Les Crises Les Crises
4.février.20184.2.2018 // Les Crises

Revue de presse du 04/02/2018

Merci 26
J'envoie

Pour rejoindre l’équipe de la revue, vous pouvez postuler via le formulaire de contact du blog. Bonne lecture.

DÉMOCRATIE

Lula condamné : fin de partie pour la gauche brésilienne ?

"12 ans et un mois. C’est la peine prononcée mercredi 24 janvier à l’encontre de l’ex-président brésilien Lula lors de son jugement en appel. Les trois juges d’un tribunal régional de Porto Alegre ont décidé de confirmer le premier verdict du juge anti-corruption Sergio Moro, et même de le durcir en augmentant la peine d’un tiers. La condamnation porte sur des accusations de corruption passive et de blanchiment d’argent : l’ancien président de gauche aurait reçu, comme pot-de-vin de l’entreprise de construction OA, un appartement à Porto Alegre, et se serait fait financer des travaux dans cet appartement par l’entreprise. Reste que l’argumentaire de l’accusation repose principalement sur le témoignage d’un dirigeant de la société, lui-même mis en cause dans des affaires de corruption. Ainsi, en l’absence de « preuves matérielles », les trois juges ont sanctionné Lula pour des « faits indéterminés »..."

Source : BASTAMAG

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement autorise le non respect des normes environnementales

"La mesure n’a pas fait grand bruit en dépit de ses impacts potentiellement dévastateurs. Un décret, paru au journal officiel le 31 décembre 2017, donne la possibilité à certains préfets de prendre des décisions qui ne respectent pas la réglementation en vigueur en matière d’environnement, d’agriculture, d’aménagement du territoire, d’urbanisme ou encore de développement économique. Prévue comme une expérimentation d’une durée de deux ans, cette dérogation est valable dans les régions et départements de Bourgogne-Franche-Comté, de Pays-de-la-Loire, du Lot, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de la Creuse, ou encore à Mayotte, Saint-Barthélemy et Saint-Martin."

Source : BASTAMAG

FRANCE

Ordonnances : tensions passagères

"Les ordonnances Macron sont-elles bien en vigueur ? La question peut de prime abord surprendre mais elle n’est pas totalement saugrenue. A priori, tout est limpide. Au 1er janvier 2018, l’ensemble des ordonnances réformant de fond en comble le droit du travail est applicable. C’était une promesse du gouvernement. Le 2 janvier, la ministre du travail Muriel Pénicaud s’est d’ailleurs félicitée que 26 décrets relatifs aux cinq ordonnances aient été publiés avant la fin de l’année 2017."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

EHPAD en souffrance et vieillesse à plusieurs vitesses

"Le sigle EHPAD est de plus en plus connu du grand public, bien que pas facile à orthographier si on ne connaît pas sa signification complète : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mais avant d’en venir aux EHPAD, commençons par le versant doré et argenté du grand âge, ou plutôt des exploiteurs du grand âge. Parvenir à faire rendre de la plus-value en exploitant le travail, c’est classique et vieux comme le capitalisme. En exploitant les incapacités diverses des personnes âgées, c’est plus récent. Mais si on peut faire les deux, c’est encore plus juteux."

Source : DEBOUT ! Le Blog de Jean Gadrey

GÉOPOLITIQUE

L'avenir de la Syrie passe-t-il par un dépeçage du pays ?

"La Russie, alliée essentielle du régime de Damas accueille, le 30 janvier 2018, à Sotchi une réunion de l'avenir de la Syrie. Plus de 1500 invitations ont été lancées, mais après le peu d'avancée de la rencontre onusienne sur le même sujet la semaine dernière à Vienne, une bonne partie de l'opposition syrienne ne participera pas à cette rencontre. La victoire militaire contre l'organisation Etat islamique a fait ressurgir d'autres conflits dans le pays, où les combats sont quotidiens sur différents fronts entre régime et opposition, entre Turcs et Kurdes. La solution politique semble donc très éloignée."

Source : RFI

MATIÈRES PREMIÈRES

Pétrole de Schiste Américain : La tempête avant le calme

Avec le retour à 70$/baril et après des années de pertes abyssales, les producteurs US de pétrole de schiste peuvent enfin faire des profits. Malheureusement, des signes d’un pic de production (prévu entre 2019 et 2025) se font sentir. La durée de vie d’un forage de pétrole conventionnel se compte en décennies, 2-3 ans est la moyenne pour le schiste et les gisements du Bakken, de Niobrara ou d’Anadarko montrent des signes d'épuisement. La croissance ne repose plus que sur le Bassin Permien, le dernier et le plus prometteur des gisements, et celui d’Eagle Ford. Des innovations ont certes permis de prolonger l'exploitation de quelques mois (extension des forages à l’horizontal, ajout de quantité énorme de sables) mais le bilan financier n’est pas bon. C’est maintenant vers la Russie (Bazhenov) que les regards se tournent. A cause de l'embargo et privé du savoir-faire américain, les Russes ont du retard mais, aujourd’hui, ils sont prêts pour débuter l'extraction.

Source : 2000 Watts

Les États-Unis produisent plus de 10 millions de barils par jour de pétrole brut

Les USA ont pour la première fois depuis 1970 dépassé en novembre le cap symbolique des 10 millions de barils de pétrole extraits chaque jour (4% de plus qu'en octobre). Les USA rivalisent désormais avec la Russie (10,55 mb/j en 2016) et l'Arabie saoudite (10,46 Mb/j en 2016). Ces deux pays collaborent pour limiter leur production pour restreindre l'offre et tenter de redresser les prix. Cet objectif atteint, l'augmentation des cours du pétrole a permis aux producteurs américains, qui utilisent les techniques de fracturation hydraulique et de forage horizontal pour exploiter les bassins de schiste, d'accélérer leur activité. Le pétrole de schiste représente désormais 51% de la production américaine (7% en 2008).

Source : Connaissances des énergies

MEDIATHÈQUE

Défense de la Nation [Audio]

"Dépasser la Nation par l'Union Européenne, moi qui suis pro-européen, je vous dis que cela ne marchera pas." [Légère incrédulité des journalistes (eurobéats ?) au moment de cette affirmation...]. Gilles Delannoi, politologue et sociologue, est l'auteur de "La nation contre le nationalisme". Il est directeur de recherche au Cevipof, professeur à Sciences Po, spécialiste du nationalisme et de la pensée politique française contemporaine.

Source : La Grande Table - France Culture

"Davos c'est 100% marketing. Il s'agit de se racheter une bonne conscience"

"Réunies à Davos, les élites économiques et politiques du monde se sont demandés comment "construire un avenir commun dans un monde fracturé". Au lendemain de ce sommet, retour sur la crise des inégalités avec l'économiste Esther Duflo."

Source : La Grande Table - France Culture

RÉFLEXION

Le Média : Todd détruit Macron, sa cour de bobos et France inter

"Une interview encore savoureuse d ‘Emmanuel Todd, cette fois par Aude Lancelin pour Le Média. Macron s’y fait détruire sur le ton de rigolade débonnaire qu’on réserve aux imbéciles impuissants. Car pour Todd, Macron est évidemment un impuissant, comme tout chef d’État privé de sa monnaie. Ce que fait notre histrion avec ses airs de monarque poudré, à coups d’ordonnances précipitées et de décisions autoritaires, il l’accomplit évidemment sous la contrainte des maîtres de l’euro. Car rien n’est jamais politiquement possible si l’on ne s’assure pas d’abord du contrôle de sa monnaie."

Source : CHRONIQUES DU YETI

Pour une critique radicale de la croissance

"Constatant les échecs jusqu’à présent des idées de la décroissance et de la critique du capitalisme, les auteurs de cette tribune plaident pour la Maison commune de la décroissance. En ce lieu s’élabore une définition claire et radicale de la décroissance sur des fondations idéologiques solides."

Source : REPORTERRE

Le problème de la collapsologie

"France Culture, Le Monde, Le Point, Les Echos, Libération, Mediapart, LCI, L’Obs, sont quelques-uns des médias grand public qui ont choisi de faire la promotion du courant relativement récent de la « collapsologie ». La « collapsologie » — néologisme issu du latin lapsus qui signifie « chute », inventé (« avec une certaine autodérision ») par les chercheurs Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans leur livre Comment tout peut s’effondrer, petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes (Seuil) — désigne, toujours selon eux : « l’exercice transdisciplinaire d’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle, et de ce qui pourrait lui succéder, en s’appuyant sur les deux modes cognitifs que sont la raison et l’intuition, et sur des travaux scientifiques reconnus. »"

Source : LE PARTAGE

ÉCONOMIE

Cette étude alarmiste sur la France dont on n'a pas assez parlé... [Vidéo]

"Selon une étude de l'institut COE-Rexecode, la part des produits français dans les exportations de la zone euro est tombée cette année à son plus bas historique. Comment expliquer ce recul du "made in France" ?" [Curieusement, selon une rumeur, quasiment un complot ;), provenant de diverses sources, nos problèmes de compétitivité ne serait pas celle des "coûts", invalidant la plupart des mesures Macron et précédents, mais produits et stratégies, donc du fait de la direction des entreprises... vous savez, ces "premiers de cordée" and Co., ce que les mêmes n'évoquent jamais.]

Source : BOURSORAMA

Commentaire recommandé

DUGUESCLIN // 04.02.2018 à 11h02

Concernant le “dépeçage de la Syrie”:
Deux termes reviennent constamment, “régime” et “opposition”.
De quel régime s’agit-il? Est-ce un régime comme on pourrait prétendre qu’il en existe un en France et aux Etats-Unis par exemple? Un président élu par plus de 80% de 70% de votants, est-ce un régime? Un président élu avec 60% d’abstention est-ce un régime?
Quand à l’opposition, il faudrait qu’elle soit bien définie. Les mercenaires venus de tous les coins du monde sont-ils comptés dans l’opposition? Sinon, peut-on répertorier une vraie opposition prête à discuter et proposer des solutions politiques? Cette pseudo opposition qui refuse de discuter n’est rien d’autre qu’un ensemble de groupe armée qui veut s’imposer par la force.
Toujours les mêmes mots induits, non discutés, comme si la question ne se posait pas.
Les accords de Sotchi, qui sont des accords de paix, n’intéressent pas ceux qui veulent démanteler la Syrie et continuent à bombarder les peuples qui vivent un enfer.

21 réactions et commentaires

  • LBSSO // 04.02.2018 à 09h25

    Le « Sans frontièrisme » de l’audace journalistique,

    Question du journaliste à Gil Delannoi à 28mn :
    « Comment expliquez-vous que « le sans frontièrisme » ,qui est d’ailleurs tout aussi volontaire dans sa volonté de contrôler le monde ,soit aussi en vogue et la nation est aussi mauvaise presse ? »
    Ah bon ?! Mauvaise presse ? Chez qui ? Dans quels milieux ?N’est-ce pas plutôt les journalistes qui ont mauvaise réputation ?
    Nation, bonne pioche. Journalisme, mauvaise presse.

    (Concernant le billet de ce jour : Défense de la Nation [Audio] dans la rubrique Médiathèque).

      +7

    Alerter
    • Nico 13 // 04.02.2018 à 13h46

      Rien que l’idée me dégoûte mais j’ai envie de dire malheureusement que c’était à prévoir.
      Quand tu as une société qui est basée sur le toujours plus de croissance via la consommation de produits et services toujours de plus en plus bons marchés, bah derrière il faut toujours plus de productivité.
      A la prochaine crise, ça va secouer sévère je sens…

        +6

      Alerter
      • Actustragicus // 04.02.2018 à 16h54

        Oui, on parle beaucoup du remplacement du travail humain par les robots, mais l’avenir est peut-être encore plus simplement à la robotisation de l’être humain…

          +12

        Alerter
    • Balthasar // 04.02.2018 à 18h35

      Quand ces salariés seront remplacés par des machines le problème sera effacé…
      Ce sera probablement le ça d’ici une dizaine d’années.
      Faut savoir ce que l’on veut.

        +1

      Alerter
  • DUGUESCLIN // 04.02.2018 à 11h02

    Concernant le “dépeçage de la Syrie”:
    Deux termes reviennent constamment, “régime” et “opposition”.
    De quel régime s’agit-il? Est-ce un régime comme on pourrait prétendre qu’il en existe un en France et aux Etats-Unis par exemple? Un président élu par plus de 80% de 70% de votants, est-ce un régime? Un président élu avec 60% d’abstention est-ce un régime?
    Quand à l’opposition, il faudrait qu’elle soit bien définie. Les mercenaires venus de tous les coins du monde sont-ils comptés dans l’opposition? Sinon, peut-on répertorier une vraie opposition prête à discuter et proposer des solutions politiques? Cette pseudo opposition qui refuse de discuter n’est rien d’autre qu’un ensemble de groupe armée qui veut s’imposer par la force.
    Toujours les mêmes mots induits, non discutés, comme si la question ne se posait pas.
    Les accords de Sotchi, qui sont des accords de paix, n’intéressent pas ceux qui veulent démanteler la Syrie et continuent à bombarder les peuples qui vivent un enfer.

      +52

    Alerter
  • some // 04.02.2018 à 11h08

    > Pour une critique radicale de la croissance

    “la liberté n’est pas une propriété privée qui s’arrête là où commence celle des autres mais [qu’]elle est d’abord le partage d’un espace commun, d’une vie commune, d’un monde commun.”

      +7

    Alerter
  • douarn // 04.02.2018 à 11h13

    Bonjour
    merci pour la juxtaposition fort à propos des 2 articles relatifs au pétrole US.
    Finance, industrie des hydrocarbures et industrie militaire étant, pour faire court, le triumvirat aux manettes des USA, j’imagine que les tensions US-Russie ne feront que monter en puissance à l’avenir.

    La part actuellement importante du pétrole de schiste dans la production US (51% !!), les pertes financières colossales autour du schiste US subies depuis que le court du brut à dégringolé (2014), la dédollarisation larvée des échanges des BRICS, le « Syrak », le roi Salman qui va voir V Poutine,… l’aggressivité du “lion US affamé et blessé” n’est pas prête de s’apaiser

    https://reseauinternational.net/la-maison-des-saoud-sincline-devant-la-maison-de-poutine/

      +7

    Alerter
  • DUGUESCLIN // 04.02.2018 à 11h33

    A propos de l’EHPAD.
    Les archéologues nous disent que les premiers humains sont devenus civilisés quand ils ont pleuré et enterré leurs morts.
    Les ancêtres étaient vénérés chez les premiers hommes.
    Aujourd’hui sommes-nous en train d’abandonner ce qui a fait que l’homme était entré dans la civilisation?
    Quand la vieillesse devient une affaire rentable, au même titre que l’exploitation d’une mine de charbon ou qu’un champ de pomme de terre, sommes-nous civilisés?
    Tous ces “vieux” qui ont été jeunes, se sont battus pour élever leurs enfants en espérant pour eux un monde meilleur, qui ont soufferts ont connus des déboires ne sont-ils qu’une affaire de rentabilité?
    C’est donc ça le “changement de civilisation” tant vanté? Réduire nos vieux à l’état de simple matière première rentable? Mépriser ses parents, base de la famille et de la société, est-ce un changement de civilisation? Les premiers hommes étaient-ils moins civilisés que nous face à notre nouvelle civilisation?
    Quelle honte!!

      +31

    Alerter
    • Merlin // 04.02.2018 à 15h40

      Qui sont ces vieux? Les parents des boomers ayant connu la guerre.
      Qui les abandonne? Ces mêmes boomers jouisseurs et égocentriques.
      A qui cela profite? Toujours les boomers via les fonds de pension où leurs dernières années d’activité.

      Il est possible que le bonheur de dure pas jusqu’à leur fin…

        +5

      Alerter
      • Scorpion bleu // 04.02.2018 à 23h04

        Ne mettez pas tout le monde “boomer” dans le même panier.
        Actuellement, il y en a beaucoup qui accompagnent leurs parents
        et portent leurs enfants voire petits enfants.
        C’est la génération des 40/50 ans qui fait basculer le rapport aux parents. Une vraie question.

          +3

        Alerter
    • Gaby // 05.02.2018 à 09h14

      En réalité, les études anthropologiques nous montrent que si les vieux étaient bel et bien respectés tant qu’il y avait à manger pour tout le monde, les chasseurs cueilleurs n’hésitaient pas à les abandonner dans les temps plus difficiles. De plus, les gens participaient pleinement aux travaux du groupe jusqu’à environ 70 ans, c’est à dire tant qu’ils étaient physiquement aptes. Ensuite, l’état physique de l’être humain se dégrade très vite, ce qu’aujourd’hui nous prenons en charge par la médecine.
      C’est d’ailleurs la même chose pour l’infanticide, les parents prenaient grand soin de leurs enfants s’ils le pouvaient, mais en période de disette ils n’hésitaient pas à pratiquer avortement voire l’infanticide pour les individus trop faibles ou malformés.
      Je ne cherche pas à justifier quoi que ce soit, juste à rétablir quelques faits (dans l’état de la science actuelle). Et je ne souhaite pas euthanasié les vieux (je le précise, on ne sait jamais…)

        +5

      Alerter
      • lvzor // 07.02.2018 à 01h48

        “les études anthropologiques nous montrent que (…) les gens participaient pleinement aux travaux du groupe jusqu’à environ 70 ans”

        On sent que vous vous abreuvez aux meilleures sources, celles qui établissent que l’espérance de vie au paléolithique était autour de 90 ans …

          +0

        Alerter
        • Gaby // 07.02.2018 à 09h00

          Il serait temps de comprendre – enfin ! – qu’une espérance de vie basse ne veut pas dire qu’il n’y a pas de vieux. Une espérance de vie de 20 ans ne veut pas dire que les gens meurent tous autour de 20 ans (dans la force de l’âge) ça n’aurait aucun sens. L’espérance de vie basse à l’époque est avant tout le fait d’une mortalité infantile très élevée. A cela s’ajoute les accidents de parcours au cours de la vie, ce qui réduit
          encore un peu l’espérance de vie. Mais à la fin, il reste bel et bien des vieux !
          D’ailleurs je ne vois pas pourquoi vous sortez le chiffre de 90 ans quand je vous parle de 70 ans avec une dégradation de la santé rapide au delà.

          Mes sources sont les études faites sur les chasseurs cueilleurs qui vivent encore en autarcie sur terre, utilisées par les anthropologues pour comprendre la vie de nos ancêtres.

            +1

          Alerter
  • jm // 04.02.2018 à 16h15

    Rien sur la liste noire de plus de 200 leaders russes à surveiller et éventuellement punir?

    http://www.parismatch.com/Actu/International/Liste-de-responsables-russes-impliques-dans-l-ingerence-Vladimir-Poutine-vexe-de-ne-pas-y-etre-1449161

    J’ai choisi ce lien à cause du titre délicieux.

      +5

    Alerter
    • Kiwixar // 04.02.2018 à 20h25

      L’impuissance de l’Otanie… réduits à faire des listes (Decodex, etc).

        +5

      Alerter
      • Article 50 // 04.02.2018 à 21h02

        On pourrait y voir le fait que si ils avaient la conscience si tranquille que cela ils n’auraient pas besoin de publier toutes ces listes (la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe …) , mais moins naïvement je penserais plutôt qu’il faut à tout prix éviter que le peuple réfléchisse trop en tentant de s’informer autrement que par la voix officielle et ses médias aux ordres.
        Mais ce dernier point n’est pas si nouveau que cela, cela s’appelle la propagande …
        Ce qui change un (tout) petit peu les choses, c’est le nombre de médias disponibles.
        Pourvu que ça dure …

          +3

        Alerter
  • BA // 05.02.2018 à 12h38

    A propos de la faillite de l’entreprise multinationale Carillion, qui comptait 43 000 employés :

    L’entreprise Carillion faisait certifier ses comptes par le cabinet d’audit KPMG. Pendant des années, KPMG a toujours certifié les comptes de l’entreprise Carillion !

    Dans le milieu des entreprises multinationales, tout est du mensonge, tout est du pipeau :
    – les bilans comptables sont faux et mensongers,
    – les cabinets d’audit le savent parfaitement, mais ils certifient quand même les comptes truqués,
    – tout ce petit monde passe sa vie à mentir,
    – comme d’habitude, les victimes sont les employés, qui perdent leur travail, et les retraités, qui voient le fonds de pension de l’entreprise Carillion faire faillite.

    Lundi 29 janvier 2018 :

    KPMG visé par une enquête du régulateur britannique.

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0301220347783-kpmg-vise-par-une-enquete-du-regulateur-britannique-2148954.php

      +2

    Alerter
  • BA // 05.02.2018 à 22h13

    Lundi 5 février 2018, vers 22 heures 02 :

    Effondrement de la bourse de New-York.

    ALERTE – Déroute des indices à Wall Street, le Dow Jones clôture en baisse de 4,61 %.

    https://www.romandie.com/news/ALERTE-Deroute-des-indices-a-Wall-Street-le-Dow-Jones-cloture-en-baisse-de-4-61/887555.rom

      +0

    Alerter
  • rosecestlamort // 06.02.2018 à 11h22

    vous avez vu le papier ordurier de Libé sur Assange aujourd’hui ? les americains appellent ce genre de dezinguage sur commande une “hit piece”, c’est délirant, déjà le titre, tout un poeme
    http://www.liberation.fr/planete/2018/02/05/julian-assange-diminue-physiquement-discredite-politiquement_1627647

    “DISCREDITE POLITIQUEMENT.”
    rien que ça… venant de Libé, ça manque pas de sel 😉
    ça meriterait un commentaire ligne par ligne si vous voyez ce que je veux dire 😉

      +3

    Alerter
    • vert-de-taire // 10.02.2018 à 21h56

      Je ne crois pas.
      Il faut laisser crever les salauds de Libé (et ailleurs) en les ignorant.
      Plus on cite ces nuls (et autres grands médias des prédateurs dictateurs du monde) plus on fait du bruit dans un monde qu’ils délabrent.

      Non créons maintenant d’autres manières de penser et surtout de FAIRE.
      Il nous faut nous préparer physiquement ET mentalement à resister au pire.
      DOnc créer des solidarités locales et distantes.
      C’est uniquement et exclusivement notre capacité d’organisation qui nous fera gagner.
      et en aucun cas à aboyer contre ces nul voire saluds qu’on saura changer ce monde en perdition.

      On fonce vers du fascisme (ou autres dictatures très récupérable par les puissants) donc seule parade des capacités de solidarité
      organisation, confiance, bref des liens nombreux et puissants.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications