Son avocat porte l’affaire devant le conseil des prud’hommes de Rouen, estimant que le message concerné “n’a rien d’infamant”.

Le pivot nigérian de Rouen Akin Akingbala a été licencié pour faute grave par son club après avoir partagé sur son compte Twitter un message évoquant les attentats contre “Charlie Hebdo”

Le pivot nigérian de Rouen Akin Akingbala a été licencié pour faute grave par son club après avoir partagé sur son compte Twitter un message évoquant les attentats contre Charlie Hebdo, a-t-on appris mercredi auprès de sources concordantes. “Je ne suis pas Charlie, je suis Ahmed, le policier mort. Charlie a ridiculisé ma foi et je suis mort en défendant son droit de le faire”, avait retweeté en anglais Akingbala, le 9 janvier, au surlendemain de la tuerie dans les locaux du journal satirique.

C’est ce message, diffusé la veille par un chroniqueur du quotidien flamand Standaard, Dyab Abou Jahjah, qui a valu au basketteur de 31 ans d’être renvoyé du SPO Rouen, actuel quatorzième de la Pro A. “Le club estime qu’il a porté atteinte à son image en partageant ce tweet”, explique l’avocat d’Akingbala, Romuald Palao, qui a porté l’affaire devant le conseil des prud’hommes de Rouen. “Ce message n’a rien d’infamant. Akin Akingbala est chrétien. Dans son esprit, cela n’avait rien à voir avec la religion. C’était une manière de dire qu’il fallait aussi parler des policiers et pas seulement de Charlie Hebdo“, souligne Me Palao, confirmant des informations de presse.

Le club de Rouen n’a pas donné suite aux sollicitations de l’AFP. Son président, Yvan Gueuder, indique dans un communiqué avoir procédé au licenciement du joueur pour “non-respect des clauses de son contrat de travail”, précisant qu’il avait fait l’objet de “plusieurs avertissements” et qu’il a quitté le club mardi matin.

“Prétexte”

D’après l’avocat du joueur, le retweet a plutôt été utilisé comme un “prétexte” par son club qui “voulait s’en séparer depuis plusieurs mois”. L’intérieur nigérian, qui s’est vu notifier son licenciement le 17 février, cinq jours après son entretien préalable, réclamera devant les prud’hommes ses salaires jusqu’à la fin de saison, d’un montant total évalué à environ 45 000 euros par son conseil. L’affaire doit être plaidée le 4 juin.

Le géant de 2,08 m s’était fait connaître en France sous les couleurs du Sluc Nancy, avec lequel il avait remporté le championnat en 2011. Après un passage en Ukraine et en Belgique, Akingbala avait été recruté pour un an par Rouen, mais ses statistiques faméliques (11 matches disputés, 10 minutes, 1,8 point de moyenne) avaient poussé les dirigeants à le mettre sur la touche. “Il estime qu’on ne lui a jamais donné sa chance”, a affirmé son avocat.

Source : Le Point, le 25 février 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

29 réponses à Le basketteur Akin Akingbala licencié après un tweet sur “Charlie Hebdo”

Commentaires recommandés

JaySWD Le 16 avril 2015 à 01h03

Je suis overdosé de Charlie

  1. jp Le 16 avril 2015 à 00h33
    Afficher/Masquer

    encore un deni de liberté d’expression!. c’est l’escalade!


  2. purefrancophone Le 16 avril 2015 à 00h38
    Afficher/Masquer

    N’est ce pas un prétexte pour se séparer d’un joueur qui ne convient pas ? Pas assez performant peut être ?


    • nouche Le 16 avril 2015 à 00h58
      Afficher/Masquer

      effectivement on en vient a espérer que c’est un licenciement abusif, tellement cela parait incroyable


      • ajave Le 16 avril 2015 à 03h01
        Afficher/Masquer

        Oui, l’article manque de détails. Présenté comme tel, le lien entre le tweet et le licenciement n’est explicite que dans la bouche de l’avocat du basketteur.


      • jave Le 16 avril 2015 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Cet article ressemble furieusement aux articles sur la Russie analysés et démontés sur ce blog.

        On a une ribambelle d’articles copiés/collés sur les sites d’info en continu.
        Certains sites ont publié l’article avec un point d’interrogation dans le titre, pour dire que l’info était à prendre au conditionnel.
        Pas de nouvelle depuis le 25 février.
        Comme on avait une seule source sur la Russie (le porte parole de l’OTAN), on a ici seulement la vision, celle de l’avocat du basketteur (qui n’est pas neutre).

        Bref on se demande un peu comment l’article a atterri sur ce blog…


    • ploi Le 16 avril 2015 à 02h54
      Afficher/Masquer

      @purefrancophone

      Absolument.

      1er passage dans le championnat de France de 2008 à 2012 où il a été excellent.

      2nd passage à partir de 2014 : l’ombre du joueur qu’il a été (genoux en vrac).

      (Ses stats : environ 14 d’évaluation sur ses 4 premières années en France, seulement 3 pour les 11 matchs joués cette année, http://www.lnb.fr/fr/Pro-A/200006/Joueurs/A37443/Akin-Akingbala)

      Un prétexte a été trouvé (si ça n’avait pas été celui-là, ça en aurait été un autre) pour tenter de se séparer du joueur à moindres frais.

      Conclusion : il y a des gens qui ne veulent pas du bien à d’autres, et sont parfois prêts à se servir de n’importe quoi pour ça. Et c’est pas nouveau…


      • Wilmotte Karim Le 17 avril 2015 à 18h57
        Afficher/Masquer

        “si ça n’avait pas été celui-là, ça en aurait été un autre”

        He bien non, ça n’en a pas été un autre.
        D’ailleurs, pourquoi celui-là, puisque d’autres étaient disponible si facilement?


    • Alae Le 16 avril 2015 à 10h16
      Afficher/Masquer

      “N’est ce pas un prétexte pour se séparer d’un joueur qui ne convient pas ? “

      Oui, mais c’est le prétexte du délit d’opinion qui a été trouvé. Si, à chaque fois qu’on veut se débarrasser de quelqu’un, on cherche quelque chose qu’il aurait dit et qu’il ne fallait pas dire, virer quelqu’un à moindre frais va devenir singulièrement facile, dites-donc.
      Inutile de chercher bien loin le mot qui définit ce genre d’attitude : ça s’appelle du totalitarisme.
      “La liberté, c’est l’esclavage.”
      Bienvenue dans 1984.

      Et encore bravo aux charlistes qui ont défilé au nom de la “liberté d’expression”. Chapeau bas.


  3. JaySWD Le 16 avril 2015 à 01h03
    Afficher/Masquer

    Je suis overdosé de Charlie


  4. seb Le 16 avril 2015 à 02h14
    Afficher/Masquer

    Perdre son job à cause de propos publics … Cela devient de plus en plus fréquent. Le totalitarisme nous guette.
    Avant cela ne concernait que les critiques sur l’employeur, baillonné par les voeux de “loyauté”, semblable à la loyauté du serf envers son maître. Mais dorénavant cela concerne également les propos politiquement incorrects.
    J’imagine qu’ils vont trouver comme raison le fait que cela “porte préjudice” à la société/club, une mauvaise pub…
    Je me rappelle d’un préfet ou sous-préfet de la république qui avait posté, anonymement, un pamphlet dénonçant les exactions de l’état d’israel. Le type avait finalement été retrouvé et viré.

    C’est de pire en pire, en fait.

    Je regrette le bon vieux temps de l’anonymat. Facebook et Twitter ont fait en sorte d’obliger, ou inciter, à publier sous son vrai nom. Les gens parlent à visage découvert, ce qui est plus pratique pour les menacer et les faire taire.


    • ploi Le 16 avril 2015 à 03h00
      Afficher/Masquer

      Il n’y a par contre rien de nouveau à ce qu’un employeur invente quelque chose pour essayer de se séparer d’un salarié qui ne lui donne pas satisfaction, au coût le plus faible possible…


      • step Le 16 avril 2015 à 10h36
        Afficher/Masquer

        la société de l’information… et de la surveillance qu’elle permet, a singulièrement étendu le domaine de la délation et des usages qu’on pouvait l’en faire.

        A vu du tweet, j’ose espérer que l’employeur sera sèchement corrigé par la justice. Rien ne me parait inciter à quoi que ce soit d’illégal dans cette prise de parole, que je qualifierait d’humaniste.

        Après tout la vie d’un dessinateur de charlie n’a pas plus de valeur que celle d’un agent de la force publique qui essaye de s’assurer de la sécurité de la population dont il a la charge.


  5. Boyington Le 16 avril 2015 à 02h47
    Afficher/Masquer

    Intervention (en français!) de Dyab Abou Jahjah sur les attentats de Paris (il n’y a pas eu que Charlie Hebdo…)

    https://www.youtube.com/watch?v=pl6iE8lac9U


  6. goy Le 16 avril 2015 à 04h37
    Afficher/Masquer

    Il a confondu “liberté d’expression” et “liberté d’expression”. Quand les sportifs s’expriment….


  7. Kiwixar Le 16 avril 2015 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Hérétique! Au bûcher!


  8. Louve Bleue Le 16 avril 2015 à 09h10
    Afficher/Masquer

    On nomme ça “la chasse aux sorcières” . Ah vraiment, on progresse ! J’en suis au-delà de la consternation. Je me demande où on pourrait fuir cette escalade de méchancetés obscurantistes ?


  9. Darkman Le 16 avril 2015 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Et ça continue avec les articles d’il y a deux mois.. je me demande vraiment à quel point il est pertinent de relayer ces faits divers qui ne font que contribuer à l’ambiance artificielle d’hystérie collective.

    Sur FrançaisDeSouche ils font ça aussi, mais ils ne sont pas très recommandables niveau qualité de l’information.


    • step Le 16 avril 2015 à 10h41
      Afficher/Masquer

      Bonne remarque, et même si je considère qu’il est intéressant de porter ces dérives à notre connaissance -même en retard-, j’aurai surtout aimé avoir le fin mot de cette histoire. Car l’affaire doit être jugée désormais ?


  10. Joanna Le 16 avril 2015 à 09h33
    Afficher/Masquer

    Adamo Coulibaly, footballeur français d’origine ivoirienne, continue de jouer avec le Racing Club de Lens.
    Je lui conseillerais de ne répondre à aucune interview et de ne pas écrire le moindre mot sur un “réseau social”.


  11. pat Le 16 avril 2015 à 09h42
    Afficher/Masquer

    …..le chemin des dames…..fusillé pour l’exemple
    meme combat camarade!!


  12. Ruoma Le 16 avril 2015 à 10h24
    Afficher/Masquer

    J’approuve son tweet, nous devrions tous approuver son tweet…
    En effet, moi aussi je me sens Ahmed, le policier qui a été abattu. Charlie a ridiculisé sa foi et il est mort, alors même qu’il défendait son droit de le faire.


    • Renaud 2 Le 16 avril 2015 à 11h11
      Afficher/Masquer

      Nous devrions surtout tous nous déconnecter de tweeter et facebook, ça nous laisserait plus de “temps de cerveau disponible”.


      • Ruoma Le 17 avril 2015 à 11h12
        Afficher/Masquer

        1) ici, on n’est pas sur Twitter, encore moins sur Facebook
        2) temps de cerveau disponible, vous, vous en faites quoi ?
        3) Encore faut-il que le cerveau fonctionne…
        4) plus facile d’être railleur que d’être solidaire.
        5) Et ?…
        Bonne journée


  13. Tonton Poupou Le 16 avril 2015 à 11h22
    Afficher/Masquer

    L’écriture d’un nouveau scénario pour le cinéma est en préparation.
    Ce film aura pour titre : “Charlie Dictateur”. Son sous titre : “Liberté je chéris ton nom !”
    Il sera exploité dans la catégorie “Comédie familiale” ……… Bien sûr !


  14. Marco Le 16 avril 2015 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Évidemment ce n’est qu’un prétexte, comme pour le salarie et syndicaliste de Bombardier
    http://www.les-crises.fr/licencie-de-chez-bombardier-pour-ne-pas-avoir-ete-charlie/

    Articles de la presse:
    http://www.lepoint.fr/sport/le-basketteur-akin-akingbala-licencie-apres-un-tweet-sur-charlie-hebdo-25-02-2015-1907883_26.php

    http://www.huffingtonpost.fr/2015/02/25/akin-akingbal-basket-rouen-licencie-twitter-charlie-hebdo_n_6750750.html

    Mais comme il est plus facile de licencier quand on peut s’appuyer sur l’opinion bêlante des “Je suis Charlie”.

    2 cas que l’on sait, combien d’autres que l’on ne saura jamais?


  15. Iskander Zakhar Le 16 avril 2015 à 19h48
    Afficher/Masquer

    Quelqu’un sait-il s’il y a un site de soutien sur le lequel on pourrait signer une pétition pour faire prendre conscience aux “meneurs” que tous les citoyens ne sont pas dupes de leur dictature ed la pensée ?


  16. Laurent Franssen Le 17 avril 2015 à 11h54
    Afficher/Masquer

    Scandale,
    y a pas plus honnete et plus précis et correct pour la situation et ce gars est le mec pour le dire, c’est grave la France, tain !


Charte de modérations des commentaires