Les Crises Les Crises
20.janvier.201820.1.2018 // Les Crises

Revue de presse du 20/01/2018

Merci 10
J'envoie

Seconde revue de l’année avec, à l’occasion de deux émissions entendues fortuitement et qui se répondaient à distance, un point sur le débat Islam/Laïcité/Immigration réunies sous le thème Réflexion. Côté droit (Raffarin, Institut Montaigne), Hakim El Karaoui, côté gauche (Jospin, PS avant droitisation), Patrick Weil, duquel nous avons ajouté un entretien publié sur le site nonfiction.fr en 2016.

DÉMOCRATIE

Contre « le cirque politico-médiatique établi et sa logique de spectacularisation du monde »

"Alain Accardo, sociologue, est adepte d’une sociologie critique dans la continuité des travaux de Pierre Bourdieu, notamment sur les systèmes de reproduction des inégalités, et de domination. Il s’est fait une spécialité de l’étude du monde journalistique [2]. Depuis dix ans, il livre tous les mois une chronique à La Décroissance. Si la critique des classes moyennes tient le premier rôle, le journalisme y tient le second, au titre de fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle."

Source : ACRIMED

ENVIRONNEMENT

Dormir avec son téléphone augmente les risques de cancer et d’infertilité

"Le département de la Santé californien vient de reconnaître le risque potentiel des ondes émises par les téléphones portables pour la santé humaine. En France, les utilisateurs demeurent mal avisés de ce risque, pourtant souligné par l’OMS."

Source : LE LANCEUR

EUROPE

Pour la France, l’agriculture n’est plus une priorité européenne à défendre

Une « note des autorités françaises » a été publiée par le site d’information en ligne Contexte (9/01/18). L’exécutif français y assume implicitement la baisse du budget de la PAC (politique agricole commune) post-2020 alors que la France en était le premier bénéficiaire. Selon cette note « L’ambition (…) est de faire de l’Europe une puissance mondiale, qui garantit la sécurité de ses concitoyens et leur assure un avenir prospère ». La note met en exergue les « nouveaux défis collectifs » : « sécurité et défense, compétitivité économique et numérique, éducation, développement social, transition énergétique, migrations ». Le RU est contributeur net au budget européen (~5 Mds€ hors mesures d’ajustement budgétaire). « l’UE ne pourra pas continuer à payer à 27 ce qu’elle finançait jusqu’à présent à 28 Etats membres », le Brexit met à mal le budget PAC post-2020.

Source : Terre-net

GÉOPOLITIQUE

« Xi le Dictateur » : un mythe né de l’ignorance et des préjugés

"On a beaucoup glosé sur le fait que Xi serait maintenant le leader chinois le plus puissant depuis Mao et Deng, et même Mao lui-même. Il l’aurait emporté dans les luttes de pouvoir habituelles, et aurait supplanté ses rivaux, dit-on. Le nouveau néologisme à la mode est « Xiconomics », qui laisse entendre qu’il aurait aussi pris le contrôle de l’économie Chinoise. Tout cela assorti des éternelles allusions aux dangers de la dictature, de l’hyper-concentration des pouvoirs, de l’abus d’autorité, de la répression, etc. Cette vision occidentale ne fait que démontrer, une fois de plus, l’ignorance et les préjugés dont ceux qui la colportent font preuve depuis longtemps à l’égard de la Chine. Pour comprendre la position de Xi Jinping, il faut étudier de plus près la nature de la gouvernance chinoise d’aujourd’hui et regarder comment elle devenue ce qu’elle est."

Source : Couterpunch - Traduction LE GRAND SOIR

LIBERTÉS

Quand Ford et Volkswagen livraient leurs ouvriers syndicalistes aux tortionnaires des dictatures

"Fin décembre, un procès inédit a débuté en Argentine : d’anciens cadres de la multinationale automobile Ford sont jugés pour leur complicité avec l’appareil répressif de la dictature militaire argentine (1976-1983), durant laquelle 30 000 personnes ont disparu et 15 000 ont été exécutées. D’anciens dirigeants de la filiale argentine de Ford de l’époque sont soupçonnés d’avoir facilité la séquestration et la torture de 24 ouvriers d’une des usines Ford du pays. « Trois délégués syndicaux n’ont jamais été retrouvés, précise le journal Le Monde."

Source : BASTAMAG

RÉFLEXION

Islam de France, une bataille culturelle avec Hakim El Karoui

"Hakim el Karoui, normalien, devenu conseiller du Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin jusqu’en 2005, entrepreneur et essayiste, auteur de « Réinventer l’occident », de « La lutte des âges », fondateur du Club XXIème siècle, qui promeut l’égalité des chances et la méritocratie dans les sphères économiques et politiques, est notre invité. Dans le prolongement du rapport « Un islam français est possible», remis à l’Institut Montaigne, think-tank proche du monde de l’entreprise, en septembre 2016, il publie aujourd’hui « L’Islam, une religion française » dans la collection « Débat » , chez Gallimard."

Source : La grande table, France Culture

Immigration : pourquoi Macron durcit le ton ? (1ère partie)

"Edouard Philippe lance aujourd’hui une consultation autour du futur projet de loi sur l'immigration. Alors que le cap des 100 000 demandes d’asile a été franchi en France en 2017, associations, maires et députés, sont réunis afin de discuter de textes controversés au sein même de la majorité parlementaire. Notre invité est Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS rattaché à Paris 1 et professeur invité à l’université Yale, et auteur avec Nicolas Truong de l’ouvrage Le sens de la République paru en 2015 chez Grasset."

Source : L'invité des matins, France Culture

Immigration : pourquoi Macron durcit le ton ? (2ème partie)

"Augmenter le nombre de reconduites à la frontière, tout en réduisant le temps de traitement des demandes d’asile, les différents volets de ce projet de loi encore en construction, affichent une volonté de fermeté du gouvernement quant à sa politique migratoire."

Source : L'invité des matins, France Culture

« Le sens de la République » (1/2)

"A l’occasion de la réédition en poche du Sens de la République, l’historien Patrick Weil poursuit sa réflexion sur ce qui lie les Français et ce qui fonde leur identité commune."

Source : Non fiction

« Le sens de la République » (2/2)

"Dans la première partie de ce long entretien, l'historien Patrick Weil, auteur du Sens de la République, analysait sur le long terme les causes des sentiments de désaffiliation vis-à-vis de la communauté nationale qui se manifestent aussi bien dans le radicalisme musulman que dans le repli identitaire dont bénéficie le FN. Dans cette seconde partie, il analyse les effets des événements les plus récents, de l'attentat contre Charlie Hebdo à celui de Nice, au gré desquels la capacité des différentes composantes de la Nation à cohabiter semble s'être durablement fissurée."

Source : Non Fiction

SOCIETÉ

Les robots ne libèrent pas les humains du travail, au contraire

"Contrairement à une idée reçue, l’automatisation ne libère pas les humains du travail, mais les asservit davantage. C’est ce qu’explique l’auteur de cette tribune, qui invite à une « critique sans concession des nouvelles technologies ». Avec les robots, les drones-livreurs, les exosquelettes et l’intelligence artificielle, on nous promet la fin du travail pénible, voire la fin du travail tout court. Non seulement cette promesse est illusoire, mais elle cache ce que produisent déjà les automates dans le présent : une intensification du travail. La communication du groupe Amazon est un parfait exemple : elle met en avant des machines souriantes alors que des milliers d’intérimaires s’épuisent pour livrer les courses de Noël."

Source : REPORTERRE

ÉCONOMIE

EDF demande des améliorations à son fournisseur General Electric

General Electric (GE) a racheté en 2015 le pôle énergie du français Alstom, fournisseur d'EDF notamment pour les turbines à vapeur des centrales nucléaires. Les relations s'étaient tendues à partir de 2016 et M. Minière, directeur du parc nucléaire et thermique d'EDF, a évoqué "une certaine dégradation de la qualité de maintenance des turbines". Pour les pièces de rechange, "si les délais de livraison s'améliorent à date, le nombre de défauts de qualité augmente". EDF est aussi préoccupé par le choix de GE à faire appel à la sous-traitance pour la réalisation des opérations de maintenance sur le parc thermique. "Cette moindre application de ressources propres fait craindre à court-moyen terme une perte de compétence de GE concernant les matériels anciens de fabrication Alstom tels que les turbines à vapeurs ou les alternateurs", a conclu le responsable d'EDF.

Source : Connaissance des énergies

Pointer au chômage plutôt qu’au travail : les combines des multinationales pour couler définitivement leurs usines

"Lorsqu’elles décident de fermer un site, les multinationales ne lésinent pas sur les moyens. Quitte, dans les cas extrêmes, à saboter les machines. La « loi Florange » de 2014 leur impose la recherche d’un repreneur, mais sans obligation de résultat. Comme les directions n’ont souvent aucune envie de voir s’implanter un concurrent – ou, pire, de laisser les clés aux salariés qui auront créé leur société coopérative – elles usent de tous les stratagèmes disponibles pour empêcher une reprise. Combien de sites industriels rentables ferment ainsi chaque année ?"

Source : BASTAMAG

Pourquoi le retour de l'inflation n'est plus possible

"Il existe deux visions des choses aujourd’hui concernant la croissance et l’inflation. Dans la vision classique, c'est business as usual : la croissance est repartie sur la base d’un potentiel affaibli. Les capacités ont été laminées par la crise et sont déjà sous tension. Dans l’industrie, les goulets d’étranglement sont de plus en plus manifestes : tensions sur les capacités, difficultés de recrutement, etc. Et en arrière-plan de tout cela, la montagne de liquidités héritées du quantitative easing. Les risques d’un retour de l’inflation sont maximaux, surtout si la BCE reste cramponnée à son objectif de normalisation de l’inflation."

Source : XERFI CANAL

Commentaire recommandé

douarn // 20.01.2018 à 09h19

Bonjour
Le résumé “Pour la France, l’agriculture n’est plus une priorité européenne à défendre” fait écho à :
– d’excellents commentaires lus sur ce blog relatifs à la baisse du budget de l’UE suite au BREXIT
– la chute du nombre d’exploitations agricoles en Fr (division par 2 en 20 ans, 500 000 exploitations actuellement)
– l’arrivée dans l’UE des pays de l’Est (Roumanie, Bulgarie, …), à l’accaparement des terres par des groupes financiers occidentaux entraînant la destruction des systèmes agraires familiaux et la nécessité de retrouver un emploi salarié en ou hors des frontières
– la vente de milliers d’hectares français à des financiers chinois
– …

Et comme toujours, une liste d’arguments sensés être convainquants :
« L’ambition (…) est de faire de l’Europe une puissance mondiale, qui garantit la sécurité de ses concitoyens et leur assure un avenir prospère ».

Mêmes arguments que pour le référendum de Maastricht, quelle blague!!!

34 réactions et commentaires

  • Alfred // 20.01.2018 à 09h01

    Concernant l’islam de France on aimerait demander à
    Hakim el Karoui, normalien, ce qu’il pense de Wael Al Huesseini ou Majid Ouchaka. C ‘est à dire si l’islam de France se conforme à la version originale et internationale sur le sujet du sort réservé aux appostats. Si l’islam de France est différent sur ce sujet alors il faut le clamer haut et fort car cela change tout.

      +8

    Alerter
    • outis // 20.01.2018 à 11h10

      une fatwa contre la charia ? (c’est un peu court)

        +0

      Alerter
    • Surya // 20.01.2018 à 14h44

      Les “réformes de l’islam” et autres “islam des lumières” ou “islam de france” sont une vaste fumisterie faits par des maîtres en taqiya (le seul mérite du bouquin de Michel Onfray “Penser l’Islam” est d’avoir mis en lumière les falsifications de traduction de Malek Chebel); et lisez les livres de Sami Aldeeb.

        +6

      Alerter
    • Scorpion bleu // 21.01.2018 à 00h29

      Hakim El Karaoui banquier chez Rotschild fut le conseiller de Ben Ali.

        +0

      Alerter
      • Surya // 21.01.2018 à 16h32

        Son rapport “un islam francais est possible” est un plaidoyer pour l’islamisation de la France (et vu où on en est, il en faut peu pour que nous devenions officiellement un pays musulman sunnite)

          +0

        Alerter
  • Alfred // 20.01.2018 à 09h10

    ““Bien sûr”, dit l’homme entre deux gorgées de jus de tomate, “la police et les militaires torturent les prisonniers pour obtenir des informations importantes, bien sûr on ne fait même plus de procès aux subversifs politiques, on les tue immédiatement, mais une information objective doit ajouter à cela que sans fermeté, on irait pas de l’avant. Et on va de l’avant“. »”
    En marche quoi.. c’est fou cette fascination pour le “progrès” quelqu’un soit le prix.

      +9

    Alerter
    • Stanislas Robert // 20.01.2018 à 12h51

      Ce que vous dites si bien, me rappelle le sinistre Aussaresse sans oublier le général Bigeard avec sa méthode crevette qui consistait à :
      <> Et ces criminels de guerre, certains les citent avec respect parce que ce ne sont pas les leurs qui disparaissent pour finir avalés par des requins.

        +0

      Alerter
      • Stanislas Robert // 20.01.2018 à 12h59

        une partie du commentaire a sauté, je reprends :

        Ce que vous dites si bien, me rappelle le sinistre Aussaresse sans oublier le général Bigeard avec sa méthode crevette qui consistait à :
        Cimenter ou bétonner les pieds du prisonnier, mains liés, yeux bandés et le balancer depuis un hélicoptère volant à haute altitude.

        Et ces criminels de guerre, certains les citent avec respect parce que ce ne sont pas les leurs qui disparaissent pour finir avalés par des requins.

          +4

        Alerter
      • Perret // 21.01.2018 à 09h12

        Juste une remarque : Aussaresses était déjà gâteux quand on lui a fait signer un manuscrit dont il n’avait à peu près rien écrit. Cet ouvrage est une fumisterie. J’ai eu l’occasion d’en discuter en détail, quelques années avant sa mort, avec l’adjoint du maréchal des logis chef Tasnady, soit la garde rapprochée de Massu à Maison Carrée. Il s’appelait Harry Ludwig Lindorfer, sergent chef au 1er REP (ancien du 1er BEP): il était écoeuré par la manipulation. La guerre d’Algérie a été terrible, mais il est grave de baser l’appréciation sur ce qui s’est passé sur un roman écrit par un étudiant à l’IEP rémunéré par un éditeur recherchant la vente à n’importe quel prix et signé par un gâteux. Cet ouvrage est sans valeur.

          +4

        Alerter
  • douarn // 20.01.2018 à 09h19

    Bonjour
    Le résumé “Pour la France, l’agriculture n’est plus une priorité européenne à défendre” fait écho à :
    – d’excellents commentaires lus sur ce blog relatifs à la baisse du budget de l’UE suite au BREXIT
    – la chute du nombre d’exploitations agricoles en Fr (division par 2 en 20 ans, 500 000 exploitations actuellement)
    – l’arrivée dans l’UE des pays de l’Est (Roumanie, Bulgarie, …), à l’accaparement des terres par des groupes financiers occidentaux entraînant la destruction des systèmes agraires familiaux et la nécessité de retrouver un emploi salarié en ou hors des frontières
    – la vente de milliers d’hectares français à des financiers chinois
    – …

    Et comme toujours, une liste d’arguments sensés être convainquants :
    « L’ambition (…) est de faire de l’Europe une puissance mondiale, qui garantit la sécurité de ses concitoyens et leur assure un avenir prospère ».

    Mêmes arguments que pour le référendum de Maastricht, quelle blague!!!

      +42

    Alerter
    • some // 20.01.2018 à 10h35

      faut aller à contre courant, en france nous sommes déjà passé par ces étapes d’industrialisation euro/américaine de l’agriculture intensive et nous devrions avoir fait les constats de son échec (érosion des sols, perte de qualité nutritive, augmentation des niveaux d’endettements). Ce qui manque à cette agriculture, il me semble, c’est la souveraineté de décider, qui se traduit concrètement par la création de moyens de productions industriels respectueux de l’environnement (éducation / machine) et des conditions d’exploitations.

      Si dans ce pays il y a une grande tradition agraire, ce n’est pas sans raison, l’échec de l’agriculture française à s’industrialiser à son échelle (petite/moyenne), n’est pas sans raison non plus.

      Supprimer la pac pour ré allouer l’effort à l’investissement, être souverain, c’est peut être bien, si c’est pour simplement la supprimer dans le but de payer la dette, c’est une perte grave, d’autant plus que ces dégâts prennent généralement beaucoup de temps à être identifier (2 a 4 fois la durée d’un mandat présidentiel).

      enfin bref, l’euro/l’ue… la perte d’un temps précieux.

        +12

      Alerter
  • some // 20.01.2018 à 11h05

    “Les robots ne libèrent pas les humains du travail, au contraire”

    Autant le constat des expériences passés m’apparaît correct, autant la prédiction sur l’avenir me semble scabreuse.

    J’entends les cas d’entreprise hyper robotisés qui ont échoués et échoue encore à entièrement automatiser la démarche productive.

    Au hasard, on trouvera quand même ce genre de réussite, si l’on peut dire, https://www.youtube.com/watch?v=V1PcgtWAEnU
    Qui libère les uns du travail, et prive les autres de ce travail nécessaire (l’horrible blague), ne laissant que les pires tâches productive à ces merveilleuses machines, le travailleur humain.

    Il n’empêche que le travail de fond de l’économie moderne qui consiste à remplacer l’homme par les lignes de productions automatisés ne s’est jamais aussi bien portés, et que tant bien même, le temps semble long jusqu’à son avènement complet (acquisition des moyens de perception / lecture / analyse d’un environnement dynamique), le jour où ce levier technique sera levé, sa propagation, du fait d’internet et des moyens de communications instantanés, sa popularisation ira très très vite, laissant, en très peu de temps, énormément de gens sur le carreau, ce dont l’économie, avec l’humain comme élément central, sera incapable d’encaisser.

    doit on croire à l’échec de l’appareil productif destructeur à parvenir à ces fins ? J’en doute fortement.

      +2

    Alerter
    • PierreH // 22.01.2018 à 11h53

      “le temps semble long”, c’est difficile à prévoir, les choses en la matière n’étant pas forcément linéaires. Comprendre qu’il y a parfois des accélérations. Certes, la perception est difficile pour une machine encore de nos jours. Cela dit à une époque (quand j’étais petit) j’en entendais nous dire que les machines auraient bien du mal à battre Kasparov, puis au final ça a été assez vite. Les gens bossent et les choses avancent, peu de gens ont averti à l’avance de la révolution robotique qui a commencé à modifier le marché depuis l’an dernier.
      Enfin bref, c’est sûr, si l’on parle d’avènement COMPLET, ça peut prendre du temps, ça ne veut pas dire non plus que la majorité des emplois ne seront pas phagocytés à moyen terme.

        +0

      Alerter
  • BA // 20.01.2018 à 11h34

    Samedi 20 janvier 2018 :

    Shutdown du gouvernement des Etats-Unis : à partir de lundi, 850 000 employés fédéraux seront mis au chômage technique sans salaire.

    A minuit, le président Trump n’a pu que méditer sur le présent encombrant délivré par le Sénat : un shutdown (« fermeture ») du gouvernement fédéral.

    Il se traduira à partir de lundi par la mise au chômage technique sans salaire de plus de 850 000 employés fédéraux considérés comme « non essentiels » au fonctionnement de l’administration. Les activités de nombreuses agences fédérales, comme les services fiscaux, ceux des parcs nationaux, ou la délivrance de passeports, seront réduites. En revanche, les services de sécurité seront relativement épargnés. Les militaires américains poursuivront leurs opérations mais sans toucher leur solde.

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/01/20/au-etat-unis-la-premiere-annee-de-donald-trump-s-acheve-sur-un-shutdown_5244496_3222.html

      +4

    Alerter
  • RGT // 20.01.2018 à 13h21

    “Quand Ford et Volkswagen livraient leurs ouvriers syndicalistes aux tortionnaires des dictatures”

    Ne vous en faites pas, de nombreuses entreprises françaises ont fait de même en Tunisie quand Ben Ali était au pouvoir…

    Heureusement, les nouveau dirigeants ont fait en sorte que ces entreprises ne soient pas poursuivies pour leurs actes, ce qui en dit long sur le respect de ces dirigeants pour les victimes de la répression de l’ancien régime.

    Les entreprises ne vont surtout pas aller à l’encontre des dirigeants qui leur permettent de multiplier les profits comme le fit jadis Jésus avec les petits pains.

    Et les dirigeants ne vont surtout pas chercher des poux à ceux qui leur permettent de leur garantir un train de vie “décent”.

    Seuls quelques lampistes seront sacrifiés pour obtenir la “paix sociale” afin que le business puisse continuer.
    Le changement dans la continuité.

      +8

    Alerter
  • Olposoch // 20.01.2018 à 13h33

    Grosse offensive de France Info ce samedi matin:
    – Fake news bla bla bla, France Info se doit d’être exemplaire tout ça (rigolez pas ils sont prêts à perdre 5, 10 voire 15 mn de vérification avant de diffuser une info…), info “harmonisée” à base de dépêches qui “font foi” (dixit Estelle Bruneau, garante de la vérité, la Samuel Laurent locale…)
    – interview d’une journaliste de “Marie-Claire”, experte donc en géopolitique, sur les “amoureux” ukrainiens qui vont se battre n couple glamour pour la liberté contre “l’armée russe” au Donbass, pas lu l’article mais un grand moment en perspective…

      +20

    Alerter
    • Fritz // 20.01.2018 à 14h18

      Olivier devrait proposer cet article à notre attention, que dis-je, à notre vénération…
      Dans une prochaine revue de presse ?
      Ou dans la rubrique “humour” ?

        +4

      Alerter
  • snoop // 20.01.2018 à 16h25

    L’article sur la Chine est consternant. N’évoquer que le mot “méritocratie” pour juger le système Chinois et Xi Jinping décrédibilise tout l’article : la Chine reste une oligarchie (comme dans la majorité des pays, dont occidentaux) et Xi Jiping n’aurait pas pu atteindre ce rang sans ses origines de prince rouge.

      +5

    Alerter
  • Zasttava // 20.01.2018 à 18h35

    J’ai découvert il y a peu ce formidable documentaire sur la disparition des terres agricoles en France : https://www.youtube.com/watch?v=zUayX2wzNvA

    A partager et à diffuser sans modération. Seul point qui n’est pas abordé dans ce doc, c’est l’achat de nos terres par les chinois, qui est malheureusement un sujet peu connu et donc, peu débattu…

      +6

    Alerter
    • patrick // 21.01.2018 à 17h10

      Pas de panique , les chinois achètent des terres mais ils ne les emmènent pas chez eux , donc ça a assez peu d’importance.
      N’oublions pas qu’ils ont déjà des usines agroalimentaires en France ( et ailleurs ) et que plusieurs producteurs français exportent déjà de grandes quantité de lait et d’aliments pour bébés vers la Chine.

        +2

      Alerter
      • patrick // 21.01.2018 à 17h47

        erratum : usines agroalimentaires chinoises en France

          +0

        Alerter
  • madake // 21.01.2018 à 02h29

    Sur le sujet de la robotisation, pourquoi ne jamais exposer le revers principal, si rarement exposé aux profanes?

    Automatiser une chaine de production implique des très fortes contraintes, comme d’imposer une normalisation et un calibrage impitoyable de ce qui est traité.
    La rentabilité de l’automatisation par la robotique, est à ce prix exhorbitant, car elle tient tout simplement au contrôle et au maintien de ce qu’on va traiter dans une plage la plus restreinte possible

    C’est pourquoi on abat les volailles entre le 52° et le 81° jour, pour être certain qu’elles ont toutes la même taille.
    Inutile alors d’élaborer un dispositif compliqué pour définir où trancher le cou sur des poulets d’âge différents.
    Glissez quelques poules prises au hasard d’un élevage artisanal, et votre chaîne s’arrête, car vous avez des pannes, des poulets coincés à l’égorgement, le plumage et/ou des non-conformités.
    Elle ne fonctionnera que sur des volailles CALIBREES.

    C’est donc le bon fonctionnement de la chaîne d’abattage et le moindre coût d’engraissement qui définissent la durée de vie des poulets, leur taille, etc…
    Globalement c’est la rentabilité de la chaîne de production, qui prime sur tout, règle et organise la vie de l’entreprise, et ses échanges avec fournisseurs et clients.
    …/…

      +10

    Alerter
    • madake // 21.01.2018 à 02h54

      …/…
      et plus l’objet est complexe ou à valeur ajoutée, plus les contraintes normatives sont fortes.

      Sans une bonne connaissance des process, on sous-estime monstrueusement ces contraintes, qui vont de la maitrise des alliages complexes, aux contraintes d’environnement à température, hygrométrie, pression atmosphérique en passant par l’acuité visuelle et la dextérité des petites mains qui contrôlent la fabrication.
      Il découle de cet approche, une vision de la société, où la rentabilité est l’alpha et l’oméga qui décide de tout.
      Quelle place a l’homme dans cette vision? Un simple acteur économique multirôle?

      Est-ce la finalité la plus glorieuse de l’homme d’arriver à son dernier souffle, de jeter un oeil sur le chemin parcouru en se disant qu’il a compressé les coûts de production, optimisé la fiscalité, réduit les contrôles au minimum, dégagé des dividendes.
      Tout celà pour produire un aliment, sans doute médiocre, voire dangereux, qui sera ingéré par lui-même et sa famille?
      Pour peu, on ne serait pas étonné que le produit ait contribué à l’arrivée précoce de ce dernier souffle…
      Peut-on être fier de ça?

        +14

      Alerter
      • Alfred // 21.01.2018 à 09h58

        Merci pour votre commentaire.
        La seule manière pour que “l’homme” poursuive ainsi son agonie c’est de le tabasser à coup de Jeremstar, de le massacrer à coup de journal télévisé trafiqué, et le matraquer à coup de publicité. Ainsi épuisé le dit animal n’est plus capable (s’il s’aperçoit malgré tout de ce qui lie son malheur et son comportement) de faire quoi que ce soit pour s’en sortir. L’homme moderne est lui aussi “processessé”. Les “trop courts ou trop longs” vont à la benne “à voir” (sans emploi nourris des restes), d’autre dans la benne à jeter et d’autres encore jouissent d’en finir tous seuls.
        Certains se fixent des objectifs écologiques (90% de recyclage par exemple). Pourquoi ne pas se fixer aussi chacun des objectifs sociaux dans nos achats ?

          +4

        Alerter
      • vert-de-taire // 21.01.2018 à 17h02

        Ce n’est pas l’Homme qui fait cela.

        C’est une contrainte systémique une fuite en avant:
        si ton profit ne progresse pas tu crèves.

        Notre pb EST l’acceptation plus ou moins consciente du capitalisme comme guide suprême.
        C’est la destruction des contre-pouvoirs comme :
        les syndicats, les controleurs (du travail, des produits, ), des oppposants,
        des idées anti néo-libéralisme.

        Je n’ai jamais ni décidé ni voulu dévaster les forêts vierges, les océans les terres agricoles, l’air des villes … et polluer tout (chimie nucléaire ..)
        Ce sont des choix capitalistes sans acceptation démocratique explicite qui ont fait cela
        Et les controles pour empecher cela pour eviter cela ont été détruits volontairement.

        Donc l’homme ne détruit pas
        C’est la caste dirigeante qui dévaste au mépris de tout.

          +2

        Alerter
        • madake // 22.01.2018 à 01h08

          @vert-de-taire

          Mais en quoi exclure des hommes, la classe dirigeante, nous aide-t-il à penser ce problème ou à le comprendre?

            +0

          Alerter
          • vert-de-taire // 22.01.2018 à 18h06

            La classe dirigeante est une classe de gens très bien sélectionnés pour leurs capacités mentales. Ils sont donc parfaitement conscients de ce qu’ils font. c’est en toute connaissances de causes. Si je sais alors ils en savent bcp plus ..
            on ne peut donc pas leur faire confiance pour cesser de favoriser le fric, le pouvoir, le rendement de la rente dont ils profitent nécessairement d’une manière ou d’une autre. Ils sont donc des salauds car ils trompent la population en promettant la lune et en détruisant la Terre et ses populations.

            Mais d’accord pour dire que c’est d’abord un Système (qu’ils ont contribué à générer) qu’il faut changer en priorité, Démocratie avec ses contre-pouvoirs etc …

            Par ailleurs je pense qu’il faut supprimer l’argent, au moins sa possible accumulation et d’une manière générale toute thésaurisation/prédation de richesses qui spolie les sociétés humaines en captant du pouvoir privé a-démocratique.

              +0

            Alerter
      • Pinouille // 21.01.2018 à 19h32

        “Peut-on être fier de ça?”
        Le tableau peu glorieux que vous peignez avec l’amertume du vécu remporte l’adhésion générale. Adhésion renforcée par le constat que la situation empire: inégalités, chômage, dette, environnement, etc… On peut envisager un changement de cap, à l’échelle de notre pays, où la productivité, la concurrence, les dividendes ne sont plus les priorités de notre organisation et où le travail et ses fruits seraient mieux partagés.
        On le peut.
        Mais il faut en estimer toutes les conséquences.
        Certaines seront bien entendu positives: égalité, relations sociales apaisées, moins de stress, respect de l’environnement… la liste est longue, personne n’en disconvient.
        Mais nombreux pensent que les conséquences négatives sont telles qu’elles balayeraient, à terme, tout le reste. Toute proposition faisant abstraction de ce dernier point ne peut en aucun cas être prise au sérieux. Faute d’être convaincu (et il souhaiterait l’être), le peuple vote Macron ou s’abstient.

          +3

        Alerter
        • vert-de-taire // 22.01.2018 à 18h19

          @Pinouille
          “On peut changer de cap.”
          On DOIT changer de cap, les exponentielles ont toujours un hiatus dans le monde réel ..
          la finitude et le temps sont des réalités incontournables que de toute évidence les ultrariches semblent ne pas pouvoir prendre en compte. La Maison brûle depuis plus de 20 ans, elle est presque complètement cramée.
          Donc les conséquences sont les catastrophes en cours et à venir.
          Nos dirigeants ont le choix de changer mais ils seront toujours à l’abri du besoin
          PAS NOUS.
          On ne peut pas leur faire confiance.
          tout le démontre depuis des années que NOUS SAVONS TOUS qu’ils – les dirigeants – font le compromis de s’enrichir et de dévaster plutôt que de changer.
          Seulement ils parviennent à nous tromper et-ou nous paralyser, encore et toujours.

            +0

          Alerter
    • vert-de-taire // 21.01.2018 à 17h14

      Sauf que on le sait,
      les ‘progrès’ dans l’informatique réduisent ces contraintes au fil du temps.

      Cela ne retire rien aux autres pb que suscitent la robotisation.
      l’argument des contraintes opérationnelles se réduira certainement.
      Voir les évolutions existantes.

      Mais elles existeront toujours et il faudra, comme pour tout travail, gérer des contraintes.

      Donc j’en viens à un grave problème de la robotisation c’est qu’elle est faite par le capitalisme dont la prise de décision n’est pas démocratique. C’est un avide qui décide pas une société d’humains. C’est un monarque selon son bon plaisir.
      Que ce soit pour des robots ou n’importe quelle activité marchande.

      On est en dictature capitaliste et non pas en plus petit début de démocratie.
      C’est le choix qui ressort d’une excellente propagande.

      désolé de le répéter mais les causes et les faits sont têtus.
      ce sont les causes qu’il faut traiter pour espérer en éviter les effets.

      Felix qui potuit rerum cognoscere causas

        +0

      Alerter
  • BA // 21.01.2018 à 21h33

    Samedi 20 janvier 2018 :

    Macron admet que les Français auraient “probablement” choisi de quitter l’Union Européenne en cas de référendum.

    https://www.marianne.net/politique/video-pour-macron-les-francais-auraient-probablement-choisi-de-quitter-l-union-europeenne

      +3

    Alerter
    • Koui // 22.01.2018 à 11h09

      Il veut donc aller vers l’Europe fédérale bien que la moitié des Français soient au contraire pour la sortie. Mais peut être ne faut il pas écouter les français puisqu’ils sont manipulés par la propagande russe sur Facebook et par les complotistes populistes eux mêmes téléguidés par Poupoutine pour miner notre si belle démocratie. En tout cas, le meilleur moyen d’éviter que les usines à trolls moscovites ne torpillent le débat sur l’Europe, c’est de ne pas en discuter et de ne pas voter à ce sujet. Ceux qui imaginent des conspirations folles ne pourront pas tisser leurs toiles de mensonges et de sombres manigances haineuses si nous faisons de la pédagogie pour décoder, désintoxiquer, déradicaliser, décontaminer et dératiser au lance flamme l’information. Parole de troll.

        +1

      Alerter
  • lupo // 22.01.2018 à 21h43

    Nous risquons peut-être (ou pas) de vivre ces prochaines semaines un moment de vérité partis des USA …

    Si un shutdown était attendu, c’en serait maintenant l’opportunité, avec un drôle de guignol pouvant en porter le chapeau.

    Si le shutdown sera, comme les autres fois, finalement reporté après quelques jolies sueurs froides, ce sera la preuve (ou non), que non, il n’y a pas de complots de la haute finance pour mise sous tutelle du monde ;o)

      +0

    Alerter
  • BA // 22.01.2018 à 23h19

    Lundi 22 janvier 2018 :

    France : les très riches toujours plus riches.

    « L’an dernier, les 10 % des Français les plus riches détenaient plus de la moitié des richesses, alors que les 50 % les plus pauvres se partageaient à peine 5 % du gâteau. Tout en haut de la pyramide, le 1 % des ultra-riches détenait 22 % de la richesse, contre 17 % en 2007 », pointe l’ONG Oxfam dans son rapport « Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent », publié ce lundi, à la veille de l’ouverture de la 48e édition du WEF.

    Le tableau pour la France est très contrasté aux extrêmes. En vingt ans, la fortune cumulée des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 12, parallèlement 1,2 million de personnes supplémentaires ont grossi les rangs de la population pauvre.

    https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0301179932410-france-les-tres-riches-toujours-plus-riches-2146955.php

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications