Plan de l’étude sur le Pentagone :

  1. L’incroyable bêtise
  2. Le crash – L’incendie
  3. Les dégâts
  4. Les témoignages et les preuves visuelles
  5. Les preuves physiques 1
  6. Les preuves physiques 2
  7. Les débris 1
  8. Les débris 2
  9. Le pilotage
  10. Les victimes

8. Les débris

Alors que nous dit Meyssan, avec son professionnalisme habituel ?

pentagone

pentagone

Bien sûûûûûûr…

8-1 Les différents types de crashes

Alors que nous disent des spécialistes de crashs aériens ?

Comme Jacques Rolland, ancien pilote, ancien général, expert près la cour d’appel de Paris. Il indique que, quand l’avion se crashe avec un angle inférieur à 45 ° (donc plus ou moins proche d’un atterrissage “normal”), on retrouve alors des débris de plus en plus nombreux et sur une zone large au fur et à mesure où l’angle diminue :

pentagone

pentagone

Exemple de crash “à plat”

pentagone

Crash à plat, mais suivi d’un incendie : il ne reste alors pas grand chose…

pentagone

Mais quand le crash a lieu entre 45° et 90 ° (donc en piqué), l’avion ne rebondit pas, il ne disloque pas : il s’écrase sur lui-même et s’enfonce sur le point d’impact, formant un cratère – où on ne retrouve en général comme identifiables que les moteurs.

pentagone

pentagone

Crash en piqué d’un avion militaire

De plus, pour des raisons d’aérodynamisme, les ailes ne forment pas un angle droit avec la carlingue, mais partent vers l’arrière. Ainsi, l’extrémité des deux ailes se situe toujours à l’arrière des longerons qui les supportent. Donc, indique Jacques Rolland, « une fois les longerons détruits [par le choc], rien ne tient plus les ailes, elles se détachent de la carlingue et se regroupent sous l’effet de la vitesse pour finir leur course dans le cratère que vient de former l’avant de l’appareil. En outre, l’alliage d’aluminium qui les constitue ne résiste que peu aux très hautes températures. Il semble donc plus que vraisemblable de retrouver leurs cendres à l’intérieur du cratère ».

 

pentagone

C’est donc ce qui s’est passé au Pentagone – sauf que l’avion n’a pas piqué verticalement contre le sol, mais horizontalement contre la façade :

pentagone

8-2 Exemples de crashes

Observons des exemples réels.

En 1992, a été réalisé un crash-test d’un jet F-4D Phantom sur un bloc de béton de 3 mètres à près de 800 km/h, comme au Pentagone :

pentagone

L’avion a été réduit en confettis, ne laissant aucun gros débris.

Dans un autre genre, regarder ici pour illustrer une destruction à grande vitesse, d’une voiture cette fois.

Autre évènement. Le 5 décembre 2005, un avion de transport militaire C-130 (similaire en taille au Boeing 757 du Pentagone, mais volant deux fois moins vite, les pilotes cherchant à atterrir et non pas à se crasher…) s’est crashé dans un immeuble de 10 étages à Azari, en Iran. Les 10 membres d’équipage et les 84 passagers ont été tués, ainsi que 21 personnes dans l’immeuble. Voici les photos :

pentagone

pentagone

pentagone

Les crashes de gros avions contre des immeubles sont rares, mais il y a de nombreux autres exemples de gros avions se crashant dans un terrain en laissant peu voire aucun débris reconnaissable.

Cette série de photos de crashes montre le degré de destruction des avions dans des crashes communs – bien loin d’un piqué à vitesse maximale sur un immeuble… (Source)

Commençons par le crash volontaire du suicidaire de l’A320 de la GermanWings le 24 mars 2015 (150 morts) :

pentagone

pentagone

On a aussi ceci :

pentagone

Roselawn, USA, IN : ATR-72 d’American Eagle, 31/10/1994, 68 morts

pentagone

Dubrovnik, Croatie : B737-T43 de l’U.S. Air Force, 3/4/1996, 35 morts

pentagone

Madras, Inde : B747-200F d’Air France Cargo, 6/3/1999, aucun mort

pentagone

Ceyhan, Turquie : B737-4Q8 de Turkish Airlines, 7/4/1999, 6 morts

pentagone

Bejuma, Venezuela : Yaklovlev YAK-42 de Cubana de Aviacion, 25/12/1999, 22 morts

pentagone

Florianopolis, Brésil : B727-27C de Transbrasil, 12/4/1980, 55 morts

pentagone

Cerritos, USA, CA : DC-9-32 d’Aeromexico, 31/08/1986, 64 morts + 18 au sol

pentagone

Chicago, USA, IL : DC-10-10 d’American Airlines, 25/5/1979, 270 morts + 2 au sol

pentagone

Sacramento, USA, CA : DC-8-71F d’Emery Worldwide Airlines, 16/02/2000, 3 morts (s’écrase sur un parking)

pentagone

Near Irkutsk, Russie : Tupolev TU-154M de Vladivostokavia, 4/7/2001, 145 morts

8-3 Les débris à l’extérieur du Pentagone : A/ les confettis

Intéressons-nous maintenant aux débris retrouvés au Pentagone.

Certains pointent le fait qu’il n’y aurait pas eu de débris, que la pelouse est intacte, etc., arguant de photos de ce genre :

pentagone

pentagone

Meyssan :

pentagone

Mais comme nous l’avons évoqué précédemment, notre axe de vision sur la photo précédente correspond à la trajectoire de l’avion, arrivant de biais. Les petits débris ont en fait “rebondi”, et sont retrouvés là où se trouvent les camions en fait.

Raison pour laquelle la pelouse a été ratissée près de cet endroit :

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

Et s’il n’y avait rien eu, ils auraient mis moins de monde…

pentagone

Zone de tri des débris dans le Parking nord

Voici d’ailleurs les nombreux débris visibles devant le Pentagone – les parties n’ayant pas pénétré dans le bâtiment ayant été réduites en quelques morceaux moyens, et de nombreux confettis (N.B. n’hésitez pas à cliquer sur les images car certaines sont en haute résolution) :

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

 

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

pentagone

P.S. merci de ne pas intervenir en commentaire sur des points qui seront traités dans les prochains billets, il y a assez de quoi dire avec ceux-ci… (merci donc d’éviter de faire des affirmations péremptoires si vous n’avez pas étudié à fond ce dossier, posez alors simplement des questions…)

Je rappelle aussi que je partage avec vous les résultats d’un gros travail de synthèse, à mon sens parfaitement convainquant (sur un sujet qui n’a donc du coup aucun intérêt, et nous fait perdre beaucoup de temps qui serait tellement utile pour analyser ce qui se passe sous nos yeux ; mais ce n’est pas inutile de faire un tel travail une fois).

Après, vous avez bien le droit de ne pas être convaincu par le très très très large faisceau de preuves (que vous n’aurez totalement que vendredi, certes). Mais vous m’accorderez alors en retour le droit de ne pas vouloir entamer de débat avec vous sur ce point. Rassurez-vous, il y a de nombreux sites internet où vous pourrez vous adonner au plaisir des joutes sur ce sujet… Et nous parlerons d’autre chose lundi 🙂

Suite de la série ici.

N.B. : les séries sur le 11 Septembre sont évidemment lourdes à modérer. Comme vous le voyez dans le plan au début du billet, ce billet s’insère dans une longue série. Merci donc de ne pas commenter sur de sujets qui seront clairement traités par la suite, cela fait perdre du temps à tout le monde. Vous pouvez commenter la série dans ce billet dédié.

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires