Les Crises Les Crises
27.septembre.201827.9.2018 // Les Crises

Le martyrologe scientifique irakien : 135 universitaires toutes disciplines confondues assassinés entre 2003 et 2006 à la faveur de l’invasion américaine de l’Irak. Par René Naba

Merci 292
J'envoie

Source : Madaniya, René Naba, 21-09-2018

Khaled al-Assaad

www.madaniya.info associe à cet hommage posthume aux scientifiques irakiens, Khaled al-Assaad, 82 ans, Directeur du site syrien de Palmyre, décapité par le groupe État islamique (Daech), accusé par les djihadistes d’avoir été lié au régime d’Assad et à “des infidèles” lors de conférences tenus à l’étranger. Khaled Al Assad qui avait dirigé pendant 50 ans le service des antiquités de Palmyre (1963-2013) était considéré comme l’un des meilleurs spécialistes du monde antique.

www.madaniya.info adresse sa plus vive gratitude posthume à Ahmad Chalabi, ancien banquier en banqueroute, faux-nez de l’administration néo-conservatrice américaine du Président George Bush jr, pour avoir servi de lièvre à l’invasion américaine de l’Irak et permis la décapitation de l’élite scientifique de son pays d’origine, ainsi qu’à ses émules mercenaires bi nationaux syro-atlantistes pour leur empressement tarifé à détruire leur pays d’origine, contribuant tous les deux, mercenaires irakiens et syriens, à provoquer une régression durable du Monde arabe pour le bénéfice exclusif de leurs ennemis.

L’assassinat du général Aziz Esber, directeur du centre des recherches scientiques de Syrie, au moyen d’une voiture piégée dans lalocalité de Missiaf, dans la province de Hama, le 4 aout 2018, au lendemain de la défaite des djihadistes du sud de la Syrie (Dera’a, Suneitra), de même que l’assassinat de l’universistaire palestinien, spécialisé dans le domaine de l’énergie, le docteur Fadi el-Batch, le 21 avril 2018, à Kuala Lumpur, et de Mohamed Zouari, ancien pilote de la Tunisair, ingénieur en aéronautique, spécialisé dans la conception de drones, le 15 décembre 2016, à Sfax (Tunisie) remettent en mémoire la guerre souterraine implacable menée depuis des décennies par les services israéliens avec la complicité américaine pour démanteler, à tout le moins neutraliser, le potentiel scientifique arabe.

L’officier supérieur syrien a été assassiné quatorze ans après la liquidation de son prédécesseur, le Général Mohamad Soleymane, l’homme qui passe pour avoir été en charge du programme nucléaire syrien, liquidé depuis la mer en 2004 à Tartous, alors qu’il se prélassait dans sa villa du bord de mer.

L’universitaire palestinien, lui, a été assassiné dans la rue, alors qu’il se rendait à une mosquée pour la prière de l’aube dans la capitale malaisienne. Membre du Hamas, sa dépouille a été transférée vers Jabaliya, dans la bande de Gaza. Sa famille a accusé le Mossad d’être derrière cet assassinat extra judiciaire.

Selon Ronen Bergman, -dans son ouvrage «Rise and Kill First: The secret History of Israel’s targeted assassinations», ED. Penguin Random House-» , le Mossad s’est livré à 800 assassinats extrajudiciaires durant la décennie 2000-2010, ciblant notamment Mohamad Mabhouh, le responsable des achats d’armes du Hamas, dont l’élimination à Doubai a été téléguidée depuis Paris, du temps de la lune de miel du pro israélien Nicolas Sarkozy avec les Emirats. Auparavant les dirigeants de l’OLP à Beyrouth, Kamal Nasser, Youssef An Najjar, Kamal Adwane, Abou Hassan ALI Salameh et Wadih Haddad. En Cisjordanie les chefs du Hamas, le paralytique Cheikh Ahmad Yassine et son successeur Adbel Aziz Rantissi. Le Mossad est même le service qui compte à son actif le plus grand nombre d’assassinats ciblés, plus que tout autre service dans le Monde depuis la fin de la II me Guerre Mondiale (1839-1945).

LA LIQUIDATION DU SCIENTIFIQUE TUNISIEN NE RELÈVE PAS DU HASARD

Depuis 2002, Tunis est le siège du bureau régional du MEPI (Middle East Partnership Initiative), dont la couverture philanthropique de ses objectifs masque un soubassement sécuritaire. Bien qu’antérieur à l’installation du MEPI, l’assassinat en Tunisie des deux principaux adjoints de Yasser Arafat, Khalil Wazir, alias Abou Jihad, le chef militaire, et Salah Khalaf, alias Abou Iyad, le chef du renseignement, a relevé d’une stratégie visant, sous la bienveillance tunisienne, à l’élimination des dirigeants charismatiques du combat palestinien en vue de déblayer la voie à la promotion d’un bureaucrate poussif, en la personne de Mahmoud Abbas.

Un déploiement favorisé par l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali en personne, qui pensait ainsi se prémunir contre le mauvais sort dans une sorte de police d’assurance tous risque.

Overseas officer des services américains, l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali a été un observateur privilégié du soulèvement syndical de Gdansk, dans la décennie 1980, en sa qualité d’ambassadeur de Tunisie et observateur pour le compte des services occidentaux de la contestation minière en Pologne.

De retour dans son pays, en sa qualité de ministre de l’intérieur, il a fait de la Tunisie, en complémentarité avec le Maroc, la plate forme opérationnelle majeure des services américains et israéliens, dont il sera leur interface au plan locale. Un rôle dévolu par la suite à Kamal Morjane du temps de son passage au ministère de la défense avant son basculement vers le ministère des Affaires étrangères et sa promotion au rôle de caution du régime post Ben Ali.

RETOUR SUR LE MARTYROLOGE SCIENTIFIQUE IRAKIEN

En hommage à tous ces suppliciés irakiens, dommage collatéral de l’invasion américaine de l’Irak, liquidés physiquement par des commandos américains et israéliens à partir de 2003.

«La guerre d’Irak a été conçue par 25 néo conservateurs américains, juifs pour la plupart», soutient Alison Weir, fondatrice et directrice de l’organisation à but non lucratif «If American Knew». La journaliste américaine a été brutalement écartée d’une commission d’enquête américaine où elle devait témoigner sur les responsabilités dans l’invasion américaine de l’Irak, en 2003.

Cf sur ce lien son témoignage et sa traduction en langue française :
http://w41k.com/125073

CI JOINT LA LISTE DES PERSONNALITÉS IRAKIENNES LIQUIDÉES, SELON LA LISTE ÉTABLIE PAR LE QUOTIDIEN EN LIGNE «AR RAI AL YOM»

Dirigé par Abdel Bari Atwane, fondateur du journal trans-arabe Al Qods Al Arabi»: http://www.raialyoum.com/?p=454552

Université de Bagdad (40 membres du corps enseignant asssassinés)

1- Dr Mohamad Abdallah Al Rawi : Recteur de l’Université de Bagdad, Président de l’Ordre des Médecins iraien, assassiné à sa clinique sise quartier Al Mansour (Bagdad).
2- Makki Habib Al Mou’men : diplomé de l’Université du Michigan (États-Unis), spécialiste de l’Histoire contemporaine, ancien professeur aux universités irakiennes (Bassorah, Bagdad, Irbil et Souleymaniyeh), ainsi qu’à l’Institut des Études Palestiniennes.
3 – Mohamad Abdallah Moneim Al Azmiralli : Titulaire d’un doctorat en Chimie, scientifique distingué, en poste dans des centres de recherches spécialisés. Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad, Département de Chimie. Cet égyptien, titulaire de la nationalité irakienne, a été liquidé par les Américains dans le camp aménagé à proximité de l’aéroport de Bagdad, en 2003.
4- Issam Charif Al Takriti: Ancien ambassadeur d’Irak en Tunisie. Titulaire de la chaire d’Histoire à l’Université de Bagdad, il a été liquidé en compagnie de 5 de ses collègues, le 22 octobre 2003, dans le secteur d’Amiryah (Bagdad) .
5- Majed Hussein Ali : Savant atomique, spécialiste de la physique nucléaire (Université de Bagdad, Faculté des Sciences), éliminé début 2004.
6- Imad Sarsour : Doyen de la Faculté de médecine de Bagdad, spécialiste de la chirurgie réparatrice.
7- Soubeiry Moustapha Al Bayyat i: Chef du département de géographie de l’Université de Bagdad , tué en 2004.
8- Ahmad Al Raw i: Professeur d’agronomie à l’Université de Bagdad, en charge du centre d’épidémiologie. Tué avec sa femme, en 2004, sur l’autoroute Bagdad-Al Ghazalyah.
9- Housni Kamal : Physicien, Faculté des Sciences, Université de Bagdad.
10- Marwane Mouzher Al Hayti : Ingénieur chimiste; Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad.
11- Moustapha Al Machahandi : Professeur de civilisation islamique. Faculté des lettres, Université de Bagdad.
12- Khaled Mohamad Al Janabi : Titulaire de la chaire Histoire de l’Islam- Faculté des Lettres – Université de Bagdad.
13- Hassan Abd Ali Daoud Al Rabihi : Vice doyen de la Faculté de Médecine de l’Université de Bagdad.
14- Marwane Rachid : Vice-doyen de la Faculté de Génie- Université de Bagdad
15- Abdel Latif Ali Al Mayyah : Adjoint au Directeur du Département du Monde arabe-Université de Bagdad. Assassiné en 2004 au lendemain de son apparition sur une chaîne de télévision arabe pour réclamer la tenue d’élections législatives.
16- Hicham Charif : Chef département Histoire – Université de Bagdad
17- Raad Chalah : Chef du département de Biologie – Faculté des Sciences-Université de Bagdad.
18 -Fouad Ibrahim Mohamad Al Bayyati : Chef du département de l’Allemand (langue et civilisation allemandes) -Faculté des Langues- Université de Bagdad. Assassiné devant sa maison, quartier de Ghazala (Bagdad), le 19 avril 2005.
19- Mohammad Kard Al Jammali : Spécialiste de la langue anglaise-Université de Bagdad. Directeur général du ministère de l’Éducation nationale. Assassiné le 10 juin 2004 dans le secteur d’Al Amiryah (Bagdad).
20- Haifa Alawane Al Helli : Physicienne- Faculté des Sciences-Section féminine- Université de Bagdad.
21- Abdel Razzak Al Na’as : Faculté des Sciences de la communication- Université de Bagdad. Assassiné le 28 janvier 2004.
22- Haykal Mohammad Al Moussawi : Faculté de Médecine- Université de Bagdad.

23- Hazem Abdel Hadi : Faculté de Médecine-Université de Bagdad.
24- Abbas Al Attar : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad
25- Bassam Al Moudaress : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad.
26 – Bassel Al Kerkhi : Spécialiste Chimie. Faculté des Sciences – Université de Bagdad.
27- Nasser Amir Al Obeidy : Université de Bagdad
28- Nafeh Abboud : Spécialiste de la Littérature arabe- Université de Bagdad
29- Marwane Al-Rawi : Génie civil – Université de Bagdad
30- Rafi Sarkissian Vanagan : Magistère en Langue Anglaise – Professeur à la Faculté des Lettres- Université de Bagdad.
31- Nafiha Hamad Khalaf : Professeur de Littérature arabe – Faculté des Lettres- Université de Bagdad
32- Khalil Ismail Abd Ad Dahiry : Faculté de l’Éducation sportive – Université de Bagdad
33- Ghaleb Al Hayti : Professeur de Chimie- Université de Bagdad. Assassiné en mars 2004.
34- Hussein Ali Ibrahim Al Karbassy : Ingénieur géomètre- Spécialiste de la Topographie- Institut de Technologie Bagdad – Al Zaafaranyah. Assassiné le 16 avril 2006 dans le quartier Al Amiryah.
35- Mohammad Al Douleimy : Faculté de Génie – Université de Bagdad. Assassiné en 2004.
36- Hassan Al Rabihi : Faculté d’Art Dentaire – Université de Bagdad. Assassiné le 25 décembre 2004, alors qu’i roulait en voiture en compagnie de son épouse.
39- Jassem Mohammad Al Issawi : Professeur de Sciences Politiques- Université de Bagdad. Membre du comité de rédaction du quotidien irakien «Al Syada» (La Souveraineté), un des négociateurs au sein du «Comité de Rédaction de la Constitution». Assasiné le 22 juin 2005 dans le secteur Al Chaaba à Bagdad, à l’âge de 61 ans.
40- Abdel Sattar Saber Al Khazarji : Faculté de Génie – Université de Bagdad – Assassiné le 4 juin 2005 dans la caserne «Madina Al Horra» (La Ville Libre) à Bagdad.

Université de Bassorah – Sud de l’Irak (14)

41 – Ala’a Daoud : Vice-Recteur de l’Université de Bassorah pour la division scientifique.
42- Assad Salem Choureyda : Docteur en génie civil. Doyen de la Faculté de Génie- Université de Bass
43- Omar Fakhry : Biologiste – Faculté des Sciences de l’Université de Bassorah.
44- Khaled Chreyda : Titulaire d’un Doctorat en Génie civil -Faculté du Génie – Université de Bassorah.
45- Abdel Latif Al Fadel : Spécialiste en Chimie. Faculté des Sciences- Université de Bassorah.
46- Joumhour Karim Khamas Al Zarzani : Critique littéraire réputé. Chef du Département de Langue Arabe – Faculté de Lettres- Université de Bassorah. Enlevé le 7 juillet 2005, son cadavre a été retrouvé à Qiblah, à 3 kms de Bassorah.
47- Ghadab Jaber Attar : Faculté de Génie – Université de Basssorah
48- Kifaya Hussein Saleh : Faculté des Lettres – Université de Bassorah
49- Ali Ghaleb Abed Ali : Faculté de Génie – Université de Bassorah
50- Saad Al Rabihi : Biologiste- Faculté des Sciences. Université de Bassorah.
51- Naoufal Ahmad : Faculté des Beaux-Arts-Université de Bassorah.
52- Abdel Karim Hussein : Faculté d’Agronomie-Université de Bassorah. Assassiné le 11 avril 2006.
53- Ala’a Abdel Hamid : Doyen Faculté de Médecine – Université de Bassorah.
54- Haydar Al Ba’aj : Directeur du CHU de Bassorah.

Université de Mossoul (Nord de l’Irak, capitale éphémère de L’Etat Islamique, dix ans après l’invasion américaine de l’Irak): 12 membres

55- Abdel Jabbar Moustapha : Doyen de l’Université de Mossoul; Professeur de Sciences Politiques.
56- Leila Abdallah Said : Doyenne de la Faculté de Droit de l’Université de Mossoul, assassinée en compagnie de son époux.
57- Mounir Al Khaïrou : Professeur de Droit à l’Université de Mossoul, époux de la doyenne Leila Abdallah Said, tuée en sa compagnie.
58- Imane Younes : Chef du département de l’Interprétariat – Université de Mossoul.
59- Nouayl Boutros Mathew : Faculté de Médecine-Université de Mossoul.
60- Mohammad Al-Douleimy : Génie mécanique. Faculté de Génie. Université de Mossoul.
61- Khaled Faysal Hamad Cheikhou : Faculté de l’Éducation Sportive – Université de Mossoul.
62- Mahmoud Younes Zannoune : Faculté des Lettres- Université de Mossou
63- Imane Abdel Moneim Younés : Faculté des Lettres – Université de Mossoul
64- Mahfouz Mohammad Hassan Al Kazzaz : Professeur de Lettres- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université de Mossoul. Tué lors d’une intervention des forces d’occupation américaines, le 25 Décembre 2004, à proximité de la Mosquée Dr Oussama Kachmoula- Province de Ninive.
65- Inmar Al Ticq : L’un des plus célèbres ophtalmologistes irakiens. Professeur à la Faculté de Médecine – Université de Mossoul. Assassiné en Octobre 2004.
66- Madame Falha Saleh Ahmad : Professeure de Sciences Politiques- Université de Mossoul. Assassinée en 2004

Université Al Moustansariyah (15 membres)

67- Sabah Mahmoud Al Rabihi : Doyen de la Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah
68- Salem Abdel Hamid : Doyen de la Faculté de Médecine à l’Université d’Al Moustansariyah, spécialiste de la médecine préventive.
69- Falah Ali Hussein : Doyen de la Faculté des Sciences- Université Al Moustansariyah.
70- Ibrahim Talal Hussein : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah.
71- Houba Eddine Ahmad Mahmoud : Chef du Département de l’Éducation- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah.
72- Moussa Salloum Amir Al Rabihi : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah. Assassiné le 28 Mai 2005-Quartier Al Bayyyah (Bagdad).
73- Abdel Samih Al Janaby : Doyen de la Faculté des Sciences -Université Al Moustansariyah. Poignardé lorsqu’il a mis en application une décision du ministère de l’enseignement supérieur prohibant la transformation des enceintes universitaires en tribunes religieuses.
74- Mohammad Fakhr Al Douleimy : Titulaire d’un doctorat en Physique. Vice-Doyen de la Faculté des Sciences – Université Al Moustansari
75- Zaki Zaker Al Ani : Professeur de Langue Arabe. Faculté des Lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
76- Hadi Abdel Karim : Faculté des lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
77- Mohamad Najib Al Kaissy : Département de la recherche – Université Al Moustansariyah.

78- Samir Yelda Gergis : Vice-Doyen de la Faculté de Gestion et d’Économie- Université Al Moustansariyah. Enlevé devant l ‘entrée de l’Université, en Août 2005, son cadavre a été retrouvé un mois plus tard, dans une ruelle le 25 septembre 2005.
79- Kazem Talal Hussein : Vice-Doyen de la Faculté de l’Enseignement Fondamental. Université Al Moustansariyah. Assassiné le 25 Novembre 2005 dans le quartier Moussayleh en compagnie de trois des ses gardes de corps.
80- Ali Mouhaych : Doyen de la Faculté de Génie. Université Al Moustanssariyah. Assassiné le 13 Novembre 2006.
81- Kazem Battine Al Hayani : Professeur de Psychologie – Faculté des lettres- Université al Moustanssariyah. Enlevé par des membres d’une milice religieuse le 3 Mars 2006. Son cadavre, mutilé, a été retrouvé à l’Institut Médico-légal.
82- Mohammad Abdel Rabih Al Ani : Professeur de Droit à l’Université Al Moustansaryah. Doctorant à la Faculté des Sciences Islamiques à l’Université de Bagdad. Assassiné le 27 avril 2006 devant la Mosquée «Imam Farouq», proche de la Rue Palestine, dans le centre de Bagdad. Son cadavre a été retrouvé cinq jours plus tard le 2 Mai 2006 à l’Institut Médico-légal de Bagdad.

Université de technologie Bagdad (8 membres)

83- Mohie Hussein : Génie mécanique-Université de Technologie
84- Mohammad Abbas Khodeyr : Génie mécanique- Université de Technologie.
85- Qahtane Kazem Hatem : Faculté des Sciences-Université de Technologie.
86- Amir Mouzher Al Dayni : Ingénieur Télécommunications.
87-Mohamad Abdel Hassan Wahed : Institut de Gestion Technologique- Bagdad.
88- Amr Ibrahim Hamza : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
89- Issam Saad Abdel Karim : Géologue. Chercheur au Centre National des Recherches. Enlevé le 28 Septembre 2004, assassiné le 1 er Octobre 2005.
90- Mohannad Saleh Mehdi : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
91- Saad Yassine Al Ansari : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.

Université Al Anbar (Ouest de l’Irak qui abrite les deux villes rebelles à la présence américaine Ramadi et Falloujah): (7 membres)

92- Raad Okhsen Al Binno : Faculté de Médecine-Université Al Anbar.
93-Ahmad Abel Rahman Al Qobeissy : Professeur faculté de Médecine-Université Al Anbar
94- Ahmad Abdel Hadi Al Rawi : Faculté d’Agronomie – Université Al Anbar.
95- Chaker Mahmoud Jassem : Faculté d’Agronomie – Université d’Al Anbar.
96- Abdel Karim Mokhallaf Saleh : Faculté des Lettres – Département de Langue Arabe – Université d’Al Anbar.
97- Nasser Abdel Hamid Moukhlef Al Douleimy : Université Al Anbar

98- Hamid Faysal Antar : Faculté de l’Éducation Sportive – Université Al Anbar.
99- Abdel Majid Al Karbouly : Université Al Anbar

Université Al Nahrayne (Université des deux fleuves; le Tigre et l’Euphrate). 3 membres

100- Akil Abdel Jabbar Al Bahadl y: Vice-Doyen Faculté de Médecine-Université d’Al Nahrayne (Université des deux fleuves; le Tigre et l’Euphrate).
101- Laith Abdel Aziz Abbas : Faculté des Sciences – Université d’Al Nahrayne.

102- Mohammad Falah Houeidy Al Jazairy : Chirurgie réparatrice- Faculté de Médecine – Université d’Al Nahrayne. Assassiné le jour de son retour du pèlerinage de La Mecque début 2006. Médecin au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) d’Al Kazmiyah (Bagdad).

Université de Dyala: (Ouest de l’Irak, 6 membres)

103- Abdel Sattar Al Assady : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
104- Salem Hussein Al Mahdawi : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 9 avril 2006.
105- Mouchhen Hardane Mazloum Al Alawi : Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
106- Mayss Ghanem : Membre du corps professoral du Département de langue et de civilisation anglaise – Université de Dyalla.
107- Abdel Sattar Jabbar : Faculté de Médecine Vétérinaire- Université de Dyalla. Assassiné le 22 avril 2006.
108- Taleb Ibrahim Al Zahar : Spécialiste de physique nucléaire – Professeur-à la Faculté des Sciences- Université de Diyala. Assassiné à Ba’aqouba en Mars 2005.

Université de Tikrit (centre de l’Irak, Région natale de Saddam Hussein)

109- Fadl Moussa Hussein : Faculté de l’Education Sportive – Université de Tikrit.
110- Mahmoud Ibrahim Hussein : Faculté des Lettres – Université de Tikrit

Université Al Ma’moun

111- Mohsen Abbas Khodeir Al Salmane : Chef du département au ministère de l’irrigation. Professeur à l’Université Al Ma’moun, tué à Falloujah en 2004

Divers

112- Wajih Mahjoub Al Taï : Directeur général de l’enseignement supérieur au ministère de l’Éducation Nationale
113-Chaker Al Khafaji : Directeur de l’Office Central de la Maîtrise de la Qualité.
114- Moustapha Abel Hamid Al Hayti : Spécialiste des maladies infantiles.
115-Wissam Al Hachimi : Président de l’Association des Géographes d’Irak.
116- Raad Abdel Latif Al Saadi : Linguiste. Conseiller en langue arabe au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Assassiné le 28 mai 2005, quartier d’Al Bayyah (Bagdad).

117- Hussein Nasser Khalaf : Chercheur à la Faculté d’Agronomie. Centre des études «Al Nakhil» (Palmiers-Dattiers) de Bassorah. Enlevé le 18 Mai 2005, son cadavre a été retrouvé, quatre jours plus tard, le 22 Mai 2005, dans le quatier Al Bayyah-Bagdad.
118- Taqi Al Talqua’ay : Titulaire d’un doctorat en physique nucléaire.
119- Khawla Mohammad Taqi : Faculté de Médecine-Université de Coufa
120- Zaki Jaber Lafta Al Saadi : Faculté de médecine vétérinaire.
121- Mohsen Souleimane Al Oujeily : Faculté d’Agronomie- Université de Babel.

122- Dr Liwa Al Sannanne Abdel Jabbar Abou Halhal : Université Al Bakr pour les Hautes Études. Assassiné à la prison d’Abou Ghraib en 2004.
123- Ali Mabak Al Malki : Expert comptable – Direction des impôts – Ministère des Finances.
124- Achoura Awdat Al Rabihi : Titulaire d’un Magistère en Géographie Humaine de l’Université de Michigan. Directeur du Centre d’Études «Al Mansour». Assassiné dans le quartier Al Amriyah (Bagdad) en 2004.
125- Moujber Al Cheikh Issa al Jouboury : Juriste. Membre du «Comité de Rédaction de la Constitution.
126- Damman Hussein Alaoui Al Obeidy : Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Salaheddine et membre du «Comité de Rédaction de la Constitution». Assassiné le 12 juillet 2005 à Bagdad.
127- Sabah Aziz Hachem : Institut de technologie – Province de Bassorah. Tué devant l’entrée de l’établissment le 11 Avril 2006.
128 – Faydi Mohammad Al Faydi : Membre du Haut Comité des Théologiens de l’Islam. Titulaire d’un Doctorat de l’Université de Législation islamique (promotion 1990). Tué devant la Mosquée dans le secteur d’Al Mouthanna (district de Mossoul).
129- Amid Mounzer Al Bayati : Médecin. Asssassiné le 16 juin 2005 devant sa maison située dans le quartier Al Sayyeh.
130- Amid Sadeq Al Abadi : Medecin. Assassiné le 1 er septembre 2005 devant le complexe médical qu’iil avait édifié pour les soins aux nécessiteux.
131- Amer Mohammad Falah : Chef du département de Chirurgie au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Républicain de Bagdad. Assassiné devant son domicile le 3 Octobre 2004.
132- Reda Amine : Assistant technique – CHU de Kirkouk. Assassiné le 15 septembre 2004 à Kirkouk.
133- Abdallah Saheb Younes : Hopital Naaman-Al A’Azamiyah-Bagdad. Assassiné le 18 Mai 2005.

134- Ibrahim Ismail : Directeur général du Département de l’Éducation Nationale à Kirkouk. Assassiné le 30 Septembre 2004, alors qu’il était en route vers l’Institut de Technologie de Kirkouk.
135- Rajeh Al Ramadani : Inspecteur au ministère de l’Éducation Nationale. Assassiné le 29 septembre 2004, alors qu’il sortait de la Mosquée Ziad Al Iraqi à Ninive.

Source : Madaniya, René Naba, 21-09-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

astap66 // 27.09.2018 à 07h34

Terrible article.
Le simple fait que les journalistes n’abordent pas ce sujet, ni avec les politiques invités dans leurs émissions, ni dans le cadre de leurs reportages, a pour conséquence que ces criminels des services secrets continuent sans problème leurs exactions…

17 réactions et commentaires

  • Pierre D // 27.09.2018 à 07h12

    Á quand le martyrologe scientifique saoudien?

     5

    Alerter
    • rene naba // 27.09.2018 à 07h42

      Réponse à Pierre

      Il ne faut pas rêver.Dans un royaume dirigé depuis sa fondation il y a 90 ans, par des analphabètes, l’analphabétisme est roi, de même que l’obscurantisme, l’intolérance et l’extrémisme. Un choix idéal pour les grandes démocraties occidentale. L’Arabie saoudite accédera à un potentiel scientifique autre que mercenaire le jour où non seulement la monarchie sera abolie mais également cette dynastie maléfique.

       22

      Alerter
      • Pierre D // 27.09.2018 à 08h24

        C’est sûrement pour ça qu’ils bombardent les écoles… avec notre assistance.

         15

        Alerter
  • astap66 // 27.09.2018 à 07h34

    Terrible article.
    Le simple fait que les journalistes n’abordent pas ce sujet, ni avec les politiques invités dans leurs émissions, ni dans le cadre de leurs reportages, a pour conséquence que ces criminels des services secrets continuent sans problème leurs exactions…

     36

    Alerter
  • Catherine // 27.09.2018 à 07h38

    Un génocide de l’intelligence, du savoir et de l’excellence.
    Ceux-ci ne peuvent être l’apanage que de certains pays.
    Il n’est pas permis aux autres de pouvoir s’en prévaloir au risque de concurrencer une primauté orgueilleusement revendiquée.
    Au risque même d’être dépassé.
    Suivez mon regard…

     20

    Alerter
  • sempervivens // 27.09.2018 à 08h01

    Toutes les invasions des forces globalistes occidentales se sont accompagnées de culturocides, avec pillage et destruction systématiques du patrimoine culturel. Ce fut le cas au Kosovo, avec la destruction du patrimoine serbe médiéval, en Irak, avec le pillage des musées, enfin en Syrie. Ce scénario devait être aussi appliqué en Egypte et en Iran.
    Au Proche-Orient on comprend tout de suite à qui doit profiter cette destruction de la mémoire. Le monisme occidental s’accommode très mal de la diversité culturelle. L’unification du monde sous la houlette de l’universalisme droit-de-l’hommiste nécessite de faire table rase de tout ce qui n’a pas de lien avec la modernité occidentale.

     24

    Alerter
  • calal // 27.09.2018 à 08h29

    De la meme maniere,que dire des tous ces universitaires africains qui migrent en europe et qui vont manquer en afrique?
    Ce systeme de siphonnage vers le “haut” est mis en place partout,meme en france.
    Effectivement,vous habitez en province,vous etes “doue” a l’ecole,”votre reve” devient de faire une “grande ecole” a paris,puis d’y faire carriere.Et la en region parisienne,vos competences et qualites ,a la place de s’epanouir dans votre region d’origine voir meme d’y creer un reseau,un terreau fertile,ces competences et qualites donc vont se voir etouffees sous la pression de la concurrence d’autres,pendant que nos maitres rigoleront de la facilite avec laquelle ils neutralisent tous les talents qui pourraient rivaliser avec les leurs.
    battez vous la ou vous etes,transformez votre reichweit,les 3m autour de vous en paradis.Arretez d’aller vous entasser dans les banlieues des metropoles ou vous allez vous aliener pour obtenir une pseudo rarete qui vous serait genereusement octroyee par nos maitres en recompense de notre soumission.
    Le bottom up se construit a partir de chaque individu.

     16

    Alerter
  • RGT // 27.09.2018 à 08h30

    Décidément, l’auteur de cet article propage des “fèces niouzes” écœurantes.

    TOUS ces hommes n’étaient que de dangereux terroristes qui œuvraient en sous-main contre le Camp du BienⓇ et ont été éliminés à titre préventif dans un réflexe d’autodéfense de nos Grandes DémocratiesⓇ pour écarter le danger qu’ils représentaient.

    Ils étaient comme Mère Teresa des agents de l’anti-occidentalisme violent à la solde de Vlad Poutine l’EmpaleurⓇ et ont mérité leur sort.

    Après cette petite mise au point on répète : “Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil”…

     17

    Alerter
  • christian gedeon // 27.09.2018 à 10h59

    Oula,oulala.savant mélange de vrai et de…pas vrai. Oh les israéliens ont certainement liquidé un certain nombre de scientifiques qu’ils jugeaient dangereux pour la sécurité d’Israël. çà ne fait aucun doute. Il est possible que les US en aient liquidé d’autres,pas forcément scientifique,mais bassistes de conviction profonde. mais attribuer toute la liste des morts aux uns et aux autres est juste de la manipulation par amalgame.Dans cette liste,beaucoup de professeurs non scientifiques,beaucoup de gens honnêtes qui ont certainement essayé d’empêcher le pillage archéologique de leur pays,gênant ainsi les mafias locales. Beaucoup assassinés aussi par intêret personnel pour récupérer leurs biens,ou par haine sectaire,l’un n’excluant pas l’autre d’ailleurs. Lisez bien la liste…On ne peut nier que ces assassinats aient eu lieu,notamment en Irak,à la faveur de l’invasion US.Mais doit on rappeler que Saddam Hussein avait lui même fortement usé de liquidations,qui ont parfois été de masse?

     6

    Alerter
  • Myrkur34 // 27.09.2018 à 11h22

    Cela me rappelle, toute proportion gardée, les objectifs secrets au moment de la signature du pacte germano-soviètique concernant la Pologne. Le dépeçage du pays et l’élimination de toute l’intelligentsia civile ou combattante (Katyn) pour une rétrogradation éternelle en ressources primaires de cette zone.

     4

    Alerter
  • Catalina // 27.09.2018 à 12h26

    ” l’élimination de toute l’intelligentsia civile ou combattante (Katyn)”
    Un autre regard sur Katyn : “le mensonge de Katyn”
    https://www.youtube.com/watch?v=SrEvjojSleE
    oh, bien sûr, j’entends d’ici la réaction parce que ce sont des Russes qui parlent.
    PS : j’attends toujours mon chèque du Kremlin.
    ;O)

     3

    Alerter
    • Myrkur34 // 01.10.2018 à 11h37

      Donc il suffit d’un petit film de 10 minutes avec des personnes baragouinant le russe pour contester un fait établi ? Intéressant.
      Moi je vous rappelle juste l’ordre chronologique, fin janvier 43, destruction de la quatrième armée allemande et de ses alliés italiens et roumains à Stalingrad, donc à partir de ce moment là , cela va être marche arrière pour la Wermacht sur le front soviétique en accumulant les pertes. (Le front de l’est, espérance de vie en moyenne pour le soldat allemand: 3 semaines !)
      Et pour contrer la baisse du moral de la population civile allemande et se redorer la pilule au niveau de l’opinion mondiale (grosse ficelle bien usée du méchant communiste au couteau entre les dents), les nazis et leur chef de la propagande Goebbels sortent ce massacre commis par le NKVD sur les ordres de Staline et de son âme damnée Beria.
      Il y avait aussi une petite tentative de séparer les alliés mais la conférence de Téhéran en novembre 1943 mis un terme à cet objectif fumeux et risible. Quant aux massacres des nazis en Pologne , ils furent monnaie courante parce que lebensraum,esclavage à organiser avec les survivants pour l’exploitation en coupe réglée de ce nouveau territoire pour les herrenvolk.
      C’est comme le nez au milieu de la figure, çà se voit tout de suite.

       0

      Alerter
  • marc // 27.09.2018 à 13h04

    On assiste à la même chose encore aujourd’hui en syrie, et par exemple lors de cet incident coutant la vie à 15 russes : comme l’a confirmé le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, aucune des cibles visées par les F16 israeliens n’était liée de près ou de loin à l’Iran ou au Hezbollah. Cette action israélienne n’avait aucun rapport avec la lutte internationale contre les jihadistes en général et Daesh en particulier. Elle n’avait pas plus de rapport avec le renversement de la République arabe syrienne ou de son président, Bachar el-Assad. Son objectif principal était de tuer des scientifiques militaires, notamment les spécialistes des roquettes de l’Institut des industries techniques de Lattaquié.

    Il s’agit donc de la reprise et de la continuation de la politique d’assassinats ciblés conduite par Israël depuis une vingtaine d’années, successivement contre les scientifiques iraquiens, iraniens et désormais syriens. C’est un des piliers de la politique coloniale : empêcher les peuples soumis d’atteindre le même niveau d’éducation que leurs maîtres. Jadis, les Occidentaux interdisaient à leurs esclaves d’apprendre à lire sous peine de mort. Aujourd’hui, ils éliminent leurs scientifiques. Cette politique avait été relancée avec le bombardement britannico-franco-US (14 avril 2018) dont la seule cible détruite fut le centre de recherche scientifique de Barzeh [7], puis avec la rupture de l’accord 5+1 avec l’Iran (JCPoA) qui a contraint ce pays à fermer ses facultés de physique nucléaire (8 mai 2018).

    C’est une répartition des tâches : les jihadistes détruisent le passé, les Occidentaux l’avenir.

     25

    Alerter
  • Babar // 27.09.2018 à 13h17

    “«La guerre d’Irak a été conçue par 25 néo conservateurs américains, juifs pour la plupart», ”
    Pourquoi cette mention “juifs”? Une telle affirmation non gratuite exige une preuve d’abord et une explication sur l’intérêt de cette précision.

     1

    Alerter
    • rene naba // 27.09.2018 à 17h58

      réponse à Babar

      La source est contenue dans le texte http://www.w41k.com/125073

      Et pourquoi donc s’interdire cette précision? serait ce tabou?

       12

      Alerter
      • christian gedeon // 29.09.2018 à 16h46

        René Naba a raison..je vais donc dire que les pays arabo musulmans qui sont dans la mouise jusqu’au cou sont tous gouvernés par des hommes,musulmans ,pas pour la plupart,mais en totalité,à l’exception du Liban dont le président sans pouvoir réel est chrétien. Si on peut dire l’un,on peut dire l’autre,n’est ce pas,M. Naba?

         0

        Alerter
  • rene naba // 27.09.2018 à 18h15

    Réponse additive à Babar

    Ce fait est de notoriété publique. Pour la clarté du débat, il convient de briser cette omerta, et vous, vous réveiller de votre sommeil dogmatique ou de la tentation d’instaurer une forme de terreur intellectuelle en brandissant comme un épouvantail le terme juif; Pour votre édification, ci joint une analyse d’un ancien ambassadeur de France qui brise ouvertement le tabou

    https://globalepresse.net/2017/06/11/michel-raimbaud-en-france-latlantisme-et-le-sionisme-sont-les-deux-mamelles-des-neocons/

     14

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications