Les Crises Les Crises
26.octobre.201826.10.2018 // Les Crises

L’Arabie Saoudite prévoyait d’envahir le Qatar l’été dernier. Rex Tillerson a probablement perdu son poste en l’empêchant

Merci 733
J'envoie

Source : The Intercept, Alex Emmons, 01-08-2018

 

Photo : Saul Loeb/AFP/Getty Images

Treize heures avant que le secrétaire d’État Rex Tillerson n’apprenne, par le biais du fil Twitter présidentiel, qu’il était congédié, il avait fait quelque chose que le président Donald Trump avait été réticent à faire. À la suite d’un appel téléphonique avec son homologue britannique, M.Tillerson a condamné une attaque mortelle à l’agent neurotoxique au Royaume-Uni, affirmant qu’il avait « une confiance totale dans l’enquête du Royaume-Uni et son estimation que la Russie était probablement responsable ».

Sarah Sanders, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, avait qualifié l’attaque de « irréfléchie, aveugle et irresponsable », mais elle n’était pas allée jusqu’à à accuser la Russie, ce qui a amené de nombreux médias à penser que Tillerson avait été licencié pour avoir critiqué la Russie.

Mais dans les mois qui ont suivi son départ, la presse a fortement suggéré que les pays qui faisaient le plus pression pour la mise à l’écart de Tillerson étaient l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, tous deux frustrés par les tentatives de Tillerson de faire office de médiateur et de mettre fin à leur blocus du Qatar. Un rapport du New York Times a même suggéré que l’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington savait que Tillerson serait écarté de force trois mois avant d’être effectivement renvoyé au mois de mars.

The Intercept a été informé d’un événement qui n’avait pas été signalé jusqu’à présent et qui a provoqué la colère des EAU et de l’Arabie Saoudite contre Tillerson, un événement qui pourrait avoir joué un rôle clé dans sa mise à l’écart. Au cours de l’été 2017, plusieurs mois avant que les alliés du Golfe ne commencent à faire pression pour son éviction, Tillerson est intervenu pour contrecarrer un plan secret initié par les Saoudiens et soutenu par les Émirats arabes unis pour envahir le Qatar, selon un membre actuel de la communauté du renseignement américaine et deux anciens fonctionnaires du département d’État, qui ont tous refusé d’être nommés, invoquant le caractère sensible de cette question.

Dans les jours et les semaines qui ont suivi la coupure des liens diplomatiques entre l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte, Bahreïn et le Qatar, et la fermeture de leurs frontières terrestres, maritimes et aériennes avec ce pays, M. Tillerson a passé une série d’appels téléphoniques pour exhorter les autorités saoudiennes à ne pas prendre de mesures militaires contre ce pays. La vague d’appels de juin 2017 a été signalée, mais le département d’État et la presse de l’époque les ont décrits comme faisant partie d’un vaste effort pour résoudre les tensions dans le Golfe, et non comme une tentative de Tillerson pour éviter une opération militaire dirigée par les Saoudiens.

M. Tillerson a passé une série d’appels téléphoniques exhortant les autorités saoudiennes à ne pas engager d’action militaire contre le Qatar.

Selon les sources de The Intercept, lors de ces appels, M. Tillerson, qui a eu de nombreux contacts avec le gouvernement qatari en tant que PDG d’Exxon Mobil, a exhorté le roi saoudien Salmane, son bras droit le prince héritier Mohammed ben Salmane, et le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir à ne pas attaquer le Qatar ni à intensifier les hostilités. M. Tillerson a également encouragé le ministre de la défense Jim Mattis à appeler ses homologues en Arabie saoudite pour leur expliquer les dangers d’une telle invasion. La base aérienne d’Al Udeid, près de Doha, la capitale du Qatar, est le quartier général avancé du Commandement central américain et abrite quelque 10 000 soldats américains.

Les pressions exercées par Tillerson ont fait reculer Mohammed ben Salmane, le dirigeant de fait du pays, qui craignait que l’invasion ne porte atteinte aux relations à long terme entre l’Arabie saoudite et les États-Unis. Mais l’intervention de Tillerson a rendu furieux Mohammed ben Zayed, le prince héritier d’Abu Dhabi et véritable dirigeant du pays, selon un responsable des renseignements américains et une source proche de la famille royale émiratie, qui n’a pas voulu être identifiée, invoquant des préoccupations sur sa sécurité

A la fin de ce même mois de juin, Mohammed ben Salmane sera nommé prince héritier, passant par dessus son cousin pour devenir le prochain prétendant au trône à la suite de son père âgé. Son ascension a marqué son influence croissante sur les affaires du royaume.

Des agents des services de renseignement qataris travaillant en Arabie saoudite ont, selon l’agent de renseignement américain, découvert le plan au début de l’été 2017. M. Tillerson a agi après avoir été informé, ainsi que l’ambassade des États-Unis à Doha, par le gouvernement qatarien. Plusieurs mois plus tard, des rapports des services de renseignement américains et britanniques ont confirmé l’existence de ce plan.

Ce plan, en grande partie conçu par les princes héritiers d’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis, et qui était probablement à quelques semaines de sa mise en œuvre, prévoyait le franchissement de la frontière terrestre du Qatar par des troupes terrestres saoudiennes et, avec le soutien militaire des Émirats arabes unis, la progression vers Doha sur une centaine de kilomètres. En contournant la base aérienne américaine, les forces saoudiennes se seraient alors emparé de la capitale.

Le 20 juin, la porte-parole du département d’État, Mme Heather Nauert, a déclaré aux journalistes que M. Tillerson avait eu « plus de 20 contacts téléphoniques et réunions avec des acteurs du Golfe et d’autres acteurs régionaux et intermédiaires », dont trois appels téléphoniques et deux réunions avec Adel al-Jubeir. « Plus le temps passe, plus le doute s’installe sur les mesures prises par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis », a-t-elle dit.

Un porte-parole du département d’État a déclaré à The Intercept la semaine dernière que « tout au long du différend, toutes les parties se sont explicitement engagées à ne pas recourir à la violence ou à des actions militaires ». Tillerson, joint par l’intermédiaire d’un assistant personnel, n’a pas répondu aux demandes d’interviews.

La porte-parole du Pentagone, la capitaine de corvette Rebecca Rebarich, a déclaré à The Intercept que bien que Mattis rencontre régulièrement le secrétaire d’État, « les détails et la fréquence de ces réunions sont confidentiels. »

« Le Département de la défense a clairement indiqué que les désaccords persistants dans le Golfe mettent en péril les priorités mutuelles en matière de sécurité régionale et il a encouragé toutes les parties à rechercher une solution », a dit Mme Rebarich. « Il est essentiel que le [Conseil de coopération du Golfe] retrouve sa cohésion et que les fiers pays du Golfe renouent avec un soutien mutuel grâce à un règlement pacifique qui assure une stabilité et une prospérité régionales accrues. »

Les porte-parole des ambassades d’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis n’ont pas répondu aux multiples demandes de commentaires. Un porte-parole de l’ambassade du Qatar à Washington n’a pas non plus répondu aux demandes d’entretiens de The Intercept. Aucune des informations contenues dans cet article n’a été fournie par des représentants du gouvernement qatari ou par des consultants en relations publiques rémunérés par ce pays.

Le plan d’invasion soulève des questions sur les tendances interventionnistes de deux des plus proches alliés des États-Unis et plus gros clients en armement. Ces dernières années, les deux pays ont montré leur volonté d’utiliser la force militaire pour remodeler la politique dans le Golfe, en intervenant au Bahreïn pour réprimer un soulèvement du « printemps arabe » en 2011 et en menant depuis trois ans, avec le soutien des États-Unis, une guerre qui a dévasté le Yémen.

Robert Malley, président-directeur général de Crisis Group et ancien conseiller du président Barack Obama pour le Moyen-Orient, a déclaré que depuis l’été 2017, les autorités qataries lui ont constamment dit que leur pays était menacé d’invasion.

« Il ne fait guère de doute que les hauts responsables qataris à qui j’ai parlé étaient convaincus – ou du moins agissaient comme s’ils étaient convaincus – que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avaient planifié une attaque militaire contre leur pays qui a été stoppée suite à l’intervention des États-Unis », a déclaré M. Malley à The Intercept.

Les tentatives de Tillerson pour désamorcer le conflit dans le Golfe divergeaient des signaux envoyés par la Maison Blanche. M. Trump a offert un soutien public sans réserve au blocus, tweetant que « ce sera peut-être le début de la fin de l’horreur du terrorisme ». Alors que M.Tillerson appelait les pays du Golfe à lever leur embargo, M. Trump déclarait aux journalistes que « le Qatar, malheureusement, a toujours financé le terrorisme à un très haut niveau ».

Selon un reportage, Tillerson était agacé par le fait que la Maison-Blanche sape ses efforts, et ses assistants soupçonnaient que la phrase figurant parmi les observations préparées de Trump dans la Roseraie de la Maison Blanche avait été écrite par l’ambassadeur des Émirats arabes unis, Yousef Al Otaiba, un acteur de poids à Washington qui, selon Politico, avait maintenu « un contact par téléphone et par email presque constant » avec Jared Kushner, le beau-fils de Trump, selon Politico.

« Des hauts responsables qataris à qui j’ai parlé étaient convaincus – ou du moins agissaient comme s’ils étaient convaincus – que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avaient planifié une attaque militaire contre leur pays. »

A l’époque, Kushner s’occupait personnellement d’une grande partie de la diplomatie de l’administration avec les États du Golfe, et les dirigeants de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis choisissaient de passer par lui plutôt que par les services de défense ou de renseignement américains. Kushner a communiqué directement avec les princes héritiers d’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis en utilisant le service de messagerie cryptée WhatsApp.

Certains observateurs du Golfe pensent que l’incitation à l’invasion prévue pourrait avoir été en partie financière. Le système de protection sociale de l’Arabie saoudite, « du berceau à la tombe », repose sur les prix élevés du pétrole, qui ont chuté en 2014 et ne se sont pas complètement rétablis. Depuis l’arrivée au pouvoir du roi actuel en 2015, le pays a dépensé plus du tiers de ses réserves de 737 milliards de dollars et, l’année dernière, l’économie saoudienne est entrée dans une récession douloureuse. En réponse, le gouvernement a cherché des moyens de lever des fonds, notamment en vendant des actions de la compagnie pétrolière publique Saudi Aramco

« Cela n’est pas viable », a déclaré Bruce Riedel, chercheur émérite à l’Institut Brookings et agent de la CIA pendant 30 ans, lors d’une conférence en novembre dernier. « Au cours des trois années qui se sont écoulées depuis que [le roi Salmane] est monté sur le trône, un tiers des réserves de l’Arabie saoudite a déjà été dépensé. Pas besoin d’avoir un MBA de la Wharton School pour comprendre ce que ça veut dire d’ici six ans. »

Si les Saoudiens avaient réussi à s’emparer de Doha, ils auraient pu avoir accès au fonds souverain de 320 milliards de dollars du pays. En novembre de l’année dernière, des mois après l’effondrement du plan, le prince héritier saoudien a rassemblé et détenu des dizaines de ses proches dans le Ritz-Carlton de Riyad, les obligeant à céder des milliards de dollars d’actifs détenus à titre privé. Le gouvernement a justifié ces détentions comme une mesure de répression contre la corruption, mais il a permis à l’État de récupérer des milliards de dollars d’actifs destinés au gouvernement.

A partir de l’automne 2017, les princes héritiers de Riyad et d’Abou Dhabi ont commencé à faire pression sur la Maison-Blanche pour que Tillerson soit démis de ses fonctions, selon une source proche de la famille royale émiratie et une autre source proche de la famille royale saoudienne.

Aucun des fonctionnaires actuels ou anciens interrogés par The Intercept n’avait une idée directe des raisons pour lesquelles Trump avait décidé de congédier Tillerson. Mais une source a dit à The Intercept que le timing – une semaine avant l’arrivée du prince héritier saoudien pour une visite très médiatisée à Washington – était important. Au cours de cette visite, MBS, comme on appelle le prince héritier, devait discuter de la crise du Qatar et des futures ventes d’armes avec l’administration.

Quatre des sources interrogées par The Intercept ont également fait état d’une campagne menée actuellement par les Émirats arabes unis pour tenter de provoquer le Qatar et une escalade de la crise. Le Qatar a continué de se plaindre des violations de son espace aérien par des avions des Émirats arabes unis, en détaillant ses accusations dans une lettre adressée à l’ONU plus tôt cette année.

Le harcèlement du Qatar par les Émirats arabes unis comprend également des insultes publiques grossières proférées par les dirigeants des Émirats contre la famille royale qatarienne. Ces moqueries émanent fréquemment du compte Twitter certifié de Hamad al Mazrouei, un haut responsable des services de renseignement émiratis et bras droit du prince héritier Mohammed ben Zayed. Le compte de Mazrouei publie fréquemment des tweets sexuellement suggestifs adressés à Mozah bint Nasser, la mère de l’émir du Qatar. Pas plus tard que la semaine dernière, Mazrouei a tweeté une vidéo d’un homme et d’une femme – avec les visages de Mazrouei et de Cheikha Mozah photoshoppés sur leur corps – se livrant à des ébats torrides.

Le contenu et l’effronterie des tweets de Mazrouei ont donné lieu à des spéculations dans les médias qataris selon lesquelles le compte serait en fait contrôlé par le prince héritier d’Abu Dhabi lui-même.

Photo du haut : Rex Tillerson, secrétaire d’État américain sortant, fait une déclaration après sa démission du département d’État à Washington, D.C., le 13 mars 2018.

Source : The Intercept, Alex Emmons, 01-08-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 26.10.2018 à 09h20

Il est clair qu’après le Yémen, attaquer le Qatar pouvait faire tâche surtout après tous le spectacle des droits internationaux suite à l’invasion du Koweït.

Les USA risquaient fortement de se trouver en totale contradiction avec leur attitude envers la Russie, ce qui pourrait complètement empêcher toute intervention en Iran basculant aux yeux du monde que le camp agresseur est toujours le même, cette agression étant difficilement dissimulable comme le Yémen.

J’imagine nos politiciens pris à contrepied vu les accords de défense signés avec le Qatar et devant soit défendre celui-ci contre les agresseurs ou baissant leur … et ruinant toute collaboration à venir.

https://www.observatoire-qatar.com/politique/item/449-la-france-et-le-qatar-signent-un-nouvel-accord-de-cooperation-militaire

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/qatar/la-france-et-le-qatar/

voir même de combattre aux côtés des russes

http://www.alterinfo.net/notes/Le-Qatar-signe-un-accord-de-defense-avec-la-Russie_b17869292.html

Ceci dit cela permettrait de faire tomber les masques mais à quel prix … ?

21 réactions et commentaires

  • DocteurGrodois // 26.10.2018 à 09h00

    “Tiens, et si on envahissait ce petit pays croupion juste à coté? Ça serait plié en deux jours et ça renflouerait les caisses.”
    Les Américains ont du rappeler à MBS que Saddam Hussein a eu la même idée géniale avec le Koweit. Mais à bout d’arguments, ils ont du lui dire: “attaque plutôt le Yémen, tout le monde s’en fout.”

    MBS a du trop regarder Scarface ou trop fréquenter les oligarques maffieux (ou les deux), et il multiplie les caprices violents dont les US ont de plus en plus de mal à assurer l’impunité.

    Ça sent la fin de règne, tout ça.

      +9

    Alerter
    • MDacier // 26.10.2018 à 09h06

      Il me semble que le conflit avec le Yémen date de plus longtemps

        +9

      Alerter
      • DocteurGrodois // 26.10.2018 à 10h17

        @MDacier
        Au temps pour moi, l’invasion Saoudite a commencé en 2015 mais n’a vraiment fait parler d’elle que sous Trump avec la fameuse photo autour du bulbe lumineux et la crise du Qatar qui a suivi. D’où ma confusion.

        C’est quand même d’autant plus inquiétant que MBS se soit cru capable d’attaquer le Qatar à un moment où même certains pays africains refusaient des pluies de dollars saoudiens pour envoyer leurs soldats au Yémen.
        C’était une idée profondément débile et dangereuse même pour un néocon, mais les US ont du jouer le jeu quasiment jusqu’au bout.

        Ça me fait penser à ces moment de la guerre froide où l’apocalypse nucléaire est évitée de justesse grâce a un éclair de bon sens.

          +1

        Alerter
  • Fabrice // 26.10.2018 à 09h20

    Il est clair qu’après le Yémen, attaquer le Qatar pouvait faire tâche surtout après tous le spectacle des droits internationaux suite à l’invasion du Koweït.

    Les USA risquaient fortement de se trouver en totale contradiction avec leur attitude envers la Russie, ce qui pourrait complètement empêcher toute intervention en Iran basculant aux yeux du monde que le camp agresseur est toujours le même, cette agression étant difficilement dissimulable comme le Yémen.

    J’imagine nos politiciens pris à contrepied vu les accords de défense signés avec le Qatar et devant soit défendre celui-ci contre les agresseurs ou baissant leur … et ruinant toute collaboration à venir.

    https://www.observatoire-qatar.com/politique/item/449-la-france-et-le-qatar-signent-un-nouvel-accord-de-cooperation-militaire

    https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/qatar/la-france-et-le-qatar/

    voir même de combattre aux côtés des russes

    http://www.alterinfo.net/notes/Le-Qatar-signe-un-accord-de-defense-avec-la-Russie_b17869292.html

    Ceci dit cela permettrait de faire tomber les masques mais à quel prix … ?

      +18

    Alerter
  • Jérôme // 26.10.2018 à 10h23

    Tout est certes relatif, mais on a là l’illustration concrète de ce que peut être un type bien dans un système criminel et de comment il peut agir dans un système criminel.

    Des fois, la moins mauvaise façon de faire, c’est de commettre et d’endosser un moindre mal pour empêcher un plus grand mal. Il semble que Tillerson ait été de cette eau-là.

    Tillerson et Flynn ont certes été empêchés depuis le début de faire la politique qu’ils voulaient mener et sur laquelle Trump avait fait campagne : apaiser la relation avec la Russie et arrêter les guerres de destabilisation. Tillerson a été débarqué beaucoup moins vite que Flynn parce qu’en tant qu’ancien PDG d’ExxonMobil, il pesait beaucoup plus lourd que Flynn qui n’etait Qu’un ancien chef d’une des 17 agences de renseignement US, bref un ancien soldat dans grande fortune.

    Mais dire des mots creux cautionnant le mensonge évident selon lequel Moscou était impliquée dans le ridicule empoisonnement mortel des Skripal miraculeusement guéris et sans séquelles, c’est un bien maigre prix à payer pour éviter une nouvelle guerre mettant encore plus à feu le Moyen-Orient.

      +9

    Alerter
  • Dominique65 // 26.10.2018 à 11h56

    « M. Trump déclarait aux journalistes que le Qatar, malheureusement, a toujours financé le terrorisme à un très haut niveau. »
    N’oublions pas que la plupart des assaillants du 11 /9/ 2001 étaient qataris e que les USA sont depuis cette date dans la guerre au terrorisme. 😉

      +5

    Alerter
    • John V. Doe // 26.10.2018 à 14h11

      Ils étaient Saoudiens, en fait. Et la soi-disant “guerre au terrorisme” fait bien plus de victimes que 9/11 et masque bien d’autres buts bien moins avouables, comme l’histoire récente l’a amplement prouvé. Mais bon, vous pouvez continuer à dire n’importe quoi, ne vous gênez pas 😀

        +15

      Alerter
      • Fabrice // 26.10.2018 à 17h50

        Je crois que Dominique65 fait de l’humour en faisant des changements avec la réalité comme nos médias ou gouvernements le font souvent mais bon pas sûr que ce soit bien adapté et formulé 🤔

          +8

        Alerter
    • traroh // 26.10.2018 à 15h23

      16 sur 20 étaient des Saoudiens. Il n’y avait pas un seul Qatari.

        +4

      Alerter
      • Dominique65 // 26.10.2018 à 18h14

        « 16 sur 20 étaient des Saoudiens »
        Mais alors, Trump nous mentirait, et les médias, dans leur silence assourdissant seraient complices !? Je ne peux le croire 😉
        @ Fabrice
        « pas sûr que ce soit bien formulé »
        Faudrait faire comme les gamins, multiplier les émoticônes. Allez, je m’y exerce : 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉
        Perso, je trouve ça plus puéril qu’explicatif, mais si il faut en passer par là…

          +7

        Alerter
    • Pollix // 26.10.2018 à 19h18

      ” Le Quatar finance toujours le terrorisme”, c’est pour cela qu’il y a une base US près de Doha ???

        +4

      Alerter
  • toto // 26.10.2018 à 12h00

    Article de propagande j’attendais mieux de ce site….
    La bonne blague, compte tenu du fait que les Saoudiens sont embourbé face à des Yéménites il est peu probable qu’ils aient tenté quoique ce soit contre un Qatar bien plus riche, bien mieux armé et de surcroît protégé par les Turcs et les Américains.
    De plus noter le timing de cette révélation qui tombe à point nommé après l’affaire khashoggi ( reporter qui au passant était pro guerre Yémen, et pour la partition de la Syrie via al bidule…) ou tout le monde est scandalisé par la mort d’un Saoudien en territoire Saoudien tué par des Saoudiens ?? et ou Erdogane se pose en défenseur de la veuve et de l’orphelin. Pathétique.
    Autant je ne peux pas saquer les Saoud autant les voir la cible des media mainstream me les rend tout d’un coup plus sympathique tant leur brutalité est honnête comparé cet l’humanisme dégoulinant d’hypocrisie..
    Bref ce qui me ferait marrer c’est de voir les Saoudiens reconsidérer leur Iranophobie et rejoindre OCS …à quand la France ?

      +5

    Alerter
    • Mr K. // 28.10.2018 à 02h45

      @toto
      Vous dites : “De plus noter le timing de cette révélation qui tombe à point nommé après l’affaire khashoggi”.

      Cet article de “The intercept” est daté du 01 août 2018, notez bien le timing…

        +1

      Alerter
      • toto // 29.10.2018 à 15h33

        Merci pour votre précision.

        Mon commentaire (voir dernier paragraphe), pointe le fait qu’il y a eut un revirement de stratégie vis à vis des Saoud , que les médias nous font avaler cela via la soupe humanisme, liberté d’expression et que je trouve cela détestable.
        C’est mon interprétation du moment, si vous avez une autre lecture des événements merci de m’en faire part.
        Etant de nature curieuse je suis toujours à la recherche d’avis et de sources afin de me faire une idée plus précise de ce qui ce passe sur notre planète.

          +1

        Alerter
  • Spartel // 26.10.2018 à 12h37

    L’AS rate son coup sur la Syrie ; les Saouds soûls de rêve de Damas, un vieux rêve de bédouins et de splendeurs.
    Pas surpris de les voir envie d’envahir les Émirats proches et faire de la Péninsule arabe une Péninsule Saoudite ; ils ont le fric, les armes et les amis qu’il faut.
    Comme en plus, MBS se prend pour le stratège en chef, tout cela va se terminer en eau de boudins.
    Ce pays se délite et la destruction des pays arabes musulmans se poursuit.
    Bravo les stratèges. Ont- ils évalué le nombre de réfugiés, de morts et de larmes ?

      +5

    Alerter
  • Locksman // 26.10.2018 à 14h56

    MBS va détruire ce pays, il se fait manipuler et ca explique mieux pourquoi Jared Kushner l’a si bien aider à émerger comme le nouveau leader de cette pétro-monarchie.
    MBS aurait mieux fait de remercier Tillerson, je n’aime pas trop attaquer le physique mais ce MBS est aussi stupide que son regard vide de poisson mort le laissait présager. J’ai entendu un journaliste dire qu’il passait son temps à jouer à la playstation et je pensais qu’il exagérait mais finalement ca semble plausible.

    Néanmoins Kushner semble orchestrer en coulisse, qui d’autre aurait convaincu Trump de virer Tillersonn? Trump est bien placé pour savoir que les accusations de collusion entre Tillerson et les russes ne tenaient pas la route.
    Attaquer le Qatar et voler ses fonds souverain ne peut pas être une idée de MBS, aussi bête soit-il. Il y a certainement du personnel états-unien dans le palais de l’émir du Qatar, les saoudiens ne pourraient pas le prendre sans le consentement de Washington.
    En plus je doute que les turcs soient rester passif devant l’invasion du Qatar, ils auraient pu stoppé l’avancé saoudienne sans grande difficulté et sans risquer une riposte états-unienne vu qu’ils sont membre de l’OTAN.

    En réalité l’apparente puissance saoudienne ne tiens qu’aux pétro-dollars et au pacte de Quincy, sans ca ils ne seraient même pas une puissance régionale. Apparemment MBS à cru qu’il pourrait déployer ses armées de mercenaires pour dominer la région et menacer l’Iran, mais les états-uniens n’ont pas besoin d’un vassal qui prend des initiatives personnel. Surtout si il finit embourber dans une guerre contre un pays du tiers monde pas très bonne pour “l’image”.

    Je remarque quand même que ni l’Iran, ni la Russie, ni la Syrie mais elle surement d’autres chats à fouetter, ne semblent être intervenu dans la chute de MBS.

      +7

    Alerter
  • serge // 26.10.2018 à 15h40

    Ma foi, la rareté du pétrole (pas trop cher) qui se profile semble militer pour les “recompositions” des zones où se trouvent les gisements faciles d’accès, au profit exclusif du premier qui mettra la main sur le pot de confiture. D’autant si les pays visés sont des micro-états (Quatar, EAU, Bahrein, Bruneï…). Pour les un peu plus gros, une lichette de révolution de couleur ou de bandes armées sous couvert de religion extrême, type la Syrie, le Nigéria, le Vénézuéla, le Congo fortement déstabilisés par moult agences des mêmes intéressés au pot de confiture… Et pour les gros, type l’Iran, l’Irak voire la Russie, un bon gros conflit impliquant le parrain.
    Le seul problème est que nous ne sommes plus au XIXème siècle ou au mitan du XXème avec des pays visés n’ayant que tromblons, fourches et brigades de cavaliers à sabres. Et que tous les producteurs d’armes au monde en ont tellement vendu ou donné, de tout type et à tout le monde, qu’une fois la frontière passée et la capitale dominée, c’est un bordel sans nom qui aboutit à geler pour fort longtemps les capacités d’extraction.
    A se demander si tous ces pousse-au-crime ont un doigt de jugeotte…

      +7

    Alerter
  • christiangedeon // 26.10.2018 à 16h19

    Quel dommage c’aurait été pour le PSG…plus sérieusement,et pour une fois,M. Macron a parlé comme doit parler un président à Bratislava.Oh j’entends d’ici les cris des moralistes. Mais il a dit ce qu’il y avait à dire sur les ventes d’armes….et sur la solidarité UEsienne (sic! et sans rire)). Réponse directement adressée à la chancelière,qui après les ,coup des” portes ouvertes spécial réfugiés” voulait nous faire le coup du “on ne vend plus d’armes ” à l’Arabie ni aux Emirats. Sans blague?! Sur ce coup là,bravo M. le Président de la République. C’est qu’elle commence à nous emm…er sérieusement la fuhrerin d’outre rhin,non?

      +5

    Alerter
  • RGT // 26.10.2018 à 20h42

    Zut alors ! Je croyais que ce cher Rex avait été viré parce qu’il avait dissuadé l’Arabie Saoudite d’envahir l’Iran…

    Une telle bévue, c’est ballot !!!

      +1

    Alerter
  • manuel // 27.10.2018 à 11h49

    dommage qu’il ai réussi, voir ce type de combat aurait été réjouissant.
    Sinon les imbéciles qui portent des vêtements soutenant les terroristes des emirats vous en pensez quoi?

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications