Conférence d’Emmanuel Todd du 16 Décembre 2013 au CERA (Centre d’Échange et de Réflexion pour l’Avenir)

Écouter aussi ce débat du 11/04 sur France Inter Maris / Seux, où le premier explique qu’il faut mettre fin à l’euro…

101 réponses à [Vidéo] Une histoire de l’euro (et personnelle), par Emmanuel Todd

  1. Incognitototo Le 11 avril 2014 à 04h50
    Afficher/Masquer

    Hou lala… terrible pour lui… C’est confus, historiquement faux, plein de lieux communs et de généralités (non fondées)… quant à la forme heureusement qu’il est fonctionnaire parce qu’il ne ferait pas long feu en entreprise, du moins celles qui n’ont pas besoin d’un tel étalage de narcissisme et de séduction, où il passe plus de temps à parler de lui-même que du sujet…

    Où est-ce qu’il a vu jouer qu’au cours de l’histoire les pays s’étaient fondés sur des cultures, des systèmes familiaux, des ethnies, partagés par tous… ça n’a jamais existé et ça n’existe tout simplement pas… d’ailleurs, la plupart des Nations (pour ne pas dire toutes) se sont fondées dans le sang et dans l’oppression des minorités…
    C’est tellement stupide de parler, par exemple (parmi tant d’autres), du modèle anglo-saxon… comme si un Irlandais ou un Écossais pouvait se sentir Anglais…

    Bon, c’est pas du temps perdu pour autant pour comprendre sur quelles pensées de café du commerce cet homme base ses “théories”… Il est définitivement out pour moi, au moins autant qu’un Attali dont il se moque…

    Mais il est vrai que quand on se prétend historien, anthropologue, démographe, sociologue, essayiste, tout en étant ingénieur de recherche à l’INED, et parfois même économiste (ouf !), on finit assez logiquement par tout mélanger.


    • Ankou Le 11 avril 2014 à 07h32
      Afficher/Masquer

      Vous êtes un peu excessif, c’est un signe positif. 🙂

      Si on veut tempérer, en reprenant cette phrase: “Où est-ce qu’il a vu jouer qu’au cours de l’histoire les pays s’étaient fondés sur des cultures, des systèmes familiaux, des ethnies, partagés par tous… ça n’a jamais existé et ça n’existe tout simplement pas… d’ailleurs, la plupart des Nations (pour ne pas dire toutes) se sont fondées dans le sang et dans l’oppression des minorités…”

      Je pense qu’il n’a pas tout à fait tort. Tout dépend si on parle du résultat ou des moyens. Si le moyen a toujours (la plupart du temps) été la guerre, les résultats ont été fondamentalement différents.

      Regardez la France avec ses près de 37000 communes, ses mille feuilles, sa base rurale, sa liberté et l’opposé sa prudence (OGM par exemple). Nous avons obtenu tout ça avec des guerres, comme les US par exemple, avec un résultat vraiment différent.

      Indépendamment de cette voie utilisée par ET, très théorique, je suis de ceux qui ont voté pour l’euro, et qui crient haut et fort s’être trompés. Et pourtant je reste Européen convaincu.

      Le principe était bon, ce qu’en ont fait nos fonctionnaires de Bruxelles est une catastrophe.

      L’Europe avait pour objectif la Paix

      L’Euro a conduit à la Guerre


    • Olposoch Le 11 avril 2014 à 09h33
      Afficher/Masquer

      Il est vrai que dans le privé il aurait montré un prezi avec de jolis graphiques sur les quels on peut zoomer, avec des jolies images valorisantes pour le personnel motivé comme jamais, tout à la gloire de l’entreprise père et mère à la fois…
      Et les gentils membres partenaires de cette grande aventure de se retrouver au buffet, généreusement offert par la direction pour prouver à quel point elle est attentive à ses employés, avant d’organiser de passionnants jeux de rôle pour libérer le potentiel de chacun.

      Et un petit rappel, les “fonctionnaires” sont, en pouvant justifier de revenus assurés, de bons clients du privé.


      • bocanegra Le 13 avril 2014 à 11h27
        Afficher/Masquer

        n’oubliez pas qu’écrire des bouquins est une activité privée et sans garantie de succès donc bémol …le fait de passer à la tv n’est pas une sinécure et l’exercice est difficile surtout quant on connait la galerie d’en face !
        aussi le fait d’être un privé pur sucre ne garanti pas plus d’ efficacité et plus légitimité sur un fonctionnaire. il n’y a qu’à voir le nombre d’incapables dans le privé pour s’en assurer. le talent est un valeur quelque soit le poste ou le statut que l’on occupe ou que l’on a. les à priori sont déjà un très mauvais départ. Todd on le connait il alimente de débat et la polémique il est à ce titre nécessaire et utile. critiquable certainement encore faut-il être critique ! donc le commentaire de Dunkey Incognito est affligeant et le votre incomplet .


    • grub Le 11 avril 2014 à 09h54
      Afficher/Masquer

      Et où est-ce que vous avez vu qu’au cours de l’histoire les pays n’étaient pas fondés sur des cultures et des systèmes familiaux ?
      Il ne me semble pas non plus qu’il mette de côté les particularismes régionaux.
      Après que sa pensée ne se renouvelle pas beaucoup depuis une décennie, c’est classique chez la plupart des intellectuels proches de la retraite. 🙂
      Cette conférence est très semblable a une autre qu’il avait faite dans une école de statistique.
      Paresse intellectuelle ou show narcissique bien huilé, en tout cas c’est plutôt drôle et intéressant à regarder. Enfin, pour peu que le personnage n’insupporte pas. 😉


    • Crapaud Rouge Le 11 avril 2014 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Où est-ce qu’il a vu jouer qu’au cours de l’histoire les pays s’étaient fondés sur des cultures, des systèmes familiaux, des ethnies, partagés par tous…” : faut d’abord le lire avant de se permettre une telle critique à l’emporte-pièce et dénuée d’intérêt.


    • reneegate Le 11 avril 2014 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Décidement c’est votre truc les négations suivies d’affirmations qui en l’occurrence n’ont aucun rapport. Les structures familiales peuvent être par hypothèse considérées déterminantes dans la génèse d’un peuple sans pour cela minimiser les guerres et l’oppression des minorités dans la construction des nations et leurs frontières. Todd parle de nord ou sud de la France, donc de blocs culturels dominants.
      Mais bon, cela n’est que pour parler plus loin et vous vous arrêtez d’écouter dès le début à coup de sommation. Je prends la peine de vous alerter car j’ai apprécié certaines de vos interventions sur des sujets plus économiques. Relâchez vous bordel!


    • cording Le 11 avril 2014 à 13h03
      Afficher/Masquer

      Vous n’avez rien compris! Todd fait une intervention fondée sur son parcours personnel et ses travaux intellectuels tout en analysant le le cadre politique européen de mondial.
      C’est trop compliqué pour vous mais c’est d’une richesse intellectuelle et d’une réjouissante lucidité quant à lui même et au monde dans lequel nous vivons.


    • Olivier KD Le 11 avril 2014 à 13h43
      Afficher/Masquer

      Haha!! Vous ne comprenez rien aux concepts de Todd.


    • Maud Le 12 avril 2014 à 22h56
      Afficher/Masquer

      On voit que vous ne connaissez goutte aux travaux de recherches de Todd, travaux s’appuyant que ceux de nombreux anthropologues (dont ceux de Frédéric Leplay XIX siècle sur les systèmes familiaux que vous contestez, 3 pour Le play, 4 pour Todd après approfondissement des recherches). Bref chacun peut effectivement s’appuyer sur les lieux communs pour commenter mais c’est mieux quand on un minimum de connaissance nécessaire. Au fait les travaux de recherches de Todd n’ont pas de véritables contradicteurs à ce jour sauf vous. J’avais envie de laisser passer en lisant votre commentaire mais trop c’est trop.


    • Bruno Le 13 avril 2014 à 10h56
      Afficher/Masquer

      “quant à la forme heureusement qu’il est fonctionnaire parce qu’il ne ferait pas long feu en entreprise”.

      Voila un belle petite remarque qui vole en rase mottes au dessus des paquerettes populistes…
      Faire “long feu en entreprise” constitue votre seule echelle de valeur ?

      Je fais “long feu en entreprise” depuis pres de 20 ans et j’y ai vu aussi la pire inefficacite, la pire mediocrite intellectuelle subsister, trimestre apres trimestre, sans que personne n’y trouve a redire. Et c’est tres bien comme cela.


      • reneegate Le 13 avril 2014 à 11h13
        Afficher/Masquer

        Je vois que l’on aura été nombreux à réagir. Ces “Pujadas” qui colportent toujours ces idées surfaites, sans aucune réflexion sont cependant de moins en moins nombreux. Et peut être faudrait il désormais ne plus les modérer car cela dénote désormais d’une paresse d’esprit qui n’a plus lieu d’être au milieu de ceux qui réfléchissent et dialoguent.
        Plus le public est géré comme une entreprise moins il est efficace. France Telecom était bien plus à la pointe que Orange aujourd’hui. La Poste était légendaire à New York, nous étions le pays où les lettres arrivaient le lendemain. Je précise que je ne suis pas fonctionnaire, je suis gérant de mon SARL n’ai pas droit au chômage, ni le droit de tomber malade.


    • bocanegra Le 13 avril 2014 à 11h13
      Afficher/Masquer

      je crois que je vais m’asseoir parterre …j’ai peur de tomber de ma chaise . affligeant Dunkey !


      • Incognitototo Le 13 avril 2014 à 14h03
        Afficher/Masquer

        @ Tous (+ ou -),

        Ha bon… je pensais que le sujet, c’était “l’euro” ;-)… Cependant, compte tenu de ses digressions soutenues par un besoin de reconnaissance démesuré (à mon sens, déplacé et infantile ; et s’il se demande tant pourquoi il n’est ni audible, ni crédible, faut pas chercher plus loin), je serais curieux de savoir ce que chacun d’entre vous a pu tirer comme idées-forces de plus d’une heure de babla déstructuré.

        En tout état de cause, ça n’a pas de sens de se prononcer “pour ou contre l’euro” ; ce serait comme se prononcer a priori sur l’usage d’un “marteau” sans analyser le pourquoi on l’a inventé, comment on s’en sert, qu’est-ce qu’on en fait vraiment, sans oublier le contexte de son utilisation…
        Par contre, c’est une évidence qu’on peut être contre la politique monétaire actuellement suivie et son absence de mécanismes régulateurs inter-pays… Et si on pense vraiment que changer ces politiques (sans même avoir essayé) n’est pas possible, alors, il faut dire également qu’est-ce qu’on propose à la place… un nouveau SME, un nouvel ÉCU, toutes les monnaies flottantes ?…
        Franchement, ça a tellement “bien” fonctionné dans le passé (entre 71 et 99) que je ne comprends toujours pas cet attachement au “c’était mieux avant”, alors que depuis 71, aucune politique monétaire souveraine n’a démontré qu’on pouvait par ce levier résoudre des problèmes qui sont avant tout structurels, politiques, et s’inscrivant dans des rapports de forces devant affronter simultanément les diktats US, l’hégémonie du dollar, notre dépendance énergétique et les BRICS…

        Par ailleurs, au lieu de nous dire ce que nous savons déjà, tous ces gens qui font une fixation sur l’euro (qui dans le cas de Tood met 1 h 30 pour nous le faire savoir, sans aucune analyse construite, ni apporter aucune proposition alternative) feraient mieux de s’attacher à nous expliquer pourquoi après de Gaule, tous (oui, tous sans exception) les politiques français ont courbé l’échine devant les USA, la finance, l’Allemagne et même la GB… comme si la France n’avait pas eu d’autre choix que de subir des rapports de force allant à l’encontre de ses intérêts nationaux… C’est ça le vrai “mystère” en réalité… pourquoi nous n’avons plus de politiques capables de taper du point sur la table, sans pour autant rentrer dans une spirale isolationniste (comme nous le propose nos nombreux “extrémistes”)…

        @ Reneegate,

        Hé bien qu’il se limite à ce qu’il connaît : les structures familiales ; ça sera peut-être déjà plus clair (bien que très franchement “découvrir” que les choix politiques seraient la résultante des conditionnements familiaux, c’est d’une rare indigence et prétention, d’autant que Condorcet (entre autres) l’expliquait déjà ; et comme si Freud ou Reich ne l’avait pas déjà analysé avant lui).
        Pour le reste si j’avais le temps, je vous retranscrirais ce qu’il a dit ; et je suis sûr que je peux reprendre 3 phrases sur 4 et vous démontrer à chaque fois qu’il est à côté de la plaque, quand ça n’est pas carrément hors sujet.

        @ Cording, Olivier KD et Maud,

        Je ne sais pas comment vous pouvez vous permettre ce genre de remarque sur ma supposée méconnaissance… Mais je vous retourne le “compliment” : selon l’hypothèse la plus probable, vous devez avoir un niveau culturel bien bas pour arriver à penser que Tood a inventé quelque chose, ou dirait quelque chose d’original… Mais on le sait bien : “au pays des aveugles, et cetera”…

        P.-S. : mes excuses, j’ai été mal compris… ça n’est pas une insulte dans ma bouche “fonctionnaire”… et je sais parfaitement bien que le privé a tout également, si ce n’est plus, de problèmes… Je faisais juste allusion à la façon dont Tood parle de son propre statut, avec un mépris et une ironie injustifiables (dès la 3e minute et autres).


        • Wilmotte Karim Le 13 avril 2014 à 19h21
          Afficher/Masquer

          “comme si un Irlandais ou un Écossais pouvait se sentir Anglais… ”

          Sauf que c’est EXACTEMENT ce qu’il dit dans ses livres.

          Et s’il se prononce contre l’euro… c’est parce qu’il a évalué que le “marteau” ne serrait pas efficace, au vu des différences politiques, sociales, anthropologiques reposant sur les différences des systèmes familiaux dans les campagnes entre le 16-em et le 19-em siècle.

          Et proposer autre chose actuellement n’a qu’un intérêt relatif : si le problème est que l’euro est un dogme non négociable, il faut d’abord convaincre du danger qu’il représente.

          Mais si vous voulez des propositions qui ne sont pas “isolationnistes”, vous avez Sapir.
          Et tout ces gens (Sapir, Lordon, Todd) ne voient pas la sortie de l’euro (monnaie unique) comme la panacée mais un des outils d’une modification du rapport de force (pour rappel, l’UE et l’euro sont vu comme des systèmes de droits à effets de cliquets permettant d’engranger des politiques de droites).

          Enfin, Todd cite (pas ici) un certain Condorcet (par exemple). Mais c’est un détail.


          • Incognitototo Le 13 avril 2014 à 23h43
            Afficher/Masquer

            Oui, dans ses livres (!!!) et c’est même son fond de commerce… Mais on parle de quoi là ? De cette conférence qui nous est présentée, où il accumule les clichés sans nuances et met tous les Anglo-saxons dans le même panier, tous les Allemands itou, et même tous les Vendéens…

            Quant à se baser sur une analyse des systèmes familiaux entre le 16e et le 19e siècle pour conclure que l’euro et l’UE ne fonctionneront jamais, excusez-moi, mais là c’est carrément de la fumisterie pour moi… La France (et pas qu’elle) est constituée de systèmes socio-familiaux tellement hétérogènes qu’on se demande bien comment elle arrive à former une Nation… Alors quand il saura expliquer pourquoi ces différences peuvent coexister sans que nous soyons en guerre civile, il sera peut-être en capacité de comprendre que l’UE pourrait fonctionner tout aussi également… bien entendu, si nous avions des dirigeants moins c… ainsi que des “nouveaux prophètes” qui arrêtent de prendre leurs désirs pour des réalités…


            • ploi Le 14 avril 2014 à 15h10
              Afficher/Masquer

              “Alors quand il saura expliquer pourquoi ces différences peuvent coexister sans que nous soyons en guerre civile”

              Et tu te bases sur une interview d’une heure sur l’euro pour affirmer qu’il ne l’a pas déjà fait?

              D’autant plus qu’avoir besoin de Todd pour savoir qu’il y a eu des guerres civiles en France et qu’il est possible qu’elles aient servi, au cours des siècles, à établir le rapport de force qui a permis d’éviter ces épisodes depuis un certain temps maintenant, c’est peut-être pas nécessaire…

              “il sera peut-être en capacité de comprendre que l’UE pourrait fonctionner tout aussi également”

              Est-on autorisé à en douter? Parce que tu présentes ça comme une évidence alors que les tares de cette construction sont de plus en plus flagrantes pour n’importe qui…

              Et donc autorisé à réfléchir à un autre type d’organisation : par exemple, une Europe des Nations?

              Et aussi à ce qui nous rapproche plus de la Finlande ou de la Lituanie que de l’Algérie ou du Québec par exemple? Ou même de la Russie ou du Brésil?


    • ploi Le 13 avril 2014 à 14h52
      Afficher/Masquer

      @Incognitototo

      “Mais il est vrai que quand on se prétend historien, anthropologue, démographe, sociologue, essayiste, tout en étant ingénieur de recherche à l’INED, et parfois même économiste (ouf !), on finit assez logiquement par tout mélanger.”

      Quand on a écrit L’Illusion économique (http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Illusion_%C3%A9conomique), on peut se prétendre très largement économiste. Si un livre paru en 1997 voit ses propos toujours confirmés presque 20 ans plus tard, ça pèse un peu..
      On peut même se prétendre bien plus quand on voit les idiots qui se prévalent de ce titre : http://www.les-crises.fr/david-thesmar/

      Et un ouvrage comme L’Invention de l’Europe (http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Invention_de_l%27Europe) vous permet de prétendre à plusieurs “titres”.

      Donc difficile d’échapper à tous ces titres quand on a une telle bibliographie derrière soi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Todd#Bibliographie

      Sinon vous pensez quoi de quelqu’un qu’on qualifie d’économiste, essayiste, journaliste, blogueur, président d’assoc tout en étant actuaire?

      Mais c’est sûr que faire des choses suscite plus de qualificatifs “respectables” que de rester assis devant son ordi et poster des commentaires à la limite du troll…


      • Incognitototo Le 13 avril 2014 à 15h46
        Afficher/Masquer

        @ Ploi,

        Ha bon, et c’est par le nombre de pages éditées qu’on reconnaît la valeur d’un auteur ? Ou son expertise dans certains domaines ?
        Très franchement, tout ce que j’ai lu de Tood ne m’a jamais rien appris ; pire, j’ai tellement eu l’impression de lire des propos de “café du commerce” que j’ai bien vite renoncé à en faire un auteur de référence… Il réinvente l’eau chaude sans arrêt, sans omettre de nous prévenir qu’elle brûle (et en plus, il attend des applaudissements pour ça) ; voilà, c’est ça ma perception de Tood…


        • ploi Le 13 avril 2014 à 18h19
          Afficher/Masquer

          “tout ce que j’ai lu de Tood”, “voilà, c’est ça ma perception de Tood…”

          Tu devrais essayer de lire Todd alors…

          Sinon sérieusement :
          “Ha bon, et c’est par le nombre de pages éditées qu’on reconnaît la valeur d’un auteur ? Ou son expertise dans certains domaines ?”
          Si t’arrives à comprendre ça à partir de ce que j’ai écrit, je sais pas si c’est utile d’aller plus loin.

          J’ai juste dit qu’en effet si vous écrivez un livre sur l’économie, qu’il est cohérent et qu’en plus les faits vous donnent raison, il est pas extravagant de se voir qualifié du titre d’économiste. (c’est par exemple au hasard le cas de l’auteur de “Stop ! Tirons les leçons de la crise” et de “Les faits sont têtus”)
          D’autant plus quand on voit que des types qui racontent n’importe quoi ont ce titre également.

          Et quand votre thèse de doctorat porte sur des communautés paysannes du 18ème siècle, être qualifié d’historien et/ou démographe n’est pas non plus quelque chose d’illogique…

          Mais j’avais pas compris que le but c’était de mesurer sa valeur. Là je me déclare incompétent. Tout ce que je peux dire c’est que des quelques livres que j’ai lus et des interventions que j’ai entendues, je le trouve super intéressant et convaincant. On verra dans 50 ans si on parle encore de ses travaux…

          Après si vos connaissances sont supérieures aux siennes et qu’il ne vous apprend rien, tant mieux pour vous. C’est pas mon cas. Par exemple, le truc que j’ai appris et qui m’a le plus marqué en le lisant, c’est qu’on pouvait faire des liens entre alphabétisation de masse-révolution-transition démographique-organisation familiale-démocratie.

          Mais par contre “Il réinvente l’eau chaude”, ça c’est utile!!
          Surtout quand on voit que même après 1929, nos dirigeants sont incapables d’identifier une crise de la demande et que recréer une sorte d’étalon-or avec l’euro n’a eu l’air d’en inquiéter beaucoup…


    • franck Le 13 avril 2014 à 15h08
      Afficher/Masquer

      bon t ‘as pas le courage de tout écouter …en plus t’aimes pas les fonctionnaires… parce que dans le privé on bosserait plus ?? ha ha ha …viens dans mon collège passer juste une heure avec mes élèves…


    • Jerome Person Le 16 avril 2014 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas d’où vous parlez “Incognitototo”, mais vous vous aventurez en terra incognita sans imaginer que d’autres ont déjà cartographié le monde. Nul n’est tenu de connaitre toutes les cartographies, et, à faire preuve d’une culture, d’une connaissance, de tout.

      Notre relation au monde, notre vision du monde, participe de facteurs multiples qui pour les principaux échappent à notre attention. Juste un exemple, le fait de naitre et de grandir en France nous amène à être adapté, “malgré nous”, à la langue française. Nous subissons ce conditionnement sans même en avoir une conscience particulière. Ce que je veux dire à travers cet exemple, c’est que nous sommes soumis à des influences subtiles qui nous formatent. On appelle cela la culture. C’est ce qui fait sens commun entre les membres d’une communauté, voire constitue le ciment social. Un peu comme les forces qui opèrent à l’échelle infra-atomique, on les ignore et pourtant elles agissent.

      Rassurez vous, on peut ignorer ces fondamentaux, voire être dans le déni, sans risquer de disparaitre dans une bouillie de matière informe et ainsi être ravalé au rang de particules errantes. Notre statut d’être humain est l’assurance d’une cohésion (temporaire certes) garantissant notre apparence “humaine”. Par contre rien ne garantit que cet cohérence participe d’une capacité à prendre rang dans l’aventure humaine…

      A l’époque ou “Google hearth” met la planète à notre disposition et la rend accessible à notre curiosité, je ne doute pas que vous trouviez la voie qui mène à une bonne connaissance du monde, fut-il inconnu de vous.

      A chacun son Everest…


      • Incognitototo Le 16 avril 2014 à 14h30
        Afficher/Masquer

        @ Jérôme Person,

        En 1973 dans un grand lycée parisien (je dis bien lycée), nous avons fait avec toute notre classe un relevé généalogique… Je m’en souviens encore tant le résultat fut “étonnant” : seuls 25 % de la classe pouvait remonter à plus de 2 générations avec des ascendants eux-mêmes tous issus de “Français de souche” ; tous les autres ayant au moins un ou une aïeule provenant de l’ancien empire colonial français, ou issu des différentes immigrations, polonaises, italiennes, espagnoles, portugaises, et cetera… Et tout ça, sans pinailler, puisqu’on a considéré que les Savoyards, les Niçois, les Corses, les Alsaciens, les Lorrains… étaient français de fait… 😉
        Bien entendu, je ne prétends pas que cela représente toute la France et peut-être même étions-nous une exception ; cependant, il y a un ouvrage qui recense cette extraordinaire diversité des origines culturelles, religieuses, politiques… il s’appelle “L’invention de la France” ; et il y en a un autre qui détruit le fantasme qu’il existerait encore une majorité de “Français de souche”, c’est “Les Français de souche existent-ils ?” de Le Bras…

        Alors, vous pensez vraiment que parler la même langue (ou presque) constitue en soi une “identité” qui nous unit face à tous les autres pays européens ??? (aller dire ça aux nouvelles générations, qui ont intégré, que leur pays c’est la Terre, même si leur nationalité reste française, je pense qu’ils ne comprendraient même pas de quoi vous parler…) Qui fonderait, en outre, un “ciment social” (Sic !!!) identifiable, homogène et suffisamment solide, pour empêcher, par exemple, que certaines régions fassent sécession, si on leur en laissait le choix ?…
        À l’évidence, vous n’avez bien intégré le “modèle français” et ce sur quoi il est fondé.


  2. prb Le 11 avril 2014 à 05h20
    Afficher/Masquer

    Intéressant. Je ne trouve pas Todd prétentieux au contraire, il sait manier l’autodérision. Mais en revanche lorsqu’il dit que “le Traité de Maastricht est parfaitement légitime car il a été voté après des débats enflammés” il fait peu de cas de la campagne médiatique de terreur intellectuelle qui a été menée avant le referendum.


  3. perceval78 Le 11 avril 2014 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Moi ce que j’aime bien avec Emmanuel Todd c’est qu’il se marre tout le temps , c’est un signe qu’il domine son sujet et qu’il a du recul . Quand on compare à Trichet ou Van Rompuy y a pas photo .

    Pour moi c’est un génie !!! Il y a la même différence entre Todd et Hollande qu’il y avait entre Platini et Rubesh .

    2 autres videos récentes :

    http://www.youtube.com/watch?v=y6mJEtuF7Fo

    http://www.youtube.com/watch?v=asPsJagGgAY


  4. Christophe Le 11 avril 2014 à 08h10
    Afficher/Masquer

    @incognitototo

    On peut le trouver nul. Il n’empêche que lui, contraorement à beaucoup, a de belles prévisions à son actif, y compris pour les dernières en dates les bonnes prévisions sur les printemps arabes.
    Je vous souhaite autant de travail de recherche que lui, autant de livres passionnants…

    La critique est aisée…


    • reneegate Le 11 avril 2014 à 12h01
      Afficher/Masquer

      la crise est aisée


  5. BA Le 11 avril 2014 à 08h32
    Afficher/Masquer

    Bernard Maris vient de comprendre.

    L’économiste Bernard Maris vient de publier une chronique explosive dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo, mercredi 9 avril 2014, page 6 :

    “Je vire ma cuti.

    J’ai voté oui à Maastricht, oui au traité constitutionnel. Aujourd’hui, je pense qu’il faut quitter la zone euro.”

    Lisez la suite à la page 6 de Charlie Hebdo.

    Bernard Maris dans Wikipedia :

    Diplômé de Sciences Po Toulouse en 1968, Bernard Maris obtient ensuite un doctorat en sciences économiques à l’université Toulouse-I en 1975 avec la thèse intitulée « La distribution personnelle des revenus : une approche théorique dans le cadre de la croissance équilibrée », préparée sous la direction de Jean Vincens.

    Maître-assistant (puis maître de conférences à partir de 1984) à l’université Toulouse-I, il devient professeur des universités par concours d’agrégation (science économique générale) en septembre 1994 à l’Institut d’études politiques de Toulouse.

    Il est actuellement professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Maris


    • Sorge Le 11 avril 2014 à 09h14
      Afficher/Masquer

      Très bonne nouvelle de la part de B. Maris, qui fait partie des économistes sérieux et raisonnables, ce que démontrent ses dernières déclarations (saluées par Jacques Sapir).

      Maintenant, filer des thunes à Charlie Abdu et son islamophobie maladive pour avoir le détail de sa pensée, c’est au-dessus de mes forces…


    • Norton Le 11 avril 2014 à 10h41
      Afficher/Masquer
  6. Ankou Le 11 avril 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    ““Je vire ma cuti.

    J’ai voté oui à Maastricht, oui au traité constitutionnel. Aujourd’hui, je pense qu’il faut quitter la zone euro.”

    Quand je disais ne pas être le seul à m’être trompé ………


    • perceval78 Le 11 avril 2014 à 09h50
      Afficher/Masquer

      Yes me too , donc si moi (Perceval78) qui suit pas intelligent et si lui (B.Maris)
      qui est intelligent se rendent tout deux compte que Maastricht était une connerie

      ca veut dire que sur le spectre de l’intelligence , ceux qui pensent que Maastricht était une bêtise
      frolent maintenant les 67% , c’est encourageant !!!

      ne reste plus qu’a convaincre ceux qui sont ni bêtes , ni intelligents , à savoir : The Gouvernement

      UMP (private joke PS): ca va pas être facile


    • samuel Le 13 avril 2014 à 11h15
      Afficher/Masquer

      En même temps, qui nous expliqué ce qu’était une monnaie? (on travaille toute notre vie pour de l’argent, cela devrait être une réflexion républicaine et encore on a la chance d’avoir 2 mots pour penser “argent/monnaie”, c’est pas le cas pour le capital ou le marché).
      On a eût une vision tellement étroite de l’économie, comme ci elle était indépendante des systèmes familiaux (en profondeur, même si il émerge des animaux-nations mystérieux de ces abysses), des idéaux/concepts (recevant un peu de lumière et une flore plus diversifié) et de la culture (en surface, dont la faune exerce une certaine fascination).


    • step Le 14 avril 2014 à 14h25
      Afficher/Masquer

      ““Je vire ma cuti.

      il certain que d’ici un certain temps, on va entendre le bruit de l’auto-flagellation..


  7. Luline Le 11 avril 2014 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Je ne suis pas un spécialiste, et donc incapable de dire si oui ou non il faut revenir aux monnaies nationales ; mais la monnaie est un facteur de rassemblement, autant qu’un drapeau. Pour ma part, ce n’est pas l’euro le problème, mais le manque de cohésion politique et de vision d’avenir. Nous sommes encore dans une économie du xixe siècle, nous n’avons pas encore tiré le vrai bilan de deux siècles d’une société “scientifico-militaro-industrielle” qui décline (Nicholas Georgescu-Roegen) et qui doit passer dans une nouvelle société bio-économique… Euro ou pas euro, que ferons-nous après l’arrêt de nos machines thermo-énergétiques ?


    • grub Le 11 avril 2014 à 10h01
      Afficher/Masquer

      Ne vous inquiétez pas, les classes dominantes bénéficieront toujours des machines.


    • Norton Le 13 avril 2014 à 12h51
      Afficher/Masquer

      @Luline

      Le retour à une souveraineté économique nationale permettra d’en décider démocratiquement car nous disposerons des prérogatives pour financer les futures politiques que nous choisirons et qui,je l’espère,auront cette “vision d’avenir”dont vous parlez,ce que l’inféodation à Bruxelles et à la BCE nous empêche de faire,de toutes manières.
      Nous n’avons donc plus rien à perdre,…plutôt,tout à y gagner…

      http://www.dailymotion.com/video/x1hipfd_la-politique-ecologique-de-l-union-europeenne_news


  8. Norton Le 11 avril 2014 à 10h31
    Afficher/Masquer

    Todd dénonce la perte du pouvoir monétaire du gouvernement français mais ne va pas au bout du raisonnement…
    La perte du pouvoir monétaire engendre aussi la dépossession du pouvoir législatif puisque le financement ( ou pas ) de ses politiques est soumis à l’approbation de la commission et à l’humeur du moment de la bundes-BCE…
    La notion de “libre consentement à l’impôt” est bafouée puisqu’il ne s’applique plus au financement de politiques approuvées démocratiquement par les élus français.
    Quant un peuple ne peut plus utiliser l’instrument monétaire pour dynamiser ses politiques,il perd sa nature démocratique.
    Sortir de l’euro ne correspond à rien de ce qui est prévu dans les traités européens.Il faut donc sortir de l’UE par l’article 50 du TUE pour retrouver une complète maîtrise de notre monnaie,de notre economie,de notre pouvoir législatif et de notre démocratie.
    Notre autonomie ( souveraineté ) diplomatique est conditionnée à notre retrait complet de l’OTAN .
    La Russie d’aujourd’hui,qui aspire légitimement,elle aussi, à en finir avec un vingtième siècle de sang et de larmes,exige cette condition.
    La menace soviétique ayant disparue,l’OTAN perd sa raison d’être et dans ce nouveau contexte,ce qui avait été conçu comme un facteur d’équilibre militaire stratégique pour maintenir la paix en Europe,devient un facteur de tensions diplomatiques et un frein économique.
    La cacophonie de l’UE dans tous les domaines provient de ses fondements anti-démocratiques sanctuarisés par la Commission Européenne qui a confisqué le pouvoir économique et par la BCE,qui a confisqué le pouvoir monétaire…Autant dire,tous les pouvoir politiques…!
    25 ans après la chute du mur,il serait temps d’arrêter de replâtrer cette Union Européenne obsolète qui n’a plus d’intérêt que pour le carriérisme de sa classe dirigeante et de ses experts en tous genres…
    La survie artificielle de l’UE est un frein à la sortie de la bipolarité suicidaire du vingtième siècle.Il faut se débarrasser de cette structure d’un autre âge,qui bloque le progrès et le travail nécessaire concernant les véritables enjeux du futur.
    http://m.youtube.com/playlist?list=PLKVgrNogVYWKmDNwvuC6pq9AMyRYqZjZQ


  9. Theoltd Le 11 avril 2014 à 10h43
    Afficher/Masquer

    C’est pas le sujet, mais un super article de Paul Craig sur lie thème: ras le bol des US

    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-10/paul-craig-roberts-dilemma-world-war-or-end-dollar


  10. Enoch Le 11 avril 2014 à 11h18
    Afficher/Masquer

    Conférence passionnante, Todd est dans l’autodérision ce qui démontre un esprit subtile, encore faut-il avoir la subtilité suffisante pour le comprendre.

    Je trouve son explication sur le noyau familial tout a fait probante pour décrire les structures anthropologiques européennes et surtout ce qui est sous-jacent dans son exposé, c’est la NON existence d’un peuple européen.

    Qu’il existe une civilisation européenne, où des mouvements fédérateurs se sont produits historiquement, c’est une évidence. De là, à imaginer que cette civilisation puisse faire un, il y a trait qui me semble être abusive et une erreur historique.

    Nous tentons politiquement de reproduire les Etats-Unis d’Amérique qui n’a pas prouvé sur le très long terme la puissance de son modèle unificateur. Sa sur dépendance au pétrole pour maintenir son unité territoriale et son mode de vie, me semble bien faible sur le long terme.

    J’ai aussi beaucoup aimé sa description de la globalisation, où la compétition se fait en premier au sein de pole mondiaux pour la domination économique. Est-ce que la phase numéro 2 sera une compétition mondiale entre les champions de ces pôles continentaux ? Où bien, un statut quo d’affirmation de leur puissance et de domination continentale qui seront entériné par des institution inféodé ?

    En tout cas, pendant que nos « dirigeants » tergiverses et tentent de se réveiller de leur léthargique, possiblement létale, pour notre industrie, l’Allemagne déploie sa stratégie de puissance sans aucune résistance européenne.
    Nous vivons un coup d’état transnational teuton qui rend l’UE absolument obsolète.

    Le réveil des peuples est entrain de se faire. Et plus la situation se sclérose et plus la colère sera grande !


    • Norton Le 11 avril 2014 à 11h34
      Afficher/Masquer

      @enoch,

      “Conférence passionnante”,vous dites mais pourquoi Todd n’arrive pas à la même conclusion que vous?…

      “Nous vivons un coup d’état transnational teuton qui rend l’UE absolument obsolète.”

      Pourquoi ne veut-il pas que la France sorte de l’UE légalement,par l’article 50 du TUE,puisque rien n’est prévu dans nos traités pour sortir de l’euro et que l’Allemagne bloque toute négociation sur sa dévaluation et ne veut pas non plus sortir de l’UE?

      Le raisonnement que tient Todd semble l’effrayer quant à ce qu’il devrait en conclure…


      • V_Parlier Le 11 avril 2014 à 13h32
        Afficher/Masquer

        C’est le problème de Todd en général. Il ne va pas jusqu’au bout parce-qu’avoir un discours trop souverainiste le présenterait comme un “nationaliste” (mot à large spectre de nos jours). Rien que le fait de pouvoir être abusivement assimilé de cette tendance serait pour lui insupportable. Donc il continue d’espérer que quelqu’un d’autre arrêtera le bus qui fonce vers le ravin, plutôt que nous décidions par nous mêmes d’en sauter, ce qui n’est pas politiquement correct et fait tout de même mal. (Mais on s’en tire quand même vivant, alors que dans le ravin…)


        • Norton Le 13 avril 2014 à 15h28
          Afficher/Masquer

          @V_Parlier,

          Le seul et unique parti politique qui analyse sereinement la situation et qui proclame clairement cette solution depuis sa création,sans jamais verser dans le politiquement correct,ni dans aucune démagogie opportuniste,enregistre une augmentation très rapide de son nombre d’adhérents à l’approche des européennes.


        • Norton Le 13 avril 2014 à 15h31
          Afficher/Masquer

          @V_Parlier,

          Le seul et unique parti politique qui analyse sereinement la situation et qui proclame clairement cette solution depuis sa création en 2007,sans jamais verser dans le politiquement correct,ni dans aucune démagogie opportuniste,enregistre une augmentation très rapide de son nombre d’adhérents à l’approche des européennes…


  11. Alexis Le 11 avril 2014 à 11h49
    Afficher/Masquer

    @incognito

    Il faut lire ses livres, a commencer par troisième planète, ses interventions dans les médias ne sont que de la vulgarisation . Il y a 4 types de systèmes familiaux en Europe, anglais, allemand, espagnol et russe (8 en tout dans le monde). L irlande n est pas de type anglais mais de type allemand, d ou son opposition a l Angleterre.

    Ses théories s accordent trop bien avec la réalité pour qu on puisse leur refuser une valeur scientifique. Par exemple les pays de type russe et seulement eux sont rentrés volontairement dans le communisme, Chine, Vietnam, Russie, Yougoslavie, Cuba…

    Les régions qui votent fortement communiste en Europe sont les régions de type russe, comme l Italie centrale par ex.

    Ses théories expliquent assez bien aussi pourquoi la region Parisienne a été une des premières regions a perdre son sentiment religieux au milieu du 18eme siècle.

    Enfin il a prédit la chute de l urss (76), l impossibilité de l euro, le declin des us (2002) et les printemps arabes (2005).


    • Incognitototo Le 13 avril 2014 à 15h11
      Afficher/Masquer

      @ Alexis,

      Vous savez les classements anthropo-sociologiques m’ont toujours paru des “escroqueries” intellectuelles, à peu près du même niveau que les publicitaires qui segmentent les marchés en cibles marketings… C’est rassurant d’un point de vue intellectuel, c’est totalement inopérant d’un point de vue opérationnel pour la politique ; et cela supporte tellement d’exceptions que cela finit par infirmer les “règles”.

      Fondamentalement cela révèle une soumission au déterminisme des origines que je ne partage pas… et heureusement que dans l’histoire des peuples certains ont combattu contre les conditionnements de leurs origines, sinon (entre autres) ce serait encore les curés qui nous gouverneraient en France… et l’esclavage serait encore en vigueur…

      Quant aux “prédictions” de Tood, je vous prédis que nous allons tous mourir un jour… et après ??? Ça change quoi, que j’aie “raison” ?…


      • yann Le 13 avril 2014 à 19h28
        Afficher/Masquer

        @Incognitototo

        Je crois que vous n’avez jamais lu un livre de Todd pour tenir des propos pareils. Justement les analyses de Todd sont diablement prédictives et fortement ancrées dans les mesures du réel. On n’est pas dans le délire sociologique pseudo-scientifique. Que cela vous gêne de penser qu’il y a une certaine détermination dans le comportement humain, c’est votre droit. Mais les faits sont têtus comme dirait le taulier du site. Les individus ne se construisent pas tous seuls, ils sont le produit d’une culture, d’une éducation dans laquelle ils baignent dès leur plus jeune âge. Cela a forcément un impact sur la façon de voir le monde.


        • Incognitototo Le 14 avril 2014 à 00h05
          Afficher/Masquer

          Et alors ? Une fois que vous avez fait ces constats, vous pouvez également faire exactement des constats inverses… c’est qu’en aucune manière l’humain n’est prédéterminé… Il faut vous mettre à la page des dernières découvertes sur l’épigénétique (qui a enterré définitivement le vieux débat sur l’inné et l’acquis)… Et ça n’est pas qu’un problème annexe : de la façon dont on conçoit de quoi est capable l’homme ou pas, cela détermine également la politique que l’on pense possible ou pas. Et ce qui est évident avec Todd, c’est que nous sommes forcément condamnés à n’être que ce que nous sommes… de préférence en adoptant un de ses clichés sur les différents peuples…

          P.-S. : ne vous en déplaise, je sais lire… 😉 et écouter aussi…


          • samuel Le 14 avril 2014 à 09h55
            Afficher/Masquer

            Pour la forme, la génétique est la focale aveugle des nouveaux maoïstes softs (l’homme nouveau, moderne, technophile… bon les élèves ne mangent plus les enseignants c’est effectivement un progrès 🙂 ) à la biologie.
            Pour le fond, on est des animaux sociaux, quel est la capacité d’une abeille à devenir Reine, si elle a pas le bon miel? quel est la capacité d’un loup a faire la révolution dans une horde? (soit il domine, soit il est dominé, soit il fuit) etc…
            La “liberté” d’un allèle est permise dans un environnement (c’est moyen je pousse vraiment la logique).
            Le parallèle (bon c’est toujours discutable) le plus intéressant avec la génétique serait de faire un lien entre la phylogénie (on suit les gènes sur des millénaires, le problème c’est que si un allèle “a” est majoritaire il y a mile ans et aujourd’hui, ce n’est pas forcement par continuité) et le monde des idées (sauf que les livres deviennent des allèles plus conséquentes que la tradition orale et faussent les évolutions, ou à l’inverse ils tendent à confirmer des choix plus probable à un milieu social).
            Mais même si on pousse le raisonnement (on est une combinaison de génétique, d’idée hérité, d’un environnement favorable à l’expression d’un choix) il reste pas mal d’inconscient (par exemple si on demande à une mère ayant un garçon et une fille, la durée d’allaitement de ses enfants, elle dira qu’elles sont identiques, alors que le garçon a été sevré un mois plus tard).
            Et même si cet inconscient est pondéré, la logique social du groupe rendra l’expression de sa “liberté” récessive.
            (il y a plein d’Allemands critiquent sur le besoin communautaire hérité de l’idée protestante, mais c’est des exceptions qui confirment la règle).
            Il faudrait aussi rappeler que la modernité familiale est l’inverse de ce qu’on croit, donc que c’est une idée culturelle évolutive (et la représentation familiale de Disney/Pixar a aussi le potentiel d’une invasion Mongol, ainsi que l’individualisme sauf que pour l’instant il renforce bizarrement les influences du groupe).
            Par conséquent Incognito tu auras peut-être raison, mais c’est un phrase au futur, pour l’instant la mondialisation c’est l’inverse.


            • Incognitototo Le 14 avril 2014 à 14h20
              Afficher/Masquer

              Ça n’est pas le problème d’avoir raison ou pas… Le problème est celui de comment, on fait un choix politique ?
              Si on part de tes prémisses, où nous ne serions que le produit de nos conditionnements et de notre génétique – ce qui reste vrai, mais justement “pas que” (c’est justement ce qu’a pu prouver l’épigénétique au niveau biologique, et ce que confirme également la mémétique sur le plan culturel et social) – alors, je ne vois même pas à quoi ça sert de se battre pour changer quoi que ce soit… D’ailleurs si tous ceux qui ont fait évoluer les ordres sociaux anciens avaient eu ce type de certitude sur la prédétermination humaine, nous vivrions encore comme des grands singes en tribu…
              Donc, ma certitude n’est pas celle d’un “avenir” possible, mais bien un simple constat de comment l’humanité a toujours évolué, malgré ses évidentes tendances régressives…
              Et c’est bien ce qui fonde, en grande partie, mon “énervement” vis-à-vis d’un Todd qui n’a aucune aucune vision dynamique de ses constats, sauf pour nous dire “qu’on ne pas être autre chose que ce qu’on serait” ; tout en supportant à ce niveau une contradiction qu’il ferait bien de résoudre, pour lui-même, c’est que quand on pense comme ça, on ne se prétend pas de “gauche”.


            • olivier69 Le 14 avril 2014 à 16h17
              Afficher/Masquer

              Bonjour incognitoto,
              vous dites ? “Ça n’est pas le problème d’avoir raison ou pas… Le problème est celui de comment, on fait un choix politique ?”
              Et vous donnez précédemment la solution :
              “En tout état de cause, ça n’a pas de sens de se prononcer “pour ou contre l’euro” ; ce serait comme se prononcer a priori sur l’usage d’un “marteau” sans analyser le pourquoi on l’a inventé, comment on s’en sert, qu’est-ce qu’on en fait vraiment, sans oublier le contexte de son utilisation…”
              Peut-être sans vous en rendre compte, vous voulez dire que les populations concernées ne sont pas aptes à juger de cette affirmation ?
              L’EU est avant tout un problème d’hommes (le choix ?) parce qu’ils ne seraient pas capables de mener une politique monétaire ?
              Permettez-moi d’en douter. La politique monétaire dépend principalement de la conception de la monnaie avant d’être applicable. Par conséquent, changer les hommes n’améliorera pas le problème structurel et intrinsèque du financement de l’économie européenne. Je ferai même un parallèle avec l’alternance gauche-droite pour la gestion des affaires courantes en France…
              Maintenant, sur ce que vous dites de Todd et de sa conception de la gauche, alors vous avez parfaitement raison. Mais nous le savons tous !
              Ce qui change la donne c’est que l’euro (dans ses fondements) a été construit pour les firmes (du moins les actionnaires majoritaires) et vous le savez très bien….
              D’ailleurs, les populations (et donc, de plus en plus d’intellectuels) s’en aperçoivent aujourd’hui ! Les conditions seront une limite au consentement avec ou sans fabrication…..
              Ccl : Qui veut réellement la guerre (conflit civil ou militaire), aujourd’hui ? Les peuples ? De gré ou de force…..


            • Incognitototo Le 15 avril 2014 à 03h44
              Afficher/Masquer

              @ Olivier69,

              Il n’y a pas de question idiote en démocratie, et 2005 – malgré le terrorisme médiatique ambiant – a largement démontré que les citoyens(nes) étaient capables de faire un vrai effort de réflexion quand les enjeux sont importants (même si bien évidemment nous n’avons pas tous voté “non” pour les mêmes raisons)…
              Par contre, il y a à l’évidence une façon tendancieuse de les poser qui ne mérite aucune réponse.

              Personnellement, si demain il y avait un référendum avec la question “êtes-vous pour ou contre l’euro”, je ne saurais absolument pas quoi répondre, parce que ça n’a pas de sens posé comme ça.

              Pour, oui, mais dans quel cadre ? En continuant la politique actuelle – ou – en mettant en place les mécanismes régulateurs qui permettront aux pays de l’UE de cesser de se faire une guerre économique et sociale sans fin… sans oublier une vraie politique de relocalisation des économies (avec la fin du libre-tout et n’importe quoi)…

              Contre, oui, mais pour faire quoi à la place ?… Et si c’est pour revenir à ce qu’on a déjà essayé et qui n’a pas fonctionné, je serais incapable de voter “contre”.

              C’est-à-dire qu’il faudrait un référendum avec au moins 6 choix ou plus possibles, et détaillés pour les conséquences, pour que cela ait un sens.

              Bref, faire de la politique c’est pas comme prendre partie pour une équipe de foot et malheureusement compte tenu des crispations (totalement justifiées) des citoyens européens – qui se heurtent à une classe politique composée de “fachautistes” qui s’ignorent et qui réfléchissent tous avec des vieux schémas – les “débats” sont trop souvent à mon goût au ras des pâquerettes et du niveau d’un supporter qui hurle avec les loups…

              Heureusement qu’il y a des sites comme “Les crises” pour ouvrir les têtes, parce que sinon on se demande bien où on pourrait faire avancer des idées et des rêves…


            • samuel Le 14 avril 2014 à 17h16
              Afficher/Masquer

              Je peux pas trop penser avec la simple dualité gauche/droite (l’idéal serait, en simplifiant, pour chaque thématique politique: école, sécurité, économie, santé, etc… d’avoir un positionnement soit égalitaire, soit équitable, soit libéral, soit libertaire, enfin il faudrait affiner tout cela).
              La psychanalyse est plutôt bien vu à gauche, alors pourquoi la vision académique (plutôt à gauche) s’oppose à un inconscient collectif?
              De la même manière qu’on distingue l’inné, de l’acquis, on peut développer ce qu’on met dans l’acquis (conscient, inconscient, apprentissage, découverte, etc…) pour préciser qu’elles sont les domaines ou nos choix sont “plus ou moins” influencé par notre environnement, nos acquis… bref qu’on est à la fois empirique et déterminé, selon les domaines, les époques…


            • samuel Le 14 avril 2014 à 17h33
              Afficher/Masquer

              C’est ce que j’aime bien dans l’économie, cela peut modifier le déterminisme.
              Je me souviens vaguement d’une tribut Persane ou les femmes font encore des tapis comme avant, mais elle était très mal payé (bien que ces tapis soient revendus à prix d’or dans nos contrés), ce qui fait qu’on préférait les fils (élever des chèvres, sans avoir à faire une dot, étaient une valeur sur), puis une ONG c’est occupé de la distribution (avec une vrai rémunération, bien supérieur à l’élevage de chèvre), à organiser une coopérative diriger par les femmes (en même temps il y avait encore “un monde des hommes” et “un monde des femmes”), le résultat a été très rapide, les hommes sont fiers d’avoir des filles (tu penses en deux tapis elle a payé sa dot et elle pourra financer des études aux petits enfants). C’est bien plus efficace qu’une idée moralisatrice non applicable. Et cela n’enlève rien à un déterminisme qui n’était plus adapté au contexte (après c’est aussi une forme d’ingérence, c’est discutable, mais au moins elle est plus fine).


            • olivier69 Le 14 avril 2014 à 19h45
              Afficher/Masquer

              Bonjour samuel,
              Oui, et cette solution parait plus fine car elle a satisfait l’ensemble des parties. Cela veut dire que la globalité du groupe a bien été écoutée en vue de trouver une réponse potentielle aux attentes de chacun. Aujourd’hui, l’oligarchie tient à sa conception de l’euro, un peu comme le père persan qui préfère les garçons face à sa problématique.
              La réduction d’un champ d’action consiste effectivement à imposer une dualité. C’est une perception (stratégie d’analyse) qui vise à opposer un angle d’approche conflictuel (imposer des bornes et s’en tenir à une opposition dans la définition) lorsque celui-ci pourrait être consensuel.
              Du pur Shakespeare, c’est “être ou ne pas être” pour que l’être ne soit plus être….


            • samuel Le 14 avril 2014 à 20h30
              Afficher/Masquer

              “Du pur Shakespeare, c’est “être ou ne pas être” pour que l’être ne soit plus être….”, c’est une bonne conclusion 🙂


          • Pierre Le 17 avril 2014 à 14h09
            Afficher/Masquer

            Bonjour Incognitototo,

            Très honnetement je n’ai jamais trouvé Todd très bon dans les médias (télé, radio) et un peu trop sur de lui, ce qui l’a conduit à un certain nombre de prédictions foireuses (le peuple francais ne votera pas pour Sarkozy, Hollande mènera une politique révolutionnaire, etc…). Celà dit je le trouve bien plus intéressant à l’écrit (mais je connais mal Condorcet, celà dit meme s’il a pompé, au moins j’aurai appris quelque chose grace à lui).
            M’enfin en admettant qu’il ait une vision aussi déterministe (ce qui serait un peu le prendre pour un con, mais admettons), certains des résultats qu’il met en avant sont tout de meme intéressants. Oui parce que le fait que l’humain à l’échelle individuelle peut tout à fait s’émanciper en théorie de tout conditionnement n’empeche pas qu’au niveau du groupe on peut difficilement nier l’existence de gros biais culturels qu’il serait prétentieux de prétendre balayer d’un revers de main en quelques années… J’ai travaillé en Grèce et en Allemagne et l’allemand moyen n’est pas franchement similaire au grec moyen.

            Que ca évolue dans le futur, c’est une certitude, mais à quelle échelle de temps, à quelle vitesse ? Et puis critiquer les résultats ok, mais soyons un peu précis alors: Todd est justement dans l’analyse statistique et sa classification qui vous énerve tellement lui permet de trouver une corrélation étonnante entre un système familial particulier et l’arrivée au pouvoir de régimes communistes (pour les pays dont le système familial semble assez homogène) ou un fort vote communiste dans les régions concernées (pour les pays plus hétérogènes, comme la France ou l’Italie). Qu’est-ce qui vous semble foireux précisément ? La statistique est trop faible (pas assez significative), le recensement des systèmes familiaux est approximatif voire faux (à priori il se base sur des stats existentes, meme si je ne les ai pas vérifiées) ? Ca m’intéresserait de savoir.

            Et personnellement je n’impliquerais pas la génétique là-dedans, ca n’en relève pas, c’est de l’acquis culturel. Une députée européenne avait fait à Todd une remarque intéressante sur le sujet des peuples européens qui ne formeraient pas un peuple homogène: elle expliquait que la structure politique d’Athènes avait été créée pour unir des tribus à l’origine non homogènes. Dommage qu’elle n’ait pas poussé le raisonnement jusqu’au bout, à savoir analyser le povoir délégué aux citoyens eux-memes dans ce système, bien plus démocratique que le fonctionnement de l’UE actuellement…


            • reneegate Le 17 avril 2014 à 14h52
              Afficher/Masquer

              Vous avez parfaitement raison, mais “la mode” est à ne pas chercher le fond d’un discours mais de chercher à rebondir sur le sien. Et l’intervention est toujours immédiate et à défaut. Contrairement, le discours de Todd est très intéressant car il pousse à aller plus loin dans une réflexion commune.


            • Incognitototo Le 17 avril 2014 à 18h16
              Afficher/Masquer

              @ Pierre,

              C’est dur de se faire comprendre… Je ne nie rien du tout des “apports” de Todd (effectivement plus “construits” à l’écrit), je dis juste que les théories “classificatrices” (ethnologiques, sociologiques, et cetera) censées aboutir à des systèmes prédictifs – même si elles peuvent être intéressantes du point de vue intellectuel – sont en grande partie du pipeau, parce qu’elles supportent toujours d’innombrables exceptions…
              Hélène Carrère d’Encausse, à peu près à la même époque que Todd (non, en fait 2 ans après lui si on en croit la chronologie des publications), avait également prédit la chute de l’empire soviétique, à partir de bases similaires (et qui se sont révélées d’ailleurs en partie fausses)…
              D’ailleurs à propos des statistiques – pour avoir été moi-même un homme de chiffres – je partage totalement la vision de Winston Churchill qui disait : « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. »

              Et qu’est-ce que ça change au fond pour nous, que ces “analystes” – nouveaux prophètes – aient “raison” ou “tort” ?

              Personnellement, je m’en fous totalement parce que ce n’est pas ainsi que je conçois qu’on doit faire des choix politiques. C’est à peu près du même niveau, pour moi, que si vous consultiez une chiromancienne pour savoir ce que vous devez faire de votre vie… Je peux comprendre que certains en aient besoin, mais je ne peux pas admettre qu’on en fasse la base d’une analyse politique.

              Prenons un exemple simple… Je n’ai pas besoin de savoir que les banques vont, à l’évidence, se (nous) planter… Je n’ai même pas besoin que quelqu’un me démontre que cela va forcément arriver, dans l’état actuel de leurs (non) réglementations… Si je milite pour la séparation des activités bancaires, c’est parce que moralement, par rapport à mon système de valeurs, je pense que c’est insoutenable de soumettre des humains à un tel maelstrom de conflits d’intérêts… après bien sûr, avoir listé tous les endroits où je relève des conflits d’intérêts qui éloignent les pratiques bancaires de leurs buts initiaux. Et je pourrais presque dire POINT. Je n’ai pas besoin de savoir, si j’ai raison ou tort ; je me positionne en fonction d’un système de valeurs – qui inclut l’élimination des paradoxes systémiques – pas en fonction d’une pseudo-science (économique ou autre) qui me dirait ce qui est “bon pour moi”, et/ou essayerait de démontrer que si on ne change rien c’est la catastrophe assurée.

              J’espère que vous comprenez mieux pourquoi des gens comme Todd me “hérissent”… et rassurez-vous, il est loin d’être le seul dans le paysage politique actuel… entre bien d’autres, les écologistes, ceux qui justifient de leurs choix politiques en nous brandissant la fin du monde comme argument imparable, me font le même effet… pour moi, ce sont tous des gens qui desservent leur (et souvent “ma”) cause. Et au fond, c’est bien dommageable et c’est probablement en grande partie pour ça que j’ai la dent dure contre eux.


            • reneegate Le 17 avril 2014 à 18h25
              Afficher/Masquer

              je vous cite “C’est dur de se faire comprendre” ne pensez vous pas que Todd pourrait dire la même chose?
              Et votre “dent dure” n’est responsable de rien? est elle productive? mais relisez vous si vous ne lisez pas les autres.


            • Incognitototo Le 17 avril 2014 à 18h37
              Afficher/Masquer

              ??? Oui, certainement… sauf qu’à la différence de Todd, je ne suis pas payé à plein temps pour me faire “comprendre”, et c’est vrai, vos apports sont tellement plus constructifs que les miens…


            • Pierre Le 18 avril 2014 à 12h03
              Afficher/Masquer

              Donc en gros vous ne niez pas que Todd ait apporté quelque chose au débat, vous pensez juste que c’est foireux de A à Z… Moi pas, mais c’est peut-etre que je n’attends pas de ces analyses qu’elles me donnent des armes de “combat social”, le fait qu’elles me donnent des pistes pour identifier mes propres biais culturels me suffit déjà.
              Après, s’il s’agit de savoir si un facteur sociologique, meme avec une bonne corrélation, suffit à expliquer un phénomène complexe à lui tout seul, évidemment c’est non. Pour ce qui est des statistiques (qu’on associe souvent avec des citations historiques, souvent stupides…) je ne rentre plus trop dans ce genre de débat: les statistiques sont une science subtile qui d’ordinaire fixe elle-meme les limites de son analyse (encore faut-il utiliser les outils que les scientifiques se cassent le cul à mettre au point, mais comme c’est utilisé régulièrement par de gros bourrins…). A la limite vous préférez ne pas les utiliser, pourquoi pas !

              Par contre sur cette histoire de morale… Si cette histoire de banque vous dérange c’est bien parce qu’à un moment donné elle doit avoir quelque conséquence (moi perso je ne m’embete pour des choses qui ont peu d’influence pratique). Si l’on n’a pas d’autre argument un peu convainquant que “c’est contraire à mes principes moraux”, on a un peu du mal, non ? Montrer, par exemple par une récurrence d’exemples historiques (encore des stats ! 😉 ) que certaines situations posent problèmes c’est déjà un atout de plus dans notre manche… Ou pas ? Moi je ne SAIS rien à priori, déjà parce qu’il me semble que c’est le meilleur moyen de ne voir la réalité que comme je voudrais qu’elle soit…
              J’ai plus l’impression que votre position s’explique parce que vous vous sentez “en guerre” et que vous jugez en fonction de ce que ca peut apporter à votre camp (ou est-ce que j’ai tout faux ?), alors que moi je n’en suis pas encore là. Quand meme, je me joins à vous sur cette attitude de Todd trop sur de lui, je ne sais pas si ca vient de ce qu’on lui rappelle sans cesse ses prédictions sur l’URSS mais il aurait avantage à se rappeler qu’il s’est aussi déjà planté…

              Sinon oui, c’est dur d’etre compris, sur des sujets pas trop basiques 😉 Celà dit je vous tire mon chapeau, avec le tir de barrage que vous vous etes pris, j’en connais plus d’un qui se serait braqué tout de suite, or vous continuez à vous expliquer calmement, j’espère que les autres commentateurs du blog sont à l’avenant, je risque de me plaire ici…


            • Incognitototo Le 22 avril 2014 à 04h08
              Afficher/Masquer

              Bah, si vous voulez identifier vos propres biais culturels, rien ne vaut une bonne analyse… c’est encore le meilleur moyen de découvrir que nous ne sommes pas prédéterminés à n’être que ce que Todd pense qu’on est condamné à être…

              “Morale” n’est pas un gros mot et c’est bien dommage que la rhétorique actuelle soit surtout fondée sur des dialectiques qui essayent de convaincre par la “prédiction”, plutôt que par les valeurs. Je pense d’ailleurs que cela fait partie de l’enfumage néo-libéral qui nous a fait progressivement perdre de vue l’essentiel, au point que, par exemple, ça devient presque “normal” que des banquiers s’autorisent à détourner des milliards et ne reçoivent pour toute sanction que des amendes négociées… tandis que le voleur de scooter continuera à faire de la prison ferme…

              Cela dit quand je parle de morale et de valeurs, je le situe dans le cadre de “l’analyse systémique” qui permet d’identifier les doubles contraintes qui conduisent à la disjonction des systèmes… et effectivement je n’ai pas besoin de savoir ou d’être persuadé que cela va péter un jour pour prendre position… pour une raison simple, tout système en double contrainte est forcément “malade” et on n’a pas besoin d”attendre ou de démontrer qu’il provoque des symptômes mortifères pour tenter de le “soigner”.

              Et si vous voulez faire des stats sur ce qui expliquerait que je pense que des gens comme Todd desservent leur cause, demandez-vous s’il existe un seul fumeur qui ait cessé de fumer après qu’on lui ait montré un poumon cancéreux… Je n’en connais aucun et c’est pareil pour la politique… On ne construit pas un “mouvement” sur ce qui ne va pas, mais sur un chemin à suivre et des buts à atteindre… Relisez quelques discours de Jaurès, c’est stupéfiant comme cette “race” de politique qui nous montrait un chemin, a totalement disparu de notre paysage… au point que je trouve que dans la plupart des débats ce n’est plus de la politique qu’on fait, mais de la “communication”, avec tout ce que cela comporte comme “déviances”, y incluses celles issues des problématiques personnelles qui ne devraient pourtant jamais s’immiscer dans les échanges.

              Si ça peut vous rassurer, c’est pas parce que je reste calme, que je n’en pense pas moins ;-), surtout quand on voit le niveau du “tir de barrage”, très rarement argumenté… et qui donc me passe largement au-dessus…


            • samuel Le 26 avril 2014 à 00h32
              Afficher/Masquer

              @incognito, excusez moi, il y a un goût amer à vous laissez le dernier commentaire (dans le sens où ceux qui donnent leurs pensés, sont moins dangereux, que ceux qui la taisent hors d’un cercle d’initié).
              Bon, on fait quoi de Kevin apprenti boucher dans la Meuse?
              (Alors c’est vrai, je devrai partir d’un exemple plus neutre, afin de ne pas oublier Jennifer apprentie esthéticienne, … je vais au plus simple, je n’ai pas d’objection,…. déjà je pars de minot avec un espoir, par conséquent comme tout le monde, je met de coté les cas sociaux, il y aura plus d’emploi gratifiant et socialisé pour les précaire à l’avenir).
              Parce que Kevin c’est le troisième, les Allemands (je me mors les lèvres, les Allemands, les Français, les généralités c’est aussi dangereux, je le sais,…. on refera le monde demain) ont une natalité mortifère, par conséquent doit on le laisser vivre?
              Forcement cela à l’air cruel de dire: on le tue? (plus de deux enfants par femme c’est un coût des écoles, des études, tout ça,.. de toute manière il ne cotisera pas assez pour financer sa propre retraite), mais la conjoncture, il faut être rationnel.
              Sinon on fait quoi,… on l’enferme ? (il ne fera jamais un créateur de start-up, bon je suis un créatif par défaut, par conséquent je peux me permettre d’écrire, la prochaine race à exterminer, ce sont les créatifs, ils jonglent avec la conjoncture sans la créer, c’est comme des parodies de nous-même en plus cyniques).
              En dernier recours, il ne reste qu’une miséricorde qui ne ce tache de sang: on rend sot? c’est déjà bien entamer et cela fait des années…. déjà ces parents n’ont eût de raison à aimer l’école.
              On fait quoi?


            • Incognitototo Le 26 avril 2014 à 16h10
              Afficher/Masquer

              Je ne vois pas du tout ce à quoi vous répondez ou ce que vous interrogez… mais bon pas grave, l’important c’est que vous vous compreniez…


            • samuel Le 26 avril 2014 à 16h51
              Afficher/Masquer

              Les statistiques desservent quel cause?
              -1.3 ou 2 enfants par femmes c’est anodin? ,
              -devoir faire un modèle qui trouve du boulot pour des jeunes ou un modèle qui garanti des retraites c’est pareil?
              Sérieusement c’est juste oublier les gens qui vivent ces statistiques qui les desservent (puisque c’était mon propos).
              Les buts à atteindre sont incompatibles, c’est comme choisir entre vivre et mourir.
              Brassens aurait pût chanter: “mourir pour une monnaie, l’idée est excellente, moi j’ai failli mourir ….”


            • Incognitototo Le 26 avril 2014 à 17h29
              Afficher/Masquer

              Oui… sauf que là (avec les 2 exemples que vous donnez) vous confondez statistiques et données… rien à voir…

              Une statistique, c’est affirmer – par exemple et même si la corrélation est très loin d’être proche de 1 – que quand on a eu une enfance “malheureuse” la probabilité que vous deveniez un délinquant est plus importante que si vous avez eu une enfance “heureuse”… Oui et alors, une fois que vous avez découvert ça, ça implique quoi ? Qu’on euthanasie préventivement tous les enfants à enfance malheureuse pour ne pas avoir de problèmes par la suite, ou de s’atteler à ce qu’il y ait moins d’enfants malheureux ?
              Hé bien pour Todd (puisque je vous rappelle que c’est notre sujet), quand il pense qu’on ne pourra jamais rien changer au déterminisme culturel, il est dans la première solution.


            • samuel Le 26 avril 2014 à 20h08
              Afficher/Masquer

              Bah voyons, c’est pour cela qu’il a proposé que la France partage son siège au conseil de sécurité, c’est pour cela qu’il a milité pour un protectionnisme Européen, c’est parce que les évolutions culturels sont impossibles qu’il a crut les Arabes ne seraient jamais révolutionnaire et j’en passe.
              Et c’est parce qu’Incognito est progressiste qu’il revendique une monnaie depuis de long mois comme un fait qui ne peut être contester.
              Vous jouez à la paille et à la poutre?
              Parce qu’il va falloir trouver, où dans l’œil de Todd, un déterminisme potentiel individuel est une constante indépassable (cela ne veut pas dire qu’un déterminisme collectif, n’a pas lui plus d’inertie).


            • Incognitototo Le 26 avril 2014 à 20h37
              Afficher/Masquer

              Lisez ou relisez ses publications sur les systèmes familiaux et revenez me dire que la vision structuraliste de Todd ne serait pas déterminisme… mais il vrai que le personnage a tellement changé d’avis depuis qu’il publie et qu’il parle qu’on a le droit de s’y perdre… et de lui faire dire à peu près tout et n’importe quoi, étant donné qu’en 20 ans j’ai rarement vu quelqu’un changer autant d’avis ; et pire, en partant des mêmes bases…

              Où est-ce que vous avez vu jouer que je penserais que la monnaie ne peut pas être contesté ??? Ma seule exigence par rapport à ceux qui le font (et je ne suis pas le dernier à le faire), c’est de tout dire et pas seulement de nous faire croire à des solutions magiques, dont on a déjà expérimenté qu’elles ne fonctionnaient pas plus…


            • samuel Le 26 avril 2014 à 20h46
              Afficher/Masquer

              Donc vous confondez toujours déterminisme collectif et individuel, vous acceptez toujours pas l’inertie des nations, qui font qu’il y a une divergence de natalité entre des immigrés arrivant en France et en Allemagne (parce qu’ils convergent chacun à la natalité du pays qui les accueillent).
              Et vous faites toujours comme ci il y avait un avenir pour plus de 3 pays dans la zone Euro.
              A quoi bon donner un avenir à une majorité des pays membres, tant que l’Allemagne s’en sort 🙁
              Quand à Todd, si il a changé d’avis, c’est parce qu’il y a déjà un incognito dans son cerveau, qui n’acceptait pas son modèle, il le précise lui même.


            • Incognitototo Le 27 avril 2014 à 02h12
              Afficher/Masquer

              ??? Vous repartez dans votre occultisme ? Et pourquoi essayer sans arrêt de me faire dire ce que je ne dis pas, ou de penser que je ne saurais pas, sans oublier bien évidemment de ne jamais répondre à ce que je vous dis… Vous voulez qu’on discute structuralisme (que revendique Todd) ? Cette “méthode intellectuelle” (sic !!!) qui a tout d’une tautologie, et qui est méthodiquement démontée depuis 30 ans par ceux qui ont une autre vision de ce que devraient être les sciences y incluses les “molles”…
              Vous connaissez le constructivisme et l’analyse systémique ? Intéressez-vous-y, vous comprendrez assez vite (peut-être) que Todd a quelques métros de retard et que quand on part de prémisses qui sont des croyances, rien de bon ne peut sortir de ce type d’analyse.

              Bon, “non débat” clos pour moi.


            • samuel Le 26 avril 2014 à 22h27
              Afficher/Masquer

              Et il faudrait aussi ajouter que le déterminisme est aussi lié au contexte économique ou social, tant au niveau individuel que collectif. On peut difficilement faire des avancés sociales si le niveau de vie baisse, on peut difficilement oublier les nations si on les met en concurrence.
              Mais vous allez me ressortir un truc style, les accidents de voiture sont causés par des personnes qui ont été à l’école maternelle, par conséquent il suffit d’interdire aux gamins d’aller à la maternelle pour qu’il n’y ai plus de déterminisme et vu que c’est une corrélation idiote, cela démontre toute possibilité qu’il y est des déterminismes (on croirait lire le logicien du Rhinocéros de Ionesco)


  12. FL Le 11 avril 2014 à 11h53
    Afficher/Masquer

    Todd a tendance à changer fréquemment de monture. C’est la marque d’un esprit souple et d’une intelligence adaptable .
    Ainsi dernièrement, il dit sa nouvelle allégeance au monde anglo-saxon (dans la précédente vidéo visible sur ce blog je crois), sous entendu aux valeurs du monde anglo-américain, ayant rompu celle qu’il avait à l’égard d’une Europe devenue au fils des circonstances de plus en plus Allemande.
    Sur quel cheval ou quel âne va-t-il sauter la fois prochaine, lorsque la France devra se reconstruire?

    Ce qui ne m’empêche pas d’apprécier certaines des ces analyses.


  13. FL Le 11 avril 2014 à 11h55
    Afficher/Masquer

    Olivier Todd a tendance à changer fréquemment de monture. C’est la marque d’un esprit souple et d’une intelligence adaptable .
    Ainsi dernièrement, il dit sa “nouvelle allégeance”, ce sont ses mots, au monde anglo-saxon (dans la précédente vidéo visible sur ce blog je crois), sous entendu aux valeurs du monde anglo-américain, ayant rompu celle qu’il avait à l’égard d’une Europe devenue au fils des circonstances de plus en plus Allemande.
    Sur quel cheval ou quel âne va-t-il sauter la fois prochaine, lorsque la France devra se reconstruire?


    • perceval78 Le 11 avril 2014 à 13h07
      Afficher/Masquer

      1) Ollivier est le père d’Emmanuel
      2) je pense qu’il raisonne en démographe et quand il dit Anglo saxon il veut dire :
      famille nucléaire absolue par opposition à la famille souche de type germanique
      3) c’est facile de parler : d’âne , un esprit libre est par définition disponible pour des contorsions à 360° , comme la girouette et pourtant c’est radicalement différent .


    • SALLAM Le 01 mai 2014 à 09h17
      Afficher/Masquer

      Olivier TODD, journaliste et écrivain? Mais c’est le père d’Emmanuel Tood! Pas grave mais cela mérite un rectificatif par respect tant pour l’un que pour l’autre


  14. bellini Le 11 avril 2014 à 12h04
    Afficher/Masquer

    La France n’aura-t-elle le choix qu’entre la “pax germanica” masochiste (l’ordo libéralisme sinistre d’une maison de retraite) et la “pax américana” hystérique (la finance consumériste comme jouissance suprême pour des hommes retombés en enfance) Lire à ce sujet l’article de Tony Corn: “Pax germanica” dans le dernier numéro du “Débat”


  15. reneegate Le 11 avril 2014 à 12h25
    Afficher/Masquer

    La description de Todd de la structure type de la société allemande exportatrice est plus que juste. J’ai été longtemps financé (actionnaires) par des sociétés allemandes très pointues, sur des niches, enrichies des ingénieurs de l’Est, des usines de l’Est récupérées à coups de réductions d’impôts, avec une politique sociale très avancée, une direction patriarcale très respectée, une stabilité des emplois d’un autre siècle, etc… Donc sur le terrain, les observations anthropologiques de Todd sont pertinentes je vous l’assure. Je pense aussi qu’il passe trop vite sur la chute du mur et la réunification qui ont dopé les entreprises allemandes . Dès 1989 ils avaient leurs travailleurs déplacés, hyperformés et des outils de fabrication à pas cher.
    Merci aussi à Todd de rendre justice à l’université française n’en déplaise aux fous de l’entreprise qui la tête dans le guidon s’affranchissent comme toujours de la réflexion et l’analyse minimum et se satisfont de leur pensée unique. La pensée serait elle aussi une charge?
    Enfin les allemands sont effectivement très durs en négociations mais aussi très fidèles à leurs engagements


  16. BA Le 13 avril 2014 à 12h05
    Afficher/Masquer

    En tout, 197 nations sont représentées à l’Organisation des Nations Unies.

    Que voyons-nous en observant ces 197 nations ?

    179 nations gardent précieusement le contrôle de leur monnaie nationale.

    Et seulement 18 nations ont détruit leur monnaie nationale pour créer une monnaie unique : l’euro.

    C’était vraiment une expérience de tarés : 18 nations détruisent leur monnaie nationale pour créer une monnaie unique.

    Aujourd’hui, nous pouvons constater quel est le résultat de cette expérience de tarés : un désastre.

    Le retour aux 18 monnaies nationales sera simplement la fin d’une expérience de tarés.

    Le retour aux 18 monnaies nationales sera simplement le retour à ce qui se fait partout ailleurs, sur tous les autres continents, dans les 179 autres nations.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2014/04/11/euro-bernard-maris-ny-croit-plus/


  17. le p'tit vendéen Le 13 avril 2014 à 12h06
    Afficher/Masquer

    Bonjour a tous,Monsieur Todd commence son exposé en soulignant des similitudes entre la Vendée, terre ouvrière aujourd’hui,ce qui est vrai,(et je fais parti de ces ouvriers vendéens) il suffit de voyager dans ce département pour s’en rendre compte…
    Donc,similitude entre la Vendée et l’Allemagne,ce n’est pas faux du tout, puisque les salaires vendéens sont parmi les plus bas de France comme en Allemagne qui comme chacun le sait n’est pas une grande partageuse de ses richesses avec ses ouvriers et ses employés…


  18. Charlus Le 13 avril 2014 à 12h35
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas de compétence pour juger le travail d’anthropologue d’Emmanuel Todd. Je me bornerai donc à remarquer que ses travaux ne sont pratiquement pas commentés par les universitaires, si on excepte l’historien Chaunu, qui est une autorité tout à fait contestable en histoire.
    Mais de toutes façons les corrélations qu’il voit entre les différentes formes de familles et le comportement de tel ou tel pays sont tellement univoques que je ne peux pas le prendre au sérieux. Les différences de structure familiales qu’il a mis à jour ne l’autorise pas à parler comme il le fait de la volonté allemande d’exterminer (!!!) les industries non allemandes, ni de dire au public vendéen quelque chose comme ” vous avez beau être vendéens, en tant que français, vous y passerez comme les autres.” Il semble que les souverainistes se croient tout permis dès qu’il s’agit de mettre en cause l’Allemagne. En réalité les industriels français se comportent exactement de la même manière que les industriels allemands dès qu’ils en ont l’occasion, quelque soit la structure familiale de leur pays. Il s’agit d’accroitre ses parts de marché dès que c’est possible, c’est la règle du capitalisme. Pourquoi proférer des affirmations aussi gratuites ?
    Quand j’entends les affirmations péremptoires d’Emmanuel Todd, je me méfie. Par exemple, il dit que les gens ne comprennent pas ce qu’est la monnaie. Lui, visiblement, il croit l’avoir compris, mais c’est dommage pour nous il ne nous explique pas sa théorie personnelle.
    Je suis ravi qu’il ai fait beaucoup de vélo en Europe quand il était jeune, mais je ne suis pas sûr que cela suffise pour affirmer que rien ne marchera en Europe puisque nous sommes trop différents les uns des autres. D’ailleurs la France est justement là pour montrer qu’un pays composé de populations très différentes est possible.
    Emmanuel Todd ne m’intéresse pas vraiment. Je suis souverainiste moi même et j’espérais trouver quelques arguments dans ses livres que j’ai lu pour partie. Et bien non.
    Ce qui m’intéresserait en revanche c’est de comprendre pourquoi ce type a un tel succès dans mon camp, pourquoi Olivier Berruyer (dont j’estime et apprécie beaucoup le travail) offre une tribune de plus à un type qui pour moi ne vaut pas plus que BHL.


    • Norton Le 13 avril 2014 à 13h35
      Afficher/Masquer

      @Charlus,
      Votre commentaire comporte des amalgames que je tiens à relever.
      Vous dites:

      -“Il semble que les souverainistes se croient tout permis dès qu’il s’agit de mettre en cause l’Allemagne.”

      Le sentiment qui s’appuierait sur la détestation de ce qu’il faut bien appeler “le pragmatisme des Allemand” dans la défense de leurs intérêts,relèverait d’avantage de la stupidité d’un pur racisme que d’un souverainisme constructif.

      Vous ajoutez:

      -“D’ailleurs la France est justement là pour montrer qu’un pays composé de populations très différentes est possible.”
      Ce qui est possible dans cette France,qui est un pays que l’Histoire a pu réunir dans un consensus républicain national,est impossible à 28 peuples différents,tous forts de leur Histoire particulière et donc tous différents.L’UE n’est pas un pays…

      L’impossible unanimité requise par nos traités européens et les échecs prévisibles et quotidiens de toute avancée politique de l’UE ne laisse comme issue raisonnable que sa consentante dislocation ou,à défaut, notre retrait unilatéral par l’article 50 du TUE.
      Un retrait simple de la zone Euro n’est pas prévue dans nos traités.

      http://www.dailymotion.com/video/x1hiph2_l-europe-mecanique_news


      • Charlus Le 13 avril 2014 à 14h31
        Afficher/Masquer

        Il est vrai que j’aurais du dire “certains souverainistes”, car tous ne pêchent pas par leur germanophobie. Mais même quelqu’un d’aussi estimable et pointu que Jacques Sapir se permet de qualifier l’émigration depuis certains pays d’Europe vers l’Allemagne de nouveau Service du Travail Obligatoire…

        Je suis moi-même persuadé qu’il faut sortir de l’union Européenne. Mais pas parce que je crois à l’impossibilité de dépasser l’histoire des peuples, même si c’est difficile et long. Simplement, on ne pourrait le faire qu’avec le consentement des peuples, et l’Union Européenne est une somme d’institutions qui sont toutes antidémocratiques et irréformables. A vrai dire je crois même qu’elles ont été pensées pour se passer du consentement des peuples. Même notre 5e république est préférable à l’UE, c’est dire…
        Maintenant, il faut le répéter, il n’est pas vrai que l’Allemagne soit la principale responsable de cet état de fait. Il n’est pas vrai non plus qu’elle soit seule à profiter de l’UE. Il n’y a pas un seul traité qui ait pu passer sans l’approbation de la France. L’oligarchie française est à fond pour l’UE comme toute l’oligarchie européenne. C’est surtout ce point qui m’importe : Todd se déconsidère par sa germanophobie.


        • Norton Le 13 avril 2014 à 14h57
          Afficher/Masquer

          @Charlus,

          Tout à fait d’accord avec vous…

          Je me permettrais de souligner que notre constitution française à le mérite de comporter les outils nécessaires à sa propre réforme alors que l’unanimité requise pour modifier les traités européens rend impossible la moindre modification du fonctionnement de l’UE.

          Je suis donc pour un retour complet à nos règles constitutionnelles,pour une adaptation de la constitution à une démocratie moderne et pour une République Française décomplexée,performante et exemplaire,propulsée par un consensus issu d’un nouveau Conseil National,comme ce fut le cas,avec le succès que l’on sait,des acquis du Conseil National de la Résistance.


        • yann Le 13 avril 2014 à 16h20
          Afficher/Masquer

          Vous devriez lire cet article sur ce que font les gentils Allemands en Grèce.

          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4480

          L’Allemagne a délibérément une stratégie mercantiliste d’accumulation des excédents commerciaux. Ce n’est pas un acte anodin tout comme ce n’est pas sans pensée réfléchi que les Chinois accumulent des excédents. Il y a des visées de domination. Vous cassez le pays adverse économiquement puis vous le ramassez à la petite cuillère. Ce n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme de guerre dans un monde ou l’arme nucléaire interdit des actes plus radicaux. D’autant que l’Allemagne ne l’a pas l’arme nucléaire . Il faut être stupide pour croire que ce pays n’a pas de stratégie de domination. Vous avez vu l’énormité de leurs excédents qui se font essentiellement sur le dos de leurs proches voisins ?

          À titre personnel je pense que c’est une réponse à leur déclin démographique. Vous cassez les voisins puis vous récupérez des immigrés qualifiés qui ont le bout gout de ne pas être des gens trop foncé.


          • Charlus Le 13 avril 2014 à 18h41
            Afficher/Masquer

            Les banquiers français étaient en même temps que leurs collègues allemands à Nicosie pour récupérer les clients oligarques russes après la faillite des banques chypriotes provoquées par l’UE.

            On ne peut pas parler du rôle de l’Allemagne en Grèce sans immédiatement dire que le pillage des ressources grecques est aussi exigée par les banques françaises qui ont le plus grands intérêt à récupérer les fonds qu’elles ont prêtés à l’Etat grec pour qu’il puisse nous acheter du matériel (militaire par exemple).
            Détruire le voisin pour le ramasser après à la petite cuillère n’est pas le propre de telle ou telle nation plutôt qu’une autre. C’est la règle du capitalisme. Les Japonais l’ont appliqué, les Chinois aussi, et les Français aussi quand ils le peuvent.
            Si l’Allemagne accumule les excédents commerciaux, ce n’est pas seulement parce que le patronat et le gouvernement allemand ont mené une politique de déflation compétitive. C’est aussi parce que les patrons et gouvernements français ont laissé tomber leur industrie, ont profité de la liberté des changes pour aller investir dans les pays émergents, ou spéculer sur des produits financiers qui rapportent plein d’argent sans effort. Le gouvernement allemand écoute les industriels, le gouvernement français écoute les financiers. (Ca dure depuis Napoléon III)

            La guerre économique existe bien sûr. Mais c’est la guerre des multinationales contre les peuples. Le gouvernement allemand a sa responsabilité naturellement dans cette guerre économique. Mais nous devons d’abord balayer devant notre porte. Ce qui se passe en Grèce se fait avec l’approbation de la France.


  19. reneegate Le 13 avril 2014 à 14h36
    Afficher/Masquer

    Et l’intérêt d’un discours de vie, d’une expérience, est à mon avis très intéressante.
    @incognito Pourquoi avoir la dent aussi dure sur ceux qui parlent avec sincérité et sensibilité. Ce que dit Todd c’est sa conviction que les peuples d’Europe ne peuvent et ne veulent pas partager. Ajoutez à cela la difficulté d’agir vite à 28 et dans le bon sens car le temps presse (http://www.la-lef.fr/a-la-recherche-des-objectifs-caches-de-francois-hollande/) . La proposition de Lordon de conserver une monnaie commune et rétablir des taux de change intra communautaires est à mon avis excellente puisque l’harmonisation par le haut d’une Europe sociale est rejetée autant par les euros nantis que par les parents “pauvres”.Actuellement un transporteur polonais vient travailler 3 semaines en France et repart se reposer 1 semaine en famille et dans 1 an il n’y aura plus de transporteur local en France. Tous les secteurs sont touchés. Prions pour qu’il y ai des propositions claires et lisibles en mai dans toute l’Europe pour mettre fin à ce génocide des marchés locaux.Dans ce sens il faut absolument arrêter d’être pointilleux, susceptible et intransigeant, il faut au contraire soutenir dès que quelqu’un va dans le bon sens. C’est le cas de Todd qui ne mérite pas cette pire insulte, d’être comparé à cet être semeur de cahot .


    • Norton Le 13 avril 2014 à 15h20
      Afficher/Masquer

      @reneegate,

      Pour propulser cette monnaie commune,il faudrait pouvoir convaincre 28 états aux vues divergentes et surtout l’Allemagne qui n’a aucun intérêt à changer une donne qui lui profite si bien…

      L’Euro,monnaie commune,ce n’est pas seulement une demi mesure qui ne changerait rien au déficit démocratique le l’UE,ce n’est pas non plus une usine à gaz monétaire très coûteuse à mettre en place et à financer,mais c’est d’abord une “MISSION IMPOSSIBLE” car jamais les Allemands ne voterons à l’encontre de leurs intérêts…Et ils ont bien raison!

      Il n’y a qu’une seule issue légale: l’ARTICLE 50 du TUE qui permet à un état membre de sortir de l’UE (et non pas de “renégocier les traités”,comme l’invoque par tromperie le front national,dans son programme pour les européennes)


    • Incognitototo Le 13 avril 2014 à 15h24
      Afficher/Masquer

      Vous touchez le fond du problème… C’est que je trouve que Tood, par son attitude et ses cafouillages, dessert les causes qu’il est censé défendre, que vous rappelez (entre autres) et que je partage également.
      Il s’étonne de ne pas être audible, ni crédible… Il ferait mieux de s’interroger sur son attitude de clown, pour traiter de sujets qui engagent la vie des citoyens. S’il veut être pris au sérieux qu’il structure un peu sa pensée et cesse de faire son show narcissique…

      Allez chercher les propositions de Lordon pour expliquer celles de Tood, ça on me l’avait jamais fait 😉


      • Norton Le 13 avril 2014 à 15h50
        Afficher/Masquer

        @incognito

        Todd ne vas pas au bout des choses,mais ce n’est pas pire que ceux qui semblent vouloir y aller mais qui trompent leur monde…

        POSITION DE LA “MARINE” (extrait de son programme pour les européennes 2014…)

        “”Dans le cadre de l’article 50 du Traité de l’Union Européenne, il convient d’initier une renégociation des traités afin de rompre avec la construction européenne dogmatique en total échec. Il faut désormais jeter les bases d’une Europe respectueuse des souverainetés populaires, des identités nationales, des langues et des cultures, et qui soit réellement au service des peuples par des actions concrètes.

        Un ministère des Souverainetés coordonnera la renégociation des Traités et la restauration de notre souveraineté nationale dans l’ensemble des domaines où elle a disparu.””

        ARTICLE 50 du TRAITÉ SUR L’UNION EUROPÉENNE

        1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

        2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

        3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

        Cherchez l’erreur ou plutôt la tromperie…


    • samuel Le 13 avril 2014 à 15h35
      Afficher/Masquer

      C’est pas seulement une histoire de conviction (puisqu’il a lutter contre son modèle), on est des animaux sociaux (on est définit par le groupe, cela n’empêche pas le conflit, ni adaptabilité de l’individu), qui plus est, on est des mammifères (le sevrage n’est pas qu’une histoire de drogue, il est à la base l’arrêt de l’allaitement) donc l’apprentissage est fondamental (un chaton qui est nourrit par l’homme, dès son plus jeune âge, ne risque pas de mordre sa mère, qui l’aurait repoussée, ce qui influencera vers un comportement plus agressif toute sa vie). Et on est des animaux dotés d’un langage élaboré, qui nous pousse a créer des institutions (formels, informelles) pour nous organiser.
      Il n’est pas idiot de concevoir qu’à l’âge où on découvre le monde, où on ce construit (ce qui est quand même le fond de commerce de la psychanalyse), sa place dans la famille et les référents parentaux sont influents sur son avenir de façon sous-jacente et d’autant plus que notre modèle familiale est partagé par le plus grand nombre.
      Effectivement à une époque plus individuelle (limite ex nihilo), la simple opposition entre le cadet-te (rebelle) et l’ainé-e (sérieux) oblitère tout les points communs dans la fratrie.
      C’est un modèle de déterminisme institutions (plutôt formel dans le cadre Européen), un déterminisme n’est pas une glaciation de l’humanité, mais une direction probable de celle-ci (et une probabilité de 76% ne suffit pas à gagner un match de foot, d’après ce que j’ai compris).
      Au vu de la capacité de son modèle à “prédire” la chute du mur, l’orientation de l’Europe (un machin qui devait nous sauver, même si on doit commencer par le sauver en premier), les révoltes arabes et les différences économiques entre les régions ou les pays, on peut effectivement pardonné un “semblant” désinvolte.


      • samuel Le 13 avril 2014 à 22h48
        Afficher/Masquer

        Il faudrait aussi préciser que E.Todd donne l’impression d’essayer d’équilibrer une situation excessive (si tout les intellectuels sont maoïstes, il tape sur la Russie, si les médias sont Atlantistes, ils dénoncent l’empire, si tout les élites veulent plus d’Europe, il rappel son invention, etc…).
        Le soucis quand on veut le faire seul contre des influents, c’est qu’on est obligé d’être excessif.
        C’est dommage qu’il n’est pas fait une vidéo d’introduction à son modèle. (ce serait amusant qu’il utilise un tableau noir, plutôt qu’une power point, si il a une bonne gestion de l’espace tableau, pour schématiser les différentes familles, leurs hybridations, les illustrer vocalement etc…)


  20. theuric Le 13 avril 2014 à 23h03
    Afficher/Masquer

    Monsieur Todd explique que la relation que chacun établit avec le pouvoir et, dès lors, aux institutions, provient des relations intrafamiliales de structures anthropologiques.
    J’ai observé que toute obéissance, d’une nature très proche du syndrome de Stockholm, ne peut s’établir que dès la plus tendre enfance, il s’agit bien là d’éducation.
    Je comprends que l’idée même que nous puissions être, dès notre enfance, conditionné par notre environnement puisse choquer: où donc pourrait, dès lors, se trouver notre liberté d’être Soi?
    Depuis longtemps j’invente des aphorisme sans toujours en trouver le sens immédiat.
    Ainsi celui-ci:
    “La véritable liberté consiste à comprendre ses propres contraintes!”.
    Que j’ai réellement compris le jour où j’ai découvert celui-là:
    “Qui observe, transforme!”
    Le troisième, qui n’est pas de moi et je ne me rappelle plus d’où il vient:
    “C’est la différence qui fait la différence!”
    Le premier constate, justement, que nous sommes constitutif d’un ensemble de contraintes, autant physiques, psychologiques, anthropologiques et de bien d’autres encore, c’est la base de la psychanalyse ou de la méditation et c’est par quoi, je pense, passe tout processus d’émancipation.
    Le second montre que l’action que peut être une observation agit autant sur l’observateur que sur ce qui est observé, ne serait-ce que par la compréhension de ce que l’observateur observe et par l’activité sur le sujet que fut le fait de l’observer, c’est la base autant de la science, du journalisme que du médecin, par exemple, et même l’astrophysicien transforme, non pas l’astre lointain, mais les particules perçu par son appareil de mesure.
    Le dernier, quand à lui, montre ce que peut être un cheminement déductif où le discernement du sens d’un événement se fait grâce à la détection de différences entre ce qui devrait ou pourrait être et ce qui est réellement.
    Alors, je ne vois en rien ce qu’il pourrait y avoir de répréhensible de considérer la psychosociologie allemande comme étant collectivement dominatrice, étant entendu qu’il s’agit là d’un peuple, et dès lors d’un très grand nombre de personne, il s’agit là, donc d’un trait commun partagé en moyenne.
    Mais là où je comprends vraiment pas la réaction de certains c’est qu’ils nient leur propre façon de fonctionner, franchement, penser l’égalité d’être, n’est-ce pas merveilleux?
    Mais tous les peuples fonctionnent-ils ainsi?
    Combien de capitale ont, comme Paris, manifesté, si souvent dans l’histoire, ce rejet de l’autorité?
    Et qui, hormis les anglais, les français, les russes puis les chinois ont fait la révolution et l’ont réussi?
    Je ne parle pas des guerres de libération ou de décolonisation.
    Pour le reste, je vous laisse à vos méditations.


  21. olivier69 Le 13 avril 2014 à 23h25
    Afficher/Masquer

    Malgré les clivages politiques, de plus en plus, l’euro fait figure d’imposture. Je pense également que c’est à souligner. Et j’imagine que c’est davantage l’objectif du billet. Pourquoi être divisé sur ce qui rassemble ? Sinon être obtus !
    Maintenant pour ce qui concernent les raisons de la perception de l’échec, elles sont multiples… Certes, la volonté de paternité des idées montre un besoin pathologique de reconnaissance (la spécialité et le spécialiste : l’expertise et la notion).
    Donc, pour en revenir à nos moutons, rares sont ceux qui ont actuellement une capacité à défendre le modèle monétaire face aux critiques. Constat : La monnaie est l’outil des firmes et la globalisation est son jouet….
    Les actifs sont entre les mains d’une poignée d’hommes et l’endettement (le passif) est devenu la chaine des peuples (la contrepartie). Voilà, une bipolarisation qui veut prendre l’apparence de la modernité…Un ordre ? Ceux qui possèdent le monde, sont des mondialistes….
    En général, les dirigeants européens montrent leur mépris des populations puisqu’ils n’estiment pas crédible cette remise en cause du système mondialisé. C’est vrai que Todd ne fait que reproduire un schéma utilisé également par des Draghi, Barroso et consorts : “je suis donc je pense”. Cela, c’est pour la forme mais dans le fond ?
    Pire, le danger est que : si ils sont perçus comme des experts alors ils ont forcément tous raison…..Quelle cacophonie !
    Nous allons donc assister à une bataille de spécialistes ? A voir.


    • olivier69 Le 14 avril 2014 à 03h47
      Afficher/Masquer

      Une chose est claire, dans un espace donné, les qualités d’une élite (sa valeur) ne sont-elles pas à la hauteur de la compréhension de sa population ? Lorsque je disais : celui qui ne se domine pas, veut dominer l’autre. Sa liberté est alors obtenue par procuration, il est insatiable mais déjà dans le virtuel.
      Ce qui est réel, par contre, c’est le pouvoir que l’on a sur soi. Je crois que cela s’appelle : s’émanciper !
      Ce qui aurait un sens lorsque l’on dit “pour ou contre” l’euro ? Ce serait avant tout de consulter les populations concernées. Le manque de respect vis à vis des peuples est manifeste. A moins que l’on ne cautionne la dictature masquée (des experts), le conservatisme (des héritiers).


  22. theuric Le 13 avril 2014 à 23h32
    Afficher/Masquer

    Pour revenir à l’Ukraine, c’est ce que nous avons appris de ce qu’avait dit Madame Nuland qui me fait penser qu’il y a anguille sous roche,une manipulation.
    Ensuite, c’est la suite des événements qui peut nous faire comprendre le but premier de celle-ci.
    Vous remarquerez, tout de même, la relative retenue Russe et l’appel américain pour des discutions.
    Que les ukrainiens s’emportent, cela va de soit, c’est logique.
    En revanche, l’agressivité européenne pose question, là encore, la réaction polonaise se comprend, celle de la France montre quelque chose, surtout de notre Président.
    C’est la différence qui fait la différence.


  23. reneegate Le 15 avril 2014 à 08h56
    Afficher/Masquer

    il y a quand même à retenir la “tournure” collaborative prise par ces commentaires (bien mal partie pourtant). J’espère ne pas avoir été le seul à l’apprécier.
    Pour ma part, et c’est peut être un tort mais je n’y peux rien, le “show” Todd mais aussi Lordon (par son assurance) me paraissent positif et capables de déchirer certaine défenses crispées. Si il faut un monsieur synthèse, ce n’était pas le propos de Todd içi, il faudra faire attention à ne pas tirer trop vite sans sommation car vous avez la gachette facile.


Charte de modérations des commentaires