Les Crises Les Crises
14.décembre.201214.12.2012 // Les Crises

[Médias] Good Morning Business 13/12/2012 : la scission des banques

Merci 0
J'envoie

1er passage chez Stéphane Soumier sur BFM Business, pour parler des banques :


Combat à suivre !

34 réactions et commentaires

  • celimen // 14.12.2012 à 06h46

    C’est un animateur…
    en 6 min il amène des échanges vifs et pas inintéressants si c’est pour réfuter coté Olivier des idées reçues
    il fait donc plutot bien son job, surtout quand c’est le matin…à moins que vous prefereriez un apathique …

      +0

    Alerter
  • matlac // 14.12.2012 à 09h01

    Le vrai problème actuellement c’est que nous particulier n’avons pas le choix dans le type de banque ou mettre notre argent en France. Leur structure se ressemble toute a travers le modèle de banque universelle. Je ne suis pas partisan forcement de détruire le modèle de banque universelle, mais je veux que l’on me donne le choix d’avoir accès à une banque de dépôts et que cette dernière soit coupé du monde si il le faut. En claire je veux que mon pognon soit conservé bien au chaud. Mais j’irais plus loin, je veux qu’on ai la possibilité de se passer totalement de banque si on le souhaite. Il n’est pas normal d’être obligé d’avoir un compte bancaire, même si j’ai conscience que dans notre monde actuel cela s’avère être une contrainte.
    En résumé je veux avoir le choix et c’est sur ce terrain que vous devriez vous battre monsieur Berruryer, le choix d’avoir une banque de simple dépôt ou universelle ou pas de banque du tout.

      +0

    Alerter
  • BG // 14.12.2012 à 09h14

    Petite remarque de forme.
    J’étais en voiture lorsque je vous ai entendu sur BFM, pas écouté, entendu.
    Certes l’échange a été passionné, mais vous parlez beaucoup, beaucoup trop vite.

    Lorsque vous participez aux débats avec Nicolas Doze, parfois le même problème, en particulier quand vous pensez que les autres invités racontent des sornettes…
    S’il vous plaît, comparez votre débit aux autres interlocuteurs.

    En voiture vous n’êtes pas facile à écouter.
    Votre débit nuit au message, surtout quand la question est technique (et qu’il ne faut pas manquer un élément du raisonnement sous peine d’être largué).

      +0

    Alerter
    • Jacques Payen // 14.12.2012 à 10h52

      Et compte tenu de la pertinence de votre parole, M. Berruyer, il est vraiment dommage que nous en perdions une partie en chemin… pour cause de trop grand débit !

        +0

      Alerter
  • Bruno L // 14.12.2012 à 09h40

    Bonjour

    Pour moi la scission des banques en deux paquets, banques de dépôts et “autres organismes financiers” n’est pas suffisante. Il faudrait aller beaucoup plus loin, et interdire aux banques de “battre monnaie” (m^me indirectement.
    Il faudrait aller vers le “100% monnaie garantie”, et, pour cela, déparer les banques actuelles en 3:
    1) les banques de gestion de moyens de paiement (banques de dépôts), sans aucune possibilité d’octroyer des prêts
    2) les banques de prêts et d’investissements, qui “transformeraient” l’épargne (excédents de financement éventuels) en financement d’investissements (ou de conso)
    3) les banques purement spéculatives, travaillant éventuellement avec leurs fonds propres.

    Tout cela est détaillé par plusieurs économistes contemporains, – dans la lignée de Maurice allais – avec des approches parfois un peu différentes, comme Gabriel Galand, Christian Gomez, ou André Jacques Holbecq.
    J’en ai aussi parlé sur mon blog personnel.

    Mais on est bien loin de tout cela, surtout si on regarde avec consternation la mini-réformette annoncée par Moscovici.

    Très cordialement

    Bruno L

      +0

    Alerter
    • Surya // 14.12.2012 à 09h47

      Une vraie scission serait déjà un premier pas; qui ne nécessite pas de coordination internationale (si vous changez de système monétaire; comment convaincre les autres banques centrales de travailler avec vous ?)

        +0

      Alerter
      • Bruno L // 14.12.2012 à 09h51

        Vous avez, peut-être raison. Mais je me pose 2 questions:
        1) le pas vers une petite scission conduira t-il nécessairement à une réflexion plus profonde, ne serait-ce pas une impasse (je n’ai pas de conviction bien établie sur ce point)?
        2) Certains pensent que le “100% monnaie centrale” pourrait, ou aurait pu, concerner toute l’Eurozone, d’autres non. Mais faut-il attendre de pouvoir convaincre 17 ou 27 pays avant de proposer cette réforme, ne fut-ce qu’au niveau de la France.?

        Très cordialement

        Bruno L.

          +0

        Alerter
        • Surya // 14.12.2012 à 09h53

          Il ne se passera rien tant qu’il n’y aura pas eu de catastrophe. personnellement je pense que s’il y a de l’hyperinflation sur une “grande monnaie” (dollar ou autre), on reviendra au gold standard (toutes les réserves des BC sont en Or).

            +0

          Alerter
  • Blogdenico // 14.12.2012 à 09h57

    Bravo pour ce combat pour cette loi fondamentale, et même si c’est très mal engagé, si une fois de plus le débat a eu lieu dans les coulisses plutôt que démocratiquement, il ne faut pas se résigner tant que le vote du Parlement n’a pas eu lieu.
    Sinon en regardant l’interview de Soumier, je me disais qu’il faudrait peut être préparer (mais cela a peut être déjà été fait par Finance Watch par exemple ou d’autres) un papier court mais très clair, factuel et pédagogique, qui répondrait à toutes les remarques ou questions que Soumier fait ici mais qui sont en fait toujours les mêmes : ce sont les banques d’investissement pures qui ont failli en 2008, les banques universelles ont très bien résisté, elles n’ont pas eu besoin de l’aide de l’Etat, et même mieux elles ont rapporté de l’argent à l’Etat, sans les liquidités de la banque d’investissement on ne pourrait pas financer de grands projets, sans les profits de la banque d’investissement les coûts seraient beaucoup plus élevés pour les clients de la banque de dépôt, etc..
    J’en avais parlé avec Gaël Giraud, qui dans son dernier bouquin apporte pas mal de réponses à ces points, mais il reconnaissait que les banques et les médias ont réussi à réécrire rapidement l’histoire de 2008, et qu’il est difficile d’aller contre cette propagande.
    Et quand j’en parle autour de moi, on me sort effectivement en seulement 5 minutes de discussion toutes les remarques faites par Soumier.
    Donc je ne sais pas ce qui serait le plus adapté, c’est juste des suggestions, mais peut être une courte vidéo très efficace, pour toucher large, et une note de contre-propagande synthétique aussi mais qui démonterait les 5-6 arguments clés, à destination des députés notamment, qui doivent être bombardés de notes courtes et bien faites par les services de com de la BNP et de la SOGE et qui pour la plupart ne prendront sans doute pas le temps de lire les 130 témoignages malheureusement…
    Moi je m’y mets en tout cas, c’est pas tous les jours que Lordon, Attali et Trichet ont l’air d’accord sur un truc…
    Bon courage pour ce combat que je relaierai bien sûr.

      +0

    Alerter
  • keepitreal // 14.12.2012 à 10h40

    je me demande si les prophètes de malheur comme olivier berruyer et olivier delamarche ne sont pas en train de perdre la main.

    à quoi bon scinder les banques ou même chercher à limiter les déficits publics dans la mesure où la BCE est d’accord pour prendre le risque à sa charge ?

    ça peut paraître fou, mais ne serait-ce pas françois hollande qui aurait raison d’avancer que le “risque systémique” est derrière nous ? La BCE n’a-t-elle pas définitivement dissout le risque sous une montagne de billets ?

    Recensons les impacts de la monétisation larvée désormais adoptée par la BCE :
    1/ les Etats ont une sorte de monopole des déficits légitimes (car la BCE rachètera leur dette in fine, ce qui rassure le marché)
    2/ les banques ont une sorte de monopole de l’endettement gratuit (elles empruntent à taux zéro pour spéculer et faire monter les actifs financiers, et en cas de problème la BCE servira de parapluie)

    Ques sont les risques en fin de compte ? L’Europe ne nous protège-t-elle pas ainsi des aléas des marchés mondialisés ? Et même au plan de la réalité, s’il ne devait rester qu’un embryon d’activité économique dans notre vieille Europe, quelle importance vu que nos infrastructures sont déjà construites et qu’il n’y a guère qu’à les entretenir ?

    Alors bien sûr, sur un plan théorique, il y aurait un risque d’hyperinflation : mais est-ce probable dans nos vieux pays en profonde récession ? L’immobilier a monté, c’est vrai, mais une économie globalement récessive me paraît peu favorable à une hyperinflation. Quant au risque de “défaut” général, la BCE ne l’a-t-elle pas définitivement annulé ?

      +0

    Alerter
  • fabien775 // 14.12.2012 à 13h28

    Pour que “tout pète”, il faudrait déjà que les jeunes se sentent concerné. C’est leur avenir qui est en jeu. Le jour ou ils n’auront plus les moyens de s’acheter un smartphone pour twiter ou se connecter sur facebook, il y aura peut-être une révolution. Je ne fais que constater ce que je vois et j’entends autour de moi. J’ espère qu’ils vont finir par se réveiller et comprendre que les choses peuvent changer en se battant d’une manière intelligente. Avec les moyens de communications actuelles, ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas.

      +0

    Alerter
    • keepitreal // 14.12.2012 à 14h21

      bah, les jeunes sont “concernés” au sens où ils sont naturellement préoccupés et inquiets, mais ils sont aussi écrasés par une dérive collective bien trop puissante.
      D’ailleurs toutes les populations sont préoccupées, mais elles ne voient pas quoi faire car leurs élites ne savent pas non plus quoi faire.
      C’est l’intelligence des choses actuelles qui manque aujourd’hui, et ça se trouve pas sous le sabot d’un cheval ^^

        +0

      Alerter
  • Plim // 14.12.2012 à 13h30

    Séparer les banques d’investissement et les banques de dépôt, ok. Mais si les banques de dépôt continuent à financer les banques d’investissement, quel en sera l’intérêt ? Même au temps de la séparation des activités, les banques de dépôt n’ont-elles pas été pourvoyeur de fonds des banques d’investissement ?

      +0

    Alerter
    • Téji // 14.12.2012 à 14h33

      Les banquiers devront être responsabilisés pénalement, et les banques de dépôts regarderont à 2 fois avant de prêter aux spéculateurs. Si c’est pour de l’économie réelle, ils prendront les garanties nécessaires, comme fait votre banquier pour votre maison. Quant au spéculateur qui joue (enfin) avec ses propres deniers (ou ceux de ses clients qu’il devra convaincre), sans garantie autre que sa connaissance du dossier, sûr qu’il va le relire à 2 ou 3 fois, et éventuellement écouter non pas des pseudo-experts ou des girouettes, mais de vrais experts dont la capacité aura été prouvée ! Tout cela, très probablement, avec une rentabilité moindre que l’actuelle… Au global, ça devrait à terme sacrément épurer le système à mon avis.

        +0

      Alerter
  • fabien775 // 14.12.2012 à 14h20

    J’aimerais savoir ce qu’envisage de faire le gouvernement à ce sujet. On parle de changement à minima, c’est à dire? Merci pour la réponse.

      +0

    Alerter
    • Surya // 14.12.2012 à 14h33

      Le prop trading reste autorisé tant que cela est fait dans des proportions inférieures à celles définies par décret.

      Si ça dépasse il faudra mettre ces activités dans une filiale dédiée.

        +0

      Alerter
  • Incognitototo // 14.12.2012 à 15h00

    Ce Soumier est insupportable… il ne verrait pas un lien de cause à effet, et encore moins les paradoxes systémiques, même si on passait un mois à lui expliquer tous les jours….

    Dans ce cadre imposé, t’as été parfait Olivier. Juste, ralentis un peu ton débit, mais peut-être que face à ce genre de personnage, c’est pas possible de faire autrement pour arriver à le stopper…

      +0

    Alerter
  • garrigue // 14.12.2012 à 15h55

    Mr Soumier et son “Micro Madonna” nous fait bien rire (jaune). Pour un peu, on s’attendrait à l’entendre envoyer les vachettes et haranguer Simone.

    Aaaahhh … quelle tension ! Quel suspens mes amis !

    vers 2:54, préférons parler d’activités risquées plutôt que spéculatives (ben ouais … “spéculatives” c’est un gros mot).

    vers 5:54, on sent bien qu’il agite fiévreusement dans la poche de son pantalon ses stress-balls préférées du moment (Gemalto et Hologramme 🙂 Ouf … on a eu chaud il ne les a pas sorties.

    vers 8:17, le ridicule ne tue plus. Rigolons donc benoîtement de ce que dit le Financial Times, alors que ce journal n’aura sûrement pas manqué d’avoir été monté aux nues auparavant par l’un ou l’autre des éditorialistes de la chaine.

    Bon, blague à part, quand est-ce que nous créons un media “alternatif” (WebTv ? WebRadio ?) pour contrecarrer l’entreprise de lavage de cerveau que nous infligent les Experts (pas de “à Miami” 😉 et leurs petits copains des canaux 16 et 36 (ce dernier pour ceux qui ont les moyens) de la TNT ?

    Ras le bol de la doze matinale.

      +0

    Alerter
    • garrigue // 14.12.2012 à 15h58

      Pour le “media alternatif” ça n’est pas une blague.

      Je suis partant.

        +0

      Alerter
  • alain maronani // 14.12.2012 à 17h56

    Olivier a supprimé mon commentaire court, virulent et grossier, mais direct sur ce personnage….bon je comprends….

    Relire le livre de Jacques Ellul (Propagande) permet de tenir a distance cette propagande nauséeuse qui semble hélas s’imposer auprès de notre gouvernement…

    Après tout BNP, SG sont, si on utilisait les valeurs ‘Mark to Market’ en lieu et place de la plaisanterie actuelle,
    en situation d’insolvabilité et comme le dit Frederic Lordon, pas besoin de dépenser un euro pour les nationaliser, leur valeur est égale a zéro…..

      +0

    Alerter
  • maheo // 14.12.2012 à 18h01

    comment expliquez la failitte de la Northern ROCK qui n’était pas universelle , mais une banque de dépôt ?

      +0

    Alerter
    • Surya // 14.12.2012 à 18h13

      Une banque étant une entreprise privée; qu’elle soit de dépôts ou non elle peut tout à fait faire faillite.

        +0

      Alerter
  • THIERRY // 14.12.2012 à 23h00

    La fin est proche depuis 2008 et pourtant toujours repoussée . Je trouve bien naifs ceux qui s’imaginent que le système va s’effondrer comme un fruit mur et que les puissants de ce monde vont s’écraser avec la branche sur laquelle ils sont assis depuis des décennies. On sait maintenant que la BCE (comme la FED) accordera des lignes de crédit illimitées aux banques , que les banquiers pourront ainsi venir au secours des états en quasi faillite en achetant leurs obligations puis s’en débarrasser en les refourguant à la BCE
    Ces créances pourries n’étant plus recouvrables ou décotant de 50 % ou plus, le propre bilan de la BCE sera alors négatif et la noble institution en faillite . Dés lors devant l’imminence de la catastrophe s’imposera une recapitalisation par création monétaire gigantesque (une banque centrale ne fait jamais faillite)
    Peut on éviter ce scénario ? je n’y crois pas
    La cohérence,l’intelligence et la morale est du côté de ceux, peu nombreux, qui veulent apporter des changements radicaux à cette financiarisation sans limite complètement déconnectée de l’économie réelle
    Le réalisme et le cynisme est du côté de ceux (politiques, banquiers, financiers, médias) qui prospèrent avec elle
    Entre les 2 : la masse qui se fout pas mal de ces débats dont elle ne comprend pas grand chose et qui a d’autres préoccupations en tête en cette période de Noel ou dans sa vie de tous les jours à chercher un emploi ou à le préserver

    Il faut simplement espérer que ce ne soit pas le malheur qui, un jour, fasse bouger les lignes

      +0

    Alerter
  • Vénus-Etoile du Berger // 15.12.2012 à 11h08

    Bonjour,

    Ce n’est pas une Sacrée Soirée mais un Sacré Matin qu’Olivier nous fait partager…

    Brillante intervention d’Olivier. Félicitation.

    Stéphane Soumier est même époustouflé à la fin.

    Par contre sans aucune hésitation concernant le présentateur,
    Je préfère Nicolas Doze, il possède une dimension économique plus riche.

    Egalement, je préfère de loin l’émission les experts et la chronique éco de Nicolas Doze.

    Cordialement.

      +0

    Alerter
  • ben // 15.12.2012 à 11h18

    POURQUOI?

    de façon simple:
    moi travailler dur pour gagner un peu d’argent payer mes factures et élever mes enfants.
    moi recevoir salaire sur un compte bancaire
    cet argent m’appartient, mais sur compte bancaire, cet argent appartient à la banque, je viens de lui faire un prêt gratuit (étonnant non?).
    ma banque peut donc investir mon argent dans des activités spéculatives.
    si banque gagne elle en garde le bénéfice (sinon elle peut pô publier des profits).
    si la banque perd elle me rassure grâce à la garantie de l’état.
    si la garantie est activée, je préserve une partie de mes dépôts (il y a une limite ooooo), et on m’explose avec des impôts.
    si l’état décide de laisser tomber cette garantie, je perds mes dépôts! puisqu’une fois placé à la banque mon argent ne m’appartient plus, je lui en ai confié la gestion et dois assumer le risque inhérent à tout prêt . (I am not too big to fail)

    bref en cas de loose on l’a dans le fion!

    et c’est tellement simple!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications