Les Crises Les Crises
18.mars.202118.3.2021 // Les Crises

Moyen-Orient : Le contrôle du pétrole reste une priorité pour l’administration Biden

Merci 97
J'envoie

Source : Responsible Statecraft, Mark Kukis

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

En annonçant la fin du soutien américain aux actions militaires saoudiennes au Yémen, le président Biden a signalé sa volonté de limiter l’implication des États-Unis dans les conflits du Moyen-Orient. Mais les États-Unis restent malgré tout enclins à s’impliquer au Yémen et ailleurs, car la stratégie fondamentale des États-Unis dans la région reste inchangée. Biden, comme les présidents avant lui, reste enfermé dans la doctrine Carter – ou, comme l’a dit le président Carter en 1980, un objectif global des États-Unis visant à empêcher « toute force extérieure de prendre le contrôle de la région du Golfe persique » – qui devrait être abandonnée.

Pendant des décennies, la doctrine Carter a servi de principe d’organisation pour les actions américaines au Moyen-Orient, constituant un impératif stratégique pour tous les présidents. Conçue immédiatement après la crise énergétique des années 1970, la doctrine a déclaré que le pétrole du Moyen-Orient constituait un intérêt vital pour les États-Unis et qu’il devait être protégé militairement si nécessaire. La dépendance des États-Unis vis-à-vis du pétrole du Moyen-Orient a diminué au cours des décennies suivantes.

Mais les États-Unis se considèrent toujours comme le protecteur du pétrole du Moyen-Orient, qui est considéré par Washington comme une sorte de bien commun mondial à superviser par l’armée américaine pour le bien de l’économie mondiale.

La logique qui sous-tend cette doctrine a toujours été mal fondée. L’administration Carter, en élaborant cette doctrine, a effectivement considéré l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique en 1979 comme un mouvement vers le golfe Persique et a réagi de manière excessive. Le Kremlin ne cherchait pas à dominer la région et à monopoliser son pétrole. L’Union soviétique se préoccupait davantage de préserver l’ordre intérieur alors que sa fin approchait. De plus, l’Arabie saoudite et d’autres pays de l’OPEP avaient réalisé en 1975 que les embargos pétroliers étaient voués à l’échec et avaient exprimé leur intention de maintenir l’approvisionnement ouvert pour le bien de leurs propres économies.

Néanmoins, les États-Unis ont continué à appliquer la doctrine Carter, qui, dans la pratique, s’est traduite par une concentration militaire autour des réserves de pétrole et une série d’interventions armées visant à façonner l’ordre politique de la région. La poursuite de la doctrine Carter par les administrations successives a finalement donné lieu à ce qui est devenu une campagne militaire élaborée et sans fin destinée à libérer les réserves pétrolières du Moyen-Orient, même si ces réserves n’étaient pas en danger réel.

Et tout cela découlait d’une affirmation remarquable au cœur de la doctrine Carter qui n’a pas été remise en question à Washington, à savoir que le pétrole du Moyen-Orient pouvait à juste titre être considéré comme un bien public vital pour la modernité sous la protection de l’Amérique pour le bien de toutes les nations.

Les habitants du Moyen-Orient ont évidemment rejeté l’idée que des puissances étrangères puissent revendiquer leur principale ressource nationale de cette manière. L’indignation face à l’impérialisme perçu a été un moteur de mouvements violents dans la région pendant des décennies et le reste encore, formant une source majeure d’instabilité. Les populations du Moyen-Orient ne se considèrent généralement pas obligées de produire du pétrole pour le bien du monde et n’apprécient pas la menace armée qui pèse sur elles si elles ne le font pas.

En tant que ressource nationale, le pétrole leur appartient, et elles peuvent en faire ce qu’elles veulent. Le rejet par la doctrine Carter de ce principe fondamental de la souveraineté nationale représente son plus grave péché et son irrémédiable défaut stratégique. L’administration Biden devrait annoncer la fin de cette doctrine et en adopter une nouvelle qui tourne autour de la coopération multinationale plutôt que de la saisie des ressources.

Le seul véritable bien commun mondial au Moyen-Orient est le détroit d’Ormuz, l’étroite voie navigable qui relie le golfe Persique aux voies de navigation des marchés mondiaux. Les États-Unis ont un intérêt légitime à assurer la sécurité du transport maritime dans le détroit – comme le font de nombreux autres pays. L’Iran peut traiter le détroit comme s’il lui appartenait, mais le droit international qui désigne les voies maritimes comme des biens communs justifie une approche de gouvernance multinationale de cette ressource particulière.

Les États-Unis ne sont donc qu’une des nombreuses parties prenantes dans la gestion du détroit. Les autres nations qui dépendent du transport maritime par le détroit, en particulier les pays du Moyen-Orient et de l’Asie de l’Est, devraient toutes participer à une mission maritime multinationale visant à assurer la fluidité des échanges commerciaux à l’intérieur et à l’extérieur du golfe Persique.

Toute présence militaire américaine dans la région devrait s’articuler autour de ce principe plutôt que de l’idée de contrôler l’ensemble du pétrole dans la région, une stratégie qui a conduit les États-Unis à beaucoup trop de combats. Contrôler le pétrole nécessite d’installer et de soutenir des gouvernements souples et, parfois, de faire leur part dans des conflits régionaux comme celui du Yémen. Aider à sauvegarder les biens communs du détroit d’Ormuz, en revanche, fait des États-Unis un partenaire pour toutes les nations de la région et implique d’autres pays intéressés de manière productive.

Passer de la doctrine Carter à une doctrine des biens communs nécessite une réflexion très différente sur le Moyen-Orient de la part des décideurs politiques de Washington et du peuple américain. Les États-Unis maintiennent actuellement environ 60 000 soldats américains basés dans la région, pour un coût estimé à 65-70 milliards de dollars par an. Cette empreinte militaire massive ne serait pas nécessaire puisque la mission militaire se ferait principalement en mer.

Une intervention militaire américaine dans la région ne serait envisagée que dans les cas où le commerce par le détroit serait menacé. Si elle était entreprise, les efforts militaires seraient menés avec une autorité et une coopération multinationales et se limiteraient à maintenir le détroit ouvert. Cela signifie qu’il n’y aurait pas de changement de régime ou d’implication dans des conflits internes comme en Syrie, en Irak ou au Yémen. Les missions antiterroristes ne devraient être envisagées que si des terroristes menacent le détroit. Les groupes armés qui menacent les États-Unis ou d’autres nations doivent être pris en charge par les gouvernements des pays où ils résident.

Un changement complet de doctrine réduirait au fil du temps la présence militaire américaine au Moyen-Orient à une mission navale beaucoup plus réduite que celle qui maintient actuellement tant de navires de guerre américains dans la région. Sur le terrain, les pays de la région seraient largement laissés à eux-mêmes sur le plan des principes et de la stratégie.

‘idée d’une Amérique en marge du Moyen-Orient crée beaucoup de malaise à Washington, où la gestion de la région par la force armée est depuis longtemps une évidence pour des générations de responsables de la sécurité nationale. Et il est certain que le retrait de la présence militaire américaine ne garantit pas un avenir pacifique pour le Moyen-Orient. Les rivalités comme celle qui oppose l’Iran à l’Arabie saoudite vont probablement s’intensifier, mais l’incitation à trouver des solutions pacifiques est tout aussi forte.

La vérité est que le Moyen-Orient restera une région instable, avec ou sans présence militaire américaine massive. Beaucoup d’électeurs et de décideurs politiques se rendent compte désormais que les troupes américaines ne font pas grand-chose pour stabiliser la région et souhaitent voir les forces américaines réduites. Mais un retrait militaire sans repenser fondamentalement la doctrine globale ne représente qu’une autre version d’un projet militaire malavisé. Il est injuste et imprudent de prétendre gérer l’ensemble des ressources naturelles essentielles d’une région.

Il est cependant raisonnable que les États-Unis se dressent en tant que partie prenante d’un patrimoine commun mondial légitime et recherchent une coopération pacifique. Il est peu probable que la mission militaire américaine au Moyen-Orient prenne fin de sitôt. Mais elle doit changer d’intention et de portée, en laissant derrière elle une doctrine mal conçue et dépassée.

Source : Responsible Statecraft, Mark Kukis, 12-02-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 18.03.2021 à 07h21

« Il est cependant raisonnable que les États-Unis se dressent en tant que partie prenante d’un patrimoine commun mondial légitime et recherchent une coopération pacifique. »

Le mot « raisonnable » ne fait pas partie du vocabulaire américain. Ils ne comprennent et n’emploient que la force et les mensonges, les crimes de guerre et contre l’humanité pour assouvir leur volonté d’hégémonie. Et s’il s’agissait d’un « patrimoine commun mondial » (que vient faire « légitime » ici, si ce n’est pour justifier des agressions non seulement illégitimes, mais illégales), ce serait à l’ONU de s’en occuper.

13 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 18.03.2021 à 07h21

    « Il est cependant raisonnable que les États-Unis se dressent en tant que partie prenante d’un patrimoine commun mondial légitime et recherchent une coopération pacifique. »

    Le mot « raisonnable » ne fait pas partie du vocabulaire américain. Ils ne comprennent et n’emploient que la force et les mensonges, les crimes de guerre et contre l’humanité pour assouvir leur volonté d’hégémonie. Et s’il s’agissait d’un « patrimoine commun mondial » (que vient faire « légitime » ici, si ce n’est pour justifier des agressions non seulement illégitimes, mais illégales), ce serait à l’ONU de s’en occuper.

      +25

    Alerter
  • Jean-Do // 18.03.2021 à 08h20

    Le vrai problème n’est pas tant les USA que l’UNI-polarité du monde. « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ». Le monde serait mieux servi dans une démocratie des nations ou même dans une multi-polarité: Une Europe unie fermement à la Russie avec ses ressources pourraient faire pièce aux USA et à la Chine en attendant que d’autres groupes aussi égaux se créent.

      +8

    Alerter
    • raoul // 18.03.2021 à 08h31

      Quelle Europe ? les colonisés des US ? la domination germanique ? Quel peuple européen ?
      Pourquoi se lier à la Russie ? On peut très bien avoir de bonnes relations avec elle. D’autant plus que ce pays est ‘lisible’ : annonce de ce qui va être fait, et, respect de sa parole. Pas comme nous pour la Libye, par exemple !

        +17

      Alerter
      • Dominique65 // 18.03.2021 à 15h16

        « Pourquoi se lier à la Russie ? On peut très bien avoir de bonnes relations avec elle. »
        La proposition de Jean-Do de s’unir (et non se lier) à la Russie implique non seulement d’avoir des bonnes relations mais de faire front commun.
        Quant à quelle Europe, la question est bonne. Le RU s’est éloigné de l’UE bien plus que ce que le Brexit imposait, les pays baltes et la Pologne n’accepteront pas de sitôt de s’affranchir des USA, l’Allemagne, toujours suivie par la France est atlantiste et ne parlons même ps de l’Ukraine…
        Bref, une petite partie de l’Europe pourrait se rapprocher de la Russie, mais faut rien attendre de plus.

          +4

        Alerter
    • Amsterdammer // 18.03.2021 à 15h06

      « qui ne fabrique a peu près aucun produit utile de haute technologie » : on se demande comment l’équipage de la station spatiale internationale a pu être ravitaillé et renouvelé, depuis que les USA n’ont plus de navette spatiale. Par les martiens?

      Dans le cas de l’Arménie, c’est elle-même, avec l’arrivée au pouvoir de Pachinian, qui s’était détournée de l’alliance russe pour se tourner vers les USA. On a vu le résultat.

      Ce fut jeter la proie pour l’ombre.

      Et l’on voudrait que l’Europe se prive de gas russe, afin de satisfaire les intérêts géostratégiques de l’empire US? Et payer deux-trois fois plus cher son gas?
      Les euro-atlantistes sont masochistes.

        +16

      Alerter
    • bogdan // 18.03.2021 à 16h41

      @Jean-do. Je suis d’accord avec vous. Un jour ou l’autre cela se fera.

      D’ailleurs, vu des USA, leur crainte majeure concernant l’Europe est une alliance Allemagne / Russie (la puissance industrielle de l’Europe alliée aux ressources énergétiques et minières de la Russie).

      Je peux vous dire que les USA sont prêts à faire ce qu’il faut pour que cela n’arrive pas (tout de suite). D’où la progression vers l’Est de l’Otan contre les engagements des européens pris envers Poutine en 2000. Et qu’ils ont joyeusement trahis.

        +8

      Alerter
    • vert-de-taire // 19.03.2021 à 07h51

      ***L’Europe est le premier marché du monde et le plus riche. Elle n’a nul besoin d’un état dont la taille totale de l’économie est celle de l’état de New-York aux USA***

      Soit, en gros (pas dans tous les détails),
      mais si la Russie cessait ses exportations d’énergie (pas que hydrocarbures aussi nucléaire) vers l’Europe (pas que UE), il y aurait de forts désagréments en Europe.
      En Russie aussi peut-être mais je doute qu’en Europe cela soit supportable sans désordres graves.

      [Modéré]

        +4

      Alerter
  • James Whitney // 18.03.2021 à 08h41

    « La doctrine Carter … un objectif global des États-Unis visant à empêcher « toute force extérieure de prendre le contrôle de la région du Golfe persique » … » : magnifique oxymore.

    Cette doctrine est beaucoup plus vieille que Carter. On se souvient du renversement du gouvernement iranien en 1953 suite à sa nationalisation de l’industrie pétrolier qui appartenait aux intérêts britanniques et étasuniens. L’occupation des Philippines et Cuba en 1898, etc.

    L’auteur Mark Kukis ne propose rien autre que peut-être réfléchir à un changement de cap dans une manière non spécifiée.

      +11

    Alerter
    • Amsterdammer // 18.03.2021 à 15h08

      La puissance impériale US, en tant qu’exponent du Bien, ne saurait être qualifié de ‘force extérieure’, voyons. Elle est notre patrie à tous, non?

      Euh…

        +7

      Alerter
  • Casimir Ioulianov // 18.03.2021 à 13h46

    Sans le pétrole, qui aurait encore besoin du dollar ? Voici une question bête explique pleins de trucs même sans y répondre.
    Autre point, « La paix et la stabilité mondiale » et « les biens communs de l’humanité » ne seraient ils pas mieux gérés et exploités SANS les mesures de rétorsion de Washington à l’encontre des Bolivariens, des Iraniens ou des Russes, eux aussi grosses réserves d’or noir ? En fait non, Trump a vendu la mèche avec les conneries faites en Irak ou en Syrie : les seuls à même d’exploiter correctement du pétrole seraient exclusivement … Américains, so : China go Home , you’re drunk…
    L’article a beau essayer de couper la poire en deux, entre les faits et des mots partisans sur du papier ; choisis ton camp camarade.
    Donc on va continuer à se mettre sur la gueule et à foutre le monde en l’air parce que trois connards en vivent très bien et on les moyens d’envoyer chier les sept milliards d’autres , pour la concorde et le bien commun ; on repassera… si on est pas tous crevé d’ici là.

      +11

    Alerter
  • petitjean // 18.03.2021 à 18h41

    Les millions de victimes des ingérences américaines au Moyen Orient s’en souviennent !
    Politique d’ingérence avec ses vassaux comme la France et la Grande Bretagne
    Souvenons nous, quand, ayant détruit l’Iraq et fait un demi million de morts, Madeleine Albright déclarait  » 500 000 morts, oui ça valait le coup »
    Madeleine Albright – The deaths of 500,000 Iraqi children was worth it for Iraq’s non existent WMD’s
    https://www.youtube.com/watch?v=RM0uvgHKZe8

    Qui mettra fin à cette politique monstrueuse ?
    Ce serait l’honneur de l’Europe………………………

      +7

    Alerter
  • Bouddha Vert // 18.03.2021 à 20h13

    Rarement lu en un seul article autant de concepts débilitants, arriver à oblitérer:
    *Le rôle cardinal de l’or noir dans la puissance militaire d’une nation, de la puissance économique qu’il autorise et donc du modèle sociétal qu’il génère.
    *L’impératif de maintenir un prix ridicule de l’or noir afin d’illusionner les populations sur la pérennité de nos modèles économiques.
    Colporter l’idée que les méchants c’est pas nous mais qu’il en existe malheureusement des régions marquées du sceau de la violence et que vu le coût à corriger ces défauts, les EU devraient s’appuyer sur des coalitions internationales pour le bien du plus grand nombre.
    Biberonner les populations avec ce genre de concepts nous garanti de n’arriver qu’à un continuum politique mais avec la conscience tranquille.

    Dormons tranquilles, des têtes pensantes nous promettent le bisounoursisme pour demain.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications