Les Crises Les Crises
8.octobre.20188.10.2018 // Les Crises

Merci à Maurice Audin, assassiné en juin 1957 en Algérie. Par Robert Charvin

Merci 72
J'envoie

Source : Robert Charvin, 17-09-2018

La guerre d’Algérie a été une grande école politique pour toute une génération. Pour les « appelés » de l’armée française que l’on associait au « sale boulot », comme les « corvées de bois », lorsqu’on exécutait des prisonniers algériens ; celles des étudiants « sursitaires », menacés d’être expédiés en zone de guerre s’ils étaient fichés comme anticolonialistes ; celles des citoyens qui ont découvert le sort réservé aux peuples du Sud lorsqu’ils contestaient leur subordination à des métropoles sans scrupules.

A tous, cette sale guerre, qui aurait pu être évitée par la négociation, a permis d’apprendre très vite ce qu’une « démocratie » est capable de faire par-delà ses discours libéraux ; ce qu’est le racisme, particulièrement anti-arabe, dans une République qui pourtant depuis plus d’un siècle administrait des populations arabo-musulmanes en Afrique du Nord et prétendait diffuser dans le monde entier un message d’humanité ; cette guerre a enseigné aussi qu’une fraction de l’armée, douze ans seulement après le combat contre le nazisme, était susceptible d’user de la torture et de massacrer sans discriminations pour servir la cause coloniale, tout comme l’armée du Chili en 1973 contre les communistes et leurs alliés. On a appris qu’une masse de citoyens apathiques pouvait tout tolérer sans protester ou même chercher à ignorer. Cette longue guerre (qualifiée « d’opération de police et de pacification ») nous a enseigné aussi, survenant après le massacre de Sétif en 1945, véritable début de la guerre d’Algérie, que les politiciens de droite (et pas seulement de la droite extrême) et les prétendus « socialistes » (à l’époque de la SFIO dont le secrétaire général était Guy Mollet, premier ministre en 1956-1957, avant de céder la place au Radical Bourgès-Maunoury et aux Socialistes Lacoste et Max Lejeune) ne craignaient pas les mensonges d’État : au nom du rétablissement de la paix. Les trois ministres ont autorisé l’emploi de la torture dans la recherche du renseignement. Les Ordonnances du 8 octobre 1958, 12 février 1960 ont en effet supprimé la plupart des droits protecteurs des justiciables en Algérie pour offrir à la police et à l’armée toutes facilités pour pratiquer « légalement » la torture et favoriser les « disparitions ».

Combien de magistrats aussi se sont faits complices du « système », selon la qualification du Président Macron dans les procès concernant par exemple Djamila Bouhired, Badech Ben Hamdi, Henri Alleg, sans compter les 3.000 Algériens « disparus » durant la seule « Bataille d’Alger ».

Combien de professeurs de droit n’ont pas osé se prononcer sur les pratiques scandaleuses utilisées durant cette guerre, souvent préoccupés davantage du maintien de l’ « Algérie Française » que des droits de l’Homme dont beaucoup feront quelques années plus tard leur fond de commerce !

Quels sont les partis politiques, à l’exception des communistes et de quelques petits groupes d’extrême-gauche, qui ont manifesté leur opposition à cette guerre et appelé à la paix et à l’indépendance de l’Algérie ?

La démarche du Président Macron auprès de Madame Audin, 61 ans après l’assassinat de son mari (par les Paras du 1er RCP en juin 1957), jeune assistant de mathématiques à la Faculté des Sciences d’Alger et membre du parti communiste algérien, reconnaît la responsabilité de l’État français. Elle a le mérite de raviver notre mémoire et peut-être au delà du geste politique symbolique de rappeler une leçon fondamentale : les détenteurs du pouvoir, quels qu’ils soient, commis de l’élite du moment, se croient tout permis, y compris s’il le faut d’éliminer par la violence (soit par les forces régulières de l’ordre soit par des officines et autres milices parallèles) ceux qui les dérangent un peu trop.

Le terme « système », appliqué à la répression en Algérie, engage avant tout les responsables politiques de l’époque. C’est une avancée. Il manque cependant à la parole du Président de la République toute référence aux autres militants français victimes à titres divers de cette guerre et aux milliers d’Algériens anonymes victimes du combat pour l’indépendance de leur pays.

Applaudir le Chef de l’État semble suffire aux grands médias. Ils oublient le combat permanent du Comité Audin, constitué dès novembre 1957, autour de l’épouse de Maurice Audin fait docteur es-sciences in abstentia par la suite, qui n’a pas cessé de réclamer la vérité, sans bénéficier des TV et des journalistes de la grande presse écrite durant plus d’un demi-siècle1.

Ils négligent les quelques avocats courageux français et algériens, comme Maîtres Jacques Vergès, Bentoumi, Oussedik, Zavrian, Nicole Dreyfus, Roland Dumas, etc. qui dénonçaient la torture subie par leurs clients et les exécutions sommaires comme crimes de guerre.

Ils oublient aussi le témoignage d’Henri Alleg, ancien directeur d’Alger Républicain, communiste, torturé, auteur de La Question, assimilé à un « terroriste » par des militaires tortionnaires démontrant qu’il tel qualificatif pourrait servir demain en cas de crise sociale grave contre des citoyens n’ayant rien à voir avec la violence du fascisme islamiste !

Ils ne se souviennent plus que pour Maurice Audin, comme pour Henri Alleg et tous les autres, les organismes de contrôle de la légalité et de protection des libertés n’ont pas fonctionné, comme par exemple la Commission de Sauvegarde des Droits et Libertés individuels.

Merci donc à Maurice Audin, comme à Henri Alleg de nous avoir appris, alors que nous étions encore étudiants, ce qu’il en était des lâches indifférents, de la violence imbécile, de la soldatesque sans principe, des différentes droites, des pseudo-socialistes, des discours humanistes sans portée, de la nature de la colonisation raciste et de la domination, dont on voit la renaissance en Europe et aux États-Unis ces dernières années.

Merci enfin au Président Macron, dont les sondages au plus bas le poussent à une plus grande prise en compte et à plus d’élégance politique vis-à-vis des plus faibles !

Le 15 septembre 2018.

Robert CHARVIN

1Voir, par exemple, Comité Audin. Sans commentaire. Éditions de Minuit. 1961.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 08.10.2018 à 06h56

“Merci enfin au Président Macron, dont les sondages au plus bas le poussent à une plus grande prise en compte et à plus d’élégance politique vis-à-vis des plus faibles !”
C’est ça va. Hémiplégie quand tu nous tiens. Il faut arrêter de se regarder le nombril et de tout voir à l’aune et de ce que vous avez vécu Mr Charvin.
La guerre d’Algérie est ter-mi-née. (Sauf en Algerie où une nomenclature en vit encore au dépend du peuple). Terminee (sauf à considérer que la guerre de cent ans n’est pas terminée (mais alors celle de succession d’Espagne non plus, etc…)). D’autres guerres ont eu lieu depuis et d’autres guerres ont lieu maintenant même qui expliquent notre monde contemporain. L’immense majorité de la population actuelle du bassin méditerranéen n’a pas pas connu la guerre d’Algérie. On lui a simplement jeté à la face la mémoire politiquement réécrite du moment.
Pour savoir ce dont des démocraties sont capables nous pouvons simplement regarder comment certains de nos hiérarques se sont accomodés du traffic d’organes de prisonniers il y a très très tres peu de temps en Europe. Les responsables sont encore en vie.
Assez de mémoire sélective assez d’instrumentalisation! Avec tout le respect que l’on peut avoir pour la mémoire de Maurice Audin de très nombreux autres ni merci à Mr Charvin ni merci à Macron.

56 réactions et commentaires

  • Pierre D // 08.10.2018 à 06h34

    C’est vrai que cette guerre a commencé à Sétif en 1945 (et peut-être même à Brazzaville en 1944), mais il est tout aussi vrai qu’elle s’est terminée à Oran en 1962… de De Gaulle à De Gaulle… 17 ans de réflexion. “Le naufrage d’une vieillesse”.

    Pas merci à De Gaulle.

      +4

    Alerter
    • xc // 08.10.2018 à 07h42

      Entre deux De Gaulle, il y a eu du monde qui pouvait y mettre un terme.

        +7

      Alerter
      • Pierre D // 08.10.2018 à 12h03

        Les faits montrent qu’ils ne pouvaient pas.

        Extrait du discours de Brazzaville où De Gaule selon son habitude “laisse entendre” plutôt qu’il ne dit… et en réalité allume une mèche que lui seul pourra éteindre avec les mêmes procédés au détriment d’autres:

        “Nous croyons que, pour ce qui concerne la vie du monde de demain, l’autarcie ne serait, pour personne, ni souhaitable, ni même possible. Nous croyons, en particulier, qu’au point de vue du développement des ressources et des grandes communications, le continent africain doit constituer, dans une large mesure, un tout. Mais, en Afrique française, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu a peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi.”

        http://mjp.univ-perp.fr/textes/degaulle30011944.htm

        Audin fait parti de ceux qui ont voulu y croire.

          +2

        Alerter
        • Paul Atreide // 08.10.2018 à 13h05

          ouais enfin la mèche était déjà bien entamé si vous voulez mon avis, ce n’était qu’une question de temps avec les peuples colonisé entre en rébellion, et intenable pour la france qui prétendait défendre les droit humain en les bafouant au même moment,

          mon avis est que vous voulez dépeindre de gaulle comme un villain manipulateur qui a prévu sur 15 ans son retour au pouvoir grâce à la porté d’un discours parce que forcément la france n’aurait pas le choix.

          tout aurait pu évoluer autrement, sans qu’il ne s’y attende, donc personnellement j’ai du mal à voir un plan si machiavélique sur 13 années, trop de facteur sont en jeux. Pour moi son discours montre qu’il est peut être temps d’arrêter de pourrir la vie des autres et leur rendre légitiment leur terre, je veux dire la france venait récupérer ses terres, elle a senti c’est quoi d’être déposséder de sa souveraineté, et de son indépendance, donc il me parait naturel que De Gaulle adopte ce discours, les anglais en revanche ne l’ont pas adopté on leur a forcé la main, mais oui les messieurs savent pas c’est quoi d’être coloniser.

            +3

          Alerter
          • Pierre D // 08.10.2018 à 13h13

            La mèche ce n’est pas la colonisation, c’est l’allusion à sa fin à Brazza enterrée à Sétif, une fois les bat’ d’af rentrés dans les mechtas, enfin… les survivants.

            La mèche de fin fut “je vous ai compris!”.

              +0

            Alerter
      • Paul Atreide // 08.10.2018 à 12h59

        bah oui parce que la 4ème république a plus gérer cela que De gaulle qui revient en 58, donc c’est injuste de lui faire porter le chapeau, quand à sétif j’ignore sa responsabilité dans cette histoire, n’est ce pas les gouverneur locaux qui ont prit l’initiative?

          +2

        Alerter
  • Ludovic // 08.10.2018 à 06h53

    L’Indochine a été plus terrible encore, et pourtant cette autre sale guerre ne provoque pas toutes ces polémiques stériles, pourquoi?

      +12

    Alerter
    • riton // 08.10.2018 à 09h17

      Car, peut-être, dans cette guerre il n’y avait que des militaires volontaires, pas d’appelés…

        +4

      Alerter
    • Samaritain // 08.10.2018 à 10h42

      Je déteste faire la comptabilité macabre, mais sachez que le nombre des victimes de la guerre d’Algérie est de 1.500.000 martyrs.

        +0

      Alerter
      • Ludovic // 08.10.2018 à 16h38

        Nombre démenti par toutes les études démographiques un peu sérieuses : cf Charles-Robert Ageron, Xavier Yacono, Kamel Kateb, Guy Pervillé…

          +4

        Alerter
    • Christian Gedeon // 08.10.2018 à 10h57

      Parce que les indochinois de France sont parfaitement intégrés de leur propre volonté en dépit de tout ce qu’ils pourraient reprocher à la France. Juste pour mémoire l’Algerie en tant que nation et pays physique n’existait pas avant qu’elle ne soit conquise pour mettre fin aux activités des corsaires barbaresques sous autorité du Dey d’Alger et de la Sublime Porte. Ce qui est con avec la verite historique c’est que c’est la vérité historique.

        +12

      Alerter
  • Alfred // 08.10.2018 à 06h56

    “Merci enfin au Président Macron, dont les sondages au plus bas le poussent à une plus grande prise en compte et à plus d’élégance politique vis-à-vis des plus faibles !”
    C’est ça va. Hémiplégie quand tu nous tiens. Il faut arrêter de se regarder le nombril et de tout voir à l’aune et de ce que vous avez vécu Mr Charvin.
    La guerre d’Algérie est ter-mi-née. (Sauf en Algerie où une nomenclature en vit encore au dépend du peuple). Terminee (sauf à considérer que la guerre de cent ans n’est pas terminée (mais alors celle de succession d’Espagne non plus, etc…)). D’autres guerres ont eu lieu depuis et d’autres guerres ont lieu maintenant même qui expliquent notre monde contemporain. L’immense majorité de la population actuelle du bassin méditerranéen n’a pas pas connu la guerre d’Algérie. On lui a simplement jeté à la face la mémoire politiquement réécrite du moment.
    Pour savoir ce dont des démocraties sont capables nous pouvons simplement regarder comment certains de nos hiérarques se sont accomodés du traffic d’organes de prisonniers il y a très très tres peu de temps en Europe. Les responsables sont encore en vie.
    Assez de mémoire sélective assez d’instrumentalisation! Avec tout le respect que l’on peut avoir pour la mémoire de Maurice Audin de très nombreux autres ni merci à Mr Charvin ni merci à Macron.

      +42

    Alerter
  • gracques // 08.10.2018 à 06h59

    Merci à l’auteur de nous rappeler les’conséquences de nos’lâchetés , le pire des régimes politiques s’appuis toujours sur de hautes valeurs morales et commence à traiter en ennemi , celui qui dans’une démocratie est un adversaire.

      +14

    Alerter
    • Alfred // 08.10.2018 à 07h08

      On ne peut qu’être d’accord avec vous sur ce point. “et commence à traiter en ennemi , celui qui dans’une démocratie est un adversaire.” Et que voit on ici et maintenant ? Ne voit on pas quotidiennement des adversaires repeints en ennemis? Ici et maintenant ?

        +12

      Alerter
  • Thaijef // 08.10.2018 à 07h33

    Et merci aux gentils Vietcongs qui ont joyeusement assassiné des villages entiers, ont fait mourir des milliers de prisonniers après DIEN BIEN PHU
    Et merci au gentil sadique Bourdarel qui assouvissait ses penchants à la torture sur les prisonniers Français….
    Et merci aux gentils fellaghas qui égorgeaient, clouaient sur les portes, émasculaient des pauvres paysans Français (qui avaient seulement développé ce pays), puis assassiné des dizaines de milliers de Harkis …
    Et merci à nos gentils CGTistes patriotes qui jetaient à terre les brancards de blessés de guerre à leur arrivée à Marseille…
    Alors vous pouvez être “charviniste”, cela ne vous empêche pas d’étudier l’HISTOIRE

      +35

    Alerter
    • chr bernard // 08.10.2018 à 09h45

      .. assez d’accord avec vous Thaijef : la “repentance” est une amputation de la pensée.

        +18

      Alerter
      • P’tetbenkwui // 08.10.2018 à 10h22

        Exact. La “repentance” sauce sensiblerie c’est aussi un fonds de commerce élastique dont se gavent exécutifs et médias associés.
        Alors non, certainement pas “merci” . Ça me file la nausée …

          +15

        Alerter
    • René Fabri // 08.10.2018 à 11h27

      Vous écrivez mieux que je ne voulais le faire, Thaijef. Merci d”avoir rappelé qu’il y a eu des horreurs de tous les côtés.

        +8

      Alerter
    • Nad // 09.10.2018 à 22h12

      “…des pauvres paysans Français (qui avaient seulement développé ce pays)…” ho ho combien de fois ai-je entendu cette litanie depuis mon plus jeune âge, venant de gens de peu de foi et n’ayant que peu étudié l’Histoire !!!
      À croire que toute l’agriculture française se trouvait en Algérie à suer sang et eau pour bêcher, biner, labourer, travailler la terre comme serfs en terrain féodal !
      À qui espérez-vous encore faire croire que la colonisation fut un bienfait ?! J’en rirais si ce n’était encore sans conséquences…

        +1

      Alerter
  • Schoen // 08.10.2018 à 07h36

    Les Crises versent dans la repentance mémorielle, dommage…
    Bel article quasiment manichéen, tout en nuances…

      +12

    Alerter
  • Charles de // 08.10.2018 à 07h47

    Vous citez à juste titre pas mal de noms. Dommage que vous ayez “oublié” celui de MITTERRAND ministre de l’intérieur en 1954 qui envoya les CRS, puis ministre de la justice avec ses pleins pouvoirs en février 1956.

      +20

    Alerter
  • LBSSO // 08.10.2018 à 08h14

    La fable de Robert Charvin

    “Quels sont les partis politiques, à l’exception des communistes et de quelques petits groupes d’extrême-gauche, qui ont manifesté leur opposition à cette guerre et appelé à la paix et à l’indépendance de l’Algérie ?”

    Le Parti Communiste français sur cette question de la décolonisation en Algérie n’a pas eu une attitude aussi nette que le sous-entend ce paragraphe.
    Quelques faits parmi d’autres:
    -1936 : Le PCF adhère au projet Blum-Violette visant à naturaliser 20/25 000 Algériens dont le but était d’attacher les élites algériennes à la France coloniale par le droit de vote.
    -1945 : mai , Guelma et Sétif .
    L’humanité, qualifiant de fascistes ou d’hitlériens les manifestants qui refusaient de plier le drapeau algérien ,écrit : « A Sétif, attentat fasciste le jour de la victoire ». Puis : « des éléments troubles d’inspiration hitlérienne se sont livrés à Sétif à une agression armée contre la population qui fêtait la capitulation hitlérienne ». L’Humanité du 12 mai : « les instruments criminels de la grosse colonisation sont le MTLD et le PPA et ses chefs, tels Messali et les mouchards à sa solde, qui, lorsque la France était sous la domination nazie, n’ont rien dit et rien fait et qui, maintenant, réclament l’indépendance. Ce qu’il faut, c’est châtier impitoyablement les organisateurs des troubles. »
    -1954 : des attentats simultanés commis en Algérie par le FLN lance la guerre pour l’indépendance.
    M Thorez propose « un gouvernement qui appliquera les solutions de négociations et de conciliation en Afrique et travaillera à créer une véritable Union française ». Cette « union », « véritable » correspond-elle à l’indépendance revendiquée ? Bref,on pourrait continuer.
    Si E Macron se façonne une image à bon compte ,il n’est pas le seul. L’attitude du PCF a été tout de même un peu plus complexe monsieur Charvin.

      +17

    Alerter
    • Sandrine // 08.10.2018 à 10h56

      Merci pour cette mise en perspective. Comme quoi, ceux qui ont brûlé Jeanne d’arc pour mieux la canoniser ensuite ont toujours des émules – et c’est pas un compliment pour Macron…

        +3

      Alerter
    • Djebel // 08.10.2018 à 12h20

      Sans oublier également que les “pouvoirs spéciaux” réclamés par Guy Mollet, qui ont eu pour conséquences : l’intensification de la guerre, ont été votés par une très très large majorité des députés et entre autres par les députés communistes.
      Les positions officielles du PCF pendant cette période ont été très ambigües.
      Mais pour rendre à César ce qui est à…, des militants communistes à titre individuel, dont certains ont du (ou ont été obligés de) démissionner du parti, ont eu le courage de soutenir la cause. Certains ont été des “porteurs de valise”, d’autres ont refusé d’intégrer le contingent.

        +9

      Alerter
      • Nad // 09.10.2018 à 22h23

        Pour les appelés, s’ils refusaient d’obtempérer, c’était la case cimetière ! Comme dans toutes les guerres. Quand parlera-t-on enfin des objecteurs qui devenaient clandestins ou des mises au trou de ceux que cette encore sale guerre éveillait en conscience ?!

          +0

        Alerter
    • zorba // 09.10.2018 à 16h38

      Sur les plateaux de la balance, depuis sa creation en 1920, le Pcf a été largement plus anticolonialiste que colonialiste, et que tous les autres partis réunis. Voir dès ses débuts, son positionnement sur la “guerre du Riff” au Maroc, par exemple.

        +3

      Alerter
      • LBSSO // 09.10.2018 à 20h13

        Vous avez raison de rappeler la guerre du Riff.
        Il faudrait alors revenir sur l’évolution du PC dans la seconde partie des années 30 (et de ses relations avec le Komintern) pour comprendre son évolution sur le colonialisme.

          +1

        Alerter
  • RGT // 08.10.2018 à 08h21

    Vous croyez que l’hypocrisie de la guerre d’Algérie est terminée et que Micron a fait son mea-culpa?

    Alors pourquoi se permet-il, au nom “du Peuple Français” d’aller bombarder la Syrie suite à un dépassement de “ligne rouge” qui n’a jamais été formellement prouvé (et qui, s’il avait été réel, aurait été une connerie sans nom de la part de l’armée syrienne).

    Pourquoi ferme-t-il sa gueule sur les exactions de l’Arabie Saoudite au Yémen ?

    Et tout le reste aussi d’ailleurs… Entre autres les actions de l’armée française en Afrique qui n’agit QUE pour défendre les intérêts d’Areva ou de Bolloré.

    Juste une posture mensongère de plus qui démontre que TOUS nos dirigeants ont une “morale” à géométrie variable.

    Un politicien navigue à vue pour préserver sa carrière et ses propres intérêts.
    L’intérêt de la nation et de la population il s’en fout comme de son premier mensonge.

    Et dire que ces sales types se retrouvent protégés contre toute poursuite et peuvent ainsi commettre les actes les plus barbares sans avoir à en répondre devant quiconque.

    C’est ça la “démocratie”.

    Et Zupiter reste bien ancré dans cette tradition, en se contentant de dénoncer les actes de ses prédécesseurs disparus mais en faisant assumer l’intégralité de la responsabilité à la population qui était elle aussi victime de ces actes odieux.

    Finalement, depuis l’aube de l’humanité rien n’a changé au niveau des gouvernants : Fête du slip pour les uns et contrition pour les autres.
    Tant que ce sont les “gueux” qui sont accusés et qui doivent payer l’addition ça n’a aucune importance.

      +32

    Alerter
  • Catalina // 08.10.2018 à 08h27

    ” Elle a le mérite de raviver notre mémoire et peut-être au delà du geste politique symbolique de rappeler une leçon fondamentale : les détenteurs du pouvoir, quels qu’ils soient, commis de l’élite du moment, se croient tout permis, y compris s’il le faut d’éliminer par la violence (soit par les forces régulières de l’ordre soit par des officines et autres milices parallèles) ceux qui les dérangent un peu trop.”
    EUH ??? alors le manu y s’est planté grave car je ne pense pas qu’il ai fait ça pour ça, alors, pourquoi l’a t-il fait ?
    Soyons logique, il va pas dire aux Français qu’il se croit tout permis (ça se voit), qu’il utilise la violence ( benalla et propos méprisants), d’éliminer ceux qui le dérangent, (disinfotruc)
    Bref.

      +5

    Alerter
  • affreuxjojo // 08.10.2018 à 08h55

    Monsieur Charvin, il faudra me citer l’armée qui, en guerre, se comporte en chevaliers blancs. Peut-être celle qui avait les faveurs de monsieur Audin?
    3000 algériens disparus pendant la bataille d’Alger? Ce n’est pas cher payé pour une victoire totale contre un terrorisme qui visait surtout les civils..
    J’étais môme à l’époque en Algérie, et nous étions fiers de notre armée qui nous protégeait.

      +10

    Alerter
    • Nad // 09.10.2018 à 22h34

      Fiers… ? Justement parce que vous étiez mômes ! Mais vous avez un peu vieilli. Peut-être mûri ? C’est souhaitable !

        +1

      Alerter
  • Duracuir // 08.10.2018 à 09h03

    Juin 57….
    C’était qui le premier ministre? de quel obédience? Guy Mollet non? Socialiste non?
    Et qui c’était le ministre qui a donné la légalité aux paras d”enlever, de détenir, de torturer puis d’assassiner Audin, et quelques milliers d’autres? Mitterrand non?
    Alors que ceux qui se réclame de ce sinistre décoré de la Francisque, et prétendent chasser les fantômes fasciste dans tout ce qui n’est pas bienpensant, devraient commencer à balayer devant la porte de leur mémoire.
    Car il est clair qu’on sent chez eux, la totale capacité, comme leur adulé modèle, de déclencher dés demain, les horreurs de la bête d’état contre tout ce qu’ils trouvent déviant.

      +11

    Alerter
  • William // 08.10.2018 à 09h09

    Je ne suis pas à l aise du tout pour considérer que seule la France est responsable des exactions en Algérie. Il y a eu de nombreux tueurs au FNL aussi. C est 50.50 ! Où sont les 50 autres % ? Jamais entendu parler !
    Vous avez dit bizarre ?

      +18

    Alerter
    • christian gedeon // 08.10.2018 à 11h42

      Oh oui très bizarre vous l’avez dit…paix à l’âme de Naudin,homme courageux,engagé politique….mais pour ce qui me concerne,et je pèse mes mots,traître et complice des égorgeurs du FLN… voilà,c’est dit. Désolé pour la famille à la quelle je présente les excuses. Des milliers de français ont disparu corps et biens après l’indépendance et avant. Des dizaines de mielliers de harkis ont été massacrés dans des conditions absolument abominables…alors,ils ne comptent pour rien? çà suffit comme çà…le général s’est fait avoir par beaucoup plus futés que lui…et sa signature des accords d’Evian,malgré toute l’admiration que je lui porte, a été pire qu’un crime,une faute,que nous payons encore aujourd’hui…Naudin ,mort pour le FLN,ok,pourquoi pas? Mais les autres,ils sont quoi? de la merde?

        +14

      Alerter
      • RGT // 09.10.2018 à 20h43

        Les allemands pourraient aussi traîner dans la boue les opposants des nazis qui s’étaient prononcés pour les “terroristes” européens qui souhaitaient libérer leurs pays…

        Oh non, surtout pas !!!

        Le gouvernement nazi était… Nazi : Raciste, suprémaciste, considérant les autres peuples comme des sous-hommes juste bons à servir d’esclaves pour la race supérieure !!!
        Et les nazis pensaient sincèrement qu’ils venaient libérer les peuples de l’oppression de leurs gouvernements corrompus afin d’améliorer leurs conditions de vie.

        Au fait, qu’ont fait les politicards français et les opportunistes en envahissant des pays qui ne nous avaient rien fait ???

        Ben la même chose que les nazis, avec des idéaux “humanistes” mensongers strictement identiques.

        Quant au STO, les colons français avaient aussi pour tradition de faire “suer le burnous” aux autochtones.

        Dans les colonies françaises il y avait aussi des “collaborateurs” autochtones qui ont profité des “bienfaits” des envahisseurs pour arrondir leurs fins de mois.
        Le gouvernement français ne les a pas trop aidés lors de l’indépendance, mais les nazis ont-ils protégé les collabos gaulois de la colère de leurs concitoyens ? Pas franchement non plus…
        Et c’est “normal” d’ailleurs, les envahisseurs ayant souvent beaucoup plus de mépris pour leurs “alliés volontaires” que pour ceux qui refusent de trahir leurs semblables.

        Certes, c’est dramatique pour les anciens colons qui se sont retrouvés sans rien du jour au lendemain, mais c’est malheureusement le risque que l’on prend quand on vient s’installer sur des terres qui ont été volées à leurs propriétaires légitimes.

        Et quant Israël devra restituer les territoires conquis par la force à ses voisins, je pense qu’il va y avoir de sérieux grincements de dents parmi les colons et que l’OAS passera alors comme une amicale d’agneaux bêlants participant à la Gay Pride.

        La colonisation n’est pas une émanation populaire.
        C’est juste une stratégie de quelques politicards bien pourris pour faire monter leur cote de popularité (en se prenant une petite commission au passage) et surtout elle profite aux oligarques qui se partagent les fruits de la rapine en vendant à des crétins les “terres conquises” qui ne leur appartiennent pas.

        Et quand ça tourne au vinaigre, c’est la population du pays conquérant qui paye l’addition, même si elle ne le souhaitait pas ou qu’elle ignorait les vraies motivation de ses dirigeants.

        Caviar pour les uns, salades pourries pour les autres…

          +1

        Alerter
        • GenevièveM // 11.10.2018 à 13h47

          En complément des excellents commentaires de “RGT”(20h43)
          Je recommande “l’excellent livre ” d’Olivier Le Cour Grandmaison”
          “DE L’INDIGENAT” anatomie d’un monstre juridique. Le droit colonial en
          Algérie et dans l’Empire Français…
          Oh, les gentils colons……! Mon cousin germain…. a été envoyé faire la guerre…en Algérie…..Avec d’autres soldats ils protégeaient des propriétés ..nuits et jours….. et vous savez quoi ???? quand ils demandaient un verre d’eau …. on leur faisait payer….(Il n’a jamais oublié)

            +1

          Alerter
  • les grands arbres // 08.10.2018 à 11h04

    Ce texte est très bien sur le papier, mais ne resiste pas à la confrontation avec le terrain.

    Outre que la guerre est terminée, l’auteur ne se demande pas pourquoi Mme veuve Audin habite en France, ce pays colonialiste et tortureur.

    La réponse, c’est que si elle était restée en Algérie, elle serait morte, torturée par le FLN.
    La France, bonne fille, a pardonné à Mme Audin son parti-pris, qui par son adhésion au PCA, avait choisie l’Algérie (à moins que se soit Moscou) et qui n’a pas assumé son choix le moment critique venue

    Ce papier oublie tellement de choses, de la colonisation arabe de l’Agérie puis ottomane puis française, du massacre des harkis au massacre des européens (la valise ou le cerceuil), du rôle de l’islam dans cette soit disant émancipation du peuple algérien, pour appliquer abtraitement de beaux principes, et fermant les yeux sur tout ce qui collent pas la vision épurée de l’auteur

      +12

    Alerter
    • Alfred // 09.10.2018 à 09h13

      Je trouve que votre commentaire est le meilleur. Effectivement où madame Audin vit elle, c’est la question qui résume tout. Et pourquoi, cinq fois pourquoi? Vous avez tout rappelé et résumé. Rien à redire.

        +0

      Alerter
    • Nad // 09.10.2018 à 23h01

      C’est quoi cette haine ? D’où vient ce mépris ? La liberté de Josette Audin vous dérange semble-t-il ! Et son combat pour son mari aussi ! Et le fait que ce mathématicien ait été communiste encore plus apparemment !
      La tâche est rude pour ceux qui veulent aborder pacifiquement les choses, même après 60 ans, soit deux générations. Heureusement c’est à présent l’Histoire, et on peut en parler librement, ne vous en déplaise, mesdames et messieurs les partisans de l’Algérie française !

        +1

      Alerter
      • Alfred // 10.10.2018 à 15h03

        Ou est la haine? La question est où madame Audin vit elle. Et pourquoi ??
        Combien de progressistes non musulmans sont restés en Algérie : un petit nombre. Combien y sont encore (ou leur enfants): deux ou trois personnes… Pourquoi ?
        Une question peut elle être haineuse?
        (Je hais tellement les communistes que je préférerai qu’ils soient à 25 % à chaque élection. Comme quoi..)
        (Et l’Algérie est indépendante: tant mieux).
        (D’où vient votre colère ? De la pertinence de la question ?)

          +1

        Alerter
        • Djebel // 11.10.2018 à 13h51

          La haine suinte de ces logiciels qui refusent toute mise à jour.
          Effectivement Mme Josette Audin née Sempée vit en France mais elle n’a quitté l’Algérie qu’en 1965 (ou même en 1966) sans qu’elle ne fût “morte et torturer par le FLN” comme le dit le commentaire que vous trouvez “le meilleur”. Certes elle dit qu’elle se sentait indésirables mais jamais elle n’a parlé de la moindre menace. Voici ses propres mots si vous voulez des choses nuancées au lieu de ces commentaires à l’emporte-pièce : http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/4_29_25.pdf

          Un autre commentaire (d’un pape du commentaire) qui vaut son pesant de cacahouète “Des milliers de français ont disparu corps et biens après l’indépendance” sans source aucune. Faux et archi faux. En 1962 pas moins de 200000 “pieds noir” sont restés en Algérie (certains l’ont quitté des années plus tard, d’autres moins nombreux y vivent encore. Toujours pour les petites nuances ou les petites mises à jour :
          https://www.monde-diplomatique.fr/2008/05/DAUM/15870
          https://www.jeuneafrique.com/165664/societe/pieds-noirs-en-alg-rie-oui-il-tait-possible-de-rester/

            +0

          Alerter
          • Alfred // 11.10.2018 à 16h14

            Je vous remercie pour le partage de vos références. Je viens de les lire. “Elle se sentait indésirable” c’est elle qui le dit. “Elle n’a jamais été menacé” c’est vous qui le dites.
            Les pages “186 et 187 sont poignantes. Les autres textes en lien aussi.
            Mais on y lit souvent que si les relations interpersonnelles ont pu être bonne le pouvoir algérien a été clairement hostile envers les restants.
            L’autre commentaire que vous citez fait sans doute référence aux massacres d’Oran (une paille).
            “La haine suinte de ces logiciels qui refusent toute mise à jour.” Ça c’est sur. Vous ne croyez pas si bien dire. Regardez autour de vous.Il n’y a pas besoin de se tourner vers le passé pour la voir, hélas.
            Honnetement je me fous de l’algérie et des pieds noirs mais je suis fatigué et des uns (la colonisation positive et autre conneries) et des autres (les agneaux de l’indépendance dans l’amour).
            Et ceci est du passé. Les problèmes acutels ne viennent pas de la guerre d’algérie mais de ce qui est advenu ensuite (les années 70 à 90) à mon avis. IL est beaucoup plus facile de gloser sur le racisme des pieds noir (qui était réel) que sur la politique d’arabisation comme on l’a appelé, sur la manne de la sonatrach ou sur le fis.

              +0

            Alerter
  • Francesc Pougault // 08.10.2018 à 11h26

    le 31 janvier 1830, le grand démocrate Charles 10 a ordonné la colonisation de l’Algérie pour éviter de payer à ce pays le blé fourni à la France impérialiste des guerres napoléoniennes dans toute l’Europe. Entre autres grands libéraux par la suite, l’immense humaniste Tocqueville déclarait qu’il fallait ravager le pays; entre 1830 et 1870, la population kabyle et arabe a diminué de près de 70% du fait des actions de la glorieuse armée française.
    La seconde guerre d’Algérie fut une conséquence de la colonisation.
    Est-il besoin de rappeler les tartuffes renvoyant dos à dos les résistants anti-nazis et les miliciens et SS?
    Même type de constat pour le Vietnam; l’agresseur, c’est le colonisateur, pas le colonisé.

      +8

    Alerter
    • Georges // 08.10.2018 à 15h13

      @ Francesc Pougault

      Merci bien pour ce petit commentaire salutaire, je commençais à avoir des nausées à lire les précédents, comme s’il y avait eu une attaque en règle contre le site les-crises.

      “L’agresseur, c’est le colonisateur, pas le colonisé”. Evidemment, et c’est triste qu’il faille le rappeler.

      De même, la guerre n’est vraiment finie que lorsque les différentes parties acceptent une analyse correcte qui comporte une auto-critique, comme le fait un peu E.Macron sur cet épisode (E.Macron que je n’aime pas défendre, mais si je dis que c’est mauvais parce que c’est lui…).

      A la fin du XXème siècle, le parlement français avait voulu (sous Chirac je pense, c’était un parlement de droite) faire passer un texte signalant “les bienfaits du colonialisme”. Il y avait eu une protestation vigoureuse de la part de l’Algérie et le texte n’était pas passé.

      Comme quoi, on croit que c’est fini mais tant qu’il n’y a pas des reconnaissances objectives (sans aller nécessairement jusqu’à des excuses), il reste un ressentiment et bien que la guerre soit finie stricto-sensu, elle travaille encore profondément dans les consciences, pour preuve certains commentaires sans distanciation malgré les soixantes années passées !!

      Ça me rappelle les visions révisionnistes de la guerre d’Espagne, des horreurs des deux côtés donc tous dans le même panier et circulez y a rien à voir.
      La guerre est finie, parlons d’autre chose (c’est à dire que ça refuse même, aux agressés perdants, la vérité de l’histoire, c’est donc encore une grande violence qui leur est faite, et donc ça peut encore recommencer ou continuer ailleurs, c’est d’ailleurs ce qui se passe).

        +3

      Alerter
      • Alfred // 08.10.2018 à 17h41

        C’est bien ce que je disais: la guerre de cent ans n’est toujours pas terminée car les anglais n’ont toujours pas fait leur auto-critique… Vous réalisez ce que vous dites?

          +4

        Alerter
        • Georges // 10.10.2018 à 14h52

          @Alfred

          Je suppose que le “vous réalisez ce que vous dîtes ?” me concerne, je fais tout du moins comme si.

          Je réalise parfaitement ce que je dis et votre analogie à l’emporte-pièce montre que vous avez compris à peu près ce que je voulais dire et donc vous assumez le fait que vous refusez aux agressés perdants la vérité de l’histoire, ça montre au passage de quel côté vous voulez vous situer.
          Mais je me cite, car votre analogie est biaisée :
          “…. mais tant qu’il n’y a pas des reconnaissances objectives….il reste un ressentiment ET BIEN QUE LA GUERRE SOIT FINIE stricto-sensu, elle travaille encore….dans les consciences….” (il est évident pour moi que les problèmes de la Catalogne ne peuvent pas être analysés sans faire référence à la guerre d’Espagne, pour expliquer la volonté et la conscience des personnes, en plus des événements récents des 20 dernières années).

          En fait, il suffirait qu’il y ait une bonne analyse honnête de la part des agresseurs pour les événements récents, en retour les agressés pourraient également proposer la leur, mais sans obligation, et ensuite les autres problèmes guerriers plus anciens seraient résolus automatiquement sans qu’on en parle ou si peu. Ça ferait bien évoluer les relations.

          Et vous confirmez mes conceptions, je me cite encore :”….certains commentaires sans distanciation malgré les soixantes années passées”.

            +1

          Alerter
          • Alfred // 10.10.2018 à 15h10

            Pour faire simple je pense que “au commencement était le verbe” et que le recassement fait perdurer les problèmes (au bénéfice de certains et avec l’appui de grands naïfs). Je me contrefiche de l’Algérie. Je constate juste que l’on nous travaille davantage sur l’Algérie que sur le Cameroun ou Madagascar. C’est extrêmement piteux et risible pour sur. Ce serait même une marque de racisme si ce n’était pas simplement le signe d’un abrutissement. Ce qui n’est pas sous les yeux n’existe pas dans les “consciences” (les émotions surtout). Bref..

              +0

            Alerter
      • RGT // 09.10.2018 à 21h03

        Si on pouvait foutre la paix aux autres peuples et les laisser vivre comme bon leur semble…

        J’ai sincèrement honte pour les POLITICARDS opportunistes qui ont envoyé la population de mon pays, CONTRE SON GRÉ (ou en la manipulant par des propos mensongers) dans des guerres d’oppression qui n’ont profité qu’à quelques oligarques.

        Par contre, en tant que simple citoyen de base je considère que TOUTES les personnes de la même classe sociale que la mienne n’ont STRICTEMENT AUCUNE RESPONSABILITÉ ET NE DOIVENT DONC RIEN ASSUMER concernant ces atrocités.

        Par contre, je suis convaincu que les descendants des profiteurs de ces guerres honteuses (coloniales et autres) devraient payer pour tous les désastres qu’ils ont causé.
        Et certains descendants ont actuellement largement les moyens d’indemniser les victimes car les fortunes accumulées par leurs ancêtres ne se sont pas “évaporées”…

        Mais bon, ce serait “injuste” car “antilibéral” : Il est strictement interdit par la morale libérale d’indemniser les victimes des arnaques sinon il n’y aurait plus de profit possible.

        Tant que “nos” dirigeants se contenteront de rejeter la responsabilité d’actes passés sur le dos de la population ils n’auront droit qu’à mon mépris.

        Si un jour l’un d’eux décide de s’en prendre aux véritables responsables et à leurs descendants (qui profitent toujours des biens mal acquis, ils n’ont pas à pleurer, si leurs ancêtres avaient été honnêtes ils auraient beaucoup moins) pour indemniser les victimes (françaises et étrangères) il aura droit à mon respect le plus total.

        C’est facile de faire des discours “expiatoires”, surtout quand celui qui le déclame n’assume personnellement rien du tout et que ceux qui doivent expier n’y sont strictement pour rien.

        Faux-culs, comme d’habitude.

          +1

        Alerter
        • Alfred // 10.10.2018 à 16h15

          C’est très bien vu. On nous bassine avec le blanchiment d’argent “à la main” dans les banques alors que le plus grand blanchiment se fait “à la machine” par héritage. Le gratin d’aujourd’hui n’est que la fange d’avant hier.

            +0

          Alerter
  • Louis Robert // 08.10.2018 à 13h02

    « … les sondages au plus bas… »?

    *

    Les « sondages au plus bas » n’ont jamais changé la nature de l’homme de Pouvoir.

      +2

    Alerter
  • sg // 08.10.2018 à 13h53

    C’était un équivalent de Jawad.
    Incapacité à concevoir qu’il y ait un ennemi, rétrospectivement ou dans le temps présent.
    Peut être que l’ONU devrait lancer des résolutions pour inciter à faire la guerre gentiment.
    J’aurais préféré que la France ne colonise jamais l’Algérie, mais…

    « Faire l’éducation du genre humain, c’est la mission de l’Europe.
    Chacun des peuples européens devra contribuer à cette sainte et grande œuvre dans la proportion de sa propre lumière […] Tous ne sont pas propres à tout.
    La France, par exemple, saura mal coloniser et n’y réussira qu’avec peine […] Chose étrange à dire et bien vraie pourtant, ce qui manque à la France en Alger, c’est un peu de barbarie. Les Turcs allaient plus vite, plus sûrement et plus loin ; ils savaient mieux couper des têtes.
    La première chose qui frappe le sauvage, ce n’est pas la raison, c’est la force.
    Ce qui manque à la France, l’Angleterre l’a ; la Russie également.
    […] L’enseignement des peuples a deux degrés, la colonisation et la civilisation. L’Angleterre et la Russie coloniseront le monde barbare ; la France civilisera le monde colonisé. »

    Victor Hugo

      +2

    Alerter
    • christian gedeon // 10.10.2018 à 14h21

      Quand l’Algérie a été colonisée,monsieur,l’Agérie n’existait tout simplement pas…une myriade de potenttas locaux,voilà ce qu’était ce que vous appelez l’Algérie de l’époque,dont l’essentiel vivait par la piraterie et le trafic d’êtres humains…çà vous dérange? dommage.parce que c’est la stricte vérité.

        +2

      Alerter
  • K // 09.10.2018 à 01h02

    “L’armée était susceptible d’user de la torture et de massacrer sans discriminations pour servir la cause coloniale, tout comme l’armée du Chili en 1973″…
    J’ai surement raté l’épisode des colonies chiliennes. Mais comme le faisait remarquer Soljenitsine, les milieux de gauche préferaient mettre en avant les quelques milliers de morts de Pinochet plutot que les 100 millions de morts en URSS à la même période. La mauvaise fois est plus forte que la réalité statistique.

    Et si ce militant communiste (qui aidait le FLN à tuer des Francais) est célebré par Macron, ce n’est pas par noblesse d’esprit mais avant tout pour séduire l’électorat magrebin. Macron prend systématiquement le parti de l’étranger. Sur le dossier Audin, Macron fait d’une pierre 2 coups : cela lui permet d’exprimer son rejet de l’Histoire de France, et en plus Il gagne Des voix !
    (les Gaulois et les lutheriens, la France responsable de crime contre l’humanité d’après lui, soumission à l’Allemagne, bradage des champions industriels à des interets Americans, et la liste est encore longue)

      +2

    Alerter
    • Frances Pougault // 09.10.2018 à 08h47

      100 millions!! pourquoi pas 1 milliard? c’est vrai les soviètiques qui sont morts contre le nazisme auraient mieux fait de laisser Hitler gagner la guerre.

        +4

      Alerter
    • Charles // 09.10.2018 à 09h26

      100 millions, ça fait plus d’une personnes sur 3 (la population est de 242 millions à l’époque). Et la population n’a cessé de croître. Alors qu’un quart ou un tiers du peuple aurait été tué, la population passe de 194 millions en 1940 à 242 millions en 1970 (avec un taux de natalité de 2,6 en 1950). Chiffres incohérents avec une baisse de 100 millions.

        +2

      Alerter
  • clauzip12 // 12.10.2018 à 00h48

    L’Algérie fut,comme beaucoup de colonies sujette à des violences extrêmes.
    Ces violences réalisées par les militaires,premiers occupants au nom de la France.
    De nombreux sévices eurent lieu en fonction des époques.je les énumères sans chronologie.
    Un grand “pacificateur “décida de supprimer toute la chefferie des territoires organisées en tribu enlevant toute l’organisation sociale pour la remplacer par l’organisation républicaine avec des fonctionnaires métropolitains à leur tête.
    Les chefs indigènes non résistants étaient placés dans la hiérarchie en position subalterne,les autres étaient exécutés.
    La France décida le peuplement avec des incitations.En effet peu de citoyens français accepterent de migrer vers cette terre inconnue du peuple.
    Vers 1900 des incitations dont la suivante furent mise en place:déplacement des populations agricoles vivant sur des terres arables.Cette migration eu pour effet de faire habiter des milliers d’indigènes en montagne ou sur des terres arides ,sans habitat ni nourriture.Il y eut famine et de très nombreux décès.
    Je lisais ,il y a qqs années le récit d’un pied noir,installé sur un site agricole,dont ses parents ou grands parents ,avaient disposé de terre inexploitées et que par conséquent ils n’avaient exproprié ou volé personne.
    S’agissant des actes de ses aïeux aucun vol effectivement ,les terres étaient affectéees par l’armée.Ces terres non cultivées depuis plusieurs années avaient effectivement l’aspect de la brousse.
    Pour conclure ,des le départ,avant 1930 avec des guérillas,l’Algérie fut une terre de violence qui se développa avec le racisme et vers 1945 avec le début de revendications d’indépendance.
    Ce pays,sans la colonisation se serait développé avantageusement.
    Actuellement une équipe de soudard détournent les revenus du pétrole qui s’épuisent.Des millions de jeunes formés n’ont qu’un espoir,traverser la méditerranée pour vivre normalement .Mais l’ancien colonisateur est lui même colonisé par la finance et les multinationales.L’espoir s’éloigne…jusqu’à ce que…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications