Les Crises Les Crises
1.février.20191.2.2019 // Les Crises

Le centre Wiesenthal critique sévèrement la décision du Parlement ukrainien d’honorer le collaborateur nazi Bandera

Merci 239
J'envoie

Je renvoie les personnes intéressées par cette série sur l’Ukraine de 2014 (et en particulier vers le chapitre 3)

Source : Simon Wiesenthal Center, 27-12-2018

Le centre Wiesenthal critique sévèrement la décision du Parlement ukrainien de faire du jour de l’anniversaire du collaborateur nazi Bandera un jour férié

Le Centre Simon Wiesenthal a sévèrement critiqué aujourd’hui la décision récente du Parlement ukrainien de faire du 1er janvier, jour de l’anniversaire de Stepan Bandera (voir photo) collaborateur ukrainien pendant la guerre, un jour férié.

Efraim Zuroff, Directeur des affaires de l’Europe orientale au Centre Wiesenthal, et Mark Weitzman, Directeur des Affaires gouvernementales du Centre, ont aujourd’hui souligné la participation active de membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), placés sous le commandement de Bandera, dans l’assassinat massif de juifs au cours des premières semaines de l’invasion de l’Union soviétique par les nazis en juin 1941.

« Glorifier la personne dont les hommes ont commis d’innombrables crimes odieux est une insulte aux victimes et une déformation inconcevable de l’histoire du génocide le plus horrible au monde », a déclaré le Dr Zuroff.

« Malheureusement, ces dernières années, l’Ukraine a été l’un des principaux propagateurs d’une version déformée de l’histoire de l’Holocauste qui cherche à dissimuler ou à minimiser les crimes commis par les nationalistes ukrainiens », a-t-il ajouté.

Weitzman a ajouté: « Il est clair que l’Ukraine choisit de réhabiliter l’antisémitisme et de censurer l’histoire ». Il a ajouté que, parallèlement à la fête nationale de Bandera, la région ukrainienne de Lviv annonçait que 2019 serait « l’année Stepan Bandera » et qu’un livre étudiant les mesures antisémites de l’homme politique Simon Petlioura, qui a dirigé les pogroms de 1919 contre les Juifs, était interdit.

« En se joignant à d’autres pays qui réécrivent l’histoire, l’Ukraine montre à quel point elle a peu appris des tragédies du passé. Ces actions sont une confirmation scandaleuse du passé le plus sombre de l’Ukraine et un rejet absolu des valeurs démocratiques », a conclu Weitzman.

Rejoignez le Centre sur Facebook, www.facebook.com/simonwiesenthalcenter, ou suivez @simonwiesenthal pour les mises à jour envoyées directement à votre fil Twitter.

Le Simon Wiesenthal Center est l’une des plus grandes organisations juives internationales de défense des droits de l’homme comptant plus de 400 000 familles membres aux États-Unis. C’est une ONG appartenant à des agences internationales telles que les Nations Unies, l’UNESCO, l’OSCE, l’OEA, le Conseil de l’Europe et le Parlement latino-américain (Parlatino).

Source : Simon Wiesenthal Center, 27-12-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Charles Michael // 01.02.2019 à 08h11

Allo Mr BHL ?
Allo Mr Gluksman ?….mais Allo, quoi ?

Ah, l’opératrice me signale qu’ils sont en route pour Caracas

18 réactions et commentaires

  • Jessim // 01.02.2019 à 07h40

    Euh ? C’est quand même curieux de ne pas en entendre parler dans les médias, Macron si prompt a donner des leçons à l’international : silence radio. Enfin ou est notre humaniste, philosophe, mais qui est en réalité un exportateur de guerre : Je suis, je suis, je suis…. BHL

      +17

    Alerter
  • Charles Michael // 01.02.2019 à 08h11

    Allo Mr BHL ?
    Allo Mr Gluksman ?….mais Allo, quoi ?

    Ah, l’opératrice me signale qu’ils sont en route pour Caracas

      +77

    Alerter
    • Parano // 01.02.2019 à 08h30

      Allo Mr Michael: Mais enfin c’est tout simple, il y a les bons et les mauvais nazis…

        +9

      Alerter
      • openmind // 01.02.2019 à 15h23

        Je ne sais plus quel grand homme d’influence américain avait expliqué que “peu importait ce que faisaient certains salopards puisque c’étaient nos salopards”…c’est leur morale, que l’on retrouve très souvent dans les films hollywoodiens sur les mafias ou autres groupes amoraux dont la critique en surface ne peut effacer un certain adoubement par le simple fait de produire un film à leur gloire inavouable….”Les affranchis” par exemple…
        Comme dit Roland Dumas:”c’est une façon de voir le monde, c’est la leur mais il faut le savoir”.

          +9

        Alerter
        • gracques // 02.02.2019 à 10h03

          Heu , il y a longtemps que j’ai vu les affranchis , mais il me semble que justement le,film,montre qu’il n’y en a pas un pour racheter l’autre et que ces ‘heros’ sont en fait des rats.

            +2

          Alerter
  • Caliban // 01.02.2019 à 09h35

    Là on a à faire à d’authentiques salopards, des antisémites et néo-nazis pur jus … et personne ne réagit. Pourquoi ?
    • première piste, au niveau inter-national : les Etats alliés à l’Ukraine (Allemagne incluse) font de la “Real politik” et préfèrent fermer les yeux sur ces dérives
    • deuxième piste, au niveau société civile : les populations sont mal informées sur ce qui se trame en Ukraine (mais aussi dans les pays baltes, https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/300915/pays-baltes-democratie-intermittente-entre-corteges-de-ss-et-menace-russe-par-fabrizio-poggi)
    • troisième piste : à force de faire l’amalgame tout azimuts entre antisémitisme et antisionnisme, à force de crier au loup pour tous propos, les instances chargées de dénoncer les résurgences de l’antisémitisme sont devenues inaudibles.

      +17

    Alerter
    • R.C. // 01.02.2019 à 17h53

      Plus que de «real-politik», il s’agit de cynisme, de duplicité et d’absence complète de morale — alors même que tous ces gouvernements font assaut de jugements moraux pour disqualifier leurs opposants.
      Un bel exemple de l’hypocrisie de ces gens qui ne craignent pas d’inverser les valeurs au gré de leurs intérêts du moment : BHL. En effet, il est à Maïdan, au cœur de l’insurrection contre le pouvoir légitime, et il ne voit pas l’extrême-droite, il ne voit pas les saluts nazis, ni les svastika sur les murs, il ne voit pas les portraits de Bandera, il ne voit aucune milice, aucun groupe para-militaire ultra-nationaliste, il ne voit rien d’anti-sémite. Bref, il ne voit rien. Rien que le reflet dans la glace de sa propre personne.

      Les populations ne sont pas, elles, « mal informées », elles sont désinformées, sciemment (en l’occurrence, un matraquage russophobe de haute intensité). Ce qui est plus grave…

        +11

      Alerter
    • Caliban // 01.02.2019 à 20h06

      @RC

      Des personnes mal informées – qui ne disposent pas des informations – il en existe tout de même. Je pense notamment à ceux qui n’utilisent internet que pour leurs loisirs. L’information est à portée de clics mais – par manque de curiosité / par conditionnement – il ne leur vient pas l’idée de creuser les sujets.

      Par ailleurs, je pense qu’il vaut mieux être mal informé que désinformé. Dans ce second cas :
      • on acquiert des certitudes / on a du mal à se remettre en cause
      • on propage la désinformation

      … c’est le ferment de l’extrême-centre, ces extrêmistes du bon-sens.
      Typiquement, certains “foulards rouges” : https://www.youtube.com/watch?v=ISamwRV2RF4

        +1

      Alerter
  • Michel Ickx // 01.02.2019 à 10h42

    Skisophrenie de notre belle Europe: les valeurs anti racistes, “mais en même temps” la composante nazi de l’Ukraine.

      +2

    Alerter
  • Vladimir K // 01.02.2019 à 14h23

    En même temps, la chaîne ukrainienne 1+1, proche du pouvoir, arborait une bougie et un bandeau en mémoire des victimes de l’holocauste toute la journée de dimanche. Va comprendre…

      +2

    Alerter
  • ROUDIL // 02.02.2019 à 14h37

    Cela fait un bail que l’Ukraine a remis ses “gentils” nazis au goût du jour et malgré cela, aucune réaction dans nos medias et dans nos gouvernements ! pire, nous allons être traités de menteurs pro-Poutine !

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications