Les Crises Les Crises
9.septembre.20219.9.2021 // Les Crises

Révolution française #08 : Septembre 1792 – par Henri Guillemin

Merci 12
J'envoie

10 août 1792, le tournant de la Révolution française.

Source : RTS, Henri Guillemin

Le Comité du Quatrième Etat qui, jusqu’alors, n’était pas intervenu, décide dans la nuit du 9 au 10 août 1792, d’empêcher la Garde nationale d’avoir une défense sérieuse. Danton tend un piège au chef de la Garde et convoque Mandat à l’Hôtel de Ville où il est assassiné. La défense des Tuileries est désorganisée.

La foule se rend aux Tuileries où elle essaye de parlementer avec la Garde suisse, mais l’officier qui la commande ordonne soudain d’ouvrir le feu, et c’est le massacre de nombreux citoyens. Se regroupant, le peuple revient à la charge en grand nombre, et le roi, réfugié à l’Assemblée nationale donne l’ordre de cesser le feu. Les Suisses sont massacrés: mille morts contre quatre cents dans la foule.

Le peuple a compris enfin que le roi est de connivence avec l’étranger et que la Cour est un foyer de trahison. Pour la première fois, le Quatrième Etat, c’est-à-dire les pauvres gens, les salariés, les «passifs», prend part à la vie politique française. «C’est l’irruption de la France dans les affaires françaises».

Robespierre dira: «Le peuple est enchaîné dès qu’il dort, il est méprisé dès qu’il né se fait plus craindre, il est vaincu dès qu’il pardonne à ses ennemis avant de les avoir complètement domptés. Observez, dit-il, ce penchant de certains pour qui sont associés comme équivalents, les mots de «pauvre» et les mots de «brigands».

Les vrais brigands, ce sont ceux qui ne veulent constituer la République que pour eux-mêmes et qui suivent, dans tout, l’intérêt des riches. Ils sont les «honnêtes gens», ils sont les «gens comme il faut»… et nous, comme ils disent, nous sommes les «sans culottes», c’est-à-dire la canaille»! Le député Couton réclame l’abolition complète des droits féodaux, abolis depuis 1789 fictivement, mais toujours exigés des paysans.

Source : RTS, Henri Guillemin, 21-01-1967

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 09.09.2021 à 13h00

 » et nous, comme ils disent, nous sommes les «sans culottes», c’est-à-dire la canaille»!  »

Où on voit que le discours de la bourgeoisie – et peu importe qui occupe cette place – n’a pas changé, seulement le vocabulaire: ceux qui ne sont « rien », les « sans-dent », etc. tous témoignages du mépris et de l’arrogance de la classe au pouvoir.

On comprends aussi pourquoi les défenseurs de la « canaille » – qui ont toujours refusé de se laisser corrompre, n’est-ce pas messieurs les journalistes? – sont toujours insultés comme ce qu’il y a de pis sur Terre…

7 réactions et commentaires

  • Paul // 09.09.2021 à 12h47

    « Le peuple a compris enfin que le roi est de connivence avec l’étranger et que la Cour est un foyer de trahison. »
    « Les vrais brigands, ce sont ceux qui ne veulent constituer la République que pour eux-mêmes et qui suivent, dans tout, l’intérêt des riches. Ils sont les «honnêtes gens», ils sont les «gens comme il faut»… et nous, comme ils disent, nous sommes les «sans culottes», c’est-à-dire la canaille»! Le député Couton réclame l’abolition complète des droits féodaux, abolis depuis 1789 fictivement, mais toujours exigés des paysans. »

    et nous sommes en septembre.

      +4

    Alerter
  • LibEgaFra // 09.09.2021 à 13h00

     » et nous, comme ils disent, nous sommes les «sans culottes», c’est-à-dire la canaille»!  »

    Où on voit que le discours de la bourgeoisie – et peu importe qui occupe cette place – n’a pas changé, seulement le vocabulaire: ceux qui ne sont « rien », les « sans-dent », etc. tous témoignages du mépris et de l’arrogance de la classe au pouvoir.

    On comprends aussi pourquoi les défenseurs de la « canaille » – qui ont toujours refusé de se laisser corrompre, n’est-ce pas messieurs les journalistes? – sont toujours insultés comme ce qu’il y a de pis sur Terre…

      +5

    Alerter
  • LibEgaFra // 09.09.2021 à 14h01

    Il manque l’année 1791: Marat, la fuite du roi, la fusillade du Champ de Mars…

      +1

    Alerter
    • Paul // 09.09.2021 à 14h15

      « l’attaque à l’engin de chantier »
      La fuite du ministère
      La préparation de l’exfiltration du Pet

        +3

      Alerter
    • gracques // 10.09.2021 à 07h47

      Oui , il manque cet épisode essentiel , pas vu sur la’récap. de la tv suisse non plus.

        +0

      Alerter
    • Chasseur de dragon // 12.09.2021 à 21h41

      Helas plusieurs episodes ont été perdu par la rts, si vous en avez une copie je pense que ca les intéressera

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 14.09.2021 à 19h56

    Amis royalistes ( oups je ne pense pas qu’il y ait beaucoup sur les Crises). Nous n’oublierons jamais l’odieux assassinat du Roi et de la Reine. Mais nous n’oublions pas non plus que la décadence de la Royauté a commencé quand la noblesse a cessé d’être noble. Quand elle s’est commise dans les affaires et qu’est née par association la noblesse dite de robe, la noblesse d’argent pour l’appeler par son nom. L’agonie qui fut longue a débuté vraiment avec le Régent personnage vil . S’est poursuivie sous Louis XVI d’abord le Bien aimé puis le débauché et enfin fort justement le haï. Celui sous lequel ont prospéré les lumières de triste mémoire.Louis XVI a été là sacrifice expiatoire. Que nous n’avons pas fini d’expier.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications