I. Réactions russes après la destruction du Su 24

Rappelons que à propos de l’avion, une chose n’est pas claire :

  • la Russie a indiqué que son avion n’avait jamais survolé la Turquie,
  • la Turquiea indique que l’avion avait survolé 17 secondes la Turquie

une chose l’est : dans les deux versions, l’avion russe a bien été attaqué alors qu’il était au-dessus de la Syrie et ne représentait aucune menace pour la Turquie…

(N.B. Qu’on n’arrive jamais à avoir la vérité dans ce genre de cas, ou dans les vols de la Malaysian Airlines, en 2015, moi ça me dépasse…)

Pour mémoire, j’avais attiré l’attention ici sur la violence du discours de Poutine envers la Turquie, que je trouvais très mal relayée par nos médias. Pratiquement seul le Parisien avait cité la fin de la phrase de Poutine :

=> la Turquie “complice des terroristes”… Et il a continué quelques jours après :

Le Premier Ministre en avait remis une couche :

“On a le nom des Trucs qui s’engraissent avec Daech”…

Il est évident que quand on en est là, les choses ne peuvent se calmer tranquillement.

II. La conférence du Vive-Ministre russe de la Défense

Eh bien, en effet, ça a continué avant hier, avec la conférence de presse du vice-Ministre de la Défense :

Donc là, on en est donc au stade où le gouvernement russe accuse la Président turc de trafiquer avec les terroristes….

Bien.

Moi, ça commence à m’inquiéter énormément, mais a priori pas nos médias, ok.

Pourtant, la logique impose de conclure qu’un de ces deux gouvernements est fou à lier. Et on est allié avec un des deux. Tout roule.

Suite de la conférence :

 

En attendant, Obama traficote toujours avec Erdogan – de bon coeur on dirait :

Et l’Union européenne, euh, comme d’hab quoi :

Après les néo-nazis ukrainiens, 3 Md€ pour les complices de Daech, “les valeurs européennes” j’imagine…

Quelqu’un sait s’il reste des dignitaires nazis allemands survivants – vu l’âge, il faut qu’ils se dépêchent d’organiser une rencontre….

Bon, en conclusion, aucune campagne médiatique, aucune commission d’enquête parlementaire : rien d’important…

III. La Russie devoile trois itinéraires de livraison du pétrole de l’EI en Turquie

Source : Sputnik, 02-12-2015

La Turquie est le principal consommateur du pétrole volé en Syrie et en Irak, rapporte le ministère russe de la Défense.

“La Turquie est le principal consommateur du pétrole volé en Syrie et en Irak. Selon les informations recueillies, le président turc Erdogan et sa famille sont impliqués dans le système de trafic de pétrole volé par l’EI en Syrie”, a déclaré le vice-ministre de la Défense Anatoly Antonov.

“Nous connaissons la valeur des paroles d’Erdogan. Il a été déjà pris une fois en flagrant délit de mensonge par les journalistes turcs qui avaient révélé la livraison par la Turquie d’armes aux terroristes, sous couvert d’aide humanitaire. Pour cette raison les journalistes ont été emprisonnés. Les dirigeants turcs, notamment Erdogan, ne démissionneront pas et ne reconnaîtront rien, même si leurs visages sont souillés par le pétrole volé “, a martelé Anatoli Antonov.

Néanmoins, la Russie a la preuve que la Turquie est le point d’arrivée du pétrole syrien provenant des gisements contrôlés par l’EI.

Sites de production et de stockage de produits pétroliers

Après avoir franchi la frontière turco-syrienne, les camions-citernes transportent le pétrole de l’EI vers des ports où l’or noir est ensuite acheminé vers des pays tiers en vue de son raffinage.

La Russie a détecté trois itinéraires de livraison du pétrole de l’EI en Turquie depuis la Syrie. L’itinéraire ouest est connecté aux ports turcs de la Méditerranée, l’itinéraire nord mène à Batman, et l’itinéraire est à la base de transit dans la municipalité de Cizre.

Trois itinéraires de livraison du pétrole de Daech

A titre d’exemple, le ministère russe de la Défense a dévoilé les photographies des convois de camions-citernes transportant du pétrole jusqu’à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Premier itinéraire

L’itinéraire ouest est principalement utilisé de nuit afin de transporter les hydrocarbures produits dans les gisements situés près de la ville de Raqqa, fief de Daech dans le nord-ouest de la Syrie, à travers les villes frontalières d’Azaz (Syrie) et Reyhanli (Turquie) vers les ports turcs d’Iskenderun et Dörtyol.

Sur la photo prise le 13 novembre dernier, on peut voir l’accumulation des véhicules automobiles transportant des produits pétroliers sur la route reliant la Turquie et la Syrie, près de la ville d’Azaz.

Une accumulation de véhicules transportant des produits pétroliers près de la ville d’Azaz (Syrie)

Sur la photo prise le 16 novembre dernier, on peut voir une accumulation au moins de trois cent soixante camions et véhicules lourds dans la région de Reyhanli, à proximité de la frontière syrienne.

Une accumulation d’au moins 360 camions et véhicules lourds dans la région de Reyhanli, en Turquie (15 novembre 2015)

Le renseignement spatial a également révélé qu’après avoir traversé la frontière, les camions-citernes et les véhicules lourds chargés du pétrole se dirigeaient vers les ports d’Iskenderun et de Dörtyol, équipés de quais spécialisés pour les pétroliers.

Une partie du pétrole est chargée à bord des navires et envoyée pour traitement hors de Turquie, et le reste est vendu sur le marché intérieur.

Deuxième itinéraire

Le deuxième itinéraire démarre dans les champs pétrolifères sur la rive droite de l’Euphrate. La ville de Deir ez-Zor (en Syrie) est l’un des centres de production de pétrole contrôlés par Daech. Elle abrite de nombreuses raffineries.

Une accumulation de camions-citernes est constamment enregistrée dans cette région. Le ministère russe a présenté des images de colonnes de véhicules à courte distance les unes des autres.

Les images prises le 18 octobre dernier dans les environs de Deir ez-Zor par le renseignement par satellite ont permis de découvrir au moins 1.722 camions-citernes garés essentiellement sur des parkings non aménagés en dehors des routes.

Des camions-citernes garés essentiellement en dehors des routes, dans les environs de Deir ez-Zor

 

Des camions-citernes garés essentiellement en dehors des routes, dans les environs de Deir ez-Zor

 

Leur nombre s’est considérablement réduit depuis le début des frappes russes contre les sites d’infrastructure pétrolière tenus par Daech, selon les militaires russes.

Après avoir fait le plein de pétrole, les convois venant des régions orientales de la Syrie vont vers la frontière turque et y attendent leur tour.

Les images prises au mois d’août présentent des centaines de camions-citernes et de poids lourds allant vers la frontière turque et vice-versa.

Une grande partie du pétrole transféré des régions orientales de la Syrie arrive à la raffinerie turque de Batman, à 100 km de la frontière syrienne.

Troisième itinéraire

Le troisième itinéraire de transport du pétrole vers la Turquie prend sa source dans les champs de pétrole situés dans le nord-est de la Syrie et dans le nord-ouest de l’Irak. Il passe à travers les villes frontalières de Karatchok et de Cham Khanik sur le territoire syrien et à travers les villes irakiennes de Tavan et de Zakho.

Les camions-citernes traversent la frontière turco-syrienne sans discontinuer dans la région de la ville irakienne de Zakho, d’où le pétrole est envoyé aux raffineries, dont la plus proche est située à Batman, ou dans le plus grand centre logistique de cet itinéraire, situé près de Silopi.

A l’heure actuelle, au moins 8 500 camions-citernes sont engagés dans le trafic criminel de produits pétroliers. Ils transportent quotidiennement jusqu’à 200.000 barils de pétrole.

L’aviation russe continuera de frapper les sites d’infrastructure pétrolière de Daech, et Moscou appelle ses collègues de la coalition à en faire de même.

Source : Sputnik, 02-12-2015

====================================

Pour approfondir :

http://abonnes.lemonde.fr/international/article/2015/12/02/moscou-accuse-erdogan-et-sa-famille-d-etre-impliques-dans-le-trafic-de-petrole-avec-l-ei_4822504_3210.html

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/12/02/97001-20151202FILWWW00176-erdogan-implique-dans-un-trafic-avec-l-ei.php

http://www.challenges.fr/europe/20151202.CHA2233/crise-russo-turque-lavrov-rencontrera-son-homologue-turc-a-belgrade.html

http://fr.euronews.com/2015/12/02/achat-de-petrole-de-daech-par-la-turquie-la-russie-precise-ses-accusations/

59 réponses à [Tout va bien] La Russie accuse officiellement Erdogan de traficoter avec Daech

Commentaires recommandés

Chalpenric Le 04 décembre 2015 à 09h08

@jaicruvoir Vous vivez dans une fantaisie qui vous empêche de voir clairement la situation. Les turcs ont violé des centaines de fois l’espace aérien grec. Le point n’est absolument pas là. Que ce soit en Géorgie, en Ukraine ou maintenant en Syrie, il s’agit d’une histoire de pétrole, de gaz et de gros sous, avec, derrière, les Américains, qui sont en plus en lutte contre l’évolution du monde vers la multipolarité. L’avion SU24 Russe a bien entendu été sciemment abattu, c’était planifié, et sous contrôle américain. Tout comme en Ukraine où notre amie Nuland était aux manettes. Il s’agit dans tous les cas de provocations délirantes de fous furieux, et à chaque fois les Russes ont réagit de façon pondérée. Poutine est très impressionnant.

  1. lm bernard Le 04 décembre 2015 à 06h52
    Afficher/Masquer

    En dehors de la consommation interne des produits pétroliers vers quels pays (complices) se fait l’exportation?


    • Alfred Le 04 décembre 2015 à 08h57
      Afficher/Masquer

      Bonjour
      Ça fait trois fois que je les cite mais une série de quatre articles de zerohedge reprenant d’autres recherches nomme Israël comme raffineur ultime, l’Italie (une radfinerie) et Malte pour des transferts de pétrolier à pétrolier. Tout ça en plus de la Turquie pour le transit bien sur. Ceci étant ce n’est pas forcément du pétrole de l’ei. C’est du pétrole du Kurdistan irakien (“volé aux irakiens”), trafic connu au sein duquel l’ei s’est inséré. Des sociétés de commerce international de matières premières sont citées sans élément de preuve.
      Mais les détails donnés sur les pays méritent d’être connus et discutes
      Enfin d’autres sources basées sur le suivi des blouses ais des pétroliers du fiston erdogan citent l’Ukraine. Après….


    • williamoff Le 04 décembre 2015 à 13h42
      Afficher/Masquer

      S’agit-il vraiment de pays complices ? dès lors que le pétrole est raffiné en Turquie et ensuite vendu par des entreprises ayant pignon sur rue (ou pas), ce pétrole se “volatilise” sur le marché passant d’intermédiaires en intermédiaires pour aboutir en fin de compte à la pompe et pourrait tout aussi bien finir chez Carrefour ou Leclerc. Les consommateurs sont alors également les complices et financent à “l’insu de leur plein grés” le terrorisme tout en détruisant par dessus le marché -littéralement- la biosphère.
      L’origine même de l’ensemble de ces maux se trouve très prosaïquement dans la dépendance pathologique des sociétés développées aux hydrocarbures. Il s’agit alors plutôt d’une complicité civilisationnelle, dont le terreau n’est pas spirituel et divin, mais tout ce qu’il y à de plus matériel et vulgaire: l’argent.
      Soigner nos sociétés, résoudre les crises, et construire un avenir pour l’humanité passe sans aucun doute par le contrôle démocratique et populaire de l’outil de production et par la planification collective de son usage en fonction de son utilité sociale commune. Evoquer cette simple évidence dans notre civilisation du pétrodollars résonne aux oreilles du plus grand nombre comme une grossièreté. Or croire, car c’est une croyance, que le déisme d’Adam Smith nous garantira un futur radieux est du même acabit que ceux qui espère l’apocalypse pour reprendre l’histoire à zéro.
      Les complices sont donc tout ceux qui s’imaginent avoir à choisir entre la “civilisation et la barbarie”, comme le ressasse tout le gratin politique et médiatique, alors même que l’actualité nous expose de façon criante que l’alternative est obligatoirement celle qu’ Einstein nous indiquait il y a déjà plus d’un demi siècle en arrière, c’est le “socialisme ou la barbarie”.


      • Alfred Le 04 décembre 2015 à 14h19
        Afficher/Masquer

        Il est toujours plaisant de voir des gens acheter des téléviseurs à des prix “tombés du camion” en toute innocence.
        Ça d’appel du recel. Ça n’en est pas pour vous au prix fort à la pompe mais ça en est forcément jusqu’au dernier intermédiaire qui se fait une marge indue en achetant bien au dessous du prix de marché.
        Quand le pétrole fait des trajets compliqués anti-économiques et que toute la chaîne fait des économies toute la chaîne est coupable (sauf celui qui n’en fait pas et qui n’y vois que du feu).


        • williamoff Le 04 décembre 2015 à 14h39
          Afficher/Masquer

          ” (sauf celui qui n’en fait pas et qui n’y vois que du feu).” : sauf que celui dont vous parlez n’existe peut-être pas, puisque le consommateur regarde les prix, compare et finit par s’approvionner là où “la vie est moins chère” sans aucune “garantie d’origine controlée”


      • Manu Le 05 décembre 2015 à 02h18
        Afficher/Masquer

        Ils sont forcément complices, le pétrole, c’est comme l’uranium, chaque régions a une signature bien précise, donc ceux qui l’achètes savent pertinemment d’où il vient, c’est d’ailleurs pour ça qu’il est vendu plus ou moins 20$ le baril.


  2. jaicruvoir Le 04 décembre 2015 à 06h58
    Afficher/Masquer

    La Turquie a modifié ses règles d’engagement en 2012 après qu’un avion turc non armé volant dans l’espace aérien international, a été abattu sans avertissement préalable, par la Syrie, le 22 juin 2012.

    Depuis, les appareils volants armés sont considérés par la Turquie comme une menace et ils sont immédiatement interceptés.

    En mai 2015, un hélicoptère syrien qui avait traversé l’espace aérien turc a été abattu par les jets turcs.

    Pour les mêmes raisons, un chasseur russe a été abattu le 24 novembre pour violation de l’espace aérien turc.

    Les Russes connaissent très bien les règles d’engagements de l’aviation Turque.

    Maintenant les Russes (surtout Putin) fait la vierge effarouchée en découvrant cette mesure.

    La Turquie n’est pas le Finlande ou les pays baltes qui vivent dans le peur de se faire envahir par leur voisin Russes depuis 2 siècles et qui n’ose pas intercepter les avions, sous marin Russe etc.


    • tocquelin Le 04 décembre 2015 à 07h14
      Afficher/Masquer

      on ne pourra vaincre les islamistes tant que l’on aura des positions ambigues avec eux voir plus que complices avec eux comme la Turquie (etc)


    • queniartpascal Le 04 décembre 2015 à 08h08
      Afficher/Masquer

      la seule armée qui ait vaincu l’urss c’est la Finlande ne vous en déplaise


      • Micmac Le 04 décembre 2015 à 08h38
        Afficher/Masquer

        Ça n’est pas exacte. L’Armée Rouge avait cru à une promenade de santé et a subit de lourdes pertes, mais la Finlande à quand même au final été obligée céder aux exigences de Staline (qui, parano, exigeait une partie de la Carélie pour que Leningrad ne soit pas trop près d’une frontière étrangère… et l’a obtenu, en payant le prix fort, c’est vrai.).

        Les victoires finlandaises sur le terrain, incontestables, se sont achevées par une retraite en bon ordre, face à la supériorité de l’Armée Rouge, et finalement, la Finlande à céder. Les victoires Finlandaises n’étaient pas à proprement parler des victoires à la Pyrrhus, puisqu’elles n’ont pas été obtenues au prix de pertes considérables, et on permis quand même à la Finlande de sauver les meubles, mais Staline à gagner quand même ce qu’il voulait.

        Un peu comme en 1905, le Japon à finalement perdu la guerre, malgré toutes ses victoires : le transsibérien acheminait les troupes et le matériel, et le Japon à céder avant de subir à son tour des défaites humiliantes (et ça, les Japonais n’aime pas). C’est peu connu mais c’est ce qu’il s’est passé.

        La première guerre de Finlande a eu des conséquences, puisqu’elle a conduit Hitler à gravement sous-estimer l’Armée Rouge, avec les conséquences que l’on sait…


        • apero Le 04 décembre 2015 à 10h17
          Afficher/Masquer

          Ah ok donc c’est la russie qui a gagné la guerre de 1905 maintenant. Et napoleon a gagné à waterloo tant qu’à faire?

          On en apprend tous les jours…


        • groucho Le 04 décembre 2015 à 12h52
          Afficher/Masquer

          @Micmac
          “aux exigences de Staline (qui, parano..”
          Parano ? Vraiment ? En tous cas ce n’est certainement pas l’exemple que j’aurais choisi. Parce que l’opération Barbarossa que Staline avait toutes les raisons de prévoir et de craindre a bien eu lieu. Avec le bilan humain qu’on a un peu oublié : plus de 25 millions de morts soviétiques…


        • williamoff Le 04 décembre 2015 à 16h41
          Afficher/Masquer

          Staline n’est pas “parano” comme vous dîtes. Jusqu’en 1917 la Finlande est incluse dans l’Empire Russe tsariste. la Finlande était donc considérée comme une perte territoriale russe. C’est au contraire la “paranoïa” du Royaume-Uni et de la France qui lors des traités de paix de 1919 dessinent la nouvelle carte de l’Europe avec son fameux “cordon sanitaire” anti-bolchévique créant, entre autres nouveaux Etats, la Finlande. Staline n’annexe ainsi qu’une partie de l’ancienne Finlande tsariste perdu vingt ans plus tôt.


          • Furax Le 04 décembre 2015 à 20h40
            Afficher/Masquer

            C’est agaçant de voir des gens pratiquer un dénigrement contre leur propre pays sans aucun fondement historique.

            Quand on ne connaît pas un sujet, au lieu d’énoncer des énormités, je conseille au préalable de se rencarder. Sur Wikipedia par exemple, pour le minimum syndical.

            La France n’est pour rien dans l’indépendance finlandaise.

            La Finlande a pris son independance lors des troubles consécutifs à la révolution bolchévique, en déc libre 1917. Et elle a bénéficié du soutien de l’armée … allemande début 1918, avant le traité de Brest-Litovsk.


            • williamoff Le 04 décembre 2015 à 23h40
              Afficher/Masquer

              Vous méconnaissez la réalité géopolitique de l’époque, ce n’est pas l’Allemagne qui définit et décide du sort de l’Europe après 1918, mais bien les vainqueurs qui rédigent les traités en 1919. la Finlande comme la Pologne, la Tchécoslovaquie tout comme les pays Baltes ne doivent leur existence qu’a la volonté d’affaiblir l’Allemagne, d’isoler la Russie, et satisfaire les conceptions du Président Wilson à moindre frais. Quant à Wikipédia, encyclopédie qui comme chacun sait et d’une fiabilité incontestable, elle a l’avantage de permettre, à ceux qui ne savait rien ou presque sur le sujet et après la lecture de quelques lignes, de s’imaginer omniscient.


            • Furax Le 05 décembre 2015 à 00h40
              Afficher/Masquer

              Je ne méconnais rien du tout. Sur quoi vous fondez-vous que je méconnais la réalité géopolitique de l’époque de 1918 ? Pour ma part, je constate que vous-même vous proférez des choses absolument fausses et qu’en plus vous persévérez.

              La Finlande était une réalité avant que les puissances alliées ne soient vainqueur es de la guerre. Ne pas avoir forcé la Finlande à se soumettre au joug soviétique, c’était chercher à affaiblir la pas encore URSS ?

              Vous énoncez des non-sens.

              Quant à Wikipédia, je l’ai mentionné comme minimum syndical pour ceux qui partent manifestement de zéro. Rien ne vous interdit de lire des ouvrages académiques.

              Mais d’ouvrage sérieux démontrant que c’est la triple Entente qui est responsable de l’indépendance finlandaise, autant vous le dire tout de suite : il n’y en a pas.


            • apero Le 05 décembre 2015 à 01h27
              Afficher/Masquer

              C’est pourtant simple : à la mort de nicolas II et de ses héritiers, le titre de “grand duc de finlande” qui était porté par les empereurs de russie depuis le début du 19ème a cessé d’exister, et donc le rattachement de la finlande à l’empire russe est devenu caduc. C’est en tout cas le prétexte juridique pour l’indépendance de la nation finlandaise.

              Les soviétiques ont décidé de lâcher la finlande, en accordant l’autodétermination “des peuples de russie” (et donc des finlandais). C’est logique, étant donné qu’ils n’avaient pas vraiment les moyens de partir à la conquête de leurs périphéries et de se créer encore plus d’ennemis, embourbés dans la guerre civile qu’on sait.

              A la suite de quoi une guerre civile éclaté entre “blancs” (classes intermédiaires et supérieures suédophones, farouchement anti-socialistes) et “rouges” (classes populaires finnophones socialistes). Les blancs ont fini par gagner avec le soutien de l’armée allemande encore en guerre (1917), qui cherchait manifestement encore à se faire des alliés.

              Je vois nulle part parler de la france ou du royaume-uni, et d’ailleurs historiquement ces deux puissances n’ont presque jamais interféré dans le jeu politique de la baltique. Ce qui les intéressait à l’époque c’était plutôt de se faire une place au soleil, et donc le dépeçage de l’empire ottoman et des colonies allemandes.
              Ne pas confondre mer baltique et moyen-orient…
              https://en.wikipedia.org/wiki/History_of_Finland#Independence_and_Civil_War


    • Philippe30 Le 04 décembre 2015 à 08h28
      Afficher/Masquer

      @jaicruvoir
      Tu ferais mieux de regarder plus attentivement les éléments impliquant la responsabilité de la Turquie.

      Ensuite on abat pas un avion quand bien même il aurait pu survoler pendant quelques secondes un bout de montagne Turc.

      Dernier point les Russes fournissent leur plan de vol à la coalition donc il est très étonnant que 2 avions Turc se soit trouver là au bon moment durant les quelques secondes que le bombardier Russe “aurait” pu survoler la Turquie.

      C’est clairement une menace envers les Russes car le trafic de pétrole connaissait des problèmes suite au bombardement Russe.

      A remarquer que les bombardements US n’ont jamais inquiété la Turquie pour son trafic de pétrole

      Philippe


      • Nerouev Le 04 décembre 2015 à 11h48
        Afficher/Masquer

        Sans oublier le comité d’accueil pour attendre les parachutistes, les films et les micros.


      • julia Le 04 décembre 2015 à 13h21
        Afficher/Masquer

        mêmes raisonnements que vous, Philippe30


      • anne jordan Le 04 décembre 2015 à 23h28
        Afficher/Masquer

        ben , c’est tout simple @philippe :
        pour les E.U , le pétrole qui transite par la Turquie , ce sont des quantités ” insignifiantes ” déclaration du Dpt d’Etat , relayée par BFM , ce soir .
        8000 camions , bof , insignifiant , en effet .


    • Charles Le 04 décembre 2015 à 08h48
      Afficher/Masquer

      Ah… Et la Turquie accepte donc que l’on abatte ses avions qui violent l’espace aérien grec et chypriote ? Peut-être que le gouvernement grec va faire appel aux Russes pour défendre son ciel, qui sait ?

      Il me semble, au passage, que l’avion turc volait au-dessus de l’espace syrien, pas dans l’espace aérien international. D’ailleurs, la Turquie a vite laissé tombé l’accusation contre la Syrie, après les indignations de rigueur.


    • Chalpenric Le 04 décembre 2015 à 09h08
      Afficher/Masquer

      @jaicruvoir Vous vivez dans une fantaisie qui vous empêche de voir clairement la situation. Les turcs ont violé des centaines de fois l’espace aérien grec. Le point n’est absolument pas là. Que ce soit en Géorgie, en Ukraine ou maintenant en Syrie, il s’agit d’une histoire de pétrole, de gaz et de gros sous, avec, derrière, les Américains, qui sont en plus en lutte contre l’évolution du monde vers la multipolarité. L’avion SU24 Russe a bien entendu été sciemment abattu, c’était planifié, et sous contrôle américain. Tout comme en Ukraine où notre amie Nuland était aux manettes. Il s’agit dans tous les cas de provocations délirantes de fous furieux, et à chaque fois les Russes ont réagit de façon pondérée. Poutine est très impressionnant.


    • yann Le 04 décembre 2015 à 10h41
      Afficher/Masquer

      Il ne faudrait pas trafiquer l’histoire. Le grand agresseur historique ce fut l’Empire ottoman qui a été fondé sur la destruction du monde orthodoxe et byzantin de l’Anatolie. Effectivement les Russes n’aiment pas les Turcs, mais pour de bonnes raisons eux qui ont dû survivre des siècles aux agressions répétés des hordes d’Asie centrale dont les turcs sont issus. Et la russie se voit un peu comme l’héritière de l’empire romain d’orient. La Turquie moderne n’a guère fait mieux que l’empire dont elle est issue, commençant son existence en pratiquant des génocides sur les populations non turques et les minorités religieuses. Il faudra un jour que cet état assume la grande quantité de cadavres qu’il a dans les placards.


    • Deres Le 04 décembre 2015 à 10h42
      Afficher/Masquer

      Je note surtout que même dans les données turques ses avions franchissent eux la frontière sans se gêner le moins du monde …


    • Bozi la mouche Le 04 décembre 2015 à 11h20
      Afficher/Masquer

      @jaicruavoir : vous oubliez juste que la Russie a fourni le plan de vol de l’avion à l’OTAN , aux us etc…quel est votre probleme ? Daech ou la Russie ? Ces enfantillages sur la responsabilité turque sont lassants….


    • Nerouev Le 04 décembre 2015 à 11h42
      Afficher/Masquer

      Au pire on kidnappe les pilotes pour voir si l’intrusion était ou non de l’espionnage car l’avion n’était pas armé pour se défendre.


    • stephp Le 04 décembre 2015 à 13h54
      Afficher/Masquer

      Moi Jaicruvoir un troll passer là !


    • sg Le 04 décembre 2015 à 19h24
      Afficher/Masquer

      Au sujet de cet incident de 2012, l’avion turc était en fait un avion de reconnaissance, et il a bel et bien été abattu en territoire syrien, donc c’est l’avion turc qui avait commis une faute à l’époque, pas la Syrie. Mais pas étonnant que vous ne soyez pas au courant, les “grands journaux” occidentaux n’ont pas relayé l’erratum…
      https://en.wikipedia.org/wiki/June_2012_interception_of_Turkish_aircraft


    • Manu Le 05 décembre 2015 à 02h28
      Afficher/Masquer

      Alors on va mettre les choses au point.

      1. Le pays qui viole depuis toujours, et systématiquement l’espace aérien de ses voisins, c’est la turquie.

      2. La Russie est un partenaire et allié majeur de la turquie. Et quand on est pas trop con, on tire pas dans le dos d’un ami qui aurait “violé” son “espace vital” 17 secondes.

      3. Dans tout les cas possibles, l’avion Russe n’a ABSOLUMENT JAMAIS violé l’espace aérien turc, pour une raison très simple: la zone que la turquie désigne est un territoire syrien envahi par la turquie, comme le plateau du golan volé par israël.

      Par contre, si je suis ton raisonnement, les grecs devront shooter les avions turcs violant sa frontière, ce qui, vu la fréquence, décimerait l’aviation turque en moins d’un mois.


  3. arkantz Le 04 décembre 2015 à 07h23
    Afficher/Masquer

    La Turquie tire mais on sait qui tient le viseur. Il faudrait pas prendre les gens pour des imbéciles. Force est de constater, hélas, que malgré le drame du 13 novembre, beaucoup retombent dans un léthargie profonde.


  4. Ataraxi Le 04 décembre 2015 à 07h34
    Afficher/Masquer

    Est-il possible d’évaluer l’impact du pétrole bradé par l’EI sur les cours?
    C’est peu comparé à la production mondiale, mais comparé au surplus ?


  5. Nicolas Le 04 décembre 2015 à 07h41
    Afficher/Masquer

    Coquille : “Vive-Ministre”
    Merci pour cet article. Il me semble qu’il faudrait plus insister sur le fait qu’à aucun moment le Su-24 n’a représenté une menace. Je lis beaucoup de commentaires de Turcs et Franco-Turcs qui justifient l’attaque contre le Su-24 en disant qu’il a effectivement passé la frontière. Les avions Turcs violent l’espace aérien grec en moyenne quelque chose comme 100 fois par mois, même s’ils se sont brusquement arrêté juste après ce crime. ET en 2012, quand la Syrie a abattu un avion turc qui a violé son territoire de façon bien plus nette et avec des intentions agressives, Erdoğan s’est scandalisé en disant qu’une courte violation de l’espace aérien ne pourrait jamais justifier qu’on abatte un avion.


    • WhereIsMyMind Le 04 décembre 2015 à 10h38
      Afficher/Masquer

      Est ce que la Russie ne tire pas un avantage de ce “coups de poignard dans le dos”? J’ai comme l’impression que c’était à moitier voulu de leur part étant donné qu’ils ont pu observer que chaque fois qu’ils passaient pres de la frontière turque, ils étaient attendu (les avions turcs anticipaient les missions russes et décolaient en avance pour intercepter les avions qui déborderaient).

      “Grâce” à cet incident, ils ont pu déployer leur systeme anti-aérien qui leur donne un avantage stratégique dans le controle aérien de la syrie..

      Même si la Russie dévoile la véritée maintenant, on se rend compte à quel point nous sommes tous manipulé. Ces informations si évidentes étaient passées sous silence par tout le monde (sauf Bachar?) depuis des mois. La Russie ne fait que sortir les infor dans un but bien prévis (que je ne connais pas)…. Je suis las d’être manipulé par tous ces leaders de pacoti qui ne travail pas du tout pour le bien commun. Encore un pays ravagé par les grandes puissances.


  6. philbrasov Le 04 décembre 2015 à 08h01
    Afficher/Masquer

    bon ben … on y est dans la mondialisation de l’économie…
    on fait même des affaires avec le terrorisme.
    et entre ennemis….
    le trajet deir ez zor – Turquie,passe même par l’ennemi kurde….
    Le tout avec la benediction des “états démocratiques”….
    Quelle bande d’hypocrites….
    Toute cette magouille, on le sait depuis des annees….
    Seuls les chefs d’états de nos chers pays démocratiques se taisaient.
    Le changement c’est ce que dit officiellement Poutine, a propos de Erdogan.
    le bateau risque de tanguer dans les semaines prochaines…


  7. FD Le 04 décembre 2015 à 08h22
    Afficher/Masquer

    C’est vrai que si j’étais russe victime du pétrole à bas prix, je serai heureux de supprimer des capacités de production et de raffinage.

    Pas sur que ca compense le probable crash chinois en cours.

    ET d’ailleurs que déduire du nouvel assouplissement de l’octroii de crédit européen ?
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/12/03/la-bce-deploie-de-nouvelles-armes-pour-relancer-la-croissance-europeenne_4823515_3234.html

    J”attends le moment oiu la BCE finiira par donner purement et simplement du cash avec un objectif d’inflation à 5%. Hop Revenu minimum européen à 300 euros pour tous les majeurs financéé par création monétaire.

    Pas tout de suite, mais on y vient.

    Bon le blog est un peu trop dans la guerre là, qui menace certes, à quand un update sur le surendettement mondial ?


    • francois marquet Le 04 décembre 2015 à 10h33
      Afficher/Masquer

      Le pétrole de Daesh, c’est une goutte face au pétrole de schiste US, ou aux capacités de surproduction Saoudiennes.
      L’intervention de la russie a pour but de soutenir un allié local, pour éviter que le terrorisme ne prospère et n’atteigne le caucase: la fédération de russie a subi plus que tout autre pays ,sauf l’Irak peut-être, le terrorisme whahabite, et veut protéger de la contagion ses 30 millions de musulmans.
      Et aussi empêcher le Quatar d’alimenter l’Europe en gaz par un gazoduc passant par une Syrie sous contrôle occidental.
      Il y a peut-être d’autres raisons (limiter l’influence US ou Saoudienne, créer un axe chiite dominé par l’Iran, sauver les chrétiens d’Orient etc) mais ces deux là me paraissent principales.


  8. luc Le 04 décembre 2015 à 08h49
    Afficher/Masquer

    le journal “le monde” défend erdogan de manière pathétique, hier on y lisait que poutine était passé aux attaques personnelles en visant erdogan et sa famille

    dans “le monde” aujourd’hui, en contre-attaque suite à la conférence de presse des russes, propagande d’un article intitulé “que sait-on de la production de pétrole contrôlée par l’EI et ses destinations?”

    “…Une grande partie du pétrole est consommée sur place…

    …Une petite partie du pétrole serait aussi acheminée vers la Turquie, parfois dans des jerricans, à dos de mulets. Une contrebande qu’Ankara a toujours démentie. ”

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/12/03/que-sait-on-de-la-production-de-petrole-controlee-par-l-ei-et-de-ses-destinations_4823291_3218.html#wC1ZJ0AiqeuX4e4x.99


    • languedoc30 Le 04 décembre 2015 à 20h54
      Afficher/Masquer

      “..dans des jerricans à dos de mulet”, alors que toutes les photos satellite nous montrent sur des dizaines de kilomètres, des camions citernes passant la frontière turque. Là, franchement, c’est de la rigolade, comment peut-on écrire des énormités pareilles? Ils font pitié.


  9. A. Decos Le 04 décembre 2015 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Ce qui parait invraisemblable c’est de laisser par la suite transiter ce pétrole, que la Turquie participe au trafic ne m’étonne qu’à moitié. Une exigence de traçabilité et les quantités présentées aux industriels pourrait les alerter sur la provenance du pétrole. Toutefois, les intérêts économiques semblent plus importants pour les groupes pétro-chimiques qui peuvent obtenir du pétrole bon marché…


  10. Golob Arfist Le 04 décembre 2015 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Notez que lors de la conférence de presse qui a suivit la rencontre Poutine/Hollande, le Président russe a dit que toute les informations relatives à la mission du su-24 abattu avaient été transmises préalablement aux Américains, en concordance des protocoles de “déconfliction”, pour éviter justement tout incident. Poutine a supposé alors que les Américains les ont échangées par après aux Turcs, ce qui invalide l’excuse de ces derniers, à savoir qu’ils ne savaient pas sur qui ils tiraient. Le lendemain — dans un exercice de transparence assez similaire à celui du 2 décembre, lors du déballage médiatique de la duplicité turque –, le chef d’état-major des forces aériennes russes fait un point de presse dans lequel il livre l’analyse des données radar de l’incident. Les révélations sont explosives (mais étrangement, aucun média français n’en fait état, ne serait-ce que le moindrement, au regard de leur gravité). En effet, le général affirme que les deux f-16 turcs impliqués volaient en rond pendant au moins une heure avant, comme si ils attendaient le passage du bombardier léger russe. L’un d’entre eux s’est détaché de la formation de façon précise à frapper le su-24 par l’arrière ; il n’y avait aucune ambiguité, au dire du général, dans l’intention de surprendre, que ce soit dans l’angle et l’altitude de l’attaque ou même à la manière dont le f-16 a pris ensuite la fuite, en rasant le sol pour échapper au radar. Au-delà de cela, une analyse des données plus étalée dans le temps a révélé que l’aviation turque s’est livrée précédemment, au même endroit, à des manœuvres similaires pendant prés de deux semaines, comme pour s’exercer en vue du bon moment. Il y’a donc derrière cet incident quelque chose de beaucoup plus sérieux que ce l’on veut admettre de façon général. Le changement d’attitude spectaculaire de la Russie vis-à-vis du pouvoir turc prend tout son sens en tenant compte ces circonstances qui laissent entrevoir la préméditation. Dans son adresse à la Fédération, le 3 décembre, le Président Poutine a dit que ceux qui voulaient provoquer une réaction “hystérique” et démesurée des Russes ont échoués. Est-ce à dire qu’Erdogan a cherché à lancer, sous les yeux du monde entier, la Troisième Guerre Mondiale ?


    • Crapaud Rouge Le 04 décembre 2015 à 14h33
      Afficher/Masquer

      ceux qui voulaient provoquer une réaction “hystérique” et démesurée des Russes ont échoués” : pour le côté “hystérique”, c’est un échec patent, mais pour le côte “démesuré”, c’est réussi et inquiétant. Tout ça pour un seul avion, ça donne à réfléchir, quelque soit la perfidie de la trahison. dedefensa pense que c’est pour faire tomber Erdogan, mais c’est aussi parce que les Russes anticipent d’autres trahisons. Leurs relations avec le “bloc BAO” est sur une pente descendante.


    • Furax Le 05 décembre 2015 à 00h49
      Afficher/Masquer

      Non, Erdogan n’a pas voulu déclencher la 3ème ou 4èméguerre mondiale.

      En revanche, il a voulu forcer les USA à s’engager en Syrie. C’est sa marque de fabrique de tordre le bras à ses partenaires. Sauf que les USA ne veulent pas parce que principalement ils sont paralysés par leurs dissensions et contradictions intérieures, et que par ailleurs ils préfèrent encore etre mis devant le fait accompli par un rival que se faire tordre le bras par un de leurs alliés vassaux.


  11. Nicolas Le 04 décembre 2015 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Je suppose qu’on n’a toujours pas le droit de dire que le parti [Modéré : Eh non, on ne peut pas, on ne fait de politique politicienne dans les commentaires…]


  12. Sanya Le 04 décembre 2015 à 10h22
    Afficher/Masquer

    C’est quoi la politique politicienne ? Il voulait dire quoi Nicolas ?

    Il ne faut pas aller voter dimanche prochain, c’est trop politicien. Ne nous abaissons pas au politicien. Restons devant notre ordinateur à papoter, c’est plus efficace, c’est plus pragmatique pour faire évoluer les choses positivement.


    • Nicolas Le 04 décembre 2015 à 10h49
      Afficher/Masquer

      La politique politicienne, selon le garde-chiourme, c’est quand un parti fait des analyses cohérentes et en plein accord avec ce qu’on raconte dans ce blog. J’étais en train de me dire que je devrais apporter de nouvelles contributions au blog, l’atmosphère psychorigide simplifie mon choix.


      • anne jordan Le 04 décembre 2015 à 23h35
        Afficher/Masquer

        mais non , Nicolas , allez y ! vous m’avez manqué ; ( je suppose que vous êtes celui qui nous avait bien éclairés sur l’Ukraine )

        vos contributions peuvent arriver à nos chastes oreilles sans que vous citiez nommément un parti , non ?
        et puis , quoi , on est à la veille d’élections , donc obligation de neutralité !


    • Sanya Le 04 décembre 2015 à 11h24
      Afficher/Masquer

      Sauf qu’aujourd’hui il y a urgence. Il y a des moments où on n’a plus le droit le laisser passer le coche.

      Il y a des moments où il est impératif de savoir prendre une décision (le silence des pantoufles etc. Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. etc.)

      Il y des moments singuliers de crises, de menaces graves, de péril, de danger, d’injustice qui impose un minimum d’action concrète.

      En 1940, certains ont fait le choix qui s’imposait (de Gaulle). D’autres ont choisi la collaboration (Pétain). La majorité n’a sans doute rien fait.

      On vit aujourd’hui une situation qui nous mène vers la dictature et la guerre. Il est temps de se positionner concrètement, de faire le choix qui s’impose et pour l’instant sans prendre de trop grands risques. Ce n’est pas sûr que ça dur.

      Est-ce que le garde chiourme n’ose pas se prononcer ? Est-ce qu’il considère qu’il ne vaut mieux pas aller voter ? Est-ce que le garde chiourme a une meilleure solution plus rapide et pragmatique ? Se sent-il plus à l’aise dans des pantoufles ?


      • Astatruc Le 04 décembre 2015 à 13h28
        Afficher/Masquer

        Bonjour Sanya,
        En effet il y a urgence, je pense comme vous.
        Cependant dire au modérateur”garde chiourme” c’est un peu exagéré., surtout qu’ils sont nombreux, à qui cela s’adresse t-il exactement?
        Il y a plein de partis (pas connus ou peu)qui prônent la sortie de l’UE et l’Euro.

        Votre exigence qu’il se prononce est comment dire…impertinente.
        ça ne vous regarde tout simplement pas, à mon avis.


        • Sanya Le 04 décembre 2015 à 13h37
          Afficher/Masquer

          Je ne demande pas que celui qui a modéré le commentaire se prononce, je lui demande de laisser ceux qui se prononcent se prononcer et de justifier sa censure avec des arguments valables.

          Pourquoi ne pas faire le tour des partis disponibles “sur le marché” avec une critique argumentée sur leur “efficacité”, leurs mensonges, leurs manipulations etc… (comme dans 50 millions de consommateurs) ?


  13. Yannick Le 04 décembre 2015 à 10h40
    Afficher/Masquer

    “la raffinerie turque de Batman”

    Si ça, c’est pas une preuve que les Etats-Unis sont derrière…
    Et je suppose que Robin se charge d’amener le pétrole en Turquie ^^


  14. Eleutheria Le 04 décembre 2015 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Notez que quand les États-Unis accusent les Russes d’envoyer des troupes en Ukraine, il faut les croire sur parole. Quand les Russes accusent les Turcs de trafiquer avec l’État Islamique, ils fournissent un poil plus d’éléments tangibles…


    • Crapaud Rouge Le 04 décembre 2015 à 14h43
      Afficher/Masquer

      Oui, cette différence de traitement saute aux yeux, et Poutine veut manifestement y mettre fin. Que la CIA ait pu “démentir” en bloc le dossier est un acte vexatoire. Encore une fois, que l’on soit fan ou pas de Poutine, que les Russes ne soient pas plus des anges que les Occidentaux, n’ôte rien au fait que Russie et Chine sont de grandes puissances, et qu’à ce titre l’on ne peut pas ignorer leurs prises de position.


  15. stephp Le 04 décembre 2015 à 14h02
    Afficher/Masquer

    Bon, l’OTAN ne lâche pas l’affaire. Les presse-système étouffe la complicité de la Turquie. Les Russes ont beau afficher les preuves accablantes qu’ils possèdent cela ne change rien aux déclarations et à la politique du bloc étatzuniens. On va vers le grand clash (chaleur et lumière) à une vitesse jamais atteinte auparavant (la crise des missiles de 1962 à coté ça semble bien gentil, finalement). Bon on fait quoi ? une idée ?


  16. Crapaud Rouge Le 04 décembre 2015 à 14h16
    Afficher/Masquer

    Tu manques sérieusement d’objectivité, Olivier, tu as lu tous les articles de Sputnik sauf celui qui nous apprend que les US ont démenti tout le dossier. Ils n’ont pas de preuves, étant entendu que celles de la Russie comptent pour du beurre, ce n’est pas elle le shérif de la planète. 🙂


  17. Lulu Bâille Le 04 décembre 2015 à 18h19
    Afficher/Masquer

    En effet, tout va TRES bien, je dirais même !
    Pour cause : un article génial du Figaro intitulé : “La France achète-t-elle du pétrole de Daech ?”

    http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2015/12/04/29002-20151204ARTFIG00010-le-petrole-de-daech-peut-techniquement-atteindre-la-france.php

    On peut relever notamment :

    “Manuel Valls «ne le croi(t) pas» tandis qu’Alain Juppé ne «serai(t) pas étonné».”

    “l’ambassadrice de l’Union européenne en Irak, Jana Hybaskova, a déclaré devant la commission des affaires étrangères du Parlement européen: «Malheureusement, des États membres de l’Union européenne achètent (l)e pétrole (de Daech, NDLR)», sans les citer nommément car «ce sont des informations qui ne sont pas publiques».”

    Et puis :
    “les services extérieurs européens répondaient [en 2014]: «Il n’y a aucune preuve», arguant qu’il est difficile de tracer parfaitement l’origine du pétrole. Plus d’un an après, aucune avancée du côté des instances européennes.”

    Mais aussi :
    “dans ses meilleurs jours, Daech a pu produire jusqu’à 150.000 barils par jour, mais aujourd’hui, le groupe djihadiste -AFFAIBLI PAR LES FRAPPES INTENSIFIEES DE LA COALITION INTERNATIONALE visant les infrastructures pétrolières et les voies d’acheminement -, ne produirait plus qu’entre 20.000 et 35.000 barils par jour”
    Comment dire… la Russie, c’est donc une coalition internationale à elle toute seule ?

    Déconcertant…


    • languedoc30 Le 04 décembre 2015 à 21h17
      Afficher/Masquer

      Ils s’approprient les frappes russes, comme ils ont l’intention de s’approprier la victoire sur daesh, alors que ce sont les russes qui auront fait plus des 3/4 du boulot. Les anglais ont dit qu’ils envoyaient quelques avions pour participer, afin que les russes ne puissent pas s’octroyer la victoire. Plus mesquins, tu meurs.


  18. stef1304 Le 04 décembre 2015 à 22h25
    Afficher/Masquer

    La Turquie n’a pas pu faire ça tout seul…
    Il faut arrêter le délire.
    Derrière la Turquie, il y a les Etats-Unis et “nous”.
    Rappelons encore une fois la Turquie est membre de l’OTAN et à ce titre, elle est surveillée par son allié américain.
    Si elle agit de la sorte, c’est, au mieux, avec assentiment tacite des USA, au pire, avec la collaboration active et l’encouragement actif des américains.

    Par ailleurs, je me joins au point de vue de ceux qui affirment qu’il s’agit de vol et de recel. Et que de ce point de vue, effectivement, l’Europe ET la France devraient déjà mener une enquête publique. Et que, si elle ne le fait pas, c’est clairement qu’elle trempe dans la combine.

    Rappelons à ce propos, que la provenance du pétrole, comme les particularités individuelles de l’ADN, est identifiable. Et que, en bon receleur, la Turquie, si elle craignait pour sa sécurité, aurait gardé le pétrole en Turquie pour sa consommation intérieure.

    Bref, après l’Arabie Saoudite et le Quatar, nous voilà associé à ceux qui soutiennent les terroristes, et qui les financent. Encore une fois, après un acte de guerre en plein Paris, avec plus de 500 tués et blessés, qu’attend le gouvernement pour se rebeller et agir ?!?


    • Alain C Le 05 décembre 2015 à 15h01
      Afficher/Masquer

      Qu’attend Le Peuple pour se rebeller et agir ?


Charte de modérations des commentaires