Plan de l’étude sur le Pentagone :

  1. L’incroyable bêtise
  2. Le crash – L’incendie
  3. Les dégâts
  4. Les témoignages et les preuves visuelles
  5. Les preuves physiques 1
  6. Les preuves physiques 2
  7. Les débris 1
  8. Les débris 2
  9. Le pilotage
  10. Les victimes

9. Le pilotage

9-1. Les boites noires

Dans les objets retrouvés dans le Pentagone, il y en a deux importants que je n’ai pas encore mentionnés : les boites noires !

Mais avant, petit rappel sur cet équipement :

pentagone

pentagone

pentagone

Ces deux instruments (oranges en fait, “noires” fait référence à l’intérieur…) se trouvent dans la queue :

pentagone

On a donc retrouvé dans le Pentagone l’enregistreur de paramètres :

pentagone

pentagone

pentagone

Et l’enregistreur de sons également – enfin ce qu’il en reste :

pentagone

pentagone

En revanche, ce dernier était trop endommagé, il n’a pas pu être exploité…

9-2. Le vol

Par chance, l’enregistreur de données a donc survécu, et a permis de donner tous les paramètres du vol.

Rappelons qu’au moment du détournement, les pirates ont éteint le transpondeur, l’avion n’a donc plus communiqué automatiquement sa positon à partir du détournement :

pentagone

En revanche, les radars ont évidemment permis de suivre sa trajectoire depuis le décollage (en vert en bas) :

pentagone

pentagone

pentagone

En arrivant sur Washington, les radars ont bien suivi sa boucle finale (Source : Rapport du NSB) :

pentagone

pentagone

pentagone.

Cette boucle a en fait permis à l’avion de descendre :

pentagone

pentagone

La trajectoire finale :

Enfin, pour les non-convaincus, on voit parfaitement la trace radar de l’avion ici, à partir de 3:45 (trace rouge tout à gauche, partie centrale – sans transpondeur), le Pentagone est en gros au centre de l’écran.

pentagone

On voit ici le vol AA 77 en rouge, en train de faire sa boucle, à “7 heures” sur le premier cercle bleu (au centre)

(Mais que faut-il de plus à Meyssan ???)

Voici les paramètres finaux du vol de l’avion :

pentagone

Altitude en pieds (30,5 cm), vitesse en nœuds (1 knot = 1,85 km/h), cap magnétique en degrés
La boucle finale se déroule entre les flèches bleues

300 kts = 555 km/h = 155 m/s

483 kts = 894 km/h = 248 m/s (dernière vitesse enregistrée)

La vitesse est bien supérieure à la vitesse maximale recommandée par Boeing, de 410 nœuds (760 km/h), mais pas de mystère : il y a évidemment toujours une bonne marge de sécurité, et le 757 est réputé pour sa robustesse…

pentagone

pentagone

Roll = roulis (gauche / droite), pitch = tangage (haut / bas), yaw = lacet ; wheel = manche de commande

Les valeurs positives de roulis (roll) et du manche de commande (control wheel) sont vers la droite, les valeurs négatives de tangage (pitch) sont vers le bas (donc l’avion pique).

On voit bien la boucle à droite de l’avion, incliné dans ce sens.

On note aussi que les dernières secondes, l’avion descendait en permanence, de plus de 4° ; il descendait donc autour de 20 mètres par seconde, avant de faire un arrondi à la toute fin.

pentagone

Derniers hectomètres de la trajectoire de l’avion

pentagone

(Rapport source des graphiques)

On note que l’avion a fini les 2 dernières secondes avec une accélération de 2 g, ce qui n’est pas confortable, mais est supportable – un A 320 au décollage fait subir 0,4 g ; une Bugatti Veyron passant de 0 à 100 km/h en 2,4 s. fait subir 1,6 g, certaines attractions extrêmes de fêtes foraines font subir 3 à 4 g.

Quand à la résistance de l’avion, il n’y a aucun mystère :

  • la boucle de 320 ° réalisée l’a été durant plus de 3 minutes, à 520 km/h sur 8 km, ce qui n’a généré que 0,6 g d’accélération (cf. plus haut)
  • le 757 peut tout à fait résister aux 2 g finaux : il est censé résister en théorie à 2,5 g, mais un autre 757-200 d’IcelandAir, en difficultés, a résisté en réalité à 3,6 g. (source), et un 747 chinois à près de 5 g (Source)

Il y a en effet une fausse idée très commune, voulant que l’avion aurait effectué des sortes de “cascades acrobatiques professionnelles” juste avant l’impact. Il n’en est rien comme on l’a vu, la boucle a été relativement douce. Elle n’a pas été professionnelle, avec un angle de roulis variant de 15° à 42 °, et un angle de tangage encore pire, l’avion reprenant de l’altitude durant certaines parties de la “plongée”. Ce n’est qu’à la fin de la boucle, arrivé à 800 mètres d’altitude, à 10 kilomètres du Pentagone, que l’avion a piqué tout droit passant de 520 à 860 km/h…

Grâce à l’enregistreur de vol, on a donc pu reconstituer le vol dans son intégralité (si ça vous tente) :

Voici aussi pour illustration des exemples de manœuvres de gros avions à grande vitesse et basse altitude :

Voici enfin l’avis de Jean Belotti, ancien commandant de bord, et expert judiciaire depuis 20 ans. Spécialiste de ce sujet, il est intervenu sur les principaux accidents aériens survenus en France. Il a publié une quinzaine d’ouvrages, dont Les accidents aériens : pour mieux comprendre (éditions F. Couffy), considéré comme un ouvrage de référence incontournable. Voici son avis

(Source : Net-Iris)

Est-il envisageable qu’un pirate non pilote professionnel puisse être capable de diriger l’avion contre un bâtiment ?

Oui, probablement. Il suffit d’un entraînement sur simulateur de vol disponible sur tout ordinateur individuel, de quelques vols dans un aéro-club, voire d’une formation un peu plus poussée (utilisation des systèmes-avion de programmation de la navigation). Dans le cas de ce quadruple attentat, les pirates avaient la possibilité de contraindre l’équipage à diriger l’avion jusqu’à proximité de l’aéroport, sous prétexte d’un déroutement. Ce n’est qu’en zone finale qu’ils ont pu, de force, se substituer à l’un ou l’autre des pilotes pour devenir des kamikazes, même si, eux-mêmes, avaient en fait une qualification de pilote professionnel.

(Source : Rue 89)

Nous avons retrouvé Dany Crivello, un pilote français expatrié aux Etats-Unis. Il a été instructeur dans l’école de pilotage Sawyer Aviation, à Phoenix, en Arizona, où Hani Hanjour a suivi des cours avant les attentats du 11 septembre. D’après lui, le pirate y avait pris plus de 600 heures de vol sur un simulateur, grâce à un forfait de 200 dollars par mois.

Dany Crivello nous assure qu’un de ses anciens collègues instructeurs, qui avait testé Hanjour sur des vols, n’émet aucun doute sur la capacité du terroriste à accomplir cette trajectoire vers le Pentagone malgré son médiocre niveau de pilotage.

Quant à la nature exacte de l’enseignement reçu par Hanjour, nous avons interrogé Jean Belotti, ancien pilote et expert judiciaire. Selon lui, « un entraînement sur simulateur ou quelques vols dans un aéroclub suffisent pour guider un avion dans le ciel et viser une cible. Les gros jets se pilotent presque avec deux doigts aujourd’hui ! »

Avis partagé par Erick Derivry, le porte-parole du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) et commandant de bord chez Air France, également joint par la rédaction :

« La qualité visuelle de ces engins offre une bonne appréhension de la vitesse et de la trajectoire. Chez nous, on s’amuse même à passer à côté de la Tour Eiffel !

Des machines d’une telle réalité qu’elles permettent de former entièrement un pilote en vue de son premier trajet avec des passagers.

(Source : SPS n° 296, hors-série 11 septembre, juin 2011.) :

Des tours faisant 400 mètres de haut et 63 mètres de large sont-elles difficiles à percuter avec un Boeing 757 et par temps clair ?

J.B. : Il convient de prendre en compte que les kamikazes aux commandes avaient obtenu une licence de pilote. Le fait qu’ils aient été brevetés sur un petit appareil n’autorise pas à conclure qu’ils étaient incapables de guider, à vue, un avion de ligne, sachant combien les commandes actuelles sont souples et efficaces, et réagissent sans presque aucune inertie. Par ailleurs, il suffit de quelques séances de simulateur – avec des logiciels qui fonctionnent sur de simples ordinateurs portables et reproduisent très bien les réactions de plusieurs types d’avions aux commandes du pilote – pour se rendre compte combien il est facile de percuter une tour. […]

Pour heurter le Pentagone, le vol AA77 a amorcé une descente de 5 000 pieds jusqu’au sol en 2 minutes, le tout en réalisant un virage de 330 degrés. Il a été dit que c’était techniquement impossible pour l’avion…

J.B. : Il a été dit que c’était irréalisable pour un avion qui vole à 950 km/h. Certes. Mais d’après les données de la boîte noire et des radars, c’était une vitesse largement inférieure. Pour un avion qui vole dans une zone terminale, une descente à un taux moyen de 2 500 pieds/minute est un taux tout à fait courant. Quant au demi-tour presque complet en deux minutes c’est également une manœuvre standard qui se fait à une inclinaison qui est fonction de la vitesse. Enfin, comme pour les tours jumelles, il convient de noter que le pilote aux commandes n’a accéléré pour maximiser les dégâts, que dans les 30 dernières secondes de vol, une fois la trajectoire vers la cible bien maîtrisée.

L’avion a percuté le Pentagone à 5 mètres du sol et à une vitesse de 850 km/h. Cela vous semble-t-il réaliste techniquement ? Certains truthers affirment que le rase-motte à une telle vitesse est impossible.

J.B. : L’avion n’a pas pu voler en rase-motte à 850 km/h pour viser sa cible pour deux raisons. Tout d’abord, comme expliqué plus haut, cette vitesse est en-dehors de son domaine de vol. Ensuite, s’il avait volé en rase-motte à cette vitesse il n’aurait eu aucune information exacte sur la position de la cible visée, qu’il n’aurait pu voir qu’au dernier moment, donc trop tard pour faire la correction de cap nécessaire pour l’atteindre.
En fait, l’avion n’a pu se mettre en descente qu’après avoir repéré visuellement la cible, vers laquelle il a plongé et accéléré lors d’une descente constante d’environ 4 500 pieds/minute sur les 20 dernières secondes. Il n’a été à moins de 10 mètres du sol que dans la toute dernière seconde du vol, juste avant l’impact. Ce n’était donc pas du rase-motte (figure ci-dessous).

pentagone

La descente du vol AA77 sur le Pentagone a été très régulière. Il n’y a pas eu de rase-motte. (graphique construit d’après les données de la boîte noire fournies par le NTSB)

Est-il possible que des documents en papier aient été retrouvés quasiment intacts, ou à tout le moins lisibles, dans les débris enflammés de l’avion qui s’est encastré dans le Pentagone ?

J.B. : Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela est effectivement possible et j’ai pu le constater plusieurs fois sur des sites de crashs enflammés. Il n’y a donc pas eu de phénomène très extraordinaire lors de cette journée : rien que de très commun, hélas, lors de telles catastrophes aériennes.

9-4. Le pilote

Si le vol n’a donc nécessité aucune “prouesse” particulière de pilotage, il est clair que la cible Pentagone était la plus compliquée des 4 : les 2 Twin Towers était visibles des kilomètres à la ronde, et le Capitole (on sait désormais que c’était la cible manquée du vol UA 93) était un bâtiment plus haut que le Pentagone, qu’il fallait atteindre à la base.

Eh bien comme le Pentagone était la cible la plus difficile, le pilotage a été confié au pilote le plus qualifié des quatre pirates : Hani Hanjour (pour mémoire, les équipes pirates étaient normalement constituées de 1 pilote et de 4 gros bras).

pentagone

Au passage, on a retrouvé dans le Pentagone, parmi d’autres, deux pièces d’identité que les pirates avaient gardées sur eux après leur contrôle d’embarquement – celle de Majed Moqued et de Nawaf Alhamzi :

pentagone

pentagone

J’ai souvent lu dans mes recherches sur des sites conspirationnistes qu’un Boeing piloté par Hani Hanjour n’aurait pu réussir à frapper le Pentagone, en raison de ses compétences très faibles en pilotage et de son inexpérience.

Cela montre encore une fois le mépris des faits. Hani Hanjour avait la plus grande expérience des 4 pilotes pirates – et c’est bien pour ça qu”il a été choisi pour la cible la plus difficile des 4. Il a d’abord obtenu une licence de pilote en 1997, puis a obtenu plus tard une licence de pilote professionnel sur multi-moteurs, et disposait d’un certain nombre d’heures d’expérience sur des simulateurs Boeing.

pentagone
pentagone490

Notez le “Commercial Pilot – Airplane Multiengine”

pentagone

D’après les informations fournies par Hani Hanjour à la PanAm International Flight Academy pour sa formation sur le simulateur Boeing 737 en février 2001, il disposait alors de :

– 250 heures de durée totale de vol
– 75 heures de vol sur simulateur
– 29 heures de vol sur multimoteur

pentagone

Bien entendu, c’est très faible, il n’avait pas une grande expérience, c’était même un mauvais pilote (rapporté au standard, qui consiste justement à ne PAS crasher l’avion…), il avait des soucis à l’oral ou avec les procédures, MAIS il n’était pas inexpérimenté du tout, et est décrit comme “très intelligent” par ses instructeurs, mais manquant encore d’expérience :

pentagone

Soulignons aussi qu’il a d’ailleurs très peu piloté durant le détournement, uniquement à partir du point F :

pentagone

Soit une dizaine de minutes, le temps de préparer la boucle, de la réaliser puis de piquer enfin sur le Pentagone…

Beaucoup de choses ont donc été dites sur le niveau de pilotage d’Hanjour. Il y a indéniablement beaucoup d’avis négatifs à propos de ses compétences :

« Chevrette rapporte qu’elle a recontacté Anthony quand Hanjour a commencé les exercices au sol sur le Boeing 737 car il était devenu très clair qu’il n’avait pas les compétences pour obtenir le brevet de pilote commercial. “Je ne crois pas vraiment qu’il aurait dû être admis et j’ai remis ça en cause.” dit-elle. » (Source : CBS)

Cependant, un instructeur précédent ne se montre pas aussi accablant :

« Des agents du FBI ont interrogé à l’aide d’un détecteur de mensonge, un instructeur d’Hanjour en Arizona. Celui-ci, un américain d’origine arabe, avait approuvé la qualification de Hansour pour le programme de formation au pilotage avant qu’il n’obtienne son brevet de pilote. L’instructeur dit qu’il déclara aux agents que Hanjour était ”un pilote très moyen, sans doute un peu en difficulté.” Il ajouta: “son anglais n’était peut-être pas très bon”. » (Source : CBS)

On apprend aussi sur Newsday, 04/06/2002 que si :

« … lorsque l’instructeur Baxter et son collègue Ben Conner instructeur ont mis Hani Hanjour à l’essai par trois fois au cours de la deuxième semaine d’août, ils ont constaté qu’il avait du mal à contrôler et faire atterrir un monomoteur Cessna 172. Malgré la licence de pilote fédéral et le carnet de 600 heures d’expérience de vol présenté par Hanjour le chef instructeur Marcel Bernard a refusé de lui louer un avion sans leçons supplémentaires »

son instructeur Marcel Bernard ajouta néanmoins que Hanjour était :

« très calme, dans la moyenne des pilotes… il ne fait aucun doute que, une fois que [l’avion détourné] aurait décollé, il aurait été en mesure de diriger l’avion vers un bâtiment et de le frapper. »

pentagone

J’insiste, c’est son instructeur qui dit ça ! Donc le gars qui a vu le pirate n’a pas de doute, mais des Français en ont, ok…

Une note de bas de page du chapitre 7 de la Commission sur le 9/11 est plus positive :

« Hanjour s’acquitta avec succès d’un vol de certification exigeant supervisé par un instructeur au “Congressional Air Charters” de Gaithersburg, Maryland, atterrissant dans un petit aéroport à l’approche difficile. L’instructeur pensa que Hanjour avait sans doute reçu une formation de pilote militaire car il se servait d’un système de reconnaissance du relief pour la navigation. Audition d’Eddie Chelev, 09/04/2004. » 170. Rapport du FBI. “Résumé de l’enquête Penttbom”. 29/2/2004, pp 5257.

Et comme l’a fait remarquer Marcel Bernard, les pirates du ciel n’avaient aucunement besoin de l’intégralité des compétences d’un pilote professionnel. Il précise dans une autre interview :

« Bernard, de l’aéroport de Freeway précise que : “En dépit des appréciations négatives, Hanjour avait quelques capacités de pilote“. “Il n’y a aucun doute dans mon esprit sur le fait qu’après avoir détourné l’avion, il a pu le diriger vers l’immeuble et l’écraser dessus.” » (Source)

Des gens diront toujours que l’attaque sur le Pentagone était trop difficile pour que Hanjour puisse réussir son coup, mais d’autres articles anti-conspirationnistes citent des pilotes affirmant que ce n’est pas le cas (voir là).

Le site Salon a réalisé en 2006 une longue analyse, écrite par un pilote de ligne (Source) :

« Comme je l’ai expliqué dans une tribune précédente, la prestation de Hani Hanjour n’a pas grand chose à voir avec l’exhibition aérienne souvent décrite. Elle fut exceptionnelle seulement de par son imprudence. Ses boucles, virages et spirales dans le ciel de la capitale ne firent que mettre en évidence le pilote merdique qu’il était d’après tous les témoignages.

Pour bien frapper le Pentagone, il avait seulement besoin d’un peu de chance. Et cette chance, il l’a eue, peut-être avec l’aide du pilote automatique du 757. S’écraser sur un objet stationnaire – même un grosse cible comme le Pentagone – à grande vitesse et avec angle d’incidence élevé est très difficile. Pour rendre la tâche plus facile, il arriva dessus de manière oblique, renversant des lampadaires alors qu’il vrombissait au-dessus de la pelouse du Pentagone.

Il est vrai qu’il y a assez peu de similitude entre le cockpit d’un avion léger utilisé pour l’instruction et le poste de pilotage d’un Boeing. Le moins qu’on puisse dire est que les pirates, en tant que pilotes privés, étaient un peu dépassés. Mais il ne s’agissait pas pour eux d’exécuter des approches avortées sur un seul réacteur ou des atterrissages aux instruments de catégorie 3 avec un système hydraulique défaillant.

Certes, pour faire bonne mesure, au moins deux des pilotes terroristes avaient loué des heures de simulateurs sur des avions à réaction. Mais toucher le Pentagone ou naviguer le long du fleuve Hudson jusqu’à Manhattan un matin sans nuage, avec pour seule intention de foncer dans une tour, ne requière pas une grande maîtrise de l’art du pilotage.

Les pirates avaient acheté des manuels et vidéos décrivant les systèmes de vol du 757/767 et, comme tout amateur de simulateurs sur ordinateur vous le dira, l’usage de base des systèmes de navigation et de pilotage automatique de ces avions est avant tout un exercice de paramétrage. Vous pouvez apprendre ça à la maison. Vous ne serez pas bons, mais vous le serez suffisamment.

Ils ont bien fait leurs devoirs de classe et ils maitrisaient ce dont ils avaient besoin“, dit un pilote d’United Airlines, qui a volé sur tous les modèles de Boeing 737 existants. “Des connaissances rudimentaires et une absence de peur.”

“Comme tout le monde a pu le voir, leur pilotage était peu rigoureux et agressif”, dit Michael, un pilote ayant des milliers d’heures sur des 757 et 767. “Leurs compétences et expérience n’étaient clairement pas au niveau”.

“Les pirates n’avaient besoin que d’une compréhension superficielle de l’appareil”, aquiesce Ken Hertz, un pilote de ligne qualifié sur 757/767. “De la même façon que quelqu’un n’a pas besoin d’être un médecin experimenté pour faire du bouche-à-bouche ou remettre en place un os cassé.”

Ce sentiment est partagé par Joe d’Eon, pilote de ligne et expert-invité de la série podcast ‘Fly With Me’ : “C’est la différence entre un médecin et un boucher“, a-t-il dit.

Source : Salon, 19 mai 2006

Le pilote chevronné Giulo Bernacchia abonde dans le même sens :

Selon moi, la version officielle des faits est tout à fait plausible, tout ceci ne requiert pas de circonstances exceptionnelles, de violation des lois de la physique ou de pouvoirs surhumains. Comme d’autres (vrais) pilotes l’ont dit, les manœuvres exigées des pirates étaient dans leurs capacités (très limitées), elles furent exécutées sans aucune finesse et les avions ne réussirent à frapper les cibles qu’après une série de manœuvres excessives et désespérées. Les pirates de l’air ont profité de tout ce qui pouvait leur faciliter la tâche et ont décidé de ne pas compter seulement sur leurs faibles compétences en pilotage. Il est trompeur de faire croire que les pirates SE DEVAIENT de posséder des compétences avancées en pilotage pour faire ce qu’ils ont fait.

Telle est la conclusion de son témoignage “Oh non! Pas un autre expert!”, que vous pouvez lire ici.

Rappelons aussi que le pilote s’est très probablement entraîné sur ordinateur des centaines et des centaines de fois – pour ce qui était “l’œuvre (finale) de sa vie”…

Enfin, je vous propose la traduction de cet article fouillé de The New American de 2005 :

« “L’attaque aurait exigé l’impossible en matière de pilotage.” Certains détracteurs éminents de la thèse officielle du 11 Septembre affirment que la trajectoire de vol de l’avion qui a frappé le Pentagone aurait été humainement impossible dans un 757, tandis que d’autres admettent qu’elle aurait été réalisable pour un as du pilotage – mais pas pour le pirate Hani Hanjour, le pilote inexpérimenté censé avoir pris les commandes du vol 77.

Dans “Questions Douloureuses: Une Analyse de l’Attaque du 11 Septembre“, Eric Hufschmid écrit: “Je dirais qu’il est absurde de croire qu’un pilote inexpérimenté soit capable de faire voler un tel avion à quelques millimètres du sol. La trajectoire de cet avion suffit à me convaincre qu’il n’était pas contrôlé par un humain. Je pense que seul un ordinateur est capable de faire voler un avion de manière aussi spéciale. Si c’étaient les terroristes qui avaient fait voler l’avion, ils mériteraient le titre de meilleurs pilotes du monde pour avoir réalisé des manœuvres aux commandes d’un avion de ligne dont je doute que les meilleurs pilotes de l’armée de l’air aient pu effectuer.”

“Skydrifter”, le site de Ralph Omholt, affirme : “Aucun pilote ne se déclarera capable de frapper une cible comme la base du Pentagone – quelles que soient les conditions de vol – avec un 757 faisant du 540 km/h. Quant aux pilotes amateurs censés l’avoir fait : IMPOSSIBLE.”

“Impossible” ? “Aucun pilote ne se déclarera capable…” ? Eh bien, nous n’avons eu aucun mal à trouver des pilotes qui étaient en désaccord total avec ces propos. Ronald D. Bull, un pilote retraité d’United Airlines, vivant à Jupiter, en Floride, a déclaré au New American, “Ce n’est pas si difficile, et ce n’est certainement pas impossible !“, notant qu’il est beaucoup plus facile de s’écraser intentionnellement dans une cible que de réussir un atterrissage contrôlé. “Si vous faites une manoeuvre kamikaze, comme ces types, il suffit de maintenir le nez de l’avion vers le bas et de pousser la manette des gaz comme un diable…“, dit le capitaine Bull, qui a piloté des 727, 747, 757 et 767 pendant de nombreuses années, internationalement et domestiquement, y compris à destination des aéroports de Washington.

George Williams de Waxhaw, Caroline du Nord, a piloté des 707, 727, DC-10 et et des 747 pour la Northwest Airlines pendant 38 ans. “Je n’accorde aucune valeur à ces arguments. Le Pentagone est une cible très étendue et je dirais que s’écraser dessus était une chose assez facile à faire.

Selon “l’enquêteur” du 11/9 Dick Eastman, dont les théories fumeuses sont affichés sur le Patriot Friends Network et de nombreux autres sites Internet américains, le vol 77 faisait partie d’une mystification dans laquelle un avion de chasse F16 contrôlé à distance aurait effectivement frappé le Pentagone, tandis que le 757 descendait en piqué sur le Pentagone et atterrissait à l’aéroport national Reagan ! “Avec ses moteurs éteints”, écrit Eastman, le Vol 77 “s’inséra”, en silence, dans le trafic de l’aéroport. “Peu de gens auraient vu le vol 77, sans compter ceux qui auraient supposé qu’il n’était qu’un autre vol de routine sur Reagan National”, prétend-il.

C’est tellement exagéré que ça dépasse le ridicule.“, dit le capitaine Williams. “J’ai volé à Reagan [National Airport] des centaines de fois et vous ne pouvez pas simplement vous faufiler et “vous insérer” sans que les contrôleurs aériens ne le sache et sans que d’autres pilotes et des témoins ne le remarquent.”

D’ailleurs, comme le Capt. Ron Bull le souligne, le scénario Eastman nécessiterait des compétences de pilotage bien au-delà de ce qu’il faudrait pour frapper le Pentagone. “J’ai atteri de nombreuses fois à Reagan National et mon premier voyage dans un 757 ne fut pas une partie de plaisir”, dit-il. “J’ai dû vraiment y travailler, et ce après 25 ans d’expérience de vol de grands jets. Tout scénario qui imagine le 757 [Vol 77] prenant une trajectoire de vol sur le Pentagone et atterrissant en catimini au National, présente quelque chose qui est beaucoup plus difficile à réaliser et beaucoup plus difficile à croire que de crasher l’avion dans le Pentagone. Ce n’est tout simplement pas crédible.”

Le Général Partin, un pilote des Forces aériennes, résume le dossier du vol 77 frappant le Pentagone. “Les explications alternatives arrivent à des solutions plus dingues et toujours plus dingues. En plus des preuves matérielles et photographiques soutenant la thèse officielle, il y a des centaines de témoins oculaires, y compris beaucoup de gens que je connais personnellement qui ont vu le 757. En outre, il y a les lampadaires qui ont été renversés que j’ai vus personnellement, qui sont dans le dossier photographique et qui n’ont pas pu l’être par un missile ou un avion de petite envergure. Ensuite, vous avez les débris du vol 77 et les boîtes noires. Si vous rejetez tout cela, alors vous devez trouver une autre explication pour ce qui est arrivé au vol 77. J’ai vu les explications alternatives et elles sont absurdes.“‘

Mais malgré toutes les preuves du contraire, supposons un instant que le vol 77 ne se soit pas écrasé sur le Pentagone. Pourquoi détourner l’avion et puis l’abîmer dans l’océan Atlantique, ou voler jusqu’à l’aéroport national Reagan, ou faire tout ce qui a été fait pour le faire “disparaître”? Pourquoi détourner l’avion pour faire apparaître qu’il a été utilisé contre une cible et puis ne pas l’utiliser contre une autre? Pourquoi planter les boîtes noires et des restes humains sur le site du Pentagone ? N’aurait-il pas été beaucoup plus judicieux et beaucoup plus simple d’utiliser effectivement l’avion contre le Pentagone ? »

Lire aussi cet avis sur la manœuvre finale, ainsi que le rapport du FBI sur le pilote, et ses résultats de pilotage.

Voici enfin ce qu’en dit le rapport de la Commission d’enquête sur le 11 Septembre :

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

Enfin, une petite expérience a été réalisée aux Pays-Bas (pas parfaite, certes, mais indicatrice) : on a demandé à quelqu’un du niveau de Hanjour, donc faible, de tenter de reproduire la figure trois fois :

Bilan, trois coups au but…

Bon, allez, en bonus, je vous mets la vidéo d’avril 2002 où les chef d’al-Qaïda revendiquent les attentats

Et Ben Laden en novembre 2007 :

pentagone

et la vidéo hommage d’al-Qaïda aux kamikazes :

9-5. Le cas Minetta

Une petite chose amusante.

Grosse émotion en 2003 lors du témoignage du ministre des transports le jour du 11 septembre 2001, Norman Mineta, devant la Commission d’enquête sur le 11 Septembre :

Voilà ce qu’on trouve sur le web :

“Selon la version officielle, le gouvernement n’a pas eu connaissance de la position du vol 77 d’Ameircan Airlines qui a frappé le Pentagone avant 9h32, soit seulement 5 minutes avant le crash..

Or Norman Mineta, secrétaire aux Transports entre 2001 et 2006, témoigna devant la Commission d’enquête qu’il s’était rendu au rendu à 9h20 au Centre Présidentiel des Opérations d’Urgence (PEOC) de la Maison Blanche, et y avoir vu le vice-président Dick Cheney en discussion avec un assistant, lequel venait régulièrement l’informer de la progression du vol 77 (de la distance qui le séparait encore du Pentagone ?).

On ne sait guère quand a commencé cet échange entre Cheney et son assistant. Quoi qu’il en soit, le vol 77 était repéré bien avant l’heure indiquée dans le rapport officiel. Un rapport qui maintient, par ailleurs, que Dick Cheney n’est arrivé au PEOC qu’à 9h58 ! Un rapport qui, n’a pas intégré le témoignage, fort dérangeant, de Norman Mineta !

Devant la Commission en 2003, Mineta affirma notamment :

« Un jeune homme faisait des va-et-vient pour informer le vice-président, ‘L’avion est à 80 kilomètres. L’avion est à 50 kilomètres’. Lorsqu’il a dit ‘l’avion est à 15 kilomètres, le jeune homme a demandé au vice-Président : les ordres tiennent-ils toujours ?’ Le vice-président s’est alors vivement tourné vers lui et à répondu : ‘Bien sûr qu’ils tiennent toujours ! Avez-vous entendu le contraire ?’ »

=> Si l’ordre donné par le Vice-Président Dick Cheney n’était pas d’abattre l’avion qui se dirigeait sur le Pentagone, alors quel était-il ?”

On appréciera le : “le vol 77 était repéré bien avant l’heure indiquée dans le rapport officiel”, affirmé à l’indicatif, comme un fait établi.

La grosse question que pose ce témoignage très troublant (il m’a interpellé la première fois) – réalisé, excusez du peu, par le ministre des Transports en poste le 11 septembre – est surtout : mais pourquoi diable Cheney n’a-t-il pas fait évacuer le Pentagone en urgence alors ? Gouvernement criminel, toutçatoutça ? Et rapport bidon toutçatoutça ? Et témoignage caché toutçatoutça ?

Et en plus, comme ça étonne le Président de la commission, on lui demande de confirmer qu’il s’agit bien de l’avion sur le Pentagone, ce qu’il fait :

pentagone

pentagone

pentagone

Et en fait, la réponse est simple, et millénaire : “testis unus, testis nullus“.

Cet adage latin de Droit signifie “Un témoin unique est un témoin sans valeur”.

Et l’avantage est qu’on peut prouver, pour une fois, que ce témoin membre du gouvernement Bush ne vaut pas tripette…

En effet, on dispose évidemment de photos de ce jour là.

Sur celle-ci, on voit Minetta juste au moment où il arrive au fameux PEOC :

pentagone

Photo suivante (elles s’enchainent assez vite), il arrive en face de Cheney :

pentagone

Photo suivante, Cheney regarde la télévision :

pentagone

Zoom sur le bras :

pentagone

Heure : 10h20, donc Minetta a dû arriver au PEOC entre 10h10 et 10h20

Sur ces photos antérieures, on voit Cheney à son bureau, avec son secrétaire général Lewis Libby et sa conseillère Mary Matalin, et avec les tours en feu à la télé :

pentagone

Zoom sur le bureau :

pentagone

Heure sur la pendule : environ 9h30.

Pas convaincu(e) car on voit mal ?

Alors regardez cette photo (par chance en très haute résolution), où Cheney regarde les deux tours en feu :

pentagone

On voit donc ça sur la télé de Cheney :

pentagone

On discerne un 9:33.

Or, on a la vidéo du Live :

Vérifions si on retrouve l’image :

pentagone

En effet : heure de la photo 9h33.

Enfin, on peut faire de même avec celle-ci :

pentagone

On voit donc ça sur la télé de Cheney :

pentagone

Et comme, par chance, cela se passe durant l’intervention de Mark Obenhaus, et en plus en plein travelling, il est très facile de retrouver l’image exacte, ce que j’ai fait pour vous :

pentagone

pentagone

Heure exacte : 9h36 donc. Soit exactement au moment où le Boeing arrive sur le Pentagone…

Il est donc prouvé que Cheney n’était pas encore arrivé au PEOC au moment du crash sur le Pentagone, que Minetta n’était pas là, et on voit bien que Cheney n’était pas en train de suivre de près l’avion : si on lui avait dit qu’un avion kamikaze s’approchait de Washington, il ne serait pas resté dans son bureau non protégé les pieds sur le bureau…

Le témoignage de Minetta est donc complètement faux.

Il est donc possible que le ministre, stressé par ces instants, mélange tout, et il parle en fait d’événements qui ont bien eu lieu, mais à propos du quatrième avion, le vol 93, qui s’est crashé au sol à 10h03. Mais enfin, il n’est pas sûr du tout qu’il était déjà avec Cheney à ce moment, comme on l’a vu. Bref, son témoignage est clairement entaché de confusion.

Notez, avec une équipe gouvernementale de cadors pareils, certains se demandent comment le 11 Septembre a pu avoir lieu…

Alors le “Un rapport qui maintient, par ailleurs, que Dick Cheney n’est arrivé au PEOC qu’à 9h58 ! Un rapport qui, n’a pas intégré le témoignage, fort dérangeant, de Norman Mineta !” se comprend assez bien ; le témoignage était en effet assez “dérangeant”, mais pas pour la raison que les conspirationnistes avancent, vu que les enquêteurs ont raison, mais qu’il leur était probablement difficile d’écrire dans le rapport officiel que le 11 septembre 2001, le ministre des Transports chargé de la protection des Américains raconte des trucs non fiables…

Bon, je suis un peu dur, mais enfin on voit sur cette vidéo de 2006 (3 ans après son témoignage) qu’il semble bien à coté de ses chaussures…

9-6. “Comicos” For 9/11 Truth

Signalons enfin qu’il existe une association de pilotes conspirationnistes, “Pilots For 9/11 Truth”, “qui regroupe plus de 250 pilotes militaires et civils, aiguilleurs du ciel et experts en aviation”. Selon eux, “les compétences des pirates sont incompatibles avec les prouesses de pilotage exécutées”.

Ce sont toujours des témoignages interpellants quand on les découvre, car ils viennent de pilotes, et on a donc tendance à les croire, spontanément.

On a d’ailleurs aussi ce phénomène sur d’autres professions pour le World Trade Center (ingénieurs for truth, architectes for truth, etc.).

Mais c’est bien là qu’il faut se méfier de ce gros biais par “effet loupe“, de “250 pilotes (and co.)”. En effet, voici les statistiques sur les pilotes actifs aux États-Unis :

pentagone

Si on rajoute les retraités (qui n’ont aucune pression à craindre), les “aiguilleurs du ciel et experts en aviation”, on arrive bien à 900 000 personnes (Source). 250 ont donc senti le besoin de rejoindre l’association, pour dénoncer ce qui serait la plus grande supercherie de l’histoire de l’aviation, dans un pays où la liberté de parole est totale, et constitutionnellement garantie.

Soit quand même 1 pilote sur 4 000

(d’où le “rôôôô qu’ils sont courageux, ils osent risquer leur job” – euhhh, il faut voir hein…)

Alors il est clair qu’entre les personnes pas claires dans leur tête (certes, assez limitées sur une population de pilotes vu le suivi psychologique, mais quand même…), les purs conspirationnistes, les personnes en mal de reconnaissance, les narcissiques, etc., je suis même étonné qu’il n’y ait pas, statistiquement, plus d’adhérents.

Leur représentativités statistique est donc très faible.

Et on voit bien qu’il y a un souci logique dans leur propos (il n’y a pas de “prouesse” du pilote du Boeing par exemple).

Or, il n’y a aucun doute que l’avion s’est bien écrasé, et donc, contrairement à la méthode expérimentale (voulant qu’on sache désormais qu’un 757 résiste à 860 km/h, et ce qu’il devient lors d’un choc contre un mur), quand ils voient une différence leurs intuitions (car il n’ont jamais testé dans la réalité cette manœuvre, par définition), leurs calculs (ils sont au mieux experts dans ceux qui disent “ce qu’il faut faire” pour bien piloter en sécurité, c’est leur métier. Mais ils n’ont aucune idée de la validité des calculs donnant des valeurs ultimes réelles à ne pas dépasser…), leurs théories, leurs supputations – et la réalité, eh bien ils veulent changer la réalité… Drôle de mentalité.

Mais le plus intéressant en fait est souvent leur absence totale de doutes, quand on lit leurs témoignages. Il sont souvent sans prudence, façon “Je suis pilote : c’est impossible. C’est DONC le gouvernement qui a tout manigancé. CQFD.” Là encore, drôle de mentalité car les brouettes d’autres preuves (témoignages, débris, victimes…) ne les émeuvent guère, et ils n’émettent bien entendu aucune théorie alternative collant aux faits observés, vus qu’ils ont déjà la conclusion…

D’où ma dureté avec eux, car on bien loin de l’image qu’ils essaient de donner – à savoir celle de la plupart des personnes qui les suivent, à savoir “de bonne foi, et se posant simplement des questions” -, mais au contraire on a des personnes complètement fermées au doute et ne cherchant pas la vérité, mais juste à détruire une version soit disant officielle (alors qu’il n’en existe aucune autre…), en manipulant les crédules.

Florilège de ces “comicos” (comiques quoi… Source : Reopen911, qu’on peut remercier pour avoir très utilement fait la traduction) :

pentagone

pentagone

“Dans un futur proche”, mais pas tout de suite, hein…

pentagone

Et en 2 millions d’années ?

pentagone

5 à 7 g ? Ah oui, il a raison, ça, ce n’est pas possible !
Bon, après comme l’avion n’a guère dépassé 2 g, tout va bien…
Et le pilote kamikaze était un professionnel qualifié…
Mais on ne va pas demander à ce pilote de connaitre en plus le sujet dont il parle, hein…

Par ailleurs, ils disent souvent “je n’aurais pas pu le faire malgré mon expérience”. Mais qu’en savent-ils ? Ont-ils déjà essayé de voler en piquer pour atteindre une grosse cible fixe ? Il me semble que c’est le contraire de leur métier justement…

pentagone

C’est bien de ne jamais “douter”… On arrive ainsi à des conclusions solides…

pentagone

Mais sans cogner sur Bush, hein…
Bon, j’ai “creusé” d’ailleurs, comme il dit, mais je ne suis pas arrivé à la même conclusion – mais je ne suis pas pilote après tout…

pentagone

Hmmm, les cerveaux de l’attentat sont à Guantanamo ou morts pourtant…

pentagone

“Technicien en électronique”, ça valide donc pour l’association de pilotes ? Bon, ben, on est tombé à 1 pour 5 000 ou 6 000 de représentativité alors…

 

P.S. un petit bonus.

Il y a eu un buzz de Pilots For Truth à propos d’un petit capteur qui informe la boite noire sur les moments d’ouverture et de fermeture du cockpit. Or, les informations de ce capteur sont restées constamment à zéro durant tout le voyage selon la boite noire, signifiant donc que la porte ne s’est pas ouverte durant le vol. Joie des conspirationnistes à mettre en cause l’authenticité de “la version officielle”, vu qu’il est évidemment impossible que les kamikazes ne soient pas rentrés pendant le vol.

Le petit détail auquel n’ont pas pensé les conspirationnistes, c’est que le capteur est aussi resté à zéro avant le décollage, et dans les 41 heures des 11 vols précédents, selon la même boite noire…

Et pour une raison simple : ce capteur n’était en fait pas présent dans la série de cet avion, et le résultat de cette ligne de données était donc forcément zéro en permanence… (Source)

P.P.S. Rien à voir avec eux (quoique…), mais on a même vu fleurir des “théories” (délire ?) disant que l’avion est bien arrivé sur le Pentagone, mais qu’il l’a survolé au dernier moment, alors qu’un missile arrivait. C’est sûr que vu comme ça…

pentagone

9-6 La chasse

Chronologie des événements (vol AA 77) :

  • 8h20 : Le Boeing 757-223 (N644AA) (1) du vol American Airlines 77 décolle de l’aéroport de Dulles et se dirige vers Los Angeles. A son bord, 58 passagers, 4 membres d’équipage et 2 pilotes.
  • 8h40 : La FAA (Federal Aviation Administration) informe le NORAD (North American Aerospace Defence Command) du détournement du vol AA 11.
  • 8h43 : La FAA informe le NORAD du détournement du vol UA (United Airlines) 175.
  • 8h46 : Le Boeing du vol AA 11 s’encastre dans la tour nord du WTC (World Trade Center).
  • 8h50 : Le pilote du vol AA 77 effectue sa dernière communication de routine avec la tour de contrôle.
  • 8h56 : L’avion coupe son transpondeur et fait demi-tour en direction de Washington.. Dès cet instant, l’identité, l’altitude et la vitesse du vol 77 ne peuvent plus être détectés par les radars secondaires (Les radars primaires peuvent repérer la présence d’un engin en vol, mais sans l’identifier. Selon une déclaration officielle de la FAA, aucun radar primaire ne couvrait le sud-est de l’Ohio, lieu du détournement.). Contrairement aux autres vols impliqués dans les attentats, un silence radio est maintenu.
  • 9h03 : Le Boeing du vol UA 175 s’encastre dans la tour sud du WTC.
  • 9h06 : La FAA informe les contrôleurs aériens du premier détournement d’avion.
  • 9h09 : La tour de contrôle d’Indianapolis ne parvenant plus à établir un contact radio avec le vol AA 77 informe de la possibilité d’un crash.
  • 9h18 : La FAA donne l’alerte à tous les contrôleurs du pays et leur demande de surveiller toute disparition radar ou changement non-autorisé de la trajectoire d’un avion.
  • 9h24 : La FAA informe le NEADS (North East Air Defense Sector, NORAD) du détournement du vol AA 77. Le NORAD donne immédiatement l’ordre à deux F-16 de la base de Langley (Virginie) d’établir un contact visuel avec le vol AA 77. (2)
  • 9h32 : La tour de contrôle de Dulles repère un avion se déplaçant rapidement vers Washington.
  • 9h29 : Les contrôleurs de l’aéroport de Dulles donnent l’alerte et signalent [à l’Aéroport National Reagan] qu’un avion non-identifié se dirige vers [les zones aériennes interdites au-dessus de la Maison Blanche, du Capitole, et du Monument de] Washington à vitesse élevée.
  • 9h30 : Décollage des deux F-16. Le NORAD évalue à environ 12 minutes le temps nécessaire pour que les F-16 parcourent les 105 miles (168 km) qui séparent la base de Langley du Pentagone (environ 14,5 km/min.). (3)
  • 9h36 : L’Aéroport National (Reagan Airport) demande au cargo militaire Lockheed C-130 Hercules (Golfer06 ?), qui venait de décoller de la base Andrew, d’intercepter et d’identifier l’avion. L’équipage du C-130 annonce qu’il s’agit d’un Boeing 757 qui se déplace rapidement et à basse altitude.
  • 9h37 : le Boeing s’écrase sur l’aile (sud-)ouest du Pentagone, au niveau de l’héliport.
  • 10h10 : Les étages supérieurs de la zone touchée sur l’anneau E s’effondrent.

(1) Environ 100 tonnes, 38 mètres d’envergure, 13,6 mètres de hauteur, 47,3 mètres de long, 7,3 mètres de large (hors ailes). Un Boeing 757-223 peut accueillir jusqu’à 201 passagers (231 en vol charter). (Voir aussi: Info Boeing 757-200, et photo du Boeing 757-223 (N644AA) avant le 11 septembre)

(2) Bien qu’il existe une importante base militaire à 10 miles (16 km) de Washington (Andrews Air Force Base) dont deux escadrons au moins (le FS-121 et le VMFA-321) sont spécialement formés pour pouvoir réagir à tout instant à une situation d’urgence, aucun appareil “prêt au combat” n’était disponible depuis cette base avant l’attaque sur le Pentagone; selon les sources officielles. (Voir aussi: “Guilty For 9-11: Bush, Rumsfeld, Myers“)

(3) Selon ses spécifications techniques, le F-16 peut atteindre une vitesse de 1500 miles par heure – 25 miles (40 km) par minute. (Voir: F-16 Fighting Falcon – Military Aircraft) Cependant, “la vitesse de mach 2 n’est pas tenable pour ce type de chasseur classique plus de 2 à 3 minutes. De plus la consommation de carburant associé entrainerait la vidange trop rapide des réservoirs et ne permettrait pas de parcourir la distance demandée.” (Florent B.)

pentagone

pentagone

On voit qu’il faut donc 28 minutes pour que la FAA informe l’armée du détournement : c’est en plein durant le choc des crashes sur le World Trade Center à New York, et de nombreux témoignages font état de l’impréparation totale, de la désorganisation, puis de la panique.

Ce n’est guère étonnant : c’est le premier attentat d’ampleur aux États-Unis, qui se pensaient protégés – avec leur vision d’indéfectibilité coutumière.

Aucune alerte n’avait même été redescendue à la FAA sur les risques de détournement en cours…

Suite de la série ici.

N.B. : les séries sur le 11 Septembre sont évidemment lourdes à modérer. Comme vous le voyez dans le plan au début du billet, ce billet s’insère dans une longue série. Merci donc de ne pas commenter sur de sujets qui seront clairement traités par la suite, cela fait perdre du temps à tout le monde. Vous pouvez commenter la série dans ce billet dédié.

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires