Les Crises Les Crises
20.novembre.201420.11.2014 // Les Crises

L’actualité des éconoclastes

Merci 0
J'envoie

Communiqué

Les Econoclastes organisent leur première conférence à Genève le 5 décembre… et sont fiers de vous annoncer le renfort de 7 nouvelles recrues .

Alors que se profile dans moins de 3 semaines la « grande première » d’un cycle de tables rondes qui fera escale dans plusieurs capitales européennes, le Think tank « Les Econoclastes » s’agrandit.

Il s’enrichit de la venue de l’économiste Jacques Sapir Directeur d’études à l’EHESS – spécialiste de la Russie-, Jean Marc Daniel Ingénieur Polytechnique, ENSAE, ESCP et économiste, Jean Borjeix stratégiste associé gérant de Platinium Gestion , Liliane Held Khawam économiste d’entreprise, Raphaël Rossello spécialiste en fusions acquisitions, Nicolas Meilhan -Ingénieur Conseil Energie & Transport-, Benjamin Louvet -Directeur Général délégué de la société Prim’Finance et spécialiste des matières premières- Avant de les retrouver en « Live » le 5 décembre, vous pouvez découvrir le fruit de leurs toutes dernières cogitations sur le site http://leseconoclastes.fr/

Pour la première conférence des Econoclastes à Genève: passage au crash-test de l’action des banques centrales.

Que sont les ECONOCLASTES
Ces questions, comme beaucoup d’autres qui agacent ceux et celles qui postulent qu’il « n’y a pas d’alternative » -pour reprendre la célèbre formule de Margaret Thatcher-les membres des Econoclastes se les posaient individuellement depuis plusieurs années.

A force de confronter leur expérience au hasard de leur rencontre sur des plateaux de télévisions, des émissions de radios, des conférences sur diverses thématiques économiques, ils n’ont pas mis très longtemps à découvrir qu’ils partageaient de nombreux points de vue convergents, bien que provenant de cursus universitaires et professionnels très différents.

Ce sont les auditeurs et les spectateurs eux-mêmes qui au travers de leurs messages et encouragements ont poussé ces francs-tireurs à unir leur passion pour les débats sans tabou, leur sens critique et leur volonté de trouver des solutions « out of the box » pour former « Les Econoclastes ».

Une de leur caractéristique commune est de mettre en lumière l’incapacité de débattre « sur le fond » de ceux qui se complaisent dans leur rôle d’apôtres de la « Pensée Unique », une autre -et pas des moindres-, est de produire des analyses anticonformistes et d’oser théoriser des scénarios « improbables » qui ne le demeurent que provisoirement… parce que le jeu économique est faussé et le public désinformé de façon parfaitement délibérée.

Et en la matière, la règle qui s’impose est: « plus c’est gros, mieux ça passe », ou « il n’est de plus efficace mensonge que celui qui bénéficie de l’incrédulité des victimes ».
Afin de mener à bien notre krach-test concernant l’action des banques centrales, nous ferons appel à toutes les disciplines qui constituent nos cœurs de métier respectifs : géopolitique, démographie, sociologie, environnement et énergie.

Au plaisir de vous retrouver très prochainement sur notre site ou lors de nos conférences,

Suivez nous également via les réseaux sociaux

Twitter : @leseconoclastes

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCDfdKp … lSsEsl-ZPw

Facebook : https://www.facebook.com/leseconoclastes

Google + : https://plus.google.com/110317676151971318279/about

Contactez nous à info@leseconoclastes.fr

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pierre Davoust // 20.11.2014 à 00h17

Cher M. Berruyer…
Vous êtes sûrement modeste. Mais vous faites partie de ces iconoclastes qu’on a plaisir et grand intérêt à suivre et à écouter, ne serait-ce que pour leurs qualités pédagogiques…

31 réactions et commentaires

  • Les-crises.fr DT // 20.11.2014 à 00h13

    Excellent. Si tout va bien j’y serais 🙂

      +1

    Alerter
  • Pierre Davoust // 20.11.2014 à 00h17

    Cher M. Berruyer…
    Vous êtes sûrement modeste. Mais vous faites partie de ces iconoclastes qu’on a plaisir et grand intérêt à suivre et à écouter, ne serait-ce que pour leurs qualités pédagogiques…

      +10

    Alerter
  • Benjamin // 20.11.2014 à 00h30

    La conférence sera-t-elle publique? M. Berruyer vous y serez?

      +0

    Alerter
  • Abemus // 20.11.2014 à 05h43

    Pour M. Berruyer la question ne se pose pas puisqu’il fait partie de l’équipe.

      +1

    Alerter
  • Rmei // 20.11.2014 à 05h58

    Je suis étonné que Monsieur Jean Marc Daniel vous ait rejoint.

      +8

    Alerter
    • anne jordan // 20.11.2014 à 15h49

      @Rmei , moi aussi !
      pour avoir écouté J.M Daniel , maintes fois chez Calvi ( ! ) , je suis étonnée , mais pas choquée : il est bon de n’avoir pas un son unique .
      En tout cas , il a un sourire charmant !

        +0

      Alerter
  • Charles Michael // 20.11.2014 à 06h32

    Je regarde toujours les vidéos des “misellannées” , oeuvre de salubrité mentale, en résonnance avec la désintox pratiqué sur ce site, donc merci encore.
    Il y aurait beaucoup à dire sur les convergences des discours officiels, la narrative, sur la situation économique et geopolitique, la symétrie des représentations entre le TINA (bon) et Putin (mauvais).
    Dans ce jeu de mirroirs l’axe central, le point G., rarement décrit comme tel, est depuis 1971/73 le problème des énergies fossiles. Une impasse déterminante entre flux physiques et prix acceptables. Ceci entrainnant d’une façon concomittante la recherche de nouvelles sources et la création d’outils financiers de plus en plus dérivés.

    Pour passer de la dénonciation indispensable à la ou les propositions, les éconoclastes devront s’attaquer au tabou de la croissance infinie. Si on arrive à voir les deux mirroirs en même temps: économie et énergie, il est clair que la décroissance déjà réelle, est le futur le plus envisageable.

      +3

    Alerter
    • RGT // 21.11.2014 à 21h45

      @ Charles Michael : “Pour passer de la dénonciation indispensable à la ou les propositions, les éconoclastes devront s’attaquer au tabou de la croissance infinie”.

      Ce DOGME de la croissance infinie m’a toujours interpellé, et depuis plus de 30 ans…
      Pourtant à l’époque, il y avait encore de la croissance, mais quelque part dans mon esprit ça me semblait très suspiscieux.

      Intellectuellement je n’arrive pas à conceptualiser une croissance infinie dans un environnement fini et avec des ressources finies…
      Il faut quand même préciser que je suis très bête, voire à la limite inférieure de la débilité mentale.

      Si quelqu’un pouvait m’expliquer comment faire de la croissance infinie avec des mots simples (à cause de ma bêtise et de mon inculture) je suis preneur.

      En attendant je paraphrase Einstein : “Deux choses sont infinies : l’Univers et la croissance en économie. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue”.

        +0

      Alerter
  • Bertrand // 20.11.2014 à 08h01

    Je me réjouis que les rangs des Econoclastes se renforcent! Malheureusement je ne pourrai être présent à cette première conférence.

      +0

    Alerter
  • papy // 20.11.2014 à 08h31

    Genève ? C’est le petit hameau de l’Aisne ?
    Pour une première, le symbole n’est pas évident.
    Il y a notre ami suisse Thomas Veillet, mais quand-même …

      +1

    Alerter
    • Papagateau // 21.11.2014 à 19h29

      C’est pas plutôt dans l’Ain ?
      Préfecture Bourg-En-Bresse, mondialement connue pour ses poulets.
      Ah ! Bourg-En-Bresse et ses poulets que tout le monde nous envie. Mais rassurez-vous, ici, le secret est bien gardé.
      Les américains n’en sauront rien, car ici, un secret est un secret …

        +0

      Alerter
  • BA // 20.11.2014 à 08h31

    Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, la création de monnaie par les banques centrales n’a eu aucun effet positif sur l’économie réelle.

    En revanche, cette énorme augmentation de la base monétaire a eu des effets positifs pour :

    1- les Bourses : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans la Bourse, ce qui a créé de gigantesques bulles boursières.

    2- les dirigeants politiques : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans les obligations d’Etat, ce qui a fait baisser le taux des obligations d’Etat. Conséquence : les dirigeants politiques ont pu continuer à emprunter des centaines de milliards supplémentaires, ce qui a créé de gigantesques bulles de dette publique.

    Les trois questions qui se posent :

    1- QUAND ces bulles boursières vont-elles éclater ?

    2- QUAND ces bulles de dette publique vont-elles éclater ?

    3- COMMENT se protéger lorsque ces bulles éclateront ?

    Personne ne sait la réponse des questions 1 et 2. Mais nous avons deux indices concernant la question 3.

    Ces derniers jours, nous avons appris que l’ancien président de la banque centrale des Etats-Unis, Alan Greenspan, avait déclaré : « Les QE n’ont pas aidé l’économie, le dénouement sera douloureux, achetez de l’or »

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/marches-quand-alan-greenspan-broie-du-noir-601385.html

    Et nous avons appris que la présidente de la banque centrale de Russie, Elvira Nabiullina, avait déclaré que la Russie achetait de plus en plus d’or. Elle a ajouté que la Russie allait continuer à acheter de plus en plus d’or.

    Regardez le graphique :

    http://www.zerohedge.com/news/2014-11-19/gold-rises-after-unusual-russian-central-bank-gold-buying-announcement

      +6

    Alerter
    • Alex Hanin // 20.11.2014 à 10h32

      Si, comme vous le reconnaissez vous-même avec aigreur, les banques centrales ont les moyens de racheter autant de dette publique qu’elles le souhaitent, on voit mal comment la “bulle de la dette publique” pourrait éclater. Vous voulez peut-être parler d’hyperinflation, mais ce n’est pas du tout la même chose et on en est plus loin que jamais.

        +1

      Alerter
      • BA // 20.11.2014 à 14h33

        Parce qu’un Etat NE peut PAS consacrer un pourcentage de plus en plus haut de son budget au paiement des intérêts de sa dette.

        Et il arrive toujours un moment où tel ou tel chef de l’Etat (ou tel ou tel chef de gouvernement) finit par dire : “Stop. Je ne paie plus.”

        La question est : “QUAND cela va-t-il arriver ?”

          +3

        Alerter
        • Alex Hanin // 20.11.2014 à 15h28

          Il s’agit effectivement d’une décision politique. Le terme “bulle” n’est pas approprié.

          Cela dit, les moyens financiers en yens du gouvernement japonais sont infinis si la BoJ suit. La BoJ peut racheter du jour au lendemain l’intégralité de la dette japonaise si elle le souhaite. Il faut arrêter de faire croire que le gouvernement japonais a des pièces d’or dans une bourse qui est sur le point de se vider.

            +2

          Alerter
    • Balthazar // 20.11.2014 à 17h40

      @ba:
      Je suis souvent vos interventions avec intérêt. J’ai cru comprendre que vous participez aussi au blog a lupus.
      Après maintes lectures de vos articles, j’en suis venu à ne plus redouter la grande crise financière.
      Je n’ai pas acheté d’or (peur qu’on me le vole), je suis propriétaire, actif, et si la bourse dévisse de 50 ou 90% (peu m’importe), et alors ?
      Si les états font défaut sur leurs dettes, et alors ?
      C’est un problème de riches gens, pas des 90% de la population.
      Le probleme que je vois, c’est surtout les banques et LEUR monnaie.
      Si la grande crise financière eclate enfin et les balaie, et bien tant mieux.
      Il vaut mieux une fin horrible (et une renouveau) qu’une horreur sans fin !

        +2

      Alerter
  • Alex Hanin // 20.11.2014 à 09h47

    J’ai écouté une interview de Pierre Sabatier sur le site des Econoclastes, je n’ai pas trouvé ça très convaincant, ni très iconoclaste d’ailleurs.

    Il explique qu’à force d’accumuler des déficits, le gouvernement japonais a fini par épuiser l’épargne jadis élevée du secteur privé, ce qui contraint la BoJ à faire tourner la planche à billets. Un graphique indiquant que le taux d’épargne des ménages ne cesse de se réduire s’affiche pour appuyer ses dires. C’est évidemment une ineptie, puisqu’un déficit public est un surplus privé. Si le taux d’épargne des ménages se réduit, c’est que les actifs financiers créés par les déficits publics ont pris la forme d'”épargne” des entreprises.

    Sabatier poursuit en précisant que le Japon connaîtra d’après lui le même sort que l’Argentine, mais “pas tout de suite”. Ça fait 20 ans qu’on promet au Japon le même sort que l’Argentine… dans un certain temps. Ces prophéties jamais démenties parce que personne ne s’aventure à donner une date précise commencent à bien faire. Peut-être le Japon finira-t-il comme l’Argentine, je n’en sais rien, je ne suis pas Nostradamus, mais qu’on prenne au moins la peine d’appuyer l’argument sur des bases un peu plus solides que le sempiternel “crowding out”.

    Tant que le gouvernement japonais s’endettera en yens, il pourra financer ses déficits. Le risque, c’est une inflation excessive. On en est encore très loin au Japon.

      +3

    Alerter
  • nebul_eu // 20.11.2014 à 10h07

    Un petit caillou dans la chaussure…

    C’est emm….

    Bonne continuation et merci

      +0

    Alerter
  • Louve Bleue // 20.11.2014 à 11h32

    Et si ils donnaient des conseils de procédure pour les gens du Donbass, comment se prendre en charge économiquement quand on arrive à une indépendance totale et brutale ? Non ? Je dis des sottises ?

      +6

    Alerter
    • Charles Michael // 20.11.2014 à 15h24

      J’ai l’impression qu’ils ont de fortes inclinaisons auto-gestionnaire, proche du communisme libertaire.
      En fait il y a un précédent historique qui présente pas mal de similitudes: le décret de collectivisation de l’économie catalane pendant la guerre civile espagnole, sous l’égide du CNT, le syndicat ouvrier anarchiste.
      ( Daniel Guérin, Ni Dieu, ni Maître – Anthologie de l’Anarchisme, tome II page 126 – à lire aussi
      programme de la fédération des collectifs d’Aragon p111 – éditions La Découverte.poche).

      Je ne suis pas sur que les éconoclastes en soient là.

        +1

      Alerter
      • anne jordan // 20.11.2014 à 16h00

        AH… le communisme autogestionnaire , voilà une idée qu’elle est bonne ! ( pour le Donbass , comme pour nous )
        d’où tenez vous cette info , @charles michael ?
        serait ce en rapport avec l’héritage de Makhno ?
        En tout cas , ils n’ont guère le choix : plus de retraites , plus de services publics , c’est la décroissance subie .
        Alors suite à la suggestion de @louvebleue , et , en attendant que les éconoclastes puissent s’occuper d’eux , je prie les russophones présents ici de bien vouloir leur transférer les liens -en anglais – sur ” VILLES EN TRANSITION “http://en.wikipedia.org/wiki/Transition_town
        ça peut être une 1e solution

          +2

        Alerter
        • Charles Michael // 20.11.2014 à 17h06

          Comment ne pas relier les séparatistes, leurs renforts internationaux à la fois aux brigades internationales d’Espagne et à la lutte de Makno et ses partisans.
          Parceque la Mkhnovissa se passe au Donbass.
          Alors j’étais justement en train de relire les textes décrivant le fonctionnement, l’établissement de ses communes.
          Et ça part du bas vers le haut, juste le contraire d’un pouvoir administré, d’une groupe gouverné par des gouvernants.

          donc plus d’oligarques.

            +2

          Alerter
  • LA ROQUE // 20.11.2014 à 12h35

    Ce n’est pas parce qu’il n’est pas économiste qu’il n’a rien à dire, bien au contraire .
    Il a des points de vue très intéressant et il se donne beaucoup de mal également pour éveiller les consciences, il aurait tout à fait sa place dans ce think thank .

      +3

    Alerter
  • Paola44 // 20.11.2014 à 15h47

    Il faudrait qualifier les Éconoclastes d’autre chose que de “Think tank”. Même si au départ, la dénomination est juste, elle est bien galvaudée et a une connotation très négative, notamment dans l’info alternative. Ça va devenir compliqué s’il y a des bons Think tank et des mauvais Think tank…

      +8

    Alerter
  • Sumbawa // 20.11.2014 à 20h09

    Ne commençons à faire une liste de qui doit y être ou ne pas y être.
    7 nouvelles recrues, c’est déjà bien , laissons les choses évoluer.

      +0

    Alerter
  • Ours Blanc // 20.11.2014 à 21h09

    Oui, et je rajouterais aussi Bernard Friot :

    http://www.youtube.com/watch?v=cjL1MuE5wpI

      +2

    Alerter
  • douarn // 20.11.2014 à 21h48

    (zut message parti intempestivement…)
    Je suis très mal à l’aise avec la conclusion de M. Meilhan sur l’efficacité énergétique de l’Europe en disant que la Grèce a réduit sa conso d’énergie… (ouaiiih vive l’Europe qui va bien finir par nous couper du gaz russe si ça continu). J’oscille entre de l’humour maladroit et un état d’esprit empreint de supériorité et de condescendance, celui d’un économiste mainstream bardé de diplômes ronflants encadrés et exposés sur le mur du fond de son bureau et dont je m’interroge sur la présence chez les éconoclastes.

    Les grecs en ont pris plein la figure alors que ce drame aurait pu être évité/adouci s’il n’y avaient pas eu la préservation d’intérêts mesquins à plus ou moins court terme en ligne de mire. Les grecs ont du mal à se soigner, un chômage incroyable (26,4%), une fécondité et une démographie en berne (stagnante à ~10,7 millions depuis 2010) … et M. Meilhan parle d’efficacité énergétique… faut oser quand même.
    http://leseconoclastes.fr/2014/10/video-nicolas-meilhan-energie-du-future-universite-dete-2014-2/

    Pourquoi ne pas évoquer le cas de Cuba à la chute du mur en 1990. Cuba a vu sa conso de pétrole russe réduite à peau de chagrin !! Les cubains ont alors adopté des alternatives collaborative (transport, santé, éducation) et plutôt intelligente (agroforesterie, permaculture) lors de ce choc énergétique… pardon je voulais dire “efficacité énergétique”. Les grecs subissent, dans un cadre libéral où le restant des maigres ressources encore disponibles fait l’objet d’âpres combats au détriment des plus faibles. Pourquoi ne parle t on pas de Cuba, parce que c’est un model de société communiste? Il faut relire ici Orlov pour percevoir que les sociétés néolibérales présentent un risque beaucoup plus grand en cas de choc énergétique important
    https://www.youtube.com/watch?v=KEF19NV_3SE

    (pardon je suis fâché)

      +4

    Alerter
    • Nicolas Meilhan // 08.12.2014 à 23h12

      L’objectif de cette conclusion sur la Grèce était de provoquer et de dire ceux que ceux qui prônent l’austérité prônaient en fait la décroissance tout en s’insurgeant contre ceux qui prônent la décroissance.

      Plus que de l’efficacité énergétique, c’est surtout de la sobriété énergétique dont il s’agit.

      Vous avez raison cependant – l’exemple de Cuba est plus approprié et je l’utiliserai à la prochaine occasion car c’est le laboratoire du futur avec ce qui risque de nous arriver dans un futur plus ou moins proche – être rationnés pour ne pas dire privés d’énergie

        +0

      Alerter
  • fanfan // 20.11.2014 à 22h43

    et Pierre Rabhi ?

      +1

    Alerter
  • boduos // 20.11.2014 à 23h29

    des éconoclastes pour nos éconocroques ,ça me va bien.
    l’originalité de cet atelier de discussions orientées ou informelles animées par une équipe pluridisciplinaire et non conformiste ne peut que produire de bonnes découvertes iconoclastes.
    j’ai apprécié l’éclairage de Nicolas Meilhan sur les rapports constants de consommation que les différentes énergies ont entre elles.Il les projettent a 2050 et nous matérialise l’inertie de ces proportions
    il ne l’évoque pas dans cette vidéo,mais on peut rappeler les proportions entre les différents types utilisation des 154 Mtep brulées en France chaque année depuis 10 ans:
    -industrie 20%
    -résidentiel et tertiaire(69 Mtep) soit 46%
    -transport :32%
    -agriculture :2%
    on constate que la transition énergétique à portée de la population concerne les 46% principalement imputable au chauffage .
    Un vrai pro du chauffage vous expliquera qu’il est possible,en respectant les règles de l’art et en subissant pas de pression de la part des lobbys en tout genre(bailleurs sociaux,…bureaux d’études “maqués” comme ça se dit dans le métier,… des fabricants de matériaux,des élus…et des incapables) de réduire les standards de consommation de 70% dans le neuf et de 40% dans l’ancien.
    Ségolène doit le savoir mais je ne suis pas sur qu’elle puisse maitriser la bonne utilisation des subventions en raison des inerties corporatistes rencontrées et de l’absence de contrôle efficace.
    Ces freins sont de toutes natures : architectes et artisans peu ouverts aux avancées techniques (puits canadiens,plancher basse température,plafonds ou murs rayonnants…réversibles en climatisation) isolation par réflexion …
    marchands de matériaux routiniers qui ne souhaitent pas diversifier leur stock et fabricants amortissant jusqu’à la corde leur outil de production.Un seul exemple,la laine de verre incompatible avec l’idée de développement durable et qui nous prépare un scandale sanitaire au moins équivalent a l’amiante (pour les poseurs).
    C’est ici qu’on voit qu’un cercle de réflexion et d’information convivial sur le net (les econoclastes)peut former des consommateurs a exiger (de leurs prestataires )une utilisation optimale des techniques pas si nouvelles pour certaines.
    j’espère que nos “éconoclastes “pourront agréger des compétences techniques expérimentées a leur think tank .
    50% de 69 Mtep ,ça serait sympa!

      +1

    Alerter
  • Audren de Kerdrel // 21.11.2014 à 23h05

    Il y a aussi des personnes comme Charles Gave, Jean Marc Jancovici et un économiste qui monte…. en la personne de Gaël Giraud

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications