Les Crises Les Crises
4.janvier.20234.1.2023 // Les Crises

Les sondages d’opinion sont clairs, les Américains veulent réduire leurs engagements militaires

Merci 99
J'envoie

Selon un nouveau sondage, de nombreux Américains, tous partis confondus, souhaitent que les États-Unis aient une politique étrangère moins interventionniste avec moins d’ingérences. Mais Morning Consult doit être critiqué pour avoir qualifié cette opinion de préférence pour l’isolationnisme.

Source : Responsible Statecraft, Daniel Larison
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Les familles accueillent les soldats de la 2e Brigade Combat Team, 10th Mountain Division, lors de la première de plusieurs cérémonies de « Bienvenue à la maison » après un déploiement de neuf mois, le 11 juillet 2019, à Fort Drum, New York. (Photo de l’armée américaine par le sergent-chef Paige Behringer)

Les résultats d’une enquête de Morning Consult montrent que l’opinion publique continue d’être largement favorable à une réduction des engagements militaires des États-Unis. Un grand nombre de Républicains et de Démocrates sont en faveur d’une moindre implication dans les affaires des autres pays en général, et une pluralité d’Américains soutient la diminution des déploiements à l’étranger et la réduction de l’implication dans les conflits étrangers.

Bien qu’il y ait eu de légères fluctuations au cours de l’enquête sur trois mois, les électeurs qui ont déclaré vouloir une diminution de la présence militaire et un rôle réduit dans les guerres étrangères ont été plus nombreux que ceux qui ont choisi le statu quo ou un rôle plus important. Le décalage entre ce que souhaite cette pluralité d’électeurs et ce que fait le gouvernement dans différentes parties du monde est plus important que jamais.

Malheureusement, le rapport d’enquête présente ces résultats dans les termes les plus crus « d’isolationnisme » contre engagement. La formulation péjorative de Morning Consult de ce sentiment comme un soutien à un « plus grand isolationnisme » semble renforcer l’habitude des décideurs politiques de rejeter d’emblée le scepticisme du public à l’égard des engagements américains. Appeler quelque chose « isolationnisme » n’est jamais simplement descriptif, et c’est presque toujours inexact, donc chaque fois que c’est le cas, c’est un signe de négligence ou d’hostilité, ou les deux.

Lorsqu’ils ont été interrogés sur l’implication des États-Unis dans les affaires d’autres pays, 48 % des Républicains ont répondu que les États-Unis devraient la réduire, et environ un tiers des Démocrates étaient d’accord. Il s’agissait d’une question générique, mais les résultats suggèrent qu’il pourrait y avoir une majorité de votes assez importante qui serait ouverte à des politiques moins intrusives et à un abandon du recours à des sanctions générales pour punir d’autres pays. Ces électeurs pourraient être réceptifs à un message de politique étrangère mettant l’accent sur la non-ingérence et le respect de l’indépendance et de la souveraineté des autres États.

L’enquête a également révélé que 41 % des Républicains « préféreraient que la politique étrangère des États-Unis implique un déploiement plus limité des troupes américaines, et [qu’ils] souhaiteraient réduire la participation américaine dans les conflits militaires au-delà des frontières du pays ». Près d’un tiers des Démocrates sont du même avis. Dans l’ensemble, les électeurs républicains sont plus susceptibles de soutenir le désengagement que les Démocrates, mais le soutien au désengagement est considérable dans les deux partis. S’il doit y avoir une coalition trans-partisane en faveur d’une plus grande retenue et de la paix dans les années à venir, ce sont les électeurs qui semblent les plus susceptibles d’en faire partie.

Il y avait également des différences prévisibles selon les lignes partisanes. Comme on pouvait s’y attendre, les électeurs démocrates étaient beaucoup plus susceptibles de considérer le changement climatique et la prévention des pandémies comme des priorités importantes que les Républicains, et il y avait un écart similaire entre les partis sur les questions républicaines les plus importantes que sont l’immigration et la lutte contre le trafic de drogue. De grandes divergences entre les partisans sur une série de questions liées à la politique étrangère subsistent, mais sur les questions plus larges de l’implication des États-Unis dans les conflits étrangers et les affaires d’autres pays, il existe un terrain d’entente important.

Décrire le désir d’une réduction des déploiements militaires et de l’implication dans les affaires d’autres États comme de « l »isolationnisme » est potentiellement trompeur à plusieurs égards. Tout d’abord, le soutien à un certain repli n’implique pas nécessairement le soutien au retrait de tout engagement à l’étranger. Même les partisans d’un repli militaire significatif ne sont pas favorables à un désengagement du monde par d’autres moyens.

En fait, la plupart des partisans d’une réduction de l’empreinte militaire aimeraient voir le gouvernement s’engager beaucoup plus activement auprès des autres États en utilisant les outils de la diplomatie et du développement. L’opposition à des formes d’engagement infructueuses et destructrices n’équivaut pas à une opposition à l’engagement international en tant que tel, et présenter le scepticisme à l’égard des interventions et des déploiements militaires comme un simple rejet de l’engagement revient à faire l’amalgame entre militarisme et internationalisme. L’enquête identifie un groupe d’intérêt potentiel pour la réduction du militarisme dans la politique étrangère américaine, mais le rapport le traduit différemment.

À l’exception d’une question sur les niveaux d’aide étrangère et de quelques questions sur le multilatéralisme, l’enquête n’approfondit pas beaucoup les préférences du public en matière de diplomatie et de développement. Ce que l’enquête révèle, c’est qu’une pluralité d’électeurs souhaite plus de multilatéralisme plutôt que moins, ce qui est difficile à concilier avec le fait que l’enquête présente les autres résultats comme un soutien à un « plus grand isolationnisme. »

Ce que nous voyons peut-être ici, c’est un désir d’un plus grand engagement diplomatique avec d’autres États, associé à une préférence pour un engagement militaire réduit dans l’ensemble. En d’autres termes, il existe un bloc important d’Américains qui souhaitent que les États-Unis s’engagent avec le reste du monde par le biais des institutions internationales et de la diplomatie et qui, par conséquent, souhaitent également une politique étrangère moins militarisée que celle que nous connaissons.

Il ne serait pas surprenant que de nombreux « isolationnistes » potentiels représentés dans cette enquête soient également des partisans du multilatéralisme, puisqu’il serait naturel qu’une personne souhaitant moins de militarisme préfère une plus grande implication dans les institutions internationales.

Ce qui est étrange, c’est que la plupart des décideurs politiques n’envisagent pas sérieusement le repli sur soi comme une option valable, malgré les ressources limitées et les guerres coûteuses de ces vingt dernières années. Il y a de bonnes raisons de penser que le retrait des États-Unis d’au moins certaines parties du monde est dans le meilleur intérêt des États-Unis et de leurs alliés, et Washington devrait accueillir ce débat après des décennies d’excès et de surexpansion.

Les résultats de cette enquête suggèrent qu’il existe peut-être aussi une partie inexploitée de l’électorat qui répondrait favorablement aux efforts visant à freiner ces excès en rééquilibrant les engagements et les capacités des États-Unis.

Ce que l’enquête montre très clairement, c’est qu’il existe un large segment de l’électorat dont les opinions sont à peine représentées dans les débats politiques et de politique générale à Washington. Le sondage ne rend pas service à ces électeurs en déformant leurs opinions avec l’une des étiquettes les plus paresseuses et les moins précises qui soient. Les militants ont encore beaucoup de travail à faire pour identifier et organiser ces électeurs afin qu’ils votent pour le type de politiques qu’ils disent vouloir, mais cette enquête nous indique qu’ils sont nombreux à avoir besoin de quelqu’un qui parle en leur nom au gouvernement.

Source : Responsible Statecraft, Daniel Larison, 02-12-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Danton // 04.01.2023 à 09h00

Oui c’est vrai. Et ce serait même rassurant.
Cependant.
Cependant, en 1940, 95% des Américains refusaient toute idée de guerre…
Cependant, en 1944 le peuple des USA ne voulait tellement plus de guerre qu’à la convention démocrate ils ont suivi massivement FDR et voté à plus de 80% pour Wallace et sa promesse d’un monde d’après apaisé et constructif avec l’URSS. Problème, scandale aujourd’hui « oublié » le résultat du vote fut annulé pour d’obscures raison puis après un travail de pression insensé sur les délegués, le vote promut un total inconnu: Truman. Et puis Hiroshima, Nagasaki, la création de la CIA, la rupture des accords avec l’URSS par l’intervention militaire sanglante en Gréce contre les communistes locaux engendrant la réaction de Staline et la guerre froide, le réarmement…
En 1963 personne ne voulait de Vietnam. Kennedy avait déclaré un retrait total des « conseillers » du pays avant fin 65. Il a fait ça quelques semaines avant sa visite à Dallas. Une des premières décisions de Johnson fut d’augmenter l’effectif militaire sur place.
Et il n’y a pas qu’aux USA que ça fonctionne comme ça.
Un homme une voix, certes. Mais un homme à 10 milliards de dollar pése beaucoup, infiniment plus que 100 000 hommes à 1 000 dollars. L’algébre politique est très très loin de l’arithmétique populaire.

25 réactions et commentaires

  • James Whitney // 04.01.2023 à 08h46

    Encore un article de Responsible Statecraft qui n’est pas stupide. Mais Il y a plein d’autres sites étasuniens qu’il vaut la peine de lire : Common Dreams, scheerpost, Counterpunch, Consortium News, Tikun Olam (Richard Silverstein), Informed Comment (Juan Cole) parmi d’autres.

    Mais pourquoi pas la presse sud-américaine, africaine, asiatique etc si on peut trouver des lecteurs capable de lire les langues qui vont avec ?

      +14

    Alerter
  • Danton // 04.01.2023 à 09h00

    Oui c’est vrai. Et ce serait même rassurant.
    Cependant.
    Cependant, en 1940, 95% des Américains refusaient toute idée de guerre…
    Cependant, en 1944 le peuple des USA ne voulait tellement plus de guerre qu’à la convention démocrate ils ont suivi massivement FDR et voté à plus de 80% pour Wallace et sa promesse d’un monde d’après apaisé et constructif avec l’URSS. Problème, scandale aujourd’hui « oublié » le résultat du vote fut annulé pour d’obscures raison puis après un travail de pression insensé sur les délegués, le vote promut un total inconnu: Truman. Et puis Hiroshima, Nagasaki, la création de la CIA, la rupture des accords avec l’URSS par l’intervention militaire sanglante en Gréce contre les communistes locaux engendrant la réaction de Staline et la guerre froide, le réarmement…
    En 1963 personne ne voulait de Vietnam. Kennedy avait déclaré un retrait total des « conseillers » du pays avant fin 65. Il a fait ça quelques semaines avant sa visite à Dallas. Une des premières décisions de Johnson fut d’augmenter l’effectif militaire sur place.
    Et il n’y a pas qu’aux USA que ça fonctionne comme ça.
    Un homme une voix, certes. Mais un homme à 10 milliards de dollar pése beaucoup, infiniment plus que 100 000 hommes à 1 000 dollars. L’algébre politique est très très loin de l’arithmétique populaire.

      +44

    Alerter
    • Savonarole // 04.01.2023 à 10h21

      Je me fesais la même réflexion , c’est un peu comme la réforme des retraites en France : personne n’en veut mais le gouvernement s’en carre.
      Quelque chose me dit que ça va finir pareil cet histoire, au lieu de jouer le game sur les budget du Pentagone , il vont foutre le pognon dans le département d’état … et continuer les jeux d’influence à la con qui ont fait de ce pays une détestable relation au fil du temps. Tant que ca rapporte des retro-comissions aux deux partis via les bourges qui payent les PACs , pourquoi arrêter les frais ?

        +7

      Alerter
      • Lt Briggs // 04.01.2023 à 17h11

        « (…) la réforme des retraites en France : personne n’en veut mais le gouvernement s’en carre »

        Si si, les gens déjà à la retraite ou qui sont à une poignée d’année y sont favorables puisque non impactés. Et c’est ce segment de la population qui vote le plus… C’est d’ailleurs chez les personnes âgées que Macron a fait ses meilleurs scores, siphonnant ainsi l’électorat traditionnel de la droite. D’où le score famélique de Pécresse, encore aggravé par ses remarquables qualités oratoires mais ça c’est une autre histoire.

          +5

        Alerter
    • alain maronani // 04.01.2023 à 14h22

      Vous faites de cet homme un héros et parlez d’une machination (?) vote annulé. J’ai vérifié, et n’en ai trouvé nulle trace.

      Quelles sont vos preuves ? Il sera difficile d’en trouver pour plusieurs raisons.

      La désignation du vice-président ne donne lieu à aucune élection et c’est le choix exclusif du candidat désigné comme devant tenir le rôle du Président, Démocrate ou Républicain, Ane ou Elephant..les 2 symboles des 2 partis.

      Le vice-président est dédigné par le candidat à la fonction de Président, jamais élu, démocrate ou républicain, je parle des primaires.

      Vous répétez ici les arguments de Oliver Stone dont les thèses (?) sont disons gentiment subjectes a caution parmi ceux et celles qui s’intéressent à l’histoire américaine contemporaine.

      Ce que vous dites n’est pas exact. Georges Wallace procède à la création du Parti Progresiste qui n’a de progressiste que le nom, après son éviction du Parti Démocrate et il n’a jamais été candidat contre Harry S. Truman, désigné automatiquement comme président après le décès de Roosvelt (ceci c’est la Constitution américaine).

      Harry Truman parvient à remporter de justesse l’élection présidentielle de 1948 face au candidat républicain Thomas Dewey, longtemps donné favori et il n’y aura aucune primaire au Parti Democrate pour choisir un autre candidat que Truman.

      Votre héros..Wallace prone la ségrégation raciale et s’oppose, violemment, à la déségrégation progressive du Sud…autrement la poursuite de l’esclavage sous une autre forme, l’impossibilité de s’inscrire pour voter, les endroits séparés noirs-blancs, la ségrégation scolaire, les violences contre les noirs, un bilan admirable.

      Harry S. Truman a eu l’intelligence d’empêcher les militaires américains de raser Kyoto qui était le choix de ceux-ci.

        +1

      Alerter
      • Ives // 04.01.2023 à 14h58

        je pense que vous confondez. Danton doit parler plutôt d’Henry Wallace et non pas de George. Et effectivement, Henry et George n’ont pas eu du tout le même parcours.

          +6

        Alerter
      • Danton // 04.01.2023 à 16h23

        Henri, pas Georges.
        Excusez moi, mais les preuves sont légions même s’ il s’agissait de la designation au poste de vice president, ce qui revenait au même vu l’état de sante de FDR. Même Wikipedia explique bien qu’il a éte écarté par une manoeuvre vaseuse de l’appareil conservateur et militariste democrate
        Alors? Maintenant que cette forfaiture est avérée, qu’en dites vous?
        Rien evidemment.

          +10

        Alerter
  • Auguste Vannier // 04.01.2023 à 10h01

    Depuis quand, aux US (comme en France d’ailleurs), se préoccupe-t-on des sondages qui ne vont pas dans le sens souhaité?
    Existe-t-il des organismes de sondage indépendants avec les moyens de travailler?
    De plus en plus d’organes médiatiques participent à la préparation de l’opinion à l’abandon de l’Ukraine en essayant de masquer la défaite USEUROTAN…

      +12

    Alerter
    • Ives // 04.01.2023 à 10h28

      si déjà on se préoccupait des résultats des votes qui ne vont pas dans le sens souhaité (référendum 2005) !!!
      Mais bon, nous sommes quand même en démocratie donc on tient compte de la volonté du peuple.

        +16

      Alerter
  • Fritz // 04.01.2023 à 10h28

    Amusant : « l’isolationnisme » est conforme à la vocation originelle de l’Amérique (le retrait du monde), et il reste un souhait d’une majorité d’Américains (cesser de s’ingérer dans les affaires des autres pays, comme en Ukraine depuis 2004 au moins). Mais cet idéal est présenté comme une « menace » par les tenants de l’État profond et par les médias zeuropéens, jamais en retard pour démontrer leur servilité transatlantique.

      +8

    Alerter
    • Suzanne // 04.01.2023 à 10h58

      Bonjour cher Fritz. Pourquoi le retrait du monde est-il la vocation originelle de l’Amérique?

        +0

      Alerter
      • Fritz // 04.01.2023 à 12h25

        Bonjour Suzanne, et bonne année à vous. L’intention des premiers colons (XVIIe siècle) était de quitter l’Europe pour aborder un continent inconnu, un Nouveau Monde ou Terre promise, sans prétendre en faire un tremplin pour la domination mondiale. L’impérialisme américain n’est pas antérieur au XIXe siècle.

          +4

        Alerter
  • tchoo // 04.01.2023 à 10h37

    Depuis quand l’état profond se préoccupe-t-il de l’opinion des américains?
    Si un courant timide existe contre l’interventionnisme à outrance et belliqueux des USA, ce n’est pas lui qui changera la politique étrangère de ce pays.

      +11

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 05.01.2023 à 13h28

      Oui, d’ailleurs il est écrit à la fin de l’article:
      « …sans doute…une partie inexploitée de l’électorat… répondrait favorablement aux efforts visant à freiner ces excès en rééquilibrant les engagements et les capacités des États-Unis. »
      « Ce que l’enquête montre très clairement, c’est qu’il existe un large segment de l’électorat dont les opinions sont à peine représentées dans les débats politiques et de politique générale à Washington. »

      On peut dire la même chose de la situation dans la plupart des démocraties, et c’est le hic, le principal caillou dans leur engrenage, qui les défausse, les empêche de fonctionner selon leurs principes, et leur permet d’être livrées aux collusions de toute sorte, jusqu’au totalitarisme.
      Quant aux sondages, qui ose encore s’y fier, à part ceux/celles qui en tirent parti, de l’une ou l’autre manière ?
      Nous savons depuis longtemps qu’ils sont tous « téléguidés » dans le sens des pouvoirs en place (qui les subsidient). Pareil pour les statistiques, on leur fait dire ce qu’on veut!
      D’où la nécessité pour les populations de s’exprimer dans la rue, souvent, haut et fort, et en nombre. Et de se réunir continuellement pour débattre et s’occuper de ce qui les regarde.
      (Voir la différence entre les estimations de la police et celles des organisateurs lors des manifestations…)

        +2

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 04.01.2023 à 10h53

    Mais leur systeme est bien rodé , les etudiants endettés n’ont souvent pas d’autres choix que l’armée pour se désendetter , ou la clochardisation , ou le crime .L’état fédéral américain qui permet aux bourgeois de garder leur pouvoir de maniere outrancière , désinvolte et meurtriere , est bien en place .Le seul choix , la dissolution de l’état fédéral .Comme quoi c’est pas gagné. Et c’est exactement ce qu’ils veulent installer en europe , ne les laissons pas faire .

      +8

    Alerter
  • petitjean // 04.01.2023 à 11h09

    ce que veut « l’opinion » n’a aucune importance ! Et le peuple américain est d’une extraordinaire ignorance sur les affaires du monde. Il subit lui aussi une intense propagande.

    l’état profond américain veut la guerre. La guerre contre tout ce qui s’oppose à son emprise sur le monde. Que font les USA en Europe ? Que font les américains en Europe centrale ? Que font les USA au Moyen Orient ? Que font les USA en mer de Chine ?
    Le budget de la guerre américain est supérieur à la somme de tous les budgets militaires des pays de la planète !
    Mille bases militaires dans le monde ! Pourquoi faire ?

    Que disent les millions de victimes de la politique étrangère des USA ?

    La paix sur terre ? Quand ce pays de malade sera rayé de la carte !!……………….

      +21

    Alerter
  • yann // 04.01.2023 à 16h30

    Avant de se prononcer pour/contre, il serait bon de clarifier les definitions :
    – Est-ce que faire sauter Nord Stream , ça compte comme un engagement militaire ?

      +8

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 05.01.2023 à 13h41

      Depuis le « plus jamais ça » décrété après la seconde guerre mondiale dévastatrice, les guerres d’invasion ont pris la forme « d’opérations spéciales » commerciales(acquisitions de « parts de Marché » favorisées par des « besoins impérieux » soigneusement fabriqués) et de manipulation de l’opinion publique.

        +1

      Alerter
  • Dominique 65 // 05.01.2023 à 17h36

    Bonne question. Et on peut s’en poser d’autres du même type. Par exemple, la guerre économique. Je lisais hier un article sur le système d’exploitation que Huawei met en place suite aux sanctions des États-Unis. Mais il n’y a pas de sanctions, car il n’y a rien à sanctionner. Ce n’est juste qu’une guerre protectioniste, donc isoliationiste, à sa façon. Bien sûr, ce n’est pas présenté comme ça.

      +1

    Alerter
  • Guy Gadebois // 07.01.2023 à 09h30

    En résumé c’est ce font les US en Ukraine.
    Pas de déploiement de troupes, utilisation les outils de la diplomatie et du développement avec ce pays, et surtout respect de sa souveraineté.

      +2

    Alerter
  • scc // 07.01.2023 à 18h12

    Oui,
    Un peut comme en 53 en Iran. Pas de déploiement de troupes, diplomatie etc.
    Et respect de sa souveraineté bien sûr.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications