Les Crises Les Crises
16.septembre.202116.9.2021 // Les Crises

Révolution française #10 : Les Girondins se perdent – par Henri Guillemin

Merci 18
J'envoie

Début mars 1793, la situation est tragique pour la France.

Source : RTS, Henri Guillemin

Henri Guillemin poursuit son évocation de la Révolution française avec Les Girondins se perdent. Au début de 1793, la situation est assez tragique en France. Les armées françaises ont envahi la Belgique, mais la Convention ne s’en tient pas là. Le 1er février, la guerre est déclarée à l’Angleterre et, le 7, à l’Espagne. Le général Dumouriez décide également d’envahir la Hollande, mais les coalisés se préparent à contre-attaquer maintenant que l’affaire de la Pologne est momentanément liquidée. Le 8 mors, Danton monte à la tribune de la Convention et déclare la patrie en danger ; il décrit une situation plus dramatique qu’elle ne l’est. Il crée des agitations dans Paris pour mettre les e honnêtes gens en situation insupportable et permettre à Dumouriez une opération militaire sur la capitale.

En novembre 1792, les Girondins avaient obtenu la suppression des tribunaux criminels qui n’avaient d’ailleurs guère fonctionné. Le 9 mars, sans raison apparente, Danton réclame la création d’un Tribunal révolutionnaire assorti de Comités de surveillance qui, dans chacune des quarante-huit sections de Paris, désigneront les coupables au Comité de sûreté générale. Le 22 mars, après avoir rencontré Danton, Dumouriez prend contact avec les Autrichiens et, le 5 avril, il essaie d’entraîner ses troupes à la désertion sans toutefois y parvenir. Il se met alors seul au service de l’ennemi. Danton, très compromis pour avoir pris la défense de ce général -qui vient de trahir, fait une volte-face totale.

Pour se sauver, sentant sa situation personnelle extrêmement dangereuse, il va se retourner avec une violence terrible contre les Girondins et prononcer un effrayant discours, le 10 avril. Il demandera pardon à Marat et rendra hommage à son journal :L’Ami du Peuple ; il dénoncera violemment les Girondins, demandant en fait leur exclusion et leur mort, ainsi que la tête du duc d’Orléans. Des « Comités de salut public sont créés. C’est à ce moment que les forces centre-révolutionnaires se déchaînent, profitant de la situation militaire inquiétante et de l’explosion en Vendée. L’opposition entre les Girondins et la Montagne – que l’on a souvent attribuée à quelques rivalités de personnes – est une opposition idéologique fondamentale. Les Girondins se perdent. Devenus les ennemis publics et les collaborateurs de l’ennemi, ils seront définitivement perdus lors des insurrections de juin.

Source : RTS, Henri Guillemin, 04-02-1967

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 16.09.2021 à 13h23

Magnifique HG qui enfonce le clou où cela fait mal! Non, l’opposition entre Voltaire et Rousseau n’est pas une opposition de « personnes », non, l’opposition entre girondins et montagnards n’est pas une opposition de personnes – pour les « places » diraient certains… – mais une opposition idéologique fondamentale sur le droit de propriété. Pour Robespierre et son groupe, le droit de propriété n’est pas absolument sacré, mais doit être borné par le droit d’autrui. Notamment le droit à la vie, le droit à une vie décente, etc.

Toute cette opposition sur le droit de propriété a une intéressante répercussion dans notre actualité. Quelle est mon ultime propriété? Mon corps. Or, pour le plus grand profit de certains laboratoires pharmaceutiques, en exigeant le viol de cette propriété sous peine de perdre ses moyens de subsistance (nourriture, logement) en supprimant le salaire, le gouvernement pratique un chantage et démontre que la propriété n’est sacrée que pour permettre l’engraissement de la bourgeoisie.

Voyez en plus comment les non-vaccinés sont discriminés et insultés.

23 réactions et commentaires

  • Guillaume Besset // 16.09.2021 à 10h05

    Grosse erreur que de vouloir envahir : « Les armées françaises ont envahi la Belgique, mais la Convention ne s’en tient pas là. Le 1er février, la guerre est déclarée à l’Angleterre et, le 7, à l’Espagne. Le général Dumouriez décide également d’envahir la Hollande » (remarque valable pour tous les ‘envahisseurs’)

    Dans la plupart des cas, pour éviter les conflits : Ne pas se comporter de manière impérialiste, et respecter le consentement d’autrui.
    Les points de vues différents auraient pu trouver un terrain d’entente en amont, si les différentes parties avaient été formées dès leur jeunesse à la communication et aux méthodes de prévention des conflits (les militaires ne sont utiles que lorsqu’il y a eu échec d’entente…)

    => Toujours prendre en compte le principe de subsidiarité pour que les frontières soient acceptées.

      +1

    Alerter
    • Savon à hélice // 16.09.2021 à 13h53

      Ce qu’il faut voir, c’est que l’attaque des Pays-Bas autrichiens (actuelle Belgique) était explicitement conçue comme une opération de pillage par la majorité girondine. Difficile dans ces conditions d’envisager un terrain d’entente…

        +2

      Alerter
  • LibEgaFra // 16.09.2021 à 13h23

    Magnifique HG qui enfonce le clou où cela fait mal! Non, l’opposition entre Voltaire et Rousseau n’est pas une opposition de « personnes », non, l’opposition entre girondins et montagnards n’est pas une opposition de personnes – pour les « places » diraient certains… – mais une opposition idéologique fondamentale sur le droit de propriété. Pour Robespierre et son groupe, le droit de propriété n’est pas absolument sacré, mais doit être borné par le droit d’autrui. Notamment le droit à la vie, le droit à une vie décente, etc.

    Toute cette opposition sur le droit de propriété a une intéressante répercussion dans notre actualité. Quelle est mon ultime propriété? Mon corps. Or, pour le plus grand profit de certains laboratoires pharmaceutiques, en exigeant le viol de cette propriété sous peine de perdre ses moyens de subsistance (nourriture, logement) en supprimant le salaire, le gouvernement pratique un chantage et démontre que la propriété n’est sacrée que pour permettre l’engraissement de la bourgeoisie.

    Voyez en plus comment les non-vaccinés sont discriminés et insultés.

      +12

    Alerter
  • Incognitototo // 16.09.2021 à 17h47

    Depuis le début de cette série, HG traite avec un certain mépris, Condorcet… bizarre… Outre les nombreux textes très brillants, visionnaires et humanistes de cet homme, si on veut bien se pencher sur la proposition de Constitution (15 et 16 février 1793) de ce « petit marquis », je ne vois pas ce qu’elle aurait d’autocratique ni en quoi elle s’opposerait aux valeurs des Montagnards, et notamment de Robespierre : https://mjp.univ-perp.fr/france/co1793pr.htm

    Pas sûr pour le coup qu’HG ait bien lu tout ce qu’il y a à lire pour avoir une vision objective de ce qui opposait réellement les Girondins et les Montagnards ; d’ailleurs, réduire cela à une lutte entre les voltairiens et les rousseauistes me paraît bien « léger ». Pour preuve, il se trompe même sur Vergniaud qui a signé avec Condorcet un projet de Constitution qui, entre autres, interdit l’esclavage (article 20).

    Mais autant HG est intéressant dans ce qu’il apporte comme informations parfois méconnues, autant je comprends mieux ce que certains commentateurs ont relevé ici même comme étant des partis-pris injustifiés et partisans. Aussi les divergences politiques qu’HG relève comme étant des oppositions idéologiques de base me paraissent non seulement en grande partie fictives, mais parfois carrément totalement erronées ; sauf qu’il faut aller aux sources pour s’en rendre compte, ce que visiblement, ceux qui prennent pour argent comptant tout ce que raconte HG, n’arrivent pas à faire.

      +1

    Alerter
    • Orhan // 16.09.2021 à 21h23

      J’ai relevé cela sur Condorcet, que je n’ai pas lu, mais que Franck Lepage parlait de façon positive, notamment car il est un des précurseurs de l’éducation populaire par exemple. Après je ne sais pas si guillemin parle par ignorance (est ce qu’il y a eu des travaux supplémentaires sur Condorcet depuis son époque) ou s’il fait avec les éléments dont il avait connaissance.

        +0

      Alerter
      • Incognitototo // 16.09.2021 à 22h33

        Tout à fait !

        Une des grandes spécialistes de Condorcet est Catherine Kintzler et j’ai beaucoup appris sur son blog, mais surtout en lisant (entre autres) « Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen » (chez Minerve).

        Les écrits de Condorcet sur l’abolition de l’esclavage, l’égalité homme-femme, l’abolition de la peine de mort, le système démocratique et politique, ce qu’il faut mettre en place pour atteindre ce qu’il considère comme la vraie liberté et égalité (notamment l’instruction publique), et cetera, et cetera, sont absolument fondamentaux et d’une (très) rare sagesse.

        C’est pourquoi je suis très « fan » de ce penseur auquel il n’y a absolument rien à enlever, d’autant qu’à mon sens il a inventé « l’analyse systémique » avant même qu’elle ne soit formulée comme telle après 39-45.

        Aussi, comme vous l’avez également remarqué, soit HG ne l’a pas lu, ce qui constitue une ignorance coupable, soit il le juge uniquement à partir de ses préjugés anti-bourgeois et anti-aristos, ce qui signe une totale absence d’objectivité.

        En bonus, la lettre de Condorcet à sa fille, alors qu’il attendait d’être guillotiné (il est mort en prison d’une cause inconnue) : http://www.brito.tv/conseils-de-Condorcet-a-sa-fille ; c’est absolument poignant et, encore une fois, plein de sagesse. Dommage que tous ses écrits (comme d’autres) n’aient pas été « traduit » dans notre langue d’aujourd’hui pour les rendre accessibles au plus grand nombre, mais des gens comme CK l’ont fait pour nous.

          +0

        Alerter
        • LibEgaFra // 17.09.2021 à 14h28

          « alors qu’il attendait d’être guillotiné »

          C’est faux. Il est mort avant d’être jugé deux jours après son arrestation. De plus il était en dehors de Paris où personne ne le connaissait et il est mort sous une fausse identité.

            +1

          Alerter
          • Incognitototo // 17.09.2021 à 14h50

            Bé oui, bien sûr… à l’époque quand on faisait l’objet d’un décret d’arrestation et que l’on était girondin, c’est sûr que la probabilité d’être relaxé était d’une probabilité non nulle…

            Toujours aussi intéressantes vos interventions… et bien sûr, vous n’avez rien à dire sur les erreurs d’HG, ni sur cet homme admirable.

              +1

            Alerter
    • LibEgaFra // 17.09.2021 à 13h42

      « Depuis le début de cette série, HG traite avec un certain mépris, Condorcet…  »

      Dans cette conférence-ci la seule allusion à Condorcet est à propos de la nouvelle constitution mentionnée en passant. Aucun mépris de la part d’HG, seulement un fait. A vouloir noyer HG… On connaît le dicton.

        +1

      Alerter
      • Incognitototo // 17.09.2021 à 15h12

        Vous avez mal écouté HG, chaque fois qu’il cite Condorcet c’est de manière négative… et expliquez-moi plutôt en quoi la Constitution proposée serait « autocratique », ou encore, en dehors des faits de corruption de certains, que les valeurs des Girondins seraient à ce point différentes de celles des Montagnards (mais je pense que je vais attendre longtemps). Mais bien sûr HG ne se trompe jamais et n’est pas du tout partial… [modéré]

          +0

        Alerter
        • LibEgaFra // 17.09.2021 à 17h32

          La principale différence entre montagnards et girondins est le statut de la propriété, les droits pour les plus pauvres, l’agiotage, le prix du pain, etc. Vous prouvez soit que vous n’avez pas écouté HG qui en parle à plusieurs reprise soit vous êtes de parti pris. Seulement nous ne sommes pas du même parti.

            +1

          Alerter
          • Incognitototo // 17.09.2021 à 20h35

            Bis : j’ai produit la Constitution proposée par les Girondins et notamment Condorcet. En quoi est-elle « autocratique » et contraire aux valeurs montagnardes ? Et ce d’autant plus que jamais les Montagnards sauf pour l’esclavage (mais Condorcet l’a fait bien avant eux) n’ont remis en cause la propriété privée. Pas plus qu’on ne peut tenir pour responsables tous les Girondins des corruptions et spéculations inhérentes à toutes les périodes troublées.
            Cette Constitution prouve juste qu’HG dit n’importe quoi sur les supposées dissensions politiques au niveau des valeurs que doit porter la République, et même sur bien des points que quelqu’un comme Condorcet est bien plus de gauche et en avance que certains Montagnards (notamment de Robespierre qui est déiste et dont la psychopathie n’est pas à démontrer) [modéré]

              +0

            Alerter
            • LibEgaFra // 18.09.2021 à 12h33

              La constitution proposée par Condorcet sanctifie le droit de propriété et la dictature de la bourgeoisie avec un pouvoir exécutif centralisé. Idem la constitution de 1795 qui renforçait le pouvoir exécutif et donnait tout le pouvoir aux propriétaires. Et qui ouvrait la porte à Napoléon et à l’impérialisme.

              « Robespierre qui est déiste et dont la psychopathie n’est pas à démontrer »

              Je ne savais pas qu’être déiste était à charge. J’apprends tous les jours.

              C’est quand on refuse de démontrer qu’il est le plus nécessaire de démontrer. Je note maintenant que défendre ceux qui ne sont « rien », prendre leur parti est une maladie mentale.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathie

              Pour rappel: on profère des insultes quand on n’a pas d’argument.

              C’est bien clair qu’être incorruptible, c’est de la psychopathie. De même:

              « Et vous, législateurs, souvenez-vous que vous n’êtes point les représentants d’une caste privilégiée, mais ceux du peuple français, n’oubliez pas que la source de l’ordre, c’est la justice, que le plus sûr garant de la tranquillité publique, c’est le bonheur des citoyens. »

              « La loi est-elle l’expression de la volonté générale lorsque le plus grand nombre de ceux pour qui elle est faite ne peuvent concourir, en aucune manière, à sa formation? Non. »

              « La démocratie est un Etat où le Peuple souverain, guidé par des lois qui sont son ouvrage, fait par lui-même tout ce qu’il peut bien faire, et par des délégués tout ce qu’il ne peut pas faire lui-même. »

              Actuellement le peuple français est muselé, il ne peut rien faire par lui-même. Cf. 2005. Cf. l’absence de droit d’initiative.

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 18.09.2021 à 14h58

              Je vous rappelle que ce je remets en cause est l’analyse d’HG sur les dissensions politiques qui à mon, sens ne sont pas probantes et pire inexactes et que vos jugements sur qui serait le plus « révolutionnaire », outre leur infantilisme ne m’intéressent absolument pas.
              Aussi, comme chaque fois, on tombe toujours sur une impasse cognitive avec vous puisque vous pratiquez perpétuellement l’évitement et le hors sujet ; ce qui est assez pratique pour continuer à vous faire croire que vous avez raison alors que vous répondez constamment à côté.

              Les Montagnards étaient-ils oui ou non pour la perpétuation de la propriété privée ? Oui ! Et appeler en criant un peu plus fort que les autres à la justice sociale ne fait pas d’eux des super-révolutionnaires ; et ce d’autant plus qu’ils avaient également pour la plupart à défendre leur propre place de bourgeois.

              Et si vous lisiez vraiment cette Constitution girondine proposée, vous pourriez constater que les points de désaccord sont minimes ; ils portaient essentiellement (au début) sur le droit au recours à la violence du « peuple » et sur la structuration des pouvoirs (effectivement, centralisée ou pas) ; ainsi que par ailleurs sur un problème contextuel concernant la nécessité de faire la guerre ou pas, et quoi faire du Roi.

              Mais, ironie de l’histoire, ces positionnements se sont inversés en quelques mois. Donc, j’attends avec impatience les arguments d’HG pour justifier et excuser la Terreur et je n’ai aucun doute sur le fait que vous allez faire de même ; alors que tout indique, qu’absolument aucune dissension politique ne justifiait un tel déferlement de violence et d’assassinats, sauf pour les faits de corruption qui méritaient tout au plus des emprisonnements.

              Non accessoirement, oui, être déiste est un problème surtout quand, comme Robespierre, on l’a imposé à tous (Cf. les 15 articles sur le « culte de l’être suprême ») ; la laïcité avec sa liberté de croyance étaient des valeurs qui à l’évidence n’étaient pas les siennes.

              Mais ça, ce sont des réalités et des faits qui vous échappent puisque les problèmes mentaux de vos « héros » qui les poussent à devenir des assassins ne rentrent pas dans votre grille d’analyse.

                +1

              Alerter
            • LibEgaFra // 21.09.2021 à 17h26

              « Les Montagnards étaient-ils oui ou non pour la perpétuation de la propriété privée ? Oui !  »

              Oui, mais avec des limites indiquées par Robespierre dans ses prises de position sur le sujet et rappelées par HG. Alors que les Girondins ne mettent pas de limite. Marat est encore plus radical.

              Et comme le rappelle Thémistoclès, Robespierre a été constamment calomnié par la bourgeoisie et ses suppôts.

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 21.09.2021 à 22h11

              Vous traitez l’histoire comme un match de foot et vous comportez comme un supporter d’équipe, à l’image de vos positionnements politiques absolument sans aucune nuance.

              C’est un peu plus compliqué que ça : déjà ce ne sont pas tous les Girondins ; en plus nombreux étaient ceux parmi eux qui bien avant Robespierre étaient pour l’abolition de l’esclavage, pour le vote des femmes, pour une démocratie directe, pour la justice sociale, et cetera… Alors que parmi les Montagnards nombreux étaient ceux qui étaient contre la démocratie directe, contre le vote des femmes, et cetera…
              Et en plus, tous ces positionnements ont varié , au point que celui qui pourrait affirmer que les Montagnards pensaient cela et les Girondins autre chose serait bien en peine d’apporter la moindre preuve que ça n’a pas changé en très peu de temps ; et surtout que le projet politique était identique pour tous ceux qui composaient chaque « camp ».
              À l’image de ces « variations », Olympe de Gouges est passée d’un « camp » à l’autre, avec le destin que l’on connaît.

              Bref, vos raccourcis, votre réductionnisme et vos préjugés vous privent de comprendre quels étaient les enjeux cachés ; mais c’est tellement plus simple de séparer le monde entre les « méchants » et les « gentils » que je ne voudrais pas vous priver de votre satisfaction de vous croire meilleur que tous les autres.

                +1

              Alerter
            • LibEgaFra // 22.09.2021 à 03h04

              [modéré]
              Les enjeux cachés? Merci pour le fou rire!

              Les enjeux sont une évidence qui crève les yeux: le pouvoir, la richesse, s’emparer des biens de l’aristocratie et du clergé, l’accaparement et le non partage, la propriété sacralisée, la spéculation, la corruption, l’exploitation et le tout au profit de la bourgeoisie. Et l’ordre par dessus tout pour que les pauvres se tiennent tranquilles et ne songent pas à se révolter ou même à contester. Sans quoi on mutile ou on massacre selon l’époque et les circonstance. Combien d’Algériens les successeurs des girondins ont-ils massacrés ici et là-bas? Bugeaud ou Napoléon ne seront jamais traités de psychopathes ou de malades. Et pourtant…

              https://www.liberte-algerie.com/actualite/bugeaud-un-marechal-qui-fait-honte-a-la-france-354408

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 22.09.2021 à 14h42

              Je parle des soi-disant différences politiques entre les différentes personnes, je parle de la complexité des raisons qui anime chaque décision, je parle de la variabilité des positionnements politiques des uns et des autres, je parle du fait qu’il n’y a aucune homogénéité de projet politique dans chaque soi-disant « camp » (leur dénomination et partage entre Girondins et Montagnards est d’ailleurs une énorme erreur), je parle du fait qu’il y a avait des réacs et des progressistes dans chaque soi-disant « camp », je parle de l’incohérence entre les discours et les actes… en vous amenant des faits qui démontrent tout cela… et qui démontrent entre autres qu’un tel carnage aveugle était totalement injustifiable… et vous restez sur vos convictions d’une banalité sans fond (c’est-à-dire les plus visibles), en continuant à diviser le monde en deux, et me parlez des Algériens et de Napoléon (ce psychopathe mégalomane)… les bras m’en tombent puisqu’à l’évidence vous persistez dans les hors sujets…

              Ça ne vous vient pas à l’idée qu’au fond de chacun absolument personne ne met sa vie en jeu pour les raisons politiques qu’il affiche ? Que ce grand théâtre politique n’est que la partie visible de passions et raisons psys qui nous dépassent tous ? [modéré]

              Désolé, mais là, je ne peux vraiment plus rien pour vous, vous resterez un inconditionnel de Robespierre, cet assassin déiste aux beaux discours dissociés de ses actes, et je lui préférerai Condorcet, cet homme sage. Alors, restons-en là.

                +1

              Alerter
  • Christian Gedeon // 16.09.2021 à 20h02

    Aucun part pris… je rigole évidemment! Quelle aberrante lecture de l’histoire. L’ego de quelques psychopathes a mené à d’épouvantables massacres. Marat Danton Robespierre et cie. Pour ma part Charlotte Corday est une heroïne. Mais bon je n’ai jamais caché mes opinions. Marat a au moins trouvé la mort sous un couteau vengeur. Les autres sont morts par l’instrument qu’ils affectionnaient tellement.

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 17.09.2021 à 12h13

      Toujours les mêmes mensonges, les mêmes calomnies, les mêmes méconnaissances de la réalité de la révolution et de qui a le plus massacré. Robespierre a été éliminé quand il a voulu mettre en accusation les massacreurs de province. C’est bien les girondins et leurs successeurs directs ou non (dont Napoléon) qui ont le triste record des massacres et de chairs à canon. Mais quand on tue les gueux, ceux qui ne sont rien, les sans-dent, cela ne compte pas comme « terreur ». On « assainit » le pays… en même qu’on se livre au pillage, ce qui est le propre de la bourgeoisie.

      Bourgeois de tous les pays, soutenez-vous!

        +4

      Alerter
  • herve cruchant // 17.09.2021 à 17h48

    Polémiques faciles quant il s’agit de détruire des hommes. Les joyeux délateurs feraient mieux de parler de la République Française et de ses évolutions durant sa naissance et ses jeunes années. Inclure la perspective jusqu’en 1815 donnerait une meilleure idée de la déviance napoléonienne à condition d’ôter les lorgnettes contemporaines.

      +0

    Alerter
  • mimi // 18.09.2021 à 11h14

    On ne saura jamais la réalité finale de tous ces faits historiques, ni le fond de la pensée et les motivations réelles de leurs acteurs qui semblent tous emportés dans un tourbillon sur qui ils n’ont aucune maîtrise. On y voit là la toute-puissance du destin et le déferlement de forces obscures. Alors autant se laisser emporter par l’éloquence d’Henri Guillemin, comme on se laisse emporter par la puissance évocatrice et le style magnifique de Michelet dans son Histoire de la Révolution française.

      +0

    Alerter
  • Davout // 20.09.2021 à 06h38

    Expérience historique que devraient mediter tous les gros riches et puissants US qui croient malin d’instrumentaliser le mouvement Woke en soufflant sur les braises de la haine, de la division et de la rébellion. Quand on lâche les chiens, il est rarissime qu’ils restent obéissants et prévisibles.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications