Les Crises Les Crises
10.décembre.201710.12.2017 // Les Crises

Revue de presse du 10/12/2017

Merci 12
J'envoie

CRISE FINANCIÈRE

Le krach financier qui se profile

"Le krach qui se prépare n’est pas forcément pour demain, mais on s’en approche. Personne ne sait quel en sera le facteur déclencheur (et donc quand cela se produira) car les candidats sont nombreux pour ce titre, mais tous les signaux sont au rouge foncé. L’année 2018 pourrait bien voir une réédition du plongeon de l’année 2008. En pire, car ce qui a été fait depuis dix ans est largement insuffisant, comme on va le voir, et les capacités des États (bien plus endettés qu’en 2008), des banques centrales et des banques privées à amortir le choc sont nettement moindres qu’en 2008. Pourquoi ce diagnostic de signaux au rouge foncé ?"

Source : DEBOUT : BLOG JEAN GADREY

DÉMOCRATIE

Comment Facebook achète la presse française

"TF1, Le Figaro, Le Parisien, Le Monde... Depuis 2016, Facebook verse des millions d’euros à plusieurs grands médias français pour produire des contenus vidéo sur son réseau social. Une pratique qui pose la question de la dépendance des rédactions et ouvre la voie à un système à deux vitesses pénalisant les « petits médias ». Facebook a gagné. Les médias français sont bel et bien devenus dépendants. Triplement dépendants, en fait : élargissement gratuit de l’audience, utilisation des outils de production et de diffusion et acquisition de revenus complémentaires. L’écosystème de publication du réseau social est devenu un outil vital pour le secteur médiatique."

Source : MEDIAPART

ENVIRONNEMENT

Glyphosate : L'Inra remet un rapport sur cet herbicide au gouvernement

Les États membres de l'UE ont accepté lundi d'autoriser pour 5 ans supplémentaires le glyphosate mais le président Macron, a affirmé que l'herbicide controversé serait interdit en France « au plus tard dans 3 ans ». L'Institut national de recherches agronomiques (INRA) a remis vendredi au gouvernement un rapport sur le glyphosate en vue de l'élaboration d'un plan d'arrêt de l'usage de ce pesticide dans l'agriculture, qui sera présenté avant la fin de l'année. Dans ce rapport, l'INRA identifie différentes alternatives techniques pour remplacer l'herbicide : la destruction physique par le désherbage mécanique, le labour, le recours au gel hivernal des cultures intermédiaires et l'utilisation ciblées d'autres herbicides homologués. Mais, il reste des impasses pour ce qui est de l'agriculture de conservation, pour la récolte des fruits à coques, lors du rouissage du lin ou dans le cas des terrains dont la conformation ne permet pas le désherbage mécanique par exemple.

Source : Terre-Net

Un accident inédit révèle de graves dysfonctionnements en matière de sûreté nucléaire en France

"En mars 2016, lors d’une opération de remplacement, un générateur de vapeur de 465 tonnes chute en plein cœur de la centrale nucléaire de Paluel, en Normandie. Un accident grave et inédit, qui par miracle ne cause ni blessé grave ni contamination radioactive. Depuis, des experts ont enquêté sur les causes de l’accident. Consulté par Bastamag, leur rapport, dont les conclusions seront résumées aux salariés ce 1er décembre, révèle des dysfonctionnements majeurs dans la préparation et la surveillance du chantier, en grande partie liés au recours massif à la sous-traitance. Des failles inquiétantes, alors que les chantiers de rénovation des centrales vont se multiplier."

Source : Bastamag

L’armée américaine et Bill Gates investissent dans la manipulation génétique à grande échelle

"Vous avez apprécié les OGM ? Vous allez adorer le « forçage génétique ». Une agence militaire états-unienne, l’Agence pour les projets de recherche avancée de la défense (Defense Advanced Research Projects Agency, Darpa), aurait investi 100 millions de dollars dans cette technique. Le « forçage génétique » vise à modifier un gène et à faire en sorte que ce trait nouveau se transmette ensuite le plus rapidement possible à toute une espèce animale ou végétale, dans le but, par exemple, de limiter sa capacité de reproduction ou de la rendre plus vulnérable à une maladie ou à un produit chimique."

Source : BASTAMAG

La poussée de la géo-ingénierie est une terrifiante défaite politique

"Estimant que les émissions de gaz à effet de serre sont impossibles à maîtriser, les climatosceptiques de M. Trump et des puissants comme Bill Gates veulent développer la géo-ingénierie. Les auteurs de cette tribune en soulignent les risques et appellent à renforcer le moratoire des Nations unies sur ces techniques désastreuses."

Source : REPORTERRE

EUROPE

L'agence du médicament : Lille battue, Aubry et Bertrand accusent Macron

"C'est finalement Amsterdam qui a été choisie lundi soir pour succéder à Londres comme siège de l'agence du médicament (AEM). Visiblement déçus, la maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR) n'ont pas caché leur colère après l'échec de la candidature de cette ville, regrettant «le soutien tardif et timide» d'Emmanuel Macron."

Source : Le Figaro

EVASION FISCALE

Liste noire des paradis fiscaux : une déception attendue et confirmée

"On l’attendait avec impatience et inquiétude. On n’a pas été déçu : la liste noire des 17 paradis fiscaux que viennent de rendre publique les ministres des Finances européens laisse de côté les principaux parasites qui empoisonnent leurs recettes fiscales, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Europe. Qui plus est, on s’attendait à un minimum de sanctions possibles vis-à-vis des récalcitrants mais, en ce domaine, c’est le grand flou. Le Conseil européen passe, une nouvelle fois, à côté de l’histoire, en n’osant pas s’attaquer de manière plus directe aux paradis fiscaux."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

FRANCE

Macron et sa stratégie de flexisécurité : le triangle infernal

"Emmanuel Macron s'est posé comme le tenant de la flexisécurité à la française. Est-il fidèle à sa stratégie ? Du point de vue du dosage, il penche aujourd’hui beaucoup plus en faveur de la flexibilité que de la sécurité."

Source : XERFI CANAL

François Sauvadet accuse : « Le gouvernement pille les moyens de la politique de l’eau »

"Le budget 2018 du gouvernement prévoit une ponction de grande ampleur du budget des agences de l’eau, qui sont ainsi privées des moyens de mettre en œuvre la politique de l’eau souhaitée par ce même gouvernement."

Source : REPORTERRE

Le niveau des écoliers en lecture baisse encore, la France tombe à la 34e place d'un classement de 50 pays

"Résultats médiocres pour les écoliers français : la dernière enquête Pirls qui compare les systèmes éducatifs de 50 pays les place à la 34e place en compréhension de lecture. Seuls, la France et les Pays-Bas régressent en quinze ans."

Source : FRANCE INFO

L'Etat obèse : les vrais gisements d'économies

" La France a un état corpulent. C’est un constat. Il pèse lourd dans le PIB. Mais est-ce du muscle ou de la graisse ? A l’heure de la cure d’amaigrissement, il est important de bien identifier les vraies zones d’inefficacité de la sphère publique. Le surpoids de la France, manifeste lorsque l’on compare les dépenses françaises à celles de la zone euro ou des États-Unis, est d’abord une question de périmètre, liée au fait que nos modes de gestion et nos circuits de financements sont publics. Ce n’est pas gage d’inefficacité a priori." [Quelques idées reçues mises à mal, même si pour les gisements, on attendra la prochaine chronique...]

Source : XERFI CANAL

GÉOPOLITIQUE

Syrie : Le moment opportun

"Le temps a passé. L'avenir de la Syrie se noue désormais à grands pas, sans nous. N'est-il point temps, pour la France, de comprendre qu'elle doit réagir, se reprendre, bander ses forces, exploiter ses atouts résiduels mais incontestables, non pour prétendre « dire le Bien » (on voit où cela l'a menée), mais le meilleur possible, et pour participer à la nouvelle phase, cruciale, qui se joue au Moyen-Orient ?"

Source : BOUGER LES LIGNES : BLOG CAROLINE GALACTEROS

LIBERTÉS

La neutralité du Net en 4 questions

"Principe fondateur d'Internet, la neutralité du Net est aujourd'hui mise en péril par les États-Unis."

Source : Les Echos

RÉFLEXION

Voyons-nous « les choses en noir » ou sont-ils incapables de regarder l’horreur en face ?

"Il y a quelques jours, le lundi 27 novembre 2017 très exactement, le Scientific American, un magazine de vulgarisation scientifique américain à parution mensuelle, publiait un article écrit par un médecin et psychologue pour enfants de l’école médicale d’Harvard, Jack Turban, intitulé « Nice Brains Finish Last » (Les cerveaux gentils finissent derniers). Avec pour sous-titre : « une étude suggère que les cerveaux les plus “prosociaux” sont les plus exposés à la dépression ». La pro-socialité désignant « l’ensemble des conduites intentionnelles et volontaires dirigées dans le but d’aider ou d’apporter un bénéfice à autrui. »"

Source : LE PARTAGE

Ces si scandaleux tribunaux d’arbitrage

"Dans le traité de libre échange entre l’Union Européenne et le Canada (ou CETA), ils sont un sinon le principal élément de tension. Il est d’ailleurs assez significatif que cette mesure ne soit pas encore en vigueur, contrairement à la quasi-totalité du traité, et nécessite la ratification unanime des Etats membres pour entrer en vigueur. Les tribunaux d’arbitrage sont en effet une véritable rupture dans les relations entre Etats et firmes transnationales. Déjà largement en place dans les pays en développement, particulièrement en Afrique, les tribunaux d’arbitrage ne sont pas nouveaux dans le paysage extra-judiciaire. Dès 1965 la Banque Mondiale s’est effectivement dotée d’un centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements ou CIRDI."

Source : LA PLUME D’UN ENFANT DU SIECLE

SOCIETÉ

L'avertissement de 15 000 scientifiques à l'humanité sur l'état de la planète - version française intégrale

"Pour la deuxième fois après 25 ans, la communauté scientifique mondiale lance un avertissement, qui est aussi un véritable cri d’alarme à l’ensemble de l’humanité : nous exploitons collectivement la planète d’une manière qu’elle ne peut supporter, le rythme des dégradations que nous infligeons à la biosphère s’est accéléré depuis le premier appel en 1992, et en refusant et reportant par confort matériel ou intellectuel les transformations indispensables, nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis, nous condamnant ainsi que nos descendants à de grandes souffrances." [Les chiffres et graphiques sont très explicites.]

Source : Noeud Gordien

ÉCONOMIE

Lutte pour le climat ? Le monde en délire planifie des centaines de nouveaux aéroports

"Les projections du secteur de l’aviation donnent le tournis : d’ici à une vingtaine d’années, le nombre de voyages en avion doublerait. Les projets d’infrastructures aéroportuaires se multiplient faisant fi des conséquences climatiques. Les collectifs d’opposants se structurent et regardent Notre-Dame-des-Landes comme un modèle. « Ni ici ni ailleurs. » Ce slogan, forgé au creux du bocage nantais, scandé à l’envi par les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes, fait désormais figure de leitmotiv international, repris par des groupes de militants en Autriche, au Mexique ou en Inde. Tous luttent contre l’expansion du trafic aérien dans sa manifestation la plus terrestre : la construction effrénée de nouveaux aéroports. 423 sont ainsi prévus ou en cours de réalisation. À ce chiffre effarant s’ajoutent 121 nouvelles pistes, 205 extensions de pistes, 262 nouveaux terminaux et 175 extensions de terminaux."

Source : REPORTERRE

Commentaire recommandé

Fritz // 10.12.2017 à 06h55

“Gardez les pieds sur terre”, dit la coalition anti-aéroport ; on dira aussi “Restez sur le plancher des vaches”. Je suis sceptique sur le changement climatique tel qu’il est asséné par le GIEC et par les médias, mais je me méfie de la prolifération des aéroports. Personnellement, je n’ai pris l’avion que trois fois dans ma vie, et ayant la chance d’habiter à 500 mètres de mon travail, j’ai le luxe de ne pas avoir de voiture.

Il faut choisir : nos dirigeants ne peuvent à la fois nous alerter sur le changement climatique et vanter la “mondialisation”, cette idole monstrueuse. Car la multiplication des transports est dangereuse pour l’écologie, comme la dépendance aux transports est dangereuse pour l’économie. Et c’est là où se révèle l’inconséquence de l’écologie officielle : “Avec le transport maritime, l’aviation civile est le seul secteur qui n’est pas couvert par l’Accord de Paris sur le climat.”

45 réactions et commentaires

  • Fritz // 10.12.2017 à 06h55

    “Gardez les pieds sur terre”, dit la coalition anti-aéroport ; on dira aussi “Restez sur le plancher des vaches”. Je suis sceptique sur le changement climatique tel qu’il est asséné par le GIEC et par les médias, mais je me méfie de la prolifération des aéroports. Personnellement, je n’ai pris l’avion que trois fois dans ma vie, et ayant la chance d’habiter à 500 mètres de mon travail, j’ai le luxe de ne pas avoir de voiture.

    Il faut choisir : nos dirigeants ne peuvent à la fois nous alerter sur le changement climatique et vanter la “mondialisation”, cette idole monstrueuse. Car la multiplication des transports est dangereuse pour l’écologie, comme la dépendance aux transports est dangereuse pour l’économie. Et c’est là où se révèle l’inconséquence de l’écologie officielle : “Avec le transport maritime, l’aviation civile est le seul secteur qui n’est pas couvert par l’Accord de Paris sur le climat.”

     34

    Alerter
    • TC // 10.12.2017 à 10h52

      Eh oui, Fritz, on aura bien compris que les futures mesures qui seront mises en place pour “lutter contre le réchauffement climatique” ne s’appliqueront qu’à la “populace” qui n’a jamais voix au chapitre et surtout pas lorsqu’il s’agit d’entraver la libre-circulation des capitaux, des marchandises ou de la main-d’oeuvre, les traités sont écrits et signés pour ça. Le monde des affaires peut être tranquille !

      C’est malheureux à dire mais on en viendrait presque à souhaiter qu’une catastrophe d’envergure vienne à frapper plusieurs pays pour qu’enfin, cette élite mondialisée et mondialiste comprenne. Et encore, je ne suis pas sûre que cela puisse faire réfléchir, on a déjà vu ça avec Fukushima.

       15

      Alerter
      • Vincent P. // 10.12.2017 à 17h49

        Oui !
        Il faut voir l’écologie politico-occidentale sous deux aspects:

        1- elle est un nouveau prétexte à une gouvernance mondiale;
        2- elle est un nouveau prétexte à créer de nouvelles taxes toutes légitimes.

        Du coup, on casse aussi l’image de l’écologie auprès de la populace (voir nos glorieux Verts français ou les bruyants intégristes qui se revendiquent porte-parole…), au profit du bon vieux schéma à la papa.
        Consumérisme et inconscience saupoudrés au bio pro-bobo prévalent donc sur remise en question et réel changement des habitudes.
        Il suffit d’employer le mot magique “décroissance” pour en mesurer l’effet dans la masse des bienpensants-bienséants petits occidentaux, fussent-ils “de gôche!”
        Bien rares sont ceux qui envisagent même comme possible de remettre en considération leur niveau de confort ! (et je ne parle pas de leur(s) crédit(s)!)
        Quant au cataclysme souhaitable, soyons attentifs à ce qu’il ne soit pas carrément planifié sous la forme d’une bonne vieille guerre.

         11

        Alerter
      • jeanpaulmichel // 10.12.2017 à 19h13

        Bonjour,

        La Californie actuellement, les ouragans cet été/automne sont autant de catastrophes d’envergure appelées à s’amplifier.
        Jusqu’à une prochaine canicule en Europe décimant 300000 personnes en trois semaines ?

        Les catastrophes climatiques majeures sont en train d’arriver dans les pays occidentaux.

         4

        Alerter
        • patrick // 10.12.2017 à 21h52

          ces événements climatiques ont toujours eu lieu , la différence c’est la couverture médiatique, l’essentiel est de faire peur au pékin moyen.

           7

          Alerter
    • patrick // 10.12.2017 à 13h47

      Je suis comme vous.
      Je ne crois pas aux causes anthropiques du réchauffement climatique et je doute qu’il représente un danger. Donc le CO2 je m’en moque , ce n’est pas un polluant et c’est bon pour les plantes.
      Mais cette folie des aéroports m’inquiète pour deux points :
      – l’endettement massif de nos sociétés qui ne peutqu’augenter , en particulier avec le développement de ces structures dont l’utilité reste à démontrer.
      – la consommation d’énergie qui va exploser avec le développement annoncé du transport.

      Tout ça pour emmener des citoyens obèses passés des vacances au soleil

       10

      Alerter
      • bof // 11.12.2017 à 02h44

        Le problème n’est pas le CO2 mais les guerres pour l’énergie que nous devons faire pour y accéder.
        Toute diminution de la consommation de pétrole est une diminution des guerres.
        Ce n’est pas une bonne cause ?

         4

        Alerter
      • Bouddha Vert // 11.12.2017 à 11h19

        Il est quand même accablant de penser que la physique puisse être une affaire d’opinion!!
        Vous ne croyez pas aux résultats d’analyses de la composition chimique de notre atmosphère depuis 800 000 ans? N’y voit on pas une dynamique sous jacente?
        Ce CO2 et autres GES ne proviendraient il pas de nos activités économiques?
        Vous pensez que quelques degrés de réchauffement global de la planète est un pari sans risque?

        Votre assurance est si brillante que l’on s’attend à ce que vous nous délivriez les sources de votre ferveur à continuer comme si de rien…
        Au fait, l’eau c’est également “bon pour les plantes”, mais ça dépend combien, à quelle fréquence…

         7

        Alerter
    • patrick // 10.12.2017 à 13h49

      Une bonne partie des aéroports français ne sont absolument pas rentables , certains fonctionnent au ralenti , il n’y a souvent plus personne au contrôle , ou selon des horaires restreints pour un trafic des plus réduits.
      ça surprend toujours de s’annoncer en approche sur un terrain qui semble important et de ne recevoir aucune réponse à la radio … allo !! y’a quelqu’un ???

       6

      Alerter
      • Fritz // 10.12.2017 à 13h58

        – Y a quelqu’un dans l’avion ?
        – Y a quelqu’un dans la tour de contrôle ?

        Qui aura le courage de proposer MOINS d’aéroports en France…

         2

        Alerter
        • patrick // 10.12.2017 à 14h15

          en France , il y a eu un délire collectif des élus de tous bords , chacun voulant “son aéroport” , le remède miracle pour développer son économie , avec un fric monstrueux investi dans des infrastructures disproportionnées , là où une piste toute simple et 3 hangars auraient largement suffi.

          et il semblerait que ce soit pareil sur toute la planète.

          extrait de l’article : ” En créant des zones économiques spéciales, avec une « fiscalité attractive », comme à Luanda (Angola) ou à Quito (Équateur). En finançant directement les constructions, comme en Pologne, où le gouvernement porte à grand renfort de fonds publics un mégaprojet qui s’étendrait sur près de 3.000 ha de terres agricoles à Baranov, à 40 km à l’ouest de Varsovie. ”

          ça sent le pot de vin, tout ça

           6

          Alerter
          • Fritz // 10.12.2017 à 14h19

            Heureusement, il y a des sursauts : en 1997, l’indéracinable député et président de la région Centre, Maurice Dousset, qui voulait un troisième aéroport parisien en Eure-et-Loir, a été sèchement battu aux législatives par une écologiste inconnue.

             3

            Alerter
      • JBB // 10.12.2017 à 19h04

        Les aéroports Français ont tous été décidés et sont gérés ( jusqu’à récemment ) par des entités publiques. Ce n’est donc pas la faute de l’ultra-libéralisme si il y a trop d’aéroports en France, mais la faute de l’état.

         2

        Alerter
        • RV // 10.12.2017 à 21h13

          La privatisation de l’Etat, ça ne vous dit rien ?
          “La Grande Régression” de Jacques Généreux non plus peut-être ?
          Une bonne lecture !

           7

          Alerter
          • patrick // 10.12.2017 à 21h42

            Le suréquipement en aéroport n’a rien à voir avec la privatisation, c’est juste du gaspillage comme l’état et les collectivités savent si bien en faire depuis des décennies, des décisions privées auraient été certainement plus prudentes et plus judicieuses.
            Bon moi j’en profite mais quand même ça me chagrine.

             1

            Alerter
      • fanfan // 11.12.2017 à 01h55

        En Espagne comme ailleurs s’applique la sacro-sainte règle du 10 %. Donc, sur les six milliards qu’ont coûtés les chantiers publics de pure corruption qui suivent, les politiques et hauts fonctionnaires complices ont volé aux pauvres environ 600 000 000 € d’argent public, et cet argent a été expédié dans des paradis fiscaux off-shore…
        Voici trente chantiers publics qui illustrent les grands gaspillages que l’Espagne s’est permise au cours des dernières années et qui ont forcé le gouvernement à emprunter des sommes astronomiques…
        Le Royaume d’Espagne dans l’abîme de la pauvreté : http://www.elcorreo.eu.org/Le-Royaume-d-Espagne-dans-l-abime-de-la-pauvrete
        Source : http://www.tribunamunicipal.com/nacional/6681_treinta-ejemplos-del-despilfarro-espanol.html

         2

        Alerter
  • Catalina // 10.12.2017 à 07h19

    Des tribunaux pour détrousser les Etats

    “Une vingtaine de cabinets, principalement américains, fournissent la majorité des avocats et arbitres sollicités pour les RDIE. Intéressés à la multiplication de ce genre d’affaires, ils traquent la moindre occasion de porter plainte contre un Etat. Pendant la guerre civile libyenne, l’entreprise britannique Freshfields Bruckhaus Deringer conseilla par exemple à ses clients de poursuivre Tripoli, au motif que l’instabilité du pays générait une insécurité nuisible aux investissements.”
    https://www.monde-diplomatique.fr/2014/06/BREVILLE/50487

     17

    Alerter
  • Guadet // 10.12.2017 à 08h59

    “Voyons-nous « les choses en noir » ou sont-ils incapables de regarder l’horreur en face ?”

    Très bien mais je me suis arrêté au moment où l’article parle de « civilisation industrielle ». C’est une contradiction qui rend complice du système qui détruit la nature. En effet, le système productiviste qui détruit la nature détruit aussi les civilisations. C’est particulièrement évident aujourd’hui quand on voit le niveau où sont tombés l’art, l’éducation et la réflexion dans les vieilles nations industrielles.
    Accuser une prétendue « civilisation industrielle » sert doublement les destructeurs de la nature. Pour les aider à détruire les civilisations, qui leur sont un frein. Pour faire croire qu’ils sont porteurs de « civilisation », c’est à dire qu’il y aurait un côté positif dans leur action.
    Tant que l’écologie restera dans ses contradictions, elle aura une efficacité négative. Jamais on n’a autant détruit la nature que depuis que les partis écologistes sont présents dans les parlements et dans les gouvernements. Ces partis servent de caution à la destruction de la nature.

     9

    Alerter
    • Nico // 10.12.2017 à 10h50

      Entièrement, intégralement, précisément pas du tout d’accord, voir : https://partage-le.com/2017/10/7993/
      Projeter sur toutes les cultures humaines le terme de « civilisation », qui a spécifiquement été conçu pour distinguer une culture des autres qu’il servait également à rabaisser, à inférioriser, c’est « se rendre complice » du système impérialiste qui détruit la nature comme les cultures humaines.

       3

      Alerter
      • Guadet // 10.12.2017 à 12h09

        Ce n’est pas parce que certains ont utilisé le concept de civilisation pour déguiser des pratiques mauvaises qu’il faut le rejeter.
        Ce raisonnement est typique de l’idéologie néolibérale qui cherche à atteindre un relativisme absolu pour empêcher toute opposition de s’appuyer sur quelque chose. Le racisme, les méfaits du colonialisme ou le productivisme ont été combattu au nom de la civilisation prise dans son vrai sens. Mais l’ignorance dans laquelle on nous enferme permet d’oublier ce fait. Ce qui permet d’interdire de mener un combat écologique au nom de la civilisation ; ce qui permet de faire croire que les écologistes sont forcément des barbares qui veulent tout détruire, alors que les vrais barbares sont les néolibéraux productivistes.
        Trump n’a rien de civilisé et il n’est pourtant pas écologiste. Les philosophes, les savants ou le pape qui dénoncent la destruction de la nature sont les vrais représentants de la civilisation. Dire le contraire est plutôt bizarre.

         2

        Alerter
        • Owen // 10.12.2017 à 15h56

          Entre “la civilisation”, le neoliberalisme et le productivisme, la racine qui est à l’origine de la destruction écologique de la planète est bien le productivisme.
          Pour rappel, l’URSS détient le record en disparition d’étendue d’eau: la Mer d’Aral. Elle a laissé aussi des cimetières nucléaires ouverts à tous vents (ou sous marins), que la Russie n’a pas encore retraités. Productivisme.
          La Chine, inutile de développer sur les dégâts, n’est pas un pays libéral non plus. Productivisme encore.

           3

          Alerter
          • Guadet // 10.12.2017 à 16h43

            C’est vrai mais, à l’origine, il y a bien un lien entre apparition du libéralisme et premières révolutions industrielles. Sous prétexte de libérer l’homme, on a détruit dans la religion et la politique ce qui permettait de relier les hommes entre eux et avec la nature. L’important est devenu, non plus la place de chaque personne dans l’univers et dans la société, mais ce que chacun pouvait produire ou posséder. C’est ensuite que cela a été repris dans les systèmes socialistes athées qui ont fait de la surenchère dans la marchandisation et le productivisme. La dictature du marché par le néolibéralisme atteint le sommet de l’horreur je pense.
            Michéa explique ça mieux que moi et en particulier comment le système productiviste actuel favorise l’ignorance et donc la fin de la civilisation (“L’Enseignement de l’ignorance”)

             4

            Alerter
            • Owen // 10.12.2017 à 17h51

              C’est vrai, vous avez raison. Je pense quand même que cela n’explique pas tout et que le productivisme était latent, il aurait pu se manifester à partir d’un autre pays (Florence, ou dans l’empire Ottoman s’il n’avait pas périclité…).
              Mais je ne vais pas au delà, sinon le débat tournerait autour de la poule et l’oeuf.

               0

              Alerter
            • Guadet // 13.12.2017 à 17h45

              @ Owen
              C’est un problème intéressant.
              Il est certain que la cupidité et les pratiques anti écologiques existaient avant l’avènement de la philosophie libérale, un peu partout et même chez les “bons sauvages”. Beaucoup d’exemples en ont été donnés. Mais ça ne se transformait pas our autant en système productiviste capable d’atteindre les dégâts actuels. Pare qu’un tel système ne pouvait pas s’appuyer sur un modèle symbolique tel que celui apporté par le libéralisme.
              Dans l’empire romain, des gens ont voulu proposer des machines, mais il n’ont eu aucun succès parce que la richesse ressentie n’était pas dans la quantité qu’on pouvait produire mais dans le nombre d’esclaves ou de serviteurs qu’on pouvait avoir. L’idée de produire pour produire, sans que ce qui est produit corresponde forcément à une nécessité, ne peut être le résultat d’un raisonnement, même cupide. Ce ne peut être dû qu’à un déplacement de ce qui est considéré comme sacré et comme le but de la vie : du transcendant on est passé à la marchandise, de Dieu à l’argent.

               0

              Alerter
    • Bouddha Vert // 11.12.2017 à 11h35

      “Ces partis servent de caution à la destruction de la nature.”
      A mon avis beaucoup moins que nos consommations individuelles, non?

       0

      Alerter
    • Pinouille // 11.12.2017 à 15h29

      Cet article m’a aussi interpelé, mais pour des raisons différentes.
      Il se veut dénoncer la civilisation industrielle parce qu’elle récompense les comportements antisociaux au détriment des prosociaux. Ce serait donc la civilisation industrielle qui pervertit l’homme.
      Cela me paraît être un raccourci simplificateur. Non pas que je réfute en bloc l’analyse (pertinente), mais on ne peut faire abstraction que le peuple accepte encore dans sa grande majorité bon gré mal gré le système dans lequel il vit.
      A ma connaissance, les français ne choisissent pas l’exode vers des contrées lointaines où prédomine le bien vivre ensemble dans la pauvreté. A ma connaissance, les chinois quittent en masse leurs champs pour venir s’agglutiner dans leurs mégalopoles polluées.
      Faire abstraction des paramètres qui guident ces choix amène à des conclusions simplificatrices et erronées: la civilisation industrielle apporte encore suffisamment d’avantages pour “justifier” les désastres écologiques qui sautent aux yeux de tous.

       1

      Alerter
  • calal // 10.12.2017 à 09h50

    La neutralité du Net en 4 questions….

    amha la fin de la neutralite du net est une necessite pour forcer les gens a souscrire a des abonnements divers et varies: c’est indispensable pour contrer le streaming.

    le revers de la medaille sera evidemment une grosse baisse de l’interet d’internet pour ceux qui ne sont pas interesse par les MSM. Et apres pourquoi avoir de la fibre a 100 mega/sec si aucun contenu ( non soumis a un abonnement supplementaire) n’utilise cette vitesse? la visioconference aura aucun un interet . Peut etre un droit a l’internet sera cree, on aura la propagande msm gratuite…

     5

    Alerter
    • grumly // 10.12.2017 à 14h41

      La neutralité du net n’est pas un principe fondateur d’Internet comme le prétend l’article. Internet est conçu pour être décentralisé, chacun peut héberger son serveur et être accessible à tout le monde. Google et Apple remplacent petit à petit les sites décentralisés par des applications smartphone centralisées sur leur plateforme. En tout cas gère une sorte d’intranet géant, l’appstore et Google play. C’est le fait de vouloir centraliser quelque chose de décentralisé qui va à l’encontre du principe fondateur d’internet.

      Après le débat sur la neutralité du net, c’est une histoire commerciale entre les gros consommateurs de débit comme Google, Facebook… et les fournisseurs d’accès à internet. Si la neutralité du net passait, il serait plus difficile économiquement de freiner Google et autres dans leur tentative de centraliser Internet. Sans la neutralité du net, les fournisseurs ont encore un moyen de pression.

       1

      Alerter
  • Eric83 // 10.12.2017 à 10h29

    Un scandale financier peu relayé par nos MSM mais qui fait et va faire beaucoup de dégâts : Steinhoff, multinationale sud-africaine, propriétaire notamment de Conforama en France.

    Outre l’impact social au niveau mondial, cette affaire concerne aussi les pays membres de l’UE puisque le BCE a acheté pour 800 millions d’euros d’obligations de cette multinationale.
    ( Il nous est pourtant raconté que depuis les QE de la BCE, celle-ci n’achète que des obligations “sûres” ).

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/08/la-chute-de-steinhoff-international-le-rival-d-ikea_5226649_3234.html

    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-09/enron-20-ecb-global-banks-hook-21-billion-amid-steinhoff-implosion

     5

    Alerter
  • olivier // 10.12.2017 à 12h10

    Sur les” 15 000 scientifiques à l’humanité sur l’état de la planète »

    Le texte émane de l’Union of Concerned Scientists. Composée de scientifiques ET de citoyens. On y trouve que 4 références.

    Comment passe-t-on de 7 à 15 600 scientifiques ? On invite a cliquer. Aucune vérification.
    Sur 197 choisir au hasard :
    – 30% sont de vrais scientifiques, des universitaires, dont la moitié sont des professeurs et l’autre moitié de futurs professeurs.
    – 29% travaillent dans des institutions de recherche non universitaires (on y trouve par exemple un employé d’un zoo ou d’un aquarium)
    – 18% ne donnent aucune précision sur le statut.
    – 23% sont des étudiants.

    Article orienté : le graphique des forets. « En réalité, la surface des forêts a diminué de moins de 0,1% par an.[…] Cacher une réalité modeste derrière une image dramatique n’est pas très « scientifique » ».
    © Rémy Prud’homme

    Scientifiques ? Lobbying et FakeNews, le doute est permis.

     7

    Alerter
  • Actustragicus // 10.12.2017 à 12h15

    On en vient à espérer le krach financier qui mettra fin à toute ces fuites en avant…

     3

    Alerter
  • joe billy // 10.12.2017 à 12h53

    Bonjour tlm,

    J’ai récemment découvert Alain Deneault, grâce à “Là-bas si j’y suis”.
    Cette vidéo est malheureusement maintenant pour les abonnés mais cette autre vidéo est toute aussi passionnante :
    https://www.youtube.com/watch?v=gHBEvDZ7rFM
    Si vous ne connaissez pas le bonhomme et si vous avez plus de temps je conseille également vivement ce dialogue avec des taulards malins et souverains canadiens : https://www.youtube.com/watch?v=Y27uqd28h8g
    Bonnes fêtes à tous 🙂

     5

    Alerter
  • Eric83 // 10.12.2017 à 14h03

    Il est beaucoup question du Bitcoin ces derniers temps, notamment depuis que son prix s’est envolé et tourne autour de 15 000 € dollars ce moment.
    Les pro et les anti s’affrontent régulièrement sur ce qui est nommé une “crypto-monnaie”.
    Une des questions essentielles qui est rarement traitée, voire pas du tout, est celle-ci : à qui profite le Bitcoin ? Voici un élément de réponse grâce à l’affaire, ci-dessous relatée, par ZH.

    Le Bitcoin, outil idéal pour blanchir de l’argent et financer, par exemple, la corruption.

    Il est à noter que nos médias MSM sont muets sur cette affaire qui concerne pourtant plusieurs Etats membres de l’UE et qu’il faille aller sur un site US pour en avoir connaissance.
    http://www.zerohedge.com/news/2017-12-08/bulgaria-government-shocked-discover-it-owns-3-billion-bitcoin

     2

    Alerter
    • Eric83 // 10.12.2017 à 16h52

      Un article du jour sur le Bitcoin “en passe d’être banalisé”…à 15 000 dollars le bout, c’est pas banal.

      Le bout de quoi d’ailleurs ? A mon sens, le Bitcoin évoque la même chose que la planche à billets des banques centrales “créant” de l’argent à partir de rien…en pire puisque la “création” de Bitcoin est extrêmement énergivore.

      Comme la finance se nourrit de toutes les opportunités pour alimenter sa soif inextinguible d’accumulation de profits, est-il étonnant que des marchés à termes – c’est à dire des produits dérivés du Bitcoin – ouvrent ce soir aux US ?

      En prime, les banques – parmi lesquelles évidemment Goldman Sachs – qui vendent des dérivés de Bitcoins vous font cadeau de lunettes de “réalité augmentée”…et à ne surtout pas quitter.

      https://www.romandie.com/news/Le-bitcoin-en-passe-d-etre-banalise_RP/871252.rom

       5

      Alerter
      • JBB // 11.12.2017 à 22h37

        Le nombre total de bitcoins est connu à l’avance. Les nouveaux bitcoins ne sont pas créés à partir de rien mais se gagnent par concours de calcul (le minage) et donc d’énergie. Alors certes ce n’est pas terrible au niveau écologique ( mais comme beaucoup d’autres choses) mais ce n’est surement pas la planche à billets.

         0

        Alerter
  • Owen // 10.12.2017 à 17h48

    [Voyons-nous « les choses en noir » ou sont-ils incapables de regarder l’horreur en face ?]

    Je comprends la colère de Nicolas Casaux contre cette étude qui tendrait à montrer que les “prosociaux” (altruistes) serait plus volontiers dépressifs que les égoïstes.
    On a bien compris (et Casaux s’est donné à fond dans son article !) qu’un monde d’égoïstes est moins viable à long terme qu’un monde d’altruistes.

    Mais cela n’enlève pas l’intérêt de l’étude, même s’il faudrait l’affiner. Mon impression est que le profil est plutôt d’origine sociologique (voir expérience Didier Desor et ses rats plongeurs), que biologique (l’amygdale de l’étude serait plutôt le marqueur que le déterminant). Il faudrait aussi éclaircir le profil des altruistes: si le groupe comprend des passifs/loosers qui ont toujours besoins des autres et ceux qui se nourrissent des malheurs des autres pour exister, cela alourdit nécessairement le nombre de dépressifs.

    Mais il est vrai que l’indifférence au sort d’autrui réduit les raisons à déprimer.
    Le problème de l’altruisme est le gestion de son empathie. Souvent il lutte contre une cause (ou se donne une raison d’exister) qui le dépasse et l’épuise (au hasard: Filoche !).
    Pour faire court: un bon altruiste est celui qui a compris qu’il est plus facile de créer du bien (“faire pour” : pas simplement aider, mais réaliser), que de lutter contre le mal.

     2

    Alerter
  • Pinouille // 11.12.2017 à 11h10

    “Le krach financier qui se profile”
    Je fais partie de ceux qui pensent qu’une crise financière se profile à l’horizon, dont les conséquences seront bien plus dévastatrices que les précédentes.
    Je n’arrive pas à trouver d’information sur les dispositions envisagées par le gouvernement pour y faire face.
    De 2 choses l’une:
    – le gouvernement ne s’organise pas pour ce risque qu’il considère ne pas en être un. Amha, cela confirmerait la totale irresponsabilité de nos dirigeants (ce dont je persiste à douter).
    – le gouvernement s’organise pour ce risque, mais se garde bien de communiquer sur ce sujet pour ne pas effrayer la population et les marchés.

    Si quelqu’un a des infos sur ce sujet, je pense que cela n’intéressera pas que moi.

     2

    Alerter
    • Vincent P. // 11.12.2017 à 15h22

      Les seules infos disponibles sont le recoupement d’infos et l’intuition.
      Les stocks d’or Russes et les budgets militaires US sont pour moi des infos relatives au sujet. Le PetroYuan et le projet OBOR aussi…
      Amha, la crise du dollar à venir est tellement catastrophique et globale qu'”on” y préférera un conflit militarisé d’envergure, si possible “conventionnel”…
      Mais que la crise à venir soit économique ou militaire ou les deux, la seule chose dont je ne doute plus c’est qu’elle surviendra. D’où quelques dizaines de kilos de riz d’avance, qui permettront au moins de passer le cap de 3 jours d’approvisionnement dans les villes au delà desquels les arrogants et butés petits occidentaux deviendront amusants à observer…

       0

      Alerter
      • Pinouille // 12.12.2017 à 15h47

        Merci Delta,

        Vous admettrez que ces liens me laissent un peu sur ma faim. A aucun moment le risque économique n’est abordé.
        Si l’on considère le scénario où le système bancaire s’écroule, je reste dubitatif sur la capacité de réaliser des achats pendant une période d’une durée indéterminée.
        Donc si l’Etat ne prévoit pas un plan B pour garantir l’approvisionnement de la population, les maigres réserves constituées par certains leur vaudront quelques convoitises…

         0

        Alerter
  • BA // 14.12.2017 à 07h50

    Dans le monde, les inégalités explosent.

    Jeudi 14 décembre 2017 :

    Les inégalités explosent pendant que fond le patrimoine public des nations.

    https://www.marianne.net/economie/les-inegalites-explosent-pendant-que-fond-le-patrimoine-public-des-nations

     0

    Alerter
  • BA // 16.12.2017 à 09h14

    Cinq ministres sont millionnaires : Muriel Pénicaud, Nicolas Hulot, Françoise Nyssen, Edouard Philippe, Bruno Le Maire.

    C’est la nouvelle aristocratie.

    Depuis mai 1974, la nouvelle aristocratie dirige la France.

    Samedi 16 décembre 2017 :

    La Haute autorité pour la transparence de la vie publique, qui a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement, a révélé que plusieurs ministres étaient millionnaires, parmi lesquels Muriel Pénicaud, Nicolas Hulot et Françoise Nyssen.

    https://www.romandie.com/news/Quelques-ministres-millionnaires-au-gouvernement_RP/873370.rom

     0

    Alerter
  • BA // 16.12.2017 à 10h20

    La nouvelle aristocratie a vocation à subir le sort de l’ancienne aristocratie.

    Augustin de Romanet de Beaune a été nommé président de Chambord.

    Emmanuel Macron fête ses 40 ans au château de Chambord.

    Emmanuel Macron a choisi de fêter ses 40 ans quelques jours avant l’heure (il est né un 21 décembre) dans le château de François Ier, à Chambord (Loir-et-Cher), selon une information de La Nouvelle République, confirmée au Monde par des proches du président.

    Ces festivités présidentielles interviennent alors qu’un nouveau président du conseil d’administration du domaine de Chambord a été nommé, mercredi 13 décembre, au conseil des ministres. A 56 ans, le président des Aéroports de Paris, Augustin de Romanet de Beaune, ex-patron de la Caisse des dépôts, succède ainsi au député de la Mayenne (Nouvelle Gauche) Guillaume Garot.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/12/15/emmanuel-macron-fete-ses-40-ans-au-chateau-de-chambord_5230587_823448.html

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications