Les Crises Les Crises
1.février.20191.2.2019 // Les Crises

Ukraine : L’antisémitisme se développe en Ukraine, avec le soutien de certaines autorités

Merci 693
J'envoie

Des nouvelles d’Ukraine.

Cela ne s’arrange pas.

Je renvoie les personnes intéressées par cette série sur l’Ukraine de 2014 (et en particulier vers le chapitre 3)

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

Les captures d’écran proviennent d’une sélection des derniers tweets du compte Twitter d’Eduard Dolinsky @eDolinsky, directeur du Comité juif ukrainien, basé à Kiev.

 

Source : Twitter, Eduard Dolinsky, 29-01-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

calahan // 01.02.2019 à 12h59

Les masques continuent de tomber à une vitesse de croisière forte intéressante … !

Les dictatures, les fascistes, les nazis et autres trucs autoritariste pour lobotomisés du bulbe sont les meilleurs amis du “marché”…Ceci explique souvent celà !

(ah mais au fait quels sont les états qui ont porté aux pouvoirs ces “formidables personnes” en Ukraine ?
Ne serait ce pas les chantres de la démocratie occidentale ? et leurs copains ? )

29 réactions et commentaires

  • Xavier // 01.02.2019 à 07h06

    Autant de contradictions entre le discours ici et les actions en Ukraine semble difficile à expliquer avec la seule lutte d’influence contre la Russie.

    Pardon pour la question qui peut paraître étrange, mais ce fameux « retour des années sombres » dont on nous rabâche tous les jours les oreilles en France serait-il en réalité bien trop faible pour devoir trouver une autre source d’images angoissantes là-bas ?

    Le système aurait-il à ce point besoin de cet épouvantail pour nous forcer à aller vers la globalisation qu’il dusse créer ailleurs un « studio expérimental » fournissant images et son afin de maintenir une impression générale ?

    Franchement, comment pourrait-il sans cela arguer de ce retour imminent ?

      +12

    Alerter
    • Catalina // 01.02.2019 à 11h38

      Xavier,
      Bonjour,
      Je me demande pourquoi ils ne s’en sont pas servit avant car la guerre dure depuis 5 ans et les bataillons extrémistes-nazis-modérés ont été rapidement incorporés à l’armée régulière ukrainienne. Par ailleurs, leurs défilés ont toujours continué, pendant tout ce temps, défilés avec croix gammée modérée.
      Je pense qu’ils ne peuvent plus les cacher, surtout.
      En Lettonie, idem.
      Et puis; ça y est, les principales richesses de l’Ukraine “prise” par le coup d’état de 2014 ont été partagées entre les rapaces, le reste ne sert plus à rien qu’à emmerder la Russie et comme l’Ukraine est partenaire privilégié de l’OTAN depuis plus d’une décennie, construire au moins une tite base otanetasunienne.
      https://fr.sputniknews.com/international/201708111032612796-us-navy-ukraine-base-navale/
      Pendant ce temps, en Ukraine, c’est la terreur dans beaucoup d’endroits, les nazis-modérés squattent chez les gens, volent le peuple, le menacent. Ils font ce qu’ils veulent, et la loi ne peut rien contre eux. Ils sont incontrôlables et ça commence à se voir, les médias auraient pu en parler avant car ils savaient.

        +15

      Alerter
      • Beatrix // 01.02.2019 à 16h53

        On se rappellera Odessa, La maison des syndicats incendiée avec des gens bloqués à l’intérieur. Des assassinats de russophones dans la rue, la privations des services publics, l’interdiction de parler et d’enseigner le russe à l’école et dans la rue et la confiscation des droits à la pension de retraite des vieux travailleurs qui avaient cotisé toute leur vie dans le Donbass etc.
        Et les Européens de l’Union Européenne faisaient semblant de n’en rien savoir, mieux, ils accablaient et accablent encore les victimes de violences que les fascistes de Kiev exercent quotidiennement sur elles.
        Il faut demander comptes et détail à BHL, à Fabius et Hollande. Ils savaient, ils avaient le pouvoir, ils étaient complices. Ce sont là des fascistes non déclarés. Leur responsabilité avec celle de l’Allemagne qui était la récipiendaire de cette guerre civile provoquée, est énorme. Comment peut on en accepter le silence qui les blanchit?

          +23

        Alerter
  • DUGUESCLIN // 01.02.2019 à 07h18

    Un salut nazi est très grave s’il a un caractère antisémite, mais souhaitable quand il est russophobe.

      +20

    Alerter
    • Papagateau // 01.02.2019 à 17h58

      Non mais c’est pas pareil, c’est une main ouverte, geste de Bénédiction pour la CIA.
      Il nous faut plus d’équipements pour rétablir la démocratie en Ukraine.

        +4

      Alerter
  • weilan // 01.02.2019 à 08h39

    Bah ! Du moment que BHL et Glucksman, ( ainsi que notre gouvernement ) les aiment et les approuvent…

    On en parle beaucoup moins, mais la réhabilitation de quelques nazis est également à la mode dans certains pays baltes, membres “honorables” de l’UE.
    Allo allo Monsieur Gayssot…

      +19

    Alerter
    • moshedayan // 01.02.2019 à 19h50

      Vous avez raison, mais vous savez l’UE a aussi entériné la politique des nationalistes baltes qui a créé des millions d’individus sans droit parce que russophones dans leurs pays. Quand vous allez dans certaines régions de Lituanie et surtout de Lettonie et d’Estonie on parle dans la rue à 80% en russe et on n’a pas le droit de vote… et ça depuis 1991 ! Tout cela sera payé, dans un avenir plus proche qu’on ne le croit. L’UE ne peut plus prolonger ses énormes aides financières à ces pays baltes et ceux-ci commencent à payer chèrement le prix de la politique de leurs nationalistes anti-russe, parce que la Russie cesse d’être gentille économiquement. Ceci est si vrai qu’émergent dans ces pays d’autres hommes politiques bien plus intelligents et russophones qui commencent à se faire entendre

        +10

      Alerter
      • Basile // 02.02.2019 à 04h13

        je me souviens de l’entrée de l’Estonie dans l’UE. La propagande médiatique allait bon train, pire que la chute du Mur. La télé envoyait ses journalistes relater la joie des Estoniens.

        Interview d’un pêcheur : que va vous apporter l’EU ?
        le pêcheur : c’est formidable, je vais pouvoir vendre mon poisson dans toute l’Europe.

        et personne pour trouver scandaleux de vendre au plus offrant, plutôt qu’aux habitants du village.
        On subit la même dérive dans la joie, en France, les meilleurs vins devenus hors de prix, les meilleures viandes, tout part à l’étranger

          +3

        Alerter
  • Jeanne L. // 01.02.2019 à 08h56

    Non seulement du “folklore” nazi, mais des positions affirmées, des postes diplomatiques de représentation officiellement octroyés dans les pays “démocratiques” de l’UE: en Allemagne, en Autriche après de l’OSCE…
    Un article (qu’il faut lire jusqu’au bout) paru au mois de mai 2018 exposant la persécution (le mot n’est pas trop fort) subie par les communistes ukrainiens, lie ces exactions à ces nominations de nazis affirmés.
    Nous n’avons pas vu dans les gazettes que l’indignation nécessaire ait été relayée, elle n’a même pas été suscitée par une simple information.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ukraine-les-communistes-persecutes-par-ce-regime-de-kiev-aux-officiels-ouvertement-neo-nazis/

      +11

    Alerter
  • Guadet // 01.02.2019 à 09h11

    Le gouvernement ukrainien montre le pire du nationalisme et du fascisme, mais pour les macroniens ce sont de vrais démocrates ; et les gilets jaunes qui demandent un retour de la souveraineté populaire en France, ce sont des fascistes et des nationalistes.

      +25

    Alerter
    • Basile // 01.02.2019 à 09h25

      on va probablement leur trouver des excuses. Faut les comprendre, ils ont tellement souffert des …..
      Comme on en trouve pour les banlieues.

      Une fois dans l’UE et dans l’Otan, tout va s’arranger.
      D’ailleurs, c’est pour ça qu’on veut les intégrer, pour les sortir des griffes des …

        +9

      Alerter
    • northlane // 01.02.2019 à 11h32

      Paroubiy à l’assemblée je m’en remet toujours pas…

        +12

      Alerter
  • Kokoba // 01.02.2019 à 09h17

    Etant donné ma connaissance assez limitée de l’Ukraine et de la société Ukrainienne, j’ai du mal à comprendre la résurgence d’un anti-sémitisme aussi violent.
    Je ne pense pas que l’Ukraine ai eu à faire à des instituations connotées “juives” récemment (genre Goldman Sachs en Grèce).
    Est-ce du à la montée de l’extrème droite nationaliste ?
    Mais il existe plein d’extrèmes droites nationalistes en Europe qui ne sont pas aussi anti-sémitites.

    Bref, je ne comprend pas tout.
    Si il y a des personnes qui peuvent amener des détails, je suis preneur.

      +1

    Alerter
    • Louis Robert // 01.02.2019 à 15h20

      Vous avez sur ce site même (archives: mots-clés, Ukraine) parmi les meilleures études récentes sur le dossier ukrainien, le tout accompagné de perspectives historiques. Vous trouverez surtout ce qu’on ne trouve à peu près nulle part ailleurs, et vraiment pas dans les archives des médias traditionnels dominants… Pour une qualité exceptionnelle, c’est ICI. Dossier considérable, et détaillé.

      Bonne lecture. Après, vous commencerez à savoir, et à « comprendre ». Début d’une qualité exceptionnelle. Selon moi, je l’ai souvent dit et le redis, « un petit chef-d’œuvre», longtemps paru au jour le jour…

        +12

      Alerter
      • fanfan // 01.02.2019 à 20h04

        Dans l’indifférence totale de la communauté internationale, et avec le soutien réitéré des Etats-Unis, l’Ukraine met en place un processus d’expropriation des églises orthodoxes ukrainiennes du Patriarcat de Moscou, par la force, en recourant à des méthodes de bandit. Pour cela, deux textes de loi sont instrumentalisés et appliqués avec l’aide des extrémistes : l’un sur le changement de juridiction des églises et l’autre sur le changement de nom de l’Eglise ukrainienne orthodoxe du Patriarcat de Moscou…
        http://russiepolitics.blogspot.com/2019/01/ukraine-tentative-de-legalisation-de.html

        La disparition et le décès de citoyens russes en Ukraine, condamnés ou accusés par les autorités ukrainiennes, ne semblent pas particulièrement émouvoir en Occident. Imaginez que le capitaine du navire militaire ukrainien interpellé en Russie ait disparu, imaginez qu’un prisonnier ukrainien soit décédé suite aux coups reçus dans un lieu de privation de liberté. Un scandale en aurait immédiatement suivi, sans oublier de nouvelles sanctions. Mais ici, rien. Silence…
        http://russiepolitics.blogspot.com/2019/02/silence-en-occident-autour-de-la.html

          +7

        Alerter
        • fanfan // 01.02.2019 à 20h27

          Vincent Parlier :
          France TV fait la pub pour des fanatiques religieux :
          Cette “première célébration” de “l’église ukrainienne indépendante de Moscou” fraichement reconnue par le patriarcat de Constantinople, suite aux efforts assidus de feu John Mac Cain, de Joe Biden, de Porochenko (pdt. Ukraine), etc… Après une courte introduction très mainstream comme on en a l’habitude, écoutez le nouveau chef religieux tant glorifié, en personne! Comme il porte un message de paix!
          https://www.youtube.com/watch?v=U9l863NAKPU

          Orthodoxie, rupture, contexte et politique (Ukraine Russie :
          Au jour de cette publication, certains médias français ont commencé à propager des “informations” volontairement déformées à propos d’une rupture chez les Orthodoxes, ce thème ayant jusque là été laissé de côté. Les articles vont de l’imprécision pitoyable à la manipulation ignoble (p.ex. le site de RFI, liste non exhaustive) où des témoignages de véritables fidèles sont utilisés de façon trompeuse afin d’embrouiller le lecteur non initié. C’est pourquoi nous avons jugé utile de vous livrer… la vraie histoire! Quelque chose de grave se passe à nouveau en Ukraine, et c’est encore du fait de la volonté de… devinez quel “gendarme du Monde”… MAJ 14/10/18 par rapport à la conclusion de la vidéo: Bartholomée de Constantinople a finalement “dépassé” les attentes, reconnu tous les schismatiques, et unilatéralement décidé de la nullité du lien entre Moscou et l’église canonique.
          https://www.youtube.com/watch?v=q4Gk7yzR5k4

            +6

          Alerter
        • Louis Robert // 02.02.2019 à 01h47

          « Mais ici, rien. Silence…»

          Il suffit pourtant de voir avec quelle barbarie le Pouvoir français et ses complices policiers, médiatiques et juridiques traitent en premier lieu le peuple de France qui manifeste comme c’est son droit et qui rejette ce Pouvoir criminel… oui, cela suffit pour comprendre qu’il y a bien peu à attendre là-dessus, en France, si ce n’est la même insensibilité, la même indifférence qu’envers ces simples citoyens français que l’on massacre, tous les samedis, sur l’ensemble du territoire français.

            +5

          Alerter
    • Glbert Gracile // 03.02.2019 à 20h11

      @ Kokoba
      il faut distinguer 4 choses (qui se superposent) à mon avis :
      – le conflit actuel OTAN / Russie, qui remet en scène des vieilles fractures, dans des buts très actuels.
      – le conflit communisme / capitalisme (tant idéologique, que “mémoriel/affectif”)
      – le conflit entre : les nationalités (baltes, ukrainiennes, etc.) / les minorités russes (y compris en 41-45).
      – l’antisémitisme, tel qu’il existe depuis des siècles dans les “Marches de l’Europe de l’Est” de la Baltique à la Mer Noire.

      L’Empire Russe disputait ces régions des “marges de l’Europe” aux empires Austro-Hongrois, Prussien ou Ottoman… Dedans, les nations polonaises, ukrainiennes, baltes, hongroises, ou autres basculaient dans l’un ou l’autre camp, selon les époques. De fortes minorités russes ou allemandes, étaient implantées également (jusqu’en 1945, il y avait aussi de fortes minorités allemandes dans ces pays, jusque dans la région de la Volga). Les querelles religieuses puis politiques (avec l’émergence du communisme) se superposaient de manière inexactes avec les querelles éthniques (Trotski ou Khrouchtchev étaient ukrainiens). La montée en puissance géopolitique de la Russie a achevé de créer cette polarisation localement.

      Les puissances capitalistes vont mobiliser les nationalités contre les “judéo-bolcheviques”, ne faisant que renforcer le sentiment antisémite prééxistant (les juifs étaient relativement protégés dans le cadre impérial par les russes). De son côté, la Russie communiste pose (bon gré, mal gré) en champion de la lutte contre l’antisémitisme “arriéré et bourgeois”. Le communisme est perçu en partie comme l’idéologie pan-russe localement. Avec l’invasion germano-nazie, les nationalistes d’Europe de l’Est s’engagent dans la SS et les Einsatzgruppen (ils seront le fer de lance des pires exactions antijuives, antirusses et anticommunistes). Après la reconquête par la Russie de toute l’Europe de l’Est et la victoire sur la nazisme, les nationalités sont encore plus écrasées qu’avant, car elles sont liées aux pires exactions.
      Mais en fait, les “nazis ukrainiens” recouvrent une double réalité historique : le nationalisme ordinaire, et la mémoire récente de la lutte contre “l’oppresseur russe-judéo-communiste”. Et réciproquement, la Russie se voit en vainqueur du reich “germain-nationalistes-nazis-capitaliste”. On ne comprend rien à mon avis sans cela… cette mémoire agglomérée au 20ème siècle.

      L’éclatement de l’URSS marque une nouvelle étape. L’occident a soutenu les nationalismes en Europe de l’Est de manière hypocrite : uniquement pour créer de la déstabilisation chez l’adversaire géopolitique. Dans les années 90-2000, les minorités russes de ces pays deviennent des citoyens de seconde zone (parfois sans droits civiques ni reconnaissance linguistique), et assimilés au “totalitarisme communiste”. La récente remontée de la Russie marque une réactivation de ce conflit. La “mémoire nazie” s’articulant dans la mémoire de ces peuples avec la lutte nationale contre “l’oppression russo-judéo-soviétique”…

        +2

      Alerter
  • Mr K. // 01.02.2019 à 09h39

    Les enjeux géopolitiques priment trop souvent sur le reste.
    Aujourd’hui comme hier, avec une certaine continuité comme on va le voir.

    Yaroslav Stetsko, bras droit de Stepan Bandera, écrit donc en 1941 qu’il approuve totalement “l’extermination des Juifs et la rationalité des méthodes allemandes d’extermination des Juifs, au lieu de leur assimilation”.

    Ce Yaroslav Stetsko, sous prétexte de lutte contre le communisme, va bénéficier du soutien des USA comme de nombreux autres criminels de guerre ayant collaboré avec les nazis. Il va créer à Munich en 1946 le “Bloc des nations anti-bolchéviques” qu’il présidera jusqu’à sa mort en 1986.

    Article complaisant du “Washington Post” du 21 juillet 1981, “Yaroslav Stetsko, le patriote solitaire” :

    https://www.washingtonpost.com/archive/lifestyle/1981/07/21/yaroslav-stetsko-the-lonely-patriot/5f432413-8437-4b17-8326-35a2253a66cc/?noredirect=on&utm_term=.e870ce569f79

    Cet article est écrit à l’occasion d’un congrès à Washington auquel participe Yaroslav Stetsko, au cours duquel est célébré le quarantième anniversaire du “renouveau de l’état ukrainien”.
    L’article étant de 1981, il s’agit de la célébration en plein Washington de l’anniversaire des quarante ans de la création à Lviv en 1941 de l’état ukrainien éphémère bandériste criminel et anti-sémite.

    L’article donne Yaroslav Stetsko comme étant déporté au camp de concentration de Sachsenhausen “deux semaines après” la déclaration de l’Indépendance de l’Ukraine du 30 juin 1941, “à cause de son manque de coopération avec Hitler”.

    Or ce n’est qu’en janvier 1942 que Yaroslav Stetsko sera interné dans ce camp, après avoir avec Stepan Bandera “pendant les mois de juillet et d’août [1941], [reçus à Berlin] des dizaines de propositions pour coopérer avec les différentes institutions nazies” (Wikipedia).

      +10

    Alerter
  • Piccolozis // 01.02.2019 à 10h03

    BLABLABLA

    “Israël et l’Ukraine signent un accord de libre-échange
    Benjamin Netanyahu et Peter Poroshenko ont salué cet accord “historique” et discuteront du renforcement de la coopération, notamment dans les domaines de santé et des sciences”

    https://fr.timesofisrael.com/israel-et-lukraine-signent-un-accord-de-libre-echange/

    RUSSIE- UKRAINE, C’EST LA GUERRE ! ENTRE LES JUIFS EN TOUS CAS.

    “On a rarement assisté à des disputes aussi violentes –et ouvertes- entre les dirigeants de deux communautés juives. Il est vrai que l’affrontement entre Moscou et Kiev laisse peu de gens indifférents.”

    http://www.cclj.be/actu/politique-societe/russie-ukraine-est-guerre-entre-juifs-en-tous-cas

    “Les juifs de Russie et d’Ukraine sont en guerre
    Les dirigeants juifs russes déclarent qu’un antisémitisme virulent menace les juifs ukrainiens. Cette affirmation est fermement rejetée de l’autre côté de la frontière”

    https://fr.timesofisrael.com/les-juifs-de-russie-et-dukraine-sont-en-guerre/

      +8

    Alerter
  • openmind // 01.02.2019 à 11h04

    Orwell toujours et encore…inversion, ignorance des masses pour mieux les manipuler, un truc intéressant c’est de voir à la télévision russe nationale (j’ai cette chance) la totale liberté d’expression laissée à certains de ces nazillons en puissance ou en acte lors d’émissions de débats sur l’Ukraine. Une belle manière de montrer aux Russes ce qui les attend s’ils cèdent aux sirènes de la démocratie universelle occidentale encore une fois…mais chat échaudé craint l’eau froide…

    Petite suggestion donc à Olivier: passer une de ces émissions avec la traduction (1 seule suffira, c’est toujours les mêmes arguments).

    C’est le journaliste Vladimir Soloviev et son émission sur Rossia 1 “Vecher s Vladimirom Solovievim” (En russe on accorde les noms)
    Un exemple non traduit:
    https://youtu.be/pZn9kiRmn10?list=PLwJvP0lZee7zYMGBmzUqNn16P71vHzgkU

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 01.02.2019 à 12h43

    Bravo. Bien joué. Quelle réussite humanitaire et politique fut dans ce cas la nôtre, tout de même!

    Président Vladimir Poutine, discours à l’ONU: « J’aimerais demander aux responsables de cette situation : « Avez-vous au moins conscience de ce que vous avez fait ? » Mais je crains que cette question ne reste en suspens, parce que ces gens n’ont pas renoncé à leur politique basée sur une confiance exagérée en soi et la conviction de son exceptionnalité et de son impunité. »

    https://arretsurinfo.ch/poutine-avez-vous-au-moins-conscience-de-ce-que-vous-avez-fait/

    *

    « BCRA : Nations-Unies : L’Union européenne refuse de condamner le nazisme » – Publié par Cercle Jean Moulin sur 25 Novembre 2014.

    http://cercle.jean.moulin.over-blog.com/2014/11/bcra-nations-unies-l-union-europeenne-refuse-de-condamner-le-nazisme.html

    https://www.mondialisation.ca/nations-unies-lunion-europeenne-refuse-de-condamner-le-nazisme/5416045

      +20

    Alerter
  • calahan // 01.02.2019 à 12h59

    Les masques continuent de tomber à une vitesse de croisière forte intéressante … !

    Les dictatures, les fascistes, les nazis et autres trucs autoritariste pour lobotomisés du bulbe sont les meilleurs amis du “marché”…Ceci explique souvent celà !

    (ah mais au fait quels sont les états qui ont porté aux pouvoirs ces “formidables personnes” en Ukraine ?
    Ne serait ce pas les chantres de la démocratie occidentale ? et leurs copains ? )

      +35

    Alerter
  • fanfan // 01.02.2019 à 21h43

    “Le parti Svoboda est un parti plus à droite que les autres, [mais il n’est pas] d’extrême droite” [Laurent Fabius, 11 mars 2014, France Inter] : https://www.dailymotion.com/video/x1g6n7l?start=243

    “Il y avait de la part de Svoboda [en 2004], la volonté, afin de gagner plus d’influence sur la scène politique ukrainienne, d’accomplir une sorte de mue, de la même façon que la ligue du Nord en Italie a accompli cette mue, ou d’autres organisations assimilées vraiment à la droite néo-nazie ou droite extrême, ont accompli en Europe.. […] On ne peut pas établir un signe d’égalité entre Svoboda et … et… le nazisme, c’est juste, c’est un mensonge.” [Piot Smolar {journaliste du Monde suivant ce dossier} à Olivier Berruyer, Arrêts sur Images du 9 mai 2014, 10e minute] : https://www.les-crises.fr/asi-ukraine/

      +7

    Alerter
  • Ando // 02.02.2019 à 10h20

    Diplomaties ouest européennes sur le dossier ukrainien: 1) on a les “valeurs” qu’ont peut, 2) tout passe au second plan quand il s’agit de rester dans le lien de vassalisation à l’égard du régime de Washington, 3) ce dont on ne parle pas n’existe pas. Qui n’a jamais évoqué ces opposants et journalistes ukrainiens récalcitrants défenestrés par les sbires du SBU – version nouveau régime post Maidan en 2014 ?. Je me rappelle cette Française de l’Alliance Française de Lvov croisée à Borispol, un bloc de haine, méprisante et arrogante, qui cherchait à me convaincre des lumières du nouveau régime.

      +3

    Alerter
    • Basile // 02.02.2019 à 18h02

      comment l’Ukraine a t-elle pu sombrer de la sorte, après son indépendance ? Je me souviens de mon voyage en Union Soviétique, en 79. A Kiev entre autres. L’Ukraine faisait rêver. Les fresques de mosaïque dans le métro de Moscou, à la gloire de l’Ukraine, étaient magnifiques.

        +4

      Alerter
  • Ando // 02.02.2019 à 10h47

    La Shoah par balles a eu lieu principalement en Ukraine à partir de 1941, une monstrueuse et pure boucherie où l’unité de mesure se compte par millions de morts, digne de figurer au moins sur le même plan que les hauts faits d’armes de Gengis Khan (les Mongoles au moins portaient une civilisation). On trouve dans les archives du net ces photos où l’on voit des volontaires ukrainiens que personne n’avait sollicités conduire à coup de gourdins des femmes et des enfants, nus et terrifiés, au bord des fosses d’extermination, sous les bouches à feu des mitrailleuses de la Wehrmacht ou d’un Einsatzgruppen. Les enfants et petits-enfants de ces volontaires sont ceux qui défilent aujourd’hui dans les rues de Lvov ou de Kiev. Même chose dans certaines villes baltes.

      +5

    Alerter
    • Ando // 02.02.2019 à 11h50

      Erratum et correctif. “Shoah par balles” en Ukraine : plus d’1 million de mort. On évalue à 2,8 millions (dont 1,4 million par les Einsatzgruppen) le nombre de juifs soviétiques assassinés en Union soviétique sous occupation allemande.

        +3

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications