Les Crises Les Crises
22.novembre.201722.11.2017 // Les Crises

«Il lui a attrapé la fesse»: le journaliste de LCP Frédéric Haziza accusé d’agression sexuelle, par David Perrotin

Merci 161
J'envoie

Édifiant article de David Perrotin de BuzzFeed.

Mea culpa, j’arrête mes taquineries, ils font donc parfois du meilleur boulot que le Monde…

Il est vraiment important de parler du dur contexte dans lequel évoluent certaines femmes.

(et puis Monsieur Haziza s’est apparemment beaucoup intéressé à ce site…)

Source : Buzz Feed, David Perrotin, 21-11-2017

  • Plusieurs actuels ou anciens collègues accusent le présentateur Frédéric Haziza de comportements déplacés avec des femmes journalistes, évoquant notamment des «mains baladeuses».
  • D’après les documents que nous avons pu obtenir, il a reçu un avertissement pour avoir mis une main aux fesses à l’une des journalistes de la chaîne en 2014. La victime vient de porter plainte pour agression sexuelle.
  • En décembre dernier, la députée Isabelle Attard avait alerté la direction sur des «cas de harcèlement» lors d’un conseil d’administration réunissant plusieurs députés.
  • Après publication de notre enquête, la patronne de LCP a annoncé aux journalistes de sa chaîne le maintenir à l’antenne, et qu’une enquête interne allait être ouverte.
  • LCP a annoncé mardi soir que le journaliste était finalement suspendu.

L’affaire Weinstein et les hashtags #BalanceTonPorc ou #MeToo ont fait remonter les souvenirs et libéré certaines paroles. Astrid de Villaines, journaliste à La Chaîne parlementaire (LCP), a déposé plainte dimanche 19 novembre contre Frédéric Haziza, un journaliste vedette de la même chaîne qu’elle accuse d’agression sexuelle.

Astrid de Villaines détaille les faits survenus le 20 novembre 2014. Il est environ 17 heures ce jour-là lorsqu’elle téléphone dans un coin isolé de l’open space. Elle souhaite rejoindre son bureau, mais Frédéric Haziza lui bloque le passage. Voici ce qu’elle raconte dans sa plainte que nous nous sommes procurée :

«Je lui ai redemandé de libérer le passage, mais monsieur Haziza a insisté pour que je passe devant lui, sans qu’il ne bouge du passage. Je suis donc passée devant lui, face à face. Monsieur Haziza a alors tendu son bras droit, autour de ma taille. Sa main s’est alors retrouvée au niveau de mes fesses, côté gauche, en l’appuyant fortement. Dans le même temps, monsieur Haziza m’a pincé la fesse gauche.»

«Je précise qu’au cours des années qui ont précédé, monsieur Haziza avait des gestes ou des allusions plus ou moins déplacées, à savoir : qu’il me frôlait le haut de ma poitrine avec ses mains et qu’il me déclarait que mes hauts de vêtements m’allaient bien, tout en fixant ma poitrine», ajoute-t-elle dans sa plainte. Elle explique ne pas avoir prêté une «attention particulière à ces faits» avant l’agression du 20 novembre. Au sens de la loi une main aux fesses constitue en effet une agression sexuelle.

Interrogé par BuzzFeed News, Thibaud Le Floch, en poste à LCP à l’époque et aujourd’hui journaliste pour l’émission «Le Tube» de Canal+, confirme les faits :

«J’étais juste derrière eux deux. Lorsqu’Astrid est passée, Frédéric lui a donné une fessée. J’ai juste entendu le bruit et Astrid crier : “Ça va pas Fred, t’es pas bien ? On est en 2014 !” »

Ex-journaliste de LCP, Charles Villanove, également présent au moment des faits, poursuit :

«Je l’ai vu lui attraper la fesse. Elle est partie très choquée et Frédéric Haziza est rentré dans son bureau. Avec un collègue, j’ai décidé d’aller le voir pour exiger qu’il fasse des excuses publiques dans l’open-space. Il nous a suivis mais a simplement parlé à voix basse à Astrid. Il était gêné.»

Jean-Pierre Gratien, le rédacteur en chef de l’époque, a immédiatement convoqué Astrid de Villaines et Frédéric Haziza pour entendre les deux témoignages et exiger des excuses du présentateur. Selon la plainte d’Astrid de Villaines, Frédéric Haziza à d’abord nié les faits, avant de les reconnaître sur un ton très léger. Au point de lui proposer de lui acheter un pain au chocolat «pour la calmer».

«Monsieur Haziza nous a déclaré (devant elle et le rédacteur en chef, ndlr) ne pas m’avoir touché les fesses, mais juste les genoux et n’a pas reconnu les faits devant mon rédacteur. Je précise que monsieur Haziza a déclaré devant mon rédacteur, vouloir m’acheter une viennoiserie afin que cet incident s’achève. Je précise avoir quitté la salle après ces propos déplacés (sur l’achat de viennoiseries, ndlr).»

Trente minutes plus tard, le journaliste s’est exécuté. «Alors qu’Astrid était à son bureau, Haziza est quand même revenu avec un pain au chocolat en parlant à voix basse pour peut-être s’excuser. Je ne sais plus si Astrid a accepté, mais je me souviens que le climat était très hostile», se souvient Andréa*, une autre salariée.

Dans le même temps, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de LCP s’est saisi pour demander des comptes. Six jours après cette agression, le comité publie un échange avec la direction à ce sujet. Et annonce notamment que le journaliste va recevoir un avertissement.

Extrait du rapport du CHSCT du 26 novembre 2014 / Via BuzzFeed News

[Suite à lire sur BuzzFeed]

«Il s’est accroupi d’un coup et a attrapé mes mollets»

Anne*, qui travaillait avec Frédéric Haziza quotidiennement pendant un contrat à durée indéterminée (CDI) en 2013, se rappelle elle aussi d’épisodes «assez dégueulasses». «J’avais assez vite repéré quelque chose qui me choquait. Il passait derrière certaines filles de la rédaction et sous prétexte de leur faire des chatouilles, il en profitait pour les peloter. Il mettait ses mains sur leurs seins. Elles rigolaient nerveusement et se laissaient plus ou moins faire», raconte cette ex-collaboratrice qui dit avoir dû adopter une attitude pour se protéger : «J’étais dans une posture très froide avec lui, pour éviter qu’il ne me fasse ça.» La méthode était efficace, sauf ce «seul jour» où Frédéric Haziza l’a «touchée» :

«J’étais dans un bureau avec un autre rédacteur en chef. J’étais en jupe lorsque Haziza est rentré dans la pièce. Il s’est accroupi d’un coup et il a attrapé mes mollets avec ses mains pour les toucher. J’ai crié pour l’engueuler. L’autre personne présente a ri en lui disant légèrement qu’il ne devait pas faire ça. A l’avenir quand il s’approchait de trop près, je criais et lui, partait comme un gamin. C’était ma parade pour éviter d’avoir d’autres problèmes.»

Nombre de ses collègues, hommes ou femmes, dépeignent un homme «parfois agressif», «aux mains souvent baladeuses» et «à l’humour salace». Jérôme*, un ancien journaliste de LCP, confirme que le présentateur a pu être «très violent verbalement» et «a une réputation de sexiste». «Il se justifie souvent en disant qu’il fait simplement des blagues, mais il sait de toute façon qu’il bénéficie d’une sorte d’impunité.»

«Pour Haziza et les députés, j’étais juste un morceau de viande»

[Suite à lire sur BuzzFeed]

 

*Les prénoms ont été modifiés.

Source : Buzz Feed, David Perrotin, 21-11-2017


Frédéric Haziza a répondu sur son compte Twitter :

Donc à 54 ans, M. Haziza a découvert qu’on ne pouvait pas tripoter les femmes sans leur consentement…

Nous verrons si d’autres témoignages sortent…

(billet édité)

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

SanKuKai // 22.11.2017 à 07h38

Les accusations pour antisémistime me vont pas tarder á fuser…

85 réactions et commentaires

  • Fabrice // 22.11.2017 à 05h46

    Bonjour Olivier je suppose que c’est une réponse à une pique de ce monsieur mais sans remise en contexte cet extrait de buzzfeed est un peu décalé par rapport à l’historique du site (un petit rappel des faits ? )

      +14

    Alerter
    • gibbon // 22.11.2017 à 07h36

      Je suis d’accord, ça surprend un peu quand on a pas suivi. On peut avoir l’explication complète du coup ?

        +2

      Alerter
  • olivier // 22.11.2017 à 07h17

    «Pour Haziza et les députés, j’étais juste un morceau de viande»
    Pour Haziza et les députés
    et les députés
    les


    ?!

      +9

    Alerter
    • olivier // 23.11.2017 à 07h18

      “Olivier Truchot : «Nous, on connaît des journalistes qui ont bossé à la chaîne parlementaire, on les a interrogés, le comportement d’Haziza était connu d’à peu près tout le monde au sein de cette chaîne, et même en dehors».
      – RMC, 22 novembre 2017, 11h10 »

      Comme pour Weinstein, DSK, Mitterand, Baupin et Jeanpasse. A raccrocher à l’affaire Plenel. Ils en savent des choses ces journalistes au bout du compte…

        +2

      Alerter
  • SanKuKai // 22.11.2017 à 07h38

    Les accusations pour antisémistime me vont pas tarder á fuser…

      +111

    Alerter
    • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 14h16

      Pardon,mais ça c’est très con…c’est vous qui pointez la religion de Haziza,c’est vous qui faites de l’antisemtisme ordinaire

        +5

      Alerter
      • rosecestlamort // 22.11.2017 à 16h49

        ça serait peut être très con… si ce n’était pas la ligne choisie par Haziza lui-même pour détruire quiconque ne partage pas ses opinions, et depuis de longues années, touchez en un mot à Bruno Masure ou Pascal Boniface, ils pourront vous expliquer…

          +45

        Alerter
      • SanKuKai // 22.11.2017 à 18h32

        @Christian
        Je pense en effet que vous ne connaissez pas le personnage.
        Pour ne pas avoir á citer toute son oeuvre, Je vous recommande l’exemple symptomatique de son interview de J. Cheminade. Minute 4:20
        https://www.youtube.com/watch?v=DtbwwQDXHg0

        PS: désolé pour les fautes sur le message initial. Ce n’est pas une excuse mais,je l’ai écrit á l’arrache sur mon téléphone. Et je ne pensais pas qu’il serait mis en exergue.

          +18

        Alerter
    • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 18h53

      Pas vraiment drôle. La parole se” libere ” decidemment de plus en plus.

        +2

      Alerter
    • Fritz // 22.11.2017 à 20h29

      Pas drôle du tout, et en plus c’est faux.
      Un israélite qui observe la Loi ne mange pas de porc.

        +1

      Alerter
  • Albert Charles // 22.11.2017 à 07h56

    C’est une très bonne chose que les femmes n’acceptent plus ce genre de conduite. D’autant que les agresseurs sexuels sont généralement aussi des agresseurs non sexuels (verbalement, physiquement), habitués à intimider ou à mépriser, surtout s’ils ne sont pas remis à leur place. C’est donc une raison supplémentaire (s’il en fallait une…) pour que tous les hommes soutiennent ces femmes: ils sont concernés par cette violence. Si les femmes pouvaient ainsi arriver (avec tous les hommes) à faire en sorte que les lieux de travail soient moins tendus et moins stressant, ce serait déjà une petite et belle victoire contre la compétition généralisée (et quotidienne) de tous contre tous.

      +30

    Alerter
  • Brigitte // 22.11.2017 à 08h18

    Ce genre de harcèlement s’arrêtera le jour où les femmes auront le courage de réagir sur le moment au lieu d’intérioriser et de se transformer en victimes-coupables pendant des années. Si un homme met la main aux fesses d’un autre homme, il s’en prend une aussitôt. Avec une femme, c’est plutôt rare. Dans la nature, pression reproductrice oblige, les mâles ne s’encombrent pas beaucoup de formules de politesse, ni du consentement de la femelle, même si les commentateurs animaliers se plaisent à dire que ce sont les phéromones qui font la loi. Les femelles répondent comme elles peuvent et quand elles le peuvent mais il n’y a pas de réelle soumission. Elles montrent leurs crocs, font intervenir le groupe, prennent la fuite en hurlant, etc. Finalement, ce sont les femmes qui répondent le moins. Pourquoi?…. Etant une femme, je peux dire qu’en situation de harcèlement sexuel, on ressent de la honte plutôt que de la colère ou de la peur, qui nous feraient réagir de façon adéquate. Cette honte est terrible car elle est culpabilisante. Honte d’avoir été humiliée mais aussi après coup de ne pas avoir réagi, sorte de non auto-assistance à personne en danger qui transforme la victime en accusée. C’est le noeud du problème. Il doit y avoir un court circuit neuronal (dans notre striatum?) qui bloque le choix entre l’acceptation et le refus sexuel.

      +45

    Alerter
    • RémyB // 22.11.2017 à 08h35

      mon épouse me dit:
      “on a deux genoux, les hommes ont une partie sensible,
      et à défaut, une bonne gifle peut suffire …”

        +16

      Alerter
      • Alfred // 22.11.2017 à 09h18

        En même temps avec les deux genoux c’est pas facile.. votre femme me fait penser à la mienne.
        Blague à part. Tout ceci est quand même de bon augure. Autant balance ton porc est abject autant la libération en cours et le dépot massif de plaintes sont de très bonnes choses. Il est quand même probable que ça assainisse un peu certains collectifs.
        Pour répondre à Brigitte c’est totalement dingue qu’une des femmes citées trouve comme stratégie de survie (appropriée à mon avis) de crier quand haziza est dans les parages et que le mec ni les collègues n’aient honte. Avec de tels psychos à la prochaine main sur la fesse prendre un doigt serrer très fort et le retourner.
        Quelques collègues ont eu une réaction appropriée mais la direction…. Quelle sale bienvenue de travail ce devait être.

          +9

        Alerter
        • Sirius de Véga // 23.11.2017 à 18h42

          Il semblerait que Marie-Ève MALOUINES, Présidente de LCP-AN, doive sa place a Frédéric Haziza. Comment donc réagir quand on est l’obligée de celui par qui le scandale arrive ?

          Marie-Ève Malouines a eu l’opportunité d’obtenir une position plus confortable. Frédéric Haziza lui a en effet proposé de prendre la présidence de la chaîne LCP-Assemblée nationale (LCP/AN). Le titulaire du poste, Gérard Leclerc, donnait satisfaction, mais Frédéric Haziza entretenait de mauvaises relations avec lui. Ce premier allait payer l’outrecuidance qu’il avait eue en lui rappelant la nécessité de respecter quelques règles déontologiques. Frédéric Haziza bénéficie de l’écoute de son ami de longue date, Jean-Luc Porcedo, directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale.

          https://blogs.mediapart.fr/pascalboniface/blog/070217/lhonneur-perdu-de-marie-eve-malouines

            +0

          Alerter
      • RMM // 23.11.2017 à 14h29

        Votre epouse a raison. Il semble que dans beacoup de cas il ne s’agisse que de taquineries un peu – ou meme tres – deplacees, sans plus. Ou de mauvaises habitudes.
        On n’a meme pas a aller jusqu’a utilizer le genou: un mot, une tape a peine appuyee suffit, en general.

          +0

        Alerter
    • Trawash // 22.11.2017 à 09h03

      Ce genre de harcèlement diminuera le jour où chaque femme et chaque homme auront le courage de s interposer entre la victime et son agresseur. Si la victime n en a pas la force ou le courage, je ne peux la blâmer.

        +12

      Alerter
    • Scrib // 22.11.2017 à 09h31

      Ne pas comparer le reigne animal avec l’Homme …
      Combien d’espèce s’accouple uniquement pour se reproduire ?
      Bref, évidemment que les hormones jouent un role, mais comme dans toutes situations.
      Ce n’est pas LA raison des harceleurs et autres dégueulasses… Ya des pervers, des matteurs, des tripoteurs, des frotteurs… à défaut de les changer du jour au lendemain, il faut composer avec en espérant une évolution des mentalités et des éducations. Et bien sur savoir se prémunir de ces comportements est nécessaires (ex des genoux de RémiB 😀 )
      C’est d’ailleurs à peu près valable contre tous les comportements toxiques

        +2

      Alerter
    • Claude // 22.11.2017 à 11h11

      bien sûr Brigitte ! C’est la faute des femmes !

      Il y a des prédateurs sexuels dans la nature mais pour eux tout va bien : c’est la faute des victimes.

      Comme les femmes violées : c’est qu’elles l’ont bien cherché.

      C’est à cause de ce genre de discours que les femmes n’osent rien dire.

      Insupportable de lire cela !

        +2

      Alerter
      • Pinouille // 22.11.2017 à 12h04

        @Claude
        Relisez le commentaire de Brigitte: elle ne prétend aucunement que les femmes sont responsables des violences qu’elles subissent.
        Elle témoigne qu’une femme qui a subi ces violences est submergée par un sentiment de honte et de culpabilité que son intellect n’arrive pas à justifier (court circuit neuronal). Sentiment qui explique, entre autres, pourquoi peu de femmes osent porter plainte contre leurs agresseurs.

        La nuance est de taille.

          +19

        Alerter
        • Trawash // 22.11.2017 à 14h03

          La nuance est tellement de paille que vous ne voyez pas la poutre dans l oeil de Brigitte. Relisez sa première phrase, c est celle là qui passe difficilement.
          Après Brigitte n a peut être pas voulu exprimer ce qu elle a écrit, mais moi je n ai que ce qu elle a écrit et c est pas terrible.

          “Femme défendez vous”, je suis d accord
          “Femme , vous n avez pas eu le courage de vous défendre, alors ça continue ” je ne suis plus du tout d accord.

          Une victime n est pas responsable de ce qu on lui a fait. Jamais. Sinon c est plus une victime, c est un coupable. D ailleurs pour Brigitte c est pareil victime/ coupable.

          Ça ne vous gratouille pas dans l’oeil ?

            +4

          Alerter
          • Pinouille // 22.11.2017 à 19h05

            La première phrase de Brigitte ne dit pas que les femmes sont responsables de ce qui leurs arrive. Elle explique que pour que cela cesse, il leur faut réagir.
            C’est exactement ce qui se passe actuellement.

              +3

            Alerter
            • Trawash // 22.11.2017 à 19h50

              ” Cette violence s arrêtera le jour où les femmes auront le courage de réagir sur le moment au lieu d intérioriser et de se transformer en victimes coupables pendant des années “.

              Moi je dis

              Les violences sur les animaux/enfants/faibles s arrêteront le jour où les animaux/enfants/faibles auront le courage de réagir sur le moment au lieu d intérioriser et de se transformer en victimes-coupable pendant des années.

              Vous voyez bien que ce n est pas très pertinent de demander aux victimes d avoir du courage. C est bien si elles en ont, mais souligner que la violence s arrêtera le jour où les victimes auront ce courage. Désolé je ne peux pas.

                +3

              Alerter
            • lvzor // 23.11.2017 à 01h42

              @trawash

              Je crois que la différence entre Brigitte et vous est qu’elle n’assimile pas les femmes à des “animaux/enfants/faibles”…

                +1

              Alerter
          • Brigitte // 22.11.2017 à 20h12

            Vous faites des amalgames fâcheux. Je n’ai jamais dit que les femmes étaient responsables du harcèlement parce qu’elles le subissent au lieu de se défendre. je dis que si les femmes savaient se défendre, elles dissuaderaient peut-être bon nombre de harceleurs qui n’auraient pas forcément le courage de leurs actes surtout en public ou au travail. Ne pas se laisser “victimiser” c’est jouer d’égal à égal avec son harceleur. On apprend aux femmes dès l’enfance à ne pas exprimer leur colère, à ne pas se battre, à être dociles. C’est ça qu’il faut changer aussi.

              +4

            Alerter
            • Trawash // 22.11.2017 à 21h39

              Dit comme cela, je suis d accord avec vous. Au temps pour moi et veuillez excuser mon interprétation un peu paranoïaque de votre premier commentaire.

                +3

              Alerter
    • Pinouille // 22.11.2017 à 11h50

      Le témoignage des femmes sur ce thème est précieux et éclairant.
      Merci Brigitte.
      D’autres sont les bienvenus.

      Pour ma part je pense qu’il est utile de distinguer les intentions relatives à ces comportements chez les hommes.
      Certains (j’espère la minorité) agressent/violent en toute connaissance de cause, en se fichant éperdument des conséquences dévastatrices de leurs actes sur leurs victimes.
      D’autres (j’espère la majorité) commettent des écarts/violences sans se douter des conséquences potentiellement tout aussi dévastatrices: il est en effet tentant pour certains de considérer qu’un pincement de fesse est anodin. Ceux là ne sont pas des cas désespérés et seront à même de reconsidérer les limites à ne pas franchir suite à ce tapage médiatique. F Haziza me semble faire partie de cette catégorie.

        +4

      Alerter
    • jp // 23.11.2017 à 01h05

      Quand j’étais jeune, effectivement je culpabilisais et avais honte.
      plus vieille, j’ai décidé de répliquer. Le jour où j’ai déjà donné une baffe pour une main au panier dans un couloir du métro parisien, j’ai reçu des coups de poing dans la g… en réponse. Les spectateurs ont ri ou fui.
      Alors que faire ?

        +2

      Alerter
      • Ritsuki // 23.11.2017 à 02h35

        Voilà le vrai problème. Au delà du rapport homme-femme, c’est un abus de force/pouvoir qui cause ces situations. J’ai connu des patronnes plus dégueulasses que ces hommes, qui ont mené à la porte bien des personnes. A mon humble avis, il faut surtout que ces pressions cessent. Je pense que n’importe quel adulte est assez intelligent pour savoir quand il dépasse les bornes. Mais si il est protégé de toutes sanctions, comme ces le cas aujourd’hui, c’est la porte ouverte à tous les abus. La plupart des cas dont j’ai eu des échos montraient extrêmement souvent que ces abus étaient commis par des personnes plus hautement placées que la victime. Ce n’est pas parce qu’on est plus fort (argent, pouvoir, force physique, etc…) qu’on doit forcément user et abuser de cette force, car cela ne nous rend pas meilleur, au contraire, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités (oui j’ai cité Spider-Man, et ce n’est pas pour être caustique, je le pense vraiment)

          +1

        Alerter
      • Pinouille // 23.11.2017 à 15h12

        “Alors que faire ?”
        Porter plainte.
        Une caméra aura certainement filmé la scène.

        Les spectateurs pourraient même (peut-être) être condamnés pour non assistance à personne en danger.

          +1

        Alerter
      • Alfred // 23.11.2017 à 17h18

        Une option intermédiaire est de préparer quelques réparties à l’avance destinéees à humilier l’agresseur “sans les mains”. ça peut finir pareil mais c’est moins probable. je connais quelques parisiennes qui “adaptent” en fonction du profil de l’agresseur. Pour ceux contre lesquels rien ne fonctionne c’est que c’est comme dans votre cas une autre espèce de “cas social”. Sans espoir dans ce cas; vous n’aviez que des mauvais choix. Vous avez bien fait quand même. Les coups ont pu vous marquer psychologiquement ainsi que la “violence” de l’inaction des spectateurs. Cependant vous êtes restée debout.

          +0

        Alerter
  • jammrek // 22.11.2017 à 08h29

    J’imagine donc que suite à cette affaire M. Valls va exiger que tous ceux qui ont un jour croisé la route de M. Haziza “rendent gorge” et “soient exclus du débat public” ?

      +41

    Alerter
  • jmk011 // 22.11.2017 à 08h39

    Je m’y attendais tout en le redoutant : “Les Crises” vient s’ajouter à la longue liste de médias condamnant le harcèlement sexuel. Je ne suis certes pas un adepte de ce genre de comportement que je condamne évidemment, mais pourquoi ce site, que je lis régulièrement et que j’apprécie, vient-il céder à cette nouvelle “mode” où n’importe qui est accusé de n’importe quoi, et ce pour des raisons triviales de com’ ??

      +15

    Alerter
    • PierreH // 22.11.2017 à 09h19

      Il me semble qu’ici les faits sont bien attestés. Je ne vois pas donc de problème, on n’est pas sur de la grosse rumeur louche. En quoi condamner ou relayer des comportements à la fois illégaux et immoraux est-il un problème exactement ?

        +19

      Alerter
    • Crapaud Rouge // 22.11.2017 à 09h29

      Sauf à nier le phénomène et sa gravité, ce “grand déballage” n’est pas “n’importe quoi” : c’est au contraire le seul moyen de marquer durablement les esprits, aussi bien ceux des hommes que des femmes, pour en faire disparaître la tolérance. C’est comme avec le tabac : après des années de “matraquage” dans les médias, la normalité c’est de ne pas fumer dans les lieux clos.

        +19

      Alerter
    • Claude // 22.11.2017 à 11h16

      ça vous ennuie tant que cela que les femmes parlent ?
      vous avez des choses sur la conscience ?
      c’est comme l’éclatement d’un noyau pervers et beaucoup d’hommes sont avec nous et nous aident à sortir de l’oppression (4000 ans que cela dure !!! ça suffit).
      on comprend que certains flippent là !

      avec nous les femmes, la libération ne se passe pas dans le sang comme bien souvent avec vous les hommes.

      Ravie que cette libération vous dérange

        +9

      Alerter
      • jmk011 // 22.11.2017 à 11h40

        Rassurez-vous, je n’ai rien sur la conscience, sauf si un début d’Alzheimer m’empêche de me souvenir de choses horribles que j’aurais commises dans le passé.
        Et non, cette libération des femmes, non seulement ne me derange pas, mais je l’approuve à 100% !! Je suis simplement étonné qu’un site comme Les Crises reprenne des “révélations” que je verrais plutôt sur des sites de médias dits “à sensation”.
        Comme le dit un autre commentateur, à ce train-là il va falloir ouvrir des centaines de milliers de places de prison ;-))

          +5

        Alerter
      • Martin // 22.11.2017 à 13h03

        Je suis d’accord dans le fond : il est temps que ces comportements de harcèlement prennent fin. Mais la forme est douteuse : votre souffrance ne justifie pas de travestir l’histoire en parlant vulgairement de “4000 ans d’oppression de la femme”, ou en parlant d’hommes qui résolvent leurs problèmes dans le sang pendant que les femmes les résolvent en discutant.

        Ces deux affirmations peuvent si facilement être remises en question par les faits historiques.

        C’est un cliché sexiste, qui dit que la femme est trop sentimentale pour raisonner clairement. Si vous faisiez un peu plus la part des choses, vous pourriez ne pas contribuer à la propagation de ce vilain cliché. Merci.

          +7

        Alerter
    • ynes // 22.11.2017 à 15h34

      C’est une CRISE aussi, les crises ne sont pas que politiques ou économiques comme vous le savez bien

        +5

      Alerter
  • Ayudar // 22.11.2017 à 08h49

    Outre le fait que c’est juste la honte de se comporter de la sorte, toutes ces histoires me font souvent penser que la suite logique de ce phénomène de harcèlement pourrait trouver une raison biologique, liée peut-être à un taux de testostérone élevé, qui en général dans la nature peut indiquer un statut de mâle alpha.
    Pourrait il y avoir dans ce cas un traitement à la connerie?

      +1

    Alerter
    • Trawash // 22.11.2017 à 09h10

      Bah bien entendu, être un homme est une maladie et ça devrait pouvoir se soigner. L éducation suffira, pas besoin de votre chimie.

        +6

      Alerter
      • Surya // 22.11.2017 à 11h17

        Absolument pas. Parlez-en à des psychiatres à jour.

        Il est prouvé de longue date que des désordres mentaux et autres troubles cognitifs peuvent trouver leur source dans la biologie, et notamment certaines carences alimentaires.

        On commence même à avoir des travaux conjoints entre la psychiatrie et les neurosciences.

          +1

        Alerter
        • Trawash // 22.11.2017 à 11h42

          Je suis d accord avec ce que vous dites, si vous aviez Ô combien, mais néanmoins en désaccord avec Ayudar.
          Dois je consulter un psy ou bien confondez le fait de soigner Les hommes de leur soucis de testostérone ou autres hormones ” et celui de soigner des individus souffrant d une névrose ou d une psychose, pour faire simple ?

            +0

          Alerter
    • PierreH // 22.11.2017 à 09h21

      Les hormones (comme souvent) ont bon dos… Mais je vous sens ironique plus que sérieux 🙂

        +2

      Alerter
    • joe billy // 22.11.2017 à 11h29

      Avoir le taux de testostérone d’un mâle alpha et le sex appeal de Sim, l’acteur.
      La nature est cruelle parfois.

        +11

      Alerter
      • Surya // 22.11.2017 à 11h34

        Vu sa carrure, c’est pas la montée de testo qui le guette 😀

          +3

        Alerter
  • Johann // 22.11.2017 à 09h16

    Je suis très agréablement surpris par l’introduction de cette note.
    Sans vouloir leur faire trop de publicité, Buzzfeed reste un site “click-bait” avec tout ce qu’il faut d’articles racoleurs (après, je suis assez bon public), mais à côté de cela, c’est également l’un des sites généralistes français les plus pertinents sur tout ce qui touche aux mouvements “progressistes” (féminisme, anti-racisme, etc.). Bien, bien loin devant le Monde et consort. David Perrotin, pour ne citer que lui, fait un boulot formidable.

      +5

    Alerter
  • christian gedeon // 22.11.2017 à 09h34

    Va falloir construire des dizaines de milliers de places de prison dis donc,peut être même des centaines de milliers,va savoir.Donc,il lui a pincé la fesse…c’est vraiment pas bien. Mais bon,pas sur les Crises quand même(en même temps quelle tentation hazizesque,hein?),pas sur les Crises,s’il vous plaît…En Suède des dizaines de milliers de femmes ont déjà porté plainte et çà continue…allons nous vers la séparation des sexes…ce sont les daech and co qui doivent bien se marrer….

      +5

    Alerter
    • Crapaud Rouge // 22.11.2017 à 10h46

      Vous êtes comme Causeur patronné par Elisabeth Levy : réac au sens propre du terme, c’est-à-dire incapable de voir que les mœurs évoluent, incapable de saisir que des comportements individuels peuvent être nuisibles et qu’ils doivent disparaître. Je trouve cette position un peu facile quand on n’est pas soi-même victime.

        +10

      Alerter
      • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 14h18

        Vous avez raison,je suis profondément réactionnaire …je réagis.

          +3

        Alerter
    • Claude // 22.11.2017 à 11h21

      j’ai bien une insulte qui me vient à l’esprit mais la tenue de ce site m’impose la réserve.

      A votre avis à quoi sert la prison, la justice ?
      Avant tout à décourager ceux qui sont tenté de transgresser (crimes, agressions sexuelles, …) . Et pour ceux qui contreviennent à la loi, ils sont punis et si c’est de la prison, ils y vont.

      Ca va faire réfléchir plus d’un pervers à l’avenir

        +5

      Alerter
    • Trawash // 22.11.2017 à 12h00

      C’est une évidence. Ne pas entendre. Ne pas voir. Ne pas en parler. Comme cela on est bien certain de ne pas agir.
      Et c est quoi cet argument des prisons qui seraient à construire alors il faut laisser les femmes se faire pincer les fesses ?,
      Et puis daech sur la fin.
      Que de confusion.

        +1

      Alerter
  • Patrique // 22.11.2017 à 09h36

    Il y a une erreur dans cet article. Haziza n’est pas journaliste mais militant politique.

      +37

    Alerter
    • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 13h41

      Ou lala….je réponds à mes trois contempteurs…relax,les gars,relax. Personne ici n’est pour le harcèlement sexuel,enfin je crois. Mais tout ce qui est excessif est ,in fine,insignifiant. Insulte? Pourquoi insulte? Réfléchissez un peu…toutes ces accusations qui concernent surtout et hélas le monde du show beau et les médias, et le politique ça ne vous parle pas? Limiter le harcèlement à cet univers clos,ça ne vous dérange pas? Quelle meilleure façon de noyer le poisson du harcèlement et de la violence non visible faite aux femmes du monde entier? Il m’a pincé les fesses?C’est condamnable. Mais vous savez,il y en a auxquelles il,arrive pire,bien pire,tres pire…et qui ne sont pas forcément dans des endroits où leur voix est audible….messieurs les censeurs,je vous salue.

        +6

      Alerter
      • Crapaud Rouge // 22.11.2017 à 14h24

        Il n’y a rien d’excessif dans cette plainte ni à la justifier en tant qu’observateur extérieur. C’est vous qui avez été excessif en terminant votre précédent post d’un : “ce sont les daech and co qui doivent bien se marrer….” Chacun à sa place, svp. Quant au fait qu’il y ait pire, ce qui est plus qu’une évidence, ça ne justifie pas de ne pas prendre au sérieux les cas moins graves. Si même les femmes de haute position sociale se font harceler sans rien pouvoir faire, quel espoir reste-t-il à celles qui sont en bas de la hiérarchie ?

        “toutes ces accusations qui concernent surtout et hélas le monde du show beau et les médias, et le politique ça ne vous parle pas?” : si, ça me parle, c’est précisément “le monde” qu’on voit le plus, je suis étonné que vous en fassiez un “univers clos”…

          +5

        Alerter
        • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 14h50

          Pfffff. Que vous dire? Que ce déchaînement est hypocrite? Il l’est,oh combien. Et comment jugez vous celles qui usent librement de leur charme et de leurs charmes pour réaliser leurs objectifs? Allez vous me dire que ça n’existe pas? Et que leur charme est librement consenti,par les femmes qui voient leur couple brisé,ou celles et ceux qui se voient passer devant? Ce sont des sujets qui demandent un peu plus de finesse de jugement que vous n’en manifestez.

            +2

          Alerter
          • Crapaud Rouge // 22.11.2017 à 17h12

            Et alors ? Que des femmes “usent de leurs charmes” pour “réussir”, c’est une chose. Se faire emmerder au travail par un gros porc, c’en est une autre.

              +5

            Alerter
            • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 18h20

              Ah oui….vous trouvez ça normal vous que la blonde aguichante ( désolé c’est une image) QI 70 passe avant ,on va dire l’autre QI 100 et compétente? Intéressant point de vue…mesdames,à votre clavier. Ou alors je suis complètement dépassé.

                +4

              Alerter
          • Trawash // 22.11.2017 à 19h06

            Celles et ceux qui usent librement de leur charme, le font , comme vous le dites très justement librement.
            Là est toute la différence.
            Quant aux couples brisées, je ne vois pas où vous voulez en venir.

              +0

            Alerter
      • Trawash // 22.11.2017 à 14h29

        Ah non moi cela ne me parle pas. Que voulez vous dire ?
        Trop de sous-entendu, d air de conspirateur et de points de suspension pour que cela soit bien réfléchi tout ça.

        Sinon un contradicteur n est pas un censeur.
        Un contradicteur n est pas non plus un contempteur. Où avez vous du mépris ? Je m en prends uniquement à vos arguments qui sont bien confus mais je vous respecte en tant qu individu.

          +0

        Alerter
  • max // 22.11.2017 à 10h57

    Une fois l’un de mes boss m’a dit droit dans les yeux : Quand ont veut trouver quelque chose sur quelqu’un on trouve même si c’est un saint parmi les saints.
    Depuis ce jour, j’évite de faire la morale, dans la mesure du possible.
    Que ce soit les uns ou les autres, que ce soit des journalistiques, des politiques, ils avaient tous des points communs, ils étaient maitres de leur environnement immédiat et leurs subordonnés étaient dans un état de soumission.
    Nos élites, nos nomenklaturas, nos castes maintiennent une Chappe de plomb sur ce genre d’affaires.
    Sauf a mettre devant les juges et faire condamner, des présidents, des ministres, des journalistes, des artistes, c’est-à-dire tout le gratin de nos sociétés c’est mission impossible.
    La plupart de ceux qui tombent, souvent donneurs de leçons, avaient fait leurs temps, en s’accrochant a leurs oripeaux, ils ont perdu leurs soutiens.
    Ils ne tombent pas uniquement sur des histoires de sexe ainsi en est-il de Filoche, Pleinel, Cahuzac.
    Pour que le système tienne, il faut des gens nouveaux, pour continuer sans rien changer.

      +7

    Alerter
  • jmk011 // 22.11.2017 à 11h03

    @pierreh et @crapaudrouge
    Il ne s’agit pas pour moi de contester ce phénomène ni de dédouaner Haziza, qui a certainement commis une faute, et il est en cela condamnable.
    Ce qui m’étonne et que je dénonce, c’est la reprise dans “Les Crises” d’une sorte de “mode” actuelle qui consiste à dénoncer sans cesse et sans mesure des faits certes condamnables mais que je verrais plutôt sur des sites de tabloïds français ou anglais. Sans nier l’importance de tels agissements, il me semble qu’il y a des choses plus importantes dans le monde actuel qu’un pincement de fesse, qui a de tous temps existé (cf le métro parisien aux heures de pointe !!).

      +5

    Alerter
    • Claude // 22.11.2017 à 11h24

      “il me semble qu’il y a des choses plus importantes dans le monde actuel qu’un pincement de fesse”

      vous ne comprenez rien et vous minimisez la gravité des faits.

      Et les enfants violés : c’est secondaire aussi ?

      Il faut tout laisser faire ? C’est le chaos ? Ou la société avance dans ses moeurs ?

      Irritant votre commentaire (le mot est faible)

        +8

      Alerter
      • jmk011 // 22.11.2017 à 11h46

        Là ça devient vraiment n’importe quoi !! Comparer un enfant violé avec un … pincement de fesse, ça devient grave. Réfléchissez un peu avant d’ecrire ce genre de ???

          +15

        Alerter
        • Christian Gedeon // 22.11.2017 à 13h44

          Oui,ça devient surtout ridicule. Mais dans le monde merveilleux du relativisme et de la pensée linéaire,faut il s’en étonner ?

            +5

          Alerter
    • Crapaud Rouge // 22.11.2017 à 11h28

      “il me semble qu’il y a des choses plus importantes dans le monde actuel” : cela ne change pas les données du problème posé. Comme déjà dit, si l’on veut éradiquer le harcèlement sexuel, il faut en parler, et en parler beaucoup, jusqu’à ce qu’il devienne aussi intolérable que fumer dans une réunion de travail. Et si l’on s’en tenait aux choses les plus importantes, pour moi ce serait plutôt l’effondrement annoncé par le rapport Meadows : l’EI, la géopolitique et bien d’autres sujets abordés par les-crises ne sont que des péripéties presque futiles à côté de ça.

        +7

      Alerter
  • Fidel c. // 22.11.2017 à 11h19

    Peut-être qu’en chanson, le message serait mieux passé: L’haziza… ch’te veux pas même si tu veux d’moi…?

      +3

    Alerter
    • Claude // 22.11.2017 à 11h26

      nul ! et vous savez pourquoi …

      restons en aux faits svp ;

      j’espère que cet individu sera condamné pour ses actes délictueux envers les femmes.

        +4

      Alerter
      • Fidel c. // 22.11.2017 à 11h53

        Pardonnez-moi, c’est vrai que c’est nul, moi-même je ne suis pas du tout fan de cette chanson ni du chanteur.

          +2

        Alerter
  • Albert // 22.11.2017 à 11h42

    Il semble que la question avait été correctement traitée en 2014 (voir l’extrait du compte-rendu du CHSCT).
    Je condamne le geste déplacé de Haziza, qui s’est excusé et n’a pas récidivé semble-t-il.

    Je condamne Astrid de Villaines qui ressort une affaire que je considère comme classée pour, il semble, faire parler d’elle et participer à la mode actuelle de délation tous azimuts.

    Ce n’est pas bien de pincer les fesses, mais ce n’est pas mieux de harceler le “pinceur”

      +4

    Alerter
    • Trawash // 22.11.2017 à 17h34

      Il est entendu qu il vaut mieux que la pincée se taise pour ne pas nuire au pinceur. Le pauvre chaton, il a une réputation lui, tout ses déballages sont nauséabonds, il pourrait même se sentir harcelé. Comme c est mignon.

      Vous considérez cette affaire comme classée, mais ce n est semble t il pas l avis de l intéressée. La justice tranchera, mais pour qu elle tranche il faut que la victime la saisise et arrêtes donc de se taire. Ces femmes sont courageuses de dénoncer leur bourreau.

        +3

      Alerter
      • Albert // 22.11.2017 à 19h19

        Complètement à côté de la plaque .
        La Villaines en question avait alerté Direction et CHSCT, apparemment elle a des remords
        et en bonne opportuniste elle en rajoute une couche
        Il ne faut pas utiliser des mots au-dessus de sa condition !
        A quand la guillotine pour les “bourreaux” pinceur de fesses ?

          +2

        Alerter
        • Trawash // 22.11.2017 à 22h04

          Vous oubliez qu’elle a aussi eu le droit à un pain au chocolat.
          Plus sérieusement, vous avez raison, elle a fait le nécessaire à l’époque des faits et maintenant elle éprouve le besoin d en parler. Est ce interdit ?

          Elle n a pas signé de contrat de confidentialité sur cet événement avec M. Haziza que je sache. Elle peut donc en parler librement. Si ce monsieur se préoccupait de sa réputation, il y ferait attention lui même et n attendrait pas que sa victime y fasse attention à sa place,
          Responsabilité c est un mot qui vous parle.

          Quant votre sophisme éculé, je n ose le dénoncer tant il crève mon écran.
          Allez pour vous aider et c est de bon cœur.

          ” La pente savonneuse, également appelée pente fatale ou pente glissante, est un sophisme qui exagère les conséquences d’une thèse en imaginant une chaîne de conséquences aboutissant à une conclusion catastrophique. “.

          Sophisme c est un synonyme de argument fallacieux. Au cas où.vous souhaiteriez vérifier que je n “utilise pas de mots au dessus de ma condition ” et que je connais bien leur sens.

            +2

          Alerter
  • nicolas // 22.11.2017 à 12h53

    ” qu’il me frôlait le haut de ma poitrine avec ses mains et qu’il me déclarait que mes hauts de vêtements m’allaient bien, tout en fixant ma poitrine ”

    C’est à dire que vu la taille du bonhomme , qui est en adéquation avec sa grandeur au sens figuré , il ne pouvait pas fixer autre chose qu’une poitrine …

    Peut être debout sur un tabouret alors ?

    Plus sérieusement et sans verser dans des insultes communautaristes.
    Ce type , cet évènement , est relatif à un problème bien particulier.
    Des gens qui font parti de cénacles bien protégés , qui vivent au dessus des règles communes , et qui se croient tout permis.
    Politiciens , journalistes , hommes d’affaires ( au sens le plus vil du mot affaire ) , hommes de pouvoir en général , oligarques qui n’ont rien à envier aux oligarques russes ou à la mafia italienne en fait.
    Au delà du fait actuel d’agression sexuelle caractérisée , il y a aussi les phobiques administratifs , les évadés du fisc , les planqués de Bruxelles ou du FMI qui ne paient pas d’impôts etc etc …

      +7

    Alerter
    • nicolas // 22.11.2017 à 13h13

      À peine ai je fini d’écrire cela que je vois que BHL s’est fendu d’un tweet pour soutenir Monsieur Haziza …
      Comme quoi il y a des intuitions qui se confirment à la vitesse de l’éclair.
      La magie d’internet quoi.
      Il dit qu’on ne peut pas mettre sur le même plan l’affaire Weinstein et ces accusations concernant Haziza.
      C’est fabuleux.

      Le fameux tweet ici :

      https://twitter.com/BHL/status/933282324665520129

      Et une photo souvenir de BHL ici , c’est cadeau ça me fait plaisir :

      https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2017/10/bhl-w2.jpg

        +12

      Alerter
      • joe billy // 22.11.2017 à 13h21

        Contre toute attente, les deux schtroumpfs sont sur les côtés et non au centre. Le bonnet est un piège. (cf lien photo souvenir de BHL)

          +4

        Alerter
        • nicolas // 22.11.2017 à 13h28

          Bien entendu BHL en a profité pour glisser une petite notion discriminante afin de remuer le couteau dans la plaie en citant Tariq Ramadan.
          Je ne soutiens pas Ramadan , pas du tout.
          Mais BHL ne perd pas le Nord même ici.
          Il faut coute que coute agiter la société française par ses faiblesses.
          Valls est aussi sur ce crédo très dangereux.
          Créer le chaos pour remodeler la France.
          La faiblesse de la France actuellement étant bien entendu son extrème fragilité sociale en ce moment due à la crise économique.
          Mais ces oiseaux de mauvaise augure placent cette faiblesse à dessein sur le terrain de la division communautaire.
          C’est minable.

            +16

          Alerter
    • Trawash // 22.11.2017 à 20h05

      C est de la faute de l ultra turbo libéralisme le harcèlement sexuel.

        +2

      Alerter
  • joe billy // 22.11.2017 à 12h55

    “Vous avez raison, peut-être sommes-nous trop durs et puis, pourquoi s’étonner d’un pinçage de fesse quand on a soi-même une belle face de raie ? Peut-être voulait-il faire la bise et qu’il s’est trompé, voilà tout…
    Cet homme est au pire maladroit. A coup sûr innocent…”
    (imaginez la mauvaise plaidoirie)

    Qu’est-ce qu’on rigole! Je crois que je vais reprendre deux fois des moules aujourd’hui.

      +3

    Alerter
  • Raphaël // 22.11.2017 à 14h01

    Ayant dans le cadre du travail côtoyé ce genre d’individu (dans une grande entreprise privée dont je tairai le nom mais tristement rendue célèbre pour son taux de suicide), j’ai constaté que ce genre de personnage avait un comportement déplacé, je dirai même dégradant, avec tout le monde, homme et femme compris. Le seul et unique déterminant de ces comportements était un sentiment d’impunité total, et tout le monde savait car tout le monde était concerné. Cela allait au delà du genre.

      +11

    Alerter
    • Raphaël // 22.11.2017 à 21h34

      Je rajouterai même que la concupiscence était secondaire devant le plaisir sadique de domination.

        +5

      Alerter
  • thmos // 22.11.2017 à 17h49

    Utube : Hazziza est aussi capable de cogner -coups de poing “à froid”… – un videaste qui ose lui demander une question sur la voie publique – Plus tard même un officier de Police devra calmer Hazziza ratonnant à tout-va ces personnes dont il conteste les opinions, c’est son droit, mais pas de vouloir leurs interdire à coups de poing le “droit de filmer” sur le trottoir… Donc coléreux et violent, c’est prouvé et même filmé, reste à prouver qu’il a bien harcelé … Dans l’attente d’une enquête il doit bénéficier de la présomption …

      +4

    Alerter
    • Raphaël // 22.11.2017 à 21h57

      Mon bon monsieur, Haziza considère tout simplement qu’il n’a pas à être jugé par la justice des hommes, je veux dire ceux comme vous et moi, la justice des sans dents quoi. Même pas besoin de présomption d’innocence, il ressortira blanc comme neige du tribunal s’il est jugé un jour.

        +2

      Alerter
  • Sam // 23.11.2017 à 09h08

    Je pense que cette histoire de harcèlement est la partie visible de l’iceberg. Le mélange des pulsions sexuelles et du marketing a fait un ravage terrible, et cette histoire de genre ne fait que brouiller encore plus les cartes.
    Au delà du harcèlement, il y a tous les comportements sexuels modernes, du porn revenge (facebook qui demande aux utilisateurs d’envoyer leurs photos compromettantes pour pouvoir les filtrer le jour où elles sortent), le speed dating (un ptit coup pour la route), quand ce n’est pas directement une incitation de nos jeunes filles à la prostitution (sugar daddy : papa en sucre, rien que l’expression devrait mener en prison), …

    (Encore des anglicismes douteux).

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications