Les Crises Les Crises
27.novembre.201927.11.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire – Impôts : qui gagne, qui perd ?

Merci 68
J'envoie

Source : Interdit d’Interdire, Russia Today France, 25-11-2019

Frédéric Taddeï reçoit :

– Liêm Hoang Ngoc, économiste

– Pascal Salin, économiste

– Virginie Pradel, fiscaliste

– Franck Dedieu, directeur adjoint de la rédaction de Marianne

Source : Interdit d’Interdire, Russia Today France, 25-11-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 27.11.2019 à 07h12

La vrai question c’est à quoi servent nos impôts et taxes, on voit que l’état se désengage de plus en plus, réduit de plus en plus les budgets redistribués aux régions et aux communes à qui se voient déléguer des activités qui n’étaient pas avant de leur ressort (ex pont, monument….), on me dira à payer les fonctionnaires et bien non vu que les effectifs baissent au niveau de l’état (voir crise dans les hôpitaux et la police pour exemple) le problème se réduit au gâchis mais aussi à la dette du fait de l’incompétence de nos politiques depuis des décennies, si il devaient être payé à leur réussite ils devraient rembourser les sommes perçues à mon avis.

25 réactions et commentaires

  • Fabrice // 27.11.2019 à 07h12

    La vrai question c’est à quoi servent nos impôts et taxes, on voit que l’état se désengage de plus en plus, réduit de plus en plus les budgets redistribués aux régions et aux communes à qui se voient déléguer des activités qui n’étaient pas avant de leur ressort (ex pont, monument….), on me dira à payer les fonctionnaires et bien non vu que les effectifs baissent au niveau de l’état (voir crise dans les hôpitaux et la police pour exemple) le problème se réduit au gâchis mais aussi à la dette du fait de l’incompétence de nos politiques depuis des décennies, si il devaient être payé à leur réussite ils devraient rembourser les sommes perçues à mon avis.

      +35

    Alerter
    • Pinouille // 27.11.2019 à 09h12

      “La vrai question c’est à quoi servent nos impôts et taxes”
      Il ne tient qu’à vous de consulter les sites officiels pour le savoir.
      En voici un petit aperçu: https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/actualites/2018/direction-budget-a-publie-edition-2018-budget-etat-vote-en-quelques-chiffres#.Xd4uPyBCeUk
      J’attire votre attention sur le deuxième panneau: https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/images/budget/budget/budget2018_infographies/infographie-equilibre-budget2018.png

        +1

      Alerter
      • Papagateau // 27.11.2019 à 09h26

        Ça contient quoi des catégories aussi vagues que “budget de fonctionnement” et “frais d’intervention” ?

        Donc ces documents sont inutiles.
        De plus, ils sont rédigés par le gouvernement.

          +21

        Alerter
      • Brigitte // 28.11.2019 à 07h43

        Je trouve assez parlant que le budget de la justice et des affaires sociales soient délaissés au profit de l’éducation et de l’armée. J’imagine que la santé est incluse dans les dépenses sociales, jamais nommée en tant que tel, donc assez loin derrière l’éducation. Quand on pense aux problèmes des hôpitaux on est en droit de se demander si il n’y a pas un abandon pur et simple de l’état, rationnel au demeurant puisque l’espérance de vie n’est pas une bonne fée pour la sécu….et les caisses de retraites.
        L’éducation est une gabegie financière pour des résultats très médiocres. Ce terme prétentieux devrait être remplacé par Occupation. En effet, que fait-on sinon occuper la jeunesse à attendre patiemment de devenir autonome, ce qui prend de plus en plus de temps. Nous sommes presque en phase avec le système anglo-saxon…merci qui?

          +1

        Alerter
    • Kiwixar // 27.11.2019 à 10h10

      “La vrai question c’est à quoi servent nos impôts et taxes”

      C’est un des 2 points principaux. L’autre point est : est-ce que chacun paye équitablenent, progressivement, en fonction de ses revenus. Ce n’est bien sûr pas le cas : les pauvres paient bien plus (Tva, taxe sur les produits pétroliers, etc) et sont soigneusement essorés jusqu’au trognon, en argent comme en temps.

      Avant, il restait aux pauvres les yeux pour pleurer, mais plus maintenant (éborgnés un par un). La France, patrie des droits du bourgeois.

        +27

      Alerter
      • Sylvain // 27.11.2019 à 22h44

        Moi je vois la tva comme un impôt assez bien fait :
        – pour le particulier : plus tu consomme plus tu paye (donc plus t’es riche plus tu paye)
        – pour l’entreprise : plus t’investis moins tu paye, et plus tu fais de marge plus tu paye

        Ça me parait assez juste comme taxe.

          +1

        Alerter
        • karl34 // 28.11.2019 à 06h19

          “pour l’entreprise : plus t’investis moins tu paye, et plus tu fais de marge plus tu paye”
          TVA :taxe à la valeur ajoutée: la valeur ajoutée c’est essentiellement les salaires (et les cotisations)
          donc plus tu emploies de personnel, plus tu paies!
          “pour le particulier : plus tu consomme plus tu paye (donc plus t’es riche plus tu paye)”
          en fait, plus tu gagnes, plus tu épargnes, donc moins tu paies de TVA
          et donc, moins tu gagnes, plus tes dépenses sont contraintes, et plus tu paies de TVA

            +4

          Alerter
    • david // 27.11.2019 à 10h53

      bein ca sert a payer:
      le CICE
      le CIR
      l’aide a l’energie aux entreprises, le meme principe que le CIR applique a ce domaine
      desficaliser les aides scolaires privees
      payer l’enseignement prive
      etc…
      bref du ruissellement anti-gravite.

        +25

      Alerter
  • Pie vert // 27.11.2019 à 08h41

    C’est simple,le pouvoir actuel comme le précédente repose sur 2 piliers robustes :
    – les bataillons de retraités qu’il faut bichonner :Les inactifs retraités sont bien plus riches qu’avant jamais une classe d’inactif n’a pesé aussi lourd dans la richesse produite (peut-être sous la monarchie..). La CSG n’a touché sévèrement
    que les retraités inférieur, ils ne concernent pas Macron.
    – Les idiots utiles : classe moyenne supérieur, ils sont perdants dans les faits car ils sont très ponctionnés,leurs emplois se precarisent, leur avenir est médiocre (pour eux et leurs enfants),mais par idéologie bien-pensante ,europeiste et mimmetique (ils revent à l’hyperclasse )ils soutiennent le pouvoir, et tant qu’ils ont la foi ils seront ponctionnés toujours plus fort.

      +24

    Alerter
  • charles-de // 27.11.2019 à 10h01

    Les documents “officiels”sont faits par des gens qui ne font qu’essayer de justifier la façon dont ils nous mènent. En bref, de LA PURE PROPAGANDE, qu’ils nous font payer, bien sûr !

      +9

    Alerter
  • Frexit // 27.11.2019 à 10h21

    Qui gagne?
    Les multinationales, les très riches qui font de l’évasion fiscale légale) en profitant des paradis fiscaux européens (Luxembourg, Jersey, Irlande, Pays-Bas, Belgique
    Qui perd?
    Nous, TOUS les français; car nous payons TOUS des impôts (CSG, taxes indirectes)

      +12

    Alerter
    • pie vert // 27.11.2019 à 14h47

      très réducteur, les hyper-riches et la haute administration Française ne représentent qu’à peine 0.5 % de la population; aussi en dehors d’une dictature impitoyable on ne tient pas un pays 30 ans en s’appuyant sur cette classe.
      Les gagnants en France sont les rentiers : les boomers, retraités disposant de la rente immobilière et de leur pension de retraite; ils soutiendront l’Euro et Macron jusqu’à leur dernier souffle, et vu qu’ils sont nombreux il sera réélu. La politique des taux bas qui ronge l’épargne est contre -balancée par la bulle immobilière pour ces rentiers inactifs. Les actifs eux commencent à souffrir notamment les jeunes, et les plus précaires, et ce n’est que le début. La fin de partie peut venir du tournant générationnel où les retraités de demain précarisés par la réforme Macron lâcheront le pouvoir (comme les britanniques pour le brexit) donc dans 10 ans…sinon le tremblement de terre viendra d’Allemagne puis que la situation est presque diamétralement opposée (un comble pour les créateurs de l’Euro qui espéraient uniformiser la zone : bel échec)

        +4

      Alerter
  • basile // 27.11.2019 à 10h28

    j’ai vu venir le coup dès les annonces de baisse d’impôts; Pour les vérifier, j’ai mis sur tableur tout de façon très détaillée : tous les impôts, tous les revenus

    —————————–2017——–2018———-2019
    total impôts——-11481——-11818———-6262
    total retraite——52616——-51568——–46423
    revenus fonciers–5000——–5000———-5000

    net d’impôts——46135——-44750——–45161

    verdict : si j’ai un peu plus qu’en 2018, j’ai 1.000 € de moins qu’en 2017

      +5

    Alerter
  • Frédéric Boyer // 27.11.2019 à 11h25

    Le coup du riche qui a fait l’effort d’épargner pour devenir riche : Pascal Salin dépasse les bornes de la fumisterie.

    Comment ce type peut-il avoir été professeur d’économie ? Il s’apparente plus à un prédicateur de la religion capitaliste qu’à autre chose.
    Il dit croire lui aussi, comme Delors et Bérégovoy, aux “fruits de l’épargne”, alors que n’importe quel entrepreneur dira que le développement d’une entreprise repose sur une dynamique d’endettement.

    L’épargne ne produit aucun fruit, excepté la déflation, la ruine et la désolation.

      +14

    Alerter
    • Fabrice // 27.11.2019 à 12h41

      J’ai remarqué que lui et un autre qui sévit sur BFM sont des professeurs qui parlent de libéralisme mais non pas un seul échantillon à fournir (clin d’œil à Coluche) ils ont vécu sur les dîme de l’état et de conférences mais n’ont jamais produit réellement aucune richesse réelle.

      Bref devrais vrais serviteurs et propagandistes d’une cause dont ils ne subiront jamais les effets.

        +20

      Alerter
  • Frédéric Boyer // 27.11.2019 à 11h32

    Virginie Pradel, soeur de la perpétuelle indulgence pour les riches…

      +11

    Alerter
    • Ellilou // 29.11.2019 à 11h27

      Invitée régulièrement par Frédéric Taddeï, malgré ses piètres talents de petite fiscaliste banale.

        +1

      Alerter
  • Docteur No // 27.11.2019 à 12h39

    La médiocrité des arguments des néolibéraux, arc-boutés sur leur idéologie (“impots = vol = Staline”) et leur refus du réel (“Les pauvres sont les gagnants du quinquennat Macron”) laissent pantois, d’autant qu’au fil de ces émissions il n’y a en pas un pour rattraper l’autre. Comment ces gens là peuvent-ils encore tenir le haut du pavé dans ces conditions ?

      +7

    Alerter
  • Ernesto // 28.11.2019 à 02h22

    En France, un ménage sur deux ne paie pas d’impôt sur le revenu (le plus juste puisque progressif), signe que le niveau des salaires est très bas (les néolibéraux nous serinent qu’il faut réduire le « coût » du travail pour être compétitif sur un marché libre et non faussé, ultra-concurrentiel). Nous sommes donc dans un régime de basse pression salariale. Par contre, tout le monde paie plein pot la TVA et la CSG (impôts les plus injustes puisque proportionnels). Il y a 9 millions de pauvres (14% de la population), 6 millions de chômeurs (en comptabilisant toutes les catégories), dont plus de la moitié n’est pas indemnisée. Les inégalités explosent (cf Piketty et son dernier ouvrage « capital et idéologie »). Heureusement que la redistribution opère un rééquilibrage des revenus primaires,sinon la misère des couches populaires serait encore plus tragique (pensons aux millions de pauvres qui peinent à survivre avec moins de mille euros mensuels, souvent beaucoup moins). Tout en haut de l’échelle sociale, tout baigne, ne changez rien pour eux comme disait Coluche !
    (A suivre)

      +4

    Alerter
  • Ernesto // 28.11.2019 à 03h05

    La revue « Challenges », comme tous les ans depuis 23 ans, vient d’établir le palmarès des 500 plus grandes fortunes françaises. La fortune des 0,001 pour cent les plus riches, s’approche des 650 milliards d’euros (30% du PIB de la France). Le total de patrimoine est passé de 81 à 650 milliards en 23 ans. Les 10 premiers du classement ont vu leur fortune quadrupler, alors que celle des 490 suivants a doublé. La première fortune de France et d’Europe, Bernard Arnault vient de s’offrir pour la modique somme de 16,2 milliards de dollars la prestigieuse joaillerie US Tiffany. Dans le même temps, il fête en présence du président Trump en personne, l’ouverture d’une boutique de cuir Louis Vuiton au Texas. La France a beau détenir le record de taux de prélèvements obligatoires pour assurer le niveau de ses prestations sociales (n’oublions pas que la grande Amérique a connu sous Roosevelt et pendant des années, des taux marginaux maximum à 90%), ça ne met pas pour autant les grands possédants sur la paille. Les patrons du CAC 40 s’augmentent de 12% , la moyenne de leurs salaires tourne autour de 5 millions d’euros, le pays détient aussi le record des versements de dividendes aux actionnaires.

      +6

    Alerter
    • JBB // 28.11.2019 à 23h49

      Le fait que nous sommes champions des dividendes démontre surtout le fait que nos entreprises n’investissent pas beaucoup. Mais ce n’est guère étonnant, qui a envie d’investir dans un pays qui déteste les grosses entreprises et les riches et qui est champion du monde des règlements, des taxes, des grèves, des congés, des ZAD ( et depuis un an des combats de rues ). Les derniers exemples, Tesla qui s’installe en Allemagne et Peugeot aux Pays-Bas le montre bien.
      Le pire étant que comme les Français détestent aussi les actions, les dividendes partent à l’étranger financer les retraites de nos voisins…

        +2

      Alerter
      • Sdd // 30.11.2019 à 23h45

        Salut, tes exemples sont significatifs. Peugeot au pays bas? C’est parceque c’est le plus gros paradis fiscal europeen, avant le Luxembourg et la Suisse, grâce a leur statut d’entreprise “fondation a but lucratif”. Pour Tesla qui s implanté en Allemagne, Tesla a clairement déclaré vouloir récupérer les techniciens ingénieurs et ouvriers qualifiés qui allaient se trouver au chômage, probablement a cause de la transition du marché auto vers lelectrique, de l’industrie auto allemande

          +0

        Alerter
  • Tavarmany // 28.11.2019 à 10h49

    Les gouvernants aiment bien dire “on vit de plus en plus vieux alors il faut travailler plus longtemps”.
    Je ne les entends pas trop dire “nous sommes de plus en plus nombreux alors il faut augmenter les.moyens et les effectifs” (hôpitaux notamment car pas trop dématérialisable).

      +4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications