Un vieux billet sur lequel je suis tombé, alors n’oublions pas…

Argent de l’UMP : la liste secrète révélée !

Vendredi 28 septembre 2012

Mediapart s’est procuré l’annuaire des membres du Premier Cercle, le club des grands donateurs de l’UMP. Paradis fiscaux, lobbying des multinationales, influences étrangères, possibles contournements de la loi sur le financement des partis : l’étude de cette liste, éditée en juin 2007 et que l’UMP tient secrète depuis, illustre les liens incestueux entre argent et politique. Révélations.

Ils sont 544, très majoritairement des hommes. Ils sont riches et puissants. Certains sont célèbres, d’autres parfaitement inconnus du grand public. Mais tous ont un point commun : ils faisaient partie en 2007 du Premier Cercle, le club très select des grands donateurs de l’UMP, dont Mediapart s’est procuré l’annuaire. L’étude détaillée de cette liste inédite, que l’UMP tient secrète, comme tous les partis le font avec leurs grands donateurs, révèle autant qu’elle interroge sur le tabou français des liens incestueux entre argent et politique, entre intérêts privés et esprit public.

Éditée en juin 2007, au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, elle révèle tout d’abord la surreprésentation de la haute finance, notamment des banques (Goldman Sachs), des fonds d’investissement et des hedge funds, en lien avec des paradis fiscaux, dans les financements du premier parti de France (en nombre d’adhérents). La part des “délocalisés” du fisc français, installés en Suisse, en Belgique ou à Londres, saute également aux yeux.

Cette liste dévoile aussi une forme, à peine déguisée, de lobbying de grandes entreprises (françaises ou étrangères) et la présence, dans les rangs du Premier Cercle, de plusieurs personnalités étrangères influentes (pour l’essentiel anglo-saxonnes) dont les liens avec la France semblent a priori plus que limités, si ce n’est inexistants.

Elle interroge ensuite sur les possibles compromissions du précédent gouvernement, quand il s’est montré peu regardant avec certains fraudeurs fiscaux, membres du Premier Cercle. Éric Woerth, son principal animateur à l’époque, est désormais poursuivi pour « trafic d’influence » à Bordeaux dans le cadre de l’affaire Bettencourt, pour avoir négligé la frontière entre ses fonctions politiques de trésorier de l’UMP et celles de ministre du budget.

Cette liste soulève enfin des questions concrètes sur de possibles détournements de l’esprit de la loi sur le financement de la vie publique française.

Autant de raisons qui, face à l’opacité organisée et le soupçon qui entourent les grands donateurs d’un parti, incitent aujourd’hui Mediapart à enquêter sur les membres du Premier Cercle de juin 2007, au nom d’une exigence de transparence, comme c’est la règle aux États-Unis, au Canada ou à l’échelon européen. Rendre publique pour tous les partis la liste de leurs riches donateurs, dont le patrimoine personnel et l’activité professionnelle interfèrent avec la sphère publique, permettrait de prévenir conflits d’intérêts, trafics d’influence ou favoritisme.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les 544 membres du Premier Cercle de juin 2007, 147 appartiennent au monde de la haute finance. Les plus grands banquiers de la place sont dans la liste : Charles de Croisset (Goldman Sachs), Michel David-Weill (Lazard), David de Rothschild (Rothschild), Nicholas Clive-Worms (Banque Worms), Édouard de Ribes (Rivaud), Charles-Henri Filippi (HSBC)…

S’agissant de la dizaine de grands donateurs de l’UMP résidant en Suisse, une majorité sont banquiers : Henri Danguy des Déserts (ancien de SG Private Bank), Jean-François de Clermont Tonnerre (banque Hottinger), Aimery Langlois-Meurinne (ancien de GBL et Meryll Linch), Christophe Mazurier (banque Pasche) ou Marc Odendall (ancien de Meryll Linch et JP Morgan).

Trois responsables de Lehman Brothers, dont la faillite en septembre 2008 a révélé des pratiques comptables plus que douteuses du géant bancaire, figurent également dans l’annuaire du Premier Cercle : Nicolas Pourcelet (managing director), Alexandre Capez (head of structured volatility) et Benoît d’Angelin (co-director investments Europe).

Trois cadres de la banque d’investissements new-yorkaise Cantor Fitzgerald, spécialisée dans le courtage de bons du Trésor américain et liée à la Réserve fédérale de New York, ont financé l’UMP : Alexandre Artus, Avi Bouhadana et Michael Halimi. Les trois ont élu domicile entre Londres et New-York.

Les hedge funds, ces fonds spéculatifs opaques et dérégulés, symboles du « capitalisme de casino », sont eux aussi bien représentés par leurs dirigeants dans la liste des grands donateurs de l’UMP : Talaris Capital, Concerto Capital Management, Alphagen, Centaurus, Blackstone, Amber Capital… La plupart d’entre eux sont liés de très près aux paradis fiscaux, ceux-là mêmes que Nicolas Sarkozy dit avoir fait disparaître une fois élu – ils ne se sont en réalité jamais aussi bien portés.

Les cas goldman sachs et pizzorno

Cela ressemble à une galaxie. En affinant les recherches sur les membres du Premier Cercle, plusieurs dirigeants ou cadres supérieurs d’une même entreprise apparaissent dans la liste des riches donateurs de l’UMP. Le cas le plus flagrant est celui de la banque Goldman Sachs, dont un récent documentaire diffusé sur Arte, Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde, a montré les liaisons dangereuses entretenues avec le monde politique.

Pour ce qui concerne l’UMP, nous avons pu recenser pas moins de huit responsables de la banque dans la liste des membres du Premier Cercle : Jean-Luc Biamonti (managing director), Charles de Croisset (vice-président Europe), Isabelle Ealet (responsable mondiale commodities), Laurent Dupeyron (co-dirigeant de l’european equity), Pierre-Henri Flamand (directeur du desk global), Hugues Lepic (banquier associé), Philippe Khuong-Huu (chef du département global interest rates products) et le trader Carole Bettane.

Est-ce un hasard ? Une convergence de convictions personnelles ? Ou un authentique lobbying d’un géant mondial de la finance. Chez Goldman Sachs, on répond qu’il s’agit d’une « coïncidence » et que c’est « à titre personnel que de l’argent a été versé à l’UMP ».

Autre cas d’école, celui du groupe Pizzorno, spécialisé dans le traitement des déchets. La société, basée à Draguignan (Var), est impliquée dans une affaire de corruption présumée en Tunisie où elle a fait travailler l’ancien ministre de la défense François Léotard. L’annuaire du Premier Cercle fait apparaître qu’une grande partie du comité de direction du groupe a rejoint le club des grands donateurs de l’UMP : Francis Pizzorno (PDG), Frédéric Devalle (directeur général), Maria-Pilar Carrozza (directrice financière), Philippe Bonifacio (directeur juridique) et Frédéric Balse (directeur de la propreté).

Joint à plusieurs reprises ces derniers jours, Francis Pizzorno, le fondateur du groupe, a refusé de répondre à nos questions. « Je n’ai rien à vous dire. Écrivez ce que vous voulez. Allez vous faire voir »,s’est-il emporté.

Le cercle des ennemis de l’impôt

Ils ne parlent que de ça. Selon un ancien membre du Premier Cercle, la question fiscale est – avec les 35 heures – le premier sujet de conversations des membres du Premier Cercle quand ils sont réunis par l’UMP, généralement à l’hôtel Bristol (à deux pas de l’Élysée) ou au cercle Interallié.

De fait, outre les “exilés” fiscaux et les représentants d’institutions implantées dans les paradis fiscaux, le Premier Cercle compte en son sein plusieurs personnes qui ont maille à partir avec l’administration au sujet de leurs impôts.

Exemple avec l’homme d’affaires Maurice Bidermann, à l’origine de l’affaire Elf dans les années 1990. Toujours assis au premier rang lors des réunions du Premier Cercle, très actif dans les discussions, Maurice Bidermann est un homme de réseaux, proche d’Éric Woerth et de Claude Guéant.

Officiellement ruiné en France, au point de ne pas pouvoir payer les dommages exigés dans l’affaire Elf, il jongle pourtant avec les holdings au Luxembourg, en Suisse et au Liban, comme l’a déjà raconté Mediapart. En 2006, l’épouse de Maurice Bidermann, la seule du couple officiellement domiciliée en France, a reçu un avis de notification des services fiscaux. Moins d’un an après, le 8 juin 2007, un mois après l’élection de Nicolas Sarkozy, le fisc lui faisait savoir que le contrôle était finalement achevé « sans rectification ». Un cas rare pour l’administration fiscale…

Maurice Bidermann est également associé avec un financier libanais de premier rang, le cheik Bechara el-Khoury, actionnaire entre autres de la banque Audi Bank. Membre lui aussi du Premier Cercle, Bechara el-Khoury a été nommé en 2009 consul de… Monaco.

D’autres illustres “ennemis” de l’impôt français se retrouvent dans l’annuaire. Comme Patrice de Maistre, l’ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, grand chef d’orchestre de la fraude fiscale de l’héritière de L’Oréal et lui-même détenteur d’un compte à la HSBC en Suisse, comme l’a raconté l’ancien procureur de Nice, Éric de Montgolfier. En janvier 2008, le ministre du budget et trésorier de l’UMP, Éric Woerth, remettra la Légion d’honneur à Patrice de Maistre, qui se trouve aussi être l’employeur de sa femme. Le mélange des genres vaut aujourd’hui à l’un et à l’autre des mises en examen pour « trafic d’influence » par le juge bordelais Jean-Michel Gentil.

André Bettencourt, le défunt mari de la multi-milliardaire Liliane Bettencourt, dont le fisc a découvert l’étendue de l’évasion fiscale en 2010 après la publication des enregistrements clandestins de son majordome, était, lui aussi, membre du Premier Cercle en juin 2007. Les Bettencourt étaient détenteurs de douze comptes à l’étranger non déclarés au fisc, mais ne seront contrôlés qu’après les révélations de Mediapart sur leur patrimoine trois ans plus tard. Jusque-là, et depuis des décennies, le fisc ne s’est jamais penché sur leur situation fiscale. Du jamais vu.

La bataille familiale pour le contrôle de la fortune du clan n’a pas empêché Françoise Bettencourt, la fille de Liliane et André, et son mari Jean-Pierre Meyers, de s’inscrire eux aussi au Premier Cercle, animé par Éric Woerth.

Autre exemple, celui de Guy Wildenstein, homme d’affaires et marchand d’art, au cœur avec son frère Alec de lourds soupçons judiciaires et fiscaux au sujet de l’héritage pharaonique – on parle de 4 à 5 milliards d’euros – légués par leur père. La justice a mis au jour un réseau complexe de trusts domiciliés dans un nuage de paradis fiscaux (Bahamas, Guernesey, îles Vierges britanniques…). Alec et Guy Wildenstein sont tous deux membres du Premier Cercle et la question d’éventuelles protections politiques sur leur situation fiscale est aujourd’hui ouvertement posée.

Dernière illustration avec l’ancien président du Medef, Ernest-Antoine Seillière, autre membre du Premier Cercle visé par des soupçons de « fraude fiscale ». Le parquet de Paris a ouvert une enquête au mois du juin à la suite d’une dénonciation de Bercy. Président du conseil de surveillance du groupe Wendel, le baron Seillière est soupçonné d’avoir monté une opération financière frauduleuse lui ayant permis de toucher 65 millions d’euros, sans verser un centime d’impôt. Son domicile et le siège de Wendel ont été perquisitionnés mardi 25 septembre, selon Le Monde.

Des familles engagées

Dans la liste, certains patronymes se multiplient comme des petits pains. La famille Guerrand-Hermès (groupe de luxe Hermès), par exemple, se distingue avec cinq représentants. Le cas le plus frappant ? Quatorze Mulliez (Gérard, Thierry, Vianney, André, Arnaud, Marie, etc.), membres d’une des familles les plus riches de France, aux manettes de la holding propriétaire du groupe Auchan. Quant au Franco-Libanais Jacques R. Saadé, PDG de la troisième compagnie de fret maritime au monde (CMA-CGM), il a rejoint le Premier Cercle avec quatre de ses proches, dont son fils Rodolphe.

Si la CMA-CGM est peu connue du grand public, l’un de ses yachts de luxe baptisé Le Ponant, 88 mètres de long, a fait la Une des journaux en avril 2008, pris en otage par des pirates somaliens au large du golfe d’Aden. À l’époque, alors que Rodolphe Saadé, directeur général de la société, négocie à la radio avec les pirates sous la supervision du GIGN, Jacques Saadé, le père, rencontre son ami Nicolas Sarkozy à Paris à plusieurs reprises, pour discuter des opérations. Faut-il payer la rançon ? Tout de suite ? Au bout d’une semaine, la trentaine d’otages sera libérée par la marine française (voir ici).

Après tout, rien de surprenant. On partage souvent les mêmes convictions en famille. Mais dans certains cas, d’après un témoignage recueilli sous le sceau de l’anonymat, des membres du Premier Cercle contournent la loi (qui leur interdit de verser personnellement plus de 7 500 euros), en proposant un « deal » à leurs proches (parents ou amis) : « Tu signes un chèque au bénéfice de l’UMP et je te rembourse sur-le-champ. » Pour ces donateurs, c’est tout bénéfice : ils auront le droit de défiscaliser 66 % du montant…

Source : mediapart.fr

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

48 réponses à [Reprise] La liste secrète des 544 financiers de l’UMP publiée par Mediapart

Commentaires recommandés

Leveau Le 09 novembre 2014 à 08h17

Jamais…car le vote est oligarchique selon Platon, aristocratique selon Montesquieu (de mémoire).
Ces illustres penseurs ont tôt compris que les clans ( politiques, marchands, religieux…) legitimaient très facilement leur pouvoir en passant par le vote. C’est un paradigme.
Seul le tirage au sort est démocratique.

  1. boduos Le 09 novembre 2014 à 02h06
    Afficher/Masquer

    on sent bien qu’on est très loin d’une démocratie assumée et acceptée par les citoyens- contribuables que nous sommes.
    on ne va pas rappeler tous les passe droits dont on a eu connaissance et ayant pu filtrer malgré le secret fiscal le mieux gardé ,celui des transactions de Bercy.
    Pour le petit contribuable sans relation et sans cabinet d’expert comptable,c’est plein pot+pénalités+ %retard .Pour le petit commerçant,idem car son comptable sacrifie les + modestes et utilise son droit de tirage (je raccourcis évidemment) pour ses clients plus rentables.
    Par ailleurs les inspecteurs du fisc sont spécialisés par importance des déclarations ,ce qui donne bonne conscience à ceux qui pourchassent les “petits” contribuables ,n’ayant pas connaissance des plus gros arrangements confiés à d’autres services.
    si donc individuellement puis par catégories de fortune puis par clientélisme on adapte l’impôt,ça donne effectivement ce qu’on a.
    apparemment ce n’est pas encore insurrectionnel, bon…à suivre peut être.


  2. Louis Robert Le 09 novembre 2014 à 06h27
    Afficher/Masquer

    Deux questions se posent, me semble-t-il:

    1. Qui sont donc les cyniques dans cette société?

    2. Pourquoi dès lors tant insister pour participer, encore et encore, à ce rituel résiduel de corruption et d’abus de pouvoir affublé, avec le plus grand cynisme qui soit, du beau nom de “démocratie”?

    +

    Maintenant la question qui fait doubler le gros lot: à quand la généralisation du refus d’accorder une quelconque légitimité à cette engeance (donc du refus catégorique de voter pour ÇA)?

    a. dès la prochaine élection;
    b. pas avant dix ans;
    c. dans vingt-cinq ans;
    d. jamais.


    • Leveau Le 09 novembre 2014 à 08h17
      Afficher/Masquer

      Jamais…car le vote est oligarchique selon Platon, aristocratique selon Montesquieu (de mémoire).
      Ces illustres penseurs ont tôt compris que les clans ( politiques, marchands, religieux…) legitimaient très facilement leur pouvoir en passant par le vote. C’est un paradigme.
      Seul le tirage au sort est démocratique.


      • Christophe Vieren Le 09 novembre 2014 à 16h31
        Afficher/Masquer

        Et comment on met en place le tirage au sort ? Un coup d’état ? Quoi d’autre ?


    • pierre9459 Le 09 novembre 2014 à 10h03
      Afficher/Masquer

      Sauf votre respect, le refus de voter est une idiotie sans nom !
      Ça pourrait être une bonne idée si vous étiez sur en très peu de temps d’adosser à cette idée 95% du corps électoral. Or, ce ne sera jamais le cas et vous le savez bien.
      Mais plus encore, c’est une idée fabriquée par le système en réalité qui ainsi, mettrait de coté tous les “grincheux”, les récalcitrants et les “révoltés” de son action !
      Ainsi, déjà, les quelques 50% habituels qui ne vont pas voter font le lit de ceux qui sont élus, QUELS QU’ILS SOIENT car ces élus sont adoubés par ce même système et n’ont juste besoin que d’une chose : être élu précisément !
      Il est bien plus facile d’être élu par seulement 50% des gens (donc 25% plus une voix) que de l’être par 100% de ces mêmes électeurs, c’est de la simple mathématique et de la logique. ET ÉVIDEMMENT ENCORE PLUS FACILE D’ÊTRE ÉLU PAR 10% DE GENS OU MOINS !!!
      J’affirme ici que ceux qui prônent l’abstention pure et simple en réalité font le jeu des élites pour la simple raison qu’ils n’ignorent pas que leur stratégie repose sur une absolue IMPOSSIBILITÉ : avoir au moins 95% des gens qui s’abstiennent ! (et encore je crois que même ce chiffre suffirait à faire élire le restant !
      Et ne me rétorquez pas que si ça arrivait malgré tout (impossible n’est pas Français???) les gens descendraient en masse dans la rue car là aussi, vous affirmeriez une absolue contre vérité !
      De nos jours, on descend tellement dans la rue que même une truffe comme Sarkozy s’en amuse …


      • Louis Robert Le 09 novembre 2014 à 12h41
        Afficher/Masquer

        Si cet homme dont vous parlez s’amuse, pourquoi refuserions-nous d’en faire autant? “Idiotie, mathématique et logique” me font penser au fou du roi en Shakespeare. Rappelez-vous: “Though this be madness, yet there is method in ’t” (Hamlet, Act 2, Scene 2). Bref, il y a une logique dans cette folie.

        Dites-moi: cette obstination à légitimer ÇA en votant encore et toujours, toute une vie durant, pour ÇA… vous l’appelez comment? Je puis vous dire ce qu’en disait Einstein: “Insanity consists in doing the same thing over and over again and expecting different results.” (La folie consiste à attendre des résultats différents de la répétition incessante des mêmes gestes.)

        Vous imaginez ce que signifierait pour un Président d’être élu par 4% des électeurs inscrits, à savoir par ceux-là seuls qui désormais l’appuient?

        Je conclus sur les deux points suivants:

        1. J’ai sous les yeux un cas tout récent où dans un pays dit industrialisé, “développé et civilisé”… plus de 90% des électeurs inscrits, résistant courageusement à une propagande électoraliste vraiment désespérée et tous azimuts, ont refusé de se présenter aux urnes; ils sont restés sagement chez eux ou au travail et n’ont pas voté. Résultat: l’institution concernée est désormais sérieusement remise en question et le pouvoir politique ne sait plus comment résister à la volonté populaire qui exige son abolition.

        2. On peut penser que la méthode éminemment démocratique mise de l’avant en 1 se compare avantageusement à un soulèvement populaire dans tout un pays… et qui force enfin le pouvoir à dégager, avec l’instauration de l’état de siège qui s’ensuit, sous l’œil bienveillant d’un général démocrate, bien sûr… comme nous avons pu constater il y a quelques jours seulement. Dernière question: en pareil cas, dites, Cui bono?


        • Christophe Vieren Le 09 novembre 2014 à 16h29
          Afficher/Masquer

          Et quel est ce merveilleux pays où l’abstention massive à conduit l’institution à se remettre en question ?
          Maintenant imagine que demain 90% des voix aillent au NPA (ou autre partis hors UMPS et partis ayant participé aux gouvernements d’un de ces deux partis), que se passe-t-il ? Associes y une grève générale (oui je sais c’est un peu plus dur que de ne pas aller voter), comme en 1936 ou en 1968. Que se passe-t-il ? J’ai des exemples nombreux à te proposer datant en outre de moins d’une décennie. Même pas besoin de remonter au 9 novembre 1989.


          • Louis Robert Le 09 novembre 2014 à 17h58
            Afficher/Masquer

            1. Bien évidemment, l’institution ne s’est pas remise en question; irrémédiablement discréditée, elle continue de se battre pour sa survie. Ce sont les citoyens qui l’ont remise en question, qui l’ont clairement rejetée, ce qui doit mener, tôt ou tard, à son abolition… et met le pouvoir politique dans l’embarras (un euphémisme).

            2. Cela se passe au Canada.

            3. Ce rituel résiduel de corruption et d’abus de pouvoir (affublé du beau nom de “démocratie”) étant ce qu’il est, 90% des voix n’iront pas demain ou dans les prochains cent ans à aucun parti tel le NPA? Tant que nous vivrons sous le système qui permet pareil rituel. Tant que nous accepterons de vivre sous le système qui permet et institutionnalise pareil rituel de corruption et d’abus de pouvoir, comme par le passé rien d’essentiel ne changera. Aimer sa servitude, selon l’expression d’Huxley, ne fait que perpétuer l’esclavage.

            4. C’est ce système corrompu (rien d’autre qu’une imposture) que nous devons abolir… tout d’abord en refusant catégoriquement de lui accorder quelque légitimité qui soit, et ce de quelque manière que ce soit… Il n’en mérite aucune. Il faut savoir dire enfin non au pouvoir, comme le voulait et savait le faire le philosophe Alain.


            • Louis Robert Le 09 novembre 2014 à 18h21
              Afficher/Masquer

              P.S. Gandhi savait, lui aussi, dire non au pouvoir d’une manière particulièrement efficace.

              “Vous partirez”, avait-il dit au Vice-roi.

              — Ayez l’obligeance de me dire comment nous partirons, répliqua le Vice-roi en se moquant.

              — Vous partirez comme vous êtes venus, répondit Gandhi.

              Et le jour vint où les Britanniques partirent… comme ils étaient venus. Ils devaient répéter cet exploit et quitter plus tard Hong Kong de la même façon.


            • Christophe Vieren Le 10 novembre 2014 à 21h23
              Afficher/Masquer

              Alain était un abstentionniste ?
              Quant à Gandhi, ma mémoire me trahit peut-être mais je ne suis pas sûr que Gandhi et les gens de sa caste avaient le droit de vote. Pas plus que les indigènes en Algérie (française) ou les noirs aux USA ou en Afrique du Sud. La question du boycott des élections ne se posaient donc pas me semble-t-il.

              Les élus corrompus seraient génés par leur illégitimité au point de ne plus se présenter ou de démissionner (au profit de qui ? l’anarchie alias la loi de plus fort c’est à dire le libéralisme comme n’ont jamais osé le réver Hayek, Von Mise ou Friedman) mais pas génés par leur corruption. Pas fréquent comme pathologie. Ca s’appelle comment ?


            • Christophe Vieren Le 10 novembre 2014 à 21h42
              Afficher/Masquer

              Et n’hésites pas à m’écrire lorsque l’institution – canadienne donc – aura été remplacée par je ne sais quoi de mieux !


            • olivier69 Le 10 novembre 2014 à 22h39
              Afficher/Masquer

              Bonsoir christophe,
              Vous me donnez l’impression que tout ce qui développe l’esprit critique et l’émancipation vous gênent ? Alors libéralisme (socialisme économique) ou marxisme déguisé (fascisme social et politique) ? Atomicité (ententes) ? Fluidité (inégalité des chances) ? Transparence (pensée unique) ? Vous savez que lorsque l’on continue à mal nommer les choses, on les cautionne, non ? ….Vous êtes loin d’être un idiot donc quel objectif cette fois-ci ?
              Question : Christophe, avez-vous changé d’avis concernant votre approche de la décroissance  (Gaïa, clubiste romain et tout et tout) ? Parce que vous étiez bien placé me semble t il, pour l’apologie du darwinisme social.
              Cdlt


  3. CLAUDE Le 09 novembre 2014 à 08h28
    Afficher/Masquer

    sur ce point on peut faire confiance à Médiapart car ils arrivent dénicher de “bonnes” affaires
    j’ai bien peur que ce ne soit qu’une infime partie de l’iceberg.
    Si nous savions tout, je crois bien que l’abstention serait encore plus importante.
    désormais, la corruption gouverne (de plus en plus visible depuis les années Sarko) c’est un peu devenu sport national.
    en plus ils sont complètement décomplexés.
    Heureusement qu’on veut être les gendarmes dans les pays africains qui sont soit disant des républiques bananières !
    comment respecter ces gens là ?
    pour ma part c’est un profond mépris. Pendant ce temps là les inégalités se creusent, mais peut être qu’un jour les français se réveilleront. Peut être que ce sera trop tard.


    • sécotine Le 09 novembre 2014 à 09h12
      Afficher/Masquer

      à quand la liste des financiers du PS ????
      Si Mediapart veut être équitable, il se doit de publier la liste des “généreux donateurs” de chaque parti.


      • RGT Le 09 novembre 2014 à 10h43
        Afficher/Masquer

        Pour le PS, vous reprenez les mêmes, tout simplement.

        Il ne faut jamais déposer tous ses oeufs dans le même panier.

        Et si le FN, le FDG, le NPA ou l’UPR risquaient d’arriver au pouvoir je suis certain qu’ils iraient immédiatement postuler pour faire partie “du cercle” de ces partis.

        L’oligarchie a les moyens de corrompre TOUS les partis politiques.

        Ceux qui ne l’ont pas encore compris ne sont que de doux rêveurs qui vivent dans un monde de bisounours.

        Le seul moyen de se débarrasser de ce système mafieux (en restant dans cette escroquerie du système électoral) serait le contrôle strict des “élus” par les électeurs avec
        révocation des brebis galeuses en cas de non-respect des promesses ou de l’intérêt général associé à des plaintes pour “haute trahison du peuple” et des poursuites encore plus fortes conte les corrupteurs (saisie intégrale de tous leurs avoirs dans le monde)…
        Il ne faut pas rêver, ça n’arrivera JAMAIS.

        Alors il ne faut pas pleurer sur la désintégration du bien public et de nos protections contre les abus.

        Ce qui me sidère, c’est qu’il y a encore des couillons qui boivent les paroles de ces bonimenteurs…
        Avant toute élection, les postulants devraient signer un contrat (avec leur sang) s’engageant à respecter à la lettre TOUTES leurs promesses électorales et ne servir QUE l’intérêt EXCLUSIF de leurs électeurs.

        C’est pas gagné.


        • FifiBrind_acier Le 10 novembre 2014 à 08h04
          Afficher/Masquer

          RGT,
          Je ne vois pas ce que l’ UPR vient faire dans votre liste?

          Vous ne vous demandez pas pourquoi les Partis mainstream on besoin de tant d’argent? Pour acheter les voix à travers les milliers d’Associations, c’est un responsable départemental qui me l’a expliqué.

          Et pourquoi doivent -ils acheter les voix?
          Parce qu’ils mènent une politique contraire aux intérêts de la population, et que les électeurs ne veulent plus d’eux!

          Si un gouvernement défend l’intérêt général, il n’a plus besoins d’acheter les voix des électeurs.


      • pons Le 09 novembre 2014 à 15h53
        Afficher/Masquer

        Effectivement,mediapart enquête principalement sur les agissements de la droite au sens large,souvenez vous quand ils avaient dénoncer les accointances entre british imperial tobacco avec des cadres sup de l’administration des douanes et des gens de l’ump,les autres convives avaient étés floutés,aprés “défloutage”ils y avaient de nombreux personnages du ps notamment julien dray grand amateur de cigares et de montres suisses.Le fait que médiapart soit soupconné d’escroquerie à la tva à amener leur chef a chercher une transaction avec le gouvernement…chacun en tirera les conclusions qu’il souhaite quand à la soit disant neutralité de cet organe d’information.


        • Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 16h31
          Afficher/Masquer

          Vous dites que Mediapart enquête surtout sur la droite.
          C’est oublier le plus gros poisson péché par Plenel: Cahuzac !
          On peut, en revanche, s’interroger sur les sources de Mediapart. Contrairement au Canard Enchaîné où le monde politique déverse sur ses adversaires (et surtout sur ses concurrents) des scandales sans trop d’intérêt, Mediapart a acces à de véritables dossiers brûlants.
          Certains se souviennent des liens que Plenel a tissé avec les milieux militaires lors de l’affaire Greenpeace en 1985…


        • FifiBrind_acier Le 10 novembre 2014 à 08h07
          Afficher/Masquer

          pons,
          C’est sans doute parce que la GÔooche fait passer les mauvais plans plus facilement que la Droite…

          Il faut ses souvenir de la réforme des retraites où des mini salaires pour les jeunes par la Droite: des manifs en n’en plus finir…!!

          Là, avec la GÔooche, rien de rien.


    • Christophe Vieren Le 09 novembre 2014 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Claude écrit “Si nous savions tout, je crois bien que l’abstention serait encore plus importante.” Et après ? Et pourquoi pas l’UMP-S ne serait pas au 2nd tour ? Car sauf erreur de ma part, certains partis ne sont pas financés de la sorte. Mais peut-être suis-je mal informé.


  4. Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 09h31
    Afficher/Masquer

    Au PS, c’est la même chose en pire.
    Une simple vérification sur Wikipedia de la liste des lauréats de la French American Fondation et vous trouverez François Hollande, Pierre Moscovici, Najat Vallaud Belkacem, Marisol Touraine aux côtés de Jacques Toubon (défenseur des droits nommé par Hollande) et Alain Juppé.
    Après, on comprend pourquoi ce ramassis de stipendiés d’une puissance étrangère veut imposer des tablettes à l’école et que la livraison des Mistral pose problème.


    • pons Le 09 novembre 2014 à 16h15
      Afficher/Masquer

      Bravo homère,il ne faut pas perdre de vue que la majorité de ces gens font partie de la Bilderberg,du club Le Siécle et d’autres obédiences,ils se contrefichent de la France,de son histoire et des citoyens,ce sont les âmes damnés des banksters de wallstreet.


  5. Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Et ce n’est pas le pire: lisez ce qui suit et vous verrez les cibles atteintes par ces comités d’infiltration et d’influence.

    https://www.lepartidegauche.fr/actualites/international/soumission-etats-unis-francois-hollande-doit-denoncer-la-composition-la-liste-des-young-leaders-2013-la-french-american-foundation-24038

    Maintenant, demander à Hollande d’intervenir est plutôt ridicule puisqu’il fut l’un des “young leaders” !


    • Chris Le 09 novembre 2014 à 12h08
      Afficher/Masquer

      Oui, la France est mal barrée, sous tutelle américaine complète grâce à ces corrompus YL qui sévissent en politique et postes clefs depuis des décennies.


      • erde Le 09 novembre 2014 à 17h52
        Afficher/Masquer

        S’il n’y avait que la France…..
        Mais la totalité des pays européens sont sous tutelle de l’empire…de l’otan, et de la fiance !
        Même la Suisse a renoncé à lutter !


    • Lage Le 09 novembre 2014 à 23h01
      Afficher/Masquer

      Lien très intéressant que je résume en un mot pour qui n’aurait pas cliqué dessus : la French American Foundation, “officine américaine dont l’objet est d’inculquer aux dirigeants français une orientation pro-atlantiste” (…) “a nommé entre autre le Capitaine de frégate Philippe Naudet. Commandant du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) “Améthyste” – et présenté comme tel –, Philippe Naudet deviendra sûrement commandant d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), puis, peut-être un jour, chef d’état-major des armées.” Quand on sait les liens de la French American Foundation avec les services secrets US, c’est évidemment inquiétant et de FdG s’en inquiète…


      • FifiBrind_acier Le 10 novembre 2014 à 08h11
        Afficher/Masquer

        Le FDG ne dénonce jamais l’origine américaine de la construction européenne…
        Il se donne bonne conscience pour pas cher, d’autant qu’il ne veut pas ouvrir le débat sur la sortie du Titanic.


        • olivier69 Le 10 novembre 2014 à 17h44
          Afficher/Masquer

          Bonjour fifi,
          Mais connaissez-vous les origines des US ? Et qui tirent les ficelles de cette corporation ? A qui appartiennent réellement les cordons de la finance et de la politique dans les différents pays sans nous le cacher (publiquement affirmé) ? Parce qu’à entendre certains de vos confrères de l’UPR, il pense que c’est le vatican ! Un peu léger comme cible (facile), même si ce dernier a eu des orientations historiques déconcertantes (que l’on pourrait légitimement lui reprocher)…
          Cdlt
          ps : pour le FDG, vous avez entièrement raison. Et je ne suis pas non plus complaisant avec le vatican


  6. Libriste Le 09 novembre 2014 à 10h17
    Afficher/Masquer

    Un vieux billet…..alors n’oublions pas….la ploutocratie continue, l’avenir se prépare
    Donc ce que j’aimerais savoir, c’est qui promet un budget de campagne présidentielle à qui ? actuellement.
    Quelles sont les tractations secrètes qui se déroulent en ce moment en vue de nous faire avaler la légitimité électorale du prochain clan de menteurs escrocs, corrompus.


  7. yoananda Le 09 novembre 2014 à 11h44
    Afficher/Masquer

    La réforme du financement des partis sera un chantier prioritaire de la 6ème république.


    • erde Le 09 novembre 2014 à 17h57
      Afficher/Masquer

      Ce serait à souhaiter cette ” 6° ”
      Elle sera instaurée peut-être après le grand chaos par nos arrières, arrières petit-enfants s’ils en restent, car au vu de la puissance perverse et démoniaque sur laquelle les pouvoirs actuels peuvent compter cela ne restera pour nos contemporains que pure utopie.


  8. Chris Le 09 novembre 2014 à 12h04
    Afficher/Masquer

    Une liste qui explique et légitime parfaitement l’engluement dissolvant de la France dans une Europe supranationale, celle dont ne voulait pas De Gaulle, avec raison.
    L’Europe du fric et de l’essorage économique en faveur des 1%… dont ces 544, parfaits canaux (et sangsues) de ces basses oeuvres !


  9. pucciarelli Le 09 novembre 2014 à 12h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour. On se rend compte que l’internationale des patrimoniaux existe et exerce judicieusement son pouvoir. Voilà un exemple réussi de “lutte des classes”, terme tellement vilipendé du temps où seuls les salariés tentaient de l’exercer publiquement. Qu’on se rassure, les “riches” ont gagné, et avec eux la magouille institutionnalisée. Au fait, comment définir la “ploutocratie démocratique”? A chacun le loisir de répondre à cette question. La face cachée de l’iceberg FN est là, et on peut supposer que Marine Le pen saura (peut-être) conquérir le pouvoir pour servir assiduement la soupe aux mêmes maîtres. Mais, soyons lucides: le “contre pouvoir” des médias devrait nous protéger de telles dérives (!).


    • erde Le 09 novembre 2014 à 18h01
      Afficher/Masquer

      L’Extrème-droite a toujours été le bras armé du “grand capital”….
      Et ce qui se passe actuellement en Ukraine en est la parfaite illustration.
      Alors pour ceux qui s’illusionne sur le FN , ils connaîtront eux aussi les lendemains qui déchantent.


      • Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 18h28
        Afficher/Masquer

        Plus que du “grand capital” beaucoup plus international et se moquant d’exploiter des travailleurs français, allemands, tanzaniens, ouzbeks ou patagons, l’extrême-droite est l’expression de la petite bourgeoisie descendante et du prolétariat jeté dans le lumpen.
        Bien sûr, le “grand capital” préfère de loin avoir à composer avec ce type de partis qu’avec des mouvements révolutionnaires de gauche mais cela reste un pis aller. Mieux vaut une bonne démocratie représentative. Et l’ouverture des frontières.
        D’ailleurs, quand le cycle de l’économie capitaliste est en croissance, cette même petite bourgeoisie devient facilement social démocrate ou chrétienne démocrate. Elle croit que l’Etat la protège. Or, l’Etat n’est que l’instrument servant à perpétuer le mode de production.


  10. Nerouiev Le 09 novembre 2014 à 13h20
    Afficher/Masquer

    Quelle misère ! ce n’était pas assez, il avait fallu faire appel à Khadafi.


  11. Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 13h50
    Afficher/Masquer

    J’avais oublié dans la liste des “young leaders” Emmanuel Macron et Fleur Pellerin. Tous les deux, promotion 2012. Il est vrai, que ceux là ne sont pas de l’armée secrète et affichent crânement leur idéologie sous influence américaine. Contrairement aux autres tartuffes précités.
    Toutefois, ils ne sont pas moins nuisibles.
    Petite précision sur les tablettes à l’école, obsession de Hollande, Pellerin Vallaud Belkacem et toute cette clique.
    La distribution de tablettes au collège va permettre aux agences américaines de contrôler toute l’évolution scolaire d’un élève français et ainsi soit l’intégrer à leur saloperie de programme de récupération des “élites françaises” soit avoir la liste de ceux qui remetteraient en question les présupposés de l’idéologie de l’Empire.
    Enfin, bien sûr, ces terminaux informatiques personnels vont être des relais pour les abominables Amazon and co qui détruiront ainsi l’écosystème économique du Livre en France et ainsi feront disparaître des pans entiers de la connaissance et de la création littéraire et de sciences humaines.
    Bref, Big Browser…
    Et n’oublions pas la dernière phrase de 1984: Et il aimait Big Brother.


  12. Norton Le 09 novembre 2014 à 14h02
    Afficher/Masquer

    “Autre cas d’école, celui du groupe Pizzorno, spécialisé dans le traitement des déchets. La société, basée à Draguignan (Var), est impliquée dans une affaire de corruption présumée en Tunisie où elle a fait travailler l’ancien ministre de la défense François Léotard. ”

    Pas seulement en Tunisie…
    http://www.pointschauds.info/fr/2014/10/20/scandale-financier-lie-au-traitement-des-ordures-menageres-a-nouakchott-la-cun-se-defend-et-revele-pour-la-premiere-fois-lutilisation-des-fonds/


  13. Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 14h35
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui voudraient avoir la liste officielle des “young leaders”:

    http://www.frenchamerican.org/youngleadersclasses

    Édifiant. On n’imagine pas le degré d’influence des US sur la classe politico-médiatique française…


    • Jean Bon Le 10 novembre 2014 à 21h21
      Afficher/Masquer

      Tiens, tiens, intéressant, Nicolas Dupon-Aignant fait parti de la French American Fundation


  14. Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 15h12
    Afficher/Masquer

    Quel flair ont eu les responsables de cette organisation !
    Le couple Clinton fut lauréat en 1984, les futurs grands patrons français Michel Bon et Alain Richard dès 1982, les grands patrons de presse Jean Marie Colombani, Jérôme Clément, Erik Izraelwitz, en 1981 et 1983.
    Quant aux ministres de droite ou de gauche, ils furent légion à être “young leaders”et cela bien avant d’être sur le devant de la scène . On dirait que c’est un passage obligé… Quelle acuité sur les futures carrières de ces impétrants !
    Ou alors, le fait d’être “young leader” aiderait à grimper ?
    Oui, je sais, la théorie du complot….
    Je pense qu’il ne faut pas voir des complots partout mais ne pas refuser de les voir lorsque qu’ils sont évidents comme dans le cas étudié.


    • olivier69 Le 10 novembre 2014 à 18h34
      Afficher/Masquer

      Bonjour Homère,
      “Rhodes a légué également la bourse scolaire Rhodes qui permet aux étudiants les plus méritants de poursuivre leurs études à l’université d’Oxford. Parmi les bénéficiaires de cette bourse figure notamment le président américain Bill Clinton.”
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Cecil_Rhodes
      Cdlt
      ps : la notion de mérite a dans ce cas précis, une saveur bien particulière….La construction d’un empire ?


  15. pons Le 09 novembre 2014 à 16h40
    Afficher/Masquer

    Effectivement,mediapart enquête principalement sur les agissements de la droite au sens large,souvenez vous quand ils avaient dénoncer les accointances entre british americanl tobacco avec des cadres sup de l’administration des douanes et des gens de l’ump,les autres convives avaient étés floutés,aprés “défloutage”ils y avaient de nombreux personnages du ps notamment julien dray grand amateur de cigares et de montres suisses.Le fait que médiapart soit soupconné d’escroquerie à la tva à amener leur chef a chercher une transaction avec le gouvernement…chacun en tirera les conclusions qu’il souhaite quand à la soit disant neutralité de cet organe d’information.


  16. jjmomo1 Le 09 novembre 2014 à 17h38
    Afficher/Masquer

    Voyons … réfléchissons un peu. La liste est vraiment longue. Alors comme lorsque vous faites l’appel à l’école pour inventorier les absents lors d’une heure où tout le monde a séché le cours, c’est bien plus facile de retenir le nom des présents.
    La question est donc : Quels sont les noms des gens honnêtes dans la longue liste de nos ploutocrates financeurs des 2 partis au pouvoir ? Histoire de les décorer de la “légion d’honnêteté”, parce que la légion d’honneur a pris un sacré coup d’incrédibilité depuis Napoléon : De Maistre et consorts au même niveau qu’un Lannes ou un Davoult ca fait effectivement réfléchir !


    • Homère d'Allore Le 09 novembre 2014 à 18h05
      Afficher/Masquer

      Ne pas oublier que le “Prince d’Eckmühl” avait trahi l’Empereur en négociant avec le Baron de Vitrolles, agent de Louis XVIII pour, de concert avec Soult, livrer Paris aux Prussiens le 3 juillet 1815.
      Ce dernier, selon Wellington, avait vingt cinq millions déposés à la Banque d’Angleterre fin 1815…
      Source: “Tradition de la trahison chez les Maréchaux” de Galtier-Boissière.

      Je préfère encore un adversaire déclaré comme de Maistre à ce type de traître. Aujourd’hui comme pendant les Cent-Jours !


Charte de modérations des commentaires