Les Crises Les Crises
19.mai.202019.5.2020 // Les Crises

Le sabotage dans la recherche sur le Covid-19

Merci 221
J'envoie

Source : BMJ
Traduit par l’équipe Les-Crises

Un déluge de recherches de mauvaise qualité sabote une réponse efficace basée sur des preuves.

Le monde de la recherche médicale réagit à la pandémie de Covid-19 à une vitesse vertigineuse. Le maelström de la recherche mondiale a eu des conséquences mitigées. Parmi les aspects positifs, on peut citer un accès plus large aux études sur le Covid-19, une collaboration accrue, une gouvernance et des approbations éthiques accélérées des nouvelles études cliniques, et une utilisation plus large des pré-impressions.

Mais de nombreux problèmes sont devenus évidents. Avant la pandémie, on estimait que jusqu’à 85 % des recherches étaient gaspillées en raison de la médiocrité des questions, de la mauvaise conception des études, de l’inefficacité de la réglementation et de la conduite des études, et de l’absence ou de la mauvaise communication des résultats. Nombre de ces problèmes sont amplifiés dans la recherche sur le Covid-19, les contraintes de temps et l’insuffisance des infrastructures de recherche y contribuant.

Essais

Un nombre extraordinaire d’essais autour du Covid-19 a été enregistré depuis le début de la pandémie. Le registre ClinicalTrials.gov de la National Library of Medicine répertorie 1087 études sur le Covid-19. Bien que certaines fournissent des informations utiles, beaucoup sont trop petites et mal conçues pour être utiles, ne faisant que s’ajouter au bruit du Covid-19.

Sur les 145 essais enregistrés concernant l’hydroxychloroquine, par exemple, 32 ont un échantillon prévu de ≤100, 10 n’ont pas de groupe de contrôle et 12 sont comparatifs mais non randomisés. Les mesures des résultats varient considérablement, et seules 50 semblent être multicentriques. Il est frappant de constater qu’une seule d’entre elles fournit un protocole, et que même les détails limités du registre révèlent des changements de résultats injustifiés.

Le déséquilibre des sujets d’essai est préoccupant, en particulier la rareté des essais sur les interventions non médicamenteuses. Bien que les interventions non médicamenteuses soient le pilier de l’atténuation actuelle, nous n’avons trouvé que deux essais de masques sur ClinicalTrials.gov et aucun n’a examiné la distanciation sociale, l’effet ou le respect de la quarantaine, l’hygiène des mains ou d’autres interventions non médicamenteuses.

Le financement de la recherche sur le Covid-19 reflète ce triste déséquilibre. Une recherche dans « Covid-19 Research Project Tracker », une base de données en direct des projets Covid-19 financés, n’a trouvé presque aucune recherche primaire sur les effets des interventions non médicamenteuses sur la transmissibilité, par rapport à des centaines de projets d’intervention médicamenteuse d’une valeur d’au moins 74 millions de dollars (60 millions de livres sterling ; 67 millions d’euros).

Preprints

Les préimpressions ont permis d’accéder rapidement aux résultats des études. Le nombre d’articles publiés dans MedRxiv a augmenté de plus de 400 % (de 586 pour les 15 dernières semaines de 2019 à 2572 pour les 15 premières semaines de 2020), tandis que le nombre de consultations et de téléchargements a été multiplié par 100.

Toutefois, de nombreuses préimpressions sont mal signalées. En examinant systématiquement la proportion de cas asymptomatiques de Covid-19, nous avons constaté que la base d’échantillonnage de la plupart des études n’était pas claire, que les cas manquants n’étaient pas documentés et que le terme « asymptomatique » n’était pas défini.

Nous avons également relevé des désaccords entre le texte et les tableaux. Beaucoup de ces problèmes pourraient être corrigés avant la publication complète (qui ne suit pas toujours), mais la mauvaise qualité des rapports complique l’évaluation et la synthèse des recherches déjà effectuées.

L’accès aux prépublications a également conduit à une diffusion irresponsable, les études défectueuses étant reprises par les médias. La prépublication de la première étude publiée sur l’hydroxychloroquine le 20 mars 2020 – une étude non randomisée portant sur 46 patients et comportant des analyses inappropriées – a été citée 520 fois, tandis qu’un essai randomisé plus important sur l’hydroxychloroquine, publié sur MedRxiv le 14 avril et ne montrant aucun bénéfice, a reçu beaucoup moins d’attention.

L’attention médiatique déséquilibrée accordée à la première étude a déclenché une vague de recherches probablement largement inutiles ou mal orientées : 135 études sur l’hydroxychloroquine ont été enregistrées sur ClinicalTrials.gov depuis le 20 mars.

Gaspillage, duplication

Il est important de reproduire certaines études, mais la répétition inutile d’études est un gaspillage. Le grand nombre d’essais enregistrés évaluant l’hydroxychloroquine en est une illustration, mais le gaspillage se produit également dans d’autres types de recherche. Au moins cinq études systématiques sur les masques faciaux destinés aux personnes vivant dans la communauté ont été réalisées en parallèle.

L’infrastructure de recherche permettant la collaboration et la communication est extrêmement limitée, les fissures du système étant rendues plus apparentes par le rythme et le volume de la recherche sur le Covid-19. Les registres n’existent pas pour la plupart des types d’études. Lorsqu’il y a une ruée mondiale pour faire des recherches sur une maladie, un portail centralisé et accessible (hébergé par l’Organisation mondiale de la santé par exemple) de toutes les recherches et synthèses en cours serait d’une valeur inestimable.

Plusieurs collaborations de recherche importantes sont engagées avec la recherche sur le Covid-19. La plus notable est peut-être la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), qui disposait déjà de mécanismes de financement et de coordination des vaccins, qui développe et teste huit vaccins candidats en parallèle.

De même, l’infrastructure d’essais multicentriques du Royaume-Uni a permis l’essai RECOVERY de quatre traitements contre le Covid-19 ; elle a permis de recruter plus de 9 000 patients dans 173 centres en moins de deux mois.

Mais ces exemples sont rares et la coordination de nombreux domaines importants de la recherche sur les pandémies a fait défaut. Étant donné le risque qu’un vaccin soit inefficace, partiellement efficace ou retardé, il est urgent de créer un organisme similaire à la CEPI qui pourrait coordonner et soutenir les recherches négligées sur les interventions non médicamenteuses telles que l’éloignement, l’hygiène des mains, les masques, la traçabilité et les modifications de l’environnement, qui ont été jusqu’à présent les seuls moyens de contrôle efficaces.

Ce gaspillage massif de la recherche n’est pas nouveau, mais il a été exacerbé par une ruée inspirée de la pandémie. Si la mauvaise qualité de la recherche sur le Covid-19 doit être examinée immédiatement, d’autres problèmes doivent être traités à long terme, et certainement avant la prochaine pandémie.

Source : BMJ
Traduit par l’équipe Les-Crises


Les essais de médicaments contre le coronavirus doivent devenir plus importants et plus collaboratifs

Source : Nature
Traduit par l’équipe Les-Crises

La pandémie a donné lieu à un trop grand nombre d’essais cliniques de petite taille et non contrôlés.

Les chercheurs se sont mobilisés de manière inédite pour vaincre la pandémie de coronavirus. Ils réoutillent les laboratoires pour se concentrer sur le virus, aident aux essais et, dans le cas des cliniciens-chercheurs, travaillent fébrilement pour mener des études de recherche tout en traitant les patients dans des systèmes de santé débordés.

Certains essais cliniques – comme l’essai Solidarité de l’Organisation mondiale de la santé portant sur quatre thérapies potentielles COVID-19 – sont de grande envergure et menés en collaboration. Ils impliquent des équipes travaillant ensemble sur de nombreux sites pour tester les médicaments candidats contre le COVID-19. Cependant, dans l’urgence de trouver des traitements, d’autres essais sont plus petits, n’incluent pas toujours un groupe témoin et ne testent pas les médicaments sur un nombre suffisant de patients pour fournir des résultats statistiquement significatifs.

En pleine pandémie, il y a la place pour une telle exploration initiale de traitements potentiels pour ceux qui sont gravement malades. Elles peuvent être rapidement organisées et ne nécessitent pas de ressources importantes, ce qui permet aux cliniciens des petits hôpitaux et à ceux qui disposent de budgets plus modestes de mener des recherches. Mais, en fin de compte, la recherche d’un médicament efficace nécessite la puissance d’échelle et l’apprentissage qui découle de la collaboration. De plus, un plus grand nombre d’essais doit inclure des groupes de contrôle et garantir la transparence des données.

Les études sur le médicament antiviral expérimental remdesivir fournissent un exemple du chaos clinique qui peut s’ensuivre lorsque les essais ne sont pas bien conçus. Le remdesivir est largement considéré comme l’un des meilleurs candidats contre le SARS-CoV-2. Au cours des quatre derniers mois, une série d’études ont été lancées pour étudier l’efficacité du remdesivir contre le COVID-19, mais elles ont donné des résultats contradictoires.

Les espoirs ont d’abord été suscités par une analyse précoce de 53 personnes gravement malades du COVID-19 aux États-Unis, en Europe, au Canada et au Japon, à qui l’on a administré du remdesivir. Soixante-huit pour cent d’entre elles ont montré une amélioration clinique lorsqu’on leur a administré le médicament (J. Grein et al. N. Engl. J. Med. http://doi.org/ggrm99 ; 2020).

Toutefois, l’étude ne comportait pas de groupe témoin et n’était pas un essai clinique organisé – elle comprenait plutôt des observations de patients à qui le médicament avait été administré dans un effort ultime pour leur sauver la vie.

En revanche, un essai randomisé contrôlé par placebo sur le remdesivir mené en Chine, qui a commencé avec 236 patients COVID-19, n’a pas trouvé de bénéfice significatif (Y. Wang et al. Lancet http://doi.org/ggtgvt ; 2020). Mais l’inscription à cet essai a été interrompue prématurément lorsque l’épidémie en Chine s’est calmée, laissant l’essai sans suffisamment de participants pour pouvoir détecter des effets relativement légers avec une rigueur statistique.

Des espoirs ont également été suscités lorsque Gilead Sciences à Foster City, en Californie – la société qui fabrique le remdesivir et détient le brevet – a publié le 29 avril les résultats d’une étude portant sur 397 personnes. Elle a indiqué que les patients peuvent être traités aussi bien avec un traitement de cinq jours qu’avec un traitement de dix jours, mais comme l’étude ne comportait pas de groupe de contrôle, il fut impossible de conclure avec certitude si le médicament avait été efficace.

Le même jour, l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses de Bethesda, dans le Maryland, a annoncé les résultats préliminaires d’un essai randomisé contrôlé par placebo avec 1 063 participants. Selon ces résultats préliminaires, les personnes ayant reçu le médicament ont été libérées de l’hôpital ou ont retrouvé un « niveau d’activité normal » après une période médiane de 11 jours d’hospitalisation, contre 15 jours pour celles ayant reçu un placebo. Mais les résultats ont été annoncés lors d’une conférence de presse et les données complètes n’ont pas encore été publiées. Nous ne savons donc pas, par exemple, combien de fois les participants ont subi des effets secondaires indésirables, ni dans quelle mesure les résultats des groupes de contrôle et de traitement correspondaient à ceux des groupes témoins en termes d’âge et d’autres conditions médicales.

Essais et tribulations

Deux autres médicaments – l’hydroxychloroquine et la chloroquine – constituent une autre étude de cas dans les pièges des petits essais non contrôlés. Après que les premières études sur des cellules cultivées en laboratoire aient suggéré que ces médicaments pourraient être efficaces contre le SARS-CoV-2 (M. Wang et al. Cell Res. 30, 269-271 ; 2020), des essais cliniques ont été lancés dans le monde entier. Mais à la suite de multiples essais – dont beaucoup sont de petite taille et non contrôlés – les chercheurs n’ont toujours pas de réponse claire quant à l’efficacité des médicaments contre le COVID-19 chez l’homme. Malgré cela – et malgré leurs effets connus sur le cœur – des leaders mondiaux tels que le président américain Donald Trump ont alimenté une ruée vers ces médicaments.

Il y a une autre façon de procéder. L’étude REMAP-CAP, par exemple, est une vaste étude testant divers traitements contre le COVID-19, y compris l’hydroxychloroquine. Elle comprendra des participants de plus de 160 sites répartis dans 14 pays. L’étude tire parti de plans d’essai clinique sophistiqués qui permettent aux chercheurs d’ajouter des groupes de traitement à l’essai en cours – et de supprimer ceux qui, selon les données préliminaires, ne donnent pas de bons résultats. Le REMAP-CAP a bénéficié d’un temps de préparation : il a été conçu à l’origine pour étudier la pneumonie, et a depuis changé d’orientation pour se concentrer sur le COVID-19.

Une urgence pandémique est une raison de travailler plus rapidement, mais les chercheurs ne doivent pas perdre de vue que les interventions expérimentales comportent un risque inhérent pour le patient. Pour contrebalancer ce risque, les essais cliniques doivent être conçus de manière aussi robuste que possible. Certains essais doivent être de petite envergure, des explorations initiales de traitements potentiels ; mais, après cela, les chercheurs doivent voir grand. Il est important de passer rapidement à des essais collaboratifs de plus grande envergure – qui dépassent les frontières et partagent l’expertise – qui ont plus de chances de montrer ce qui fonctionne vraiment.

Source : Nature
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

Lusmerdit // 19.05.2020 à 07h46

En français dans le milieu de la recherche, on traduit le mot preprint plutôt par « prépublication » plutôt qu’une « préimpression ». (Merci pour votre excellent travail de traduction)

111 réactions et commentaires

  • Lusmerdit // 19.05.2020 à 07h46

    En français dans le milieu de la recherche, on traduit le mot preprint plutôt par « prépublication » plutôt qu’une « préimpression ». (Merci pour votre excellent travail de traduction)

      +14

    Alerter
    • bob // 19.05.2020 à 11h09

      Ah oui ? Comme »sabotage »? le premier mot du titre de l’article qui traduit waste, déchet ! Bravo le sensationnalisme…

        +12

      Alerter
      • Alfred // 19.05.2020 à 14h31

        Toutes les bonnes choses ont une fin. Par entrisme ou décrépitude. C’est toujours une longue agonie.

          +5

        Alerter
      • sara // 19.05.2020 à 18h39

        Le mot « sabotage » est bien dans le titre en dessous:
        « A deluge of poor quality research is sabotaging an effective evidence based response « 

          +8

        Alerter
  • François // 19.05.2020 à 07h54

    Ce n’est pas bien, la majorité des scientifiques n’ont pas été scientifique dans leurs démarches 🤔 panpan cul cul 😆 toujours tendancieux ces articles…

    Seul les grands groupes ou les grands labo ont les moyens d’avoir une démarche scientifique et les autres pas…. La palice n’aurait pas mieux dit. Nous le savons depuis des années.

    Dans son rapport de 2003, le Pr Raoult avait proposé 7 centres spécialisés comme son IHU. Rien n’a été fait, lui il a fait le sien.

    a Marseille vous trouvez de nombreux spécialistes dans ce domaine…

      +96

    Alerter
    • Bigtof // 19.05.2020 à 08h37

      La CEPI, Ce ne serait pas cet organisme financé par une certaine fondation qui finance elle-même un certain nombre de recherches sur les vxxxxxs ?
      https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2017/11/OPP1180343

        +26

      Alerter
      • Clode // 20.05.2020 à 09h26

        La fondation Rockefeller est accusée dans un procès en cours depuis avril 2015, pour son rôle supposé dans l’affaire de l’expérimentation sur la syphilis au Guatemala. La justice américaine accepte en janvier 2019 d’ouvrir un procès contre Fondation Rockefeller. Près de 700 cobayes, parmi lesquels des enfants, avaient été contaminés sans leur consentement pour vérifier l’efficacité de la pénicilline sur les maladies sexuellement transmissibles. »
        Son actuel président : Rajiv Shah
        En 2001, il rejoint la Fondation Bill-et-Melinda Gates, et y occupe différents postes. Il est notamment directeur du développement agricole, où il privilégie le développement des OGM, directeur des services financiers, responsable de la Strategic Opportunities Initiative et du Fonds pour les vax de la fondation.

        Il devient ensuite, brièvement, sous-secrétaire d’État à l’agriculture chargé de la recherche, en avril 2009. Le 24 décembre 2009, il est nommé directeur de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (US AID).

        Il siège notamment aux organisations suivantes : Commission Trilatérale, Atlantic Council, International Rescue Committee.
        Source Wikipedia

          +9

        Alerter
    • Surya // 19.05.2020 à 09h01

      ça a l’air d’être une belle machine de blanchissement d’argent et de versement de pots de vin la fondation Gates

        +8

      Alerter
    • Armiansk // 19.05.2020 à 09h03

      Il est vrai que Raoult 2003 propose la création d’infectiopôles (mais pas forcément en charge des virus émergents) : sept, plus en outremer (trois ?).
      Mais de là à résumer par «Rien n’a été fait, lui il a fait le sien.»…
      https://www.ihu-france.org/fr/
      Les IHU ont été lancés sur financement des investissements d’avenir vers 2010. Il en existe six, dont, effectivement, celui de Marseille est chargé de la recherche sur les maladies infectieuses. Le Pr Raoult a «fait le sien» grâce à l’argent public ; son projet a reçu 72 M€, la plus importante subvention dans le domaine. Un septième IHU a été annoncé en 2018. L’IHU MI n’existait pas en 2003, et j’ignore s’il existait une structure alors (l’URMITE, qui préfigure l’IHU MI, naît en 2008 seulement).

        +14

      Alerter
      • Bigtof // 19.05.2020 à 09h55

        Je propose à tous la lecture du rapport questions-réponses de Raoult aux Sénat.
        Vous pouvez télécharger l’intégralité du rapport ici : https://gomet.net/didier-raoult-devant-les-senateurs/3/

          +23

        Alerter
        • Armiansk // 19.05.2020 à 10h44

          Que tirez-vous de cette lecture ? Vous n’êtes pas sur twitter, vous pouvez développer vos réflexions.

            +7

          Alerter
          • Incognitototo // 19.05.2020 à 15h47

            J’ai lu ce rapport en lecture rapide, c’est-à-dire sans rentrer dans le détail des études citées. Même pour un agnostique comme moi, c’est très convaincant, et ce d’autant plus que la façon dont Raoult répond à la commission n’a rien à voir avec ses shows (limite délirants) sur YouTube. Il persiste cependant sur la « fin de partie », sans admettre que si c’est le cas, c’est bien parce qu’on a pris le problème au sérieux, notamment en Chine.
            En termes de réponse politique sur la gestion de la pandémie, difficile d’être en désaccord avec lui.
            Il défend abondamment que l’association médicamenteuse (HCQ+AZI) est « miraculeuse ». Il n’apporte cependant que 2 études qui confirmeraient la sienne et balaye d’un revers de main celles qui les infirment. C’est cependant impressionnant de constater (si ses chiffres sont bons) que plus de la moitié du monde utiliserait cette thérapeutique et la seule question qui se pose est : pourquoi, avec autant de patients traités, y a-t-il aussi peu de données qui confirment ses thèses ?
            En attendant que « Les Crises » nous fasse une analyse critique de ce rapport 🙂 ; si personnellement j’étais touché par cette saloperie (en l’absence d’une autre proposition thérapeutique éprouvée), je ne refuserais pas en conséquence d’être traité tel qu’il le propose. Étant une personne à multiples risques, je pourrai faire partie des données qui manquent pour savoir si son association thérapeutique est dangereuse ou non, notamment pour les cardiaques. Si c’est le cas, pas de bol pour moi, je ne pourrai même pas constater que j’ai été utile à la « science » 🙁 .

              +20

            Alerter
        • Wakizashi // 19.05.2020 à 12h50

          Ce rapport est une bombe, et tous les arguments sont documentés et sourcés, ça devrait plaire à certains… qui ne le liront probablement jamais. Après tant de semaines et d’énergie passées à essayer de faire passer Raoult pour un incompétent et/ou un malhonnête (en défendant pour ce faire le gouvernement et ses affidés), se retrouver à prendre le risque de devoir répondre une réelle argumentation technique du même Raoult, c’est trop demander…

          Sans parler des chances que ce post ne soit pas effacé par une « modération » dont la modération est désormais légendaire.

            +36

          Alerter
          • Toupartou // 19.05.2020 à 14h47

            Armiansk vous êtes pathétique dans votre hystérie anti-Raoult. Dans l’extrait que vous citez vous mélangez l’idée d’un risque réel mais rare avec l’idée générale [modéré] qui consiste à mettre en avant comme une conséquence certaine le danger de l’association hydroxychloroquine + azithromycine. Or, l’extrait en question se contente de dire de faire attention dans l’utilisation de ces médicaments (dont je vous rappelle la très faible dangerosité, bien connue depuis de nombreuses années) comme pour tout médicament du reste y comppris le paracétamol. Je me demande sincèrement quelles sont les vraies motivations de tous ces détracteurs sans nuances qui quoi que dise le professeur Raoult en rajoutent dans des critiques de plus en plus indigentes, malsaines et il faut bien le dire (comme on le voit ci-dessus) mal ou non argumentées. C’est lamentable.

              +28

            Alerter
          • Wakizashi // 19.05.2020 à 14h58

            Oui c’est comique, ou pathétique (au choix). Pour la comparaison avec le Redemsivir, c’est à l’étude du dessus qu’il se réfère. Soit vous êtes tellement obnubilé à chercher l’erreur que vous lisez trop vite (pour quelqu’un qui accuse Raoult de ne pas lire les publis c’est comique), soit vous ne comprenez même pas ce que vous lisez, auquel cas c’est pire :

            « The purpose of this article is to COMPARE in silico the REDEMSIVIR, Lopinavir-Ritonavir or its control group described in publications to our cohort of 3,000 patients treated with HCQ+AZ dual therapy to find an obvious benefit with our treatment. »

            Quand au risque de torsade, outre ce que dit Toupartou qui montre que décidément vous ne comprenez rien à ce que vous lisez, Raoult rappelle que « avant le début de cet épisode, et dans ce qui est la référence encyclopédique online la plus utilisée au monde, qui s’appelle « uptodate », lorsqu’on regarde le risque de « torsade de pointe » (risque cardiaque théorique), les anti-paludiques dont la chloroquine ne sont pas mêmes mentionnés. » Tiens donc…

              +19

            Alerter
          • Francois Marquet // 19.05.2020 à 15h12
          • Armiansk // 19.05.2020 à 18h05

            Wakizashi, belle proposition pour mettre de la cohérence dans le texte du Pr Raoult. Cependant, la phrase que j’ai citée est d’un seul tenant ‹phrase du Pr Raoult›+‹référence №15›. Comme du reste les autres références, depuis la (1), qui suivent (non : précèdent) le propos à sourcer. Voulez-vous confirmer que votre argument ne tient pas ?

            Sur uptodate.com : d’une part, ça n’était pas le sujet. D’autre part, puisque vous m’incitez à aller vérifier l’affirmation du Pr Raoult : https://www.uptodate.com/contents/chloroquine-drug-information cite une publi de 2003 mentionnant «Chloroquine (TdP reported)», on peut douter que cette publi aurait été ajoutée postérieurement à la consultation du site par le Pr Raoult. À moins qu’il ne soit pas allé sur la bonne page.

            Sur le risque cardiaque : celui-ci est mentionné dans la source donnée par le Pr Raoult lui-même. Tant pis s’il n’a pas pris le temps de lire la conclusion du papier sur lequel il se base.

            Pour citer Toupartou : évitons les «critiques de plus en plus indigentes, malsaines et il faut bien le dire (comme on le voit ci-dessus) mal ou non argumentées. C’est lamentable.»

              +3

            Alerter
          • emmanuel // 19.05.2020 à 19h13

            « Armiansk // 19.05.2020 à 18h05
            Wakizashi, belle proposition pour mettre de la cohérence dans le texte du Pr Raoult. Cependant, la phrase que j’ai citée est d’un seul tenant ‹phrase du Pr Raoult›+‹référence №15›. Comme du reste les autres références, depuis la (1), qui suivent (non : précèdent) le propos à sourcer. Voulez-vous confirmer que votre argument ne tient pas ? »

            Sauf que comme vous le dite « oui, j’ai pris une ligne, et fait une vérification vite-fait »

            La phrase du Dr Raoult fait référence aux études (13) et (14) 1 pages plus haut et donne en référence l’étude faite par l’IHU (15) pour étayer ces propos.
            Si vous voulez absolument discréditer cet homme faite quelques efforts cela aura un peu plus de poids.

              +11

            Alerter
          • Armiansk // 19.05.2020 à 21h54

            «La phrase du Dr Raoult fait référence aux études (13) et (14) 1 pages plus haut »

            Donc, en fait, il faut aller chercher la source ailleurs, dans un autre paragraphe ?
            Allons donc voir (13) : le mot «chloroquine» n’y apparaît que suivi de «résultats décevants» («hydroxychloroquine and lopinavir–ritonavir, report disappointing findings so far»).
            Tentons alors voir (14) : l’article n’est pas disponible sur https://www.mediterranee-infection.com/pre-prints-ihu/, pas mentionné sur le site de la revue https://www.thelancet.com, je ne l’ai pas trouvé sur internet. Où est-il ?

            Si je voulais «absolument discréditer cet homme», je ferais confiance à certains de ses thuriféraires pour m’y aider.
            Il se trouve que, pour ma part, je suis plutôt intéressé par comprendre les faits (et comment les personnes se les approprient et les relaient). D’ailleurs, puisque vous êtes là : comment, à votre avis, tant de défenses de ces quelques lignes se basent-elles sur des éléments que leurs défenseurs n’ont pas pris la peine de contrôler ?

              +3

            Alerter
          • tepavac // 20.05.2020 à 00h01

            D’ailleurs, puisque vous l’évoquez
             » comment, à votre avis, tant de défenses de ces quelques lignes se basent-elles sur des éléments que leurs défenseurs n’ont pas pris la peine de contrôler ? »

            Il semble bien que leur réactions ressemble à la votre, au travers d’une pré-configuration idéologique, vous leur enlevez la certitude d’un soin, ou pointe l’espoir d’une guérison, sans apporter d’autres réponse que celle d’attendre, cloitré dans les grottes du désespoir la venue d’une certitude scientifiquement élue.

            Je ne vois là rien de contradictoire, sauf votre propre étonnement sur le sujet.

            En 40, ceux qui se terraient sous les ordres devaient trouver inconscients ceux qui refusaient le diktat de la peur et de la soumission. Pourtant loin d’être des inconscients, ils prenaient gardes, tombaient mais se relevaient et de chaque défaite ils apprenaient…
            Raoult ou HCQ, qu’elle importance le nom et la méthode, il se bat, il résiste, ce n’est pas le seul, chacun avec sa méthode, ils sont des milliers et c’est tout ce qui compte.

              +3

            Alerter
          • Wakizashi // 20.05.2020 à 10h14

            @ Armiansk

            Vous avez l’art d’enliser les débats… à force on finit par ne plus savoir quel est le sujet de départ.

            En l’occurrence je ne comprends même pas de quoi on parle. Raoult dit qu’à l’IHU ils ont « montré que l’issue était plus favorable avec l’hydroxychloroquine et l’azythromycine qu’avec le Remdesivir » en s’appuyant sur cette étude dont l’objet est : « The purpose of this article is to compare in silico the Redemsivir, […] to our cohort of 3,000 patients treated with HCQ+AZ dual therapy to find an obvious benefit with our treatment. » Ceux qui ne veulent pas comprendre ce qui est pourtant limpide ne comprendront pas, au fond c’est leur problème.

            Mais si face à votre déni sur le mode « ceci n’est pas une pipe », il n’y a rien à dire, une question naïve se pose cependant : qu’est-ce que Raoult vous a fait pour être aussi obtus avec lui ?

              +5

            Alerter
      • ouvrierpcf // 19.05.2020 à 17h37

        le Pr RAOULT a fait le sien? non non le Pr RAOULT uitilise ses compétences et travaille au service de IHU et avec son équipe ses équipes a soigné plus de 10 000 marseillais combien de subventions en euros au travers du CICE pour SANOFI ? les actionnaires de SANOFI n’ont ils pas reçu de dividendes en 2019? combien plus ou moins de 72 M euros?

          +3

        Alerter
        • Bigtof // 20.05.2020 à 09h24

          4 milliards d’Euros de dividendes pour les actionnaires de Sanofi…

            +4

          Alerter
    • catherine // 19.05.2020 à 16h02
    • François // 19.05.2020 à 18h35

      Les chinois aurait trouvé un traitement sans vaccin… Il suffit de faire de la veille technologique, nous savons le faire, je ne comprends que nos chercheurs ne trouvent pas les infos….

      https://www.lefigaro.fr/flash-actu/un-laboratoire-chinois-pense-pouvoir-stopper-la-pandemie-sans-vaccin-20200519

      Cette demande me semble intéressante

        +5

      Alerter
    • Baybee // 20.05.2020 à 05h06

      Allé, encore un troll, un … quelle platitude …

        +0

      Alerter
  • Tchoo // 19.05.2020 à 08h32

    Étrange les propos que l’on lit ici.
    En gros les expérimentations sont plus ou moins mal faites à 85 % en temps « normal »
    Il semblerait que ce soit la même chose pour cette pandémie. Donc rien de nouveau sous le soleil
    Et puis arrivé le vrai sujet ce fameux remmachinchose qui donne plein d’espoir bien que ces effets secondaires soient peu étudiés et connu alors que la chlorotruc dont on doute de l’efficacité à i effet secondaire, elle C’est sur…
    A peine, à peine à légère touche un article orienté. Un bel exemple d’ajout de brouillard à un sujet où une poule de retrouverai pas ses petits

      +23

    Alerter
    • NulH // 19.05.2020 à 11h54

      Pour porter une critique (on lira la déf. de ce terme. / le site du CNRTL) il faut, effectivement une démarche scientifique, dite de recherche.

      Cependant, comme elle n’est pas présentée en début de cet article, celui-ci ne peut ensuite est retenu, que, comme une suite de notes, dont tout est à revoir (là aussi aller / le site du CNRTL, pour comprendre, à minima un sens scientifique, du terme « revoir »).

      Ce type de détail a déjà été fourni par d’autres lecteurs, visiblement, connoisseurs d’une « chose » dans un « sujet » de la « critique » dite « scientifique »…

      Il convient donc, d’informer tout autre lecteur, non, un petit peu, averti de ces choses, de rester prudent ensuite.

        +1

      Alerter
  • Marire // 19.05.2020 à 08h33

    Et pendant ce temps-là, les médecins de ville disent en privé: « on peut faire face à une 2e vague. Maintenant, on sait comment soigner les gens.  »
    La recherche pharmaceutique est pourrie par l’argent, mais le bon sens et l’urgence ont repris le dessus.

      +29

    Alerter
    • ken // 19.05.2020 à 12h04

      L’aromathérapie a très bien marché. Les médecins s’y mettent. Un diplôme universitaire a éte crée à Strasbourg, Des études chinoises et japonaises ont montré que l’huile essentielle de ravintsara était sans doute l’antivirus le plus puissant au monde…

        +7

      Alerter
      • jacques // 19.05.2020 à 12h36

        Pourriez vous fournir des sources svp?
        Je n’ai trouvé aucune référence a une quelconque efficacité de cette huile.

          +2

        Alerter
      • Chris // 19.05.2020 à 14h19

        Perso, je la combine en fumigation avec l’HE Thym à thymol et Eucalyptus radiée, une goute de chaque (sinon piquant à inhaler), dès les premier signes d’un refroidissement : très efficace. La Tea Tree n’est pas mal non plus (effet antibiotique).
        Solution que je diffuse dans le séjour, autant pour le plaisir olfatique que pour assainir l’air. J’y ajoute un soupçon de Ylang ylang pour « réchauffer » la composition.
        Pour les paresseux, introduire une fine noix de Vicks Vaporub dans chaque narine et sur le sinus frontal avant de vous endormir… et au réveil si conséquent. Cette noix peut aussi faire l’affaire pour une fumigation, mais moins ciblé.
        Ravintsara est également fongicide : une goutte sur l’endroit après un bain de pieds au bicarbonate de sodium.
        Les HE sont des substances très actives, mais leurs effets prennent du temps si l’infection est installée.
        Il n’y a aucune gloire (et profits) à faire de la prévention : les médocs à effets secondaires nous ont rendu négligents, paresseux… et trompe-la-mort.

          +6

        Alerter
  • Santerre // 19.05.2020 à 08h35

    Trés bien ces articles qui remettent les pendules à l’heure.
    Par exemple la « communauté scientifique » a, à juste titre, honni la démarche de Raoult en critiquant les faiblesses du protocole et des échantillons.
    Mais l’intégralité des « études » que la presse claironne prouvant l’inefficacité de ce traitement ont des protocoles encore plus fantaisistes ou inexistants et les échantillons plus faibles encore.
    Une des grandes victimes de cette crise Covid restera la faillite des scientifiques qui se montrent sous leur vrai jour pas moins véreux, corrompus, partisans, narcissiques et minables que des politicards ou des journalistes de cour.
    Après la faillite des politiques, celle des journalistes, celle des intellos et celle des juges, voilà encore une de nos muraille civilisationelle qui s’effondre.

      +53

    Alerter
    • Hit // 19.05.2020 à 14h13

      C’est bien car salutaire de critiquer la recherche scientifique (effectivement 85%des articles publiés depuis des années n’ont aucun intérêt, si ce n’est d’ajouter des publications à leur (co) auteur).

      Le chantre de cette méthode corrompue est actuellement au centre de toutes les attentions, joue la vierge effarouchée alors que c’est le champion du monde de ce système perverti, dans son domaine de spécialité.

      Réveil!

      Peste ou choléra…

        +6

      Alerter
      • medmed // 19.05.2020 à 16h50

        @ Hit
        [modéré]
        D’un coté vous attaquez le Pr parce qu’il parcourt des sentiers non banalisés et de l’autre parce qu’il fait comme les autres. Faudrait savoir !
        Pour la publication des études scientifique des règles existent …
        « Les positions dont la signification sont les plus claires sont celle de premier et de dernier auteur,
        le premier auteur étant celui dont la contribution opérationnelle a été la plus importante –
        souvent un chercheur « junior », le dernier auteur étant un chercheur « senior » qui l’a conseillé et
        a guidé le projet. »
        https://aviesan.fr/mediatheque/fichiers/version-francaise/rapports-documents-fr/telecharger-le-document
        Le Pr Raoult se trouve ou dans la plupart des publications de l’IHU ?

          +5

        Alerter
        • Mathias // 20.05.2020 à 09h17

          Dans le cas des deux groupes de recherche pour lesquels j’ai bossé (je fais de la recherche dans un autre domaine que Ragoût), le dernier auteur est souvent celui qui tient le cordon de la bourse. Avec quelques exceptions (pour booster le CV d’un post-doc qui a bien contribué à une étude, par exemple). Donc pas forcément un « chercheur « senior » qui l’a conseillé et a guidé le projet. »
          Toutefois, TOUS les auteurs ont TOUJOURS relu et donné du feedback sur TOUS les papiers dont je suis co-auteur. Ce qui fait que j’ai toujours bossé avec des personnes meilleures que Ragoût 🙂

            +2

          Alerter
  • Owen // 19.05.2020 à 08h37

    Passer l’ensemble de la crise à ne parler que d’études statistiques à l’utilisation de médicaments et expliquer in fine que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour soigner…

    C’est toujours usant de se faire expliquer ce qu’on sait depuis longtemps.

    Allez, un effort encore: quels sont les conflits d’intentions, qui cherche à mener quel le jeu à la place des médecins traitants avec ces essais qui ne parlent pas ?

    Mais je subodore la suite avec ce genre d’articles: quand un vaxxin sortira, on ne publiera guère d’études. Les médias diront alors: « on l’a bien vu, c’est compliqué, aux résultats contradictoires et ça ne marche pas bien » (les études hein, pas le vaxxin, ça on sait que ça soigne…).

      +18

    Alerter
  • Lucho // 19.05.2020 à 08h40

    Cet article souligne bien l’absence d’études concernant les mesures non médicamenteuses, en particulier l’assignation à résidence de l’ensemble d’une population de manière aveugle.
    A ce jour aucune étude scientifique, multicentrique, avec groupe de contrôle randomisé, ne permet de montrer que cette mesure était efficace (ou néfaste). Tout ce dont nous disposons est des résultats de modèles mathématiques de la Imperial College, de l’officine dans le marais à Paris ou de l’équipe de Fauci.
    A ce jour, l’efficacité du confinement aveugle relève de la croyance.

      +16

    Alerter
    • Keuta // 19.05.2020 à 08h54

      Suède non confinée :
      363 morts par millions d’habitants
      Danemark confiné :
      95 morts par millions d’habitants
      Finlande confinée :
      55 morts par millions d’habitants
      Norvège confinée :
      44 morts par millions d’habitants

      C’est assez flagrant non ?

        +17

      Alerter
      • catherine // 19.05.2020 à 14h55

        La Suède obtient un meilleur résultat que la plupart des pays qui ont confiné strictement, en termes de décès et en terme de dégâts économiques et psychologiques qui vont faire beaucoup de morts collatérales.

          +4

        Alerter
        • Anfer // 19.05.2020 à 20h34

          Suède:

          – superficie : 449 964 km²
          – population : 10 millions d’habitants
          – densité : 23 hab./km²

          Région parisienne:

          – superficie : 12 011 km2
          – population : 12 millions d’habitants
          – densité : 1 014 hab./km2

          Il faut comparer ce qui est comparable.

            +10

          Alerter
          • Bigtof // 20.05.2020 à 09h30

            La Suède est couvertes de forêts très peu peuplées en conséquence, c’est la densité des zones habitables qui est importante, pas la superficie totale.
            C’est un peu comme si vous ajoutiez la surface du Groenland à celle du Danemark pour calculer l densité de population…

              +4

            Alerter
      • catherine // 19.05.2020 à 14h58

        Et dans les pays que vous citez le confinement a été plus souple.

          +1

        Alerter
      • tepavac // 19.05.2020 à 20h17

        80% des contaminations sont intrafamiliales.
        Par ailleurs le confinement généralisé n’a pas permit de stopper la propagation du virus, du fait précité, de la promiscuité des contactes en habitat collectif, du défaut de dépistage systématique des porteurs asymptomatiques, et du manque de masque.
        Je passe sur les comportements asociaux de distanciation.

        Puisque nous parlons de science, cette pandémie m’a permit de sortir de l’illusion de la science-fiction véhiculée par les médias sur l’état réel de notre « modernité » en terme d’évolution technique.
        Aucun outil de détection bactériologique, pas même de capteur chimique comme pour les gaz ou les radiations.

        Tout cet « argent » capté par les bourses, juste pour produire plus d’argent, plus de dividende, alors que le principe de la mise en bourse, c’est précisément de pouvoir développer l’activité principale de l’entreprise.

        Mais bon, le groupe hétéroclite qui s’est manifesté et battu contre les soins préventifs à de quoi se réjouir, leur parti politique vient de se déclarer….

          +5

        Alerter
    • Ovni de Mars // 19.05.2020 à 08h56

      Pas forcément nécessaire d’avoir une étude scientifique pour se rendre compte que l’absence de confinement ne marche pas. On a un exemple probable avec la Suède, pays pour lequel le taux de mortalité est bien plus élevé que celui de ses voisins :

      https://blogs.mediapart.fr/michel-delarche/blog/110520/coronavirus-le-match-norvege-suede

        +5

      Alerter
      • Bigtof // 19.05.2020 à 09h57

        c’est faux, et la France (contre la Suède) en est un excellent exemple.
        La Suède a un taux de mortalité bien moins élevé que la France !

          +10

        Alerter
        • Armiansk // 19.05.2020 à 10h54

          À deux grosses nuances près :

          Ça n’a pas de sens de comparer deux instantanés. La croissance du nombre de décès est bien plus forte en Suède qu’en France, et on peut s’attendre à un dépassement dans quelques semaines.

          L’impact semble dépendre beaucoup moins des politiques mises en place que d’impondérables, à preuve la différence en France entre le nord-est (autour du foyer de Mulhouse et de l’Île-de-France) et le sud-ouest du pays. Pour la Suède, au mieux, on peut forcer des comparaisons avec ses voisins, et celles-ci ne sont pas à son avantage.

            +11

          Alerter
        • Tikehau // 19.05.2020 à 11h03

          Ce qu’il faudrait voir avec la Suède et qui serait bien plus parlant c’est qu’elle est la population majoritairement impactée par le Coronavirus ?

          Et là, surprise ! du petit prolétariat majoritairement d’origine immigrée, contraint aux petits emplois (y compris dans le système social suédois, je pense particulièrement au personnel de leurs maisons de retraite) et à temps partiel. Pas de boulot … pas de paie. Donc malade ou pas on bosse.

          Très bien le modèle suédois. Mais par pour tout le monde.

            +19

          Alerter
      • fanfan // 19.05.2020 à 10h46

        Les autorités suédoises ont constaté que les migrants installés en Suède sont surreprésentés parmi les victimes du coronavirus (cf. RFI lundi 30 mars). C’est le cas par exemple de la grande communauté somalienne du pays. Beaucoup de malades viennent également des banlieues à fort taux d’immigration autour de Stockholm. Pour contrer ce phénomène et lutter contre la propagation du virus, des spots sur les mesures barrières à respecter sont diffusés sur les médias publics suédois dans vingt-quatre langues, dont le somali, l’arabe ou le kurde, dans le cadre d’une campagne de communication ciblée

          +6

        Alerter
        • jacques // 19.05.2020 à 12h42

          La même communauté somalienne a envoyé presque un mariage entier de 200 personnes en hospitalisation à Marseille. Amenant un médecin a lancer un appel à la raison dans les quartiers nord.
          https://www.20minutes.fr/societe/2751207-20200331-coronavirus-marseille-veux-plus-perdre-encore-patient-medecin-alerte-communaute-comorienne

            +2

          Alerter
          • weilan // 19.05.2020 à 13h32

            Quel rapport entre la Somalie et les Comores ?

              +4

            Alerter
            • Alfred // 19.05.2020 à 14h36

              C’est une erreur de Jacques bien entendu mais vous faites semblant de ne pas comprendre qu’il existe des causes culturelles à l’accélération ou au ralentissement de la circulation du virus. Entre autres causes bien sûr. Mais laisser ces angles morts est idiot car contre productif pour résoudre les problèmes.

                +2

              Alerter
          • Dominique65 // 19.05.2020 à 19h41

            S’il existe des causes culturelles à l’accélération ou au ralentissement de la circulation du virus entre somaliens et suédois, il y en a aussi entre suédois et français, non ?
            Argument à double effet, donc.

              +2

            Alerter
    • Bigtof // 19.05.2020 à 10h07

      Le confinement général fonctionne moins bien que le modèle Lazaret, à savoir on confine les gens malades en les isolant des autres.
      Raoult le signale et a bien raison : à Marseille, tous les bateaux arrivant devaient déclarer les malades à bord. Ceux-ci étaient isolés sur l’ile du Frioul, et le reste des personnes du bateau mis en quarantaine. Les bateaux non suspects en revanche pouvaient entrer dans le port.
      Le modèle de Lazaret a été mis en place dès le 14ème siècle, et l’hôpital St Louis à Paris a été le premier « Lazaret » de Paris, destiné à isoler les pestiférés.
      https://journals.openedition.org/insitu/1225
      Le modèle de Lazaret a permis d’en finir avec le confinement total.
      Ce n’est pas vraiment une connaissance récente.
      La question est : pourquoi le monde a-t-il préféré un confinement total ? On comprend l’intérêt de la Chine qui a profité du Covid pour renforcer son autorité, mais bien sûr, c’est sans doute la même chose en occident et particulièrement en France où dans le même temps les autorités empêchaient de tester les personnes.

        +28

      Alerter
      • Hit // 19.05.2020 à 14h21

        Tout simplement par manque de tests.

        Les tests utiles sont des tests PCR qui sont pour l’immense majorité resté l’apanage des grands centres hospitaliers type CHU ou laboratoires de recherche, INSERM, IHU etc..

        Le modèle français a bridé le développement de ces tests dans la biologie libérale.

        En temps de crise, il n’y a donc pas de couverture de l’ensemble du territoire, couverture assurée par les laboratoires de biologie médicale.

        Rajouter à cela une financiarisation du secteur de la biologie médicale opérée depuis 10 ans déjà dans l’indifférence générale avec une concentration du secteur et la création de grands pôles concentrateurs des capacités techniques.

        Vous mélanger les deux et vous arrivez à une pénurie de tests.

        Je ne parle même pas du versant économique: un test remboursé en France à 66euros, en Allemagne +100 euros, en Corée 200/300 euros, aux USA (+1000 euros) et vous savez qui, les fournisseurs de réactifs vont fournir en premiers…

        J’en profite d’ailleurs pour signaler que 50% des benefices des test Covid réalisés en France en libéral vont enrichir des fonds de pension étrangers ..

          +15

        Alerter
        • tepavac // 19.05.2020 à 20h26

          « Tout simplement par manque de tests »

          C’est un mensonge, une multitude de laboratoire avaient les capacités de tester, mais le gvt leur a interdit la pratique. Pourquoi ?

            +10

          Alerter
          • Bigtof // 20.05.2020 à 12h41

            C’est en effet LA question…
            D’aucuns vous diront que c’est par incompétence..
            Je reste convaincu que cette crise arrangeait bien le pouvoir actuel et surtout ses financeurs : cette crise a permis de restreindre au maximum les droits des travailleurs pour persque nous ramener avant 1936, d’imposer la loi Avia sans débat parlementaire, la réforme des retraites en 49-3, l’implantation d’antennes 5G sans études d’impact, et d’obliger les gilets jaunes à rester chez eux.
            Enfin, face à la dette qui for opportunément a explosé avec les « aides confinement », on va pouvoir nous expliquer que l’Etat n’a d’autre choix que de privatiser massivement, y compris les hôpitaux, les universités, ad lib…
            Pour les oligarques néolibéraux les bénéfices sont fabuleux.

              +5

            Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 19.05.2020 à 09h13

    La ficelle est un peu grosse. Que des médecins, en particulier parmi ceux qui ne soignent pas, aient tenu publiquement des propos contradictoires et approximatifs autant que définitifs, dont exemplairement le Docteur Delfraissy lorsqu’il s’est mis à parler de la perspective d’avoir au moins un « demi-vaxxin » à échéance raisonnable, le public s’en était déjà aperçu. Que ce fouillis ne fasse que refléter la fébrilité du monde des labos de recherche, on peut y croire. Que la réponse soit la ‘Gleichschaltung’ de la recherche, sûrement pas. Nous sommes moins menacés par la ruée du public sur l’hydroxychloroquine que par la ruée de Castaner et Macron sur le carnet à souches et les LBD.

      +21

    Alerter
  • pas touche au grisbi // 19.05.2020 à 09h20

    Je n’ai pas compris le titre « sabotage » alors qu’après lecture attentive, moi manant du bled j’ai compris que c’était le bordel

    Ayant travaillé dans le secteur privé marchand toute ma chienne de vie, je suis quand même un soutien fervent du service public. Ce terme devenu un mot grossier avec le temps, signifiait aussi à une époque de ma lointaine jeunesse « intérêt général », « vision long terme », « orientations sociales, économiques » des états responsables de successions de générations de gueux « …etc etc… Il fallait regarder l’horizon lointain..

    Puis progressivement, pour arriver là où on en est, les grands cerveaux de cette pauvre terre se sont dit que ce serait mieux de se caler sur une vision au semestre, en l’attente fièvreuse de l’apparition des tas de flouze et de pépètes optimisés des groupes privés …

    Le pilotage au pif à vue de nez, à l’odeur de l’oseille ça peut faire ça. Mais ce n’est que mon humble avis.. et j’ai fait très court..

      +66

    Alerter
  • François Marquet // 19.05.2020 à 09h24

    Attention la Suède a testé 4 fois moins que la Norvège et 2 fois moins que le Danemark.
    Moins on reste, plus le taux de mortalité monte puisqu’on ne détecte pas les cas bénins.

      +13

    Alerter
    • Francois Marquet // 19.05.2020 à 16h16

      Désolé pour la coquille: « moins on teste »

        +0

      Alerter
    • Globule rouge // 22.05.2020 à 10h30

      le taux ne monte pas si la statistique est base sur le nbre d’habitants contrairement a un taux mortalite-contaminés.
      Il me semble que la mortalite par million d’habitants est plutot mauvaise en suede, compare au reste du monde, ou a ses proches voisins.

        +0

      Alerter
      • Damien // 22.05.2020 à 12h52

        Le problème est que les uns et les autres procèdent aux comparaisons qui les arrangent. Si l’on compare deux pays assez semblables et voisins: les Pays-Bas et la Belgique, le confinement strict à la chinoise (ou plutôt à la française ou à l’italienne?) semble avoir été contre-productif, avec une mortalité de 792,6 pour un million d’habitants contre 338,1. A l’inverse, le Portugal et l’Espagne ont appliqué un confinement strict, si le premier tendrait à prouver que le confinement fonctionne, le second cas appelle à la prudence. Le nombre de décès en Suède reste dans l’absolu relativement faible, même rapporté à sa population: 3871 décès pour 10,3 millions d’habitants, et il est possible que ce pays a eu un taux de mortalité du covid un peu élevé, sa population est peut-être immunisée en cas de nouvelle pandémie, et donc « in fine », il y aura moins de morts à l’avenir ? Résultat des courses: on ne peut rien conclure.

          +0

        Alerter
  • Survol // 19.05.2020 à 09h26

    Quelqu’un peut-il expliquer pour quoi le titre du BMJ, « waste in COVID research », a été traduit par « sabotage » ? Je rappelle que waste en anglais signifie « gâchis », pas « sabotage ».
    Une telle erreur, trahissant la pensée des auteurs, dans un media mainstream, serait à juste titre dénoncée par ce blog. Très gênant donc de la trouver ici.

      +42

    Alerter
    • Eric83 // 19.05.2020 à 10h06

      La commission du Sénat qui a auditionné le Pr Raoult pointera-t-elle le gâchis scientifique en France ?

      Elle devrait en tous cas se pencher sur l’étude Discovery qui est d’ores et déjà un fiasco, fiasco même dénoncé par les médias MSM, c’est dire.

      Dans la série « Discovery », nous apprenons dans l’épisode 3 que les résultats attendus début avril, puis fin avril, puis le 14 mai ne sont toujours pas disponibles. Plus aucune date n’est donnée pour ces fameux résultats qui seront connus, possiblement…une fois l’épidémie terminée.

      Pour faire patienter, un avis du DSMB – data safety monitoring board –, et non des résultats, sera rendu le 3 juin.

      Euh, mais qui compose ce fameux DSMB – présenté comme indépendant !? de quoi, de qui, on ne le sait ? – qui évalue l’essai clinique Discovery et rend des avis ?

      Savoir qui compose et rend ces avis est d’autant plus important qu’ils ne sont communiqués qu’aux investigateurs qui mènent l’étude Discovery mais ne sont pas rendus publics.

      Alors à tout hasard, j’ai posé la question à Checknews hier, suite à leur réponse à une question qui a été posée sur l’étude Discovery, le 15 mai. Si Checknews répondais, je la partagerais bien entendu ici.

      https://www.liberation.fr/checknews/2020/05/15/ou-en-est-l-essai-therapeutique-discovery_1788158

        +14

      Alerter
      • fanfan // 19.05.2020 à 11h01

        En effet, le professeur Didier Raoult a été auditionné devant le Sénat le 7 mai dernier en visioconférence. Lien du rapport pour le télécharger : https://gomet.net/didier-raoult-devant-les-senateurs/3/. Il remet en cause globalement l’approche du gouvernement et pointe des responsabilités lourdes des décideurs politiques et médicaux.
        Un billet sur ce site serait le bienvenue !

          +29

        Alerter
        • lairderien // 19.05.2020 à 13h42

          @Fanfan
          Je suppose que votre demande d’un billet sur les réponses de Raout à la commission du sénat est ironique, car je ne pense pas une seule seconde que vous pouvez croire que ce sujet plus que sulfureux sera abordé sur ce site dans sa nouvelle configuration très « conspiracy watch » 😉

            +15

          Alerter
          • Tepavac // 19.05.2020 à 15h56

            Vous faites bien de souligner la dimension conspirationniste du sujet, car, si la pression augmente sur le politique, nul doute qu’il va focaliser la colère sur les réseaux sociaux.
            Les boucs émissaire vont vite être ciblés par les médias aux ordres.
            Ceux qui auront milité pour interdire au medecins de soigner leur patient seront les premiers en ligne de mire.

            D’ailleurs, je n’arrive pas à comprendre comment des pseudos scientifiques ont pût se permettre un tel sabotage .

            Dorénavant, n’allez plus chez votre medecin, attendez l’autorisation des sachants…

            Concernant le sujet du billet, hormis l’évocation tendancieuse des deux molécules en compétition, c’est une très bonne approche du problème qui nous concerne tous.

            Dommage qu’il ne soit pas approfondi.
            Il faut savoir en effet, que la « recherche  » d’aujourd’hui n’est qu’une pâle copie, pour ne pas dire une ridicule méthode scientifique.

            Les labos n’etant qu’une multitude de batterie d’appareillage testant d’innombrables molécules des des éprouvettes. Mecanisé, suivant un protocole prédéfini, les laborantains sortie 2 ans après le bac, sont classés « chercheurs »….

            En l’état actuel, il ne faut s’attendre a un quelconque vaxxin sûr, avant 5 a 15 ans.
            Délais indispensable pour en connaitre les effets secondaires.
            Une seules chose est certaine a ce stade, le cov2 est seulement mortel pour les personnes ayants des faiblesses pathologiques, c’est en ce sens que les recherches et la prophylaxie doivent se poursuivre.

            Ce virus c’est comme un coup d’épaule dans un mur lezardé

              +6

            Alerter
            • Narm // 19.05.2020 à 22h39

              sauf si le virus était connu d’avance et l’antidote déjà dans les cartons.

              sinon concernant discovery, j’ai vu un prime time d’un 20h, (sais plus quand) , ou le présentateur disait « et nous vérons avec karine la vendeuse marchand » en début de journal avec un grand sourire « vous allez nous annoncer les résultats de l’étude discovery »
              je croyais que les résultats étaient tombé vu son élan d’enthousiasme.

                +1

              Alerter
      • fanfan // 19.05.2020 à 11h38

        « Euh, mais qui compose ce fameux DSMB ? »
        On en saura pas plus que ça : « Compte tenu des responsabilités importantes du DSMB, le choix de ses membres est crucial. Ceux-ci sont sélectionnés sur leur expertise dans le champ de l’investigation concernée, leur expérience des essais cliniques et, si possible, de participation à d’autres DSMB, ainsi que sur l’absence de conflits d’intérêt avec le promoteur ou l’investigateur de l’étude…
        http://ipubli-inserm.inist.fr/bitstream/handle/10608/5427/MS_2005_1_78.html#N100F2

        Si ces experts sont compétents et sans aucun intérêt pécuniaire potentiel en rapport avec les résultats de l’étude, alors on peut se poser des questions au regard de l’étude conduite par des investigateurs de l’OMS chez des enfants africains avec le vaxxin Mosquirix© contre la malaria développé par l’industriel GSK en Afrique : https://www.aimsib.org/2020/04/26/essais-mosquirix-quand-des-investigateurs-meritent-la-prison/ // https://www.aimsib.org/2020/04/19/paludisme-covid-19-et-miracle-vaXXinal/ // https://www.bmj.com/content/368/bmj.m734.full // https://www.bmj.com/content/368/bmj.m734.full

          +7

        Alerter
    • sara // 19.05.2020 à 18h55

      @Survol
      Le mot « sabotage » est bien dans le titre en dessous:
      « A deluge of poor quality research is sabotaging an effective evidence based response «

        +2

      Alerter
    • Bruno Kord // 20.05.2020 à 08h39

      @Survol
      Allez donc lire le titre complet de l’article en anglais. Le verbe saboter y est utilisé. L’équipe de Les crise a fait une traduction littérale du titre.
      Votre remarque sur l’erreur traduisant la pensée des auteurs (du blog) est parfaitement appropriée à votre commentaire. Le fait que 36 personnes vous soutiennent, à l’heure où j’écris ces lignes, est révélateur des dégâts se la pensée gourou. Aucune capacité à aller verifier en cliquant sur un lien. Temps de vérification : 10 secondes. Triste

        +0

      Alerter
      • F Tonneau // 20.05.2020 à 12h46

        Il y a *deux* titres dans l’article original:

        – le premier, un titre court, ou manchette, qui est mis en avant et attire le lecteur

        – le deuxième, un titre long et détaillé.

        La traduction en français du deuxième titre est correcte, mais la traduction en français de la manchette est incorrecte (et biaisée). Le commentaire de Survol se réfère très clairement à la manchette, et son commmentaire est totalement fondé.

        Aurez-vous la bonne idée de réviser le vôtre?

          +3

        Alerter
      • jean-pierre georges-pichot // 20.05.2020 à 15h06

        Si « waste » peut vouloir dire « gâchis », ou même « dévastation » (cf « The waste land » de TS Eliot), le sens est plus faible dans l’usage commun : « a waste of time ». Peut-être, au lieu de s’empoigner sur la bonne traduction, pourrait-on noter avec quelque inquiétude la propension de supposés scientifiques à faire dans le sensationnalisme. N’est-ce pas un indice de plus que le discours scientifique est pollué par la dépendance par rapport à des enjeux très peu théoriques ? Cela confirme à mes yeux ce que je crois discerner dans le scandale fait autour du docteur Raoult : l’initiative des hostilités ne vient pas de lui. Il y a des gens qui ont décidé de « se payer » une certaine molécule, ressentie comme de la concurrence déloyale, et qui ont lancé une campagne de panique contre son usage. Et cela pour des raisons très précises.

          +5

        Alerter
  • Eric83 // 19.05.2020 à 09h31

    « Trump annonce qu’il prend de l’hydroxychloroquine et suscite un tollé ».

    Que Trump, POTUS, annonce qu’il prenne de l’HCQ est une information importante.

    La seconde information la plus importante de cet article – très impartial 🙂 – est la déclaration du médecin de Trump :

    « Dans la soirée, le médecin de la Maison Blanche Sean Conley a confirmé qu’après de « nombreuses discussions » avec le milliardaire républicain, il avait été conclu que « les avantages potentiels de ce traitement l’emport(aient) sur les risques relatifs ».

    L’essence même de l’intérêt d’un traitement médicamenteux, le rapport bénéfice/risque.

    https://actu.orange.fr/monde/trump-annonce-qu-il-prend-de-l-hydroxychloroquine-et-suscite-un-tolle-CNT000001qfuD1/photos/le-president-americain-donald-trump-repond-aux-questions-des-journalistes-depuis-la-maison-blanche-le-18-mai-2020-a65c2c3a30d6374c3112380f82b68f74.html

      +13

    Alerter
    • Eric83 // 19.05.2020 à 09h52

      La vidéo de l’intervention de Trump où il explique pourquoi et depuis quand il prend de l’HCQ en prophylaxie.
      https://www.youtube.com/watch?v=XtHbXshy-_A&feature=youtu.be

      Nombre de politiciens dans le monde prennent très probablement de l’HCQ en prophylaxie ou en traitement curatif mais ne le révèle pas publiquement. L’annonce de Trump encouragera-t-elle la transparence ?

        +17

      Alerter
      • fanfan // 19.05.2020 à 11h40

        Et aussi l’armée en France
        et probablement ailleurs

          +11

        Alerter
      • Chris // 19.05.2020 à 14h37

        Des propos (produit de nettoyage) rapportés tronqués par la presse.

          +0

        Alerter
    • StephV // 19.05.2020 à 15h46

      « Dans la soirée, le médecin de la Maison Blanche Sean Conley a confirmé qu’après de « nombreuses discussions » avec le milliardaire républicain, il avait été conclu que « les avantages potentiels de ce traitement l’emport(aient) sur les risques relatifs ».
      Bah évidemment que le médecin va dire ça (ou quelque chose d’approchant) : quiconque ose mettre en doute les décisions du POTUS doit faire face à sa fureur, voire se fait simplement virer.

        +2

      Alerter
  • Inconu // 19.05.2020 à 09h45

    Plus je lis Raoult dans le texte et surtout pas ce qu’en retranscrivent les médias plus je suis convaincu par sa critique de ce qu’est devenu la recherche qui est détournée par les besogneux, les sans imagination, les ultra conformistes, montés sur des rails, ayant la phobie du hors-piste, bref qui font obstacle aux vrais découvertes, celles qui renversent les certitudes, qui bousculent les édifices qui semblaient inébranlable, il faut sortir des sentiers balisés pour espérer découvrir du nouveau, ce n’est pas en piétinant les mêmes pistes que l’on va découvrir autre chose.

    Il a fait une multitude de découvertes comme aucun médecin Français peut-être au monde et chaque fois il a été critiqué, accusé de fabuler, de se tromper, de falsifier avant d’être enfin reconnu, c’est à chaque fois pareil et c’est le cas pour tous les découvreurs et pas seulement en médecine mais même en sciences dures, les gens en place et les orthodoxes détestent détestent être dérangés dans leurs certitudes et leurs routines et comme ils ont pignon sur rue, ils font des dégâts.

    Lire qu’il faut des centaines de cas pour juger si une thérapeutique est efficace dans une maladie infectieuse aigüe et potentiellement mortelle est simplement consternant et encore plus sous la plume de médecins !

      +38

    Alerter
  • fanfan // 19.05.2020 à 09h53

    The Lancet dénonçait déjà en 2015 le non respect de la rigueur scientifique sur fond de conflits d’intérêts : https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736%2815%2960696-1.pdf

    Un chercheur a jeté un pavé dans la mare en affirmant qu’une bonne partie des résultats des études scientifiques était biaisée : https://www.20min.ch/fr/story/la-plupart-des-etudes-sont-fausses-565929238008

    Enquête de Greenpeace – Des experts du climat corrompus pris au piège : https://www.greenpeace.fr/des-experts-du-climat-corrompus-pris-au-piege/

      +18

    Alerter
  • fanfan // 19.05.2020 à 10h01

    Futura Science expliquait récemment que « Dans une réunion à huis clos, les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont mis d’accord pour autoriser les tests sur les humains avant que les résultats sur les animaux ne soient connus, rapporte un participant à Reuters. Les institutions sont, semble-t-il, prêtes à assumer un risque de quelques cas graves en échange d’un rapide vaxxin qui ne sera, au mieux, pas disponible avant le pic de l’épidémie.» : https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-coronavirus-dangers-vaXXin-elabore-hate-80089/

    Ainsi, on est en train de vouloir transformer les populations de la planète en cobayes (comme cela l’est déjà en Afrique) pour tester des supposés vaxxins. En France, un dédouanement plus explicite de tous les intervenants y compris privés a été prévu dans un amendement. Les fondations caritatives, les laboratoires de recherche et autres firmes privées sont inclus dans cette immunité offerte aux partenaires privés. 6 mai 2020, AMENDEMENT N°CL373, Article 1er, Substituer aux alinéas 2 à 6, les deux alinéas suivants : « II.- Après le quatrième alinéa de l’article L.121-3 du code pénal, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Pour l’application des troisième et quatrième alinéas, il est tenu compte, en cas de catastrophe sanitaire, de l’état des connaissances scientifiques au moment des faits. » : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2902/CION_LOIS/CL373

      +10

    Alerter
    • Armiansk // 19.05.2020 à 11h02

      Utiliser des personnes comme cobayes d’un produit qui n’a été testé qu’in vitro ?
      On dirait une mauvaise blague marseillaise.

        +7

      Alerter
      • fanfan // 19.05.2020 à 11h57

        Exemple : le premier vaxxin contre le Covid-19 devrait entrer en test chez l’homme courant mars à Seattle ; essai clinique avec le mRNA-1273 de la biotech MODERNA organisé avec le NIH (National Institute of Health) ; 45 participants sains de 18 à 55 ans devaient recevoir deux doses du vaxxin par injection intramusculaire à environ 28 jours d’intervalle.
        https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/coronavirus-les-biotech-prennent-des-risques-pour-trouver-un-vaXXin-1183300

          +3

        Alerter
        • Bigtof // 20.05.2020 à 09h38

          Moderna est un des labos financé grandement par la Fondation Gates.
          Comme l’OMS…
          https://www.modernatx.com/ecosystem/strategic-collaborators/foundations-advancing-mrna-science-and-research

            +2

          Alerter
          • Clode // 20.05.2020 à 09h44

            La fondation Rockefeller est accusée dans un procès en cours depuis avril 2015, pour son rôle supposé dans l’affaire de l’expérimentation sur la syphilis au Guatemala. La justice américaine accepte en janvier 2019 d’ouvrir un procès contre Fondation Rockefeller. Près de 700 cobayes, parmi lesquels des enfants, avaient été contaminés sans leur consentement pour vérifier l’efficacité de la pénicilline sur les maladies sexuellement transmissibles. »
            Son actuel président : Rajiv Shah
            En 2001, il rejoint la Fondation Bill-et-Melinda Gates, et y occupe différents postes. Il est notamment directeur du développement agricole, où il privilégie le développement des OGM, directeur des services financiers, responsable de la Strategic Opportunities Initiative et du Fonds pour les vaxins de la fondation.

            Il devient ensuite, brièvement, sous-secrétaire d’État à l’agriculture chargé de la recherche, en avril 2009. Le 24 décembre 2009, il est nommé directeur de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (US AID).

            Il siège notamment aux organisations suivantes : Commission Trilatérale, Atlantic Council, International Rescue Committee.
            Source Wikipedia

              +3

            Alerter
            • Bigtof // 20.05.2020 à 12h44

              Oui et Warren Buffet est un gros financeur de la fondation Gates
              J’imagine aisément qu’il a des actions dans les différents labos financés par la fondation et qui si les vaxxins sont rendu obligatoire verra ses profits augmenter grassement…

              Warren Buffet, l’homme qui a it : « la lutte des classes est terminée, et c’est nous les riches qui avons gagné. »

                +2

              Alerter
            • Narm // 21.05.2020 à 08h28

              et après on ne parle que de « théorie » du

              ça fait bien longtemps que pour moi, dans certains cas, un « non » complotiste, c’est juste un sourd qui est aveugle.

                +1

              Alerter
      • jacques // 19.05.2020 à 12h50

        HCQ n’a pas d’AMM ,n’a pas été pris par des millions de personnes ?
        Là on parle de produit nouveaux .
        Les trolls c’est seulement le vendredi!

          +7

        Alerter
        • Armiansk // 19.05.2020 à 13h26

          L’AMM ne concerne pas une molécule.
          L’AMM concerne le couple traitement ⋈ indication.

            +4

          Alerter
        • Surya // 19.05.2020 à 15h26

          l’extension d’AMM c’est un élargissement de l’indication thérapeutique

            +5

          Alerter
  • fanfan // 19.05.2020 à 10h05

    Comme par hasard, par la pression qu’exercent les résultats catastrophistes qui résultent des défaillances du modèle Ferguson, nos gouvernants sembleraient justifier non seulement une dérogation au respect des libertés individuelles, mais aussi aux exigences sanitaires habituelles. C’est à cause des prévisions de l’Imperial College London de Ferguson que les décisions du genre confinement, traçabilité par la technologie, surveillance de masses, tri familial annoncé par l’OMS, intervention des brigades (France), etc. et aussi la censure du Net (loi Avia).
    A l’ampleur des dégâts générées (destruction de PME/PMI, économie sociale et solidaire, agriculture paysanne, chômage, pauvreté, isolement, dépressions, infantilisation, etc.), seront ajoutés les conséquences d’un vaxxin insuffisamment validé.

      +10

    Alerter
    • fanfan // 19.05.2020 à 10h13

      Le très influent épidémiologiste britannique, Neil Ferguson est au cœur du système globaliste (conseiller de l’OMS, de l’UE, de la Banque mondiale et de plusieurs gouvernements, dont le gouvernement britannique). En tant que directeur de l’Imperial College COVID-19 Response Team composée de 50 scientifiques liés à l’OMS, Neil Ferguson a depuis la mi-janvier publié plusieurs rapports très alarmistes :
      – affirmant le 16 mars, que « si rien n’est fait », la Grande-Bretagne compterait jusqu’à 510 000 morts et les États-Unis, 2 200 000 morts, que le confinement ferait descendre le bilan en Grande-Bretagne à 20 000 morts ;
      – publiant le 30 mars, un rapport évaluant la part de la population déjà infectée en Europe et, pour la France, il s’agirait de 3%, soit 2 millions de personnes ! …
      Lien : https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200409.OBS27280/10-choses-a-savoir-sur-neil-ferguson-l-epidemiologiste-que-tout-le-monde-ecoute-face-au-covid-19.html

        +10

      Alerter
    • fanfan // 19.05.2020 à 10h13

      Simon Cauchemez est le relai en France de Ferguson. Il a passé son doctorat en bio-statistiques appliquées à l’épidémiologie des maladies infectieuses en 2005 à l’INSERM ; la même année, il a rejoint l’université Imperial College London en tant que post-doctorant dans l’équipe de Neil Ferguson, puis comme professeur associé. Il rejoint en 2013 l’Institut Pasteur à Paris pour y devenir le directeur du laboratoire de modélisation mathématique des maladies infectieuses qu’il a fondé.
      À l’instar de Ferguson, il a été impliqué dans la modélisation de l’épidémie de grippe A (H1N1) de 2009, de Chikungunya (2013-2014), du Zika (2015-2016) dans les Amériques, et d’Ebola en Afrique… https://research.pasteur.fr/en/member/simon-cauchemez/

      Il est également membre du conseil scientifique COVID-19 mis en place par le ministre français de la santé, afin d’informer le gouvernement au cours de l’épidémie, en tant que modélisateur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_conseil_scientifique_12_mars_2020.pdf

        +8

      Alerter
  • Barachin // 19.05.2020 à 11h52

    Les commentateurs vont finir par démoraliser le propriétaire de ce blog. Ils sont tout entiers occupés à déchirer le voile du mensonge : nouvelle race de toutologues de la vérité.

    Alors oui, la zone des commentaires sur un site internet recueille tout ce qui passe par la tête des gens et de manière impulsive souvent. Mais visiblement dire un simple merci plus personne n’y pense.

    Donc au nom de tous les silencieux qui ne commentent pas : merci Les Crises pour vos articles pertinents 🙂

      +13

    Alerter
    • Loxosceles // 19.05.2020 à 12h57

      Au moins, ceux qui expriment une critique qui provient de leur propre esprit critique n’ont pas la prétention de parler au nom des autres… Je ne remercie pas un site qui glisse chaque année un peu plus dans des concessions que je ne cautionne pas, sous prétexte qu’il participe un tant soit peu à mon instruction, comme tant d’autres sites sur la toile. Même les fact checkers produisent parfois une info intéressante, et pour autant je suis opposé à la logique de la vérification proclamée de la vérité, tout comme je suis opposé aux dérives du site ici présent. Je m’estime libre d’exprimer accord comme désaccord, sauf que je privilégie la critique, constructive s’il m’en est laissé l’occasion, à l’attitude béate consistant à me considérer comme un individu idiot à qui on livre une connaissance devant susciter l’admiration et des acclamations sociales qui feront certes plaisir, mais n’avanceront personne.

        +29

      Alerter
    • Bernard Samson // 19.05.2020 à 13h57

      « au nom de tous les silencieux qui ne commentent pas : merci Les Crises pour vos articles pertinents 🙂 ».
      D’accord avec vous.

        +5

      Alerter
      • Clode // 20.05.2020 à 09h46

        Au nom de tous les silencieux….non,non
        Au nom d’un silencieux, merci de ne pas vous attribuer la voix de tous les silencieux.

          +2

        Alerter
  • pseudo // 19.05.2020 à 12h27

    ça démontre surtout que la science, elle non plus, n’a plus à cœur à faire de la science.

      +3

    Alerter
  • Montabo // 19.05.2020 à 13h50

    Je crois que cet article illustre parfaitement le malaise que nous russentons à la lecture de ce blog. L’auteur sous le prétexte louable d’informer et sous le parapluie des autorités scientifiques diffuse des articles scientifiques qui brouillent notre réflexion. Le fonds du message est bien entendu que ce virus est une saleté mais génère une peur dont FDR disait qu ‘elle était le plus grand défi de l’humanité . Toute cette communication devient un bruit qui nous empêche de prendre de la hauteur. Le tabac , l’alcool accélèrent les cancers qui nous tuent dans des conditions atroces mais jamais nous n’avons été pris en otage ni infantilisés. Et voilà que la science reconnaît dans cet article qu’on ne peut lui faire confiance ce qui est profondément logique.

      +6

    Alerter
    • lanterne // 19.05.2020 à 16h12

      Pendant le confinement en France, nombreux ont été les citoyens à faire leur autorisation de sortie pour aller acheter du tabac dans des bureaux de tabac et les premières queues devant des resto furent des Mc Do…
      La malouffe et le tabac ont continué et continueront à tuer en 2020 et les années suivantes de façon bien plus silencieuses que le virus … mais que voulez vous l’humain est ainsi!
      Pas si rationnel que cela … et pas très philosophe devant un virus qui nous rappelle que l’humain est mortel! si si et pas seulement après 84.5 années de vie …

        +2

      Alerter
  • Casimir Ioulianov // 19.05.2020 à 14h12

    Je suis d’accord avec la traduction du titre ; ce n’est pas gâchis c’est du sabotage.
    J’ai l’impression qu’il y a eut une course à la subvention de pas mal de gens qui n’ont rien à foutre là.
    Je l’ai déjà dis et je me répète mais avant de filer de la mort aux rats à des grabataires , il faudrait peut être déjà commencer par comprendre comment fonctionne ce virus.

    C’est comme avec un Virus informatique , j’ai l’impression d’avoir un noob devant le clavier qui a débranché tout le réseau du net installe les anti-virus les uns sur les autres sur toutes les machines en priant pour qu’il y en ai un dans le tas qui fonctionne …
    Tout ce que ça m’inspire en général ce genre de démarches c’est une citation bien d’chez nous : « Oublie que t’as aucune chance : vas-y : fonce … on ne sait jamais : sur un malentendu ça peut marcher.  »
    https://www.youtube.com/watch?v=6KZo-xKxuLY

      +3

    Alerter
  • lanterne // 19.05.2020 à 15h33

    Les meilleures réponses à cette pandémie virale n’ont pas été apportées par la science médicale mais des mesures de bon sens : masque, lavage mains, fermeture des frontières, isolement de patients positifs etc
    Des pays n’ont pas subi le ravage de la pandémie ni le ravage du confinement comme en France …. sans la science médicale!
    Comme les plombiers à un certain siècle passé ont amené l’eau potable et amélioré la santé publique, certains pays ont su préservé la santé de leur citoyen avec un bon sens et de la réactivité…
    Soigner les malades c’est bien, éviter que les citoyens soient malades c’est mieux 🙂
    voila voila

      +12

    Alerter
  • pseudo // 19.05.2020 à 16h37

    tout autre sujet, que j’espère vous trouverez utile à partager

    L’audition de Gaël Giraud sur la relance verte au Sénat (13/05)
    https://www.youtube.com/watch?v=R2uLbCe-D-8

    La chaîne public sénat @ YTB n’a jamais fait autant de vues…

      +2

    Alerter
    • Barachin // 20.05.2020 à 01h10

      Merci pour le lien.

      Gaël Giraud est interrogé par plusieurs Sénateurs sur la situation économique, écologique et géopolitique.

      Du point de vue de l’écologie, il appelle à retenir la leçon immédiatement concernant la pandémie car d’autres sont en gestations (zoonoses nouvelles, résurgences de virus, …)

      Du point de vue de l’économie, il reprend bon nombre des propositions déjà formulées en 2014 lorsqu’il avait été sollicité par Matignon :
      • plan de rénovation des bâtiments (et plan de formation pro adjacent)
      • incitation à la voiture électrique
      • relocalisation de l’industrie en France
      • économie circulaire / agir en faveur des low-tech
      • retrouver le maillage ferroviaire des années 50 dans la perspective du dégonflement des villes

      S’ajoutent à cela les mesures financières :
      • annulation de la dette par la BCE
      • voire hélicoptère-monnaie pour les PME et les ménages

      Le débat sur la cour de Karlsruhe est également abordé (50′).

      Et bien sûr une réflexion sur les « Biens communs », avec en guise d’exemples la Santé mondiale, les monnaies locales…

      —-

      Petites remarques en passant :
      • je note quelques différences entre Giraud et Jancovici (par exemple sur la voiture électrique ou encore sur l’explication de la variabilité des prix du pétrole).
      • inversement une proximité avec Supiot dès qu’il s’agit de Droit.
      • mais tous ces gens se parlent et ont une communauté de pensée, c’est bon signe 🙂

        +1

      Alerter
  • roseceslamort // 19.05.2020 à 20h35

    dernieres nouvelles de la catachloroquine
    1 – https://www.statnews.com/2020/05/18/utah-hydroxychloroquine-scramble-course-correct/

    2 – https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1844
    Conclusions: . Adverse events were higher in hydroxychloroquine recipients than in non-recipients.

    3 – https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1849
    Eight patients in the treatment group (10%) experienced electrocardiographic modifications that required discontinuation of treatment. …

      +1

    Alerter
    • Bigtof // 20.05.2020 à 12h50

      La première étude BMJ citée concerne des malades intubés sur respirateur, clairement pas la recommandation de l’IHU
      La deuxième utilise un dosage de 1200mg/jour, soit le double des doses prescrites par l’IHU…
      La prochaine étude constatera que l’hydroxychloroquine dosée à 6000mg/jours a causé de nombreux morts, j’imagine…
      Je pense que ces études font vraiment partie des déchets de recherche dont parle l’article ci-dessus…

        +2

      Alerter
  • Clode // 20.05.2020 à 09h46

    Au nom de tous les silencieux….non,non
    Au nom d’un silencieux, merci de ne pas vous attribuer la voix de tous les silencieux.

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications