Je suis très heureux de vous présenter ce document historique sur la Libye.

Rappel historique

Rappelons qu’en février-mars 2011, s’est répandue l’information indiquant que Kadhafi bombardait des civils pacifiques qui manifestaient contre lui :

BHL joua un important rôle dans cette propagande de guerre (source) :

Acrimed montra qu’il est passé environ une fois par jour dans les médias durant 3 semaines :

Plus sérieusement, on sait aujourd’hui que ceci était faux, et quand, il y avait des combats, c’était face à des djihadistes, comme le rappelle Patrick Haimzadeh (ancien diplomate français en Libye, qui est un de nos spécialistes de ce pays) :

Or, à l’époque, Tony Blair, ancien premier ministre britannique qui a quitté le pouvoir en 2007, aurait été contacté par un « individu proche de Kadhafi » en 2011, pour aider à négocier un accord avec le gouvernement anglais. Le but aurait été de sauver la vie de Kadhafi, dont le régime était sur le point de tomber. (Pour plus d’informations, lire ici ou ici)

Comme il y a une transparence autrement plus grande en Angleterre qu’en France, le Parlement a déclassifié en 2016 le script de deux conversations entre Blair et Kadhafi, survenues le 25 février 2011 (ici et ).

Nous vous en proposons la traduction. Vous verrez : c’est assez surréaliste, Blair tenant de convaincre Kadhafi de l’existence d’atrocités (fantaisistes) décrites dans les médias anglais…

Source : UK Parliament, le 7/1/2016

La conversation téléphonique du 25 février 2011 entre Tony Blair et Kadhafi, de 11h15 à 11h45

[la ligne était mauvaise, donc il manque des mots]

Blair : Bonjour. J’ai essayé de vous joindre ces derniers jours. Nous sommes dans une situation grave et très difficile. Pouvez-vous s’il vous plaît me dire ce que vous pensez de ce qui se passe actuellement.

Kadhafi : Merci pour votre appel, M. Blair. Personne ne m’a prévenu que vous avez essayé de m’appeler. Je vais vous dire la vérité. Ce n’est pas une situation compliquée du tout. L’histoire est simple : une organisation a établi des cellules dormantes en Afrique du Nord. Une organisation qui se fait appeler al-Qaïda pour l’Afrique du Nord (peut-être des islamistes de Mahada ?) [à Djibouti, NdT]. Ils ne parlent pas arabe, ils parlent islamique. Les cellules dormantes de Libye sont semblables aux cellules dormantes qui étaient en Amérique avant le 11/9.

Soudain, ils ont reçu l’ordre d’attaquer les postes de police et de provoquer ces troubles. Ils ont réussi à prendre des armes. Ils ont attaqué les bâtiments par surprise et des coups de feu ont été échangés. Très peu de victimes des deux côtés. La police a été surprise par l’attaque. Ils n’ont pas pour tactique de faire des manifestations, ce n’est pas leur genre. (Il parle de « similarités avec l’Afghanistan et l’Algérie.) Ils ont réussi à prendre des armes et à terrifier les gens. Les gens ne peuvent plus quitter leurs maisons.

Ils ont été menacés avec des armes. Ils ont réussi à mettre en place des stations locales et, à Benghazi, ont propagé la pensée et les idées d’al-Qaïda. Ils veulent l’appeler l’Émirat al-Qaïda. Le chef est un détenu de Guantanamo appelé al-Hassadi (?). Les renseignements américains le connaissent. Ils nous l’ont remis. Ses disciples sont d’al-Qaïda. [Peut-être le Yumara… islamique ?] C’est une situation de djihad. Ils ont des armes et terrorisent les gens dans la rue. Après les avoir attaqué, ils fuient. Le portrait qui en est fait n’est pas fidèle. Pas de correspondants étrangers ici. Nous avons demandé à tous les journalistes du monde de venir voir la vérité. Ce sont des bandes armées qui ont des armes.

[Je n’ai] pas décidé de les affronter par la force, [j’ai] demandé à leurs familles de les convaincre de déposer les armes. Vous ne pouvez pas raisonner avec eux. Ils ne cessent de dire des choses du genre au nom de Mahomet. C’est comme ben Laden. Ils ouvrent la voie pour lui en Afrique du Nord. Ils ouvrent la voie pour lui en Afrique du Nord. Ils déplacent le système en Afrique du Nord. Ils contrôlent la mer Méditerranée. Leur plan est de [???] en mer Méditerranée les navires et les vaisseaux de non-croyants. Comme du temps de Barberousse et du temps de l’Empire ottoman. Ils veulent contrôler la Méditerranée, puis ils attaqueront l’Europe.

Il faut l’expliquer à la communauté internationale. Les reporters peuvent venir pour s’assurer que ceci est la vérité, ils sont les bienvenus. Une fois en leurs mains, ils les abattent. Ils ont un rôle à jouer à ce sujet, tous ceux qui veulent découvrir la vérité, ils le peuvent, les portes sont ouvertes. Nous sommes tous contre le terrorisme. Nous avons déjà fait cette alliance ensemble. Fournissez-nous le nécessaire pour que nous puissions lutter contre ce terrorisme. Les déclarations de l’UE et de l’ONU nous montrent qu’elles ne sont pas conscientes de la vérité et ne savent pas ce qui se passe. Il n’y a pas de journalistes pour transmettre la vérité. Nous n’avons pas dit au monde ce qui se passe. Aucune manifestation ou quoi que ce soit. Les rues pleines de gens soutenant la révolution. Même leurs propres familles disent « s’il vous plaît essayez de faire quelque chose, ils ont des armes et nous intimident nous aussi. » Nous avons besoin d’un ami. Expliquez la situation telle que vous la voyez en ce moment. Faites des efforts avec les Américains et l’UE. Travaillez avec eux.

Blair : Tout d’abord, j’ai parlé à des gens en Amérique et en Europe. Je parle à titre personnel. Je veux proposer ce que je pense être une solution. Il est essentiel que la violence cesse et que l’on tente d’engager un dialogue pacifique avec toutes les parties.

Kadhafi : Quelle sorte de violence ?

Blair : Il y a eu effusion de sang et de la violence. Laissons de côté la façon dont c’est arrivé. C’est important de mettre en place un processus qui permette d’arriver à traiter ce sujet d’une manière pacifique.

Kadhafi : Il n’y a pas de violence, ces gens ont attaqué des postes de police. Il y a eu échange de violence et ces gens ont perdu.

Blair : Je comprends ce que vous dites comme dirigeant. La communauté internationale peut aider, mais ne peut le faire que s’il y a un dialogue pacifique. Pas de violence. Le processus de changement ne peut se faire que d’une manière pacifique. Ces situations ne peuvent être résolues que d’une manière pacifique. Le désir de la communauté internationale est de voir se produire un processus pacifique. J’en serais heureux mais il faut l’accord du chef de file pour le faire.

Kadhafi : Certes mais vous devez souligner que la lutte se fait contre al-Qaïda. Nous ne les combattons pas, ce sont eux qui nous attaquent.

Blair : Absolument, je comprends cela.

Kadhafi : Envoyez des journalistes et des hommes politiques. Parlez-leur directement, voyez quel genre de personnages ils sont et leurs liens avec al-Qaïda.

Blair : Je comprends votre point de vue sur AQ. Et nous sommes autant contre AQ que quiconque.

Kadhafi : Nous n’avons aucun problème avec le peuple libyen. Ils sont otages à Benghazi et ???. Ils utilisent la force.

Blair : Mais la bonne façon de traiter ce problème est que le leader énonce clairement qu’il veut une issue pacifique à cette question. Si cela vous convient, je le transmettrai aux Américains et aux Européens. Le leader doit dire : « Je suis prêt à étudier une issue pacifique et à s’engager avec la communauté internationale, y compris américaine et européenne, pour obtenir une issue pacifique. » S’il est prêt, je mettrai le leader en contact avec les États-Unis et l’UE.

Kadhafi : C’est très bien. J’ai eu un message d’Obama dans les mêmes termes. Je suppose qu’Obama a compris ce qui se passe. Une fois que les journalistes étrangers seront venus ici pour dépeindre la vérité. Ils verront toute la vérité.

Blair : Il est important de connaître la vérité maintenant. Je comprends que vous êtes attaqué. Assurez-vous autant que vous pourrez que personne d’autre ne soit tué, aucune nouvelle effusion de sang, c’est indispensable pour arriver au processus que je décris. Si vous pouvez me l’assurer, je vais dire aux États-Unis et à l’UE de trouver une solution pacifique pour régler cette question.

Kadhafi : Ok, mais supposons qu’ils attaquent l’enceinte ou un poste de police : qu’est-ce que je fais ?

Blair : Je comprends la difficulté quand vous êtes attaqué. Mais l’utilisation d’avions pour attaquer des villes et l’utilisation de la force contre des civils, cela doit cesser, sinon c’est impossible pour la communauté internationale d’agir.

Kadhafi : De tels faits ne sont jamais arrivés. Ils ont pris des munitions. Maintenant, ils attaquent les camps militaires…

Blair : Je comprends. Ce que je vais faire est d’appeler les États-Unis aujourd’hui et l’UE et leur parler. Il faut apaiser la tension en ce moment. Je vais essayer de revenir avec une proposition ferme. L’action clé est d’apaiser la tension. Besoin d’un numéro où nous pouvons vous joindre très rapidement.

Kadhafi : Ok.

Blair : Je vous rappelle dans les deux heures.

Kadhafi : Merci.

Appel Tony Blair-Kadhafi de 15h35 à 16h00

Blair : J’ai parlé à des gens, le point clé c’est que l’effusion de sang et la violence doivent absolument cesser.

Kadhafi : qui a dit cela ? Tout est faux

Blair : Ce sont là les comptes-rendus qui sont donnés ici dans les journaux télévisés. Laissez-moi vous expliquer parce que j’ai parlé à des gens, tout le monde veut une solution pacifique à cette question.

Kadhafi : Il n’y a pas de combats du tout en Libye, qui a dit cela ? Ils veulent quelque chose d’autre. C’est une campagne de colonisation. Nous devons déjouer la colonisation. Il n’y a rien ici, pas de combat, pas de sang. Venez donc ici à Tripoli pour tout voir.

Blair : on croit que des combats sont en cours, si vous avez un endroit sûr où aller, vous devriez y aller parce que cela ne se terminera pas pacifiquement et il doit y avoir un processus de changement. Ce processus de changement peut être géré et nous devons trouver une façon de le gérer.

Kadhafi : il me semble que c’est une colonisation, je vais devoir armer le peuple et me préparer au combat

Blair : si le leader dit qu’il veut un terme à la violence, vous devez le faire comprendre au monde extérieur. Ma préoccupation est que ça se passe de la manière la plus pacifique. Il faut en trouver le chemin. Le mieux est de se livrer à un processus qui entraîne un changement pacifique

Kadhafi : des Libyens vont mourir, il y aura des dégâts sur la Méditerranée, l’Europe et le monde entier. Ces groupes armés profitent de la situation pour se justifier, et nous les combattrons.

Blair : vous devez essayer de faire quelque chose pour que ce processus se fasse pacifiquement. La seule façon de le faire est de dire au peuple que vous allez vous engager dans un processus de changement, que vous dites à vos forces de ne pas être violentes contre le peuple et que cela va maintenant être géré pacifiquement et correctement. Vous devez être dans une position où la Libye est prête à le faire pacifiquement. Les États-Unis et l’UE sont dans une position difficile en ce moment, et j’ai besoin de leur apporter l’assurance que cela se terminera pacifiquement.

Kadhafi : je n’ai aucun pouvoir ni mandat, je ne suis pas le Président. Je n’ai rien à céder, c’est le rôle des Libyens, ils veulent changer le ??

Blair : à la lumière de ce qui est arrivé, je ne pense pas que ça puisse se produire. Faites quelque chose qui permette au processus d’avancer, la violence doit cesser et une nouvelle constitution doit prendre forme. Le plus important est que ce processus de changement débute et il ne peut s’engager que si le leader en donne le signal clair. En plus d’insister pour que la violence cesse, il doit dire clairement qu’il veut ce changement. Je répète ce que les gens m’ont dit : s’il y a un moyen de partir, il devrait le faire maintenant. Je pense que cela peut se passer pacifiquement, mais il doit agir maintenant et annoncer qu’il veut le faire.

Kadhafi : Où est-il censé aller ? Il n’a pas de mandat.

Blair : La position du leader est cruciale, s’il indique qu’il veut que cela se produise maintenant, qu’il restera à l’écart et qu’il ira dans un endroit sûr. Je pense que cela résoudra la situation pacifiquement. S’il veut que ça arrive, je peux transmettre ce message aux personnes à qui j’ai parlé. Il y a un processus de changement qui va avoir lieu, qui a été indiqué clairement par le leader lui-même. Il a besoin de dire qu’il accepte ce changement, et il doit se tenir à l’écart pour que ça se produise pacifiquement.

Kadhafi : il n’y a pas de sang ici, c’est très calme, mais si vous voulez prendre la Libye, nous sommes prêts à combattre, ce sera comme l’Irak. Pourquoi ne venez-vous pas voir Tripoli ?

Blair : Permettez… permettez-moi, mon cher, personne ne veut recoloniser la Libye. La Libye est à son peuple.

Kadhafi : laissez-nous seuls alors, si vous voulez voir l’ampleur des manifestations de soutien, la télé libyenne montre l’ampleur. Nous savons faire le tri. [Kadhafi pose le téléphone près du téléviseur] Il n’y a pas de combat, il n’y a pas de manifestations. « Vive Kadhafi » crie un enfant.

Kadhafi : venez à Tripoli et voyez vous-mêmes !

Blair : laissez-moi voir cela. Je suis au Koweït en ce moment, mais mon inquiétude est que ça se passe très très vite et que si nous ne trouvons pas un moyen d’en sortir dans les prochaines heures, je ne sais pas ce qui arrivera. Le leader peut aider mais s’il ne le fait pas on se retrouve avec le sang de nombreux Libyens et je ne veux pas que cela se produise.

Kadhafi : il n’y a ni bain de sang, ni combat. Venez voir par vous-même. Des gens répandent des rumeurs par les chaînes de télé. Certains viennent de Guantanamo, nous les connaissons par leur nom, ils soutiennent al-Qaïda. Soutenez-vous al-Qaïda ?

Blair : non, absolument pas, l’important est de savoir comment nous mettre dans les conditions pour que cette situation puisse se terminer d’une manière pacifique. Si les gens voyaient le leader mis à l’écart, ils seraient contents de ça. Si ça continue un autre jour, ou deux, nous n’allons plus pouvoir être dans les bonnes conditions. Je dis ça parce que je le crois profondément. Si on n’arrive pas à trouver une sortie très rapidement, on dépassera le point de non-retour.

Kadhafi : il y a des combats en Algérie, en Afghanistan et au Pakistan, etc. – soutenez-vous le terrorisme ?

Blair : nous sommes complètement opposées au terrorisme et à al-Qaïda. Le seul moyen de sortir de cette situation maintenant est de permettre qu’un processus de changement constitutionnel ait lieu maintenant.

Kadhafi : les membres d’al-Qaïda ne sont pas pour le changement, ce n’est pas leur demande. Ce sont des gosses, aucun ne parle de constitution ni de changement.

Blair : alors c’est pourquoi il est important que le leader prenne l’initiative et parle de changement. J’ai voulu relayer ce message du fait de l’urgence étant donné que c’est la dernière chance de résoudre ceci pacifiquement. Je ne sais pas s’il est possible pour moi de venir.

Kadhafi : cela signifie-t-il que vous déclencherez une intervention militaire si nous n’avons pas de solution pacifique ?

Blair : absolument pas, personne ne veut cela et personne ne le pense, et ce n’est pas une recolonisation. Tant qu’il n’y aura pas un processus pacifique en place, ils vont continuer. Mon désir est de mettre en place quelque chose de pacifique plutôt qu’une confrontation violente.

Kadhafi : ces gens au Nigeria et en Afghanistan, les talibans ont une constitution

Blair : Le leader est le seul qui puisse y arriver d’une manière pacifique. Si cela ne se produit pas très rapidement, alors le peuple libyen le fera de manière très destructive.

Kadhafi : Cela n’arrivera pas, si vous n’intervenez pas, je vais donner des armes au peuple libyen ce soir.

Blair : nous ne voulons pas cela

Kadhafi : nous n’avons aucun problème, simplement, laissez-nous tranquilles. Si vous êtes vraiment sérieux et à la recherche de la vérité, prenez un avion et venez nous voir.

Blair : Je vais me renseigner à ce sujet. J’ai essayé de relayer le message et j’espère que le leader réfléchira sur ce que j’ai dit et nous le pressons d’en prendre l’initiative. J’aimerais vous offrir une issue pacifique.

Kadhafi : venez voir la réalité.

Blair : gardez le contact.

Source : UK Parliament, le 7/1/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Épilogue

Les conséquences de la guerre de Libye – commencée le 19 mars – sont hélas connues. Comme le rappelle Haimzadeh, plus de 30 000 Libyens ont perdu la vie :

La chute du gouvernement a conduit à ce que les armes du pays soient revendues à l’étranger, beaucoup se sont retrouvées au Mali, alimentant les guérillas djihadistes (source) :

Et enfin, cela a aussi déstabilisé le contrôle des migrations :

On se rappelle la réaction d’Hillary Clinton :

qui montrait au passage n état d’esprit proche de sa prédécesseure :

Alors c’est dans la presse suisse qu’on pourra du coup lire ceci :

Chez nous, on lit plutôt ça :

“Il faut traiter le Marxisme presque de manière Marxiste […] peu importent les textes […] l’important c’est de juger cette pensée à l’aune de ses effets concrets, de la juger en termes matérialistes. […] Appliquons au marxisme et au socialisme le même type de traitement qu’on nous demande d’ appliquer à la société libérale.” [Bernard-Henri Lévy, Les enfants de Soljenitsyne, 1980]

Appliquons donc au BHL-isme, au néo-conservatisme, à la “diplomatie des valeurs” ce que BHL demandait qu’on applique au Marxisme : peu importe ses intentions, jugeons-les à l’aune de ses effets concrets…

90 réponses à [Recommandé] Kadhafi avait prévenu Tony Blair que sa chute ouvrirait la porte à des attaques islamistes en Europe

Commentaires recommandés

Fritz Le 18 octobre 2017 à 06h49

– Soutenez-vous al-Qaïda ?
– Non, mais nous appelons au dialogue
– Soutenez-vous le terrorisme ?
– Nous appelons au dialogue
– Venez voir la réalité à Tripoli !
– Je suis au Koweït

Fantastique, ce document… Depuis quand nos dirigeants appellent-ils au dialogue avec al-Qaïda ? Pas une seule fois, Blair ne conteste les informations données par Kadhafi !
Donc, tout se savait trois semaines AVANT l’attaque occidentale qui a commencé le 19 mars !

Et pendant les mois de bombardements de l’OTAN sur la Libye, les médias nous ont gavés avec “la révolution libyenne”, “les résistants libyens” (drôles de résistants, qui demandent aux étrangers de bombarder leur pays), “la terreur du régime à Tripoli”…

Guerre abjecte, [Modéré : merci de mettre des sources]

  1. Fritz Le 18 octobre 2017 à 06h49
    Afficher/Masquer

    – Soutenez-vous al-Qaïda ?
    – Non, mais nous appelons au dialogue
    – Soutenez-vous le terrorisme ?
    – Nous appelons au dialogue
    – Venez voir la réalité à Tripoli !
    – Je suis au Koweït

    Fantastique, ce document… Depuis quand nos dirigeants appellent-ils au dialogue avec al-Qaïda ? Pas une seule fois, Blair ne conteste les informations données par Kadhafi !
    Donc, tout se savait trois semaines AVANT l’attaque occidentale qui a commencé le 19 mars !

    Et pendant les mois de bombardements de l’OTAN sur la Libye, les médias nous ont gavés avec “la révolution libyenne”, “les résistants libyens” (drôles de résistants, qui demandent aux étrangers de bombarder leur pays), “la terreur du régime à Tripoli”…

    Guerre abjecte, [Modéré : merci de mettre des sources]


    • relc Le 18 octobre 2017 à 07h40
      Afficher/Masquer

      ce sont là les comptes rendus qui sont donnés ici aux informations

      ” these are the reports that are there on the news,”

      Autrement dit, Blair connaît la situation en Lybie par ce qu’il a vu à la télé et lu dans les journaux.


      • Sandrine Le 18 octobre 2017 à 10h14
        Afficher/Masquer

        “Blair connaît la situation en Lybie par ce qu’il a vu à la télé et lu dans les journaux”. Peu probable. Blair est informé par ses services spéciaux, qui sont particulièrement performants en GB.
        Ce qu’il dit à Khadafi c’est que l’opinion publique en GB est informée par les “news” et donc qu’elle ne s’opposera pas à une intervention armée contre la Lybie.
        En clair, il fait du chantage à Khadafi en utilisant un langage diplomatique


        • Leonard Le 18 octobre 2017 à 10h53
          Afficher/Masquer

          ” Blair est informé par ses services spéciaux, qui sont particulièrement performants en GB.”
          La discussion a lieu en 2011. Or, Blair n’était plus aux affaires depuis juin 2007, date à laquelle il quitte son poste de premier ministre. Il est à ce moment-là (juin 2007) nommé envoyé Envoyé spécial du Quartet pour le Moyen-Orient, “un groupe formé de quatre États et organisations nationales et internationales décidé à réaliser une médiation dans le processus de paix israélo-palestinien” (source, wikipedia.) Il tiendra ce poste jusque 2015.
          Donc je doute qu’il eût encore un accès direct aux sources du renseignement britannique en ce qui concernait les événements libyens se produisant en 2011. Et donc oui, comme le dit relc, “Blair connaît la situation en Lybie par ce qu’il a vu à la télé et lu dans les journaux”.


          • E von Salomon Le 18 octobre 2017 à 13h46
            Afficher/Masquer

            Tu penses qu’après avoir été premier ministre au Royaume-Uni et par la suite justement envoyé spécial, il n’a plus de sources ou contacts avec les services spéciaux?
            En revanche on ne peut pas écarter la thèse que nos dirigeants vivent dans un monde fermé et se fient a ce qui est dit autour d’eux ainsi que dans les mediamenteurs.
            Dernier point, de part son action en lors de la marche à la guerre en Irak, Blair est “obligé” d’agir comme un parfait imbécile qui croit essentiellement ce qui est dit dans les medias; voir Curveball.


    • Kesse Le 18 octobre 2017 à 11h49
      Afficher/Masquer

      Fantastisque n’est pas le mot. J’aurais dit terrifiant. Il y a une plongée dans l’intimité de Blair et Khadafi … Khadafi sera executé, la tête tranchée par un couteau, et cette conversation est un moment clé de cette histoire. Un langage de sourd terrifiant. Khadafi parle à un homme qui lui dit que doivent cesser les violences et que sera mise en place une solution pacifiste à cette situation. Mais khadafi ne peut rien stopper, d’une part, il n’exerce pas de violence contre le peuple lybien, et d’autre part, d’un point de vue moral, il ne peut rien céder aux terroristes islamistes. De cette conversation viendra le soutien aérien à “la rebellion”, les meurtres, les assassinats, la violence et la pauvreté que connait le peuple lybien.
      Fantastique n’est pas le mot. Écoeurant, terrifiant, à vomir me semble plus appropriés.


      • ChristineG Le 18 octobre 2017 à 16h53
        Afficher/Masquer

        Oui, la totale “inversion diabolique” qui nous est imposée par nos dirigeants psychopathes.


        • kess Le 18 octobre 2017 à 18h34
          Afficher/Masquer

          1984 … mais ils finiront par en faire une marque de bière.


      • V_Parlier Le 20 octobre 2017 à 20h18
        Afficher/Masquer

        En dehors de cette conversation, Khadafi n’avait pas prévenu uniquement Blair. Il avait prévenu tous ceux décidés à l’entendre: https://youtu.be/kaOZKLS1dvs?t=23s .


  2. Christian Gedeon Le 18 octobre 2017 à 06h59
    Afficher/Masquer

    Extraordinaire manipulation ouverte que celle de la destruction de la Lybie. Mensonges,montages,propangadastaffel gigantesque,et comme d’habitude,impuissance totale de la “ligue arabe”(sans rire) à protéger un de ses siens. Mais après le crime yougoslave,tout était possible,tout était permis.l’important,c’est le pétrole,l’important,c’est le pétrole,l’important,c’est le pétrole,crois moi…d’ailleurs,où sont passés les dizaines de milliards de ” Khaddafi”? Chut,il ne faut pas en parler…on retrouve les mêmes dans le soutien à l’indépendance de la Catalogne. La bande à BHl, et les “droitsdel’hommistes” à géométrie variable…


    • Thanos Le 18 octobre 2017 à 21h56
      Afficher/Masquer

      Ok pour l’aspect mystification hollywoodienne mais plus que des ressources pétrolières, je vois des ressources humaines. Regardez sur internet vous trouverez des dizaines de doc émanant tant d’organisations européennes politiques (Commissions Européenne, OCDE, NU etc… que privées (fondations, groupes de réflexions X ou Y, avec des mots clefs type “démographie, vieillissement, migrations, europe”) traitant du défi démographique de l’Europe. C’est une préoccupation majeure depuis 20 ans. Mais même 200/300 milliards excédants commerciaux n’autorisent pas Merkel à s’acheter des humains, y a pas de place de marché officielle. L’Europe est la grande bénéficiaire des troubles de ce changement de régime. Les frontières d’un pays d’Afrique du Nord devaient s’ouvrir, la Libye de Khadafi était la cible idoine.Nous avons donc aspiré un flux de ressources humaines par un réseau constitué autant de passeurs s’enrichissant que d’humanitaires financés par des milliardaires et légitimé par un discours humanitaire. Comme pour la colonisation, un pillage bienfaiteur”… En Afrique des familles entières se saignent pour payer un périple meurtrier encouragé par le couloir libyen pour nos besoins en ressources humaines immédiates et avec quel avenir à offrir…?


      • Papagateau Le 19 octobre 2017 à 00h28
        Afficher/Masquer

        Les migrants paient 6000 euros aux passeurs qui sont tous liés, en Lybie, au crime organisé (sinon au terrorisme a travers “l’impôt”).

        On ferait mieux de dire “ok, prenez l’avion et entrez, mais laissez les 6000 euros à la douane, ça paiera une année d’allocation diverses”.

        On s’en tirerait mieux, ne serait-ce que par l’arrêt du financement du terrorisme.

        Parce que quitte à ne pas les renvoyer chez eux … (parce qu’on nous dit bien que ne pas leur verser d’allocation est inenvisageable).


  3. olivier Le 18 octobre 2017 à 07h18
    Afficher/Masquer

    C’est connu depuis longtemps. Les gens serieux le disaient déjà à l’époque. Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.


    • olivier Le 18 octobre 2017 à 07h32
      Afficher/Masquer

      Tony Blair c’est aussi celui qui c’est retrouvé au millieu d’un scandale en 2009 (un de plus avec celui de l’entrée en guerre en irak, et dont il a reconnu les faits).

      “Andrew Neather, qui rédigeait des discours pour T Blair J Straw et D Blunkett a affirmé que le relachement des contrôles était planifié pour ouvrir la GB à l’immigration de masse. » «Ce gouvernement a fait entrer 3 millions d’immigrés pour de cyniques raisons politiques masquées sous un camouflage économique.»

      Voir aussi ” Tom Bower « le serment brisé : Tony Blair – La tragédie du pouvoir » »
      http://www.liberation.fr/debats/2015/10/27/guerre-en-irak-le-mea-culpa-inattendu-de-blair_1409156
      https://www.ft.com/content/5bc29b86-bc75-11e1-a836-00144feabdc0?mhq5j=e6

      De la à immaginer que c’etais planifié… complot avez-vous dis ? meuuuuh non voyons…


      • some Le 18 octobre 2017 à 11h30
        Afficher/Masquer

        Blair : absolument pas, personne ne veut cela et personne ne le pense, et ce n’est pas un complot. Ils n’existent pas. Ils n’ont jamais provoqué de guerre. Ils sont pour la paix et la démocratie.

        un script qui en dit long..


      • Rouméas Le 18 octobre 2017 à 13h41
        Afficher/Masquer

        Il y a une sorte d’omerta et de tabou concernant la réalité des complots. Certes s’il ne faut pas tomber dans la paranoïa consistant à voir le mal partout et surtout là où il ne pourrait pas être. Mais la propagande et les manipulations ont été abusivement utilisées de telle façon que sont considéré comme “complotistes” tous ceux qui sortent d’un certain discours “officiel”, “certifié”, “généralement admis”, “à la mode”…

        Seulement voilà la réalité des faits qui “sont têtus” montre que les complots existent depuis toujours et qu’ils ne vont pas en diminuant mais au contraire en se multipliant. Ils sont de même nature que le mensonge dont une des caractéristiques est de devoir couvrir le premier mensonge (s’il n’est pas reconnu) par un deuxième et ainsi de suite.

        Ainsi aujourd’hui l’on voudrait faire admettre et l’on fait admettre l’idée, la pensée que les complots sont un des résultats d’esprits dérangés ce qui permet d’ostraciser et de diaboliser systématiquement les personnes osant dénoncer d’éventuels complots…

        L’équilibre est difficile et risqué. L’un des dangers est de céder à la peur et aux pressions de toutes natures qui permettent aussi que la réalité soit connue de la majorité…


        • kess Le 18 octobre 2017 à 19h09
          Afficher/Masquer

          Il y a un très bon texte de Lordon à ce sujet. Je pense pour ma part qu’il n’y a pas plus ou moins de complots qu’avant, Les complots ont existé de tout temps, mais l’extrême rapidité des médias les fait vivre de manière mal saine: soit qu’ils soient mal expliqués et finissent par alimenter un fantasme improductif, soit qu’au contraire, ils soient retransmis si bien que les personnes concernées se trouvent intimement exposés et se mettent à redouter l’exposition médiatique.

          Mais soyons sérieux 5 minutes, bien sûr que tout projet de pouvoir implique des complots, la mobilisation d’un réseau contre un autre, savoir compter ses amis, s’attendre à de possibles trahison … Les pouvoirs en place se renforcent par adhésion, par un ensemble de promesse tacite, ainsi n’était-il même pas la peine au personnes disposant du pouvoir de communiquer directement leurs attentes … L’adhésion se fait d’elle même, on appelle ca “apprendre le métier” … demandez aux journalistes.


          • kess Le 18 octobre 2017 à 19h12
            Afficher/Masquer

            Le complot est la partie indicible de la stratégie … et il y en a toujours une quand il s’agit d’intêret financiers ou politiques.


          • Rouméas Le 18 octobre 2017 à 22h07
            Afficher/Masquer

            C’est bien là un des pièges de l’apparence, il y a, c’est un fait pour moi, un constat, plus de mensonges, plus de corruptions, plus de complots… qu’avant. S’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, ces choses et d’autres malheureusement, sont banalisées pour ne pas dire institutionnalisées… c’est un ensemble qui grossit, qui s’amplifie notamment avec la puissance de l’argent roi…


      • olivier Le 18 octobre 2017 à 23h14
        Afficher/Masquer

        Ces discussions sont passionnantes, et n’y voyez la aucun sarcasme. Néanmoins, je ne peut m’empêcher de songer à Byzance discutant de peccadille de cinquième ordre alors qu’elle est assiégée. Le fameux “sexe des anges ». On ne parle ici que de la destruction des peuples et des nations. De la destruction du moyen-orient et de l’europe par ricochet. D’un bouleversement comme il y en a peu dans l’histoire de l’humanité. De notre disparition. Une paille.

        De plus, il me semble constater dans le temps un forte évolution induite pas les médias et la technologie. La massification de l’information semble accélérer les choses.

        Les acteurs ne semblent plus avoir besoin de se cacher. Quand une affaire faisais les choux gras 6 mois et mobilisais l’appareil juridique en profondeur, elle ne tiens aujourd’hui que quelques jours, vite expédié et adroitement remplacée par autre chose. Ceci réduit considérablement les risques pour les participants et donc en augmente les gains.

        L’effet obtenu est une forme de sentiment d’impunité qui encourage ce type de comportement. A cela s’ajoute un relativisme moral assez ravageur chez nos contemporain lassé de l’indignation à répétition, sombrant alors dans une léthargie mortifère.


  4. Fritz Le 18 octobre 2017 à 07h35
    Afficher/Masquer

    “La France accuse Kadhafi d’avoir tué 10 000 Libyens” (Le Figaro, 2011)
    La France, pays en pointe pour la lutte contre les “fake news” (2017) : http://www.20minutes.fr/high-tech/2122683-20170828-pourquoi-guerre-contre-fake-news-devient-urgence Six ans et plusieurs milliers de morts après, cela devient urgent, en effet.


    • fanfan Le 18 octobre 2017 à 12h19
      Afficher/Masquer

      “Souvenons-nous des conditions dans lesquelles le président de la République, Nicolas Sarkozy est conduit, par une interprétation extensive des termes de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU du 17 mars 2011 (en particulier le membre de phrase : « à prendre toutes les mesures nécessaires »), à contribuer activement à faire la guerre contre les troupes gouvernementales mais aussi à prêter main forte à l’élimination du colonel Kadhafi alors même qu’il aurait été plus sage de le traduire devant la Cour pénale internationale ! En un mot à faire du changement de régime l’alpha et l’oméga de sa politique étrangère. Un grand principe du droit veut qu’on ne se fasse pas justice soi-même surtout dans la patrie autoproclamée des droits de l’homme !
      http://prochetmoyen-orient.ch/rien-ne-va-plus-a-la-cour-penale-internationale/


      • fanfan Le 18 octobre 2017 à 12h32
        Afficher/Masquer

        Résolution S/RES/1973 (2011), La situation en Jamahiriya arabe libyenne adoptée le 17 mars 2011
        http://www.nato.int/nato_static/assets/pdf/pdf_2011_03/110311-UNSCR-1973f.pdf


      • tepavac Le 18 octobre 2017 à 17h30
        Afficher/Masquer

        “Un grand principe du droit veut qu’on ne se fasse pas justice soi-même”

        En effet, c’est un principe fondamental de droit qui découle directement du principe de la séparation des pouvoirs. C’est la clef de voute du principe démocratique.

        C’est aussi un principe totalement ignoré par le plus grand des pays démocrates, qui en toutes vraisemblance, juge, condamne et exécute ses propres sentences, la baïonnette à la main ou à coup d’amendes faramineuse, et le tout, au profit de soi-même.

        Ce qui surprend, ce n’est pas tant cette tyrannie, mais le fait qu’aucun état n’ose s’y opposer “publiquement” et que ceux qui l’osent, et bien, le billet nous éclaire sur le mode d’exécution de la sentence.


  5. Alfred Le 18 octobre 2017 à 07h49
    Afficher/Masquer

    Ce qui est fou c’est d’avoir été aveugle sur la Lybie APRES l’Irak. C’est d’avoir gobé le discours sur la Syrie sans souvenir aucun de ce qui s’était passé en Lybie… C’est d’embrayer sans questions sur la Birmanie.
    Comment fonctionnent ces cerveaux ou n’entre aucun doute ni aucune interrogation devant des catastrophes à ce point similaires dans leur présentation ?
    (Et encore on en restera là pour rester dans politiquement correct.)


    • Raphaël Le 18 octobre 2017 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Ils ne sont pas aveugles, ils savent très bien ce qu’ils font. Ils enverront le peuple au massacre (nous) pour garder leurs avantages. Nous ne sommes rien pour nos dirigeants, juste des cafards rampants.

      Sachons leur rendre la monnaie de leur pièce.


      • Alfred Le 18 octobre 2017 à 08h15
        Afficher/Masquer

        Je ne parle pas de nos dirigeants au sujet desquels je ne me fait aucune illusion mais des c….ards qui les écoutent et les croient sur parole. Comptez donc autour de vous les ab…. qui ne voient aucune mais aucune similitude entre la Birmanie et la Lybie. Les méchants contre les gentils et nous on est les gentils. Point. Que voulez vous qu’il arrive à ces lapins en cas de crise? Prêts à marcher au pas derrière le premier micro-“führer”. Surtout s’il est Anit-fasciste de façade.


        • Raphaël Le 18 octobre 2017 à 10h58
          Afficher/Masquer

          Je suis 100% d’accord avec vous. C’est une lutte sans fin contre la bêtise humaine. L’avantage est qu’il est possible de leur mettre le nez dans le caca avec des références solides, ou en décrédibilisant avec sources à l’appui ce qu’ils considèrent comme des références solides (L’exemple du transfuge de Buzzfeed au Monde est une mine d’or, les soutiens à Polansky aussi, etc.). Le travail de sape sur le long terme fonctionne. Ne pas hésiter à appeler un chat un chat (pédophile, criminel de guerre, young leader, falsificateurs de CV, adorateur de fascistes ukrainien).

          Après les français sont possiblement un peuple de larbins congénitaux, les deux guerres mondiales sont là pour le prouver… C’est une théorie évolutionniste liée au féodalisme qui se tient.

          https://blogs.mediapart.fr/jolemanique/blog/170414/syndrome-du-larbin


        • gryzor Le 18 octobre 2017 à 13h07
          Afficher/Masquer

          Les peuples occidentaux trempent dans la propagande, abondamment servie par la télévision (notamment), et comme tout un chacun, leur pensée est très influencée par les données à leur portée. C’est surdocumenté par les-crises (merci Olivier) et des auteurs comme Chomsky.

          On peut s’en désoler (et je le suis), mais cela demande une prise de conscience, et un effort certain et pas très agréable, de s’extraire de ce “bruit”. Le “système” fait tout ce qu’il peut pour marginaliser les paroles qui divergent de ses thèses.

          S’en extraire, c’est accepter de se mettre à lire des articles écrits par des gens non adoubés, et plutôt marginalisés, par le mainstream. C’est, du point de vue du public, mettre le pied dans un monde inconnu. C’est difficile et déstabilisant. Et c’est beaucoup plus facile de ne pas le faire.

          Abrutis, je ne sais pas. Trompés, c’est certain. Je crois en la bonne foi (certes dramatiquement couplée de fainéantise intellectuelle) de la plupart de mes concitoyens.


          • Alfred Le 18 octobre 2017 à 16h30
            Afficher/Masquer

            Abrutis est plus un constat qu’une insulte: abrutis par les medias, le système, le train train quotidien et le confort de vie (vous avez raison ). La feneantise ne me paraît pas une excuse valable. Abrutis de bonne foi alors. Et lâches.


            • Fritz Le 18 octobre 2017 à 22h30
              Afficher/Masquer

              On en revient à l’injonction d’Emmanuel Kant : sapere aude ! Aie l’audace de savoir !

              Et je vous approuve pleinement, @Alfred : “Ce qui est fou c’est d’avoir été aveugle sur la Libye APRES l’Irak. C’est d’avoir gobé le discours sur la Syrie sans souvenir aucun de ce qui s’était passé en Libye…”


        • Schuss Le 19 octobre 2017 à 16h14
          Afficher/Masquer

          bonjour, vous évoquez le suivisme des francais moyens a propos de la propagande politique qui leur est servie par les médias MS et vous les maltraités parce que votre point de vue sur ce chapitre est plus éclairé. Mais ce que vous ne savez peut etre pas c’est que vous etes dans le meme suivisme ignorant sur d’autres sujets. Vous pensez certainement que la médecine, pour ne prendre que cette exemple, vous permet d’etre en bonne santé. Cette croyance est d’une naiveté époustouflante pour celui qui sait la vérité. Pour l’ignorant, remettre en cause cette croyance est une hérésie voir un complot ! un petit peu humilité vous ferait du bien ainsi qu’a ceux qui parcourt ce forum sans invectiver a tout bout de champ….


          • Alfred Le 20 octobre 2017 à 11h46
            Afficher/Masquer

            Bonjour. J’accepte votre remarque sur la forme (la virulence, etc) mais je la récuse complètement sur le fond, notamment cette propension à se dédouaner. Bien évidemment il y a une infinité de domaines où je suis mal informé. Mais j’en porte la responsabilité: je n’ai pas cherché, je n’ai pas jugé cela important (et les journées ne font que 24 heures etc). Ici, Il n’est pas d’information auquel j’aurai accès et vous non. Simplement combien de fois faut il qu’on vous reserve la meme arnaque pour la reconnaître ? Le fishing sur Internet ? Un vendeur ou un acheteur indélicat ? Vous ne faites.pas.quatre fois la même erreur! Sur le sujet qui nous préoccupe pourtant si. Le petit problème c’est que derrière bien morts et bien des mutilés sont fait en notre nom (le mien comme le votre). Pensez vous que vous irez un jour en Lybie ou en Syrie et qu’on vous y regardera avec les yeux de l’amour ? Par ailleurs vous aurez à gérer et à assumer pour le restant de vos jours les conséquences sociales et économiques de ces désastres. Humilité ? Colère !


    • Chris Le 18 octobre 2017 à 13h54
      Afficher/Masquer

      Au départ, j’ai gobé l’attaque contre la Serbie et les critiques envers la Russie de Poutine concernant les 2 guerres en Tchétchénie et pas bien compris pourquoi les Ricains et leurs vassaux guerroyaient en Afghanistan.
      Quand s’est présenté l’Irak, j’étais contre son invasion, puis fataliste j’ai haussé les épaules. En fait, c’est la position de la France (Chirac-Villepin) qui m’a poussé à m’interroger, même si ce ne fut qu’une (dernière) poussée de fièvre gaulliste.
      Puis, au vu des résultats catastrophiques (2004-5), je me suis dit que quelque chose ne collait pas, mais alors pas du tout.
      Alors, j’ai commencé à surfer frénétiquement sur tous les sites d’information et désinformation d’Internet et constitué ma bibliothèque par pays et groupes régionaux.
      J’avoue que cet exercice m’a complètement déniaisée, j’oserais même dire “dessoulée” de la propagande omniprésente des MSN : maintenant je lis cette presse en inversant sujet et complément d’objet. Les développements me prouvent que j’ai raison…
      Donc, fatalement quand les cas libyen, ukrainien, syrien, yéménite etc… se sont présentés, j’ai pris immédiatement le contre-pied.


    • Chris Le 18 octobre 2017 à 14h10
      Afficher/Masquer

      Un questionnement magique qui profile bien des situations complexes :
      CUI BUONO ?
      C’est fou le spectre qu’on obtient : la psyché humaine est… cosmique !
      Par exemple, quand les Américains ont décrété un Kurdistan irakien “autonome” (reconnu par la constitution irakienne, adoptée le 15 octobre 2005), leur cheval de Troie au Moyen-Orient, j’ai immédiatement pensé : les Kurdes vont se faire rouler dans la farine !
      Et que se passe-t-il en octobre 2017 ?
      Bagdad a repris les puits de pétrole de Kirkouk et redéploie ses armées sur le territoire kurde.
      https://www.romandie.com/news/ZOOM-Apres-Kirkouk-l-armee-irakienne-veut-se-redeployer-dans-tout-le-pays/854104.rom
      Un qui doit se ronger les ongles…
      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/08/28/israel-s-approvisionne-en-petrole-aupres-des-kurdes-d-irak_4739194_3218.html


    • Paula Le 18 octobre 2017 à 14h25
      Afficher/Masquer

      Une fascination pour la mythologie et ceux qui se mystifient eux mêmes ?
      Un Empire est un mythe (mythe américain) et il est toujours voué a s effondrer.
      Ce monde aime les mythes car c est un monde d apparences et de forces cruelles.
      Il faudrait que l on arrête d être fascinés par ces apparences mythiques….
      Et distinguer le faux du vrai.
      “Separer le bon grain de l’ivraie “


  6. Galvan Le 18 octobre 2017 à 07h53
    Afficher/Masquer

    C’est une illustration du pouvoir de manipulation des USA au travers de ses vassaux et du rôle des médias aux ordres ou complices involontaires …
    Colonisation économique, c’est le vrai terme et tout cela au nom de la liberté.


  7. SanKuKai Le 18 octobre 2017 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Cette phrase de Kadhafi m’a interpelé : “je n’ai aucun pouvoir ni mandat, je ne suis pas le Président. Je n’ai rien à céder, ”
    Car beaucoup de gens en France n’ont Jamais entendu parler de la “Jamahiriya”.
    Factuellement, Si on revient au sens premier du mot “démocracie” et sans même l’idéaliser, avec ses congrès populaires la Libye de Kadhafi était plus démocratique que la France.
    Tony Blair, lui, ne pouvait pas l’ignorer.


    • Alfred Le 18 octobre 2017 à 09h27
      Afficher/Masquer

      Kadhafi est un peu l’inventeur de la “démocratie participative” chère à certains. (Du type “réunissez vous et causez toujours vous m’interessez.). A cette différence près que personne ne fini dans une geôle pour désaccord excessif par ici.


      • some Le 18 octobre 2017 à 11h33
        Afficher/Masquer

        ouuaaaiiisssss bah des fois cela participe à des guerres malhonnêtes de laisser parler les fous, enfin, “les gens qui ont un désaccord excessif”.

        La question mérite d’y réfléchir…… peut être.


  8. anatole27 Le 18 octobre 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Il est temps de juger BHL avec les armes qu’il utilisait contre le Marxisme cf 49s

    https://www.youtube.com/watch?v=8YKlgaxG7fU&feature=youtu.be


    Il faut traiter le Marxisme presque de manière Marxiste … peu importe les textes … l’important c’est de juger cette pensée à l’aune de ses effets concrets, de la juger en termes matérialistes

    Appliquons au marxisme et au socialisme le même type de traitement qu’on nous demande d’ appliquer à la société libérale

    BHL 50 ans d’activisme au service de l’empire libéral … Quels en sont les effets concrets ?

    Appliquons au libéralisme et au néo-conisme le même type de traitement qu’on nous demanda d’ appliquer au marxisme …


  9. Catalina Le 18 octobre 2017 à 09h25
    Afficher/Masquer

    si nous sommes des “riens” eux sont des “ignobles patentés”.


  10. Cyrène Le 18 octobre 2017 à 10h50
    Afficher/Masquer

    Une guerre tragique certes, mais avant tout voulue par des hypocrites qui ont versé, une fois de plus, dans la manipulation la plus éhontée pour y parvenir. Je ne crains pas de désigner ceux-là comme des criminels de guerre.

    Verra t-on un jour les Botul Henri-Lévy, Nicolas Sarkozy, Hillary Clinton et leurs complices journalistes jugés au TPI? J’en doute, mais il est permis d’espérer…


    • Koui Le 18 octobre 2017 à 12h03
      Afficher/Masquer

      Il vaudrait mieux juger les francais en France pour les actes qu’ils ont réellement commis. Pour cela, il faut ouvrir les archives sur la crise libyenne. BHL doit être interrogé sur sa collusion avec les terroristes mais je doute qu’il ai fait autre chose que de la diffamation et de la diffusion de fausses nouvelles. Sarkozy a certainement un dossier plus lourd. Blair a déjà un dossier accablant sur l’Irak. Obama a d’innombrables crimes sur le dos. Je crois qu’il signait les ordres d’assassinat le mardi. Mais personne ne va juger des ex présidents occidentaux, quelque soit leurs crimes. Le TPI sert uniquement à poursuivre nos ennemis vaincus.


    • raloul Le 18 octobre 2017 à 20h37
      Afficher/Masquer

      Bonjour !

      D’un point de vue du droit international (s’il était vraiment appliqué), il ne fait aucun doute que m. Blair, Sarkozy, Bush, Hollande, etc… devraient être mis en accusation de crimes de guerre, voire contre l’humanité. Attention je ne dis pas qu’ils sont coupables, ils ont droit à un procès impartial, et restent présumés innocents.

      Lire «illegale kriege» de Daniele Ganser pour comprendre.

      Remarque en passant: les u.s.a. ont déjà prévu dans leur droit national d’autoriser toute mesure pour récupérer l’un de leurs citoyens si celui-ci venait à être déféré devant la cpi. Au pire du pire, commando envoyé à la Haye assorti d’un ultimatum. Vous pensez peut-être que j’exagère, mais lisez le livre mentionné ci-dessus (malheureusement il n’est pas encore traduit en français à ma connaissance).


  11. dieselito Le 18 octobre 2017 à 10h58
    Afficher/Masquer

    Un regard congo-canadien du “problème” libyen est explicitement étalé dans l’ouvrage de Patrice M’Beko : “Objectif Kadhafi: 42 ans de guerres secrètes contre le Guide” paru en 2016….

    https://desc-wondo.org/fr/geopolitique-recension-dobjectif-kadhafi-de-patrick-mbeko/


    • Chris Le 18 octobre 2017 à 14h24
      Afficher/Masquer

      Livre préfacé par Michel Rimbaud, ex-ambassadeur français.
      A propos de Rimbaud :
      Pour les Parisiens, L’institut Schiller organise le 24 octobre de 14 à 18 heures, une série de conférences sur le thème “Les Nouvelles Routes de la soie, réussir une coopération gagnant-gagnant avec la Chine”
      Pour les intéressés, cliquer sur ce lien, vous trouverez toutes les informations :
      https://gallery.mailchimp.com/eeef108070583f31ab60b570f/images/3a419fee-8e30-4b71-8190-d3a43feefbd0.jpg
      Pour parodier un slogan soixanthuitard :
      Faites l’Histoire, mais pas la guerre…


  12. Pegaz Le 18 octobre 2017 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Document édifiant sur les intentions “de paix” des mandataires dont T Blair se fait le porte-parole.

    Dans cette stratégie de changement de régime, la ligue libyenne des droits de l’homme a été un acteur majeur dans la manipulation d’informations.

    ” Le 21 Février, le secrétaire général de la ligue libyenne des droit de l’homme le Dr Sliman Bouchuiguir avait été à l’origine d’une pétition avec l’organisation UN Watch et la National Endowment for democracy. Cette pétition est signée par plus de 70 ONG . Puis, quelques jours plus tard, le 25 Février 2011, le Dr Sliman Bouchuiguir s’est rendu au conseil des droits de l’homme des nations unies afin d’y exposer les allégations concernant les crimes du gouvernement de Mouamar Kadhafi. Au cours du mois de Juillet dernier nous nous sommes rendus à Genève afin de nous y entretenir avec le Dr Sliman Bouchuiguir.”
    https://www.youtube.com/watch?v=koYzkEWHtQA


    • Pegaz Le 18 octobre 2017 à 11h21
      Afficher/Masquer

      Par le même journaliste, Julien Theil, son 2ème document et le rôle d’Amnesty France et les allégations sur les mercenaires engagés par Kadhafi.
      https://www.youtube.com/watch?v=acEedYLMZLc

      et son interview
      https://www.youtube.com/watch?v=1WC4u6Z8hvk


      • Haricophile Le 18 octobre 2017 à 12h12
        Afficher/Masquer

        Merci pour cette video.

        En gros elle s’est fait enfumer, relaie imprudemment des rumeurs et manipulation, et semble avoir du mal à prendre ses responsabilités concernant ses grosses erreurs avec de graves conséquences sur la vie des gens qu’elle est censée défendre.

        « Il ne faut pas accuser la malveillance quand la bêtise suffit à tout expliquer »

        La bonne volonté ne suffit pas à blanchir ses actes quand ils détruisent des gens : l’enfer est pavé de bonnes intentions.


    • Chris Le 18 octobre 2017 à 14h28
      Afficher/Masquer

      Voilà qui nous ramène au billet de Robert Parry :
      https://www.les-crises.fr/les-documents-de-ladministration-reagan-mettent-en-lumiere-lingerence-des-etats-unis-par-robert-parry/
      “Au lieu de continuer à dépendre fortement de la CIA, le président Reagan et son équipe de sécurité nationale ont commencé à transférer bon nombre de ces responsabilités « d’action politique » vers des « organisations non gouvernementales » (ONG) qui opéraient ouvertement et recevaient des fonds d’autres organismes gouvernementaux américains.
      NED. Freedom House, Accuracy in Media, une organisation importante de défense des droits de l’homme, a demandé conseil et des directives à Casey et Raymond (CIA) tout en faisant la publicité du besoin d’aide financière du groupe.
      Depuis sa fondation, NED a versé des centaines de millions de dollars à des ONG du monde entier, en se concentrant sur la formation d’activistes, la création de médias et le soutien aux organisations civique.


      • Pegaz Le 18 octobre 2017 à 19h54
        Afficher/Masquer

        Absolument, le 1er et le 2ème doc relatent les faits de la supercherie ou du complot libyen (c’est selon), qu’avouent à demi-mots et presque avec fierté le Dr Sliman Bouchuiguir. Ce qui n’est pas le cas de Madame Garrigos (2ème doc), plutôt incrédule et manipulée.
        Le 3ème doc l’analyse de l’outil ONG est globale.
        Il est également l’auteur de ” Le livre noir des ONG “


        • Pegaz Le 18 octobre 2017 à 20h13
          Afficher/Masquer

          Et si l’on tient compte de la chronologie des évènements, le téléphone de Blair à Kadhafi a lieu le jour (25 février) ou le Dr Sliman Bouchuiguir a sa pétition et les signatures des ONG en poche et se présente au conseil des droits de l’homme des nations unies !


  13. rlioup Le 18 octobre 2017 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Témoignage de Roland Dumas sur les prémices de l’affaire syrienne.
    https://www.youtube.com/watch?v=hNrAjD-Aiig


  14. Louis Robert Le 18 octobre 2017 à 12h20
    Afficher/Masquer

    — « Rien à voir!!! »

    ***

    Président Vladimir Poutine : « Avez-vous au moins conscience de ce que vous avez fait ?»

    Discours à l’ONU [version complète]

    http://arretsurinfo.ch/poutine-avez-vous-au-moins-conscience-de-ce-que-vous-avez-fait/


  15. Lysbeth Levy Le 18 octobre 2017 à 12h39
    Afficher/Masquer

    Président Vladimir Poutine : « Avez-vous au moins conscience de ce que vous avez fait ?»
    Et bien non, puisque tout avait été planifié d’abord dans les années 80 (P. Mbeko, P. Péan) et ensuite lors du plan du remodelage du “moyen-orient élargi” de l’Afrique du nord au Pakistan, voir la Chine avec les Ouighours manipulés par les “faiseurs de révolutions”.
    Ils ont bien assassiné une nation souveraine auto-suffisante, et en plus tué comme un chien Kaddhafi, lynché par une foule de terroristes proche des occidentaux. Tout ceci interprété par les africains comme “voyez ce qui arrive à ceux qui ne nous écoute pas” ..Et depuis les révélations de “faux” massacres, viols, par les Amnesty et autres HRW, les médias coupables n’en disent pas plus que ça et font comme si tout allait bien. Des millions de réfugiés face a ces guerres intestines entre “terroristes, “élus” mis en place, se lancent à l’assaut de l’Europe pour sauver leur vie, ce qui est compréhensible mais la méditerranée est devenue leurs tombeaux. Et tout autour de celle ci des camps de rétentions ou ces réfugiés subissent toutes les exactions possibles après avoir traversé la mer a leur risque et périls.


  16. rosecestlamort Le 18 octobre 2017 à 14h25
    Afficher/Masquer

    le seul effet concret mesuré du BHL-isme, c’est que quelle que soit la “cause” qu’il soutient, ça se termine invariablement en catastrophe pour les concernés. Derniers dindons de la farce en date , les Kurdes… Bhl est encore allé poser avec le comico-mafieux Barzani pour le referendum d’indépendance du Kurdistan irakien il y a 15 jours. Resultat ? l’armée vient de reprendre Kirkouk et surtout les champs de petrole qui vont avec, avec l’appui tacite du clan Talabani qui peut pas saquer Barzani (oui y’a autant de factions chez les Kurdes que de courants au parti socialiste ^^ ) et qui a refusé de combattre. Barzani est à poil maintenant (meme s’il a de belles economies avec les milliards détournés sur le dos des kurdes), devrait degager aux prochaines elections et le Kurdistan indépendant plus que jamais une chimère.


    • Un_passant Le 19 octobre 2017 à 12h01
      Afficher/Masquer

      Personne ne veut du Kurdistan sinon les kurdes. A partir de là, ça n’est pas surprenant. Mais on ne peut que remarquer à quel point la politique, internationale et européenne, occidentale est incohérente, contradictoire voire schizophrène dès qu’il s’agit du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


  17. Larousse Le 18 octobre 2017 à 16h07
    Afficher/Masquer

    Christian Gedeon vous avez bien raison.
    Tout a commencé avec l’affaire yougoslave. La victoire de l’Occident sur le communisme était totale. Aucun reliquat de cette “idéologie maudite” ne restait en Europe. Se sentant surpuissants, les Occidentaux se croyaient capables de tout faire. Il y avait bien eu de timides réactions russes (bataillon russe envoyé d’urgence au Kosovo en juin 1999, Florence Aubenas titrait sur “la peur du Russe”, rien que ça !)
    http://www.liberation.fr/planete/1999/06/28/la-peur-du-russe-a-prizren750-soldats-de-moscou-doivent-etre-deployes-dans-cette-zone_274809
    En Lybie, ils décidérent alors de camoufler leur intervention néo-coloniale auprès de Poutine (qui les croyait encore sincères). Mal lui en prit. Il retiendra la leçon.
    Une seule conclusion : tous, en Occident, on flirtait ou plongeait dans la pourriture. Je précise les médias en premier et il ne sert à rien d’attendre de la majorité de ceux-ci qu’ils fassent amende en honorable. Sauf changement majeur de régime !


  18. Julie Le 18 octobre 2017 à 16h48
    Afficher/Masquer

    La remarque de K “Ils ne parlent pas arabe, ils parlent islamique” est intéressante, car c’est le cas aussi sur les premières vidéos de rebelles en Syrie dès 2012 lorsque le “PR” commence à être utilisé (pas juste des images de manifs la nuit pour qu’on ne voit pas le petit nombre des participants mais des appels au djihad et à la guerre contre les Alaouites et autres “hérétiques”). On y voit des gens qui ont l’air pakistanais, indonésiens, turcmènes, caucase etc… Ils s’expriment dans un arabe scolaire qui est celui enseigné pour lire la littérature religieuse du moyen âge mais qui ne sert pas à communiquer.


    • Julie Le 18 octobre 2017 à 16h57
      Afficher/Masquer

      outre les cellules dormantes, il y a certainement eu un pré-recrutement dans les milieux des étudiants d’al Azhar en Egypte. on a lu sur twitter en janvier-février 2011 des égyptiens normaux dirent avoir rencontré tellement de barbus sur la route de Benghazi qu’ils sont revenus fissa.


  19. Julie Le 18 octobre 2017 à 16h58
    Afficher/Masquer

    Au fait, c’est marrant l’absence complète d’intérêt de nos médias pour la voix des femmes libyennes depuis cette escroquerie BHL-esque.


  20. R1 Le 18 octobre 2017 à 17h29
    Afficher/Masquer

    Lorsque le prince suit un peu trop les conseils de Machiavel,
    Cela donne Sarkozy et BHL.


  21. Raphaël Le 18 octobre 2017 à 17h31
    Afficher/Masquer

    Tout ceci a eu un effet inespéré : le jour où j’ai vu la liesse sur le plateau de BFMTV quand les abominables images de l’exécution de Kadhafi ont été diffusées tout sourire, je me suis dis que j’étais un homme, pas un animal. J’ai éteint la télé. Je ne l’ai jamais rallumé depuis.


    • Alfred Le 18 octobre 2017 à 21h03
      Afficher/Masquer

      Je n’avais pas la télé depuis longtemps pour d’autres raisons et n’ai pas vu ce que vous décrivez. Je trouve admirable que vous ayez eu ce réflexe devant le degeuli de la boîte à images. À l’époque de Timisoara ou des guerres de Yougoslavie je n’avais pas réussi à m’extraire du tomberau de m… adictif. Bravo sans ironie. Vous n’êtes pas près de retomber dedans tant la vie est plus pleine sans la laisse longue de la “tévé”. C’est toujours un choc ensuite de retomber dans des bars ou chez des amis sur l’écran et ces faces réjouies de fangeux. C’est toujours incroyable de constater l’aliénation “en direct”. Tous ces gens qui ne s’appartiennent pas…


  22. Patte blanche Le 18 octobre 2017 à 18h28
    Afficher/Masquer

    Très intéressant et édifiant à la fois.

    Outre cet article, je me suis contenté de retrouver et de lire l’article de Patrick Haimzadeh (‘Londres fait son autocritique sur la Libye, Paris persiste et signe’ dans orientxxi, du 6/10/2016) dont un extrait est montré ici.

    Une chose est sûre déjà, soit les affirmations de M.Haimzadeh (que je ne connais pas) sont fausses soit on a un exemple discréditant le decodex du journal lemonde qui ne met pas la chaîne qatarienne Al Jazira au moins en orange.


  23. Noone Le 18 octobre 2017 à 20h04
    Afficher/Masquer

    Kadhafi avait coutume de dire : “Après moi le jihad” et “Il y en a des millions qui veulent s’introduire en Europe. Demain, il est fort probable que l’Europe ne soit plus européenne mais africaine. Le temps des invasions barbares est revenu.”

    Le testament de Kadhafi :

    https://youtu.be/9tkRsfZ1r4c


    • NICOLE DE NICOMAQUE Le 18 octobre 2017 à 22h26
      Afficher/Masquer

      @ Noone

      Depuis le clan Bush, la barbarie est déjà bien là. Sans compter Tony Blair et consort…n’allez pas trop vite la chercher ailleurs, ceux-là ont su très bien la fabriquer “made in house”. Renforcés qu’ils étaient via la dictature pétro-monarchique d’Arabie Saoudite et ses chiens de guerre dont on connait les crimes de masse ; ici et partout dans le monde. Si vous continuez à avoir des œillères coloniales et des réflexes binaires d’un autre âge, vous n’y comprendrez rien, me semble t-il.


  24. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h01
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI (I)

    Je ne suis jamais allé en Libye mais j’ai rencontré quelqu’un qui y avait été prisonnier politique. J’habitais alors au Caire, dans un immeuble résidentiel hausmanien d’une des quartiers du centre. C’était en 1995. Un beau soir – d’été, je crois – un Allemand hirsute et carbonisé par le soleil, trente-cinq ans peut-être, fait son apparition. Il loue un studio, devient mon voisin de palier. S’ensuit un dialogue trivial, universel : “Do you know any place where I can get some cold beer ? – sure”.

    L’Allemand – il me semble bien qu’il s’appelait Rolf mais je n’en suis pas certain, je n’ai pas pris de notes écrites – arrive de Libye, pays qu’il connaissait assez bien. Il y avait rejoint un ami à lui, libyen lui, pour partir au Tchad. Arrivés à la frontière tchadienne, les deux gaillards, pourtant des « analphabètes politiques » à la Brecht – sont arrêtés par les autorités libyennes. Motif : espionnage. Le Libyen est embarqué. Depuis, son ami allemand ne l’a plus revu. L’Allemand, lui, est expédié à la frontière égyptienne ; vous connaissez la suite.


    • mégalo Le 19 octobre 2017 à 11h09
      Afficher/Masquer

      À quoi rime ce trop long pavé invérifiable ? Justifier la destruction de la Libye, l’assassinat de Kadafi et initialement, de plus ou moins 50000 libyens et libyennes par l’OTAN et ces mercenaires, mais principalement par la France et la Grande Bretagne ? [Modéré]


    • amer Le 19 octobre 2017 à 16h01
      Afficher/Masquer

      “Je ne suis jamais allé en Libye mais j’ai rencontré quelqu’un qui y avait été prisonnier politique. “…stop…ton histoire de deuxième, troisième, énième mains s’arrête là…”deux gaillards” se présentent à la frontière de n’importe quel ainsi ils se font arrêter partout mon gars….Et tu sais ce qui se passe à la frontière de tous les pays du monde ?????

      Les fables c’est pour les naïfs…..


      • Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 22h55
        Afficher/Masquer

        ““Je ne suis jamais allé en Libye” […] histoire de deuxième, troisième, énième mains”

        Je ne puis que vous donner raison : n’étant jamais allé en Libye, je ne puis éventuellement disposer que de témoignages de personnes y étant elles-mêmes allées.

        C’est le cas de ce témoignage-là, recueilli dans un pays frontalier de la Libye, sans intermédiaire, auprès de deux personnes de nationalités différentes qui en arrivaient directement. Ce témoignage étant le seul dont je dispose personnellement – hors ceux qui sont connus de tous aujourd’hui, il présente le défaut de son unicité et, partant, des doutes que suscite l’absence de recoupements. Néanmoins, il m’a semblé constructif de le partager – avec les précautions et la mise en perspective qu’imposent ses faiblesses – s’agissant d’un pays statistiquement peu fréquenté par les Européens, à part peut-être à l’époque par les Allemands, affirmaient Rolf et son collègue.

        Si vos propres informations infirment ou confirment ce témoignage, alors le partage de ce dernier aura, je crois, porté ses fruits.


  25. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h04
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI (II)

    Je ne sais plus comment Rolf – ou son ami libyen – se débrouillent, mais les deux hommes parviennent à maintenir un contact téléphonique épisodique. Rolf est torturé d’une angoisse livide. Régulièrement, un Soudanais de la réception l’appelle : « Rolf, phone call ! ». Un beau jour, il m’annonce, hagard mais heureux, que son ami est libre, qu’il arrive au Caire et qu’il EXIGE “une douche de bière à son arrivée”. Quelques jours plus tard, effectivement, le Libyen fait à son tour son apparition à la résidence, encore plus hirsute et encore plus buriné que Rolf ; il ressemble un peu à Khadafi, d’ailleurs ; même corpulence ronde et massive ; et il exige sa douche. “Pierre, comme to take some pictures”. Scène surréaliste : le Libyen se met tout nu, un sourire christique sur les lèvres, l’Allemand vide sur sa tête bière égyptienne glacée – achetée dans le magasin que je lui avais conseillé à son arrivée – moi prenant les photos.


  26. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h06
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI (III)

    Une soirée de retrouvailles s’ensuit, à laquelle je suis tout de même convié. Le Libyen, gris comme l’asphalte : ” Je me suis retrouvé dans une prison à Tripoli. J’ai été interrogé. De ma cellule, j’entendais les cris de détenus torturés. J’ai cru que ma dernière heure était venue. Et puis, un beau jour, ils m’ont dit : “vous êtes un grand voyageur, on dirait. Si vous signez ce document, vous pouvez partir – à l’étranger”. Le document m’engageait à informer les services libyens de toute information susceptible de les intéresser dans quelque pays que ce soit. J’ai signé à la vitesse de l’éclair et ils m’ont laissé sortir. Et voilà, je suis là. Jamais je ne retournerai en Libye”. Une semaine plus tard, les deux sbires décollaient du Caire pour New Delhi. Je n’ai plus jamais entendu parler d’eux.


  27. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h11
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI (IV)

    Qu’en retenir ? Voici une proposition qui se base sur l’hypothèse selon laquelle les témoignages ci-dessus seraient sincères.

    1) Oui, dans la Libye de Khadafi, on arrêtait des innocents sur présomptions politiques (Lesquels ? Pourquoi ?)
    2) Oui, certains détenus étaient interrogés d’une manière radicale, et d’autres pas (Lesquels ? Pourquoi ?)
    3) Ce témoignage, s’il était vrai (et j’ai l’intime conviction qu’il l’est, au risque de me tromper je le rappelle), m’incite à penser que dans la Libye de Khadafi, la raison d’Etat prenait la même forme que dans d’autres pays [1]. Quant au fond de ladite raison d’Etat, la question qui la résumerait me semble être, peut-être, celle de savoir quelle en est la finalité. Sur ce point et en ce qui concerne LA LIBYE, je propose un élément de réponse possible (…/…)


  28. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h13
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI (FIN)

    (élément de réponse possible) : quelques années avant celle que j’ai passée au Caire, j’allais souvent au Sahara, entre autres algérien. J’y avais constaté que, sur la « route de Tam(anrasset), on rencontrait déjà beaucoup de ressortissants d’Afrique Noire qui montaient vers le nord en direction de… la Libye. Pourquoi ? « Parce que nos amis qui y sont installés disent qu’en Libye, si l’ont travaille, on vit bien et que l’on est décemment payé »

    Il ne s’agit de ma part que de témoignages vécus qui ne s’appuient – pour l’instant du moins – sur un recoupement investigatif qui est loin d’avoir atteint sa masse critique de crédibilité.


  29. Pierre Bacara Le 19 octobre 2017 à 01h42
    Afficher/Masquer

    LA LIBYE DE KADHAFI [1]

    “[…] la même forme que dans d’autres pays [1]”

    Lesquels ? A ce sujet, je souhaitais à l’origine vous proposer un documentaire du réalisateur algérien Mohamed ZAOUI, qui montre le témoignage d’un ancien prisonnier du FLN de la prison de Monluc, en France. En cherchant le film sur le web un peu hâtivement, je le concède, j’avais cru l’avoir trouvé (intégrale, 50 minutes, disait Google), mais en réalité il est… en location en VOD. J’en suis sincèrement confus et amer. Voici néanmoins l’URL :

    https://www.filmsdocumentaires.com/films/5230-retour-a-montluc

    Les premières minutes sont cependant assez parlantes. J’espère qu’elles illustrent tout de même un peu mon propos qui n’est pas de juger, mais d’apprendre de l’expérerience des hommes.


    • Rouméas Le 19 octobre 2017 à 17h03
      Afficher/Masquer

      Ce que vous racontez là peut être raconté de TOUS les pays du monde, même en Suisse…partout…

      Des contres exemples on en trouvera TOUJOURS.

      Ici, me semble-t-il, il est envisagé de voir les choses globalement, dans leur ensemble.

      Personne, je pense ici ne dit que Khadafi était un ange. Mais les “nôtres” actuels et passés étaient-ils, sont-ils des anges…? Même De Gaulle et Poutine qui pour moi sont de grands hommes d’état n’en sont pas non plus!!! Alors que dire d’un pays quel qu’il soit!


  30. Un_passant Le 19 octobre 2017 à 11h55
    Afficher/Masquer

    Si je me rappelle bien, le GEAB expliquait que l’intransigeance européenne (contre son propre intérêt) faisait suite à la volonté de Kadhafi de faire les transactions pétrolières hors dollar. Les américains ne l’entendaient pas de cette oreille. Cela pose quelques questions sur nos politiciens, nos médias et l’influence manifestement néfaste des USA en Europe (ce que le GEAB évoque d’ailleurs de manière de moins en moins diplomate).


  31. amer Le 19 octobre 2017 à 13h11
    Afficher/Masquer

    merci M. Olivier Berruyer pour cet échange qui en dit long sur la volonté de l’Occident de détruire tout pays qui lui résiste avec la complicité de ses vassaux du Golfe et d’ailleurs; ce dialogue de sourds montre que Blair a été chargé par ” les Américains et les Européens” ou “ces gens” de convaincre Kadhafi de quitter la Libye et de laisser la population libyenne sans défense :

    “Si les gens voyaient le leader mis à l’écart, ils seraient contents de ça. Si ça continue un autre jour, ou deux, nous n’allons plus pouvoir être dans les bonnes conditions. Je dis ça parce que je le crois profondément. Si on n’arrive pas à trouver une sortie très rapidement, on dépassera le point de non-retour.”

    …suite…


  32. amer Le 19 octobre 2017 à 13h23
    Afficher/Masquer

    L’affaire libyenne est flagrante et démontre la façon dont ce monde fonctionne; tout dirigeant et pays qui s’oppose aux diktats de l’Empire sont voués à la destruction….mais le fantôme de Kadhafi hantera longtemps surtout l’Europe proche plus que les USA lointains….Ils ont ouvert la boîte à pandore et ça ne fait que commencer.

    par contre je ne comprends pas la référence à Djibouti; je pense que c’est une erreur.


  33. Zasttava Le 19 octobre 2017 à 16h31
    Afficher/Masquer

    En complément de votre excellent billet, je vous suggère l’interview de Fabrice Arfi dans C à Vous :
    https://www.youtube.com/watch?v=ChjJLdcWePM

    (et je dois avouer que son livre me fait envie)


  34. Fritz Le 19 octobre 2017 à 17h37
    Afficher/Masquer

    Dites, la Modération… Je ne voudrais pas insister lourdement, mais vous avez supprimé les dernières lignes de mon premier commentaire, en me priant d’indiquer le sources. Ce que j’ai fait avec moult précisions dans deux commentaires postés aujourd’hui, lesquels ont été effacés par vos soins.

    Imiteriez-vous le tristement célèbre Tan Khaerr de Wikipédia ?

    Certes, les personnalités que je mettais en cause ne passent pas pour des va-t-en-guerre, mais justement, cela illustrait la folie collective que fut la guerre de Libye.


  35. Tchen Le 20 octobre 2017 à 13h55
    Afficher/Masquer

    Qu’on aille mettre ces documents sous le nez de BHL. Il n’y a pas de lois pour faire emprisonner ce menteur manipulateur assassin par procuration? Son crime, leur crime (sarko and co), est desormais patent, pourquoi personne ne reagit?


  36. keg Le 25 octobre 2017 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Qiuand on veut faire la guerre à quelqu’un on dit qu’il n’a guère de cran (de sureté ou non)….
    Les palabres sont stériles si elles ne s’accompagnent pas au sommets des bruits de bottes (ou de canons. C’est presque la même chose, même si parfois, pays oblige ce sont des bas-bouches. Qui se souvient qu’en irak les locaux disaient à babouches….. traduit en langage ricain cela donnait quoi?).
    Kadhafi devait se taire. Il est des secrets à ne pas révéler au petit public….Il s’est tu et nous avec!

    http://wp.me/p4Im0Q-29f


Charte de modérations des commentaires