Les Crises Les Crises
17.octobre.201717.10.2017 // Les Crises

[Ministère de l’Intérieur] En 2016, les actes racistes, antisémites et antimusulmans ont baissé en France, mais pas les actes antichrétiens

Merci 73
J'envoie

Une très bonne nouvelle dans la lutte contre les discriminations (sauf, hélas, pour les actes antichrétiens), mais il ne faut pas de triomphalisme.

On notera aussi qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population concernée – et donc le taux d’actes antisémites est de loin le plus élevé…

Source : France TV info, 01/02/2017

2015 avait été l’année des records, 2016 est celle du recul. Selon les chiffres donnés par le ministère de l’Intérieur, mardi 31 janvier, les actes* racistes, antisémites et antimusulmans ont nettement baissé en France. En un an, ils sont passés de 2 034 à 1 125, soit un repli de 44,7%. Reste un point noir, celui des atteintes aux lieux de culte chrétiens qui ne cessent d’augmenter.

Deux fois moins d’actes antisémites et antimusulmans

En un an, le nombre d’actes antisémites et les actes antimusulmans a été divisé par deux. Pour les actes antisémites, la baisse est de 58,5%. On avait enregistré 1 662 plaintes en 2014 et 808 en 2015. Il y en a eu 335 en 2016.

Les actes antimusulmans ont, eux, diminué de 57,6% : 429 actes en 2015, 182 en 2016. Mais c’est toujours plus qu’en 2014, avec 133 actes.

Quant aux autres actes racistes, ils ont eux aussi connu une baisse, mais elle est moindre. De 797 plaintes, on est passé à 608, soit une diminution de 23,7%.

Pas de “triomphalisme”

Depuis les attentats de janvier 2015, les incidents liés au contexte terroriste avaient tendance à se multiplier. A en croire le rapport du ministère de l’Intérieur, 2016 marque un coup d’arrêt, dont se félicite le ministre Bruno Le Roux.

Dès avril 2015, le gouvernement a lancé un plan d’action inédit pour lutter contre le racisme, l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination liées à l’origine ou à la religion. Nous avons d’ores et déjà obtenu des résultats très encourageants. C’est là une véritable satisfaction.” Pour autant, pas question de “relâcher la garde”. Il faut au contraire continuer d’afficher une “vigilance maximale”.

Toujours plus d’actes antichrétiens

C’est le point noir du tableau : le nombre d’atteintes aux sites chrétiens (lieux de culte et sépultures), qui représentent 90% des plaintes déposées, a encore augmenté l’an dernier. Le ministère a enregistré 949 actes en 2016, soit une hausse de 17,4% par rapport à 2015. Plus globalement, entre 2008 et 2006, les actes antichrétiens ont augmenté de 245%.

Mais la Place Beauvau apporte quelques nuances. Elle rappelle notamment que les édifices chrétiens sont aussi (et de loin) les plus nombreux en France. On compte environ 45 000 églises catholiques et 3 000 temples et lieux de cultes protestants, contre 2 500 mosquées et 500 synagogues.

Tous ces actes n’ont pas de motivation religieuse. Il s’agit la plupart du temps d’actes de vandalisme (399 plaintes), de vols d’objets cultuels (191), et plus rarement d’actes sataniques (14) ou “à connotation anarchiste” (25).

* Chaque acte comptabilisé par le ministère de l’Intérieur (violence, incendie, dégradation, insulte…) correspond à des faits ayant donné lieu à une plainte ou à une main courante.

Source : France TV info, 01/02/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Raoul C, // 18.10.2017 à 02h06

«On notera aussi qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population concernée – et donc le taux d’actes antisémites est de loin le plus élevé…»

Euh, on notera qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population qui n’est pas concernée (et donc potentiellement coupable) et donc le taux des actes commis par des non chrétiens est de loin le plus élevé.

Ou..

Euh, on notera qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population vraiment concernée (les chrétiens pratiquants sont très peu nombreux) et donc le taux des actes anti-chrétiens est de loin le plus élevé.

4 réactions et commentaires

  • Papagateau // 17.10.2017 à 22h36

    Quand le critère de classement d’un fait dépend de l’état mental supposé au moment de la réalisation de l’acte de quelqu’un dont on ignore tout, au moins pour le policier au moment du dépôt de plainte, alors on peut manipuler ces chiffres comme on veut.

    Une petite instruction descendant du ministère.
    Une petite réunion amicale des chefs de rédaction d’un même groupe de presse…

    On ferait mieux de s’attacher à l’identité de la victime, car elle, on l’a sous la main.
    On aurait donc “tant de délits commis contre des personnes de prénom chrétien” ou des biens appartenant à des chrétiens… Ou des athées (les gaulois hésitant a se déclarer chrétien, ce qui fait baisser les statistiques).

    Le résultat de la photo serait totalement différent.

      +5

    Alerter
    • sissa // 18.10.2017 à 16h40

      C’est quoi ce délire sur les gaulois hésitant à se déclarer chrétien?
      La France est un pays dont de grandes part sont déchristianisées et ce, depuis déjà pas mal de temps. Les gens qui se déclareny athées sont juste… des non-croyants.

        +5

      Alerter
  • Raoul C, // 18.10.2017 à 02h06

    «On notera aussi qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population concernée – et donc le taux d’actes antisémites est de loin le plus élevé…»

    Euh, on notera qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population qui n’est pas concernée (et donc potentiellement coupable) et donc le taux des actes commis par des non chrétiens est de loin le plus élevé.

    Ou..

    Euh, on notera qu’il convient de rapporter le nombre d’actes à la population vraiment concernée (les chrétiens pratiquants sont très peu nombreux) et donc le taux des actes anti-chrétiens est de loin le plus élevé.

      +12

    Alerter
  • Ribouldingue // 18.10.2017 à 19h49

    C’est tellement général qu’on ne peut pas tirer grand chose de ce type de donnée, quel rapport entre un type qui pisse dans un tronc et un qui veut pendre un prêtre avec ses tripes a part que les deux actions vont apparaitre au même niveau dans ces chiffres?
    Bref, on peut juste déduire de ce calme relatif, et c’est déjà heureux, que les guerres de religions en France sont loin derrière nous.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications