Les Crises Les Crises
17.septembre.202117.9.2021 // Les Crises

La fin de la guerre classique ? Alain Juillet – Thinkerview

Merci 9
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube

Source : Thinkerview, Youtube, 09-09-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 17.09.2021 à 10h26

Les USA ont, en dehors de la guerre de Corée qui s’est terminée par un cesser le feu ont perdu toutes les guerres qu’ils ont mené sauf la Barbade et le Panama (un éléphant contre un moustique).

Et ils justifient les guerres par de faux prétextes.

S’ils annonçaient clairement le véritable prétexte qui consiste simplement à permettre aux actionnaires du lobby militaro-industriel d’accumuler des profits monstrueux sur le dos des cons-tribuables dans des bains de sang qui rendraient admiratifs les pires dictateurs sanguinaires des temps passés, croyez-vous sincèrement que la population de ce pays continuerait à soutenir ces opérations dont le seul objectif n’est pas la victoire mais simplement d’alimenter une industrie qui serait autrement moribonde ?

N’oublions pas non plus que les USA n’ont PAS gagné la guerre contre l’Allemagne nazie mais qu’ils ont commencé à se bouger quand le résultat était déjà plié.
Ce que nos « grands historiens intègres » oublient toujours de mentionner, c’est qu’en fait le seul vainqueur de cette guerre (il ne faut pas se bercer d’illusions) est bel et bien l’URSS (après un départ calamiteux), le rouleau compresseur stalinien étant en train de tout balayer sur son passage.

Et l’industrie de l’armement a déjà abondamment profité de cette « manne céleste » pour engranger les profits, comme ce fut d’ailleurs le cas pour l’industrie de l’armement €uropéenne lors du conflit précédent.

La victoire n’est PAS l’objectif.
Le seul objectif est un « retour sur investissement » qui permet de faire tourner la machine à fond et d’écouler les stocks.
Quant aux bidasses (de base, les gradés étant bien planqués à l’arrière) ils en sont que des « dommages collatéraux » comme les autres et ne servent qu’a alimenter avec leur sang cette industrie nauséabonde.

15 réactions et commentaires

  • Sandrine // 17.09.2021 à 09h25

    Excellente interview. Il dit des choses passionnantes. Passionnantes mais pas très réjouissantes. La France dégringole, sur tous les plans. Depuis la défaite de 40, c’est fini pour nous même si le général de Gaulle a cru pouvoir inverser la tendance.
    Son avis sur le réchauffement climatique est aussi très juste et très sage : au lieu de s’embourber dans des discours moralisateurs ( l’humanité est responsable de sa propre perte, il faux une réforme morale, blabla.) ou de croire qu’on peut encore réussir à arrêter le phénomène avec des technologies hasardeuses ( l’électrique, le régime végétarien, etc.…) on ferait mieux de concentrer nos efforts sur : comment nous adapter au changement inéluctable.
    Il a une réflexion très juste aussi au sujet de la crise sanitaire : la notion d’objection de conscience par rapport à la vaccination s’est appliquée par le passé (Témoins de Jéhovah) ; nous l’ avons oubliée. Un signe de l’ambiance totalitaire dans laquelle nous baignons (ce n’est pas ce qu’il dit mais c’est moi qui commente) ?

      +6

    Alerter
  • Yann // 17.09.2021 à 09h58

    Du point de vue des accords de Paris, faut quand même admettre que les sous-marins nucléaires américains ça émet moins de CO2 que les diesels français…

      +3

    Alerter
    • FT // 17.09.2021 à 11h14

      OK et d’un point de vue indépendance, qui fournit le carburant ?
      Et qui traite les DRA ?

        +0

      Alerter
    • Dominique65 // 20.09.2021 à 11h38

      N’oublions pas que les français ont répondu à le demande australienne de sous-marins non nucléaires. La France a ainsi modifié son « Baracuda », à propulsion nucléaire pour répondre à la demande.
      Wikipedia :
      « Le 26 avril 2016, l’Australie annonce la sélection de Naval Group pour faire l’acquisition de douze sous-marins Shortfin Barracuda Block 1A, dérivé non nucléaire du design et des technologies. »

      Donc, si en fin de compte les Australiens voulaient des nucléaires, ç’était à priori plus simple, plus rapide et moins cher.

        +0

      Alerter
  • Myrkur34 // 17.09.2021 à 10h06

    Invasion de la Grenade et pas de la Barbade. :o)

    Sinon sa comparaison entre le début de la chute de Rome avec son attrait grandissant pour les mercenaires germains dans son armée et le recours aujourd’hui aux forces militaires privés pour faire le sale boulot « en douce » (voir l’article récent sur les mercenaires colombiens, Wagner ou les américaines en Afghanistan) est la bienvenue.
    Et concernant le « pas de couilles, pas d’embrouilles » du présentateur, c’est ce qui est en train de se passer pour les sous marins australiens, au lieu d’espérer une défense européenne qui n’arrivera jamais, Macron devrait profiter de ce coup de poignard dans le dos pour d’une part sortir de l’Otan et d’autre part proposer ces sous-marins à la Chine en rétorsion économique et diplomatique …plus que de supprimer un gala (sic) de l’ambassade française à New-York.

      +7

    Alerter
  • RGT // 17.09.2021 à 10h26

    Les USA ont, en dehors de la guerre de Corée qui s’est terminée par un cesser le feu ont perdu toutes les guerres qu’ils ont mené sauf la Barbade et le Panama (un éléphant contre un moustique).

    Et ils justifient les guerres par de faux prétextes.

    S’ils annonçaient clairement le véritable prétexte qui consiste simplement à permettre aux actionnaires du lobby militaro-industriel d’accumuler des profits monstrueux sur le dos des cons-tribuables dans des bains de sang qui rendraient admiratifs les pires dictateurs sanguinaires des temps passés, croyez-vous sincèrement que la population de ce pays continuerait à soutenir ces opérations dont le seul objectif n’est pas la victoire mais simplement d’alimenter une industrie qui serait autrement moribonde ?

    N’oublions pas non plus que les USA n’ont PAS gagné la guerre contre l’Allemagne nazie mais qu’ils ont commencé à se bouger quand le résultat était déjà plié.
    Ce que nos « grands historiens intègres » oublient toujours de mentionner, c’est qu’en fait le seul vainqueur de cette guerre (il ne faut pas se bercer d’illusions) est bel et bien l’URSS (après un départ calamiteux), le rouleau compresseur stalinien étant en train de tout balayer sur son passage.

    Et l’industrie de l’armement a déjà abondamment profité de cette « manne céleste » pour engranger les profits, comme ce fut d’ailleurs le cas pour l’industrie de l’armement €uropéenne lors du conflit précédent.

    La victoire n’est PAS l’objectif.
    Le seul objectif est un « retour sur investissement » qui permet de faire tourner la machine à fond et d’écouler les stocks.
    Quant aux bidasses (de base, les gradés étant bien planqués à l’arrière) ils en sont que des « dommages collatéraux » comme les autres et ne servent qu’a alimenter avec leur sang cette industrie nauséabonde.

      +12

    Alerter
  • Emmanuel B // 17.09.2021 à 13h19

    Il y a des choses intéressantes bien sûr, mais sur certains points, Juillet se révèle assez légèrement informé quand même. Quand il évoque la question des migrations, sa réponse est vraiment en-dessous de la ligne de flottaison. La direction des migrations afghanes, on connaît bien. Et les deux principales depuis cinquante ans, et il n’y a pas de raison que ça change, sont l’Iran et le Pakistan (qu’il oublie complètement de citer). En Iran, le problème, c’est que les Afghans sont traités comme des culs-terreux avec une dose de mépris de type raciste tout à fait classique. La question religieuse (sunnite/chiite) est assez secondaire. Du reste les Afghans chiites, ce sont les hazaras et leurs régions d’origine ne se situent absolument pas à la frontière iranienne comme dit Juillet mais au centre du pays (c’est le pays de Bamian, aux boudhas détruits), avec une forte immigration aussi à Kaboul. Ce sont aussi ceux qui ont le plus à craindre des talibans dont la doctrine pousse à leur persécution pour des raisons religieuses (mais aussi du fait du racisme interne à la société afghane). Traditionnellement, ils occupaient une place subalterne en Afghanistan, sauf qu’après l’intervention américaine, ce sont eux qui ont le plus investi dans l’éducation (celle des filles en particulier) et certains ont aussi connu une ascension sociale importante qui a nourri un ressentiment qui lui aussi peut être important…

      +4

    Alerter
    • Dominique65 // 20.09.2021 à 11h41

      De même, lorsqu’il parle de l’Europe, il cite les pays du Nord et ceux du Sud, en ignorant complètement ceux de l’Est. Pourtant, géopolitiquement, c’est sous leur influence que l’UE s’enlise et même se perd diplomatiquement, ce qui a une forte influence dans les autres domaines.

        +1

      Alerter
  • Emmanuel B // 17.09.2021 à 13h20

    Il y aurait aussi à dire sur les Tadjiks, les Ouzbeks et les Turkmènes et en fait à propos de toute la dimension ethnique des conflits potentiels que les talibans peuvent alimenter. Lors de leur première prise de pouvoir, ils avaient agi de manière ultra-partiale en faveur des pashtouns (ethnie, dont ils étaient quasiment tous membres). Que feront-ils à cet égard après leur seconde arrivée au pouvoir? C’est une des questions les plus chaudes… Et à coup sûr, une des questions centrales pour la possibilité envisagée de vagues d’immigration incontrôlées.

      +1

    Alerter
  • LibEgaFra // 17.09.2021 à 15h01

    Par moment AJ nous mène en bateau, notamment quand il dit que l’ennemi des yankees selon Trump est la Chine. Oui, mais Il oublie la Russie, augmentation des sanctions, et l’Iran avec la dénonciation du traité sur le nucléaire et l’assassinat de Soleimani. Le départ des yankees d’Afghanistan est un cadeau pour la Chine permettant le développement des nouvelles routes de la soie.

    Il nous raconte aussi des fariboles sur les talibans et la culture du pavot. Ils ont toujours l’intention de l’éradiquer et demandent de l’aide pour des cultures de remplacement. Le prix de l’opium a déjà triplé.
    [modéré]

      +6

    Alerter
  • Christian Gedeon // 17.09.2021 à 19h46

    Définir la guerre classique ! La guerre c’est la guerre, que ce soit à coups de machette ou de missiles.Qu’elle soit loin de nos frontières à nos frontières ou à l’intérieur des frontières! Et croyez moi si vis pace parabellum et fissa encore! L’interview est intéressante Parceque l’homme l’est sans conteste. Et c’est vrai que des formes de guerres que l’on croyait oubliées ont ressurgi. Elles ne sont pas exclusives des formes « classiques ». Elles cohabitent et se complètent. La guerre, c’est déjà maintenant qu’on le veuille ou pas.

      +1

    Alerter
  • 80 ième année // 17.09.2021 à 22h26

    «Nous, de l’Empire d’Occident, qui ne savons plus faire la guerre, ne menons la guerre qu’en dentelles»? — Et c’est pourquoi nous perdons?!!!

    ***

    Désolé, plus tôt que prévu, j’ai dû quitter précipitamment ce navire ivre en dérive…

    En dentelles la guerre sans restrictions!!! Guerres du Vietnam et en Afghanistan, en dentelles? Insupportable!

      +2

    Alerter
    • Sandrine // 18.09.2021 à 08h35

      Oui, vous avez raison de souligner ce point. D’autant plus qu’il reconnaît plus tard l’usage massif de la torture par les USA ( et nous aussi du coup? Il n’est pas très clair là-dessus).
      Alors qu’est-ce qu’il entend par guerre en dentelle ?
      Peut-être le fait que nos militaires se préoccupent trop des éventuels crimes de guerre qui seraient penalisables – mais la torture ne l’est-elle pas?
      Et Sky ne réagit pas à ça, c’est aussi agaçant. On sent qu’il adhère à ce genre de discours, c’est un un peu dérangeant. Mais vu son audience, il semble que ça plaise.

        +3

      Alerter
      • Sandrine // 18.09.2021 à 08h43

        Et à la limite, ça me rappelle un peu les discours qu’on pouvait lire sous la plume des extrémistes de droite ( y compris nazis) en Allemagne entre -les-deux -guerres : on dénonçait les tentatives de moraliser la guerre avec les différentes législations internationales sur le traitement des prisonniers, etc. et on plaidait pour une brutalité sans limite justifiée par la nécessité de gagner la guerre ( et ces discours se sont traduits dans les faits, comme on sait, en 39-45).
        A croire que les militaires allemands d’alors n’étaient pas si différents de nos militaires actuels
        On le savait, mais bon, c’est toujours désagréable d’en avoir l’illustration.

        Et d’ailleurs l’exemple allemand en 39-45 montre que la brutalité n’est pas la panacée…

          +2

        Alerter
        • 80 ième année // 18.09.2021 à 13h28

          Je crois que la quantité et la diversité astronomiques des moyens utilisés par l’Empire pour mener ses guerres perpétuelles ont rendu l’expression même de «guerre en dentelles» absurde voire dérisoire.

          Cette manœuvre a lamentablement échoué, visant à minimiser l’ampleur de toutes ces pitoyables défaites accumulées par l’Empire en invoquant tout simplement un surplus de gentillesse et de délicatesse impériales envers ses soi-disant «ennemis»… Le monde entier a vu et il sait.

          Je vous signale sur le sujet l’article magistral de Dmitry Orlov, « Les petites victoires de Biden ». Un moment de bonheur pour le lecteur.

          https://reseauinternational.net/les-petites-victoires-de-biden/

            +3

          Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications