Les Crises Les Crises
24.novembre.201724.11.2017 // Les Crises

Facebook crée un nouvel outil anti-propagande russe

Merci 235
J'envoie

Bien sûr personne ne rappelle le manque total d’éthique démocratique de tous les médias, biaisés en faveur de Clinton…

Source : Les Echos, AFP, 23-11-2017

Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont suivi des contenus pilotés par la propagande russe.

Facebook a annoncé, mercredi, l’apparition d’une nouvelle fonction, qui sera lancée d’ici la fin de l’année. Le concept : savoir si, entre janvier 2015 et août 2016, l’on a « aimé » ou « suivi » sur le réseau social des pages ou des comptes pilotés par l’Internet Research Agency.

Cette société, liée au renseignement russe, est accusée d’avoir publié des milliers de messages pour influencer la campagne qui a mené à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

« Nous ne cessons de vouloir protéger notre plateforme et les gens qui l’utilisent des personnes mal intentionnées essayant de détruire notre démocratie », a justifié l’entreprise californienne.

150 millions d’utilisateurs concernés

Pour Facebook, « il est important que les gens comprennent comment des intervenants étrangers ont tenté de semer la division et la méfiance en utilisant Facebook avant et après l’élection américaine de 2016 », explique la firme sur son blog.

Facebook a présenté comment se configurait le nouvel outil. – Capture d’écran/Facebook

De quoi redorer un peu son blason, alors que Facebook et d’autres géants d’internet ont été récemment pointés du doigt par le Congrès américain pour avoir permis la diffusion de contenus mis en ligne par des intérêts russes. Et aussi, d’avoir tardé à réagir face à cette campagne d’influence.

Au total, environ 150 millions d’utilisateurs de Facebook et d’Instagram ont vu des contenus créés par des opérateurs russes pour influencer la présidentielle, avait affirmé le directeur juridique de Facebook, Colin Stretch, lors d’une audition parlementaire consacrée au rôle des réseaux sociaux dans la campagne.

Google, Facebook et d’autres groupes technologiques ont rejoint plusieurs médias en début de mois au sein de l’initiative « Trust Project », destinée à identifier les sources d’information fiables, dernier projet en date pour combattre le phénomène des « fake news ».

Source AFP

Source : Les Echos, AFP, 23-11-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

ANNA // 24.11.2017 à 08h52

C’est en utilisant la publicité sur facebook, et en infiltrant le jeu de pokemon go, que Poutine-Tout-Puissant, a fait élire Trump, comme le président des USA.
Le Brexit, Teresa May, affirme que c’est l’œuvre de Poutine
ainsi que
La crises indépendantiste Catalane
Mais pourquoi en France on ne se pose pas la même question ?
Allô, les journalistes ?
Un illustre inconnu, sans grande expérience, qui n’a jamais été élu, qui a été un médiocre ministre d’économie d’un encore plus médiocre président, qui n’avait pas ni de parti ni de programme, qui n’était identifié ni de droite ni de gauche, qui a refusé de dévoiler ses donateurs (si ça se trouve il y avait du fric de Kremlin la dedans), se fait élire a la surprise générale, et en plus, la première chose qu’il fait, c’est d’inviter Poutine a Versailles !
Allô, les journalistes ? Faites votre travail d’investigation…

33 réactions et commentaires

  • Crapaud Rouge // 24.11.2017 à 06h15

    “pointés du doigt par le Congrès américain pour avoir permis la diffusion de contenus mis en ligne par des intérêts russes” : et leur sacro-saint premier amendement, ils l’ont oublié ?

      +21

    Alerter
  • Jiojio // 24.11.2017 à 06h49

    Notre démocratie est en bien pire état. Eux ils ont pu élire un autre candidat que celui prédéfini Clinton.

      +4

    Alerter
  • Fritz // 24.11.2017 à 07h13

    Bon, je ne connais pas fesses-bouc, je passe mon chemin…

      +15

    Alerter
  • Chokk // 24.11.2017 à 08h38

    J’aimerais bien avoir un questionnaire type Cosmo ou Biba pour savoir à quel pourcentage je suis touché par la propagande russe ! Mais je pense qu’on va y arriver tranquillement. Et pourquoi pas dans nos écoles, tiens ?

      +6

    Alerter
    • dgrfv // 24.11.2017 à 14h16

      C’est déjà le cas. Dans le Collège de mon fils le CDI recommande d’utiliser le deconex

        +7

      Alerter
  • ANNA // 24.11.2017 à 08h52

    C’est en utilisant la publicité sur facebook, et en infiltrant le jeu de pokemon go, que Poutine-Tout-Puissant, a fait élire Trump, comme le président des USA.
    Le Brexit, Teresa May, affirme que c’est l’œuvre de Poutine
    ainsi que
    La crises indépendantiste Catalane
    Mais pourquoi en France on ne se pose pas la même question ?
    Allô, les journalistes ?
    Un illustre inconnu, sans grande expérience, qui n’a jamais été élu, qui a été un médiocre ministre d’économie d’un encore plus médiocre président, qui n’avait pas ni de parti ni de programme, qui n’était identifié ni de droite ni de gauche, qui a refusé de dévoiler ses donateurs (si ça se trouve il y avait du fric de Kremlin la dedans), se fait élire a la surprise générale, et en plus, la première chose qu’il fait, c’est d’inviter Poutine a Versailles !
    Allô, les journalistes ? Faites votre travail d’investigation…

      +75

    Alerter
    • Dids // 24.11.2017 à 09h06

      Mais ils ont très bien fait leur travail ! … de bourrage de crâne … ça en est juste un peu trop insultant pour l’électorat… d’où une certaine condescendance bien compréhensible…

        +12

      Alerter
  • Dids // 24.11.2017 à 08h59

    Est-ce qu’ils vont vendre le fichier des évaluations ´perméabilité’ à la propagande russe ? 🙂

      +4

    Alerter
  • Alfred // 24.11.2017 à 09h04

    En tout cas voilà un fabuleux et infaillible détecteur de crétins. Si vous croisez quelqu’un que ces outils rassure et conforte n’hésitez pas à le prendre en photo.

      +18

    Alerter
  • emmanueL // 24.11.2017 à 09h44

    Question preliminaire : qu’est-ce que la “propagande russe” ?

      +23

    Alerter
    • Le Barjack // 24.11.2017 à 10h30

      Facebook crée un nouvel outil propagande anti-russe??
      Ah non, j’ai mal lu…

        +6

      Alerter
    • Louis Robert // 24.11.2017 à 12h45

      Un prétexte de l’Empire…

      … pour « justifier » l’hostilité et la haine généralisée de l’ « ennemi » fabriqué de toutes pièces…

      … et mieux préparer la guerre mondiale totale constamment quémandée, et qui accourt.

      Ordre présidentiel russe: mobilisation de l’aviation, temps de guerre (« Putin orders Russian air force to prepare for ‘time of war’ » — Independent, Feb. 2017),

      Ordre présidentiel russe: les entreprises doivent être prêtes à se mettre sur un pied de guerre (« Putin orders Russian companies to be ready for urgent transition to war-time operations » — RT, Nov. 22, 2017).

        +5

      Alerter
      • Haricophile // 24.11.2017 à 13h31

        Mauvaise analyse : C’est pour attribuer aux autres leur propre pratiques massives de manipulation, propagande et de “Government change”.

        Concernant les USA et les multinationales, donct les GAFA font partie, ce n’est absolument pas théorique, c’est à grande échelle, et on a pleins de preuves, contrairement aux spéculations sur les Russes.

        Leur argumentaire est aussi valable que le pervers sexuel qui va dire “la fillette de 11 ans m’a séduite, c’est de sa faute si je l’ai violée”.

          +12

        Alerter
  • Charles // 24.11.2017 à 09h57

    150 millions d’utilisateurs.

    On suppose donc que ces 150 sont des personnes différentes, ce qui signifie que le nombre d’affichage des posts concernés excède largement les 150M. En effet, l’algorithme de Facebook cible en fonction des préférences des utilisateurs, ce qui signifie que certaines personnes ont vu plusieurs posts différents de l’IRA. On peut estimer que le nombre d’affichages est bien plus important que le nombre d’utilisateurs, mais jamais il n’est mentionné.

    1 milliard ? Plus ? Bizarre que ce chiffre ne soit jamais cité. Aucun expert des réseaux sociaux ne s’en émeut ? On aimerait au minimum savoir s’il s’agit vraiment d’utilisateurs différents (et si non, combien de personnes différentes touchées réellement) et si oui, de combien d’affichages on parle.

      +1

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 24.11.2017 à 10h49

    En vérité de la guerre froide nous sommes passé à la guerre chaude contre la Russie, ce pays ayant malheureusement pour l’élite occidentale, remonté la pente voir le chaos dans lequel l’avait plongé les haineux occidentaux. Les Harvard boys, et autres Chicago boys ont bien pillé ce grand pays, riches en ressources de toutes sortes, mais le hic c’est la venue la montée en puissance d’un homme “falôt” mais “a poigne”, qui a remis de l’ordre dans ce gigantesque mer……r post-1989 ! Depuis on ne “lui” pardonne plus rien en Occident, sur de son bon droit, de son hégémonie planétaire, on aura de cesse de lui pourrir la vie. Donc voilà ou cela mène, censures, maccarthysmes, a tous les niveaux de peur que les “citoyens européens” ne cèdent a leur “libre arbitre” somme tout naturelle. Ils croient nous protéger “contre nous même” ces infantilisateurs veulent nous obliger à les croire sur parole. Faisons que cela ne soit pas ..

      +23

    Alerter
    • moshedayan // 25.11.2017 à 15h37

      Vous avez bien raison. Si on voit ce qui se passe en Russie aujourd’hui : tout en supportant les sanctions, ses dirigeants poursuivent une politique d’investissements: constructions d’infrastructures, transition au numérique… Tout cela peut créer les bases d’un redémarrage rapide. Seul bémol : les interrogations sur le niveau de qualification des ingénieurs car les jeunes générations sont plus consommatrices que créatrices (d’après mes amis, le niveau a baissé dans les Lycées : langue, capacité d’analyses et de synthèses…comme à l’Ouest !?) La population veut faire au moins jeu égal à l’OTAN. Or ce scénario l’UE ne veut surtout pas le voir: c’est pourquoi mon hypothèse est que dans la tête de nombreux Russes on craint une guerre “préventive” de l’OTAN.

        +4

      Alerter
  • Pierdec // 24.11.2017 à 11h11

    Attention ! Poutine, c’est aussi le réchauffement climatique et les OGM. Il veut notre mort à tous ! Il faut le dire !

      +7

    Alerter
    • LEVACHER // 26.11.2017 à 19h36

      Faux.
      Son pays la Russie a refusé les OGM
      La Russie a pour ambition d’être le pays le plus grand producteur de produits BIO.
      Et en ce qui concerne le réchauffement des études très sérieusement menées sur le long terme pour connaître les conséquences sur la Sibérie et le pôle nord sont également des enjeux majeurs pour la Russie.

        +4

      Alerter
  • Louis Robert // 24.11.2017 à 12h16

    « Le réseau social a présenté sa nouvelle fonction destinée à montrer aux utilisateurs s’ils ont (aimé ou) suivi des contenus pilotés par la propagande russe. »

    ***

    Facebook la pure! Vierge sans tache et offensée. Je ne fréquente pas ce type d’ange cornu… Mais…

    Mais… je vous assure, j’aimerais que tous ces réseaux créent une fonction qui nous montrerait si les utilisateurs ont « aimé ou suivi des contenus pilotés par la propagande » occidentale, à commencer par l’américaine…

    Et si cela s’avérait le cas? On ne sait jamais… Servitude non seulement habituelle mais aimée!!! (Orwell-Huxley)

      +3

    Alerter
  • Arynael // 24.11.2017 à 12h24

    Bref, fesse bouc a mis au point un algorithme montrant aux utilisateurs à quel point ils peuvent être pistés, et considérés à terme comme de dangeureux dissidents.

    On n’attend plus qu’un gouvernement un peu plus autoritaire. Le rêve de Matin Brun et 1984 réunis, un bien bel outil en régime dictatorial.

      +9

    Alerter
    • Haricophile // 24.11.2017 à 14h08

      Plus le système génère des inégalités, plus il faut de moyens pour maintenir le système.

      on ne résoudra rien tant qu’on ne fera pas cesser l’irresponsabilité. Un chef d’entreprise, un banquier, un homme politique doit être responsable non seulement de ses actes, mais des actes de son organisation. Impossible à faire dans une gigantesque entreprise ? Et bien c’est la gigantesque entreprise qui doit être impossible.

      Si on jugeait proportionnellement et équitablement tout à chacun :

      – celui qui a fait un excès de vitesse ou l’assassin qui a tué 1 personne

      – Bernard Tapie, Georges W Bush, les responsables de Monsanto, de l’amiante, des médicaments frauduleux, des entreprises qui emploient des sous-traitants qui font des milliers de morts par an ………

      Il faut noter que ceux qui s’auto-proclament des “responsables” (politique, en affaire) sont ceux qui organisent le plus leur irresponsabilité. Plus ils prennent de “responsabilités” et plus ils sont irresponsables !

      L’ultra-libéralisme n’est pas l’aboutissement ultime de la liberté d’entreprendre, c’est l’aboutissement ultime de l’irresponsabilité, c’est la criminalité systémique.

        +7

      Alerter
      • Trawash // 24.11.2017 à 16h32

        Je partage votre avis sur la responsabilité que doit avoir un chef d entreprise ( tous les individus cela serait bien aussi ) face à ces délits, crimes. Les actionnaires donc propriétaire des sociétés et les invidus dont vous parlez devraient avoir à répondre de leur actes. Je suis d accord.
        Le libéralisme ce n est pas la liberté d entreprendre, de demander des subventions à l’Etat pour promettre ensuite d embaucher, de demander sans cesse des lois favorables à ses intérêts. Ce que vous critiquez fort justement est le capitalisme d État ou de connivence, crony capitalism. Ils se pensent eux même libérale alors je vous comprends. Ce sont eux qui nous vole avec la complicité des États.

        Le libéralisme est un ensemble de courants de philosophie politique reconnaissant la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur l’autorité du souverain (que ce souverain soit un monarque ou le peuple).

          +4

        Alerter
  • Trawash // 24.11.2017 à 15h50

    ” La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter ”

    Aldous Huxley

      +10

    Alerter
  • Valérian // 24.11.2017 à 16h13

    A la place du gouvernement Russe, je demanderais officiellement à Facebook :
    “Maintenant que vous avez développé des outils pour permettre à des utilisateurs de rechercher et visualiser l’exposition et la propagation à des origines ciblées de propagande, est-ce que vous pouvez offrir le même service aux utilisateurs Russes de FB par rapports aux sites de propagande occidentale suivant : [liste], car je pense que vous conviendrez que l’ingérence de qui que ce soit dans quelque pays que ce soit n’est pas tolérable et c’est le rôle de FB de rester neutre bien évidemment.”

    Et publier la réponse sur RT et Sputnik si jamais FB refuse de le faire. ça peut être drôle de voir comment FB va justifier que l’occident ne fait jamais d’ingérence…

    Et en cas de refus (probable), faire la même demande “désintéressée” pour permettre aux utilisateurs français de voir s’ils ont été soumis à de la “propagande” pro-EU au moment de l’élection de Macron. Cette deuxième réponse aussi pourrait être drôle.

      +5

    Alerter
    • Kami74 // 24.11.2017 à 18h09

      Excellente idée, qui pourrait s’appliquer à toutes les entreprises qui n’ont aucun complexe à nous gaver de propagande étasunienne ou atlantiste et jouent les vierges effarouchées quand RT publie un article qui a le tort de présenter un sujet d’actualité sous un point de vue différent.

      Par exemple le NY Times mériterait bien, en plus de la médaille d’or de l’hypocrisie, qu’on lui pose la même question : en tête de la croisade contre les “fake news”, ce journal de référence vient de publier un long éloge dithyrambique du dictateur saoudien Mohammed bin Salman (évidemment le mot “dictateur” n’est pas employé).

      https://www.nytimes.com/2017/11/23/opinion/saudi-prince-mbs-arab-spring.html

        +3

      Alerter
    • moshedayan // 25.11.2017 à 19h22

      Bien vu ,
      FB répondra qu’il n’est pas le FSB ! En tous cas, j’ai dès le départ boycotté FB car si mes souvenirs sont exacts FB s’est inspiré de myway.com (donc je pensais à l’époque de ses débuts, à tort peut-être, que FB avait pillé un concept) . FB devient avec son initiative Fesses M… (M le maudit ou autre selon votre choix… après modération)

        +2

      Alerter
  • Frédéric // 24.11.2017 à 20h50

    Si quelqu’un vous parle de l’influence des Russes sur l’élection de Trump ou sur le Brexit, il suffit de lui dire que c’est du complotisme. On ne peut pas avoir et le beurre et l’argent du beurre.

    A propos, pourquoi continuer à n’utiliser que Google ou Fesse bouc? On peut utiliser aussi les équivalents Russes, en faisant gaffe cependant de ne pas faire la même chose et de n’utiliser que ces derniers.

      +6

    Alerter
  • H.M. // 25.11.2017 à 23h47

    Et l’outil anti-propagande américaine, c’est pour quand ?

      +4

    Alerter
  • -Marc- // 27.11.2017 à 07h49

    “The true project”, un bien beau nom pour une aussi grande et noble institution. Ce sera le “ministère de la vérité 2.0”. Poutine y incarnera ce cher Goldstein, et sera conspué plus que d’ordinaire au cours de séances quotidiennes type “deux minutes de la haine”. L’occident sombre dangereusement dans une inquiétante hystérie, faite de mensonges, de haines et de névroses. Nous serons cette fois du mauvais côté du mur semble t-il…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications