Les Crises Les Crises
1.septembre.20181.9.2018 // Les Crises

[GEAB] Monnaies, armées, pétrole : Vaste mouvement de repositionnement des grands acteurs mondiaux

Merci 7
J'envoie

Source :GEAB

Suite à la levée des derniers verrous posés sur l’ordre mondial précédent[1] et en phase avec nos anticipations, toutes les dynamiques de transformation jusqu’à présent retenues s’écoulent désormais le long de chemins tracés depuis longtemps. Les défis de transition sont immenses. Mais les grands acteurs mondiaux semblent désormais en position pour gérer cette gigantesque reconfiguration et non plus la subir. On y voit d’ailleurs plus clairs sur qui ils sont et quelles sont leurs stratégies. C’est ce dont nous tentons de rendre compte dans ce numéro (s’abonner).

La Chine dévoile désormais sa puissance économique (premier importateur de pétrole), militaire (avions de chasse furtif J-20[2], missiles air-air[3]…) et monétaire (les fameux pétroyuans-or sur lesquels nous revenons dans ce numéro (s’abonner)[4]) et s’impose désormais partout, et notamment en Mer de Chine du Sud[5], mettant en place son système de sécurité régionale, pendant que l’Occident à les yeux rivées (à juste titre d’ailleurs) sur le Moyen-Orient : chacun ses problèmes !

L’Europe quant à elle poursuit le découplage avec les Etats-Unis, les dirigeants européens faisant feu de tout bois pour sortir leur vieux projet de défense européenne des tiroirs profonds où il est rangé : le retrait américain de l’accord nucléaire iranien fournit une parfaite occasion d’affirmer que les Etats-Unis ne sont plus un partenaire stratégique suffisamment fiable pour que le destin européen reste placé entre leurs mains[6].

En matière de commerce, les menaces de tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium européens lancées par Trump servent probablement la même dynamique de découplage UE-US mais elles peuvent également servir la cause d’une arrière-garde transatlantiste invoquant la nécessité de signer n’importe quel accord de libre-échange avec les Etats-Unis afin d’échapper à ces tarifs. N’oublions pas en effet que juste après son annonce de droits de douane sur l’acier et l’aluminium, la Maison Blanche a déclaré que « des accords avaient pu être conclus pour des exemptions permanentes avec l’Argentine, l’Australie et le Brésil » alors que dans les cas de l’Europe, du Canada[7] et du Mexique, une prolongation des exemptions était offerte pour 30 jours seulement. Si Trump ne voulait pas du TTIP, cela ne veut pas forcément dire qu’il ne veut pas d’un accord de libre-échange avec l’Europe… mais il le veut à SES conditions. Libre à l’Europe d’accepter ou non.

L’Union africaine se renforce considérablement, parvenant désormais à prendre des décisions fortes comme l’unification du transport aérien, la libéralisation de l’aviation civile, le prélèvement d’une taxe de 0.2% sur les importations et la création d’une zone de libre-échange. L’UA est en outre en coopération rapprochée avec la Chine dans le cadre du transfert d’industrie que ce dernier opère vers elle (avec des questions comme la protection de l’environnement faisant l’objet de négociations)[8]. La Chine qui, pour des raisons d’efficacité sans doute, est encline à négocier d’égal à égal avec l’UA plutôt que du fort au faible avec les Etats africains, contribue ce faisant au renforcement de l’Union.

Les Etats-Unis rentrent à la maison. Avec l’arrivée du petroyuan, le territoire du dollar se réduit considérablement posant de grands défis de transfert de masses monétaires, que nous abordons dans ce numéro (s’abonner). L’OTAN se recentre dans l’Atlantique[9] et Trump est impatient de ramener ses troupes de Syrie[10] et de Corée du Sud[11]. Quant aux multinationales US, toute une panoplie d’incitations fiscales est conçue pour qu’elles reviennent sur le territoire US[12]. Etc…

Le Moyen-Orient, que nous étudions en détail dans la suite du numéro (s’abonner), passe sous contrôle régional avec l’émergence sur le devant de la scène d’acteurs puissants, à commencer par l’Arabie Saoudite et Israël, qui doivent encore finir de mettre en place des interactions plus harmonieuses. Leur vision de l’avenir se fait jour, ils ont des projets concrets et une stratégie.

Dans ce vaste mouvement de repositionnement, l’accent sur les dynamiques globales est maintenu : énergie, monnaie, infrastructures de connectivité pour redimensionner les outils de l’économie mondiale à la bonne taille et innerver ce monde multipolaire sont également largement repensés, comme nous le voyons dans ce numéro (s’abonner).

Cette immense réorganisation n’est pas sans provoquer d’inquiétants grincements ici et là. Les risques de conflagration sont loin d’être anodins. Malgré tout, nous faisons un pari d’optimisme sur la base de l’analyse suivante : le niveau de connexion et d’interdépendance du monde sont tels en ce début de XXIème siècle qu’ils permettent de compter sur une « mise en réseau » de cette multipolarité plutôt que de craindre une course au leadership. Comme nous, les « nouveaux autocrates »[13] qui gèrent la transition ont internet !

En matière financière, l’inquiétude est de rigueur également. En avril dernier, les discours alarmistes du FMI annonçaient une gigantesque crise d’ici 2020 liée au niveau d’endettement mondial que dix années de “gestion de la crise” n’ont pas endigué, bien au contraire : doublement de la dette publique US en valeur absolue (de 10.000 à 20.000 milliards de dollars), augmentation de celle de l’UE de 8.000 à 12.000 milliards d’euros, une contribution de la Chine à 40% de l’augmentation de la dette mondiale en 10 ans… Dans ce contexte, les financiers s’inquiètent des tendances au repli protectionniste que les annonces de droits de douanes US sur l’acier et l’aluminium semblent concrétiser. Mais sommes-nous vraiment à la veille d’un nouveau crash financier?
Nous posons des éléments de réponse dans ce numéro GEAB 125 / mai 2018. ( s’abonner).

———————————————————————————————–

[1] Deux Corées, Arabie Saoudite, suprématie militaire et monétaire des Etats-Unis, carcans supra-nationaux…
[2] Source : South China Morning Post, 10/05/2018
[3] Source : South China Morning Post, 08/05/2018
[4] Dont le GEAB annonçait l’arrivée à ses lecteurs dès septembre 2017 en anticipant le caractère irrésistible de ces contrats à terme, y compris pour l’Arabie Saoudite Source : GEAB N°117, 15/09/2017
[5] La résolution en cours du dernier bastion de guerre froide, la Corée, donne la main à la Chine sur cette partie du monde. Ainsi l’Empire du Milieu avance-t-il à toute vitesse ses pions en Mer de Chine du Sud sans que plus personne ne prête la moindre attention aux récriminations éventuelles du Vietnam ou autre pays riverain. Les installations militaires chinoises et Mer de Chine du Sud constituent les éléments d’une pax sinesa sur la région venant remplacer la pax americana. Source : JapanTimes, 11/05/2018
[6] Source : StraitsTimes, 11/05/2018
[7] Pas certain en revanche que le Canada dispose d’une marge de manœuvre suffisante pour ne pas se faire imposer un accord américain.
[8] Source : AllAfrica, 29/04/2018
[9] Source : The Guardian, 05/05/2018
[10] Sans l’affaire du gazage de la Ghouta, les troupes US seraient en train de rentrer. Source : Washington Post, 04/04/2018
[11] Source : New York Times, 03/05/2018
[12] Source : UNCTAD, 05/02/2018
[13] Aujourd’hui, tous les grands acteurs géopolitiques se sont dotés de dirigeants forts, à tendance autocratique, parvenant à modifier significativement les programmations de leurs appareils d’état ; en l’occurrence Russie, Turquie, Etats-Unis, Arabie Saoudite, France, Angleterre, Chine, Inde.

Source :GEAB

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 01.09.2018 à 05h17

« L’OTAN se recentre dans l’Atlantique » ? Si seulement elle pouvait couler à pic, comme le Titanic… Le GEAB prend ses désirs pour des réalités, à moins que l’Atlantique ne baigne les Pays Baltes et le Monténégro. Ce machin gardera son pouvoir de nuisance tant que les Européens accepteront leur soumission, peut-être éternellement. Là encore, la France a joué un triste rôle en rentrant dans l’OTAN (1995-2009) et en la présentant comme « indispensable à la sécurité des Européens ». Non mais je rêve ! Ce discours impensable dans les années 1960, 70 et 80 est devenu le discours unique de nos dirigeants Young Leaders, et il ne choque presque plus personne.

A notre humble niveau, arrachons à l’OTAN son masque de respectabilité. Rappelons aux oublieux la décision gaullienne de quitter l’OTAN (1966), la prophétie de George Kennan sur l’extension du machin à l’Est : « une erreur tragique » (1998), la guerre contre la Serbie pour créer l’État mafieux du Kosovo (1999) et le déluge de mensonges qui l’a accompagnée, le rôle de l’OTAN dans la crise ukrainienne et la destruction de la Libye, etc.

38 réactions et commentaires

  • Garcia Garcia // 01.09.2018 à 04h40

    Le GEAB existe depuis suffisamment longtemps pour voir que leurs prospectives sont soit des choses que l’on sait depuis longtemps (exemple ci-dessus sur la Chine) soit leur éternel placage de leurs idées concernant l’UE sur la réalité ; qui est bien différente ; soit des loupés.
    J ai lu quelques bulletins a posteriori… Tout cela n’apporte pas de réelle valeur ajoutée.

     35

    Alerter
  • Pr.Chems // 01.09.2018 à 05h15

    Pas un mot sur la Russie l’Inde ! Pas un mot sur l’Iran lirak la Turquie La Palestine ! Article peu crédible

     24

    Alerter
    • Chris // 01.09.2018 à 12h50

      Un article de Bhadrakumar sur l’alliance Chine-Russie :
      https://www.strategic-culture.org/news/2018/08/31/russia-china-in-alliance-conditions.html
      Où il se moque de l’OTAN : “Alliance sino-russe : de toute évidence, aucun siège d’alliance ne sera construit à un coût de 1,17 milliard d’euros et il n’y aura aucun intérêt à définir le casus foederis de l’alliance russo-chinoise. Il n’y aura pas non plus de budget de défense de 6 milliards de dollars de l’OTAN en 2017 (qui devrait atteindre 7,8 milliards de dollars en 2020).
      L’avantage de l’alliance russo-chinoise est qu’il s’agit d’un nouveau type d’alliance qui permet aux deux pays de défendre leurs intérêts nationaux tout en créant un espace mutuel grâce à un soutien mutuel et à la coordination des politiques étrangères dans un environnement international où il n’est plus possible pour une seule puissance d’exercer une hégémonie mondiale.”
      Rien sur l’OCS qui se développe au rythme de l’initiative BRI (routes de la soie).
      Bras de fer américano-turc, après le coup d’état raté de 2016. Les S400 passent mal… la Turquie otanisée lorgne fortement sur les avantages décisifs qu’offre l’OCS : https://www.investigaction.net/fr/le-retournement-du-monde-lorganisation-de-cooperation-de-shanghai/ Les États fondateurs de l’OCS sont la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan. En 2017, l’Inde et le Pakistan ont rejoint l’OCS. Certains autres sont «Observateurs» : la Mongolie (2004), l’Iran (2005), l’Afghanistan (2012) et la Biélorussie (2015).
      Au plan mondial, l’OCS c’est 50% de la population, 20% du PIB, 20% pétrole, 38% gaz naturel, 40% charbon et 30% uranium et 4 nations dotées de la puissance nucléaire…

       9

      Alerter
      • Papagateau // 02.09.2018 à 14h32

        Le “nouveau type” d’alliance entre la Russie et la Chine est en fait un très vieux type d’alliance : Une alliance entre égaux où l’on ne cherche pas à maîtriser toute la société civile , et toute l’économie de son “petit frère”.

         2

        Alerter
        • Haricophile // 07.09.2018 à 11h47

          C’est surtout la différence entre «alliance» et «colonisation» ; Entre «collaboration» et «soumission».

           0

          Alerter
    • Manuel // 01.09.2018 à 17h41

      Poutine s’est débarrassé de la dette américaine en rachetant de l’or.

      Mais aucun mot là-dessus…

      On peut avoir des détails ?!

       3

      Alerter
  • Fritz // 01.09.2018 à 05h17

    « L’OTAN se recentre dans l’Atlantique » ? Si seulement elle pouvait couler à pic, comme le Titanic… Le GEAB prend ses désirs pour des réalités, à moins que l’Atlantique ne baigne les Pays Baltes et le Monténégro. Ce machin gardera son pouvoir de nuisance tant que les Européens accepteront leur soumission, peut-être éternellement. Là encore, la France a joué un triste rôle en rentrant dans l’OTAN (1995-2009) et en la présentant comme « indispensable à la sécurité des Européens ». Non mais je rêve ! Ce discours impensable dans les années 1960, 70 et 80 est devenu le discours unique de nos dirigeants Young Leaders, et il ne choque presque plus personne.

    A notre humble niveau, arrachons à l’OTAN son masque de respectabilité. Rappelons aux oublieux la décision gaullienne de quitter l’OTAN (1966), la prophétie de George Kennan sur l’extension du machin à l’Est : « une erreur tragique » (1998), la guerre contre la Serbie pour créer l’État mafieux du Kosovo (1999) et le déluge de mensonges qui l’a accompagnée, le rôle de l’OTAN dans la crise ukrainienne et la destruction de la Libye, etc.

     54

    Alerter
    • Max // 01.09.2018 à 09h44

      Sans compter l’intégration de l’OTAN dans les traités européens (art. 42 du TUE, non-réformable par construction), à laquelle les pays de l’Est tiennent d’ailleurs absolument vu leurs capacités militaires moindres et leur proximité avec la Russie et autres.
      Ce “découplage” UE-US n’est qu’une opération de façade tant que les causes profondes de la vassalisation ne sont pas traitées. Si quelque Europe de la défense devait se faire, c’est la France qui s’en chargerait, seule capable de la réaliser, avec des contreparties substantielles sur d’autres sujets.

       7

      Alerter
    • Chris // 01.09.2018 à 12h52

      Le comité Valmy organise une pétition pour un retrait de la France de l’OTAN et du commandement intégré :
      http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6031
      J’ai signé.

       8

      Alerter
  • Charles Michael // 01.09.2018 à 06h04

    Le point 13: ” Aujourd’hui, tous les grands acteurs géopolitiques se sont dotés de dirigeants forts, à tendance autocratique, parvenant à modifier significativement les programmations de leurs appareils d’état ; en l’occurrence Russie, Turquie, Etats-Unis, Arabie Saoudite, France, Angleterre, Chine, Inde. ” m’a interpellé

    Est- ce une nostalgie de ce vieux jeu des 7 Erreurs ?
    j’ai déjà trouvé:
    May et son Brexit
    Macron dévalué et son en même temps gaulois Benalla Huloteux
    Trump et son russia-gate
    Arabie Saoudite et son Yemen + retour à la répression des femmes
    Modi et son hyper indouisme + tango entre Chine et US

    pas encore trouvé
    Rohani contre Khameiny
    ni Nethanyaou protégé par Poutine

    sont bien cachés dans l’imagerie GEAB

     9

    Alerter
  • Lapin compris // 01.09.2018 à 07h11

    “L’Europe quant à elle poursuit le découplage avec les Etats-Unis, les dirigeants européens faisant feu de tout bois pour sortir leur vieux projet de défense européenne des tiroirs profonds où il est rangé”
    J’ai bien ri. Au final, une petite chronique humoristique de temps en temps, ça fait du bien 😀
    Ha ha ha, j’en ri encore.

     24

    Alerter
    • Patrick // 01.09.2018 à 13h35

      il faudrait que le GEAB arrête de dire l’Europe en parlant de l’UE !!

      Mais on peut effectivement dire que si l’UE reste le serviteur zélé des USA , l’Europe ( les peuples européens ) commence à ses distances. L’UE ne devrait pas survivre longtemps ( enfin, j’espère !! )

       8

      Alerter
      • Lapin compris // 01.09.2018 à 15h21

        L’emploi de Europe au lieu de union européenne n’est pas fortuite je pense. Il s’agit d’entretenir une ambiguïté sur la possibilité de sortir du machin.
        Après tout, pour sortir de l’Europe il faut attendre que la tectonique des plaques fasse sont travail, et encore, à voir si on ne va pas finir encore plus intégré au continent 😀 Alors que pour sortir de l’ue, il y a l’article 50 du TUE.

        Et pour la non survie de l’ue … j’espère surtout que la France ne va pas y rester, après ce que les autres peuples décident, ça les regarde.

         7

        Alerter
    • Marie // 02.09.2018 à 19h35

      Oui, une blague comme on les aime, à ressortir à la cantine!
      On voit bien de quel bois sont nos dirigeants, j’hésite encore: celui que les Etats-Unis lance au toutou ou du bois de chauffe?
      Merci pour ce moment…d’intense légèreté.

       0

      Alerter
  • cording // 01.09.2018 à 08h09

    L’auteur prend toujours ses désirs d’Europe pour la réalité, elle ne fait que subir le cours du nouveau monde soit par hostilité soit par refus de s’y adapter. Il se fait contre l’UE : Brexit, élection de Trump, demondialisation et fin du néo-libéralisme et surtout contre les intérêts de la puissante Allemagne, montée des populistes.

     4

    Alerter
  • Vincent // 01.09.2018 à 08h13

    Et le climat dans tout ça ? RIEN, NADA….

     8

    Alerter
  • Duracuir // 01.09.2018 à 08h23

    c’est quand même incroyable de lire autant d”âneries?
    Découplage de l’UE d’avec les USA? Au moment même où on voit que l’UE passe de plus en plus du statut d’allié à celui de vassal pur et simple? C’est du délire. Du délire total. L’UE se découple? A l”heure où elle se délite à vitesse grand V et se partagera bientôt entre pays atlantisés et euro-asiatiques.
    Europe de la défense? Quelle Europe de la défense? il y a l’OTAN, l’OTAN et encore l’OTAN avec le racket US subséquent.
    La Chine révèle sa puissance économique? La puissance économique de la Chine ne vaut QUE par ces exportations vers l’occident. Sans ça, elle sera incapable de trouver une alternative et s’enfoncera dans ses problèmes internes.
    Les USA se recentrent? Le USA sont en pleine guerre civile entre ceux qui pensent que leur grandeur passe par l’Empire et ceux qui jurent que c’est l’Empire qui les mine. A cette heure, au vu des forces en présence, il est tout à fait probable que ce soit les “impériaux” qui gagnent et on reprendra le bizness as usual, les “alliés” seront hyper soulagés de se coucher à nouveau devant un Georges Clooney président, qui balancera autant de bombes qu’Obama ou Bush, resserrera encore un peu plus les chaines des vassaux, livrera un peu plus le monde aux dirigeants des multinationales, mais le fera avec la classe et le sourire. A la grande pamoison de la caste des eunuques Européens.
    L’Union Africaine? Quelle union? Du délire. Les derniers qui s’y sont essayés étaient Gbagbo et surtout Khadafi…
    La construction du moyen-orient passe par les “projets” israelo-Saoudiens? L’avenir c’est massacrer tout les Palestiniens? créer des bantoustans partout au Moyen-orient? Soumettre tout un chacun là-bas à la loi de torquemada barbus surgis de l’antiquité ?
    ASSEZ AVEC CES CHARLATANS, SVP!

     35

    Alerter
    • Patrick // 01.09.2018 à 13h39

      et pas vraiment de prise en compte de l’endettement monstrueux de tout ce petit monde , endettement qui risque d’envoyer tout le système au tapis dans un avenir proche.

       7

      Alerter
  • aikongo // 01.09.2018 à 09h02

    J’ai été abonné un temps au GEAB, puis j’ai arrêté car trop europhile béat selon moi et finalement j’ai repris pour un an.
    C’est pas pour leur faire de la pub, mais par rapport a beaucoup de choses que l’on peut voir sur internet, ils ont finalement un regard décalé assez intéressant, car s’appuyant sur des données ou des informations que l’on n’a pas toujours ailleurs ou dans la presse grand public.
    Disons que cela donne un autre angle d’observation géopolitique, libre ensuite de piocher dedans ce que l’on veut !

     4

    Alerter
    • Garcia Garcia // 01.09.2018 à 12h19

      Pour ma part, si j avais suivi leurs prospectives dans mes choix d investissements, je ne serai pas aussi aisé que je le suis aujourd’hui. Idem pour le choix de vie et de mon pays d accueil.

       1

      Alerter
  • Fritz // 01.09.2018 à 09h23

    Alexandre Zakhartchenko, dirigeant de la république populaire de Donetsk, est mort hier dans un attentat.
    L’Europe marche vers la paix.

    Bien sûr, l’UE et le Quai d’Orsay vont exiger des explications du régime de Kiev, quitte à rompre les relations diplomatiques.

     24

    Alerter
    • Duracuir // 01.09.2018 à 10h13

      D’ailleurs on voit bien le fracas des déclarations gouvernementales Françaises sur cet “intolérable assassinant” et cette “insupportable ingérence” de Kiev dans le processus de paix. Tout ça relayé par le vacarme médiatique des petits telegraphistes de Washington, AFP, le Monde et Meidapart en tête.

       12

      Alerter
      • Fritz // 01.09.2018 à 10h57

        Ministres, journalistes, stars de cinéma, tous arborent fièrement le logo “Je suis Aleksandr”.
        Anne Hidalgo a décidé d’illuminer la Tour Eiffel aux couleurs de la République de Donetsk (noir, bleu, rouge).

         10

        Alerter
    • Patrick // 01.09.2018 à 13h41

      non, c’est sûrement une ingérence Russe intolérable.

       1

      Alerter
      • Catalina // 02.09.2018 à 07h22

        A Donetsk, en Russie, beaucoup de gens sont accablés et indignés par cet attentat. Il faut dire que deux héros sont tombés également dans des attentats à Donetsk dans les dernières années écoulées, .Leurs assassins utilisant le lâche attentat en lieu et place de vrais combats ( le pays est en guerre), le pays a été coupé en 2 en 2014 par une fois de plus l’influence us…et le gouvernement de Kiev continue l’offensive depuis 5 ans contre sa propre population. Population qui ne veut évidemment plus rejpindre l’Ukraine agressive et meutrière

         3

        Alerter
  • max // 01.09.2018 à 11h54

    Ce que décrit GEAB est une accélération de l’histoire sous l’impulsion de D Trump qui détricote de plus en plus vite l’ordre issu de la 2eme guerre mondiale.
    La politique conflictuelle et continuelles des USA envers la Chine et la Russie a permit a ces dernières de s’adapter progressivement a l’hostilité de l’occident, pas certain que l’UE en ai le temps et la volonté.
    Les larbins traditionnels, se retrouvent fort dépourvus et c’est particulièrement vrai pour l’UE et encore plus vrai pour la France.
    Prenons simplement les voitures, D Trump a dit qu’il y avait des droits de douanes exorbitants de la part de l’UE qui faisait que les voitures américaines ne se vendaient pas dans l’UE.
    L’UE propose, donc, de supprimer les droits de douanes mais ce n’est toujours pas suffisant pour D Trump, qui a parfaitement comprit que les Grosses voitures américaines consomment trop d’essences et n’auront pas de marchés viable dans l’UE et pourtant l’UE et notamment l’Allemagne a construit des usines aux USA.
    Hollande, candidat a la présidence avait dit une phrase du genre : l’ennemi c’est la finance, D Trump pourtant milliardaire l’a intégré et agit en conséquence.
    A l’instar de la Chine il veut la mettre sous tutelle afin de pouvoir remodeler les USA….. A son image.
    C’est un conflit de civilisation, l’UE n’y échappe pas, la France en tant que porte parole de l’ancien monde (celui de Clinton et Obama) et de l’autre une bonne partie de l’Europe centrale.
    Aux USA élection de mi-mandat en Novembre, ce sera tous contre D Trump.
    A mon avis, il se prépare à tous les scénarios.

     5

    Alerter
    • calal // 02.09.2018 à 13h55

      Aux USA élection de mi-mandat en Novembre, ce sera tous contre D Trump.

      Peut etre que ce sera les americains derriere D. Trump.
      ET meme beaucoup d’europeens ,souverainistes et producteurs, qui mettront leurs espoirs dans le donald.
      oui,ces elections seront importantes et a suivre.d’ailleurs il y a des risques que des coup de theatre imprevus surgissent d’ici la.
      puissiez vous vivre des temps interessants…

       1

      Alerter
  • christiangedeon // 01.09.2018 à 12h14

    GEAB,mornes analyses…il serait beaucoup plus simple de dire que la Terre est aujourd’hui une ceinture de feu et de violence…il suffit d’étaler une mappemonde et de la piquer de petits drapeaux rouges. Des confins chinois à l’Afrique de l’Ouest,c’est la guerre ouverte ou dissimulée…l’abcès ukrainien peut exploser à tous moments,pour ceux qui pensent que l’Europe est à l’abri,sans compter l ‘islamisation du Kosovo,de la Bosnie,de l’Albanie et l’effrayante progression des zones de non droit dans nombre de pays d’Europe de l’Ouest,qu’on balaye soigneusement sous le tapis. Quant à l’Amérique centrale et du sud,c’est un bordel de plus en plus évident au Mexique,au Guatemala,au Salvador,au Nicaragua,au Vénézuela,et une risque de plus en plus grand chez les géants argentin et brésilien…alors franchement,le GEAB a de grandes compétences,la principale étant d’enfoncer les portes largement ouvertes.

     5

    Alerter
  • fox 23 // 01.09.2018 à 13h38

    Olivier, vous pourriez sans doute nous éviter ces cogitation des larbins de l’Empire ! Outre que ça n’apporte rien de concret, je pense que dans le même temps des choses intéressantes attendent dans les tuyaux !

     7

    Alerter
  • wuwei // 01.09.2018 à 18h45

    “L’Europe quant à elle poursuit le découplage avec les Etats-Unis, les dirigeants européens faisant feu de tout bois…”

    Ah bon ! où, quand et comment l’euronouillerie et son atlantisme forcené a montré quelques velléités de s’émanciper de Washington ? L’aveuglement du GEAB sur l’existence d’une U.E. ayant une consistance autre que celle d’une vaste zone de libre échange et soumise aux intérêts des multinationales pour la plupart états-uniennes est proprement ahurissant.

     10

    Alerter
    • Subotai // 01.09.2018 à 19h46

      “”Découplage de l’UE d’avec les USA? Au moment même où on voit que l’UE passe de plus en plus du statut d’allié à celui de vassal pur et simple? C’est du délire. Du délire total. L’UE se découple? A l”heure où elle se délite à vitesse grand V et se partagera bientôt entre pays atlantisés et euro-asiatiques. etc…””
      —————-
      Duracuir, ceci EST précisément le signe du découplage en cours.
      C’est quand le truc EST en train de lâcher que tout le monde se précipite pour le renforcer. Et le truc dingue c’est qu’on a jamais vu un truc être rattrapé quand ça commence à lâcher, ça fini toujours par péter, mais bon…
      Donc oui, découplage en cours.
      Le mot découplage est “technique”, il définie simplement la chose de pas la manière que ça arrive.
      Pour la manière c’est éclatement “en mille morceaux, façon puzzle”. Et n’oubliez pas, tout ceci à l’échelle du temps “SOCIAL” pas du temps individuel.

       3

      Alerter
  • moshedayan // 01.09.2018 à 21h58

    Fritz vous avez raison. Hélas
    L’effondrement du Kosovo, son retour légitime dans les frontières serbe, l’effondrement de la Bosnie-Herzégovine et son rattachement volontaire dans une Confédération balkanique, avec tous les Etats yougoslaves, la Bulgarie et la Grèce et la Roumanie, en même temps que le départ et la fermeture immédiate et sans conditions de la base américaine au Kosovo, seront les faits amenant à la fin de l’OTAN; alors le même processus se produira pour la réunification de la Tchécoslovaquie couplée avec une alliance avec la Hongrie et la Russie. Ces 2 groupes d’Etats auront alors suffisamment de marges pour définir leurs politiques nationales et leur sécurité. Mais je ne crois pas voir cela de mon vivant , j’ai entendu plutôt le crétinisme de votre président François Hollande sur Europe, à propos du “russiagate” pour les élections Trump-Clinton

     3

    Alerter
  • Jean // 02.09.2018 à 11h59

    Apres la crise de 2008, GEAB avez prevue que le dernier soldat de l’Otan ce serai retirée de l’Europe en 2017….

     1

    Alerter
  • rolland // 02.09.2018 à 17h47

    Cela me rappelle presque parfaitement l’article de Chris Hedges du 7 mars dernier sur LesCrises.fr : https://www.les-crises.fr/le-regime-mortel-des-oligarques-par-chris-hedges/

     0

    Alerter
  • martin // 02.09.2018 à 20h49

    Je ne vois pas grand chose à ajouter, si ce n’est ceci: le mouvement de transformation planétaire subit une accélération de nature dialectique.
    1> La phase militaire (2013-2017) est perdue par les néocons. Reste l’économie.
    2> On aurait pu s’attendre (c’était mon cas) à une agression mesurée du pouvoir us, en vue de ne pas provoquer de surréaction dans les camps d’en face (Turquie, Allemagne, Russie, Chine etc), au lieu de quoi le Congrès et le Donald déclenchent une attaque tous azimuts contre tout le monde à la fois.
    Du coup, la Chine et la Russie, mais bien d’autres à leur suite se voient contraints de réagir fortement et contre leur gré. De cette façon, l’or (petroyuan-or etc) se met à ronger gravement le dollar, de sorte que le conflit économique (et surtout monnétaire) s’accélère de façon violente.
    En somme, est en train de se produire explosivement ce que ni les russes, ni les chinois, ni Trump, ni le congrès ne souhaitaient voir advenir, mais qu’ils accomplissent malgré eux.
    C’est sidérant!

     6

    Alerter
  • martin // 02.09.2018 à 21h20

    Peut-être faut-il préciser le point 2>

    Les russes et les chinois ont construit, durant les dernières années, quelque chose comme une menace-or. Les joueurs de Go sont familiers de ce genre de tactique: il s’agît de faire planer un dommage virtuel sur la tête de l’adversaire, menace destinée non à servir effectivement, mais à dissuader l’adversaire de jouer tel coup, certes tentant, mais par trop aggressif. On comprend que la Chine, par exemple, n’ait guère envie de passer à un étalon-or international, mortel pour le billet vert, elle qui possède tant de titres en Dollar (les russes se sont quant à eux délestés durant les derniers mois). Mais l’aggression combinée du Congrès et du Donald (réciproquement hostiles de surcroît) les oblige à activer la menace destinée précisément à ne jamais servir. C’est comme si Noir avait montré à Blanc que tel coup aggressif serait inévitablement sanctionné par une coupe mortelle pour lui, et que Blanc jouait QUAND MêME le coup en question! Les stratèges chinois doivent bien souvent se gratter la tête j’imagine.

     3

    Alerter
  • lon // 04.09.2018 à 15h34

    “….Malgré tout, nous faisons un pari d’optimisme sur la base de l’analyse suivante : le niveau de connexion et d’interdépendance du monde sont tels en ce début de XXIème siècle qu’ils permettent de compter sur une « mise en réseau » de cette multipolarité plutôt que de craindre une course au leadership…..”

    L’Europe aussi avait avait un grand niveau de connexion et d’interdépendance avant 1914 , on a vu ce que ça a donné .

    Toute la classe politico-journalistique occidentale pousse à la guerre depuis des années, en calomniant , déformant et caricaturant ou en se taisant, j’ai peur que ça éclate , comme si on avait pas eu assez de souffrances avec la WW2 . Pas un qui tape du poing sur la table en gueulant que l ‘avenir est à la coopération , pas à la confrontation , tous plus lâches, corrompus et veules les uns que les autres .

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications