Les Crises Les Crises
12.décembre.201912.12.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire – C’est reparti comme en 95 ?

Merci 73
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 09-12-2010

Frédéric Taddeï reçoit :

– Dominique de Montvalon, journaliste

– Eric Verhaeghe, chef d’entreprise et haut fonctionnaire

– Axel Persson, secrétaire La CGT des Cheminots

– Alexandre Langlois, policier et syndicaliste

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 09-12-2010

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Julien // 12.12.2019 à 09h35

Blackrock est en train de prendre possession des retraites françaises avec l’aval de Macron. Larry Fink son directeur est un des mécènes de Macron lors de la présidentielle. Manu renvoi l’ascenseur. C’est beau la politique. C’est comme la vente d’alstom aux ricains, une belle enfilade à la manu. Aprés ça il y aura encore des gens qui feront barrage à la haine en 2022….

85 réactions et commentaires

  • Myrkur34 // 12.12.2019 à 07h16

    Où l’on apprend de la part du syndicaliste policier (15mn40s) que depuis 1 an, les black blok ne sont “gérés” que quand il est trop tard, jamais aux prémisses de la manifestation.
    Par contre, coté BlackRock, c’est géré depuis octobre 2017 en grande pompe.

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/est-il-vrai-que-macron-a-rencontr%C3%A9-le-groupe-blackrock-sp%C3%A9cialis%C3%A9-dans-les-fonds-de-pension/ar-BBXZWcc

    Et le résultat de ces rencontres et la mise en place de la capitalisation pour les hauts revenus sur la plage supérieure à 120000€ brut par an. Forcément c’est ce qui intéresse BlackRock ou d’autres fonds de pension car ils étaient nombreux à cette réunion.

      +26

    Alerter
    • Julien // 12.12.2019 à 09h35

      Blackrock est en train de prendre possession des retraites françaises avec l’aval de Macron. Larry Fink son directeur est un des mécènes de Macron lors de la présidentielle. Manu renvoi l’ascenseur. C’est beau la politique. C’est comme la vente d’alstom aux ricains, une belle enfilade à la manu. Aprés ça il y aura encore des gens qui feront barrage à la haine en 2022….

        +45

      Alerter
      • Patrick // 12.12.2019 à 16h51

        avec la politique de taux faibles voire négatif , les fonds de pension américains font la gueule , il y a de plus en plus de faillite.
        Alors il est urgent de ne pas passer par la capitalisation, du moins tant que le secteur financier n’aura pas été assaini ( ruiné ! )

          +6

        Alerter
        • azuki // 13.12.2019 à 21h52

          A ce sujet consulter les archives en UK avec tous les retraités spoliés !

            +1

          Alerter
    • pfff… // 12.12.2019 à 09h53

      “les black blok ne sont “gérés” que quand il est trop tard”

      Evidemment. Ils sont précieux les black blocs, pour discréditer un mouvement. D’ailleurs Macron a prévenu: ceux qui sont dans la violence sont hors de la démocratie. Moralité: vous viendrez pas vous plaindre, si vous prenez un coup de LBD, ce sera nécessairement votre faute, c’est que vous êtes un violent donc un ennemi de la démocratie, donc de la liberté donc il faut vous péter la tronche.

      Je l’ai toujours dit: un casseur est soi un flic, soi un flic qui s’ignore.

      Rappel aux tenants de la “radicalité” (on la confond beaucoup avec la bêtise ces temps-ci): on a trouvé une fliquette du côté de Nantes, infiltrée dans les milieux gilets jaunes; elle appelait à des actions violentes. Mais si vous croisez un black bloc et lui expliquez ça, il va vous dire que vous êtes un complice de l’ordre fasciste. Allez comprendre…

        +18

      Alerter
      • SanKuKai // 12.12.2019 à 18h03

        Ce ne sont pas les casseurs ou les black blocks qui décrédibilisent le mouvement. Ce sont les journalistes et les macronistes. Les casseurs ne sont qu’un moyen, et s’ils n’étaient pas là les journalistes mettraient juste en avant autre chose (ex: racisme, anti-sémistisme, le-penisme, ou tout autre “-isme”).
        Pour comparaison, les casseurs du Vénézuéla, Iran, Chili décrédibilisent-ils leur mouvement dans nos journaux?
        Comme dit F. Begaudeau: “La violence, sa légitimité et sa justesse s’évaluent à sa cause”.
        Donc ne vous trompez pas de cible, n’aboyez pas avec les chiens de garde. Laisser les casseurs tranquilles, ils ont juste fait un choix de lutte qui est différent du vôtre mais si vous n’êtes pas macroniste, ils ont les mêmes objectifs que vous

          +4

        Alerter
        • pfff… // 12.12.2019 à 18h56

          Les casseurs sont un bon moyen, oui, de… décrédibiliser le mouvement. Il suffit de voir comment les macronistes leur font la courte échelle, comment les journaux cherchent avec gourmandise l’image la plus spectaculaire de la violence. Les casseurs leur donnent ce qu’ils désirent, sur un plateau.

          Les flics infiltrés, que font-ils, sinon amener la violence quand elle leur parait insuffisante, quand il leur semble qu’elle ne justifie pas assez la violence de leur collègue?
          Tout pouvoir veut paraitre bon. Tout son jeu, et singulièrement dans nos pays en paix depuis longtemps sur leur sol, est de montrer l’adversaire comme mauvais pour justifier en retour son recours à la violence. Il a besoin que la violence vienne des manifestants, c’est une évidence.

          Je ne me trompe absolument pas de cible, et je n’aboie jamais (on va rester poli, hein?) mais je donne mon point de vue: les casseurs sont aussi des “chiens de garde”.
          D’autant plus qu’ils jettent en dehors de la lutte tous ceux qui ne sont pas acquis à leur mode de lutte, tous ceux qui ont légitimement peur de se prendre des coups ou de perdre un œil. Tout mouvement de masse, conscient et pacifiste, est impossible tant qu’ils agissent. Et c’est la seule chose qui inquièterait vraiment le pouvoir. Rappelons que l’armée n’est plus de conscription, mais de métier. Bonne chance avec les cocktails, et les pavés…

            +3

          Alerter
          • pfff… // 12.12.2019 à 18h58

            (suite)

            Je vous rappelle la vision messianique des blacks blocs: ils pensent qu’à force de faire monter le niveau de répression, la foule va se retourner contre la police. C’est un erreur stratégique majeure, qui ne fera que justifier l’ordre et le pouvoir, et couler du sang. On en reparlera dans 10 ans…

            Bégaudeau, intéressant écrivain, est typique de la petite bourgeoisie intellectuelle type Comité Invisible: fasciné par le style, mais déconnecté des réalités du pays. Au fond, c’est un grand romantique.

              +2

            Alerter
            • SanKuKai // 13.12.2019 à 09h21

              Vous faites comme si cette violence était gratuite ce qui n’est pas le cas. Ce ne sont pas les black blocks qui ont mutilé des innocents. RIEN, ne justifie ces mutilations. Et vous ignorez l’histoire et comment aucune avancée sociale n’a été obtenue avec des sittings mais arrachée. Pour exemple, reprenez les images des rues de Paris en Mai 68 et voyez si ça colle avec votre “réalité”. J’aimerais sincèrement que ce que vous dites soit avéré.
              Aussi vous prêtez aux black blocks des “visions messianiques” qui ne sont que dans votre tête. Je sais que je ne vais pas vous convaincre mais je pense que ce que vous avancez en terme de stratégie reste à démontrer. Voici une interview de Peter Gerderloos qui vous permettra j’espère de comprendre avant de juger. Son livre amène vraiment à se poser des questions. Vous n’avez pas besoin d’être anarchiste pour évaluer les arguments historiques qu’il met en avant:
              https://m.youtube.com/watch?v=x4x7kfc7VX4

                +2

              Alerter
            • Pfff… // 13.12.2019 à 14h49

              Une partie de cette violence est gratuite. Ce n’est pas forcément les plus en galère les plus violents, bien au contraire. Mais admettons: la violence peut être légitime quand elle est un réponse à une autre violence.
              Par contre, où diable avez vous vu que je justifie des mutilations???? Nimp.

              Je n’ignore pas l’histoire, bien au contraire. Les luttes sont nécessaires, mais pas la violence. Ce qui est essentiel, c’est le rapport de force, qui peut parfaitement passer par un sit-in. L’analyse du moment doit être juste, c’est tout, et ici les BB se plantent sur toute la ligne: ce sont les idiots utiles du néo-libéralisme. On pourrait en parler des heures.
              Mais regardez le mouvement des Gilets Jaunes; on a beaucoup glosé sur le fait que la violence des GJ avait porté ses fruits… Quelle blague. Quelques milliards qui seront financés… par la Sécu. Qui permettront donc ultérieurement de flinguer cet acquis social…. Magnifique!!! Et en plus le gouvernement essaie d’exploiter la fracture GJ/syndicats…

              La théorisation du mouvement black bloc, et leur “stratégie de la tension” est connue de tous ceux qui savent lire. Je n’invente rien. C’est messianique, oui, ça repose sur une mystique de la violence. Qu’ils ne voient pas, et ceux qui justifient leurs actions, que leur violence est nécessaire à l’État et à la répression qu’il veut exercer est tout à fait en accord avec cette tournure d’esprit:

              ce sont des croyants.

              Peter Gerderloos, oui… il est in. Heureusement d’autres ne font pas de l’histoire en militants libertaires, mais en scientifiques.

                +4

              Alerter
    • Macarel // 12.12.2019 à 11h07

      Ah ! “Black Rock”, la réforme des retraites c’est fait pour créer des fonds de pensions en France !

      https://twitter.com/pittbull_grrr/status/1204687304004194304

      2019 :

      République Française : “Gouvernement du capital financier, pour le capital financier, par le capital financier.”

      La Démocratie c’est un problème, le Peuple est un problème !

        +6

      Alerter
    • RGT // 12.12.2019 à 20h20

      “Et le résultat de ces rencontres et la mise en place de la capitalisation pour les hauts revenus sur la plage supérieure à 120000€ brut par an”.

      Tant que ces rencontres ne concernent pas les smicards ou les “gueux” comme moi je ne me sens pas concerné.

      Par contre, ce qui me chagrine, c’est le fait qu’une fois que ces chères “élites” auront été raclées jusqu’à la moelle par BlackRock, les retraites des gueux se retrouveront amputées pour financer les retraites de ces “pauvres” par “solidarité”…

      Et bien sûr personne à ce moment là ne parlera de tout ce fric qui se sera “évadé” des comptes de la retraite par répartition.

      Une mesure juste et équitable consisterait simplement à faire signer par tous ceux qui choisissent de se “rapprocher de Dieu” une lettre dans laquelle ils renoncent définitivement à toute possibilité de se faire “indemniser” par des fonds publics ou des systèmes sociaux basés sur la solidarité.

      Mais il ne faut pas rêver, si cette condition était imposée le nombre de “vocations” se réduirait comme une peau de chagrin.

      Encore une nouvelle preuve que les profits sont privés et les pertes socialisées.
      Et qui paye au final ?
      Je vous le donne en mille. Comme d’habitude.

      Demandez aux retraités anglais ou aux américains modestes ce qu’ils pensent des retraites par capitalisation.
      J’espère que vous courrez vite, surtout avec les américains car ils sont presque tous armés…

        +4

      Alerter
  • Kokoba // 12.12.2019 à 08h39

    Cette réforme a 3 buts :

    1) Détruire le système de retraite Français pour le remplacer par un système par capitalisation
    Le système de retraite, c’est plus de 320 milliards par an.
    Vous imaginez si les banquiers et assureurs (et blackrock) bavent devant un tel magot.

    2) Forcer les Français à travailler davantage
    Peu importe l’équilibre des comptes, ce qui est à l’oeuvre ici, c’est la lutte des classes.
    Il faut remettre les Français à leur place, c’est à dire au travail.

    3) Supprimer les régimes spéciaux
    Là aussi, il ne s’agit en rien d’équilibre des comptes, simplification ou justice sociale.
    Il s’agit à nouveau d’idéologie et de lutte des classes.
    Le but est de supprimer tous les régimes qui ont été conquis par des luttes sociales.

    On le voit, la réforme est ambitieuse et extrémement importante pour l’oligarchie.
    C’est pour cette raison qu’ils peuvent se permettre d’être patients.
    L’important c’est que la réforme passe.

      +30

    Alerter
    • Pinouille // 12.12.2019 à 09h37

      Afin de tempérer votre commentaire militant (car nous sommes sur un site de réflexion qui n’a pas de vocation militante 🙂 ), je recommande l’analyse approfondie de la pyramide des âges en France: https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/structure-population/pyramide-ages/
      Elle vous permettra de faire des projections en regard des données suivantes:
      – âge moyen de départ à la retraite = 64 ans
      – espérance de vie = 82 ans
      Vous en arriverez peut-être aux mêmes conclusions qu’ici: https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/carrieres_et_parcours_professionnel/reforme_retraites_2010/images/Evolution_du_ratio_actifs_cotisants-retraites.jpg
      Dans le cas contraire, vous aurez toute mon attention.

        +3

      Alerter
      • Kokoba // 12.12.2019 à 09h58

        Les 2 ne sont absolument pas contradictoires.
        Ce n’est pas parce qu’il y a un vrai problème que cette réforme a pour but de résoudre le problème.

        On peut même raffiner l’argument :
        La réforme peut parfaitement s’attaquer au problème (l’équilibre des comptes), mais en même temps avoir un but principal différent.

          +23

        Alerter
      • Redrogers // 12.12.2019 à 10h36

        Et qu’en est-il de l’espérance de vie “en bonne santé” ?

        “Selon Eurostat, l’espérance de vie sans incapacité a augmenté sur 10 ans en France entre 2004 et 2014, de 61,5 ans à 63,4 ans pour les hommes, et a légèrement diminué pour les femmes : de 64,3 ans à 64,2 ans38, mais moins vite qu’antérieurement39

        En 2017 l’espérance de vie en bonne santé s’élève à 64,9 ans pour les femmes40. Entre 2016 et 2017, cet indicateur a progressé de 0,8 an (tandis que l’espérance de vie à la naissance est restée stable, atteignant 85,3 ans). L’évolution est très différente pour les hommes ː leur espérance de vie en bonne santé a reculé de 0,1 an pour redescendre à 62,6 ans en 2017 (tandis que leur espérance de vie à la naissance passait de 79,3 ans en 2016 à 79,5 ans en 2017).

        D’après un article du Monde, l’espérance de vie en bonne santé en 2016 est en dessous de la moyenne européenne (64,1 ans chez les femmes et 62,7 chez les hommes alors que la moyenne en Europe est respectivement de 64,2 et 63,5 ans.”
        (source Wikipédia)

        Et je prends le pari (qui ne me coûtera pas grand chose, j’en conviens…) que l’espérance de vie, quelle qu’elle soit, va commencer à reculer très prochainement. Mais les réformes auront déjà été faites n’est-ce pas ?

          +13

        Alerter
      • Jean // 12.12.2019 à 10h56

        @Pinouille

        Raffarin nous avait déjà fait le coup de la pyramide des ages…
        Cet argument ne tient pas compte de l’augmentation de la productivité qui compense largement le déficit de personnes en age de travailler. Regardez comment se portent nos milliardaires et vous comprendrez que tout se résume, dans un pays qui n’a jamais été aussi riche, à un problème de répartition de la richesse créée.

          +26

        Alerter
        • Jean // 12.12.2019 à 11h47

          Jean (Suite)

          Mais ces considérations sont déjà obsolètes si on prend en compte la révolution robotique qui commence à peine. Les prévisions, en terme de pertes d’emplois, sont de plusieurs dizaines de millions rien qu’en Europe. L’unique façon d’être assuré que chacun perçoive le minimum vital en 2050, c’est de faire payer des cotisations sociales aux robots. Mais vous imaginez bien que les lobbys pèsent de tous leur poids sur les institutions européennes pour éviter ce scénario.

            +15

          Alerter
        • Pinouille // 12.12.2019 à 12h08

          “Regardez comment se portent nos milliardaires et vous comprendrez que tout se résume, dans un pays qui n’a jamais été aussi riche, à un problème de répartition de la richesse créée.”
          Je regarde nos milliardaires et je ne comprends pas la même chose que vous.
          Il y a 37 milliardaires en France, qui possèdent un total de 273 milliards €. Si le gouvernement s’approprie l’ensemble de leurs richesses (des actions pour la plupart) et les vend (en admettant, ce qui est utopique, que cela ne génère aucune perturbation dans l’activité des entreprises concernées), il peut rembourser 11% de sa dette.
          Et comme la dette augmente d’environ 3% par an, retour à la case départ dans 3-4 ans.

          Toute démonstration du contraire est bienvenue. Sinon, je continuerai à considérer que ce genre de position idéologique repose sur du vent.

            +1

          Alerter
          • tilleul // 12.12.2019 à 13h09

            Le niveau de la dette privée est encore plus élevée que celui de la dette des Etats : par exemple 170% du PIB de dette privée aux Etats-Unis.
            Le déficit de l’Etat est créé par une multitude de décisions qui visent à spolier le contribuable et le travailleur au profit des grands groupes et des voleurs :
            – 200 milliards € de subventions publiques au secteur privé sans contrepartie
            – privatisation des secteurs publics qui marchent bien (autoroutes, ADP…)
            – 100 milliards € de niches fiscales par an
            – tolérance de la fraude fiscale (plusieurs dizaines de milliards € par an, le nombre d’inspecteurs fiscaux descend)
            – tolérance de l’évasion fiscale (11% du patrimoine mondial est caché dans les paradis fiscaux, pourtant aucune attaque n’est envisagée contre les paradis fiscaux)
            – organisation de l’évasion fiscale et de l’évasion des cotisations sociales (voir fonctionnement de la domiciliation des entreprises en UE + des traités internationaux de libre-échange)

            J’espère que je vous aurai convaincu.
            Vous pouvez également consulter cette recension : https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2019/10/08/les-aides-publiques-aux-entreprises-probablement-plus-de-200-milliards-par-an-un-billet-invite-d-alain-gely

              +7

            Alerter
            • Pinouille // 12.12.2019 à 15h30

              Ma première réponse à votre commentaire a disparu (je ne vois pas de raison pour laquelle elle aurait été modérée). Je retente.

              “J’espère que je vous aurai convaincu.”
              Pas encore mais c’est un bon début: parler avec des chiffres à l’appui est déjà le signe que l’on ne se contente pas de concepts éthérés (à mon goût trop nombreux).

              De l’avis de certains, ces subventions et autres niches fiscales compensent les taux d’imposition très élevés des sociétés en France pour ramener leurs contributions à une moyenne européenne. Tout ce dispositif est censé orienter les investissements vers des secteurs voulus par l’Etat. Inconvénient: seules les grandes entreprises peuvent se payer ces optimisations fiscales, donc les petites souffrent. C’est dommage, ce sont elles qui créent le plus d’emploi…

              L’évasion fiscale est amha un (si ce n’est le) problème pour la France.

              Pour ce qui est des dividendes, 51 milliards ont été versés aux actionnaires cette année. Un partie de cette somme part dans les poches des actionnaires étrangers. Notamment les retraités étrangers qui ont des retraites par capitalisation. Donc au final, le français travaille pour payer les retraités étrangers (dividendes) et les retraités français (cotisations). Cela fait beaucoup. Ce problème n’en serait peut-être plus un si nos retraites étaient tout ou partie capitalisées…

              Je n’entends pas vous convaincre avec ces quelques lignes, mais tout du moins vous faire comprendre que d’autres angles d’analyse peuvent avoir leur pertinence sur des sujets aussi complexes.

                +2

              Alerter
            • SanKuKai // 12.12.2019 à 22h57

              Une suggestion faite en Février 2007 pourrait participer à la récupération d’une partie du coût du capital qui pourrait revenir aux systèmes de retraite: le SLAM de F. Lordon.
              https://www.monde-diplomatique.fr/2007/02/LORDON/14458

              Aussi depuis 2011 la BCE a injecté 4000 milliards dans l’eurozone. Où sont-ils?

              Au final c’est pas les milliards qui manquent. Mais évidemment les médias de ceux qui se les accaparent diront qu’il n’y a pas d’alternative au fait de mourir au travail… pour eux.

                +1

              Alerter
          • Larousse // 12.12.2019 à 14h00

            Pinouille …. Désolé d’être cinglant avec vous, ou trop vache . La Dette , la dette, la dette
            ne sera jamais remboursée.
            Les dettes servent aujourd’hui de “trique cérébral” pour faire plier les peuples à l’austérité.
            Les USA ont une dette abyssale, ils s’en moquent… et même s’ils ont le dollar, c’est pareil. Regardez le Japon, c’est pareil…. La ou les dettes sont ré-évaluées suivant la conjoncture.
            chez les Hébreux, le Jubilé effaçait les dettes après 50 ans. Les dettes de l’Afrique ont été ré-échelonnées et partiellement effacées. Les Allemands n’ont quasiment jamais payé leurs dettes de guerre en totalité, voire presque pas.

              +10

            Alerter
            • Pinouille // 12.12.2019 à 14h41

              La dette est remboursée par la France à hauteur de 41 milliards € chaque année:https://fr.wikipedia.org/wiki/Service_de_la_dette
              C’est 41 milliards qui ne sont pas dépensés dans les services publics.
              A vous de voir…

                +2

              Alerter
            • Anouchka // 12.12.2019 à 20h07

              @pinouille, quand je vous lis, je pense à l’adage: « il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ».
              Larousse vous dit que la dette n’est pas un problème en soi. Elle peut très bien ne pas être remboursée, ça s’est vu dans le passé.
              On peut le faire très facilement, en douceur, en laissant par exemple « courir »l’inflation. L’inflation, c’est mortel pour les créanciers, pour ceux qui vivent de la dette, mais ce n’est pas grave pour les travailleurs… Et pas grave non plus pour ceux qui touchent un retaite par répartition indexée sur l’inflation…

              La démocratie athénienne est née des réformes de Solon qui a compris la nécessité d’interdire l’esclavage pour dettes qui était un cancer pour la cité, une cause majeure de dépeuplement (les paysans et artisans fuyaient la cité pour ne pas être réduits en esclavage par leur concitoyens riches auprès de qui ils avaient été contraints de s’endetter).
              Vous, au contraire, voulez nous faire croire que l’esclavage pour dettes est une loi naturelle de cette science très dure qu’est l’économie
              A vous de voir..

                +5

              Alerter
            • Pinouille // 13.12.2019 à 08h44

              @Anouchka
              Je serais prêt à envisager de changer d’avis si vous arrivez à trouver dans l’histoire des exemples de surendettement de l’Etat qui ne se soit pas réglés sans augmentation durable de la souffrance du citoyen lambda: guerre, pauvreté, chômage, voire famine, etc…
              NB: merci de ne pas prendre comme référence l’exemple islandais qui est une exception (très faible population, très riche, et montant de sa dette anecdotique sur les marchés).

              Je peux en revanche vous trouver une pléthore d’exemples où cela s’est très mal passé.

                +1

              Alerter
            • Anouchka // 13.12.2019 à 17h28

              Qu’est ce que vous appelez « mal se passer »?
              Je pourrais vous citer le cas des états européens pendant la première guerre mondiale. Ça s’est mal passé effectivement pour les perdants de cette guerre (quoique on peut en discuter car au final l’état allemand a fini par ne pas payer sa dette et le niveau de vie des Allemands à l’époque était loin d’être le pire du continent). Pour les Français et les Anglais en revanche, la période a été plutôt faste et si l’establishment anglais n’avait pas joué aux imbéciles avec leur politique « d’apaisement », les états européens n’auraient pas forcement perdu leur leadership au profit des américains
              Le problème des dettes d’un état est à mon avis principalement lié à leur caractère international. En l’occurrence, le problème actuel de notre dette, c’est qu’elle est détenue par des puissances sur lesquelles la France n’a pas prise.
              Ce n’est pas toujours le cas. Au Japon , par exemple, la dette publique est beaucoup plus élevée, mais elle est principalement détenue par des Japonais. Et ça change tout, car tous les pays n’ont pas les reins aussi solides que l’Union soviétique en 17 pour se permettre de décider de ne pas rembourser une dette contractée auprès de bailleurs de fonds internationaux (je vois mal la France se permettre de vivre en autarcie du jour au lendemain parce qu’elle se sera mis à dos l’ensemble de la « communauté internationale », ça c’est certain, je vous l’accorde)

                +1

              Alerter
            • Pinouille // 14.12.2019 à 02h32

              “Qu’est ce que vous appelez « mal se passer »”
              Vous êtes, je pense, très concernée par les difficultés actuelles des français pauvres. “Mal se passer”, c’est la même chose en pire et en plus généralisé, même si certains s’en sortiront mieux que d’autres (paysans par ex).

              Les problématiques monétaires ont un gros défaut: elles amènent très facilement à oublier que la monnaie reste malgré tout le véhicule d’une richesse tangible créée par le travail. Pour simplifier, tout €/$/… emprunté devra être remboursé par une richesse tangible créée par le travail. Si l’emprunt est remboursé, il le sera par la richesse/travail de l’emprunteur. Dans le cas contraire, il le sera par celle du prêteur.
              Le cas du Japon est révélateur car simple puisqu’en effet sa dette est détenue par les japonais. Le Japon consomme depuis plusieurs décennies plus de richesses qu’il n’en crée. Pour ce faire, l’ensemble des japonais a consacré 2,5 années de travail dans des prêts à l’Etat, cad l’ensemble des japonais. Que cette dette soit honorée ou pas, on voit facilement que c’est l’ensemble des japonais qui la paye. Bref, le japon s’appauvrit en temps réel.
              On peut complexifier la problématique de la dette à l’infini avec les diverses nationalités des prêteurs, les manipulations monétaires, l’inflation, les riches/pauvres, etc… les fondamentaux sont les mêmes.
              Je serais heureux que l’on arrive à démontrer le contraire. C’est selon moi impossible.

                +0

              Alerter
            • Anouchka // 14.12.2019 à 08h52

              Je ne comprends pas votre raisonnement selon lequel l’endettement de l’état vis à vis des japonais rendrait les japonais plus pauvres.
              L’état n’est pas une princesse capricieuse qui gaspillerait les richesses crées par le peuple en plaisirs futiles et égoïstes. Il y a un peu de ça, certes, à la marge, mais l’état investit dans les infrastructures, l’éducation, la santé, il pourvoit à la redistribution des richesses produites… C’est ça que vous appelez « appauvrissement des Japonais »?
              Des Japonais les plus riches, vous vouliez dire peut-être…
              Ou alors vous parlez en termes de croissance du PIB – un indicateur inadéquat pour mesurer la croissance du bien être des populations, vous-même en aviez convenu dans une autre discussion.

                +1

              Alerter
            • Anouchka // 14.12.2019 à 09h47

              Je ne comprends pas non plus votre raisonnement par rapport aux richesses produites qui ne correspondraient pas au sommes empruntées.
              Quand quelqu’un emprunte une somme d’argent pour construire une maison et qu’il n’a pas l’argent pour rembourser son emprunt une fois la maison construite, est-ce que cela veut dire qu’il s’est appauvri à cause de cet emprunt ? Si le prêteur lui prend sa maison pour se rembourser et le force à travailler gratuitement pour lui afin que les intérêts de la somme prêtée soient remboursés… oui sans doute.
              Mais si entre-temps la monnaie a été dévaluée ou si le créancier a été banni du pays (pour malversations par exemple) … alors l’emprunteur vivra objectivement mieux qu’avant l’emprunt car il aura un toit sur la tête et une richesse aura été crée :la maison. Le « travail mort » contenu dans l’argent que le créancier a fourni en donnant l’argent pour construire la maison n’est pas pour autant détruit, même en cas de dévaluation de la monnaie : il est juste reparti différemment.
              Tout est une question de règles de propriété et de répartition des richesses produites. La monnaie (donc le système crédit /dette) est une méthode de répartition des richesses. Elle n’est pas une richesse en soi.

                +1

              Alerter
        • Astarté // 14.12.2019 à 19h16

          Les retraites devraient être financées par und taxe sur les machines (Robots et autres automatismes), les énergies et les softwares (dont les Intelligences Artificielles). Sans augmentation des prix de ventes ni baisse des salaires. Donc tout le fric qu’empochent nos milliardaires et millionnaires devrait être redistribué aux populations. Sans parler de l’interdiction d’acheter des biens matériels provenant d’argent virtuel de la finance.

            +1

          Alerter
      • Macarel // 12.12.2019 à 11h20

        Je crois avoir entendu récemment, qu’au 19ième siècle Bismarck avait avalisé un âge de départ des fonctionnaires allemands à 60 ans, car les statisticiens lui avaient dit que 80% de ces fonctionnaires étaient passé de l’autre côté du miroir à cet âge. Voilà un bon principe de gestion !!!

          +5

        Alerter
        • Larousse // 12.12.2019 à 12h08

          Macarel vous répondez parfaitement à Pinouille;
          l’espoir de la ploutocratie française est peut-être de voir rapidement remonter le taux de mortalité des retraités “baby-boom” des années 60. Et hop ! L’ardoise sera effacée….
          C’est que connaissent les Etats-Unis chez les Blancs de la Rust Belt…

            +5

          Alerter
          • Anouchka // 12.12.2019 à 13h04

            Et si on est encore plus cynique, on peut aussi souligner que ce sera une bonne façon de baisser l’empreinte carbone desdits baby-boomers et de désengorger les lieux touristiques…

              +6

            Alerter
            • Araok // 12.12.2019 à 14h23

              A condition qu’ils ne soient pas incinérés, évidemment…

                +1

              Alerter
            • peter // 12.12.2019 à 15h24

              Vite et vive “Soleil Vert” la solution prophétique et magistrale à tous les problèmes d’alimentation et de démographie vieillissante et de retraite. Le coût empreinte carbone sera positif.
              Nous n’allons peut être pas tarder à y venir avec ces rapaces avides de profit , qui ne semble pas profiter à la vraie économie réelle mais à l’économie financière en boucle.

                +1

              Alerter
          • Rassemblement des Intelectuels et des ouvriers // 12.12.2019 à 14h44

            Pour votre gouverne, les français nés dans les années 60 sont encore en activité, et non à la retraite, et triment depuis 40 ans pour payer la retraite des natifs des années 20, 30, décade de leurs parents qui ont préféré faire des enfants plutôt que de se payer des vols charters pour Katmandou comme ceux nés dans les années 40 et 50, vos parents sans doute.
            (Pardon pour la faute dans le pseudo)

              +2

            Alerter
        • Pinouille // 12.12.2019 à 19h46

          “Voilà un bon principe de gestion !!!”
          Libre à vous de choisir les principes de gestion qui vous agréent. Pour ma part, je n’en connais pas 36: on essaye de caler ses dépenses sur ses recettes sinon on plombe son avenir.
          A ce propos, j’entends de plus en plus de jeunes qui expriment un certain étonnement teinté d’effroi quand ils découvrent qu’ils seront amenés à rembourser la dette des générations précédentes.
          S’ils ne vous croient pas sur parole quand vous leur expliquerez que c’est la faute des riches qui se gavent sur notre/leur dos, il va bien falloir les convaincre avec des arguments factuels. Je n’en trouve pas tant que ça. Ce n’est pas faute de chercher.

            +1

          Alerter
          • Anouchka // 12.12.2019 à 20h14

            Non, leur avenir ne sera pas plombé si le législateur déclare inique des dettes qui conduisent à l’esclavage de ceux au nom de qui on les a contractées.
            Les créanciers ont pris des risques en prêtant. Ils ont joué, ils perdront. Tant pis pour eux. Ils n’en mourront pas.

              +4

            Alerter
      • Anouchka // 12.12.2019 à 12h40

        La question de l’espérance de vie est un faux problème.
        Il suffit pour le comprendre de se rappeler que l’automatisation (IA notamment) va supprimer un nombre considérable d’emplois et rendre nombre de nos concitoyens « superflus » en termes économiques capitalistes libéraux (😊!).

        En clair, il est urgent de réduire le temps de travail si nous ne voulons pas d’un monde où un nombre croissant de personnes soit superflu. Et qu’elle meilleure façon de réduire le temps de travail que de permettre à chacun de partir plus tôt à la retraite dans de bonnes conditions? C’est quand on est jeune qu’on est le plus productif, pas quand on est perclus de rhumatismes
        Ceci étant, je peux parfaitement comprendre que ce ne soit pas dans l’intérêt du grand capital (😊!)

          +11

        Alerter
        • Astarté // 14.12.2019 à 19h25

          Tout à fait. De plus en quoi l’être humain devrait être soumis au productivisme et l’économie. La propriété bien d‘accord mais pour tous et équitablement partagée. Les plus riches n‘en font pas une mais gagnent des millions en dormant alors que les plus productifs peinent à gagner de quoi se substanter et avoir un toit. C‘est de là que viennent tous nos problèmes.

            +1

          Alerter
    • Julien // 12.12.2019 à 09h38

      NDA l’explique plutôt bien qu’on aime ou pas le personnage, il a fait une vidéo live sur le sujet à l’assemblée. assez parlant. Même si c’est biensûr une méthode électoraliste … il a le mérite de balancer une part de verité.

        +2

      Alerter
    • douarn // 12.12.2019 à 10h08

      Bonjour Kokoba
      je propose un quatrième point :

      4) Sauver les assurances de possibles difficultés financières sérieuses dans un contexte généralisé de taux bas
      M. Delevoye, haut-commissaire à la Réforme des retraites mais, par sa fonction bénévole d’administrateur au sein de l’un des principaux institut de formation de l’assurance (corporation intéressée au premier chef par la réforme des retraite), est la caution d’une proximité plus que suspect du monde de l’assurance avec l’exécutif.

        +8

      Alerter
      • Kokoba // 12.12.2019 à 10h35

        Il est évident que les couteaux s’aiguisent lorsqu’on parle de telle sommes.

        Si on fait une estimation rapide :
        320 milliards X des frais de gestion d’environ 2% à 4%, çà représente jusqu’à 12 milliards par an.
        Milliards qui iront dans la poche des banquiers, assureurs et autres fonds de pension.

        Estimation très, très basique mais qui donne une idée de l’énormité des montants dont on parle.

        Vous imaginez donc comment çà grenouille autour du sujet.
        Et aussi pourquoi des questions comme “l’équilibre des retraites” ou “la justice sociale” peuvent rapidement devenir des sujets secondaires…

          +11

        Alerter
    • LibEgaFra // 12.12.2019 à 10h25

      “3) Supprimer les régimes spéciaux”

      On les supprime par la porte, mais ils rentrent par la fenêtre. Ainsi les flics ont droit à un bonus tous les cinq ans.

      Et les retraites chapeau pour les dirigeants, on les supprime aussi? Egalité? Fraternité? Pas pour tout le monde.

        +11

      Alerter
      • Astarté // 14.12.2019 à 19h28

        Non seulement on supprime mais on demande le remboursement des arriérés trop perçus. Cela devrait mettre un peu d‘ordre dans des patrimoines bien mal acquis.

          +1

        Alerter
    • Patrick // 12.12.2019 à 16h43

      Gardons les régimes spéciaux mais qu’ils soient financés par ceux qui en bénéficient.
      Les avocats ont un régime autonome qu’ils financent eux-mêmes et curieusement ce régime est bien géré , ceux qui en bénéficient sont aussi ceux qui le financent … ça oblige à un peu de responsabilité.

        +2

      Alerter
      • Gilles // 12.12.2019 à 16h51

        Et vous pensez à qui ? RATP SNCF, je suppose. On dégraisse, on privatise et ensuite on dit qu’il n’y a plus assez de cotisants.
        Vous avez tout compris, le système vous remercie pour votre contribution.

          +5

        Alerter
      • Astarté // 14.12.2019 à 19h31

        Sauf qu’ils bénéficient de niches fiscales et autres avantages qui leur permettent de mettre de l’argent de côté. Donc si les avocats souhaitent conserver ce système de pension les avantages fiscaux doivent être supprimés.

          +2

        Alerter
    • RGT // 12.12.2019 à 20h42

      – Forcer les Français à travailler davantage…
      Les jeunes surtout qui crèveront avant de pouvoir prétendre pouvoir bénéficier d’une retraire leur permettant de les indemniser pour toutes les couleuvres qu’ils auront dû avaler pendant leurs années de servitude imposée.

      Pendant ce temps là, les entreprises virent à tour de bras les “vieux” à partir de la cinquantaine.

      Quant aux sexagénaires, quand il en reste un seul dans une entreprise, on les cache et on leur propose des “ruptures conventionnelles de contrat” avec une “prime” de 6 mois de salaire défiscalisé (et “déchargessocialisés”) pour qu’ils se cassent au plus vite.
      S’ils refusent, c’est une guerre sanglante et sans merci.

      Et quand ces derniers s’inscrivent à “Paul Emploi”, ils sont dispensés de chercher du boulot jusqu’à l’âge auquel ils pourront partir avec une retraite à taux plein.

      Comme ça les employeurs peuvent recruter des “emplois jeunes” payés 50% du SMIC et exonérés de “charges sociales ignobles” ce qui réjouit bien sûr les actionnaires.

      Un gouvernement vraiment “démocratique” ne devrait jamais permettre ça…
      Mais bon madame Michu, nous ne sommes pas en URSS !!!
      En URSS (jusqu’au milieu des années 80) les vieux touchaient une retraite leur permettant de vivre, bénéficiaient de logements et de soins gratuits, ce qui est quand même le minimum qu’un état digne de ce nom puisse offrir à sa population.

      P.S. Je ne suis PAS DU TOUT marxiste. Mais sur ce point particulier je ne peux qu’approuver la politique qu’ils appliquaient.
      P.P.S. C’est vraiment parti en vrille avec Eltsine…

        +4

      Alerter
      • Astarté // 14.12.2019 à 20h21

        Tout à fait, le montant de la retraite importe peu, c’est la qualité de vie offerte qui importe.

          +1

        Alerter
    • Subotai // 13.12.2019 à 18h12

      Je vais me payer un “crosspost”.
      Je me demande.
      Y a-t-il vraiment quelqu’un ici qui croit, qui pense que le système dans lequel on vit est si stable et perenne qu’il perdurera encore 20 ans?
      Vous y croyez?
      Vraiment..?
      M’enfin toute cette histoire de retraite à points est strictement ce qu’on appelle une escroquerie; c’est:
      Donne moi tes sous maintenant et dans ~40 ans, je te rendrai ce que je pourrai, si je les ais…
      Rien d’autres.
      Discuter du sexe des anges, pardon, de combien ça rapportera dans 20, 30, etc ans c’est perdre son temps et, qui plus est, accepter déjà un principe inacceptable.
      Donc, qu’ils aillent se faire …
      Maintenant, il me vient un lourd soupçon:
      Y aurait il pas une reconnaissance cynique de la Déglingue dans laquelle nous sommes?
      J’esseplike.
      Ayant intégré la décroissance forcée (effondrement systémique amorti*) le Gouvernement (les Pouvoirs) fait le pari qu’un point de retraite ajusté à la conjoncture du moment sera juste bon pour assurer le minimum nécessaire à la survie.
      Bref, en gros avoir 100 “Euros” dans 40 ans sera comme en avoir 1000 aujourd’hui. En effet, plus de smartphone à acheter, ni de super écran plat et encore moins de vacances aux Antilles…
      Je dis ça…
      * Ils font tout pour et prennent le pari.

        +3

      Alerter
  • vert-de-taire // 12.12.2019 à 08h40

    Qui peut douter du but de la macronie sinon privatiser privatiser ?

    Cette opération qui dure depuis plus de 2 ans et qui n’ose rien dire de concret (une vraie mascarade) n’a qu’un but : faire passer la privatisation des retraites, c’est à dire constituer des fonds de pension comme partout ailleurs (dans les pays “normaux”).
    Si après 2 ans, le “projet” n’a pas avancé, c’est bien qu’ILS cherchent encore les mots, les éléments de langage, pour nous faire avaler ce boa.

    C’est donc une véritable escroquerie.
    Pas plus compliqué.
    Ils détournent l’attention sur les points (une technique symbolique car ce point est toujours dépendant du salaire/primes, comme aujourd’hui avec mille subtilités comme aujourd’hui) pour faire passer une seule chose : la privatisation.
    Reste à savoir comment ils comptent s’y prendre.

    Première étape passée de manière hallucinante par sa facilité ce ne sont plus les syndicats qui gèrent ces salaires de retraite ! C’est aux mains de l’exécutif.
    Deuxième étape : ET HOP, comme Sarko l’a fait ave les complémentaires, on confie ce pactole (bah quelques centaines de milliards par an) à un spécialiste, un expert. Un consortium de banques et autres financiers avides. Pas d’inquiétude surtout, la Caisse des Dépôts ou autres garantie bidon sera vigilante …

    Et voilà MIAM des milliards pour couvrir nos jeux de casino …
    ILS NOUS PRENNENT POUR DES BACS À DOUCHE.

      +24

    Alerter
  • Larousse // 12.12.2019 à 09h03

    Le lapsus qu’a fait le président de la République devant Ruth Elkrief sur “la retraite par capitalisation” voir précédent article du site avec F. Lordon disait le fond de cette réforme.
    avis d’un ami anarchiste souverainiste, frot diplômé
    Ceci n’arrangera rien sur le long terme, puisque la réforme, si elle passe, entraînera dans tous les cas une baisse du niveau des retraites de 10 à 20%, selon certains éconoclastes. Ceux-ci prévoient une baisse des revenus dans nombre de catégories de retraités, dès les années 2025, y compris ceux qui auront prolongé de 2022 à 2026 même , alors qu’ils sont dans l’ancien système. Pourquoi ? Tout simplement parce que parmi cette cohorte de retraités, le nombre de personnes ayant fait des études longues est bien plus important (voir l’analyse d’Emmanuel Todd sur l’évolution sociale issue des Trentes Glorieuses…). Enfin, la financiarisation spéculative des fonds de pension n’est en aucune manière une garantie de maintien du niveau de retraités “moyennement riches” en phase de récession. CQFD Baisse des revenus des retraités à partir des premiers effets de la réforme Macron-Philippe dès 2025 = récession sûre et certaine en France, donc les spéculateurs vont commencer à s’affoler dès 2023 avec leurs indicateurs en “pianotant commé des cinglés” sur leurs ordinateurs pour chercher l’erreur…

      +7

    Alerter
  • Rodez21 // 12.12.2019 à 09h27

    @ Larousse
    récession sûre et certaine en France, donc les spéculateurs vont commencer à s’affoler dès 2023 avec leurs indicateurs en “pianotant comme des cinglés” sur leurs ordinateurs pour chercher l’erreur…

    Les spéculateurs ont déjà la solution, l’augmentation des taux d’intérêt sur la dette française, le reste, la récession, le niveau des retraites en France et ailleurs, les spéculateurs s’en moquent comme de leur 1ère culotte.

      +6

    Alerter
    • Larousse // 12.12.2019 à 10h50

      L’augmentation des taux d’intérêt est effectivement une très bonne solution, mais quand le long terme a un horizon clair et rassurant.Cette solution ne marchera pas en 2023-2025 dixit l’anarchiste souverainiste. Conjoncture internationale extrêmement difficile en 2020, selon les économistes atterrés et les éconoclastes surtout, plus la désindustrialisation de la France et le maintien du déficit de la balance commerciale -dans ce contexte augmenter les taux d’intérêt signifie augmenter l’endettement et accroître l’austérité budgétaire (sauf si l’UE explose avec l’Allemagne ‘en marche”…. Macron La REM c’est la Récession en Marche forcée , dixit l’anarchiste souvenrainiste….
      Ce président va accélérer le déclin . Il faudra plus de 30 ans pour s’en sortir ??? si sa réforme passe…

        +3

      Alerter
      • Louis Robert // 12.12.2019 à 11h52

        L’avenir selon Jancovici se précise… C’est aujourd’hui.

        Ni gagnant ni perdant? Que le Medef qui triomphe… pour un bref épisode…

        S’en sortir? … Ça ne se fera ni dans la joie ni dans l’allégresse. (JMJ)

        Patience, la réalité des faits hausse déjà le ton! Voyez et écoutez…

          +5

        Alerter
        • Jean // 12.12.2019 à 18h14

          @ Louis Robert

          Effectivement… et dire qu’il faudra en arriver là pour que les plus dysfonctionnels comprennent qu’une organisation dans laquelle chacun coopère est plus efficiente et plus économe en ressources que la guerre permanente de chacun contre tous. Alors nous aurons le chaos planétaires plutôt que la concorde planétaire et Martin Luther-King deviendra un prophète :

          “Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.”

            +3

          Alerter
  • LibEgaFra // 12.12.2019 à 10h30

    La république en marche, c’est les perroquets en marche. C’est fascinant de voir comment ils répètent les mêmes mantras pour vendre leur hold-up sur le monde du travail.

    A propos, qu’en est-il des retraites des anciens présidents, ministres et parlementaires?

      +10

    Alerter
  • Araok // 12.12.2019 à 11h19

    Bonjour à tous
    Retraite par répartition ou retraite par capitalisation, le principe est le même : c’est le travail qui finance la retraite. Mais par répartition c’est le travail des salariés en France alors que par répartition c’est le travail de tous les travailleurs, y compris ceux qui sont effroyablement exploités en Asie ou ailleurs.

    Faire reculer Macron? Il ne reculera que sur l’injonction de ceux qui l’ont mis en place. Donc il faut trouver l’action qui sera insupportable à ces derniers. Réfléchissons ensemble. Ils ne sont sûrement pas gênés par les embouteillages en France. Ils habitent ailleurs. A quel moment leurs affaires seront elles impactées ? C’est le noeud de l’affaire.

      +6

    Alerter
    • Louis Robert // 12.12.2019 à 11h37

      Elles seront mises à mal aussitôt que, par désobéissance civile d’un peuple indomptable, ce pays sera mis à l’arrêt complet aussi longtemps qu’il faudra.

        +3

      Alerter
    • jean-pierre.georges-pichot // 12.12.2019 à 11h40

      Vous avez fait un ‘lapsus kalami’ , comme on dit. C’est avec la capitalisation, bien sûr, que les prélèvements sont globalisés mondialement, et c’est naturellement ce que vous vouliez dire. Sur le fond, je vous signalerais un point que vous semblez ne pas percevoir : si le niveau de consommation français repose sur l’exploitation des masses orientales asservies, les Français en revanche payent les retraites des Américains riches à travers les fonds de pension massivement préleveurs de dividendes en France depuis les privatisations initiées avec le ‘tournant de la rigueur’ de 1983. Le système capitaliste-impérialiste global est structuré comme un oignon, la plupart des agents étant à la fois exploiteurs et exploités.

        +6

      Alerter
      • Araok // 12.12.2019 à 12h16

        Merci d’avoir rectifié mon lapsus calamiteux.
        Bien à vous

          +0

        Alerter
  • Louis Robert // 12.12.2019 à 11h20

    Un hold-up d’une telle ampleur par le Pouvoir français, en plein jour et à la vitesse grand V, est sidérant! Un peuple qui croit en cette « pédagogie » du régime, à faire littéralement éclater de rire tout enfant adulte, mérite d’être trompé… et le sera bientôt, cruellement, sans retour, et avec la parfaite complicité de ces médias français désormais au-dessous de tout.

      +10

    Alerter
  • jean-pierre.georges-pichot // 12.12.2019 à 11h29

    Au bout de quelques semaines, les choses deviennent claires. Ce dont il s’agit, c’est bien d’ouvrir un marché aux fonds de pension. Anglo-américains avant tout, Macron étant leur instrument et même leur employé. On parle d’un système universel. Bizarre : un régime universel, c’est ce qui existait dans le domaine de la santé avec la sécu, et on a en sens inverse généralisé le système des mutuelles complémentaires, toutes différentes, toutes concurrentes, inégalitaires. Pour les retraites, on part de la situation inverse : des caisses séparées et différentes. Leur gros défaut, qui justifie que le gouvernement mette le nez dans leurs affaires ? C’est qu’elles sont insuffisamment en prise avec la capitalisation boursière. On les unifie donc, à un bas niveau de prestations : comme la sécu de base. Mais on prévoit que les salaires au dessus d’un certain niveau, en pratique, en sortiront, avec des cotisations infimes correspondant à un retour nul (plafonnement des pensions) : ce qui veut dire que l’on ménage un espace pour des systèmes complémentaires. ‘Introit Blackrock’, dirait Shakespeare. Configuration finale : la même pour la santé et la retraite, c’est-à-dire un système général pauvre pour les pauvres, et un complément confortable pour ceux qui ont les moyens de l’acheter auprès des assurances privées. CQFD. Et on nous parle d’égalité et de justice.

      +11

    Alerter
    • Astarté // 14.12.2019 à 20h31

      Le système par capitalisation ? Demandez aux sexagénaires allemands si cela marche? Que dalle, et parfois si le fond fait faillite, l’actionnaire/retraité doit payer les dettes du fond. Le marché boursier est une vaste fumisterie, fait de délits d’initiés, de corruptions et j’en passe. Que du néfaste. On dit que cela marche mais on oublie de préciser que seulement quand il y a mensonge ou tricherie (mensonges de la famille Rotschild pour Waterloo (?)).

        +1

      Alerter
  • Gilles // 12.12.2019 à 11h40

    Comment faire passer une réforme des retraites scélérate ?

    – Baisser le montant des cotisations (compétitivité). Ne pas compenser le manque pour les organismes sociaux et enfin invoquer les déficits de ces mêmes organismes.
    – Motiver la réforme par la recherche d’une soi-disant «Universalité»(sauf pour les pompiers, les gendarmes et les militaires et combien d’autres ?). Tiens, je me souviens que pour faire passer la loi travail, on nous expliquait que les particularismes de chaque branche, de chaque entreprise devaient prévaloir sur le général.
    – Voter les nouvelles dispositions sur les indemnités chômage qui rendront plus difficile l’accès à une pension complète (sauf réforme du calcul des retraites).

    Résultats :
    – A compter du 01/01/2025, la retraite à taux plein pas avant 64 ans (Si vous avez travaillez à temps complet !!! sinon ce sera quelques années de plus)
    – Une retraite mensuelle minimum de 1000 € à partir du 01/01/2021 pour une carrière complète a temps plein au lieu de 980 € actuellement en rappelant que le seuil de pauvreté est de 1015 € : La belle affaire !!!!
    Quid des carrières hachées (temps partiel contraint, chômage longue durée, artisans et commerçants « auto-entrepreneurs, étudiants, « Uberisants », etc…) : travailler jusqu’à 75 ans, faire le plus d’enfants possibles (bonus de 5% par enfant et 7% à partir du 3°) ?
    – L’arnaque : faire croire qu’une commission paritaire décidera de la valeur du point et ceci sous le contrôle du parlement et dans un environnement budgétaire contraint par le gouvernement.

    Si les salariés et non-salariés ne se mobilisent pas pour empêcher cette réforme, qui n’a de réforme que le nom, qui vise en fait à encourager, pour ceux qui le pourront, à se constituer une retraite par capitalisation en laissant tous les autres dans une pauvreté qui ne fera que s’accentuer, c’est à ne plus rien comprendre. Les conséquences seront catastrophiques.

      +7

    Alerter
  • Macarel // 12.12.2019 à 11h42

    Les japonais du moyen-âge avaient une solution radicale…

    https://www.youtube.com/watch?v=7HXU24OYdaY

    Les corbeaux réglaient le “problème”, aujourd’hui ce sont les “fonds vautours” qui sont candidats à la “résolution du problème” !

    C’est ça le progrès !

      +9

    Alerter
    • Louis Robert // 12.12.2019 à 12h17

      Merci pour ce « moment fort », Macarel.

      Si devant cette cruauté absolue les intéressés ne comprennent toujours pas, alors là… c’est bien que tout espoir est perdu.

        +3

      Alerter
    • lateo // 12.12.2019 à 23h08

      Très bon film.
      Je me souviens que la mère s’était cassé/arraché les dents pour “prouver” qu’elle était sur la fin.
      Une bouche en moins à nourrir l’hiver pour donner une chance de survie au reste de la famille.

      L’idée est d’emmener les vieux jusqu’à un endroit sacré.
      Sauf qu’en escaladant la montagne, ils s’apperçoivent vite que la plupart abandonnent leurs anciens bien avant d’arriver au lieu sacré : trop haut, trop d’efforts.

        +1

      Alerter
  • jean-pierre.georges-pichot // 12.12.2019 à 12h07

    De Montvallon est un ahuri. Ce qui est réconfortant, c’est son désarroi. Encore un effort et il va peut-être admettre que pour comprendre ce qui se passe il faudrait qu’il voient des vrais gens au lieu de seulement lire la presse ‘made in MEDEF’. Il faudrait qu’il comprenne que pour la France les Etats-Unis ne sont pas des alliés mais des prédateurs. Qu’il se renseigne sur l’opinion dans les autres pays, qui n’est sans doute pas tant préoccupée par l’outrecuidance des travailleurs français que par l’arrogance de leurs propres exploiteurs. Qu’il trouve une autre source de réflexion que ses conversations de table avec ses homologues des médias internationaux financés par des milliardaires.

      +8

    Alerter
  • Ellilou // 12.12.2019 à 13h27

    Les deux défenseurs de la réformes étaient puants de mépris et de mauvaise foi…et cette manie d’invectiver et de se poser en “poseur de questions” face aux syndicalistes, notamment celui de la SNCF!

      +3

    Alerter
  • Myrkur34 // 12.12.2019 à 15h31
  • Catalina // 12.12.2019 à 15h37

    L’aliénation me guette ou alors une dissonance cognitive structurée :
    La CFDT défile contre la réforme et EN MEME TEMPS, elle signe “A l’occasion du vote de cette résolution sur l’Europe, qui marque l’expression de la société civile organisée sur la situation et l’avenir de l’UE, sept groupes (CFDT, Associations, CFTC, Coopération, Environnement & Nature, Mutualité et UNSA), dont certains sont membres du collectif « Faire vivre les places de la République » se sont associés dans une déclaration commune pour réaffirmer solennellement leur engagement envers la poursuite de la construction européenne. ”
    https://www.cfdt.fr/portail/idees/resolution-du-cese-pour-une-europe-ambitieuse-solidaire-et-respectee-dans-le-monde-srv1_631824

    Et la réforme est exigée par l’ue :
    “Depuis des années, c’est devenu un mantra à la Commission européenne. La France doit réformer ses retraites pour alléger sa dette publique qui frôle les 99% du PIB. Bruxelles prône même un alignement des régimes de retraite public-privé, ce qui, selon l’UE, réduirait de plus de cinq milliards les dépenses de l’État français à l’horizon 2022.”
    https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/reforme-des-retraites-l-ue-encourage-macron-qui-sera-fragilise-en-cas-d-echec_3731729.html

    Donc la CFDT qui s’est soumise à l’ue manifeste contre une reforme voulue par l’ue.
    Dissonnance vous-dis-je.

      +5

    Alerter
  • Myrkur34 // 12.12.2019 à 16h02

    Je me disais quand même pour un type de 72 ans; il avait bonne mine. Un chiraquien pur jus !

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/12/cumul-des-postes-jean-paul-delevoye-s-engage-a-rembourser-les-sommes-percues-depuis-2017_6022648_823448.html

    NB/ Allez hop on rembourse 123000€ en un tour de main. Elle est pas belle la vie dans la haute administration française ?
    Qu’es ce qui nous différencie de Malte ?

      +4

    Alerter
  • guzy // 12.12.2019 à 16h22

    Je constate que le site les Crises commence à avoir son petit lot de trolls, c’est bon signe.

      +2

    Alerter
    • Louis Robert // 12.12.2019 à 17h13

      C’est commencé depuis longtemps déjà… avec une poussée (en français un « boost»?) très perceptible lorsque le site fut pris pour cible privilégiée par le Pouvoir insatisfait et accusé de plusieurs maux par courtisans interposés. Chacun se rappellera la Grande Guerre des Pastilles… D’où un changement de cap remarqué sur le site depuis lors, dont certains d’entre nous ont d’ailleurs écrit, fort modérément, discrètement même.

      Ça ne fait donc que se poursuivre en s’accroissant, surtout manifestement sur les sujets dits « sensibles », tabous, etc.

      Mais il ne faut au pire que le penser, sans le dire… au risque de se voir modérément censuré, ce qui n’a du reste jamais rien changé à l’affaire.

        +2

      Alerter
  • Patrick // 12.12.2019 à 16h49

    Je suis mort de rire !!
    Martinez dela CGT avait appelé à voter Macron qui avait déjà annoncé ses plans concernant la retraite et maintenant il se fait botter le c..
    Vous avez voté Macron ? vous l’avez , alors arrêtez de vous plaindre.
    Moi , j’avais voté nul et je suis en train d’étudier une voie de sortie parce que je viens de recevoir mon décompte et ce que je vais toucher à 62 ans ( avec l’ancien système ) , c’est pas terrible.

      +7

    Alerter
  • annapa // 12.12.2019 à 21h00

    à la minute 48 : “les gens veulent moins d’impôts”. Les gens veulent surtout du fric pour payer leurs impôts.

      +3

    Alerter
  • Brigitte // 13.12.2019 à 09h20

    Le vrai problème est avant tout politique: absence de démocratie. C’est au peuple français de dire s’il veut une réforme et laquelle. Ce n’est ni au gouvernement de l’imposer ni aux syndicats de prendre les usagers des services publics en otage. Il faut un référendum. Pourquoi les syndicats ne le demandent-ils pas ? ils montreraient ainsi qu’ils défendent tous les français et auraient leur adhésion.
    Car la colère dépasse de loin la réforme des retraites. Tout le monde est d’accord là dessus. Il faut sortir des revendications catégorielles. D’ailleurs j’ai entendu dire que les policiers arrêtaient la grève, Macron ayant cédé à leurs revendications.
    La grève ouvrière n’a de sens que dans le privé, quand on veut faire plier le patronat. Dans le cas des services publics, c’est de la pantomime. Au final, les usagers vont délaisser les services publics défaillants et accepter leur privatisation. Donc échec sur toute la ligne. Il parait qu’Amazon fait un pognon de dingue en ce moment….
    Dommage que les GJ se laissent avoir et acceptent de jouer les figurants.

      +1

    Alerter
    • Louis Robert // 13.12.2019 à 12h16

      Bonjour, Brigitte,

      « Le vrai problème est avant tout politique: absence de démocratie. »

      Et vous proposez un référendum?

      Et si nous nous rencontrions d’abord à Lisbonne pour en discuter en dégustant un café fort au son du Fado…

      https://www.youtube.com/watch?v=HrXkFGekVF8

      Cdmt

        +1

      Alerter
      • Brigitte // 13.12.2019 à 15h11

        Louis Robert, merci pour votre proposition, j’adore le Portugal et le Fado, même chanté par des femmes ayant dépassé l’âge de la retraite…
        C’est à Londres ou Manchester qu’à mon tour je vous propose d’en discuter en sirotant un thé sur un air de “folk”.
        C’est encore dans ce bout d’Europe que la démocratie fonctionne le moins mal!
        Vous n’avez pas encore compris qu’il faut changer le système politique français?
        Qu’attendez-vous donc de cette grève?
        1995: Juppé annule la réforme des retraites, cad portant juste sur l’âge de départ. Quoi d’autre?
        Les syndicats se sont satisfaits de peu comme d’hab, ont mobilisé l’énergie des travailleurs et ont sacrifié des petits entrepreneurs pour un résultat qui n’est pas du tout à la hauteur des espérances. C’est toujours comme ça avec les syndicats!
        Vous verrez bien les résultats cette fois-ci, surtout qu’avec Macron et l’UE, c’est pas la même chanson… Nada!
        Alors que si nous faisons pression pour une consultation populaire, qui serait refusée certes mais qui pourrait mettre vraiment le feu aux poudres, là il y aurait une avancée pour notre pays.

          +2

        Alerter
        • azuki // 13.12.2019 à 21h57

          Un consultation populaire comme toutes celles qu’on a faites depuis la mémorable «Constitution Européenne» ou il a fallu changer le peuple parce qu’il votait mal ? (ou plutôt s’en passer).

          Je retourne lire https://www.les-crises.fr/12-decembre-1995-discours-de-pierre-bourdieu-aux-cheminots-grevistes/

            +1

          Alerter
          • Brigitte // 14.12.2019 à 08h52

            Azuki, je suis d’accord sur le fond mais sur la forme, je n’y crois plus. Au mieux, la réforme sera repoussée, comme en 95 mais le système continuera de fonctionner de façon non démocratique.
            Il faut changer le système électoral faussement représentatif. Changer le mode de scrutin pour élire une vraie assemblée représentative et introduire le RIC. Pour ce qui est du président de la République, figure totémique de la nation, il devrait avoir un rôle d’arbitre, de médiateur et d’ambassadeur de la France à l’étranger. C’est tout. Le chef du gouvernement est le premier ministre, élu et révocable par l’assemblée.

              +1

            Alerter
        • Louis Robert // 14.12.2019 à 03h10

          Le Fado et l’immortelle Argentina Santos (décédée au lendemain du premier anniversaire des Gilets Jaunes!) ne devraient pas se révéler des obstacles insurmontables entre nous, Brigitte. Considéré depuis Lisbonne, « votre » référendum me semble bien plus problématique.

          Je n’attends rien de cette grève, ni des syndicats, ni des grévistes. « Le système politique français » me semble devoir être non pas « changé » mais aboli au profit d’une véritable démocratie directe, à la faveur d’une révolution populaire qui « mette vraiment le feu aux poudres ». Or, malgré l’originalité de votre approche, je ne crois pas qu’en cela « votre référendum » soit productif, ni même utile. Le Pouvoir macronien ne refusera pas, il gagnera du temps, repoussera l’échéance, manipulera la consultation… Au pire, il fera comme lors du Traité de Lisbonne, ignorant les résultats de toute consultation populaire qui lui soit défavorable.

          Comme dans Homère la belle Hélène consentante, le Pouvoir doit être saisi, pris, enlevé et chéri par l’unique Souverain, sans partage. Cet unique Souverain, c’est le peuple, exerçant sa souveraineté sans devoir demander l’approbation de quiconque, sans « consultation populaire ».

          J’espère que le Royaume, respectant la volonté du peuple, donnera bientôt une leçon de démocratie à l’UE, donc à la France, hors de l’UE. Nous aurons alors raison de célébrer en prenant le thé à Londres, invités par mes amis « brexiters», deux couples de scientifiques et d’humanitaires indomptables qui me sont chers.

            +3

          Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications