Les Crises Les Crises
21.janvier.201821.1.2018 // Les Crises

Les États-Unis resteront indéfiniment en Syrie selon le Pentagone

Merci 435
J'envoie

Le Pentagone prévoit de maintenir indéfiniment certaines forces américaines en Syrie, même après la fin officielle d’une guerre contre le groupe extrémiste Daech, pour participer à ce qu’il décrit comme des opérations antiterroristes en cours, ont déclaré des responsables.

Par Nancy A. Youssef

WASHINGTON – Le Pentagone prévoit de maintenir indéfiniment une partie des forces américaines en Syrie, même après la fin officielle d’une guerre contre le groupe extrémiste islamiste Daech, pour participer à ce qu’il décrit comme des opérations antiterroristes en cours, ont déclaré des responsables.

Il y a environ 2 000 soldats américains en Syrie et un nombre indéterminé de prestataires qui les assistent. Le mois dernier, l’armée américaine a retiré 400 marines de Syrie, où les forces américaines sont entrées pour la première fois à l’automne 2016.

Plus tôt cette semaine, les fonctionnaires ont dévoilé les plans d’un engagement à durée indéterminée, connu sous le nom de présence « conditionnelle ». C’est la même approche que celle adoptée par l’administration Trump en Afghanistan.

« Les États-Unis maintiendront une présence militaire basée sur les besoins en Syrie pour combattre la menace de l’incertitude liée au terrorisme, empêcher la résurgence de Daech et stabiliser les zones libérées », a déclaré le Colonel Rob Manning, un porte-parole du Pentagone, aux journalistes mercredi.

Les responsables de la défense des États-Unis ont souligné qu’il n’ y aurait pas de grandes bases permanentes en Syrie du genre de celles que les États-Unis entretiennent dans des endroits comme l’Allemagne et la Corée du Sud. Les troupes seront plutôt affectées à de plus petites bases et avant-postes.

Dans certains cas, des troupes seront déployées temporairement à partir d’autres bases de la région pour des missions spécifiques, a indiqué l’un des responsables de la défense. On ne sait pas combien de soldats resteraient dans le pays.

Le Pentagone a déclaré que les forces armées cibleront des parties de la Syrie qui ne sont pas entièrement gouvernées par le régime ou les forces rebelles. Les militaires affirment qu’ils ont le pouvoir légal de rester là-bas.

« Opérant sous l’égide d’autorités internationales reconnues, l’armée américaine continuera à soutenir les forces locales partenaires en Syrie pour stabiliser le territoire libéré », a déclaré le Colonel Manning.

Il a déclaré que la stabilisation comprend le rétablissement des services essentiels de base, l’enlèvement des matières explosives et de permettre de dispenser l’aide humanitaire.

Les plans esquissés cette semaine sont les plus précis présentés à ce jour en ce qui concerne la stratégie américaine en Syrie après l’effondrement évident de Daech.

Les responsables américains ont dit craindre que le retrait des forces américaines et le fait de s’éloigner de zones potentiellement vulnérables ne conduisent à ce que les terres pour lesquelles eux et leurs partenaires locaux se sont battus pour les arracher à Daech retombent entre les mains d’extrémistes.

Mais les critiques ont dit qu’une présence illimitée dans certaines parties de la Syrie ne garantit pas non plus la stabilité.

« Il semble que nous allons rester en place jusqu’à ce que nous ayons établi un objectif concret pour l’avenir de ce territoire que nous avons aidé les forces démocratiques syriennes[soutenues par les États-Unis] à reprendre », a déclaré Jennifer Cafarella, analyste de la Syrie au Washington Institute for the Study of War.

« Dans quelles conditions les forces américaines se retireraient-elles ? Les États-Unis n’ont jamais défini à quoi un succès contre la Syrie ressemblerait politiquement », a déclaré Mme Cafarella.

L’administration Trump a d’abord introduit l’idée d’un processus conditionnel de retrait – plutôt que d’un processus programmé – en Afghanistan. Le président Donald Trump a annoncé en août que les troupes américaines ne se retireraient pas de l’Afghanistan tant qu’il n’y aurait pas eu de règlement politique entre le gouvernement soutenu par les États-Unis et le mouvement militant taliban.

Source : Cetusnews.com, Nancy A. Youssef, 21-12-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 21.01.2018 à 07h39

Il ne faut pas confondre des forces amies qui sont appelées à la rescousse par un état légitime et des forces non invitées qui s’imposent pour occuper le terrain. Le but de cette force d’occupation est d’empêcher le retour à la souveraineté du pays occupé.
D’un côté une force de soutien et de l’autre une force d’occupation.
Nous avons eu, en France, après la libération de l’occupation allemande, l’occupation par les forces américaines de l’OTAN. Les anglo-américains avaient projeté de mettre la France sous tutelle et éviter, probablement, l’éventualité d’une nouvelle force par un rapprochement franco-allemand après la défaite du nazisme. Tout comme un rapprochement éventuel de la Syrie de l’Irak, de l’Iran et du Liban après la défaite des terroristes..

59 réactions et commentaires

  • atanguy // 21.01.2018 à 06h37

    Les Américains,les Russes maintenant les Turcs.. Ca continue, Pauvre Syrie

      +7

    Alerter
    • DUGUESCLIN // 21.01.2018 à 07h39

      Il ne faut pas confondre des forces amies qui sont appelées à la rescousse par un état légitime et des forces non invitées qui s’imposent pour occuper le terrain. Le but de cette force d’occupation est d’empêcher le retour à la souveraineté du pays occupé.
      D’un côté une force de soutien et de l’autre une force d’occupation.
      Nous avons eu, en France, après la libération de l’occupation allemande, l’occupation par les forces américaines de l’OTAN. Les anglo-américains avaient projeté de mettre la France sous tutelle et éviter, probablement, l’éventualité d’une nouvelle force par un rapprochement franco-allemand après la défaite du nazisme. Tout comme un rapprochement éventuel de la Syrie de l’Irak, de l’Iran et du Liban après la défaite des terroristes..

        +66

      Alerter
      • UnJournaliste // 21.01.2018 à 08h56

        Il n’y a pas “d’amis” dans les relations internationales; juste des intérêts convergents à plus ou moins long terme. Quand j’entends des diplomates francais employer ce terme, je suis à chaque fois effaré.
        Un très bon exemple est l’alignement d’intérêts de ces dernières heures entre les turcs et le gouvernement syrien pour se débarrasser des kurdes (et de leurs soutiens US et européens), le tout avec la bienveillance des russes.
        Qui osera dire que les turcs et les syriens sont “amis.

          +13

        Alerter
        • Alfred // 21.01.2018 à 09h42

          Vous avez raison quant au terme “amis” qui était mal choisi mais Duguesclin faisait surtout valoir que certains avaient au regard du droit international une légitimité à etre en Syrie et les autres non. Le gouvernement syrien quoi qu’on en pense a invité les russes et des acteurs para-etatiques et pas les autres; et il a au moins ponctuellement tiré un bénéfice de l’action des uns alors que l’action des autres ne vise qu’à lui nuire. Il n’y a aucun alignement d’intérêt des Turcs et des syriens même vis à vis des kurdes cette nuit. Simplement une partie à 10 joueurs interdépendants.

            +36

          Alerter
          • bluetonga // 21.01.2018 à 10h10

            Apparemment, d’après South Front, Ankara a pris la peine de prévenir Damas de l’opération, et les militaires russes se sont d’ailleurs retiré de la zone d’opération pour éviter les accidents.

            TTG, de Sic Semper Tyrannis, soupçonne les Russes de laisser faire Erdogan le temps que l’ensemble des Kurdes du Rojava réalisent qu’ils sont en train de se faire étriller et que le copinage avec Washington et autres occidentaux ne les sauvera pas des griffes du Sultan. Quand ils se tourneront vers Moscou pour leur protection, le Kremlin arrangera une sortie de conflit honorable avec la Turquie.

            C’est plausible. En tout cas, il y a coopération entre la Russie et la Turquie, et aussi avec Damas en remorque.

              +26

            Alerter
            • Alfred // 21.01.2018 à 10h31

              Je sais bien mais quelques dizaines de kilomètres au sud c’est une autre histoire (province d’Ildib). Qu’ils se jouent les uns contre les autres c’est certain mais cooperation c’est beaucoup dire. Damas a bien prévenu Ankara qu’ils viseraient leurs avions au dessus d’Afrin (ce dont on ne sait s’ils sont capables). La proposition de Damas au kurdes est l’intégration des ypg au NDF ce qui est possible pour les kurdes de l’ouest (mais refusé pour l’instant) mais plus difficile à faire accepter à l’est (afrin à été aussi renforcée depuis l’est via le territoire gouvernemental). Les kurdes finiront par rejoindre Damas à mon avis mais cela pourra prendre des décennies (tant que les us ne passent pas à autre chose c’est difficile).

                +8

              Alerter
          • Kiwixar // 21.01.2018 à 10h31

            « certains avaient au regard du droit international une légitimité à etre en Syrie et les autres non. »

            Une légalité à être en Syrie.

              +11

            Alerter
        • gotoul // 21.01.2018 à 11h38

          “Un très bon exemple est l’alignement d’intérêts de ces dernières heures entre les turcs et le gouvernement syrien pour se débarrasser des kurdes (et de leurs soutiens US et européens), le tout avec la bienveillance des russes.”
          Dans les faits ou au moins dans les déclarations :
          Le gouvernement syrien condamne l’opération militaire turque dans le nord de la Syrie
          https://www.almasdarnews.com/article/syrian-government-officially-condemns-turkish-military-operation-afrin/

            +3

          Alerter
        • Tonton Poupou // 21.01.2018 à 13h04

          quand les kurdes syriens auront admis qu’ils sont utilisés comme collaborateurs par les américains contre l’unité et l’intégrité de la Syrie aux frontières intégralement reconnues à l’ONU, les kurdes iront se placer sous la protection du gouvernement Syrien à Damas et négocieront un statut politique d’autonomie pour la région du Kurdistan syrien en abandonnant les américains. parce que l’alliance improbable entre les YPG affiliés aux PKK – organisation marxiste léniniste orthodoxe – et les américains, qui comme les européens et les turcs, ont classé le PKK comme organisation “terroriste” ne peut pas être viable bien longtemps et se justifier autrement que par une pure instrumentalisation militaro-politique de circonstance de la coalition occidentale contre Damas et ses alliés.

            +9

          Alerter
          • atanguy // 21.01.2018 à 22h27

            Les kurdes syriens n’ont pas le droit d’exister pour cette bande de gouvernements criminels

              +0

            Alerter
      • atanguy // 21.01.2018 à 22h19

        Ah ces “amis” qui nous fichent des bombes sur la tete… Erdogan avait prévenu les gouvernements Syrien,Russe et Américains avant de bombarder les Kurdes. Cet Erdogan est vraiment l’ami de tout le monde…

          +0

        Alerter
      • Diogène // 22.01.2018 à 19h07

        Supposons que l’on accorde crédit à ce qui est dit dans ce billet, je ne comprends pas dans qu’elle catégorie vous seriez prêt à ranger les USA, dans l’hypothèse qui est examinée ici car, personne ne les a invités et les intervenants qui sont cités ne parlent pas d’une décision qui serait soumise à une éventuelle invitation de l’Etat Syrien.
        Concernant l’exemple sur la France au sortir de l’occupation, c’est juste stupide.
        Et ces “forces américaine de l’OTAN”, un monument de sottise.
        L’OTAN été créée en avril 1949. Deux bobards dans une seule phrase, vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère, vous.

          +0

        Alerter
    • verite // 21.01.2018 à 10h55

      @ atanguy
      Les Russes sont liés à la Syrie par un accord et invités par le gouvernement Syrien. Les USA et les turcs, non.
      Ne cedez pas à la propagande “de la Gauche Pentagone”, qui sévit dans les revues et journaux appointés par le gouvernement(subventions! Ce n’est le lectorat qui paye les scribouillards de Libération), en comparant la présence d’un allié et d’armées étrangères qui s’imposent par la force.

        +17

      Alerter
      • atanguy // 21.01.2018 à 22h32

        “la propagande “de la Gauche Pentagone” Ca c’est nouveau,qu’en est-il de la Droite Militaire du Kremlin?

          +1

        Alerter
    • Chris // 21.01.2018 à 16h21

      Et comme si ce n’était pas assez :
      http://www.france-irak-actualite.com/2018/01/la-guerre-en-syrie-responsable-de-la-multiplication-des-tempetes-de-sable-au-moyen-orient.html
      Si les météorologues sont étonnés par la multiplication toujours plus importante des tempêtes de sable, pour certains d’entre-eux, il ne fait aucun doute que la guerre est responsable. L’abandon de terres agricoles et le passage régulier de chars a entraîné la naissance de grandes étendues de terres poussiéreuses.
      Qui connait les travaux HAARP ?
      http://sboisse.free.fr/technique/haarp.php
      Pour les horrifiés du complotisme :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/High_frequency_active_auroral_research_program

      Vous avez dit “changements climatiques” ? Je crains que nous ne jouions aux apprentis-sorciers.

      La Chine aussi s’en mêle :
      https://www.anguillesousroche.com/chine/manipulation-climatique-chine-depense-millions-technologie-manipuler-la-meteo/

        +2

      Alerter
    • Croce // 23.01.2018 à 19h11

      Sauf que les russes sont les seuls à avoir l’autorisation de la Syrie et de l’O.N.U.
      Les autres ont la même légitimité que les nazis de la seconde guerre mondiale,
      qui ont occupé l’Europe sans aucune autorisation !

        +1

      Alerter
  • sud // 21.01.2018 à 07h07

    Quelqu’un peut-il dresser la liste des états (reconnus juridiquement comme tels) dont le territoire est occupé partiellement , totalement, ponctuellement ou de longue date, par une armée étrangère sans qu’ils en aient fait officiellement la demande préalable auprès d’instances internationales ?

      +8

    Alerter
    • Homère d’Allore // 21.01.2018 à 09h28

      – Cuba avec la base américaine de Guantanamo.
      – la Géorgie avec le soutien russe aux séparatistes abkhazes et ossètes du sud
      – l’Azerbaïdjan qui a une partie de son territoire occupé par l’armée arménienne
      – le Yémen avec l’invasion séoudienne et émirati
      – la Moldavie a une partie de son territoire occupé par des séparatistes soutenus par l’armée russe (Transdniestrie)

      C’est plus compliqué juridiquement pour la Palestine occupée en grande partie par Israël et le Sahara occidental occupė en totalité par le Maroc car ces états ne sont pas complétement reconnus par l’ONU.

      Enfin, on peut rajouter à cette liste le Kosovo si l’on considère qu’il fait partie de la Serbie et Chypre si l’on considère que la partie nord de l’île fait toujours partie de la république chypriote.

        +11

      Alerter
      • sud // 21.01.2018 à 12h54

        Merci à vous pour votre réponse à ma question. On voit que rien n’est simple.
        Ces pays en partie ou totalement occupés ont-ils :
        – des ressources dans leurs sols,
        – ou un intérêt géo-stratégique ?
        – ou s’agit-il de conflits d’ordre humain (ethnies, religons… différentes)
        Je suis surpris par le faible nombre de pays victimes de ces situations.
        Mais que penser des pays accueillant sur leurs sols des bases militaires de pays étrangers ?…

          +1

        Alerter
        • Chris // 21.01.2018 à 13h58

          “Mais que penser des pays accueillant sur leurs sols des bases militaires de pays étrangers ?…”
          Là, vous parlez d’occupations arrivées à maturité !
          Disons que leur avenir dépendra de la durabilité de la puissance économique, financière, technologique et militaire de l’occupant…
          “Ces pays en partie ou totalement occupés ont-ils :
          – des ressources dans leurs sols,
          – ou un intérêt géo-stratégique ?”
          Ressources et/ou intérêt géostratégiques selon les cas. J’ajouterai brevets & inventions et marchés.
          Europe, Afrique, Amérique du Sud, Canada, Moyen-Orient sont les terrains de chasse de l’Empire et de ses multinationales. Il piaffe d’impatience de remettre la mains sur la Chine et le compère russe !

            +4

          Alerter
      • arkantz // 21.01.2018 à 13h44

        L’Azerbaidjan, fort de son pétrole, à voulu anéantir le territoire arménien du Karabagh. Les forces arménienne arméniennes du Karabagh occupent leurs territoires et une zone de sécurité. Le Kossovo a eu le soutien de l’Occident. Le Karabagh a été oublié. Son peuple s’est donc défendu avec le soutien de l’Armenie et de la Russie (qui maintenait un aide à l’Azerbaïdjan, allié de la Turquie)

          +5

        Alerter
        • Croce // 23.01.2018 à 19h15

          A noter que l’Arménie fait partie des membres de l’O.T.S.C. qui est l’équivalent ( en moins crapuleux ) de l’O.T.A.N.

            +0

          Alerter
    • bluerider // 21.01.2018 à 16h50

      Chypre ? Kosovo serbe ? Diego Garcia ? Guantanamo ? Honduras (c’est tout comme) ? Palestine ? Libye ? Syrie ? Tous les états abritant des bases US ? Iles Malouines ? Irlande du Nord ? Iles Kouriles ? Ile de Sakhaline ? Taïwan/République de Chine ? Sri-Lanka/Ceylan ? Antarctique ?

        +0

      Alerter
    • P. Peterovich // 23.01.2018 à 13h04

      L’Ukraine ?

      [bon, d’accord, j’exagère…]

        +2

      Alerter
  • Bordron Georges // 21.01.2018 à 08h10

    Qui s’en étonnerait? De toutes façons qu’ils en fassent la déclaration ou pas cela ne change pas grand’chose. Quand ils ne déclarent rien, ils restent quand même. De plus, ils mentent continuellement. Enfin, malgré leur force actuelle, ils sont bien audacieux de préjuger de l’avenir.

      +14

    Alerter
  • Nerouiev // 21.01.2018 à 08h26

    Quand la Russie est arrivée en Syrie, Obama avait informé Poutine que ce serait un nouvel Afghanistan pour eux ; dont acte.

      +14

    Alerter
    • Alfred // 21.01.2018 à 09h14

      Dont acte? Vous avez suivi la situation ? C’est totalement incomparable (à moins de s’echiner à vouloir comparer une sauterelle et un poulet; c’est toujours possible mais ça n’a que très peu de sens).
      Hier avec notamment l’appui aérien des quelques avions russes qui n’ont pas été retirés, l’armée nationale et ses alliés (certains corps re-formes par les russes mais sans les russes au sol, avec du nouveau matériel russe) ont repris la base aerienne adduhur aux jihadistes (qui venaient pourtant de recevoir du matériel turc et occidental).
      Un peu comme si l’ANA avait de grands succès durables toute seule… Ce qui n’est pas terriblement le cas. Et ne parlons pas du coût pour chacun, même de très loin.

        +11

      Alerter
      • Alfred // 21.01.2018 à 09h27

        Un détail (digne des casques blancs): lors d’une contre offensive des djihadistes-FSA* (sans conséquence durable) ceux ci se sont filmés en train de rouler dans des blindés Turcs tout neufs en mode “Safari”: il chassent quelques soldats en déroute et roulent sur les blessés dresses devant eux… Une série Netflix bientôt sur les combattants de la liberté ? C’est un crime de guerre (de plus) parfaitement documenté quasiment en direct et qui restera parfaitement impuni.
        (*Certaines versiins de la vidéo portent un logo djihadiste d’autres le drapeau plus “modéré”).

          +16

        Alerter
      • Nerouiev // 21.01.2018 à 10h47

        Je n’ai sûrement pas bien terminé mon propos, je voulais le continuer, puis pensant que tout baratin ne pouvait être que confus, je me suis abstenu. Merci pour ce complément.

          +4

        Alerter
  • Kiwixar // 21.01.2018 à 09h21

    « Les militaires affirment qu’ils ont le pouvoir légal de rester là-bas. / « Opérant sous l’égide d’autorités internationales reconnues… »

    Pouvoir légal conféré par une instance nationale (US)? Ou internationale (Onu, ou demande du gouvernement syrien)? … bon, on connaît la réponse, les US sont en Syrie illégalement, et attendent sans doute un gros massacre de soldats US pour déclarer la guerre à la Syrie officiellement, et donc y aller légalement…

      +31

    Alerter
    • Dominique // 21.01.2018 à 12h40

      « on connaît la réponse, les US sont en Syrie illégalement »
      De notre point de vue oui, mais les USA considèrent « l’extraterritorialité » de leur lois.
      Celle-ci dépasse toutes les autres.
      De fait, c’est objectivement ce qui se passe. Ils font et sont la loi.
      Tant que les dirigeants du reste du monde ne se rebifferont pas, ça restera dans l’état.

        +13

      Alerter
      • Pegaz // 21.01.2018 à 16h25

        « l’extraterritorialité » de leur lois, c’est un fait et en nombreux domaines, mais pour le cas ils s’appuient sur le fait que nul ne peut prétendre qu’il n’existe plus de combattants de l’EI en Syrie et sur la légitimité de la coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie obtenue le 5 août 2014 par la résolution 2170 adoptée à l’ONU.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Coalition_arabo-occidentale_en_Irak_et_en_Syrie#Origines_de_la_coalition

          +0

        Alerter
        • Romuald // 21.01.2018 à 18h08

          @ Pegaz,
          Non, il n’y a rien qui autorise les US dans cette résolution? Ni seul, ni dans une coalition à occuper une partie du territoire Syrien sans l’autorisation explicite du gouvernement légitime.
          “Ma force est mon droit” tel est leur devise…

            +6

          Alerter
          • Pegaz // 22.01.2018 à 00h52

            Ni celui-ci, ni le subterfuge des pompiers pyromanes de la coalition anti EI je n’approuve ou ne cautionne. Pourtant au nom de la lutte anti terroriste ils ont reçu l’aval et la légitimité de l’ONU. Après, comme pour la Libye, il y est question d’interprétation et du crédit que lui accorde de concert les politiques de la “C.I.” et média-rapporteurs. Le subterfuge est suffisant pour maintenir la masse dans l’illusion et l’ignorance. Comprendre comment ils arrivent à maintenir le voile de l’illusion me paraît important et c’est cela que je tentais d’exprimé.

              +1

            Alerter
            • Dominique // 22.01.2018 à 21h36

              « ils ont reçu l’aval et la légitimité de l’ONU »
              Quand ? Ce qu’on peut lire dans l’article dont tu donnes le lien ne dit rien de ça. Pour ce qui est de la Libye, il y a bien eu une résolution, non pas pour renverser kadhafi, mais autorisant une zone d’exclusion aérienne. Celle-ci a été violée.

                +1

              Alerter
  • Alfred // 21.01.2018 à 09h28

    Hier, dans le sens hier encore…
    Un détail pour la route (digne des casques blancs): lors d’une contre offensive des djihadistes-FSA* (sans conséquence durable) ceux ci se sont filmés en train de rouler dans des blindés Turcs tout neufs en mode “Safari”: il chassent quelques soldats en déroute et roulent sur les blessés dresses devant eux… Une série Netflix bientôt sur les combattants de la liberté ? C’est un crime de guerre (de plus) parfaitement documenté quasiment en direct et qui restera parfaitement impuni.
    (*Certaines versiins de la vidéo portent un logo djihadiste d’autres le drapeau plus “modéré”).

      +8

    Alerter
  • Fritz // 21.01.2018 à 10h21

    Les États-Unis vont maintenir « une présence militaire basée sur les besoins en Syrie pour combattre la menace de l’incertitude liée au terrorisme ». Ce n’est même plus de la langue de bois : ce doit être de la langue de chewing-gum. En clair, ils prétendent occuper une partie du désert syrien pour masquer leur défaite stratégique. Car la Syrie a résisté.

    Ah mais j’oubliais, les States se sentent partout chez eux. Les Amérindiens en savent quelque chose. Remarquez, les vassaux lobotomisés ne s’ indignent pas d’être occupés eux aussi, car ils sont colonisés dans leur cerveau.

    P.S. J’aime bien la photo (tirée du site américain) montrant un soldat de la Liberté admiré par deux gosses locaux. On avait exactement le même genre de photos pour l’invasion du Panama en 1989, cette opération tout aussi “légale” que l’occupation américaine en Syrie. Et aussi pour l’occupation américaine en Irak…

      +24

    Alerter
  • RémyB // 21.01.2018 à 10h54

    “Les militaires affirment qu’ils ont le pouvoir légal de rester là-bas.”

    légal, quel pouvoir légal?
    plutôt l’impérialisme us dans toute sa splendeur …

      +14

    Alerter
    • Etienne2 // 21.01.2018 à 12h00

      Ce qui serait légal, par exemple, l’envoi de “casques bleus” américains et de plusieurs nationalités mandatés suite à un vote à L’ONU! Quelle est la légitimité des ces “casques blancs”,qui sont-ils et d’où proviennent leur financement?
      Probablement des enjeux énergétiques(gazoduc) conditionnent la dureté du conflit et le contrôle de la région qu’est la Syrie, carrefour de la dispute!
      L’occupation du plateau de Golan n’a jamais été reconnu par l’ONU, ce territoire fait partie de la Syrie.

        +9

      Alerter
  • Duracuir // 21.01.2018 à 11h27

    C’est tout à fait de “bonne guerre”, c’est la G4G: “quand mon adversaire me vire d’un endroit d’influence, je lui laisse un abcès, un chancre pour lui pourrir la vie ”
    Mao vire les US de Chine? Paf, Taïwan. Les Anglais virés d’Inde? Paf, le Pakistan.
    L’Iran tire les marrons du feu de la chute de Saddam Hussein? Alors je lui laisse le Kurdistan et Daesh.
    Les USA sortent la Georgie de mon orbite, hop, je te colle l’Abkhazie et le Daguestan. Ils sortent l’Azerbaïdjan? Hop, le Haut-Karabach. Ils sortent la Moldavie? Hop, la Transnitrie. L’Ukraine? Hop le Donbass.
    On nous vite d’Ethiopie? Hop, l’Érythrée.
    Tu veux m’emm… aux Philippines? Paf, je te colle des sécessionnistes islamiques.
    Tu veux garder la main sur le Tibet? Je te mets des sécessionnistes au Xinjiang
    Donc, en toute logique, Russe et Iraniens gagnent en Syrie, je leur colle les Kurdes. ça ennuie pas tant que ça les Russes agacés par les prétentions hégémoniques iraniennes. Et ça apprend aux Turcs à surtout pas trop c… dans les bottes de l’Oncle Sam.

      +18

    Alerter
  • Louis Robert // 21.01.2018 à 11h34

    Encore vaincu, maintenant de nouveau piégé: l’invincible Empire triomphe. Über alles.

    Oh! l’enviable destin.

      +0

    Alerter
  • perso // 21.01.2018 à 11h38

    C’est fou le nombre de specialistes sur la Syrie dans les think-tanks de Washington, specialistes qui n’ont jamais mis un pied dans ce pays, ce qui ne les empechent pas d’assener leurs oracles avec une assurance inebranlable.

      +6

    Alerter
    • Ardéchoix // 21.01.2018 à 13h05

      “’assener leurs oracles avec une assurance inébranlable.”
      On a les mêmes chez nous, voir encore mieux : en Ukraine y montaient sur la scène carrément

        +15

      Alerter
  • Nouréiev // 21.01.2018 à 13h15

    J’ai l’impression, mais je peux me tromper, que si les USA étaient rentrés à la maison au lieu de s’incruster, ce serait comme enlever un caillou de sa chaussure et que tout rentrerait tranquillement dans l’ordre même s’il reste encore quelques terroristes.

      +8

    Alerter
    • John V. Doe // 21.01.2018 à 13h46

      @Nouréiev
      Bien d’accord mais qui vous dit que le but est de faire rentrer les choses dans l’ordre ? Voir l’hypothèse de @Duracuir à 11:27.

        +11

      Alerter
    • Duracuir // 21.01.2018 à 17h58

      Vous n’avez pas remarqué que les USA ont développé une tendance particulière à transformer en anarchie sanglante tout ce qu’ils ne pouvaient pas contrôler: Soudan, Sud-Soudan, Ethiopie, Somalie, Libye, Yemen, Afganistan, Irak, Ukraine, Syrie, et j’en passe, et avec des millions de morts à la clé. Ne croyez vous pas qu’après une telle série, on devrait commencer à arrêter de parler d’erreur ou d’échecs et plutôt envisager qu’il s’agit là d’une politique délibérée?

        +17

      Alerter
  • Arcousan09 // 21.01.2018 à 13h50

    La Syrie est “sauvée” si les américains y restent indéfiniment …
    Ce sera comme en Afghanistan … la paix y règne grâce aux américains mis à part un détail tout à fait mineur que sont les attentats qui, chaque jour, ne tuent que des civils car les envahisseurs sont bien calfeutrés dans leur zone de sécurité …
    La Pax Américana il n’y a que ça de vrai …..

      +10

    Alerter
  • max // 21.01.2018 à 14h01

    Les USA s’en foutent de leurs alliés, ceux-ci doivent simplement leur obéir.
    La Turquie qui a fait le ménage chez elle, peut maintenant dire non à un foyer national kurde, si elle en a envie.
    L’incapacité de l’occident à admettre les préoccupations de leurs larbins conduits a ces genres de situations.
    Ainsi en est-il pour le Pakistan, l’Afghanistan, l’Egypte et maintenant la Jordanie ou malgré une manne financière militaire, ils prennent le large et la liste n’est pas exhaustive, préférant les investissements chinois.
    Malgré les déclarations des USA, il n’est pas du tout certain que la Turquie laisse se pérenniser un foyer kurde a sa frontière.

      +3

    Alerter
  • Pegaz // 21.01.2018 à 14h22

    Il y a 4 jours, les propos rapportés du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, apportent quelques précisions sur les raisons et mobiles de leur décision.

    L’armée américaine va rester en Syrie jusqu’à ce que le groupe djihadiste Etat islamique (EI) soit totalement vaincu. Elle compte aussi y contrer l’influence iranienne et, au bout du compte, aider à chasser le président Bachar el-Assad.
    «Il est crucial, pour Notre Intérêt National, de maintenir une présence militaire et diplomatique en Syrie»

    L’EI, l’argument – Iran et Bachar el-Assad, l’objectif de toujours mais avoué – Intérêt national, exit l’humanitaire – Présence militaire et diplomatique, tout l’art de la « diplomatie » US
    Source: https://www.lematin.ch/monde/L-armee-americaine-va-rester-en-Syrie-/story/30679599

      +5

    Alerter
    • Tepavac // 22.01.2018 à 21h59

      C’est toujours surprenant de constater combien il est facile de manipuler l’opinion publique.

      Ainsi à force de présenter l’appât, “Assad” et l’hameçon, “l’EI”, les esprits finissent par oublier la proie visée.

      Quel est le but de toute cette agitation?
      Ce n’est pas pour réduire les tensions belliqueuses, car pour y parvenir encore faudrait-il désarmer au lieu de semer toutes sortes d’engins de guerre entre tous les antagonismes qui languissaient d’en découdre. Et de poursuivre dans cette voie.

      Que nous le voulions ou que cela nous déplaise, force est de constater que toute cette histoire recèle un vice d’une grande noirceur.

        +0

      Alerter
  • mvl17 // 21.01.2018 à 15h25

    “”” Les États-Unis resteront indéfiniment en Syrie selon le Pentagone””” !!!

    Les Autorités syriennes ne l’entendent apparemment de cette façon, de même que Moscou, si l’on en juge par leurs déclarations, sur la présence US en Syrie… Tous attendent le moment propice pour régler ce problème.

    > On peut lire hier samedi 20 janvier 2018 :
    http://www.presstv.com/DetailFr/2018/01/20/549520/Damas-mnera-la-vie-dure–lOccupant-US

    [[[ Damas est bien consciente du nouveau scénario auquel joue Washington et qui vise à faire éclater en mille morceaux l’État syrien que l’armée syrienne et ses alliés ont sauvée des eaux, au prix de moult sacrifices. Le ministère syrien des Affaires étrangères a d’ailleurs été catégorique : « la présence US en Syrie est une violation du droit international, de la souveraineté syrienne et n’a pour objectif que de ressusciter Daech. De ce fait, l’armée syrienne n’hésitera pas à prendre pour cible les forces américaines ».]]]

    > Lundi 25 décembre 2017 :
    http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/25/546753/Moncou-contre-la-prsence-US-en-Syrie-

    > Le 15 janvier 2018 :
    https://fr.news.yahoo.com/damas-moscou-et-ankara-d%C3%A9noncent-le-projet-am%C3%A9ricain-093201760.html

    Liste non exhaustive de diverses déclarations contre invasion US en Syrie…

      +1

    Alerter
  • Duracuir // 21.01.2018 à 18h03

    ça devient balaise:
    les Kurdes, armés et soutenus par les USA, demandent… à la Russie, épouvantail préféré des USA, de faire arrêter l’offensive Turque, alliés des USA mais ennemis des Kurdes et potes provisoires des Russes et surtout, principal soutien du régime Syrien, adversaire des Turcs, bêtes noirs des USA, et contre l’auto-determination Kurde.
    Pendant ce temps là, les Russes, finauds, invitent les Kurdes à demander ça à leur fameux “protecteur” US. Et vous remarquerez le silence assourdissant des Irakiens comme des Iraniens.
    Je ne sais plus qui disait que la diplomatie au moyen-orient pouvait rendre fou n’importe qui, mais je comprends mieux. 🙂 Et je ne sais pas qui a le plus mal à la tête dans les chancelleries de tous ces gens là?
    Et pendant ce temps là, Jupiter sussure à Erdogan qu’il arrête d’embêter les petits à la récrée, et heuuu

      +15

    Alerter
    • Allan Bic // 22.01.2018 à 17h37

      heu,
      les américains c’est pas le proche ou le moyen orient, d’après ce que j’en sais …
      Et c’est bien les américains qui pour l’instant encore, foutent le boxon.

        +2

      Alerter
    • Barbier // 24.01.2018 à 06h30

      A se demander si tout simplement le fameux complexe militaro-industriel US ainsi que certains autres ne provoquent pas la perpétuation continuelle de la guerre plus ou moins larvée pour faire seulement tourner le commerce. Sûr qu’avec des frontières héritées de la colonisation ou taillées à la serpe, il y a de quoi faire. Alors si l’on rajoute les différents ethnies et les ressources qui restent à exploiter, ben cela va faire un fameux et tragique gloubi-boulga. ( Pour les initiés confiture de fraise +sardine ou rollmops j’ai un doute là), suffit de changer les proportions et show must go on.

        +0

      Alerter
  • Denis Griesmar // 21.01.2018 à 19h25

    Le Nagorny Karabakh n’est (officiellement) azéri que par la grâce de Staline. L’Arménie s’est vue attribuer des frontières peau de chagrin (ce qui vaut également pour le Nakhichevan, d’où est originaire la famille Bahadurian). Donc, parler d’occupation arménienne d’une partie de l’Azerbaïdjan est faire fi de l’Histoire, et des réalités sur le terrain.

      +5

    Alerter
  • Christian Gedeon // 22.01.2018 à 00h23

    Pauvre Syrie…et pauvre MO en général. Mais surtout pauvre Syrie,qui depuis son indépendance se voyait en Prusse du MO,qui a cru un instant atteindre son objectif de toujours d’annexer le Liban,a l’époque”bénie” où elle était l’alliée des US dans la guerre contre l’Irak. Quelle chute…oui des américains vont rester en Syrie,des turcs aussi,des russes certainement,le Hezbollah obligatoirement,et les pasdarans clairement.Sans compter la myriade de bandes organisées qui terrorisent le pays,le Rojava des kurdes, et le harcèlement des Israeliens sur le Golan. Y’a pas à dire,c’est une sacrée réussite. Et pour ce pauvre pays,tout cette obsession de ses dirigeants sunnites ou alaouites d’ailleurs à vouloir avaler ces dix mille kilomètres carrés de Liban qui se sont révélés si indigestes…dommage qu’il n’y ait pas d’alka seltzer géopolitique.

      +1

    Alerter
  • Sam // 22.01.2018 à 19h27

    “Les Etats Unis resteront indéfiniment en Syrie selon le pentagone”

    En novlangue, ca veut dire qu’ils vont bientôt dégager.

      +2

    Alerter
  • Morad // 26.01.2018 à 21h59

    Bof! La France aussi devait rester indéfiniment en Algérie…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications