millions de gens ont leur vie gâchée à cause de ces futurs reconnus criminels, mais actuellement considérés comme non coupables. Des vies sont perdues, des humains sont déchus, humiliés, par la conjonction de politiques qui visent à gonfler la valeur du capital, à fabriquer de l’inflation, à baisser les niveaux de vie. Pire, la haine s’instaure, les peuples sont montés les uns contre les autres, les ennemis sont pointés du doigt dans un dernier sursaut de « coûte que coûte ». Il suffit de regarder l’opération de l’hegemon américain et de ses supplétifs européens en Ukraine….

    http://leblogalupus.com/2014/04/20/ledito-du-dimanche-20-avril-2014-de-madoff-a-la-reunion-du-fmi-par-bruno-bertez/

    L’association Dialogue franco-russe appelle à l’abandon de sanctions contre la Russie:Lors d’une assemblée générale le mercredi 16 avril, l’association Dialogue franco-russe a adopté une résolution (ci-dessous) appelant les pays occidentaux à renoncer à la politique des sanctions à l’égard de la Russie.

    Cette politique, affirme la résolution, risque de porter gravement atteinte aux intérêts économiques de la France et de la Russie. A l’opposé, les membres de l’association, essentiellement des représentants du monde des affaires et de la société civile des deux pays, préconisent « la poursuite du dialogue et de la coopération entre Moscou et Paris ».

    L’association Dialogue franco-russe a été fondée en 2004 à Paris à l’initiative du président russe Vladimir Poutine et du président français Jacques Chirac. Ses coprésidents sont le député et ancien ministre français Thierry Mariani et le PDG des Chemins de fer de Russie Vladimir Iakounine.

    Ce dernier a averti que :

    Les dégâts résultants des tensions ou l’interruption des relations commerciales entre la France et la Russie seraient considérables et lourds sur le plan économique. Ce sera le prix à payer pour le chauvinisme exhibé lors de l’Euromaidan, le nationalisme extrême et les manifestations du fascisme qui ont été soutenus par des forces concrètes.

    Vladimir Iakounine, en dépit du fait que son nom figure sur la liste des personnes ciblées par les sanctions américaines et européennes, s’est entretenu lors de l’assemblée du Dialogue Franco-Russe avec son homologue de la SNCF Guillaume Pepy et l’industriel Martin Bouygues.

    Le grand patron des chemins de fer russes a déclaré que les entreprises françaises s’intéressent à une coopération avec la Russie en vue de réaliser un corridor de transport allant de la Russie à Vienne en passant par l’Ukraine et la Slovaquie. Une ligne de TGV entre Moscou et Kazan est également envisagée, un projet pour lequel la SNCF, le fabricant de turbines et de matériel ferroviaire Alstom, Bouygues et d’autres industriels européens sont des partenaires potentiels.

    « Dans une période si difficile, je tiens à souligner, tout comme mes collègues de Bouygues et d’Alstom le feraient, que nous aimerions continuer notre coopération d’une façon efficace, pragmatique et amicale », a déclaré Pepy lors de l’assemblée.
    Appel des membres de l’Assemblée générale de l’Association Dialogue Franco-Russe

    L’Association Dialogue Franco-Russe, qui rassemble en son sein les représentants des milieux d’affaires et de la société civile des deux pays, a été créée pour contribuer pleinement au développement des liens d’amitiés et de partenariats de ces deux Etats, alliés pendant les deux guerres mondiales, et partageant en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU une responsabilité particulière pour le destin de la paix et de la sécurité internationale.

    Nous, membres de l’Association Dialogue Franco-Russe, réunis dans le cadre de l’Assemblée générale ce mercredi 16 avril 2014 à Paris, exprimons notre profonde inquiétude vis-à-vis des événements dramatiques survenus en Ukraine, ainsi que des conséquences graves que ceux-ci pourraient avoir pour la coopération russo-française et l’ensemble des rapports entre la Russie et l’Union Européenne.

    En effet, nous considérons qu’adopter de nouvelles sanctions à l’égard de la Russie et de ses représentants va à l’encontre des intérêts fondamentaux des peuples de ces deux pays. Ces sanctions économiques contre la Russie pourraient entrainer en France la disparition d’emplois par la remise en cause de contrats importants, qui en ces temps de crise économique sont vitaux pour de nombreuses entreprises françaises.

    Nous rappelons d’ailleurs que la France est le troisième investisseur étranger en Russie et que 1200 entreprises françaises y sont implantées.

    De plus, l’introduction de nouvelles sanctions compromettrait l’espoir de voir le développement des investissements russes en France et nuirait à l’attractivité de la France auprès des touristes russes venant chaque année dans ce pays.

    Enfin, ces sanctions auraient un impact non négligeable sur l’image de la France en Russie en portant atteinte à la volonté des citoyens russes qui souhaitent apprendre la langue française et entrainerait des conséquences négatives à long terme pour le développement des relations russo-françaises.

    Les membres du Dialogue Franco-Russe demandent au gouvernement français d’éviter une politique tendant à la confrontation avec la Russie, qui se révèlerait lourde de conséquences pour la paix internationale. Depuis la fin de la Guerre froide le monde ne s’est jamais trouvé si proche d’une nouvelle catastrophe.

    Les membres du Dialogue Franco-Russe s’adressent à toutes les forces politiques d’Ukraine ainsi qu’au gouvernement actuel de ce pays, avec lequel la Russie et la France sont liés par des liens anciens et solides, pour qu’ils prennent toutes les mesures nécessaires afin d’amorcer un dialogue national pour faire sortir le pays de la crise très profonde qu’il traverse en garantissant à toutes les régions et à tous les citoyens d’Ukraine, quel que soit leur origine, des droits équitables pour un développement paisible et harmonieux.

    Enfin, ils s’adressent au gouvernement russe, afin que celui-ci ne rajoute pas de tensions à la situation actuelle et ne réponde pas aux possibles provocations, mais œuvre afin de trouver une solution pacifique dans l’intérêt de tous.

    Un débat sur RT:

    https://www.youtube.com/watch?v=LeEnTcbl5qM

    Cold War 2.0 and the Threat of Nuclear Warfare

    https://www.youtube.com/watch?v=t9toBsAGjV0

      +0

    Alerter
    • olivier69 // 22.04.2014 à 17h17

      Bonjour Vérité2014,
      merci pour l’article. 🙂
      Je peux donc rebondir à mes propos du jour (à 14h04, plus bas) :
      “Socialisme capitalistique et nazisme : deux expressions idéologiques d’une même réalité sociale.” Pourtant deux réalités économiques (le cadre d’expression) : le capital d’un côté et l’autre, la nation….
      Avènement de l’euro dématérialisé (électronique et virtuel qui s’oppose à mécanique et humain) unitaire …
      “La socialisation matérielle du capital (le crédit) est intervenue en deux étapes capitales du processus d’accumulation de vraies dettes par deux guerres mondiales prolongée dans une guerre d’extermination économique chaleureuse :………”

        +0

      Alerter
  • Rmei // 21.04.2014 à 18h15

    Jacques Sapir : “Reste alors un argument souvent évoqué : quel serait le poids d’un pays comme la France dans la « mondialisation » si nous sortions de l’Euro. Mais, cette mondialisation n’empêche pas la Corée du Sud (44 millions d’habitants) ou même Taiwan, de bien fonctionner. En Europe, la Suède et la Grande-Bretagne ne se portent pas plus mal de n’être pas dans la zone Euro. En fait, ceux qui tiennent ce discours sont les héritiers indirects du régime de Vichy, en ceci qu’ils ne font pas confiance en notre pays, en ses valeurs et en ses capacités.”

      +0

    Alerter
    • Goldfinger // 21.04.2014 à 20h49

      à Rmei (21 avril 2014 à 18h15)

      Bonsoir,

      Corée du Sud, Taiwan, Grande-Bretagne.
      Pas sûr que ce soient de bons exemples … même toutes autres choses restant par ailleurs égales.

      Très cordialement.

        +0

      Alerter
    • Kiwixar // 21.04.2014 à 22h48

      Une statistique intéressante (et imparable), c’est que le % de chômeurs dans les pays de l’eurozone est supérieur au % de chômeurs dans les pays de l’UE qui ne font pas partie de l’eurozone.

        +0

      Alerter
      • Goldfinger // 22.04.2014 à 00h50

        (Kiwixar 21 avril 2014 à 22h48)

        Bonsoir,

        Oui mais ce n’est qu’une statistique parmi d’autres.
        Corrélation ne signifie pas toujours causalité: c’est souvent plus complexe.

        Ce qui m’inquiète aussi c’est le graphique qui fleurit un peu partout (je l’ai déjà vu dans mon journal mais aussi ailleurs sur le Net)

        http://leblogalupus.com/2014/04/16/politique-friction-du-mercredi-16-avril-2014-gattaz-sest-fait-baiser-par-bruno-bertez/

        qui est souvent utilisé pour prouver le l’instauration d’un salaire minimum fait mécaniquement augmenter le chômage en ne permettant pas une flexibilité optimale du marché du travail.

        Encore une fois le raisonnement se fait toutes autres choses étant égales par ailleurs (expression fétiche de l’économie politique).

        Mais si on ne sort pas du système carcan dans lequel nous sommes enferrés, il est impossible de trouver des solutions globales, pérennes et innovantes que l’avenir de l’humanité requiert urgemment.

        Evidemment créer des travailleurs pauvres va probablement réduire le problème de la surconsommation … mais personnellement c’est une solution que je trouve humainement inacceptable !

        Très cordialement.

          +0

        Alerter
  • koui // 21.04.2014 à 18h29

    C’est pas des journalistes les Colombani, BHL et autres Pujadas. Ils ne intéressent pas aux faits mais juste à la narration des faits, à la pose. Leur pensée est pervertie car elle ne s’appuie sur aucun principe mais seulement sur des justifications et des images historiques (principalement Hitler). C’est donc pas des philosophes non plus. Pour eux, la seule chose importante est d’aller tous dans le même sens, guidés par le president des Etats unis, vers le bonheur. Ils n’ont rien appris du XXeme siecle. C’est comme des maoistes des années 70 qui auraient changé de Chine.

      +0

    Alerter
  • yoananda // 21.04.2014 à 18h51

    Poutine qui a peur de l’Europe unifiée !!!
    HAHAHA, j’ai bien ri.

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 21.04.2014 à 23h04

      Oui, il faut rester très cauteleux : la guerre permet à l’oligarchie de garder le pouvoir en envoyant les gueux au front… 1939 est tombé bien à point pour essayer de casser les avancées du Front Populaire (1936-38), et on a eu droit à nouveau à la trahison des élites françaises qui ont préféré les nazis aux communistes.
      Aujourd’hui grâce à internet et aux médias alternatifs, on assiste à une “prise de conscience mondiale”. L’oligarchie n’ayant aucune volonté d’abandonner le pouvoir, la guerre reste une bonne manière habituelle, d’autant qu’il y a un déclencheur : les problèmes de pétrole (qu’il sera facile de mettre sur le dos du 1er producteur mondial, la Russie).

        +0

      Alerter
    • casper // 22.04.2014 à 02h26

      Incompétents et irresponsables ne l’oublions pas ^^

        +0

      Alerter
  • grub // 21.04.2014 à 19h24

    Comme tous ses amis Leboucher, Casanova, Adler et autres Lamy une réflexion en dessous du SMIC mais de redoutables propagandistes.

      +0

    Alerter
  • Foribex // 21.04.2014 à 19h31

    Comme le dise les américains, To Big to Fail !

    Les américains et les européens papote depuis des mois, mais ils n’ont encore rien pondu !
    Ils vont juste attendre que les populations oublient cette histoire…

    Poutine a gagné !

      +0

    Alerter
    • theuric // 21.04.2014 à 20h58

      C’est ce que j’ai affirmé également, Monsieur Poutine va retirer tous les avantages de cette histoire.
      Il faut dire aussi que ce bidule qu’est l’Union-Européenne dans sa mouture actuelle ne doit pas beaucoup lui plaire, ne serait-ce en raison de la facilité avec laquelle cette union s’est précipitée pour reconnaitre un régime pro-nazi.
      Maintenant, il n’a plus d’autre choix que de couler définitivement les U.S.A. et de torpiller l’européenne union.
      Pour cette dernière, il lui suffis d’attirer à lui quelques pays bien choisis, plutôt là où les gens sont bien formés, l’Italie, la France et/ou l’Angleterre (toujours réellement aussi pragmatiques bien que parfois un peu délirant, comme avec Thatcher) puis de les éloigner petit à petit de l’U.E., vous avez vu, plus haut, les russes ont déjà commencé leur travail de sape.
      Retirez la France et/ou l’Italie de l’union et celle-ci perdra irrémédiablement toute valeur.
      Quand aux Amériques, elles nous ont définitivement montré leur terrible faiblesse et ne valent plus que la vrai valeur de leur dollar, plus grand chose.
      En tant que stratège, Poutine a absolument besoin d’une Méditerranée sûr et donc d’un sud-européen puissant, il sait aussi que la disparition de l’empire américain va déstabiliser tous les continents.
      Les deux seuls passages Atlantique/Pacifique ce sont le canal de Suez et le canal de Panama.
      Il est ainsi également de notre plus absolu intérêt, pour les mêmes raisons, que l’arc est-méditerranéen, de l’Irak à l’Égypte, soit pacifié.
      De l’Angleterre à la Grèce, nos intérêts sont les même que pour la Russie, à tout point de vue.
      Colombani, le pauvre, n’a jamais rien compris à ces choses.

        +0

      Alerter
    • Goldfinger // 22.04.2014 à 02h04

      à Foribex (21 avril 2014 à 19h31)

      Mais non Poutine n’a pas gagné disons plutôt qu’il n’a pas tout perdu en récupérant la Crimée et un renforçant ainsi sa popularité nationale (ce qui est probablement l’inverse de ce que les USA souhaitaient mais aussi d’une alternance au pouvoir qui aurait peut-être été profitable au peuple russe).

      Dans l’état actuel des choses il a perdu une partie non négligeable de son “grenier à blé”
      http://www.rfi.fr/emission/20120924-russie-est-nouveau-arbitre-marche-ble/ (données quantitatives à creuser).

      Dans le n°2 du nouvel hedomadaire Le Un (non pas le Hun 😉 )
      http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/03/07/le-1-nouvel-hebdomadaire-lance-le-9-avril_4379232_3236.html (du mercredi 16/04 ) des visions contraires s’affrontent: celle du géo-politologue Michel FOUCHER et celle du journaliste russe Alexandre BAOUNOV.

      En surveillant un rapprochement éventuel ou un statut-quo de la Russie avec … le Kazakhstan , il sera probablement possible de déterminer quelle est la théorie la plus plausible.

      Mais quelle que soit l’évolution et l’issue, une chose est certaine, les USA ont encore une fois joué avec le feu sans trop se préoccuper des dommages collatéraux possibles (à moins que ceux-ci n’aient été aussi diaboliquement pesés et soupesés).

      Très cordialement.

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 21.04.2014 à 20h04

    CONTROVERSE : « L’Allemagne et nous ! », Pierre Sarton du Jonchay / Michel Leis

    Capitalisme libéral et nazisme : deux expressions idéologiques d’une même réalité économique.

    …Avènement de l’euro mécanique totalitaire:

    La libéralisation matérielle du capital est intervenue en deux étapes capitales du processus d’accumulation de fausses dettes par deux guerres mondiales prolongée dans une guerre d’extermination économique froide : la dématérialisation des monnaies en août 1971 par l’abandon de la convertibilité légale du dollar en or, puis la fondation de l’euro en 1999. L’euro est la première monnaie purement et strictement rationnelle de l’histoire de l’humanité. La monnaie unique de la zone euro n’est attachée à aucune réalité humaine concrète et vivante. Les cerveaux de la banque centrale européenne décident dans leur intimité privée la quantité de monnaie qu’ils prêtent aux cerveaux des capitalistes…

    …Les petits pays déclarés surendettés aux marches de l’empire euro d’Europe sont anéantis et leurs institutions politiques mises sous tutelle bruxelloise. Les pays plus grands de la zone euro ferment leurs services publics nationaux et réduisent leurs dépenses sociales aux seuls thuriféraires passifs ou volontaires de la compétition capitaliste libérale. Tous les travailleurs dont la rentabilité immédiate est négative à cause de salaire nominalement trop élevé, ou de formation insuffisante par rapport au prix du capital comptable qu’ils immobilisent, sont sortis du marché du travail ou réduits à la précarité.

    La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont la même attitude que dans l’Europe occupée par les armées nazies. Les élites françaises collaborent ; elles mettent en place, par l’application des normes bruxelloises, le Service du Travail Obligatoire pour alimenter l’industrie allemande et la spéculation financière qui tournent à plein régime dans une Europe atone. Les Britanniques ont instauré le rationnement de leur consommation intérieure pour financer leur effort de guerre : ils captent la liquidité financière que le capitalisme allemand ne peut pas drainer en euro faute de débouchés suffisant dans l’économie réelle du monde unifié par le dollar….

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=64236#more-64236

      +0

    Alerter
    • olivier69 // 22.04.2014 à 14h04

      Bonjour vérité 2014,
      C’est de la pure propagande :
      Je m’explique : “Capitalisme libéral et nazisme : deux expressions idéologiques d’une même réalité économique.”. Parlons réalité sociale, aussi…
      Alors il suffit de changer les mots avec des phrases “chocs” ? L’objectif est d’éviter de penser ce que devrait être le libéralisme ! Aujourd’hui, rien n’est libéral (atomicité ? transparence ?) puisque les postulats ne sont pas respectés.
      Je rappelle que le nazisme (national) et le communisme (populaire) ont été deux idéologies socialistes. Ces deux idéologies ont été les plus meurtrières du XX ième siècle. D’ailleurs, ceux qui se prétendent aujourd’hui, socialistes (le gouvernement), ne font pas du socialisme.
      De même, ceux qui prônent le libéralisme n’en font pas non plus (voir les conditions non respectées).
      C’est une manipulation par la sémantique :
      Je m’explique : “L’euro est la première monnaie purement et strictement rationnelle de l’histoire de l’humanité. La monnaie unique de la zone euro n’est attachée à aucune réalité humaine concrète et vivante.”
      Qui peut dire ce qui est rationnelle ? Et strictement par dessus tout (terme fort) ? Merci l’expert…
      Je tiens à vous préciser que l’on veut nous faire croire que ce qui est rationnel doit nécessairement être détaché d’une réalité. De plus, je rappelle que ce sont les faux keynésiens, qui ont tout fait pour avoir ce type de monnaie. Le crédit sans limites, c’était l’avenir….
      L’objectif est simple, vous allez comprendre ! C’est une façon de vendre un produit…Du marketing sémantique pour faire la promo d’une forme de monnaie uniquement électronique basée sur nos droits ! Mais qui s’occupent de nos droits ?
      Je rappelle que l’essence du libéralisme condamne les ententes (oligopoles) donc pour parler de concurrence, il faudrait peut-être la définir ! Dans les faits, les “néo” ont supprimé pour leurs pratiques douteuses, les fondements et conditions de son existence. Commode, non ?
      Alors on nous glisse ce genre de pépite :
      “Tous les travailleurs dont la rentabilité immédiate est négative à cause de salaire nominalement trop élevé, ou de formation insuffisante par rapport au prix du capital comptable qu’ils immobilisent, sont sortis du marché du travail ou réduits à la précarité.”
      Cela fait technique et comptable, et en plus, cela sous-entend que le salaire est trop élevé, que certains sont des idiots, etc….On ne parle pas de la redistribution des gains de productivité !
      C’est même financiers et comptables qui aujourd’hui, jouent avec le cadre et les abus de langage! Donc dans les deux premiers paragraphes, il y a le raisonnement et dans le dernier, il y a la promo….C’est la séduction et l’on oublie le reste qui nous explique la logique utilisée.
      Pire, il glisse par exemple cette phrase :
      “ils captent la liquidité financière”, pourquoi utilisent-ils ses termes ? Alors que ce ne sont que des écritures comptables (des flux dématérialisés). Elles ne sont plus imprimées mais principalement électroniques ! Mais pour eux, ce n’est pas assez électronique. On retrouve une volonté de contrôle total des échanges par la fausse interprétation. Ce qu’ils veulent, c’est tuer “le fidus” !
      Car c’est, en effet, la confiance envers la monnaie qui est notre dernier garde-fou (rempart) contre un système…Ils veulent transformer le consensus en condition unilatérale.
      Ccl : Attention danger ! Pourriez-vous défier un système 100% électronique ? Non…
      Alors tous les abus seront permis ! L’exclusion sans échappatoire sera la sanction des contestataires. C’est une manipulation grossière mais habile. L’auteur de cette information comprendra que les phrases ne sont pas des mots. Elles se comportent….
      ps : “Les pesahrs ne snot pas des mtos”.

        +0

      Alerter
  • theuric // 21.04.2014 à 21h06

    Ah, j’oubliais, l’empire que pourrait être l’Union-Européenne ne peut être.
    La preuve, nos médiats font plus de cas de ce qu’il se passe en Amérique qu’en Europe.
    On se penche plus sur ce que fait le maître que ce qu’il se passe chez les autres serviteurs.
    Plus d’Amérique, plus d’Europe!
    Où avez-vous vue, sur les chaines de grande écoute, une météo européenne?
    Il n’y en a qu’une seule française qui offre une météo européenne, France 24.
    C’est la différence qui fait la différence: à qui s’adresse cette dernière?

      +0

    Alerter
    • theuric // 21.04.2014 à 21h14

      Le reste ne sera plus qu’un jeu de domino!

        +0

      Alerter
  • Crapaud Rouge // 21.04.2014 à 23h46

    Ce qui m’amuse le plus, dans ce texte, c’est d’imaginer son auteur en train de l’écrire, et l’imaginer s’imaginant en train de sauver l’Europe grâce à sa pensée de stratège géostratégique, pour ne pas dire grâce à sa vision de visionnaire géostratégique.

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 22.04.2014 à 02h47

    La guerre étant le prolongement de la diplomatie par d’autres moyens, la défense européenne commune ne peut être que le prolongement de la diplomatie européenne commune.
    Celle-ci est impossible car la géographie, les frontières naturelles, l’ histoire et les intérêts sont différents pour chaque pays d’Europe. En particulier, la diplomatie européenne actuelle est aux mains de la baronne Ashton de Upholland (anglaise), dont le but paraît d’être de créer un nouveau rideau de fer entre l’UERSS et la Russie. Sauf que cette fois on va être du mauvais côté du rideau de fer.

    Si l’on regarde l’histoire de France et le nombre d’années de conflits et avec qui, on peut douter que les intérêts géopolitiques anglais soient en phase avec les intérêts français. Il est au contraire de l’intérêt de nombreux pays européens d’affaiblir la France et de la morceller :
    – les petits voisins (Luxembourg) : moins de risque que la France vienne réclamer le recel de l’évasion fiscale
    – l’Autriche : n’ont peut-être pas apprécié ce que Napoléon en a fait ?
    – les Anglais : rivalité ancestrale
    – l’Allemagne : uber alles

    Pour les eurocrates, l’ “équilibre de la paix”, n’est-ce pas le morcellement de tous les pays en régions, et la destruction de leur esprit national?

      +0

    Alerter
  • Vidal // 22.04.2014 à 06h48

    Mr Colombani peut il nous expliquer pourquoi le 4ème pouvoir, contre poids à toute démocratie, est sistematiquement en accord avec l’élite dirigeante avec laquelle il se complaît en UE, au lieu d’être comme en Russie combattu par le pouvoir auquel il s’oppose.
    Sans avoir d’avis sur le niveau démocratique des ces 2 ensembles et sur la base de cet exemple la démocratie fonctionnerait elle mieux en Russie qu’en Europe.
    Il est pour moi une certitude c’est que les Colombanis & co en se vendant pour des paillettes dorées sont les les grands Responcables de la perte du pouvoir du peuple dans nos anciennes démocraties.

      +0

    Alerter
  • abracadabra // 22.04.2014 à 16h09

    J’ai lu ce matin un édito de M. Colombani dans un journal gratuit datant de quelques jours / semaines / mois parlant de la Grèce. Je n’ai pas fait attention à la date et je recherche cet édito.

    L’article disait, comme dans un soulagement, que la Grèce allait vers la sortie de la crise, en étant à nouveau autorisée à emprunter 3 ou 4 milliards. Comme s’il fallait se réjouir, alors que les banques creusent la tombe de ce pays. L’édito disait bien qu’il y avait quelques Grecs pour se plaindre, mais m’a semblé minimiser la situation. J’étais vraiment choqué de lire quelque chose d’aussi lénifiant.

    Quelqu’un voit-il de quel article je parle ? Est-il en ligne ?

      +0

    Alerter
  • BA // 23.04.2014 à 12h03

    Mercredi 23 avril 2014 : Eurostat publie les chiffres de la dette publique du quatrième trimestre 2013.

    Dans l’Union Européenne, neuf pays sont en faillite.

    1- Médaille d’or  : Grèce. Dette publique de 318,703 milliards d’euros, soit 175,1% du PIB.

    2- Médaille d’argent  : Italie. Dette publique de 2069,216 milliards d’euros, soit 132,6 % du PIB.

    3- Médaille de bronze  : Portugal. Dette publique de 213,631 milliards d’euros, soit 129 % du PIB.

    4- Irlande  : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.

    5- Chypre  : dette publique de 18,442 milliards d’euros, soit 111,7 % du PIB.

    6- Belgique  : dette publique de 387,159 milliards d’euros, soit 101,5 % du PIB.

    7- Espagne  : dette publique de 960,676 milliards d’euros, soit 93,9 % du PIB.

    8- France  : dette publique de 1925,292 milliards d’euros, soit 93,5 % du PIB.

    9- Royaume-Uni : dette publique de 1460,975 milliards de livres sterling, soit 90,6 % du PIB.

    La question est :

    “QUAND ces neuf pays vont-ils se déclarer en défaut de paiement ?”

      +0

    Alerter
  • BA // 25.04.2014 à 21h50

    Pendant l’année 2013, les pays européens ont dépensé des dizaines de milliards d’euros pour le Mécanisme Européen de Stabilité.

    Malheureusement, le Mécanisme Européen de Stabilité est incapable de stabiliser quoi que ce soit !

    – l’Italie a payé 44,156 milliards d’euros

    – la France a payé 50,3 milliards d’euros

    – l’Allemagne a payé 67 milliards d’euros

    – l’Espagne a payé 29 milliards d’euros.

    Lisez cet article du Corriere della sera :

    E infatti nel 2013 l’Italia ha speso 44,156 miliardi di euro per gli aiuti ai paesi dell’eurozona sotto programma di assistenza internazionale, in particolare Grecia, Irlanda e Portogallo. Il contributo della Francia è stato pari a 50,3 miliardi (e il suo deficit è ammontato a 87,566 miliardi), quello della Germania a 67 miliardi (e i conti pubblici hanno registrato un’eccedenza di 190 milioni), e quello della Spagna a 29 miliardi (deficit a 72,577).

    http://www.corriere.it/economia/speciali/2014/europa/notizie/crisi-44-miliardi-conto-dell-italia-gli-aiuti-stati-difficolta-8e5396cc-cb00-11e3-9708-d10118a39c2a.shtml

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus pour prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications