Les Crises Les Crises
25.mars.201925.3.2019 // Les Crises

«Hollande, le plus grand menteur de France» : ses panneaux mènent un retraité au tribunal. Par Fabien Paillot

Merci 528
J'envoie

Source : Le Parisien, Fabien Paillot, 01-03-2019

Un plombier à la retraite, qui avait refusé un stage de citoyenneté, était jugé a Angoulême ce vendredi pour avoir installé des panneaux visant des personnalités politiques.

« J’étais tellement écœuré, en colère. Alors j’ai dit tout ce que j’avais sur le cœur », souffle Michel Labarde sur les marches du palais, entouré d’une quinzaine de soutiens. Cet ancien plombier de 71 ans comparaissait ce vendredi devant le tribunal correctionnel d’Angoulême (Charente) pour des faits d’outrage par écrits ayant porté atteinte à la dignité du Président de la République.

L’affaire date de février 2017, sous la mandature de François Hollande. « Homme de gauche », Michel Labarde a voté pour lui en 2012. Déçu, lassé, le retraité décide 5 ans plus tard de planter plusieurs panneaux dans son jardin, au bord d’une départementale passagère de Garat, un village proche d’Angoulême. L’un d’entre eux vise expressément le chef de l’État : « Hollande, le plus grand menteur de France ».

D’autres figures publiques sont épinglées : Jérôme Cahuzac, Manuel Valls et « le 49/3 qu’il a utilisé six fois et qu’il veut supprimer maintenant » ou Pénélope Fillon, l’épouse de François Fillon payée « 7 500 euros par mois pour collaborer avec son mari alors qu’il y a 5 millions de chômeurs ». Sa rancœur trouve un écho inattendu jusqu’à la préfecture de la Charente. Celle-ci réclame une enquête au parquet et ordonne aux gendarmes de retirer les panneaux. « Ils les ont mis sous scellés durant un mois », raconte Michel Labarde. Fin 2017, le parquet le convoque pour un rappel à la loi. Le septuagénaire se voit proposer un stage de citoyenneté facturé 200 euros. Il refuse catégoriquement, « par principe » et parce qu’il touche une retraite de 873 euros. « À mon âge, pour faire quoi ? »

C’est cette obstination qui l’a conduit vendredi face aux magistrats. « Je ne regrette rien, je pourrais même recommencer ! Et j’ai regardé dans le dictionnaire, menteur, ça n’est pas une injure ! » À la barre, Michel Labarde manque de s’étrangler : « De me voir au tribunal, mon père doit se retourner dans sa tombe. Il était communiste, il a été interné à la prison de Saint-Martin-de-Ré durant la guerre. » Vice-procureur du parquet d’Angoulême, Stéphanie Veyssière s’interroge : « Je ne comprends pas pourquoi M. Labarde a refusé ce stage, il ne serait pas là aujourd’hui… » Ses réquisitions : 500 euros d’amende. L’ancien plombier, Gilet jaune de la première heure, grimace : « J’ai dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Les politiques peuvent dire ce qu’ils veulent. Pas moi, depuis ma campagne… » La décision, mise en délibéré, sera rendue le 15 mars.

Source : Le Parisien, Fabien Paillot, 01-03-2019


Précisons que le prévenu vient (heureusement) d’être relaxé : voir ici

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 25.03.2019 à 06h44

C’est le problème de notre société vous êtes un politique, un membre du sérail, un média mainstream vous pouvez mentir sans risque de conséquence ou un citoyen lambda dire la vérité et être condamné, cette réalité est toujours d’actualité de Jean de la Fontaine à maintenant ce monsieur l’a appris à ses dépend.

Fait aggravant il a contesté et refusé l’injustice de cette 1ere condamnation comme indiqué dans le reportage si il l’avait accepté il n’en serait pas arrivé là (l’auteur de cette phrase ne réalise même pas l’iniquité de sa réflexion qui revient à dire puisqu’il refuse on lui enfonce encore plus la tête sous l’eau, il n’a même pas une once de remise en cause il est le tenant du “bon” droit ) https://youtu.be/khLhwIFVBOs

67 réactions et commentaires

  • Fabrice // 25.03.2019 à 06h44

    C’est le problème de notre société vous êtes un politique, un membre du sérail, un média mainstream vous pouvez mentir sans risque de conséquence ou un citoyen lambda dire la vérité et être condamné, cette réalité est toujours d’actualité de Jean de la Fontaine à maintenant ce monsieur l’a appris à ses dépend.

    Fait aggravant il a contesté et refusé l’injustice de cette 1ere condamnation comme indiqué dans le reportage si il l’avait accepté il n’en serait pas arrivé là (l’auteur de cette phrase ne réalise même pas l’iniquité de sa réflexion qui revient à dire puisqu’il refuse on lui enfonce encore plus la tête sous l’eau, il n’a même pas une once de remise en cause il est le tenant du “bon” droit ) https://youtu.be/khLhwIFVBOs

      +104

    Alerter
    • Kess // 25.03.2019 à 08h27

      Quelqu’un sait-il ce que sont les chefs d’accusation? Il me semble que le délit visé par le procureur était celui d’outrage au chef de l’état.

      Cependant, le délit d’offense au président de la République a été supprimé en 2013. C’est ce qui a motivé la relaxe de notre aimable retraité … Le 15 Mars dernier.

      Ce papier date du 1er Mars 🙂

        +46

      Alerter
      • Daniel // 25.03.2019 à 08h52

        retour vers le futur !
        merci pour votre précision sur l’issu du jugement que l’on retrouve ici :
        http://www.charentelibre.fr/2019/03/15/angouleme-michel-labarde-relaxe-apres-son-hollande-menteur,3401452.php

          +12

        Alerter
        • Fabrice // 25.03.2019 à 09h07

          Le problème est quand même là le procureur n’aurait jamais dû laisser passer cette plainte en sachant que c’était puéril de la part de la préfecture en abandonnant les poursuites, or le manque d’indépendance a permis qu’il y ait procès sur le fond le problème est là, certes le juge y a mis fin mais vu que l’on contourne de plus en plus les juges, qu’on leur donne de moins en moins de moyens.

          Pour combien de temps cela sera entre leurs mains et bientôt remis entre les mains des procureurs directement si ce n’est de la préfecture sans possibilité d’un procès équitable ?

            +18

          Alerter
          • Papagateau // 25.03.2019 à 19h09

            Comment ça, “on contourne le juge” ?
            C’est beaucoup plus grave : Le juge a fait spontanément du “zèle” jusqu’à enfreindre la loi pour plaire au pouvoir.

            C’est infiniment plus inquiétant.
            Pourquoi, comment, quelle faiblesse humaine ou personnelle a permis cela ?

              +10

            Alerter
            • Fabrice // 25.03.2019 à 21h04

              euh non justement il y a eut relaxe, le juge a démontré que faire une procédure sur une telle situation est inutile et vain.

                +3

              Alerter
          • Narm // 26.03.2019 à 19h22

            Oui, on contourne le juge
            le procureur qui voulait imposer un stage de rappel à la loi
            qui peut être “imposé” par la peur du prevenu

            “2) L’orientation de l’auteur vers une structure sanitaire, sociale ou professionnelle
            Elle est mise en œuvre lorsque le passage à l’acte délinquant semble s’être inscrit dans une problématique relevant du champ sanitaire, social ou professionnel.””

            C’est payant ça ? encore un business créé par les politiques

              +0

            Alerter
      • Fred79 // 25.03.2019 à 09h15

        Mais enfin, si le délit d’outrage au chef de l’état est supprimé depuis 2013, comment se fait il qu’un préfet réclame une enquête, que des gendarmes obéissent aux ordres de retirer les pancartes, que le parquet convoque cette personne pour un rappel à une loi abrogée et lui colle un stage de citoyenneté facturé 200 euros?
        Ces gens là ne connaissent donc pas les lois?
        C’est grave!

          +34

        Alerter
        • Kess // 25.03.2019 à 09h47

          En réalité, il semble qu’il reste un succédané à ce délit d’outrage au chef de l’état: les délits d’injures et de diffamations au chef de l’état. C’est sur cette base que l’autorité administrative voulait le faire condamner.

          La magistrate, rappelant que le délit d’outrage n’existe plus, à simplement considérer que le dossier était vide de preuve pour ce qui est de l’injure, et que Michel Labarde n’avait pas tenté de diffamer le chef de l’état mais simplement d’exprimer son opinion basée sur son expérience (donc factuelle).

          Sans bien sûr donner légitimité légale aux propos de Michel (cela aurait été étrange, mais jouissif), la magistrate a rappelé que le droit s’applique en France … Ce qui est une bonne leçon pour tous: les accusateurs, comme les potentiels accusés.

          En gros, si vous avez des éléments factuels pour accréditer que MACRON EST LE PRESIDENT DES RICHES (ses liens avec le cac 40, la suppression de l’ISF … ) Il vous est permis de diffuser ce message en l’inscrivant sur votre maison, votre jean, votre voiture … Il est possible qu’un unpportun vous fasse un procès mais il ne gagnera pas.

          Mais Kess … mais Kess … qu’on attend pour …

            +14

          Alerter
      • Charles-de // 25.03.2019 à 13h57

        Le délit pour lequel il a été poursuivi en premier lieu a été supprimé en 2013, mais ni les magistrats, ni les gendarmes ne sont au courant !
        Comme je l’ai dit à un président de cour d’appel qui venait de me sortir une énormité juridique “Je constate une fois de plus que nul n’est censé ignorer la loi, SAUF CEUX QUI SONT CHARGéS DE L’APPLIQUER !”

          +12

        Alerter
  • Catalina // 25.03.2019 à 06h45

    Je serai réeduqué (e)
    Tu seras réeduqué (e)
    Il/elle sera réeduqué (e)
    Nous serons rééduqués
    Vous serez réeduqués
    Ils/elles seront réeduqués
    Et ça vous coûtera 200E

    STO en France, 2019

      +62

    Alerter
  • Boubanka46 // 25.03.2019 à 06h50

    Stage de citoyenneté, et pourquoi ne pas ouvrir des camps de rééducation politique?

      +63

    Alerter
    • Fritz // 25.03.2019 à 08h35

      Un stage imposé à un travailleur retraité ! C’est une blague ? Non, c’est le cauchemar que nous vivons.
      Je suppose que M. Labarde est propriétaire du jardin où il a planté ses panneaux…
      Alors, où est le problème ? Le citoyen Labarde a utilisé sa liberté d’expression !

      Ah mais j’oubliais : pour notre ” ” Justice ” “, il n’y a point de citoyens, mais des sujets justiciables d’un OUTRAGE à nos seigneurs et maîtres, MM. les politiciens qui rampent quand ils sont à Bruxelles, Berlin ou Washington. Mais là, leur ” ” dignité ” ” n’est pas outragée.

        +44

      Alerter
    • s/ob // 25.03.2019 à 19h46

      C’est un peu dans l’idée, comme en Union soviétique à une certaine époque. Cà fait peur quand même , sur les pouvoirs
      libérés de nos politiques. On le voit aussi avec nos gilets jaunes appréhendés sur des motifs ne tenant pas la route devant un tribunal. Dernier exemple en date, un couple regagnant une station de métro à Paris ce WE dernier. 135 € empoché par Bercy. Quelle aubaine.

        +4

      Alerter
  • André // 25.03.2019 à 07h05

    Par contre Benalla, lui, il n’a insulté personne…

      +41

    Alerter
    • Fabrice // 25.03.2019 à 07h15

      Non car il a menti sous serment vu qu’il fait parti du sérail c’est autorisé. 😉

        +48

      Alerter
  • gracques // 25.03.2019 à 07h07

    Bon , à priori , quelques juges ont la tête froide et l’ont relaxe !

      +9

    Alerter
    • Haricophile // 25.03.2019 à 10h16

      Autre manière de voir : Même si on sait qu’on l’a accusé arbitrairement, l’emmerder le temps des procédures le refroidira un peu. D’autant qu’il y a généralement un avocat a payer.

        +7

      Alerter
  • Vercoquin // 25.03.2019 à 07h29

    Source: Charente libre le 15/03/2019

    “Angoulême: Michel Labarde relaxé après son “Hollande menteur””

    http://www.charentelibre.fr/2019/03/15/angouleme-michel-labarde-relaxe-apres-son-hollande-menteur,3401452.php

      +12

    Alerter
    • Fabrice // 25.03.2019 à 07h32

      C’est là où on voit l’intérêt d’un juge alors que de plus en plus on passe par le procureur ou le préfet en évitant le juge (voir loi anti casseur).

        +40

      Alerter
      • Scytales // 25.03.2019 à 09h38

        Cependant, il existe malheureusement deux procédures où le juge a les mains très sérieusement ligotées : la composition pénale et la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

        Même si le juge a le pouvoir de refuser de valider les propositions de sanctions du procureur de la République, par exemple si l’infraction n’est pas prouvée ou… n’existe pas (comme dans le cas qui nous occupe !) ou que la sanction proposée est inadaptée, il n’a pas le pouvoir de modifier la sanction proposée par le procureur. Il n’a d’autre choix que celui du tout rien : approuver la sanction ou ne pas l’approuver. En cas de refus du juge, le procureur de la République doit passer par une procédure de poursuite classique devant le tribunal, tribunal qui dispose alors de sa plénitude d’appréciation.

        Mais en pratique, il y a tellement de dossiers qui passent par ces procédures rapides de composition pénale et de CRPC que la personnalisation de la sanction est très relâchée. Le juge ne peut pas tout évaluer dans la dentelle et refuser d’homologuer toutes les sanctions trop clémentes ou trop sévères ou inadaptées au risque de bloquer et d’engorger un système conçu pour évacuer les affaires en masse.

          +10

        Alerter
  • Larousse // 25.03.2019 à 07h37

    Le fait que la Préfecture de ce département ait lancé une procédure judiciaire sur cette affaire d’affichage et qu’ensuite il fut proposé un stage de “citoyenneté” en dit long sur “l’ordre républicain” en France.
    Rappel juridique : la République n’est pas un terme qui définit en soi le caractère démocratique d’un régime .

      +29

    Alerter
    • calal // 25.03.2019 à 08h31

      si on compare les us avec la france, il me semble que beaucoup de position comme les procureurs ou les prefets sont soumis a election aux us alors qu’en france ils sont nommes (attorney general ou sheriff ? )

        +4

      Alerter
    • vlois // 25.03.2019 à 08h37

      Tiens cela me rappelle l’Ancien Régime :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Altercation_Voltaire-Rohan

      Juste un détail pour un gars de la Promotion Voltaire à l’ENA

      D’autre part, il faut distinguer l’homme de la fonction, il n’a fait que critiquer l’homme qui a habité la fonction présidentielle… et qui se faisait passer pour un homme de droite… alors mensonge ou pas ?
      https://www.les-crises.fr/quand-francois-hollande-se-faisait-passer-pour-un-leader-de-la-droite/

        +5

      Alerter
    • Haricophile // 25.03.2019 à 10h22

      République n’est pas un terme qui définit en soit le caractère démocratique d’un régime, toutefois dans son acceptation moderne il définit une certaine structure du pouvoir et de son application qui n’est guère plus respecté actuellement que les principes démocratiques.

      Actuellement, la classe au pouvoir est la première a violer les principes et les règles qu’ils édictent eux-même.

        +11

      Alerter
  • Jourdain // 25.03.2019 à 07h40

    et surtout ne payer RIEN.. M le plombier

      +8

    Alerter
  • Bebe // 25.03.2019 à 07h43

    Eh oui si le peuple francais ne se reveille pas, la democratie risque d être mise a mal. Plus le droit de manifester!!!! Plus de droit d expression ou juste par l intermediaire de medias a la botte de l executif. Vive la revolution francaise mais on voit bien qu elle n a pas sonné la fin des privileges!!!

      +5

    Alerter
  • bdb30 // 25.03.2019 à 07h46

    J’en connais un qui chantait la Marseillaise la main sur le cœur, à “l’américaine”, dans la cour du Louvre, on l’a pas envoyé en stage de citoyenneté ! Tout le monde a reconnu un certain EM aujourd’hui président.

      +12

    Alerter
  • Sandrine // 25.03.2019 à 07h55

    Ça me rappelle «super menteur » des Guignols.
    On a fait du chemin depuis…

      +17

    Alerter
  • Emmanuel B // 25.03.2019 à 08h05

    Je croyais que l’outrage à chef d’état n’existait plus…

      +2

    Alerter
  • RGT // 25.03.2019 à 08h17

    « Je ne comprends pas pourquoi M. Labarde a refusé ce stage, il ne serait pas là aujourd’hui… »

    La procureure s’interroge sur le refus de cet homme de se soumettre à une loi inique qu’il n’a ni votée ni approuvée.

    Il faut quand-même préciser que les procureurs sont sous les ordres directs du ministre de la “justice” (garde des sots disait Coluche) et qu’ils sont sélectionnés pour leur servilité à leur hiérarchie et leur manque total d’honneur.

    Aux USA c’est sans doute pas idéal mais au moins les juges et les procureurs sont élus par les citoyens et font attention à ne pas trop se faire prendre les doigts dans le pot de confiture.

    En France, ils ont un poste garanti à vie, du moins tant qu’ils se soumettent à l’autorité de ceux qui ont le plus à perdre si leurs magouilles parviennent à être dévoilées.

      +30

    Alerter
    • BOURDEAUX // 25.03.2019 à 08h33

      Vous avez entièrement raison : tout le problème de notre justice vient de là : elle est rendue chez nous par des fonctionnaires aux ordres, et aux US par des élus qui rendent comptes de leur action à la population. Tout est là.

        +8

      Alerter
      • Fabrice // 25.03.2019 à 08h41

        Relativisons aussi la bas le fait qu’il y ait élections rend plus sensible les juges et attorney à ceux qui financent leur élections et ressemblent de plus en plus à un milieu qui doit rend des services à ceux qui financent, il faudrait rendre plutôt les procureurs aussi indépendants que possible que les juges.

          +24

        Alerter
      • Fritz // 25.03.2019 à 08h42

        @Bourdeaux : c’est toute la différence entre un pays courtisan, celui de Louis XIV et des grandes perruques, et une république de pionniers, si critiquable soit-elle.

          +5

        Alerter
      • vlois // 25.03.2019 à 09h33

        La Justice n’est-elle rien d’autre qu’un branche de l’exécutif finalement ? Ce serait mieux de l’avouer pour pouvoir corriger si un jour l’opportunité se présentait car on ne peut corriger que ce qu’on peut mesurer (on peut réver de démocratie…)

        Le financement, les salaires et les carrières des magistrats même non liés au Parquet sont liés au Ministère de la Justice qui ne s’empèche même plus de masquer la réalité du pouvoir et de donner des consignes aux juges et tribunaux (pas seulement le Parquet) (Comme la Ministre Belloubet l’a fait aux Conseils des Prud’hommes – http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/03/07/20002-20190307ARTFIG00101-prud-hommes-l-etat-anticipe-les-futurs-contentieux-sur-les-indemnites.php).

          +0

        Alerter
      • Mr K. // 25.03.2019 à 17h34

        Oui, à une certaine époque sans doute, un juge élu, connu de tout ses électeurs et les connaissant tous individuellement, devait avoir des avantages.

        Actuellement l’action d’un juge élu ne passe plus par une connaissance directe au cas par cas par les électeurs, mais par les statistiques qu’il faut donc qu’il soigne pour être réélu.

        Ceci explique qu’actuellement, plus de 95% des personnes en prison aux USA y sont sans procès, après avoir été pour beaucoup d’entre eux fortement incités à plaider coupable. On leur fait comprendre qu’ils vont prendre nettement plus cher si ils vont au procès.
        Cela fait vite des cas résolus, et tant pis pour les innocents.

        Et si il y a un meurtre affreux en plein déroulement des élections, n’y a-t-il pas là une incitation à trouver au plus vite un coupable?
        Etc…

          +4

        Alerter
        • s/ob // 25.03.2019 à 19h58

          Justement. La procureure voulait que ce monsieur paye de 200 à 500 €. Elle aurait dû prendre connaissance des nouvelles dispositions de 2013.

            +2

          Alerter
          • Mr K. // 26.03.2019 à 07h49

            Désolé, je ne comprends pas votre remarque, en relation avec mon commentaire (trop lapidaire).

            Erreur de placement ?

              +1

            Alerter
    • Scytales // 25.03.2019 à 09h56

      Aux États-Unis d’Amérique, tous les juges ne sont pas élus. Les juges fédéraux (ceux qui jugent les infractions aux lois fédérales) sont nommés.

      Dans les États fédérés, il existe plusieurs systèmes selon la constitution et la loi de chacun de ces États. Les juges sont élus dans certains États ; ils ne sont pas élus dans d’autres.

        +8

      Alerter
    • Haricophile // 25.03.2019 à 10h26

      « La procureure s’interroge sur le refus de cet homme de se soumettre à une loi inique qu’il n’a ni votée ni approuvée. »

      en l’occurrence je lis plus haut :
      « En effet, depuis 2013, ce délit n’existe plus. Et c’est précisément en s’appuyant sur l’absence de ce délit que la juge a relaxé ce monsieur. »

      Donc il ne s’agit nullement d’un problème de loi inique, mais totalement d’une accusation arbitraire digne de notre régime de plus en plus répressif.

        +17

      Alerter
      • Chris // 25.03.2019 à 11h36

        Pour conclure, je suggère aux exaspérés de l’injustice sociale de planter des banderolles sur leur propriété privée, commentant en termes châtiés mais polis, l’objet de leur fureur… puisque le délit “outrage à chef d’état” n’existe plus.
        On a doit bien se taper des forêts de panneaux d’affichage à vocation mercantile, pourquoi ne pas se faire plaisir !

          +8

        Alerter
  • Eric83 // 25.03.2019 à 08h21

    J’apprend aujourd’hui qu’il existe des stages de citoyenneté…pour apprendre à user de sa libre expression uniquement dans le cadre de ce qui est défini par le pouvoir comme politiquement correct.

      +22

    Alerter
    • calal // 25.03.2019 à 08h27

      qui organise ces stages? les 200 euros de “frais” a qui vont ils?

        +6

      Alerter
      • Fritz // 25.03.2019 à 08h37

        1) Alexandre Benalla
        2) Jérôme Cahuzac

          +19

        Alerter
    • vlois // 25.03.2019 à 09h42

      Je n’attends plus qu’une chose pour ce genre de procès : c’est la publicité des débats comme au Procès Barbie. Le pouvoir et sa réalité seront mis à nu, on peut l’habiller de valeur et de beau discours, il est purement animal et un jeu de dominants/dominés.

        +4

      Alerter
  • Sandrine // 25.03.2019 à 09h21

    “et j’ai regardé dans le dictionnaire, menteur, ça n’est pas une injure »
    En effet. D’autant qu’il n’est pas difficile de prouver par des faits que Hollande a effectivement menti.
    L’outrage ne pourrait alors venir que des termes “le plus grand de France”, qui eux sont plus difficilement prouvables par des faits et peuvent donc être considérés comme de la diffamation.
    On pourrait ainsi ajouter que les panneaux de ce retraité constituent de ce fait un cas de diffusion de fausse information.
    Autre chose : cette diffusion était faite à partir d’un espace privé. On a par exemple le droit de se promener tout nu dans son jardin même si l’on peut être vu de la rue alors qu’il est interdit de marcher tout nu dans la rue. En va-t-il autrement de la diffusion des opinions?

      +10

    Alerter
    • RGT // 25.03.2019 à 23h18

      Sandrine,

      “On a par exemple le droit de se promener tout nu dans son jardin même si l’on peut être vu de la rue …”

      Non. a partir du moment où une personne peut vous voir, même en vous espionnant à distance avec des jumelles, c’est interdit.
      Ça s’appelle “outrage aux bonnes mœurs”.
      Un homme avait été condamné il y a quelques années suite à une plainte de sa voisine car il se baladait à poil dans son salon et qu’elle l’avait vu (et photographiée au téléobjectif à titre de preuve)…

      Si vous souhaitez vous balader à poil chez vous, vous avez l’obligation de de fermer vos volets ou de tirer les rideaux.
      Et dans votre jardin vous devez masquer la vue (paravents, panneaux, etc.) pour éviter de choquer votre entourage.

      Si vous êtes une jeune femme “canon” au corps de rêve entourée de pervers libidineux je ne pense pas que les plaintes affluent (sauf de la part des épouses jalouses), mais dans les autres cas je pense que votre voisinage irait immédiatement en référer à la gendarmerie ou au commissariat le plus proche.

      Même chez soi on a l’obligation de porter une “tenue décente” si on peut être vu par son entourage.

      Je tiens à vous signaler que les paparazzi ne sont jamais poursuivis pour avoir photographié une personne dans son intimité et à son insu, même avec un télescope à plusieurs kilomètres.
      Ils le sont pour avoir publiquement diffusé ces images.

      En France, votre vie privée s’arrête aux barrières qui bloquent la vue de votre entourage.
      Et je ne parle pas des petits malins qui se précipitent pour acheter des drones…

        +4

      Alerter
    • vert-de-taire // 25.03.2019 à 09h46

      hallucinant

      C’est le fait de policiers qui :
      1 ne connaissent pas le droit
      2 pensent pouvoir exercer leur pouvoir en toute impunité

      C’est donc la négation de ce qu’est la police : faire respecter le droit.

      espérons que ce fait soit exceptionnel
      faisons qu’il le reste en le dénonçant avec vigueur, sinon ce serait une manière de l’accepter voire de le cautionner !

        +8

      Alerter
      • Alfred // 25.03.2019 à 11h26

        Ces imbéciles ne se rendent pas compte de la profondeur de ce qu’ils font ni du danger dans lequel ils se mettent (et nous mettent) à moyen terme:
        Le grand Leitmotiv des policiers, des tenants de l’ordre de tous types et même de bien des citoyens (dont je suis) c’est que “Force doit rester à la Loi”. Mais si la police n’incarne plus la Loi?
        Si un citoyen respectant la loi se trouve face à un policier hors la loi et que “Force doit rester à la Loi”, qui a le droit de soumettre l’autre par la force?
        Si les policiers se mettent hors la loi ils se placent de facto en position d’être eventuellement soumis par la force.
        Je précise que je suis contre l’usage de la force. Simplement la violence d’état illégitime rend l’état lui même illégitime. Cest policiers sans cervelle sont en train de saper davantage que l’autorité de l’état: sa légitimité et sa raison d’être.

          +15

        Alerter
      • Chris // 25.03.2019 à 12h31

        Dans le droit fil des intimidations voulues par le régime.
        A mettre dans le même panier que les arrestations préventives et arbitraires pour empêcher les manifestants de grossir les rangs des gilets jaunes, l’usage invalidant et parfois mortel des BLD, gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement, l’appel à l’armée (Sentinelle), les chars postés, le matraquage sauvage de paisibles manifestants, infiltrations voulues des Blacks Bloc pour décrédibiliser les manifs., etc…
        On se croirait en Grèce, sous le règne des Colonels, sauf que les gens ne disparaissent pas (pas encore !) dans les commissariats !

          +6

        Alerter
    • Haricophile // 25.03.2019 à 10h38

      Les entreprises informatiques (entre autres) connaissent bien ça : On sait que on va perdre le procès, mais on lance quand même la procédure parce qu’on a plus a gagner par les effets collatéraux qu’a perdre au tribunal.

      Le détournement des lois et de la justice pour faire le contraire de ce pourquoi elle sont prévues…

        +5

      Alerter
  • vert-de-taire // 25.03.2019 à 09h35

    La liberté d’expression est la base d’un régime démocratique,
    il faut donc en faire le deuil.
    Notre administration, corps constitué, n’est pas (plus?) démocratique, elle ne respecte pas les institutions qui la constituent.
    Notre administration passerait donc dans l’illégalité ?

    Ce n’est pas simple relaxe qu’il faudrait mais porter plainte pour abus de pouvoir de la part d’une personne détentrice d’autorité, d’une délégation de pouvoir souverain. Le procureur doit défendre la liberté d’expression et non la combattre. C’est le monde à l’envers !

    Où vis-je ?

      +12

    Alerter
    • Haricophile // 25.03.2019 à 10h41

      Ce n’est pas Chomsky qui disait qu’aux USA on avait le droit de parler, mais qu’on n’avait plus le droit d’être entendu ? Il semble que même le droit de parler devient de plus en plus problématique dès lors qu’on risque d’être entendu.

        +3

      Alerter
  • Louis Robert // 25.03.2019 à 11h33

    Un stage de citoyenneté pour avoir traité de menteur de fieffés menteurs avérés. «Vice-procureur du parquet d’Angoulême, Stéphanie Veyssière s’interroge : « Je ne comprends pas pourquoi M. Labarde a refusé ce stage, il ne serait pas là aujourd’hui… » »

    C’est bien la France dont on parle ici?

    Quel pays!!!

      +9

    Alerter
  • marco // 25.03.2019 à 11h40

    En democratie tout politicien (homme public) doit pouvoir etre critiqué par quiconque pour sa politique (peut-etre pas pour des faits privés et non politiques la on tombe en diffamation) sans subir aucune sanction. Et la diversité des opinions politiques est normale. la question des panneaux est differente (c’est un autre registre, affichage public)
    Et critiquer un politicien sur sa politique n’est pas de l’outrage, c’est delirant. sauf dans une dictature.
    Dans le cas de ce monsieur on est dans un registre politique
    Concernant la prevention d’outrage rappellons comment les presidents appellent les francais
    “petit con”, “sans dents”, et le dernier a fait tres fort sur les bretons, les illettrées, les corses etc Quand on veut etre respecté, il faut d’abord etre respectable et respecter son interlocuteur, ce qui n’est pas le cas actuellement
    Ce qui se passe en france est totalement anormal en democratie. On est encore aux amendes mais deja on peut se poser serieusement la question
    j’ai lu que des francais avaient ete trainés devant des tribunaux pour avoir critiqué des ministres et des prefets sur twitter sur leur politique.
    En parlant des etats unis la liberté d’expression y est beaucoup plus forte qu’en France. et c’est dans la consitution.

      +3

    Alerter
  • Sinoué // 25.03.2019 à 14h01

    François Hollande devrait faire un geste envers Michel Labarde et reconnaître son mensonge en toute sincérité.

    Car toute la France avait bien entendu pendant sa campagne présidentielle qu’il devait faire trembler la finance, tout en ayant deux mois auparavant fait allégeance à la city de Londres…

    C’était un trés, trés, trés gros mensonge, déjà avant d’être élu!

    Et puis après aussi, car la finance n’a pas tremblé du tout et qu’elle a même continué à faire trembler la France.

    Ce n’est pas le seul mensonge !

    En effet sa dame de compagnie, qu’on pensait être l’objet de son cœur, fut très vite abandonnée pour un scooter, du moins c’est ce que j’ai cru comprendre…

    Et je m’arrête là, la liste des mensonges aura été longues chez les socialistes, du moins ceux qui ont laissé Jaurés au vestiaires depuis des lustres à pampilles.

    Je songe au mensonge de toutes ces campagnes présidentielles…

    Au moins Macron n’est pas un menteur, car un banquier qui fait des cadeaux aux très riches, qui lui ont déroulé son tapis de campagne, est tout( chacun y met ce qu’il veut même des chants d’oiseaux) sauf un menteur.

    À croire qu’aujourd’hui nous mettrions au tribunal l’enfant qui a montré du doigt que le roi était nu dans ce merveilleux conte d’Andersen toujours d’actualité.

    Nous devrions faire une cagnotte pour cet homme courageux, car la vérité a fait pousser des pancartes dans son jardin, et notre justice aurait une telle ignorance qu’elle serait prête à la lui faire payer.

    Je songe…

      +4

    Alerter
  • calahan // 25.03.2019 à 15h38

    pauvre homme, le voilà pris dans la mascarade actuelle pour délit d’opinion ou je ne sais quelle autre sauce imbuvable.

    On apprend pas à se taire, surtout à un ancien, on s’expérimente vers le cri, c’est totalement différent.

      +3

    Alerter
  • Owen // 25.03.2019 à 16h09

    Il faut aussi faire attention aux pulls que vous enfilez.

    https://twitter.com/Fakir_/status/1109573044065001473

      +3

    Alerter
    • jp // 25.03.2019 à 22h35

      c’est bon à savoir. Faut donc écrire RICqlès, parce que porter des fringues avec logo marchand comme crocodile, grosse virgule, “fly em…” ou 3 bandes (adid.), c’est normal. La dictature stimule l’imagination, en tous la mienne, je sens que je vais customiser mes vêtements dorénavant…

        +0

      Alerter
  • yhvh // 25.03.2019 à 18h33

    c’est scandaleux, la démocratie dans ce pays est constamment remis en cause et là, par les élites , les mêmes qui utilisent la langue de bois pour ne pas régler les spoliations des biens Juifs, par exemple, à croire que les familles de collabos ont repris le pouvoir en France…minable ce pays !!

      +1

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 25.03.2019 à 21h37

    ” HOLLANDE EST UN GROS MENTEUR “……………. c’est exact !

    Information ( La Charente Libre ) : Michel Labarde relaxé ! – Tant mieux. Monsieur Labarde que je salue ici bien haut pour sa justesse d’à propos ne paiera pas l’amende initialement requise de 500 € car depuis 2013, la suppression du “délit d’offense au président de la République” a été entériné. Bon repos à M.Labarde, il en aura bien besoin après toutes ces émotions et ces atteintes à la liberté d’expression.

    Nicolas Sarkozy – celui qui avait voulu mettre dans la loi ce fameux ” délit d’offense au président de la république ” à l’époque de sa mandature – devant bientôt allé en correctionnelle pour ses nombreux crimes et délits, nous comprenons aisément que ce ” délit d’offense ” si risible au vu de la réalité, ait été annulé.

    ” MACRON EST UN GROS MENTEUR “….

    Un menteur doublé d’un goujat pour avoir aujourd’hui une fois de plus insulté une concitoyenne âgée de 73 ans. Nous avons à la tête de la présidence de la république un homme sans éducation.Tout cela est bien consternant. Oui, tout cela est bien triste…

      +6

    Alerter
  • inement // 26.03.2019 à 12h36

    De dictature il y a, ou il n’y a pas, mon avis est tranché depuis 2005 et se confirme quasi quotidiennement depuis cette date fatidique pour les droits de l’homme et du citoyen ainsi que pour la démocratie en France.

    Le monde change perpétuellement mais a quand même cette particularité de changer de plus en plus rapidement ces dernières années, si le(s) peuple(s) de France et de ce monde ne prennent pas part à ces mutations alors ils n’auront comme toujours que ce qu’ils méritent et même si n’a pas toujours été le cas, cette fois il semble acquis que ce soit pour le pire.

    De choix il n’y a pas, la nature humaine ne choisi pas entre la vie et la mort, tout est donc une question d’information et les informés doivent prendre leur part d’action et de risque pour aider à sortir le plus grand nombre aux idées parfois un peu confuses et ainsi les amener à grossir les rangs du camp de la survie dans un premier temps, pour j’espère bien en arriver à pouvoir exercer notre droit de pouvoir vivre dignement en tant qu’êtres humains..

    L’espoir étant encore présent, rien n’est perdu, à nous de faire ce qu’il faut.

      +1

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 28.03.2019 à 23h08

    ” Macron, l’État terroriste ” par Hervé Kempf (Reporterre) / 22 mars 2019.

    https://reporterre.net/Macron-l-Etat-terroriste

      +0

    Alerter
  • béotien 1er // 01.04.2019 à 16h46

    Dans un tel cas et pour calmer les ardeurs de lèche bottes, de certains fonctionnaires, ne serait il pas possible de déposer plainte contre la préfecture, pour procédure abusive et octroyer au final qu’elle paye des dommages et intérêts à Mr Labarde ?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications