Les Crises Les Crises
20.décembre.201820.12.2018 // Les Crises

Juncker : les médias britanniques ne respectent pas les droits humains des politiques

Merci 283
J'envoie

Source : The Guardian, Daniel Boffey, 06-10-2018

Le président de la Commission européenne admet que la presse anglaise ne lui manquera pas après le Brexit

Daniel Boffey, à Bruxelles

Samedi 6 octobre 2018

Jean-Claude Juncker a insisté sur le fait qu’il doit y avoir des limites à la liberté de la presse tandis qu’il accuse les médias britanniques de piétiner les droits humains des acteurs politiques.

Lors d’une interview spontanée à un moment crucial des négociations Brexit, le président de la Commission européenne a également déploré que l’ancien Premier ministre, David Cameron, l’ait empêché de faire campagne lors du référendum de 2016.

« Si la commission était intervenue, peut-être les bonnes questions auraient-elles fait leur apparition dans le débat », a déclaré Juncker à un groupe de journaux autrichiens. « Maintenant, vous découvrez de nouveaux problèmes presque tous les jours, des deux bords. À l’époque, nous savions déjà clairement à quelles épreuves et tribulations ce vote déplorable des Britanniques allait conduire. Je suis toujours étonné de ce qu’on me reproche toujours. »

Juncker, 63 ans, a fait l’objet d’attaques dans les médias en raison de son penchant réputé pour l’alcool et du parcours de son père pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Joseph Juncker, disparu en 2016, a été forcé de combattre pour la Werhmacht allemande après l’invasion du Luxembourg par le régime nazi. Il a été accusé à tort par des journaux anglais d’avoir été un sympathisant du régime d’Adolf Hitler. [Amalgame avec le beau-père de J-C Juncker (Louis Frising) qui a lui joué un rôle actif dans la propagande nazi au Luxembourg, NdT]

Le président de la Commission a été accusé ces derniers mois d’être ivre lors d’un sommet de l’OTAN à Bruxelles, à la suite de la diffusion d’une vidéo le montrant incapable de marcher sans aide.

Son porte-parole a insisté sur le fait qu’un grave problème de sciatique et de crampes était à déplorer. Juncker lui-même a lancé un appel au « respect » après que des questions aient été soulevées au sujet de sa santé.

L’ancien Premier ministre du Luxembourg, dont l’arrivée à la tête de la Commission a été violemment combattue par Cameron et un nombre important de journaux anglais, a déclaré dans sa dernière interview que s’il était déterminé à conclure un accord avec Theresa May, il ne regrettait pas que les médias britanniques soient moins influents à Bruxelles.

« La presse britannique ne sera pas ce qui me manquera le plus », a-t-il dit. « C’est à cause, notamment, du fait qu’ils ne respectent pas du tout les droits humains des acteurs politiques. La liberté de la presse a également ses limites… On ne devrait pas pousser les gens dans la souffrance dans leur vie privée. »

Juncker, dont le mandat en tant que président de la Commission prendra fin l’an prochain, a poursuivi : « Au passage, le gouvernement de Cameron m’a demandé de ne pas intervenir dans la campagne du référendum de 2016. »

« Au même moment, je regrette que la Commission n’ait pas voulu le faire, car c’était le souhait des Anglais. »

Dans le sillage de la nomination de Juncker au poste de président de la Commission en 2014, Cameron avait admis qu’il allait devoir faire face à des difficultés pour garder la Grande-Bretagne dans l’Union européenne, affirmant que le nouveau chef de l’UE avait été une puissance pour affaiblir la position des États membres. Seul le Premier ministre hongrois d’extrême droite Viktor Orban, avait soutenu l’opposition britannique au président.

Juncker a néanmoins émis une note plus optimiste dans son interview sur les négociations sur le Brexit, avec un sommet crucial des dirigeants dans moins de deux mois.

L’UE a déclaré qu’elle a besoin de constater « un maximum de progrès » d’ici la réunion du Conseil européen du 17 octobre, en particulier sur la question de la frontière irlandaise. Le sommet de Bruxelles a été décrit par les dirigeants européens comme le « moment de vérité » des pourparlers sur le Brexit.

M. Juncker a déclaré à la presse autrichienne, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil européen, que les derniers jours avaient donné quelques raisons d’être optimiste dans les négociations. Un sommet à la mi-novembre a été prévu au cas où un accord ne serait pas possible en octobre.

Juncker a dit : « Je pense que nous devons éviter ce scénario de non-accord. Ce ne serait bon ni pour le Royaume-Uni ni pour le reste de l’Union. »

« Je suis sûr que nous allons trouver un accord sur les termes de la sortie. Nous devons également nous entendre sur une déclaration politique qui accompagnera l’accord de sortie. Mais nous n’en sommes pas encore là »

« Mais notre volonté de vouloir atteindre un accord avec le gouvernement britannique est sans faille. Il faut se souvenir encore et encore que la Grande-Bretagne quitte l’Union européenne et que ce n’est pas l’Union européenne qui quitte la Grande-Bretagne. »

Il a ajouté : « J’ai de bonnes raisons de penser que les chances d’un rapprochement potentiel entre les deux parties se sont accrues ces derniers jours. Mais on ne peut prévoir si nous finirons en octobre. Si ce n’est pas le cas, nous le ferons en novembre. »

Juncker n’a pas souhaité s’exprimer sur le fait qu’il pense ou non que le Brexit pourrait encore être évité, au vu des divisions naissantes au sein du parlement et du gouvernement britanniques.

Il a dit : « Ce n’est pas une question qui concerne la Commission ou l’Union. C’est à la discrétion du parlement et du gouvernement britanniques. Je n’ai pas à interférer dans un débat intérieur à la Grande-Bretagne. Il y a suffisamment de confusion. »

Le titre de cet article a été modifié le 6 octobre 2018 pour refléter plus précisément ce qu’a dit Jean-Claude Juncker.

Source : The Guardian, Daniel Boffey, 06-10-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.


En hommage à notre Président – 13 /12/2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean // 20.12.2018 à 06h35

=> Le président de la Commission a été accusé ces derniers mois d’être ivre lors d’un sommet de l’OTAN à Bruxelles, à la suite de la diffusion d’une vidéo le montrant incapable de marcher sans aide.
Son porte-parole a insisté sur le fait qu’un grave problème de sciatique et de crampes était à déplorer. Juncker lui-même a lancé un appel au « respect » après que des questions aient été soulevées au sujet de sa santé.

Lorsqu’on est victime d’une sciatique l’on est pas hilare comme l’était Junker sur la vidéo qui a fait le tour du web. C’est un peu comme FranceTV qui efface par erreur “dégage” pour ne laisser que “Macron” sur une pancarte. A un moment donné, il va quand même falloir arrêter de prendre les gens pour des cons.

24 réactions et commentaires

  • Rond // 20.12.2018 à 06h35

    Ces derniers propos le confirment, Junker est un humoriste ! Même lorsqu’il a ses crises de sciatique, il se débrouille pour nous faire rire. Que ne s’est-il cantonné exclusivement dans ce registre où il excelle ?
    A part ça, il fait quoi dans la vie cet olibrius ? Beaucoup de mal et se venge sur l’ensemble des peuples Européens de ce que les journalistes Anglais ne respectent pas ses “droits humains de politique”.
    Heureusement, comme nous ne l’avons pas élu, il doit être assez inaudible. Ça doit largement limiter son pouvoir de nuisance, non ?
    Soyez créatifs !

      +6

    Alerter
    • traroh // 20.12.2018 à 14h30

      Que fait-il dans la vie ? Aujourd’hui, je ne sais pas, mais autrefois, il aidait les multinationales à frauder le fisc…

        +7

      Alerter
  • Jean // 20.12.2018 à 06h35

    => Le président de la Commission a été accusé ces derniers mois d’être ivre lors d’un sommet de l’OTAN à Bruxelles, à la suite de la diffusion d’une vidéo le montrant incapable de marcher sans aide.
    Son porte-parole a insisté sur le fait qu’un grave problème de sciatique et de crampes était à déplorer. Juncker lui-même a lancé un appel au « respect » après que des questions aient été soulevées au sujet de sa santé.

    Lorsqu’on est victime d’une sciatique l’on est pas hilare comme l’était Junker sur la vidéo qui a fait le tour du web. C’est un peu comme FranceTV qui efface par erreur “dégage” pour ne laisser que “Macron” sur une pancarte. A un moment donné, il va quand même falloir arrêter de prendre les gens pour des cons.

      +54

    Alerter
    • Jean // 20.12.2018 à 07h05

      Et c’est ces représentants du discours officiel qui vont ensuite déplorer que les théories complotistes les plus farfelus fleurissent sur le web, sans prendre conscience de leur responsabilité dans l’émergence d’un phénomène qui se nourrit du discrédit qu’ils alimentent.

        +15

      Alerter
    • charles // 20.12.2018 à 09h56

      > A un moment donné, il va quand même falloir arrêter de prendre les gens pour des cons.

      Baaahhh eeuuuuhhh la pratique remonte à loin. Cas d’addiction aggravé.

      Plus sérieusement, faut arrêter de penser que ces gens vont arrêter de vous prendre pour des cons…. un jour.
      C’est une partie intégrante de leur logiciel de winner que de prendre les autres pour des cons.
      Mais aussi de mentir, voler, manipuler.
      Je veux dire ouvrez la bible, page description du diable (yen aurait un si la bible était sincère), et voilà, vous y seriez.

        +5

      Alerter
      • W // 20.12.2018 à 11h24

        “faut arrêter de penser que ces gens vont arrêter de vous prendre pour des cons…. un jour.”

        Exact !

        Tant que ça marche, et que les européens sont trop cons pour obéir et payer….. pourquoi se priver ?!

          +3

        Alerter
    • step // 20.12.2018 à 11h24

      effectivement, il a la sciatique joyeuse le garçon.

        +3

      Alerter
  • Galvan // 20.12.2018 à 06h45

    Jean Claude Drunker ,,, tout un poeme. Pour avoir souffert souvent de sciatiques, je peux vous assurer que l’on ne se comporte pas de cette manière quand on en est atteint… par contre, quand on est bourré, oui …
    Quand a la philosophie politique de ce privilégié, elle est tout simplement nauséabonde : anti democrate, condescendant, acteur actif dans la mise en place de mécanismes d’évasion fiscale etc…

      +32

    Alerter
  • gracques // 20.12.2018 à 07h25

    Acteur actif dans la mis en place de mécanisme de fraude fiscale ….. mille fois oui, on ne le dira jamais assez , la soit disant ‘optimisation fiscale’ légale est de la FRAUDE pour très riches.
    Exemple pour le Luxembourg ….. la loi fiscale concernant les sociétés y paraît normale MAIS très légalement des accords secrets (Rullings) entre la société et l’état permettent de faire échapper à l’impôt par exemple les intérêts des prêts accordés aux filiales étrangères qui du coup’s’endetté auprès de leur maison mère Luxembourgoise ou pour les compagnie d’assurance sont imposées sur un taux de leur capital indépendamment de leur résultat réel (je ne vous décrit pas les possibilités de transfert de bénéfice que permettent les contrats d’assurance ).
    Il ne s’agit ni plus ni moins que du pillage des deniers publics des états voisins en TOTALE complicité avec les classes dirigeantes de ces pays . Du vol organisé .

      +29

    Alerter
  • Didier // 20.12.2018 à 10h19

    “On ne devrait pas pousser les gens dans la souffrance dans leur vie privée” (J.C Juncker)

    Et qu’a-t-il fait d’autre durant tout l’exercice de son mandat?

      +11

    Alerter
  • christian gedeon // 20.12.2018 à 10h46

    Le capo di capi…M. 3%! Qui ministre de l’économie puis premier ministre inamovible de la Grande Lessiveuse,mais légale,s’il vous plaît,pardon du Grand Duché.En fait le préposé des transnationales,adoubé par l’Allemagne,qui elle ne veut rien moins que “partager” le siège de la France au Conseil de Sécurité.Bourré ou pas bourré,on s’en fout…mais nous bourrant le mou avec un tel apomb,on ne s’en fout plus du tout.

      +7

    Alerter
    • W // 20.12.2018 à 11h21

      Juncker est un Volksdeutsch ….. tout est dit.

        +0

      Alerter
  • édrick d’Estroy // 20.12.2018 à 11h08

    et la marmotte met le chocolat dans le papier d’alu…
    Drunker et ses sous fifres sont les représentants du vol de souveraineté pour remplacer le politique, par la technocratie et le management et surtout ne pas écouter les peuples…
    la “Gouvernance” terme tellement ressassé par nos médiacraties a cette définition…
    Il ne faut en aucun cas négocier avec ces gens, vous posez votre application de l’article 50, vous récupérez vos billes, cessez de payer, et claquez la porte en n’oubliant pas les mesure de réciprocité en cas de tentatives de “forcing”…
    Et si ils insistent vous faites le compte de ce que nous a coûté (a perte) pour la France, l’UE depuis 1992 et demandez un remboursement intégral (au SAV de l’UE) avant toute idée de négociation…

      +9

    Alerter
  • step // 20.12.2018 à 11h25

    “Juncker, dont le mandat en tant que président de la Commission prendra fin l’an prochain, a poursuivi : « Au passage, le gouvernement de Cameron m’a demandé de ne pas intervenir dans la campagne du référendum de 2016. ”

    Effectivement quand on a des alliés politiques comme juncker, on a pas besoin d’adversaire.

      +4

    Alerter
  • RGT // 20.12.2018 à 19h56

    “Son porte-parole a insisté sur le fait qu’un grave problème de sciatique et de crampes était à déplorer. Juncker lui-même a lancé un appel au « respect » après que des questions aient été soulevées au sujet de sa santé.”…

    J’ai uns sciatique bilatérale et des crampes…
    Par contre je ne titube pas et je ne tiens pas des propos (trop) incohérents…

    Avant d’aller propager des “fèces niouzes” sur la santé de Juncker la Komission ferait bien de commencer à nettoyer les très nombreuses vidéos prises dans des lieux publics dans lesquels on voit ce “grand homme” adopter une démarche chaloupée.

    Encore sa sciatique me répondront certains.

      +2

    Alerter
  • SanKuKai // 20.12.2018 à 21h45

    Au moins il peut compter sur le soutient de tous les citoyens européens qui ont voté pour lui á ce poste de président de la commission européenne, seule habilitée à écrire les lois dans l’UE. C’est á dire le soutient de personne.

      +3

    Alerter
    • jdautz // 21.12.2018 à 11h06

      Si, quelques ministres corrompus quand même.

        +0

      Alerter
  • Caliban // 21.12.2018 à 04h35

    Il faudra sérieusement se pencher sur sa sciatique du foie au pépère, pour faire avancer la science.

    Et pour la rigolade, faire une compilation vidéo des méfaits de cette maladie orpheline (la dernière fois il avait mis 2 chaussures dépareillées … il a dû quitte la tribune, d’un pas chancelant qui rappelait celui d’Eltsine).

    Le pot de départ risque de na pas être beau à voir …

      +2

    Alerter
  • jdautz // 21.12.2018 à 11h05

    Ah ces aristocrates qui crient comme des gorets dès que les lois qu’ils font voter et tout ce qu’ils imposent aux autres sont appliquées a eux-même.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications