Les Crises Les Crises
7.septembre.20147.9.2014 // Les Crises

Les anciens du renseignement US à Merkel : “Nous ne voyons aucune preuve crédible d’une invasion russe” (+ Câble confidentiel de 2008 “Niet, c’est Niet”)

Merci 5
J'envoie

Le groupe VIPS d’anciens du renseignement américain, que nous avons déjà accueillis pour leurs propos sur l’Irak, la Syrie, l’Ukraine et le MH-17, mettent cette fois en garde directement Merkel (RIP François Hollande)

Alarmés par l’hystérie anti-russe qui s’est emparée de Washington – et par le spectre d’une nouvelle guerre froide – d’anciens membres des services de renseignement américains ont pris l’initiative inhabituelle d’envoyer ce 30 août à la chancelière allemande Merkel une note qui remet en cause la fiabilité des médias ukrainiens et américains concernant une « invasion » russe.

MEMORANDUM POUR : Angela Merkel, chancelière d’Allemagne

DE: Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS – Les vétérans du renseignement pour un comportement sensé)
OBJET : Ukraine et OTAN

Nous soussignés sommes des vétérans chevronnés du renseignement américain. Nous faisons la démarche inhabituelle de vous écrire cette lettre ouverte pour nous assurer que vous êtes bien au fait de notre point de vue avant le sommet de l’OTAN les 4 et 5 septembre.

Vous devez savoir notamment que les accusations d’une « invasion » russe majeure de l’Ukraine ne reposent pas sur des renseignements fiables. En fait, ces « renseignements » semblent être aussi douteux et « arrangés » à des fins politiques que ceux utilisés il y a douze ans pour « justifier » l’attaque menée par les États-Unis contre l’Irak.

Nous n’avons pas vu de preuve crédible d’armes de destruction massive en Irak à l’époque ; nous ne voyons aucune preuve crédible d’une invasion russe aujourd’hui.

Il y a douze ans, l’ancien chancelier Gerhard Schröder, conscient de la fragilité des preuves de l’existence d’Armes de Destruction Massive en Irak, a refusé de se joindre à l’attaque contre l’Irak. À notre avis, vous devriez considérer avec un grand scepticisme les accusations lancées par le Département d’État américain et par des officiels de l’OTAN, selon lesquels la Russie a entrepris d’envahir l’Ukraine.

Le président Barack Obama a tenté le 29 août de calmer la rhétorique de ses propres diplomates et des médias grand public, lorsqu’il a publiquement décrit l’activité récente en Ukraine comme « une continuation de ce qui a lieu depuis des mois maintenant…ce n’est pas vraiment un changement ».

Obama, cependant, n’a qu’un contrôle limité sur les décideurs politiques de son administration – qui, malheureusement, manquent beaucoup de sens de l’histoire, connaissent peu de choses de la guerre, et font des invectives anti-russes une politique. Il y a un an, des officiels va-t-en-guerre du Département d’Etat et leurs amis dans les médias ont failli obtenir d’Obama qu’il déclenche une attaque majeure contre la Syrie, fondée une fois de plus sur des « renseignements » pour le moins douteux.

Principalement à cause de la place de plus en plus grande faite à des renseignements que nous croyons erronés, et de la confiance qui leur est apparemment accordée, nous pensons que la possibilité que les hostilités dépassent les frontières de l’Ukraine a augmenté ces derniers jours de façon considérable. Plus important encore, nous pensons que cette éventualité peut être évitée, mais cela dépendra du degré de scepticisme judicieux dont vous et les autres dirigeants européens ferez preuve au sommet de l’OTAN la semaine prochaine.

L’expérience du mensonge

Nous espérons que vos conseillers vous ont rappelé le bilan pour le moins suspect du Secrétaire Général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, en matière de crédibilité. Il nous apparaît que c’est Washington qui continue à préparer les plans des discours de Rasmussen. C’était tout à fait clair à la veille de l’invasion de l’Irak menée par les Etats-Unis, quand, en tant que Premier ministre danois, il a dit à son Parlement : « L’Irak a des armes de destruction massive. Ce n’est pas quelque chose que nous croyons seulement. Nous le savons. »

Des photos peuvent valoir mille mots ; elles peuvent tromper aussi. Nous possédons une expérience considérable dans la collecte, l’analyse et le signalement de toutes sortes d’imageries (satellitaire ou autre), ainsi que dans d’autres types de renseignements. Il suffit de dire que les images publiées par l’OTAN le 28 août ne constituent qu’une base très faible pour accuser la Russie d’envahir l’Ukraine. Il est triste de constater qu’ elles ressemblent beaucoup aux images montrées par Colin Powell à l’ONU le 5 février 2003, qui, de la même façon, ne prouvaient rien du tout.

Le jour même, nous avions averti le président Bush que nos anciens collègues analystes étaient « de plus en plus affligés par la politisation du renseignement » et nous lui avions dit catégoriquement que « la présentation de Powell était très loin » de justifier la guerre. Nous avions recommandé avec insistance que M. Bush « élargisse la discussion […] au-delà du cercle de ces conseillers ouvertement favorables à une guerre qu’aucune raison n’imposait à nos yeux, et dont nous pensions que les conséquences imprévues auraient toutes les chances d’être catastrophiques ».

Regardez l’Irak aujourd’hui. Pire que catastrophique.

Bien que le président Vladimir Poutine ait jusqu’à maintenant fait montre d’une réserve considérable sur le conflit en Ukraine, il nous incombe de nous souvenir que la Russie, elle aussi, peut « choquer et stupéfier » [“shock and awe.”] . À notre avis, s’il y a la moindre chance pour que ce genre de choses puisse se produire en Europe à cause de l’Ukraine, des dirigeants sensés doivent y réfléchir avec la plus grande prudence. Si les photos que l’OTAN et les États-Unis ont publiées représentent les meilleures « preuves » disponibles d’une invasion de la Russie, nous pensons de plus en plus qu’un effort majeur est en cours pour conforter des arguments destinés à faire approuver par le Sommet de l’OTAN des actions dont il est sûr qu’elles seront considérées comme provocatrices par la Russie. Caveat emptor [« Que l’acheteur soit vigilant »] est une expression qui vous est sans doute familière. Ajoutons simplement qu’on devrait être très prudent sur ce que M. Rasmussen ou même le Secrétaire d’Etat John Kerry colportent.

Nous sommes sûrs que vos conseillers vous tiennent régulièrement informée sur la crise ukrainienne depuis début 2014, et sur le fait que l’éventualité d’une entrée de l’Ukraine dans l’OTAN serait inacceptable pour le Kremlin. Selon un câble du 1er février 2008 de l’ambassade des États-Unis à Moscou (publié par WikiLeaks), adressé à la Secrétaire d’État Condoleeza Rice, l’ambassadeur des États-Unis William Burns a été appelé par Sergey Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, qui lui a signifié l’opposition ferme de la Russie à l’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN.

Lavrov a mis ostensiblement en avant ses « craintes que cette question puisse potentiellement diviser le pays en deux, menant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, ce qui forcerait la Russie à décider si elle doit intervenir ». Burns a donné un titre surprenant à son câble, « NIET C’EST NIET : LES LIGNES ROUGES RUSSES SUR L’EXPANSION DE L’OTAN », et l’a envoyé à Washington en priorité IMMÉDIATE. Deux mois plus tard, lors de leur sommet à Bucarest, les dirigeants de l’OTAN ont publié une déclaration officielle selon laquelle « la Géorgie et l’Ukraine feront partie de l’OTAN ».
Le 29 août, le Premier ministre ukrainien Arseny Iatseniouk a prétendu sur sa page Facebook qu’avec l’approbation du Parlement qu’il avait requise, le chemin vers une entrée dans l’OTAN est ouvert.

Iatsenyuk était, bien sûr le premier choix de Washington pour devenir Premier ministre après le coup d’Etat du 22 février à Kiev.

« Yats est le bon », a dit la secrétaire d’Etat adjointe Victoria Nuland quelques semaines avant le coup d’Etat, dans une conversation téléphonique interceptée avec l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt. Pour mémoire, il s’agit de la même conversation au cours de laquelle Nuland a dit: « Fuck the EU » [que l’Union Européenne aille se faire foutre].

Timing de « l’invasion » russe

Selon la version conventionnelle promue par Kiev il y a encore quelques semaines, les forces ukrainiennes avaient le dessus dans le combat contre les fédéralistes anti-putschistes dans le Sud-Est de l’Ukraine, dans ce qui était en grande partie présenté comme une opération de nettoyage. Mais cette image de l’offensive provenait presque exclusivement de sources officielles gouvernementales de Kiev. Il y avait très peu de rapports en provenance du terrain, dans le Sud-Est de l’Ukraine. Il y en a tout de même eu un qui citait le président ukrainien Petro Poroshenko, et qui soulevait des doutes sur la fiabilité de la représentation faite par le gouvernement.

D’après le « service de presse du président d’Ukraine », le 18 août, Poroshenko a appelé à un « regroupement d’unités militaires impliquées dans le coup de force dans l’Est du pays. […] Aujourd’hui nous devons réorganiser les forces qui défendront notre territoire et la poursuite de nos offensives armées a dit Poroshenko, ajoutant : « Nous devons envisager une nouvelle opération militaire au vu des nouvelles circonstances. »

Si les « nouvelles circonstances » signifiaient le succès des progressions des forces du gouvernement ukrainien, pourquoi serait-il nécessaire de se « regrouper », de « réorganiser » les forces ? Presque au même moment, des sources sur le terrain ont commencé à rapporter une série d’attaques menées avec succès par les fédéralistes anti-putschistes contre les forces du gouvernement. D’après ces sources, c’était l’armée gouvernementale qui commençait à subir de lourdes pertes et à perdre du terrain, en grande partie à cause de son incompétence et d’un commandement défaillant.

Dix jours plus tard, alors qu’ils se faisaient encercler et/ou qu’ils avaient battu en retraite, une excuse toute faite pour l’expliquer était trouvée dans « l’invasion russe ». C’est à ce moment précis que des photos floues ont été publiées par l’OTAN, et que des reporters comme Michael Gordon du New York Times ont eu le champ libre pour répandre la nouvelle suivante : « les Russes arrivent ». (Michael Gordon a été l’un des propagandistes les plus extrêmes de la guerre en Irak.)

Pas d’invasion – Mais beaucoup d’autres soutiens russes

Les fédéralistes anti-putschistes dans le Sud-Est de l’Ukraine bénéficient d’un soutien local considérable, en partie à cause des frappes d’artillerie du gouvernement sur des centres urbains importants. Et nous pensons que le soutien russe passe probablement la frontière et inclut, de façon significative, un excellent service de renseignements de terrain. Mais à ce point de la situation, il est loin d’être évident que ce soutien inclut des chars et de l’artillerie, principalement parce que les fédéralistes, mieux dirigés, ont été victorieux, de façon étonnante, quand il s’est agi d’acculer les forces du gouvernement.

En même temps, il y a peu de doutes sur le fait que, quand et si les fédéralistes en auront besoin, les chars russes arriveront.

C’est précisément pour cette raison que la situation exige un effort concerté pour un cessez-le-feu que, comme vous le savez, Kiev n’a jusqu’à présent fait que retarder. Que peut-on faire à ce point ? À notre avis, il faut dire franchement à Porochenko et Iatseniouk que l’adhésion à l’OTAN est hors de question – et que l’OTAN n’a pas l’intention de mener une guerre par procuration contre la Russie – et sûrement pas en soutien de l’armée ukrainienne en lambeaux. Il faut dire la même chose aux autres membres de l’OTAN.

Pour le groupe de pilotage, Veteran Intelligence Professionals for Sanity
William Binney, ancien directeur technique, analyste pour la géopolitique mondiale et les questions miliaires, NSA ; co-fondateur du SIGINT centre de recherche sur l’automatisation (ret.)
Larry Johnson, CIA & Département d’Etat (ret.)
David MacMichael, National Intelligence Council (ret.)
Ray McGovern, ancien officier de l’US Army d’infanterie/renseignement & analyste à la CIA (ret.)
Elizabeth Murray, officier adjoint pour le renseignement national pour le Moyen-Orient (ret.)
Todd E. Pierce, major, juge-avocat, US Army (ret.)
Coleen Rowley, Division Counsel & agent spécial, FBI (ret.)
Ann Wright, colonel, US Army (ret.); officier affaires étrangères (a démissionné)

Source : consortiumnews.com, 01/09/2014 ; traduction par les lecteurs du site www.les-crises.fr (à diffuser dans modération…).


Je vous propose aussi la traduction du saisissant câble confidentiel Wikileaks du 1er février 2008 de l’ambassadeur américain en Ukraine, évoqué par les VIPS :

CONFIDENTIEL MOSCOU 000265, 01/02/2008

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 01/30/2018

TAGS: PREL NATO UP RS
SUJET : NIET C’EST NIET: LES LIGNES ROUGES DE LA RUSSIE SUR L’EXPANSION DE L’OTAN
REF: A. MOSCOU 147
¶B. MOSCOU 182

Confidentiel par : ambassadeur William J. Burns. Reasons 1.4 (b) and (d).

1. (C) Sommaire. Après une première réaction tempérée vis-à-vis de la volonté ukrainienne d’entrer dans le Plan d’action pour l’Adhésion à l’OTAN (MAP) au sommet de Bucarest (ref A), le ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov et d’autres officiels de haut rang ont réitéré leur forte opposition, insistant sur le fait que la Russie verrait une expansion plus à l’est comme une menace militaire potentielle. L’expansion de l’OTAN, en particulier à l’Ukraine, reste un problème “émotionnel et névralgique” pour la Russie, mais des considérations de politique stratégique sous-tendent aussi une forte opposition à l’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie. En Ukraine, ces considérations comprennent des craintes que cette question puisse potentiellement diviser le pays en deux, menant à la violence ou même, selon certains, à une guerre civile, ce qui forcerait la Russie à décider si elle doit intervenir. De plus, le gouvernement russe et certains experts continuent à soutenir que l’adhésion ukrainienne à l’OTAN aurait un impact majeur sur l’industrie de défense russe, sur les liens familiaux russo-ukrainiens et sur les relations bilatérales générales. En Géorgie, le gouvernement russe craint une instabilité prolongée et des “actes de provocation” dans les régions séparatistes. Fin du sommaire

Ministère des affaires étrangères : élargissement de l’OTAN “menace militaire potentielle pour la Russie”
———————————————————–

2. (U) Lors de son compte-rendu annuel sur la politique étrangère russe, les 22 et 23 Janvier (ref B), le ministre des Affaires étrangères russe Lavrov a souligné que la Russie devait considérer l‘expansion de l’OTAN vers l’est, particulièrement vers l’Ukraine et la Géorgie, comme une menace militaire potentielle. Bien que la Russie puisse croire les déclarations de l’Occident selon lesquelles l’OTAN ne serait pas dirigé contre la Russie, si l’on observe les récentes manoeuvres militaires dans des pays membres de l’OTAN (mise en place de bases d’opérations américaines avancées, etc), on constate que celles-ci doivent être évaluées non à travers les intentions officielles proclamées, mais bien à travers leur potentiel. Lavrov a souligné que le maintien de la “sphère d’influence” de la Russie dans son voisinage était anachronique, et a reconnu que les Etats-Unis et l’Europe avaient des “intérêts légitimes” dans la région. Cependant, il a fait remarquer que malgré la liberté des pays à prendre leurs propres décisions en matière de sécurité et à rejoindre les organisations politico-militaires qu’ils souhaitent, ceux-ci devaient garder à l’esprit l’impact sur les pays voisins.

3. (U) Lavrov a insisté sur le fait que la Russie était convaincue que l’expansion n’était pas fondée sur des raisons de sécurité, mais sur un héritage de la Guerre Froide. Il a contesté l’argument selon lequel l’OTAN est un mécanisme approprié pour aider à renforcer des gouvernements démocratiques. Selon ses propos, la Russie a compris que l’OTAN se cherche une nouvelle mission, mais qu’il y a une tendance croissante chez les nouveaux membres de faire et dire n’importe quoi, du fait même de la protection que leur accorde l’OTAN (par exemple : les tentatives des nouveaux pays membres de “réécrire l’histoire et de glorifier les fascistes“).

4. (U) Durant une conférence de presse du 22 janvier en réponse à une question portant sur la demande de l’Ukraine à faire partie du Plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN (MAP), le ministre des Affaires étrangères a répondu : “une nouvelle expansion radicale de l’OTAN pourrait apporter une modification politico-militaire sérieuse, qui affectera inévitablement les intérêts de la sécurité de la Russie”. Le porte-parole a continué en soulignant que la Russie était liée à l’Ukraine par des obligations bilatérales établies par le Traité d’Amitié Coopération et Partenariat, signé en 1997, où les deux parties s’engagent à “se retenir de participer ou de soutenir des actions capables de nuire à la sécurité de l’autre partie”. Le porte-parole a noté que “l’intégration probable de L’Ukraine dans l’OTAN compliquerait sérieusement les multiples aspects des relations russo-ukrainiennes”, et que la Russie “devrait prendre des mesures appropriées”. Il a ajouté : “on a l’impression que les dirigeants ukrainiens actuels voient généralement le rapprochement avec l’OTAN comme une alternative à de bons liens de voisinage avec la fédération de Russie”.

Opposition Russe névralgique et concrète
—————————————–

5. (C) Les aspirations à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie non seulement heurtent la sensibilité de la Russie, mais engendrent également de sérieuses inquiétudes sur les conséquences pour la stabilité dans la région. Non seulement la Russie perçoit son encerclement et les efforts menés pour saper son influence dans la région, mais elle craint aussi des conséquences imprévisibles et incontrôlables qui affecteraient sérieusement ses intérêts en matière de sécurité.

Les experts nous disent que la Russie est particulièrement inquiète sur les fortes divisions en Ukraine quant à l’adhésion à l’OTAN. Une majorité de la communauté russe ethnique étant opposée à cette adhésion, elles pourraient provoquer une scission entraînant des violences, voire au pire, une guerre civile .

Dans cette éventualité, la Russie devrait décider si elle doit intervenir ; une décision à laquelle elle ne souhaite pas être confrontée.

6. (C) Dmitri Trenine, Directeur Adjoint du Carnegie Moscow Center, a exprimé sa préoccupation sur le fait que l’Ukraine soit, à long terme, le facteur potentiellement le plus déstabilisant dans les relations américano-russes, étant donné le degré d’émotion et de malaise provoqué par son souhait d’adhésion à l’OTAN. La lettre demandant de prendre en considération sa candidature pour le Plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN a été une “mauvaise surprise” pour les officiels russes, qui pensaient que les aspirations à l’OTAN de l’Ukraine étaient en veilleuse. Avec cette lettre ouverte, le sujet s’est “ravivé”. Parce que l’adhésion à l’OTAN demeurait une source de discorde dans la politique intérieure ukrainienne, elle a créé une ouverture pour une intervention russe. Trenine s’est dit inquiet, parce que certains éléments de l’élite russe seraient ainsi encouragés à intervenir dans cette affaire et à stimuler le soutien des États-Unis à des forces politiques antagonistes, laissant ainsi les États-Unis et la Russie dans une posture de confrontation classique. L’ironie de cette situation, a déclaré Trenine, c’est que l’adhésion de l’Ukraine affaiblirait l’OTAN, mais ni l’opinion publique, ni l’élite russe ne sont prêts à accepter cet argument. Le virage progressif de l’Ukraine vers l’Ouest était une chose, son statut préventif d’allié militaire en droit des États-Unis en était une autre. Trenine a fermement mis en garde : il ne faudrait pas laisser une lutte interne pour le pouvoir en Ukraine, où le MAP n’est qu’un outil de politiques internes, compliquer encore plus les relations actuelles entre les États-Unis et la Russie.

7. (C) Une autre question qui entraîne l’opposition russe à l’adhésion ukrainienne est l’importante coopération des deux pays dans le domaine de l’industrie de la défense, y compris nombre d’usines dans lesquelles des armes russes sont fabriquées. Alors que des efforts sont en cours pour fermer ou déménager la plupart de ces usines en Russie, et de relocaliser la flotte de la mer Noire de Sébastopol à Novorossiysk avant la date butoir de 2017, le gouvernement a clairement établi que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN exigerait que la Russie apporte d’importantes (et coûteuses) modifications à sa coopération dans l’industrie de la défense.

8. (C) De même, le gouvernement russe et les experts notent qu’il y aurait aussi un impact significatif sur les relations russo-ukrainiennes dans l’économie et l’emploi, et notamment un effet sur des milliers d’Ukrainiens vivant et travaillant en Russie et vice versa, du fait de la nécessité d’imposer un nouveau régime de visas. Selon Aleksandr Konovalov, directeur de l’institut d’évaluation stratégique, cela deviendrait un bouillon de culture de colère et de rancune parmi les populations locales.

9. (C) En ce qui concerne la Géorgie, la plupart des experts ont dit que, bien que son statut ne soit pas aussi névralgique pour la Russie que l’Ukraine, le gouvernement russe jugeait la situation là-bas trop instable pour résister aux divisions qu’une adhésion à l’OTAN pourrait entraîner. Selon Aleksey Arbatov, directeur adjoint du Carnegie Moscow Center, les aspirations à l”OTAN de la Géorgie ne seraient qu’une façon de résoudre ses problèmes en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Il a averti que la Russie serait mise dans une situation difficile si cela en résultait.

Réponse de la Russie
—————–
10. (C) Le gouvernement russe a clairement indiqué qu’il devrait “sérieusement réévaluer” l’intégralité de ses relations avec l’Ukraine et la Géorgie dans le cas où l’OTAN les inviterait à adhérer. Cela pourrait avoir des impacts majeurs sur l’engagement en matière énergétique, économique et politico-militaire, avec des répercussions possibles partout dans la région, jusqu’à l’Europe Centrale et Occidentale. La Russie réviserait aussi probablement ses propres relations avec l’Alliance et ses activités dans le Conseil OTAN-Russie, et envisagerait des mesures supplémentaires dans le contrôle de l’armement, comme la possibilité d’un retrait complet des traités CFE [Traité sur les forces conventionnelles en Europe] et INF [Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire], ainsi que des menaces plus directes contre les systèmes américains de défense antimissile.

11. (C) Isabelle François, directrice du bureau d’information de l’OTAN à Moscou, a dit qu’elle croyait que la Russie avait accepté que l’Ukraine et la Géorgie finissent par adhérer à l’OTAN et qu’elle était s’engagée dans un plan à long terme pour reconfigurer ses relations avec les deux pays et avec l’Alliance. Cependant, la Russie n’était pas encore prête à faire face aux conséquences d’une expansion de l’OTAN vers son côté sud. Elle a ajouté que même si la Russie appréciait la coopération avec l’OTAN au sein du conseil OTAN-Russie, la Russie éprouverait la nécessité d’insister sur une refonte de la relation OTAN-Russie, voire d’un retrait complet du conseil OTAN-Russie dans le cas où l’Ukraine et la Géorgie adhèreraient à l’OTAN.

Commentaire
——-
12. (C)
L’opposition de la Russie à une adhésion de l’Ukraine à l’Otan est à la fois d’ordre affectif et fondée sur leur perception des intérêts stratégiques de la Russie dans la région. Le fait de dépeindre les USA et l’OTAN comme des adversaires de la Russie est également un atout politique, la main tendue de l’OTAN à l’Ukraine et à la Géorgie servant à rallier les nationalistes russes. L’opposition russe à l’expansion de l’OTAN, au milieu des années 90, était déjà forte. Aujourd’hui, la Russie se sent capable de répondre plus fermement à ce qu’elle perçoit comme des actions contraires à ses intérêts nationaux.

Source : Wikileaks

52 réactions et commentaires

  • vérité2014 // 07.09.2014 à 05h20

    osce partie 2:cessez le feu (accord)

    Upon consideration and discussion of the proposals put forward by the participants of the consultations in Minsk on September 1, 2014, the Trilateral Contact Group, consisting of the representatives of Ukraine, the Russian Federation and the Organization for Security and Co-operation in Europe [OSCE], reached an understanding with respect to the need to implement the following steps:

    Ensure the immediate bilateral cessation of the use of weapons.
    Ensure monitoring and verification by the OSCE of the regime of non-use of weapons.
    Implement decentralization of power, including by means of enacting the Law of Ukraine “With respect to the temporary status of local self-government in certain areas of the Donetsk and the Lugansk regions” (Law on Special Status).
    Ensure permanent monitoring on the Ukrainian-Russian state border and verification by the OSCE, together with the creation of a security area in the border regions of Ukraine and the Russian Federation.
    Immediately release all hostages and unlawfully detained persons.
    Enact a law prohibiting the prosecution and punishment of persons in connection with the events that took place in certain areas of the Donetsk and the Lugansk regions of Ukraine.
    Conduct an inclusive national dialogue.
    Adopt measures aimed at improving the humanitarian situation in Donbass.
    Ensure the holding of early local elections in accordance with the Law of Ukraine “With respect to the temporary status of local self-government in certain areas of the Donetsk and the Lugansk regions” (Law on Special Status).
    Remove unlawful military formations, military hardware, as well as militants and mercenaries from the territory of Ukraine.
    Adopt a program for the economic revival of Donbass and the recovery of economic activity in the region.
    Provide personal security guarantees for the participants of the consultations.

    Participants of the Trilateral Contact Group:

    Ambassador Heidi Talyavini (signed)
    Second President of Ukraine, L.D. Kuchma (signed)
    Ambassador of the Russian Federation in Ukraine, M.Y. Zurabov (signed)
    A.V. Zakharchenko (signed)
    I.V. Plotnitskiy (signed)

      +0

    Alerter
    • millesime // 07.09.2014 à 10h57

      et les ukrainiens du Donbass qu’en pensent-ils ?

        +0

      Alerter
    • Jeanne L. // 07.09.2014 à 11h36

      ” certain areas of the Donetsk and the Lugansk regions” (Law on Special Status).”
      Je remarque qu’il n’est dans ce texte en anglais ni question du Donbass, nimême des “oblast” entiers de Donetzk et Lougansk, ni a fortiori de République populaire de Lougansk et de République populaire de Donetzk, que Zacharchenko premier ministre de la République populaire n’est désigné par aucun titre, ni Plotnitsky Président du Conseil suprème de la République de Lougansk.
      Il faudrait aller voir sur le texte Russe, je vais essayer de le trouver.

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 07.09.2014 à 06h44
  • perceval78 // 07.09.2014 à 07h14

    Ray Mc Govern n’est pas n’importe qui , il passe sur des télés système (si si)
    cf sa fiche wikipedia
    =
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ray_McGovern
    =
    la liste des appels du VIPS (Veteran Intelligence Professionals for Sanity)
    =
    http://warisacrime.org/vips
    =
    CNN : affaire assange
    0min20s Eric Holder celui qui a donné 10milliards d’amendes à la BNP
    0min37s Ray Mc Govern
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=kVxkzRv-Zew
    =
    MSNBC : au sujet du directeur de la CIA Georges Tenet 0min45s
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=N07CzHrr-zw
    =
    RT 03 09: les membre de l’OTAN sont trop serviles vis à vis des USA Niet is Niet
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=4rlpYnBF_8k
    =

      +0

    Alerter
    • perceval78 // 07.09.2014 à 09h59

      en parlant d’Eric Holder (10 milliards BNP) il est extremement rassurant de voir que la Justice ne poursuivra pas un journaliste du NYTImes qui avait récupéré des infos avec un ancien de la CIA.

      Les USA sont une vraie démocratie (Todd a raison)
      =
      POLITICO ?@politico Sep 5
      Eric Holder reaffirmed that @TheJusticeDept will not seek to jail New York Times reporter James Risen http://politi.co/1pTMXzd
      =
      http://www.politico.com/blogs/under-the-radar/2014/09/holder-no-jail-for-risen-194905.html?hp=r9
      Attorney General Eric Holder reaffirmed Thursday that the Justice Department will not seek to jail New York Times reporter James Risen in connection with a criminal case charging a former CIA officer with leaking national security secrets to the journalist.
      =

        +0

      Alerter
      • Nicolas Anton // 07.09.2014 à 11h45

        Oui c’est ça le boulot de Todd, tenter de nous faire avaler que ça n’est pas les USA notre futur ennemi mais plutôt l’Allemagne. Et qu’en plus c’est une “vrêêê” démocratie. Snowden en sait quelque chose. Il est allé se planquer en Russie mais il a tout faux. Le pays des 1% va vouloir sauver son dollar et pour ça ils vont devenir très dangereux.

        Et je reste persuader que la France détient (enfin) une carte maitresse pour stopper tout cela.

          +0

        Alerter
        • perceval78 // 07.09.2014 à 12h22

          quand tu dis carte maitres tu penses à sortie de l’OTAN @nicolas ?

            +0

          Alerter
        • Davaosmile // 07.09.2014 à 20h11

          Je suis très curieux de connaitre cette carte maitresse : pourriez-vous préciser votre pensée ?
          Si vous attendez que la France quitte l’OTAN, il faudra attendre que l’UMPS sombre.
          On en est pas encore là.

            +0

          Alerter
      • Alae // 07.09.2014 à 13h25

        “Les USA sont une vraie démocratie (Todd a raison)”

        Ce n’est pas l’avis des journalistes américains, qui sont de plus en plus alarmés par les muselières qu’on tente de leur passer.
        Deux liens sur des médias grand public qu’on ne peut pas soupçonner de subversion ou de complotisme, le HuffPo et le Spiegel :
        http://www.huffingtonpost.com/peter-van-buren/silencing-whistleblowers_b_4895847.html
        http://www.spiegel.de/international/world/obama-wages-war-on-whistleblowers-and-journalists-a-912852.html

          +0

        Alerter
      • Arno // 07.09.2014 à 14h32

        Va falloir combien de temps pour que tout un chacun comprenne que la démocratie n’existe pas dans les pays occidentaux ?
        La démocratie ce n’est pas qu’on puisse donner son avis publiquement (enfin un avis pas trop contraire au système, hein), ni même qu’on soit appelé périodiquement à voter pour transmettre sa part de pouvoir à des professionnels de la politique.
        La démocratie s’arrête quand le peuple vote, au moment où il abandonne son propre pouvoir à des politiciens, sans aucune possibilité de contrôle et de sanction en cas d’escroquerie.

          +0

        Alerter
        • C Balogh // 07.09.2014 à 15h13

          et oui, les politiques ne sont pas les pôles-éthiques.

            +0

          Alerter
    • sadsam // 07.09.2014 à 14h21

      @Merci pour toutes les infos, Perceval,

      Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Ray Mc Govern, il y a plusieurs articles de lui en archives sur le site unz.com.Très intéressants.

      Il me semble comprendre que si l’ancienne “guerre froide” est restée froide justement, c’est que les analystes des deux côtés, et les politiques qui se fiaient à leurs analyses, connaissaient, respectaient et quelque part aimaient l’adversaire.
      Cela se sentait encore un peu dans les premiers romans de John Le Carré.

      Maintenant beaucoup de “spécialistes” répètent comme des perroquets ce que disent les “think tanks”.

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 07.09.2014 à 20h33

        je crois qu il y a autre chose dont on ne parle pas @sadsam , c est qu on à changé de monde, c est là thèse devellope par michel serres dans son livre petite poucette .on à changé de monde,la mutation est profonde.le nouveau monde est plus rapide,plus virtuel, avant on avait :

        des vrais pros comme mc govern
        des gens qui avait des règles

        aujourd’ hui

        les mensonges se voient plus vite
        l inculture est profonde
        les réseaux transnationaux sont puissants

          +0

        Alerter
        • sadsam // 07.09.2014 à 23h18

          @Merci Perceval pour votre réponse lapidaire et complète.
          Il va me falloir qlq jours pour bien assimiler. Mais je vais la partager avec qlq personnes aux cerveaux formatés soit au XXème siècle, soit au XXIème siècle.
          Je n’ai toujours rien lu de Michel Serres mais j’entends souvent son nom cité par des personnes plus cultivées que moi.

            +0

          Alerter
        • C Balogh // 08.09.2014 à 06h09

          et puis il y a ça:
          Alors qu’il y a de moins en moins de travail, un néocon se réjouit de la nouvelle que 85 des plus riches possèdent pareil que 3,5 milliards de personnes, ça en dit long sur leur mentalité de parvenus.

          https://www.youtube.com/watch?v=x3nlc-NbzAo&feature=youtu.be

            +0

          Alerter
  • Aris // 07.09.2014 à 09h30

    les VIPS ne se donnent même pas peine d’envoyer une copie de cette lettre au Président français… C’est dire le poids diplomatique dérisoire de la France aujourd’hui!
    Il y a pas mal de hauts fonctionnaires qui doivent ronger leur frein à l’image de pas mal de français.

      +0

    Alerter
    • Arno // 07.09.2014 à 14h34

      Quand vous écrivez au directeur d’une association ou d’une entreprise, vous n’envoyez pas une copie à ses subalternes, ça serait limite vexant pour ce directeur (ici une directrice).

        +0

      Alerter
  • NiFuNiFa // 07.09.2014 à 10h45

    Ma préférée ça reste quand même celle-là (point 5, fin du 1er paragraphe) :
    “la Russie perçoit son encerclement et les efforts menés pour saper son influence dans la région”

    Sans blaaaague ! Mais non non non, c’est la Russie qui est expansionniste puisqu’on vous le dis, en aucun cas l’OTAN !

    Fin de l’article précédent : “L’Europe centrale se démarque ainsi d’autres alliés de l’Otan comme la Pologne et surtout les États baltes, qui s’inquiètent d’être en première ligne face à l’expansionnisme russe.”

      +0

    Alerter
    • perceval78 // 07.09.2014 à 11h49

      je ne comprend pas bien le pint 5, car Arnaud Danjean (ecfr) se plaignait il y a quelque jours d’une purge Anti Occidentale en georgie
      =
      Arnaud Danjean ‏@ArnaudDanjean Aug 31
      Dans @leJDD je rappelle qu’au-delà de la guerre en Ukraine, une vaste purge anti-occidentale est en cours en #Géorgie. Néo-soviétisme soft!
      =
      Alors qu’en fait de purge,c’est le premier ministre Georgien actuel qui nous que c’est la Georgie qui avait provoqué les incidents de 2008.
      =
      http://fr.ria.ru/world/20140808/202084433.html
      =
      Il n’est pas inintéressant de savoir que le conseiller de Saakachvili à l’époque
      est maintenant conseiller de Kiev
      =
      http://dfwatch.net/saakashvili-ideologue-to-be-adviser-for-new-ukraine-president-59129
      =
      Il est réputé être ultra liberal, même la presse ukrainienne (cia compatible le dit)
      =
      http://euromaidanpress.com/2014/07/09/kakha-bendukidze-its-impossible-to-distinguish-between-an-oligarch-and-a-businessman/
      =
      l’ECFR Polonais en a parlé
      =
      Followed by ECFR Warsaw and 15 others
      Agnieszka Filipiak ‏@AgFilipiak Jun 5

      Saakashvili: How to Save #Ukraine and Thwart Putin’s Plans http://www.politico.com/magazine/story/2014/06/how-to-save-ukraine-and-thwart-putins-plans-107382.html … I got lost, Bendukidze will be or not an adviser?
      =
      On en parle réemment elle a suivi par NED (Nationale Endowment for Democracy)
      =
      Followed by NED and 3 others
      Natka Chokoladka ‏@NatkaChokoladka Sep 5

      Les universités sont la propriété véritable des professeurs. Les enseignants lisent ces cours qui répondent à leurs besoins individuels

      Университеты находятся в фактической собственности профессуры. Преподаватели читают те курсы, которые считают нужными
      =
      http://fly-uni.org/content/kaha-bendukidze-diplomy-o-vysshem-obrazovanii-nikomu-ne-nuzhny#.VAmTQdH9oUQ.facebook
      =
      Le NED c’est des méchants cachés en Gentils
      =
      http://www.ned.org/
      =

        +0

      Alerter
    • NiFuNiFa // 07.09.2014 à 13h29

      La 1ère minute résume bien le bénéfice pour les USA !

      De toute façon, comme je le dis pour moi même, avec la formation de l’UE, pour les USA, c’est toujours plus facile d’ “entuber” 27 États chapeautés par une entité Supra-nationale que d’en “entuber” 27 séparément, c’est moins fatigant dans les deux sens du terme …

      Mais bon heureusement qu’on nous avait vendu l’UE, en 2005, comme un contre poids hein xD

        +0

      Alerter
    • GLEB // 07.09.2014 à 14h36

      Une petite chanson, écrite à mon avis sous “produit illicite”, mais dans le thème du jour
      https://www.youtube.com/watch?v=fxYeWzF82uY
      Ca date de 2008 .. aussi

        +0

      Alerter
      • Hellebora // 07.09.2014 à 14h56

        @ GLEB : merci pour cette Chanson du Dimanche absolument délectable ! ça fait du bien 🙂

          +0

        Alerter
        • sadsam // 07.09.2014 à 23h21

          @Gleb et Hellebora,

          Je confirme. Merci beaucoup pour cette chanson en ce sombre dimanche.
          Mais les frittes Mc Cain ont-elles vraiment à voir avec le tribun de Kiev ? Sur Wiki, l’on dit que c’est une entreprise canadienne.

            +0

          Alerter
  • Nerouiev // 07.09.2014 à 10h50

    Grand merci à O Berruyer et aux traducteurs de nous avoir informé sur ces écrits. On peut déjà constater que les USA ont les hommes pour faire de la réelle diplomatie. Il suffit de le vouloir. Mais les USA n’en veulent pas et Lavrov se trouve à parler dans le vide. Il y a donc évidemment une intention belliqueuse volontaire de la part des USA et des suiveurs européens. Le moteur ne peut être que l’obtention coûte que coûte du traité transatlantique, je ne vois pas d’autre raison pour une telle convergence. Comme d’habitude, l’économie mondiale se doit d’être américaine avant tout, l’Europe ne récoltant que les restes car j’ai rarement vu les USA partager.
    Ceci va bien sûr contre les intérêts russes de plus en plus implantés en Europe. Mais la façon dont ils s’y sont pris via l’Ukraine présente un danger énorme sans parler de la négation de toutes nos valeurs acquises lors des dernières guerres. Une victoire du putsch de Kiev c’est reconnaître une certaine légitimité au nazisme. Alors comment finalement dire non à des êtres comme Anders Behring Breivik en Norvège. On lui ouvre une voie royale.
    En définitive la France est devenue la pire des Nations au monde en matière de liberté de la presse. Aux textes présentés ici on peut y rajouter celui plus grand public de USA Today sous le titre Analysis: Ukraine cease-fire a victory for Putin :
    http://www.usatoday.com/story/news/world/2014/09/06/ukraine-cease-fire-risks-frozen-conflict/15191655/

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 07.09.2014 à 10h58

    La question de savoir si la Russie intervient au Donbass ou pas est à mon avis pas la bonne.
    Il y a d’autres réflexions à développer :
    1)- serait-il légitime pour la Russie d’intervenir au Donbass pour protéger les populations russophones menacées de génocide par une junte de nazis ayant pris le pouvoir suite à un putsch
    2)- serait-il légitime pour la France d’intervenir en Wallonie pour protéger les populations francophones menacées de génocide par une junte de nazis ayant pris le pouvoir suite à un putsch
    3)- que fait l’ONU? Pourquoi ce silence radio complet depuis le début des hostilités? Pourquoi ce refus de l’ONU d’enquêter sur le massacre d’Odessa?-
    4)- est-ce que les US ont voulu l’élection de Ban-Ki Moon parce qu’ils ont un “dossier” sur lui?
    5)- si, suite à des “sanctions” occidentales supplémentaires, la Russie décidait d’un moratoire de quelques mois sur l’exportation de pétrole, et qu’on se retrouvait avec un baril à 200$, ce serait la faute à Poutine, ou bien au crétins finis qui nous gouvernent?

      +0

    Alerter
    • Slavyanka // 09.09.2014 à 14h40

      A ce sujet , voici une nouvelle vidéo très efficace et convaincante : “Why America needs a major war in Europe?” (Pourquoi les États-Unis ont besoin d’une guerre majeure en Europe ?) en Russe et sous-titrée en Anglais mais de toute façon, les images sont très parlantes :
      https://www.youtube.com/watch?v=pNnsnPR_EiI&feature=share

        +0

      Alerter
  • Beaugrand // 07.09.2014 à 12h46

    Scooterman 1er apparaît de plus en plus dans sa triste réalité : à la remorque totale des faucons de l’état profond US et bien plus va-t’en guerre qu’Obama. Merci à Olivier Berruyer de relayer ce texte.

      +0

    Alerter
  • Nicolas // 07.09.2014 à 13h00

    @Alain Co : l’histoire du contrôleur espagnol semble bidon. Dans une interview en mai il disait avoir quitté l’Ukraine. http://robinwestenra.blogspot.it/2014/07/carlos-air-traffic-controller-in-kiev.html
    https://www.youtube.com/watch?v=PrFCqQvBzf4
    Pas impossible qu’il y ait des vrais infos là dedans (qu’il avait un contact vraiment sur place) puisqu’on a appris que les contrôleurs avaient vraiment demander à l’avion de baisser d’altitude… Faudrait se replonger là-dedans. Si ça vous tente, ya tous ses tweets dans le premier lien.
    Une chose certaines, c’est que l’enregistrement audio relâché dans les minutes (2 heures max) qui ont qui suivies la catastrophes est totalement bidon https://www.youtube.com/watch?v=T34AB6CImTE (Qu’est-ce qu’ils sont allé inventé un étudiant indonésien de l’université de Thompson sérieux?)
    Quand on la conscience tranquille on lance pas des accusations bidons contre d’autres, enfin il me semble.

      +0

    Alerter
  • chios // 07.09.2014 à 16h25

    aidons l’Otan!
    5$ pour un satellite de qualité…
    sans un bon satellite, le monde ne pourra voir l’armée russe sur le territoire de l’Ukraine
    https://twitter.com/Adam1Baum/status/508613688740159488

      +0

    Alerter
  • Thomas // 07.09.2014 à 16h34

    La France va armer les criminels de guerre ukrainiens :

    http://live.lesechos.fr/67/0203754883367.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-8

    QUELLE HONTE !

      +0

    Alerter
  • David D // 07.09.2014 à 17h33

    Les 12 points du cessez-le-feu sont publiés, peut-être deux autres points gardés secrets. Les occidentaux soutiennent les mouvements qui accusent Poutine de trahison.
    On peut être perplexe devant la tactique adoptée, mais on ne voit pas pourquoi Poutine laisserait tomber Lougansk et Donetsk.
    Evidemment, nos médias ne relèveront pas que la solution proposée par Poutine est bien en-dessous de l’impérialisme qu’on lui prête

      +0

    Alerter
  • vérité2014 // 07.09.2014 à 19h20

    Et la propagande à la Goebels continue via l’Agence France Kiev:

    Ukraine: Irina, pro-Kiev, torturée par les rebelles et tabassée par les habitants

    Les séparatistes prorusses l’ont d’abord torturée, puis l’ont exhibée en plein centre de leur bastion de Donetsk où des femmes lui ont donné des coups de pied, ont écrasé des tomates sur son visage. Le crime d’Irina ? Etre pro-Kiev.

    Irina Dovgan, une blonde svelte et souriante de 52 ans, raconte à l’AFP son calvaire de quatre jours qui a pris fin lorsque des journalistes étrangers l’ont aperçue à Donetsk, donnant à son histoire un retentissement international.

    http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/ukraine-irina-pro-kiev-torturee-par-les-rebelles-et-tabassee-par-les-habitants-540c8f9435708a6d4d544cdb

      +0

    Alerter
    • vérité2014 // 07.09.2014 à 19h21

      Cagoule sur le visage, elle est accusée de guider les tirs d’artillerie pour l’armée ukrainienne et emmenée dans un QG séparatiste à Donetsk.

        +0

      Alerter
      • sadsam // 07.09.2014 à 23h37

        @Vérité 2014

        il y a qlq jours, il y avait sur internet la photo des coups de pied, je ne sais plus sur quel media ukie. La dame était debout dans la rue avec un drapeau ukrainien sur les épaules.
        Ces coups de pied n’avaient pas l’air extrêmement ajustés, il faut le reconnaître.
        Et s’il était vrai qu’elle avait déposé des systèmes pour guider des tirs d’artillerie…
        Mais il semble qu’il n’y avait pas sur place de journaliste occidental pour raconter l’histoire vue des deux côtés.

          +0

        Alerter
    • MaîtreLudard // 07.09.2014 à 20h07

      « “Ils me frappaient à coups de poing, avec leurs pieds et les crosses de leurs armes”, énumère Mme Dovgan, dont un avant-bras et une hanche portent toujours deux gros hématomes, une semaine après sa libération.  »

      Elle s’en sort bien pour quelqu’un qui a été passé à tabac par un groupe de “sauvages”, vraiment très bien. Mais c’est vrai que deux bobos c’est le résultat le plus habituel d’une séance de torture en règles dans le monde des bisounours. C’est ce genre de grosse contradiction qui peuvent faire espérer que ce genre de propagande ne porte pas ses fruits de manière trop efficace.

        +0

      Alerter
  • vérité2014 // 07.09.2014 à 19h56

    Excellente analyse et pour une fois en Français:

    dimanche 7 septembre 2014
    Plan de paix pour l’Ukraine: à Minsk, qui a renoncé?

    Karine Bechet-Golovko

    http://russiepolitics.blogspot.ru/2014/09/plan-de-paix-pour-lukraine-qui-renonce.html

      +0

    Alerter
  • vérité2014 // 07.09.2014 à 23h34

    Gripped by War Psychosis, NATO Summit Steers for More Sanctions and Confrontation with Russia; UK-Poland-Baltics Lead Axis of Provocation; Kolomoiski-Yarosh Fascist Militias Encircled and Decimated in East Ukraine; ISIS Psychotics Threaten Russia, Exposing Their CIA Pedigree; Draghi Flails as Depression Deepens in Europe.

    http://tarpley.net/nato-summit-steers-for-more-sanctions-and-confrontation-with-russia/

      +0

    Alerter
  • sadsam // 07.09.2014 à 23h46

    Les dernières nouvelles sur 112 ua, un media de Kiev

    Le PM Yatseniouk a annoncé qu’il n’y aurait pas de chauffage dans les appartements cet hiver.

    Voilà qui fera peut-être les affaires d’une marque de sous-vêtements et pyjamas bien connus, popularisés à une époque par un Président de la République.

      +0

    Alerter
    • Hellebora // 08.09.2014 à 00h30

      ben non, sadsam: vous oubliez les sanctions, Tonnerre de Brest !… euh non de Quimper ou de St Nazaire

        +0

      Alerter
  • madake // 08.09.2014 à 09h13

    @Olivier :
    Attention Coquille à corriger d’ugence sur Victoria Nuland :
    ” dans une conversation téléphonique interceptée avec l’ambassadeur d’Ukraine Geoffrey Pyatt”

    Ah Geoffrey Pyatt est ambassadeur d’Ukraine, il y a du mouvement dans les personnels diplomatiques???

      +0

    Alerter
  • Michel LONCIN // 08.09.2014 à 09h18

    Ce “câble confiodentiel” est INUTILE : la position de Merkel est si VISIBLEMENT le renouement de la politique allemande avec le vieux “Drang nach Osten” prussien qu’il n’y a AUCUN ESPOIR que toute tentative de “l’éclairer” puisse aboutir : elle est JUGE et PARTIE !!!

    La PREUVE : elle a été (et continue à être) A LA POINTE du “sanctionnisme” européen à l’égard de la Russie !!!

      +0

    Alerter
  • Paracelse // 08.09.2014 à 09h44

    Un grand merci d’avoir mis la traduction de ces deux documents à notre disposition.

    L’empire du mal que sont les Etats-Unis continue ses mensonges, sa campagne de désinformation (d’ailleurs, et malheureusement, soutenue et entretenue par les grands médias européens), ses machinations, et sa violence planétaire. Cet article qui nous vient des EU eux-mêmes devrait contribuer à démasquer l’auto-dissimulation tapageuse de ce pays à la dérive et qui en est d’autant plus dangereux.

      +0

    Alerter
  • pas expert // 08.09.2014 à 12h18

    “Par La Voix de la Russie | Le 8 septembre le président d’Ukraine Piotr Porochenko se rendra à Marioupol dans la région de Donetsk, a communiqué le service de presse de la présidence ukrainienne.”
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_09_08/Porochenko-se-rendra-a-Marioupol-1490/

    J’espère qu’ils ne vont pas nous refaire le coup de l’archiduc ….

      +0

    Alerter
  • Emmanuel Florac // 08.09.2014 à 22h25

    “La catastrophique défaite d’Obama en Ukraine”

    “Barack Obama a amené l’Ukraine au bord de l’effondrement politique, économique et social. Maintenant il veut blâmer la Russie pour le dommage qu’il a occasionné.”

    http://www.counterpunch.org/2014/08/29/obamas-catastrophic-defeat-in-ukraine/

      +0

    Alerter
  • Tom // 15.09.2014 à 23h59

    Olivier, vous avez fait une erreur ici :
    “Je vous propose aussi la traduction du saisissant câble confidentiel Wikileaks du 1er février 2008 de l’ambassadeur américain en Ukraine …”
    William J. Burns n’est pas l’ambassadeur américain en Ukraine mais en Russie.
    C’est William B. Taylor qui était l’ambassadeur américain en Ukraine en 2008.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ambassadeur_des_%C3%89tats-Unis_en_Russie
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ambassadeur_des_%C3%89tats-Unis_en_Ukraine

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications