Les Crises Les Crises
7.septembre.20147.9.2014 // Les Crises

« Il faut sanctionner la Russie » (épisode 38)

Merci 0
J'envoie

Lu dans le Figaro – hallucinant alors que la Russie vient de faire pression pour un cesser le feu…

(Sympa le symbole néonazi sur le bataillon Azov…)

Les ambassadeurs des 28 pays de l’Union européenne ont approuvé vendredi soir de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, malgré un accord de cessez-le-feu entre forces ukrainiennes et rebelles prorusses.

La mèche est allumée, elle peut encore s’éteindre. Les Vingt-Huit sont tombés d’accord vendredi pour intensifier leurs sanctions contre Moscou. Mais ils sont prêts à y renoncer, si le cessez-le-feu signé à Minsk entre Ukrainiens et séparatistes prorusses devait réussir.

Ah parce que si Secteur droit rompt la trêve, on sanctionne donc la Russie ?

Comme en juillet après la destruction du vol MH17 de la Malaysia Airlines, l’arsenal repose sur des sacrifices mutuellement consentis. Le Royaume-Uni accepte de rogner les ailes de la City dans le financement des entreprises d’État russes. L’Allemagne et l’Italie limiteront leurs contrats d’ingénierie dans le secteur de l’énergie. La France les rejoint, après avoir repoussé une échéance devenue intenable: la livraison, programmée en octobre, d’un des deux navires d’assaut amphibie Mistral vendus en 2011.

Le sommet européen du 30 août avait décidé ce nouveau tour de vis, dans les jours qui ont suivi la mise en évidence d’incursions de l’armée russe dans l’est de l’Ukraine. Une semaine plus tard,Vladimir Poutine ne donne aucun signe d’en rabattre. Dès jeudi soir au sommet de l’Otan, Américains, Français, Allemands, Britanniques et Italiens sont convenus que la Russie «doit payer pour ce qu’elle a fait en Ukraine», pour reprendre les mots de Ben Rhodes, conseiller du président Obama pour la sécurité.

Une fenêtre diplomatique

La double signature arrachée vendredi à Minsk entrouvre pourtant une fenêtre diplomatique. L’UE veut donner une chance au cessez-le-feu, en croisant les doigts pour un vrai plan de paix. Les sanctions de l’UE devaient obtenir un feu vert des capitales pour s’appliquer effectivement. C’est une formalité, mais elle permet de gagner du temps. «Tout va dépendre des prochaines heures», disait François Hollande. Angela Merkel ajoutait un préalable: le retrait des troupes russes hors d’Ukraine.

«Ce nouveau paquet de mesures restrictives donnera à l’Union européenne un outil efficace, qui devrait nous permettre d’apporter une réponse dans un court laps de temps », ont indiqué, tard vendredi soir, dans une lettre aux chefs d’État et de gouvernement José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy, présidents de la Commission et du Conseil européen. «Cela accroîtra l’efficacité des mesures déjà en place et renforcera le principe que les sanctions de l’UE ont pour objectif de promouvoir un changement d’attitude de la Russie en Ukraine », ont-ils estimé.

Ben oui, comme ça a bien marché fin juillet, ça marchera encore mieux début septembre ! Des Génies ces gens là !!!!

Mesures renforcées

Le paquet comprend des mesures renforcées concernant l’accès aux marchés des capitaux, la défense, les biens à double usage civil et militaire et les technologies sensibles. En outre, des noms ont été ajoutés à la liste de personnes visées par des sanctions ciblées – gel des avoirs et interdictions de visa -, ont-ils indiqué. Cette liste inclut à présent «le nouveau pouvoir dans (la région) du Donbass, le gouvernement de la Crimée, ainsi que des décideurs et des oligarques russes », ont-ils ajouté, sans donner plus de détails.

Le texte de l’accord sera finalisé pendant le week-end, afin qu’une procédure écrite d’adoption par les États membres puisse être lancée lundi, selon la lettre. Lorsqu’elle aura été formellement adoptée, cette série de mesures sera publiée au Journal officiel de l’UE.

Plusieurs pays comme la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie avaient continué de dire leur scepticisme sur l’utilité de sanctions. Elles ont sûrement frappé l’économie russe, disaient-ils, mais elles coûtent cher à l’UE et ne pèsent pas sur les décisions du Kremlin. L’Europe centrale se démarque ainsi d’autres alliés de l’Otan comme la Pologne et surtout les États baltes, qui s’inquiètent d’être en première ligne face à l’expansionnisme russe.

Source : le Figaro, 05/09/2014

 

Source : le Figaro, 04/09/2014

La Russie a peur pour sa sécurité : on va faire des exercices de l’OTAN dans un pays non membre, l’Ukraine, et pile dans le bastion des néonazis. Des Génies !!!

122 réactions et commentaires - Page 2

  • Hellebora // 08.09.2014 à 14h13

    @Bruno Lemaire
    A priori Poroshenko se rendrait aujourd’hui à Mariupol

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 08.09.2014 à 23h00

      « Le pessimisme de l’intelligence, l’optimisme de l’action » : savoir ce qui est en train d’arriver permet de se préparer. Il ne faut pas compter sur le gouvernement, la transition énergétique devrait être déjà effectuée à 80%, on en est à 3%. Ca va MAL se passer. Un embargo australien sur l’uranium et on passe à la bougie. Le mieux est d’acheter (pour ceux qui peuvent, ou en groupe familial) un petit lopin de terre, au cas-où.

        +0

      Alerter
  • C Balogh // 08.09.2014 à 15h31

    du coup, on a plus de nouvelles de Novorossie……

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 08.09.2014 à 16h25

    Obama est furieux que ses appels à Poutine aillent directement sur le répondeur.

    http://reseauinternational.net/the-newyorker-obama-furieux-dit-ses-appels-poutine-vont-directement-messagerie-vocale/

      +0

    Alerter
    • Michel Roissy // 08.09.2014 à 19h15

      ben, je comprends un peu Poutine, face à des démarcheurs importuns qui ont toujours la même camelote à vendre, on finit par mettre le répondeur en mode « spam »…

      ça me rappelle la blague de Poutine « négocier avec Obama, c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon »…

      sanctions, sanctions, sanctions, pour entendre toujours la même offre, ça finit par devenir lassant… finalement, Poutine aurait plutôt dû faire la blague avec un perroquet !

        +0

      Alerter
  • vu de sirius // 08.09.2014 à 22h18

    Ils veulent « sanctionner » la Russie, en attendant de la « saucissonner », tant ils sont nostalgiques des années Eltsine…

      +0

    Alerter
  • Sibtigr // 09.09.2014 à 00h55

    Bonsoir,
    Je pencherais plutôt d’une courte tête pour l’interprétation de Jérôme.
    En effet à mon avis la clef de ce qui se passe en Ukraine est en Syrie avec l’EIIL. Les USA sont nettement intéressés à obtenir sinon le soutien des russes, du moins qu’ils ne se mêlent pas de leurs projets de bombardements et ne les fassent pas capoter – comme l’année dernière grâce à Poutine (!)

    La Russie détient là une carte majeure pour exercer un bras de levier dans l’affaire de l’Ukraine.
    La Russie ne doit surtout RIEN lâcher en Syrie sans avoir obtenu des ACTES du côté de l’Otan en Ukraine, et non pas de simples paroles ou accords dont on sait que les américains ne les respecteront pas.

    D’ici fin septembre on y verra plus clair car les manoeuvres de l’OTAN en Ukraine (qui n’en est pas membre de l’OTan c’est qd même dingue!!) seront passées et celles de la Russie également. En effet il semble qu’en Altai, dans le cadre de son exercice de riposte préventive de frappes étrangères, la Russie puisse procéder à un mini essai nucléaire qui devrait bien faire réfléchir du côté des américains.

    L’ambassadeur de Russie en France Orlov a été très clair dans l’émission de BFM face à S.July & Namias : il leur a dit en substance : « dites bien à vos copains américains que s’ils continuent de jouer aux jeux idiots des va t’en guerre, ils en auront bien une, que celle-ci sera forcément nucléaire, et que les américains, qui jusqu’à présent ont été épargnés sur leur sol, cette fois-ci en recevront aussi sur la g… ». Voilà qui devrait les faire sérieusement réfléchir.

    ça doit négocier sec dans les coulisses au sujet de la Syrie. Dont personne ne parle nulle part. Sous cet angle, l’affaire un Ukraine visait à affaiblir la Russie dans sa position au Moyen Orient car ce qui intéresse vraiment les néocons américains c’est bine évidémment la sécurité d’Israël sur son flan est.

    Ce qui me fait aussi dire ça c’est que les observateurs de l’OSCE sont étonnament « pacifistes » dans leur surveillance de la frontière Russie-Ukraine. Il y aurait donc un double langage : l’OTAN en surface, qui gueule, l’OSCE en dessous qui relativise en calmant par ses observations.

    Malheureusement, le peuple ukrainien est pris entre ces feux et subit le martyr et l’agression américaine est avérée.
    Bref tout est com’ d’hab, c’est l’agressé qui est accusé d’être l’agresseur et tant pis pour les dommages collatéraux.

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 09.09.2014 à 02h05

      Euh , je vois assez mal Poutine aller faire la guerre à l’ EI en Irak, pour les américains qui ne veulent pas envoyer de troupes US, et que les yankees en profitent pour s’installer en Ukraine ou dans les pays baltes, ou bien aller mettre le bronx à Stalingrad, ou que kiev essaye de reprendre la Crimée.

      D ‘autant plus que l’ EI menace Poutine en Tchétchénie et ailleurs.

      Au mieux Poutine aidera Bashar à sortir l’ EI de Syrie, où les américains ne sont pas les bienvenus.

      Le Drian a dit ce soir qu’il fallait intervenir en Lybie.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications