Les Crises Les Crises
11.décembre.201911.12.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire – Polanski, Adèle Haenel, Ligue du LOL, etc.

Merci 34
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’Interdire, 04-12-2019

Polanski, Adèle Haenel, Ligue du LOL, etc. : le tribunal médiatique est-il justifié ?

Frédéric #Taddeï reçoit Olivia Dufour, Isabelle Germain, journalistes, ainsi que Caroline Mecary et Florence Rault, avocates.

Source : Russia Today France, Interdit d’Interdire, 04-12-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Françoise // 11.12.2019 à 10h28

Tribunal médiatique ? Et si les tribunaux ainsi que la police faisaient leur travail, peut-être n’y aurait-il pas lieu de voir des victimes s’adresser aux médias et aux réseaux sociaux. Le personne qui défend bec et ongle ce système pourri depuis des lustres est odieuse. Voici des chiffres (ici, il s’agit d’inceste et de pédophilie). Les chiffres sont ahurissants (voir notamment le dernier paragraphe).
https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-enfants-victimes-de-viol-et-violence-sexuelles-en-france-ont-en-moyenne-10-ans-1570427467?

11 réactions et commentaires

  • Françoise // 11.12.2019 à 10h28

    Tribunal médiatique ? Et si les tribunaux ainsi que la police faisaient leur travail, peut-être n’y aurait-il pas lieu de voir des victimes s’adresser aux médias et aux réseaux sociaux. Le personne qui défend bec et ongle ce système pourri depuis des lustres est odieuse. Voici des chiffres (ici, il s’agit d’inceste et de pédophilie). Les chiffres sont ahurissants (voir notamment le dernier paragraphe).
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-enfants-victimes-de-viol-et-violence-sexuelles-en-france-ont-en-moyenne-10-ans-1570427467?

      +18

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 11.12.2019 à 14h30

      Calmez-vous, la majorité des victimes ne portent pas plainte, et rares sont les accusations calomnieuses contrairement justement à ce qu’il est de bon ton actuellement de diffamer.

        +0

      Alerter
    • V_Parlier // 11.12.2019 à 20h13

      Le problème est aussi qu’aujourd’hui seuls les viols en milieu mondain (dans des circonstances parfois floues pour certains) sont jugés dignes d’intérêt par les médias. Les horreurs qui se passent chaque jour ne les intéressent pas, circulez il n’y a rien à voir.

        +4

      Alerter
      • V_Parlier // 11.12.2019 à 20h40

        (D’ailleurs pas que les médias. La justice aussi: Toucher la cuisse d’une « people » sera jugé plus sévèrement que ces horreurs de tous les jours que je n’ai même pas envie de décrire et perpétrées sur des inconnues)

          +2

        Alerter
  • Fabrice // 11.12.2019 à 12h41

    Le gros problème c’est que pour retrouver la paix le plus rapidement possible le général de Gaulle n’a pas voulu faire une vrai opération main propre (quelques exemples insuffisants ), il a dû coup permis à ceux qui sont les ennemis intérieurs de la France de rester en place (justice, hauts fonctionnaires, médias, industriels,….) et de continuer de diffuser leur haine et de travailler contre les intérêts de la nation.

      +0

    Alerter
  • Anouchka // 11.12.2019 à 15h35

    C’est bien la tout le fond du problème. Comme le souligne l’une des intervenantes, l’objectif de (certaines) féministes actives dans ces actions de dénonciations médiatiques est que « la honte change de camp ». j’entends le font de votre argument : la violence de ces campagnes médiatiques est de nature terroriste.

    Cependant vous dites que ce sont les hommes qui sont maintenant brûlés, tels des sorciers… Personnellement, j’aimerais mieux être victime d’une cabale médiatique que torturee et brûlée en place de grève comme les sorcières des jadis…

    Il ne faut pas croire non plus que ce terrorisme médiatique soit si nouveau que ça. Je suis tombée récemment sur l’histoire abracadabrante du corbeau de Tulle. A côté de ça, les membres de la ligue du Lol peuvent aller se rhabiller :
    https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/un-corbeau-et-des-hommes-22-lucifer-habite-au-111

      +1

    Alerter
  • Anouchka // 11.12.2019 à 16h37

    Je voudrais attirer l’attention sur le lapsus qui a été fait à la fin de l’émission, et très malicieusement relevé par Taddei (sur le fait que Polanski n’aurait pas du choisir Mediapart pour se défendre, mais plutôt le tribunal.)
    Dans le cas de l’affaire Polanski, on voit que passer au tribunal peut s’avérer une arme à double tranchant, car le tribunal peut certes contribuer a enterrer une affaire, mais peut aussi parfois avoir la main lourde et les condamnations qu’il prononce peuvent être autrement plus grave que celles d’un simple « opprobre social » plus ou moins temporaire.
    Et surtout, le tribunal n’est pas sourd à ce qui se dit dans l’espace social et les médias. Ce qui a été vrai pour l’affaire Noziere jadis, l’a été aussi pour l’affaire Polanski et pour de nombreuses autres (l’assassinat de Jaurès est un autre exemple).

    Pour cette raison, pour faire triompher la justice, il faut d’abord « éliminer » les sophistes de l’espace médiatique public, les sophistes, c’est-à-dire ces gens qui manient bien la rhétorique et font passer pour vrai, a l’aide de belle paroles, des raisonnements totalement faux et mensongers.
    Le discours sur les « zones grises du consentement » ou le « feminicide » confine parfois au sophisme. Nous devrions nous en garder.

      +6

    Alerter
  • verdurin // 11.12.2019 à 21h58

    De fait la question du « tribunal médiatique » n’a pas vraiment été abordé dans l’émission.
    Il a juste été question d’un certain nombre d’exemples concernant exclusivement les violences contre les femmes.

    Quelque part j’aimerais que les juristes aient une teinture de statistique.

    Quand Isabelle Germain parle d’épiphénomène pour négliger le fait qu’une femme puisse mentir, on peut aussi se dire qu’une femme tuée par son conjoint ( ou ex ) est un épiphénomène.
    Dans les causes de mortalité c’est complètement négligeable.

    Or je crois qu’il est important d’essayer de lutter contre ces meurtres.
    Pas parce qu’il y en a beaucoup, mais parce que, même peu, c’est trop.

    Et pour les fausses accusations c’est pareil, il n’y en a peut-être pas beaucoup, mais même peu c’est trop.

      +3

    Alerter
  • Julien // 12.12.2019 à 09h58

    Le problème réside surtout dans le fait que, les réseaux sociaux ont ouvert la porte à l’individualisme exacerbé et au narcissisme sans limite. Comme dit dans la vidéo, pour le cas Adèle, c’est elle qui à choisi son tribunal, elle qui à choisi internet pour balancer en pature un nom et le faire radier du milieu des producteurs de cinéma le lendemain . C’est la qu’on voit que la manipulation des médias est hallucinante. Sans aucun procès, sur la base de propos sur les réseaux sociaux, parceque nous vivons une époque de délation, cette personne est mis au ban. C’est juste inadmissible. Nous avons aucun élément sur les faits, hormis ceux de la victime qui forcément n’est pas neutre. Les médias sont en grande partie responsables des tribunaux médiatiques. ce sont eux les relais aprés Facebook ou Twitter. Ils relaient en amplifiant le phénomène avec des reportages, des analyses, des débats non contradictoires, un « aplaventrisme » hallucinant face au lobby féministe… tous ces comportements démontrent une chose : Désormais, surveillez vos attitudes et propos publics ou privés, car internet veille au grain. En 2 minutes votre vie peut être réduite à néant parceque vous avez fait les beaux yeux à une femme dans le métro (j’exagère mais on en est presque là)

      +7

    Alerter
    • BOURDEAUX // 12.12.2019 à 10h55

      Je partage vos propos; c’est sans doute ce genre de phénomène qui tuera les réseaux sociaux, s’ils continuent dans de telles circonstances à se donner le rôle de haut-parleur pour ce que l’on nommait naguère des ragots. Je partage par ailleurs le propos de V PARLIER : seuls les faits et gestes des « people » intéressent certaines ligues de vertu féministes. Quant aux journalistes, peut-on s’étonner encore qu’ils recueillent les matériaux de leurs reportages dans les caniveaux ?

        +3

      Alerter
  • SanKuKai // 12.12.2019 à 11h03

    Je ne suis pas sûr que j’aurais posé le problème comme ça. La question serait plutôt de savoir ce qui rend les médias aussi indulgents avec la ligue du Lol ou Polanski alors que les mêmes faits sont traités avec beaucoup moins d’indulgence quand les affaires concernent des inconnus au fin fond de la France.
    Blanche Gardin aux Molières qui compare l’affaire Polanski (sans le nommer) avec un boulanger tape en plein dans le mille. Extrait ici

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications