Les Crises Les Crises
28.mars.201928.3.2019 // Les Crises

“Mon gilet jaune, je l’ai brûlé” : engagés de la première heure, ils racontent pourquoi ils ont quitté le mouvement

Merci 224
J'envoie

Article dans la série “propagande” 🙂

Source : France info, Kocila Makdeche, 09-03-2019

“Ils sont partis dans tous les sens, on s’est complètement décrédibilisés ! Ils vont droit dans le mur !” Si Hubert Charlier oscille systématiquement entre le “on” et le “ils” lorsqu’il parle des “gilets jaunes”, c’est parce qu’il a récemment pris ses distances avec le mouvement de contestation.

Une vraie rupture pour cet artisan rémois, qui comptait parmi les “gilets jaunes” de la première heure. “Blocages, manifs à Paris… J’ai tout fait. J’ai même été invité sur BFMTV en décembre pour défendre les ‘jaunes’ face à François de Rugy et Marlène Schiappa”, raconte-t-il. Comme lui, de nombreux manifestants qui se sont engagés pour défendre leur pouvoir d’achat ont fini par raccrocher leur gilet parce qu’ils ne se retrouvent “plus dans le mouvement”.

“Je perdais mon temps”

Pour Sandrine, 46 ans, tous les samedis se ressemblaient. “J’ai fait presque tous les actes jusqu’au mois de janvier. Le 31 décembre, j’étais même sur les Champs-Elysées pour manifester, insiste cette habitante du Val-de-Marne. Mais au bout d’un moment, j’ai réalisé que je perdais mon temps, puisque rien ne change.”

“Toujours ‘gilets jaunes’ dans l’idée”, Julien Mure a lui aussi arrêté de battre le pavé au mois de janvier. “Au bout d’un moment, on est obligé de retourner travailler, explique ce conducteur d’engins dans une centrale nucléaire, qui a été une figure du mouvement dans la Drôme. Et puis, à force de se donner à 100% pour le mouvement, on laisse de côté sa famille. Maintenant, je prends du temps pour eux.”

Difficile de savoir combien de manifestants ont raccroché le gilet. Selon les chiffres de la préfecture, la mobilisation connaît une diminution progressive, tombant à 39 300 personnes défilant dans les rues, samedi 2 mars, lors du 16e samedi de manifestations. Une tendance contestée par “Le Nombre jaune” – la structure de comptage mise en place par les “gilets jaunes” – qui décrit une mobilisation relativement stable, autour des 120 000 manifestants.

Mais au-delà de la bataille des chiffres, force est de constater que de plus en plus de Français se lassent du mouvement. Une enquête du Monde, publiée à la fin du mois de janvier, montrait que l’activité sur les nombreux groupes Facebook des “gilets jaunes” décroît depuis le mois de décembre. Plus récemment, un sondage Odoxa Dentsu-Consulting a révélé que 55% des Français réclamaient l’arrêt de la mobilisation, alors que 55% souhaitaient sa poursuite en janvier.

“C’est assez inédit, dans l’histoire récente, qu’un mouvement social parvienne à s’installer ainsi dans la durée”, pointe Stéphane Sirot, spécialiste des mouvements sociaux et professeur d’histoire à l’université de Cergy-Pontoise.

Du coup, il est logique que cela suscite de la lassitude et une démobilisation. D’autant plus pour les manifestants qui ont l’impression de ne rien avoir obtenu du gouvernement.Stéphane Sirot, spécialiste des mouvements sociauxà franceinfo

Un constat que partage Claude Besse. Cet habitant du Pays de Montbéliard (Doubs) a initié la mobilisation dans sa région, avant de “ranger” son gilet jaune. “On a bloqué plusieurs fois des péages, fait des opérations escargot, je suis allé à Hérimoncourt, où PSA veut fermer son site… Et c’est quoi le résultat, aujourd’hui ? Le gouvernement ne nous a rien accordé et le carburant a recommencé à augmenter”, souffle l’homme de 35 ans.

“Trop radical”

La déception est palpable dans la voix du charpentier, qui rêvait d’un nouveau Mai-68. “Je voulais passer au cran supérieur, faire des barricades pour mettre le pays à l’arrêt”. Fils d’ouvrier, Claude Besse prend comme exemple son père soixante-huitard, condamné à deux ans de prison à l’époque pour s’être rebellé face aux CRS. “Là, il y a eu des morts, des blessés très graves à cause des LBD [lanceurs de balles de défense], certains ont perdu des yeux… Et pourtant, les gens ne sont toujours pas prêts à se bouger”, estime-t-il.

Ils veulent continuer au sein d’un mouvement pacifiste, mais parfois, pour faire changer les choses, il faut de la violence. Je suis le premier à le regretter. C’est triste, mais c’est comme ça.Claude Besse, ancien “gilet jaune”à franceinfo

Pour Stéphane Sirot, cet “appel à plus de radicalité s’explique par l’attitude du gouvernement vis-à-vis des manifestants”. “Depuis quinze ans, les pouvoirs politiques ne cherchent plus de compromis, peu importe l’ampleur du mouvement social, poursuit-il. Cela renvoie un message aux citoyens : la contestation sage n’est pas suffisante pour obtenir satisfaction.”

Une radicalisation qui, au contraire, a dégoûté de nombreux anciens “gilets jaunes”. “Sur les ronds-points, je les ai vus insulter les gens parce qu’ils n’avaient pas de gilet jaune ou parce qu’ils ne klaxonnaient pas”, se rappelle Sylvie, une habitante de Saint-Emilion (Gironde). A Bordeaux ou Toulouse, les petits commerçants sont obligés de fermer parce qu’ils cassent tout.” L’infirmière à la retraite a arrêté de manifester au début du mois de janvier. Elle se justifie : “Je ne suis pas pro-CRS, hein ! J’ai fait des manifs toute ma vie. Du gaz lacrymo, j’en ai pris. Mais là, ils vont trop loin.”

La sexagénaire cite la manifestation parisienne du 1er décembre, lors de laquelle l’Arc de triomphe a été vandalisé. L’image a heurté beaucoup de “gilets jaunes” de la première heure. “J’ai été choqué”, s’exclame Jean-Michel Pouchel, Abbevillois retraité après une carrière dans l’humanitaire.

Je suis un homme de paix, un humaniste. Je ne pouvais plus soutenir ce mouvement, qui a dégénéré en manifestation de haine.Jean-Michel Pouchel, ancien “gilet jaune”à franceinfo

A qui la faute ? Fabrice Schlegel, promoteur immobilier de Dole (Jura), accable “l’extrême gauche, qui a noyauté le mouvement. (…) Quand j’ai vu que des gens cassaient des voitures parce qu’elles étaient plus grosses que les leurs, ça m’a dégoûté”, affirme cet ancien candidat divers droite aux élections départementales, qui se targue d’avoir organisé une manifestation contre la hausse du prix du carburant dès le mois d’octobre. “C’était la première de France, avant même le 17 novembre.”

Je ne me suis pas levé pour couper la tête de ceux qui veulent faire de l’argent, mais pour aider ceux qui n’en ont pas assez. Moi, ce que je veux, ce n’est pas la révolution, mais l’évolution.Fabrice Schlegel, ancien “gilet jaune”à franceinfo

Ces “dérives”, Jean-Michel Pouchel les impute à Maxime Nicolle et Eric Drouet, des figures des “gilets jaunes” qui administrent deux des groupes Facebook les plus influents du mouvement. “Ce sont des gens qui attisent le feu. Moi, au contraire, je suis le pompier qui veut l’éteindre”, explique le retraité picard.

Les deux figures du mouvement concentrent l’animosité des déçus. “Ils ne comprennent même pas ce qu’ils disent, ils ne sont bons qu’à bouffer du foin, attaque, sous couvert d’anonymat, une ancienne figure du mouvement.Ils disent simplement aux gens ce qu’ils veulent entendre, avec un peu de raccourcis par-ci, un peu de complot par-là.”

Eric Drouet et Maxime Nicolle ont été accusés, à de nombreuses reprises, de relayer de fausses informations sur leur page Facebook, notamment au sujet du pacte de Marrakech. D’après cette intox fantaisiste, largement partagée sur les réseaux “jaunes”, l’exécutif aurait ratifié un texte contraignant la France à céder son siège au Conseil de sécurité de l’ONU et à accueillir 60 millions de migrants sur son sol. “Ils disent n’importe quoi et refusent qu’on ne soit pas d’accord avec eux, s’indigne Sylvie. J’ai exprimé mon désaccord sur les groupes Facebook, je leur ai dit qu’il fallait à tout prix se recentrer sur les vraies revendications du début ! Résultat : j’ai été censurée.”

“Ce n’est pas le RIC qui va remplir le frigo !”

Baisse des taxes sur le prix du carburant, annulation de la hausse de la CSG, augmentation du smic… Au mois de novembre, le mouvement s’est agrégé autour de revendications concrètes en faveur d’un meilleur pouvoir d’achat. Un âge d’or pour de nombreux “gilets jaunes” repentis, qui regrettent aujourd’hui que la mise en place du RIC (référendum d’initiative populaire) ait pris le pas sur tous les autres desiderata.

“Ce n’est pas le RIC qui va remplir le frigo ! A un moment, il faut être réaliste”, peste de son côté Hubert Charlier. Pour lui, le mouvement s’est détourné de l’essentiel : la baisse des impôts et la hausse des salaires. “C’est grâce à ça qu’on va relancer la croissance. Ensuite, on pourra éventuellement réfléchir à de nouvelles choses comme le RIC, mais ce n’est pas la priorité.”

Aujourd’hui, les “gilets jaunes” réclament quatre types de consultations : le RIC révocatoire qui permettrait au peuple de mettre fin au mandat de n’importe quel responsable politique, le RIC législatif pour proposer au vote un texte de loi, le RIC abrogatoire pour abolir une loi et le RIC constituant pour amender la Constitution. “Je ne soutiens pas du tout ce genre de délire.Mettre en place le RIC, c’est ouvrir la porte au retour de la peine de mort, à l’interdiction de l’IVG, à des concessions sur la laïcité”, craint Fabrice Schlegel.

“S’engager pour les autres”

Si elles ont raccroché le gilet jaune, toutes les personnes interrogées par franceinfo assurent continuer de se mobiliser, à leur façon. “Mon gilet jaune, je l’ai brûlé, mais je reste un citoyen français qui se bat contre les injustices fiscales et la vie chère”, explique John, Ardéchois de 32 ans. Pour lui, la “lutte” passe désormais par la “prise d’indépendance vis-à-vis du système”. Il explique : “J’ai acheté une maison avec un grand terrain pour faire pousser des légumes, je vais construire un poulailler, élever des chèvres… Le but, c’est d’être autosuffisant pour tout ce qui est nourriture.”

Cette démarche, rappelant le mouvement autonome issu de l’après-1968, ne convainc pas Hubert Charlier, décidé, pour sa part, à s’“engager pour les autres”. Une rencontre, survenue en marge d’une manifestation des “gilets jaunes” à Paris, a fait de lui “un autre homme”.

Je suis tombé sur une dame qui dormait dehors avec son enfant de 4 ans. Je suis allé lui parler et je lui ai donné tout ce que j’avais dans la poche : 15 euros. Elle dormait au pied du BHV. En une image, j’ai vu tous les écarts de richesse de notre société. Ça m’a traumatisé.Hubert Charlier, ancien “gilet jaune”à franceinfo

Depuis, l’artisan s’est mis à faire des maraudes dans les rues de Reims. “Depuis plusieurs jours, on se démène pour mettre à l’abri un couple de réfugiés arméniens qui sont à la rue avec un bébé de 18 mois”, raconte-t-il à la sortie d’un rendez-vous avec la députée LREM de la Marne Aina Kuric pour tenter de trouver un logement à la famille. En attendant, Hubert Charlier a mis la main au portefeuille pour leur payer une chambre d’hôtel, d’après L’Union (article payant).

De son côté, Claude Besse continue d’attendre le “grand soir”. “Même si je ne porte plus mon gilet jaune, je suis toujours solidaire du peuple, affirme-t-il. De toute façon, ça finira par vraiment péter.” Et de prévenir : “Le jour où j’ouvrirai les fenêtres et où j’entendrai les sirènes, je sortirai et là, je remettrai mon gilet jaune.”

Source : France info, Kocila Makdeche, 09-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kesse // 28.03.2019 à 07h30

Ouaip, cet article est une tartine de m … Bien sûr, tous les avis existent chez les gilets jaunes … Sont-ils pour autant représentatifs? Dis moi lesquels tu mets en avant dans ton canard, je te dirais ta ligne éditoriale.

La gauche peut se définir par deux valeurs. L’une est pratique: limiter le pouvoir du capital, la seconde est constitutive des mouvements de gauche: le courage d’entreprendre, l’espoir de modifier l’ordre.

Cet article vise la seconde valeur. C’est de la communication sur le découragement voir la crainte du changement pour certains.

Ainsi, Le Monde, loin d’être objectif, propose une brochette triée de gilets jaunes pour s’attaquer à une valeur de gauche: le courage. Ce journal n’est plus de centre droit, mais il est, au centre de la droite, l’organe de presse du macronisme.

173 réactions et commentaires

  • Jourdain // 28.03.2019 à 06h29

    “Ce n’est pas le RIC qui va remplir le frigo !” Tout est résumé, les gens pensent à leur gueule, leur trou du cul, hélas, et non la défense du bien commun (stop la censure, rétablissement de la démocratie, abolition des lois liberticides et des lois sexistes dirigées les hommes). D’ou le fait que ce mouvement ne sert à rien sauf à Macron !
    Je n’ai pas lu l’article, mais je l’ai survolé… et suis tombé sur cette phrase.

      +22

    Alerter
    • Glbert Gracile // 29.03.2019 à 01h48

      critiquer les gilets-jaunes a toujours été compliqué (même si on est plutôt soutien)… pourquoi tous ces gens ne s’investissent pas dans les partis et les syndicats ? au lieu de dire que c’est tous pareils et tous pourris… c’est leur absence justement qui pèse sur la démocratie et la représentativité des partis et syndicats. Je pense qu’il existe un problème structurel en occident aujourd’hui : supporter l’imperfection du collectif. Un parti, un syndicat, c’est imparfait, il y a des chefs, il y a un programme qui nous plait pas vraiment… bref, il faut savoir gérer ses frustrations. Et je pense que nous avons beaucoup de mal à cela aujourd’hui. Je suis pas contre changer les institutions, mais ça ne changera pas l’humain, ni la vie en collectivité… Et il faudra toujours supporter ces frustrations, d’une manière ou d’une autre. …l’autre chose, serait de pas plébiciter la démagogie consommatoire, planter un couteau dans le dos de militants sincères, et ensuite se plaindre des conséquences…

        +10

      Alerter
      • lemoine001 // 29.03.2019 à 09h14

        Pourquoi ils ne s’investissent pas dans les partis et les syndicats : parce qu’ils sont foncièrement de droite. Ils glissent constamment dans l’anti parlementarisme, dans le refus de l’impôt (sous couvert de contestation de l’injustice fiscale), dans l’opposition stérile à ce qu’ils appellent “les classes moyennes supérieures”.
        PS : dans un syndicat tel que la CGT il n’y a pas de chef. C’est le congrès qui décide des orientations. Le syndicat des structuré à la fois verticalement (par branches) et horizontalement (localement)

          +2

        Alerter
        • LA ROQUE // 29.03.2019 à 15h24

          [modéré] Je suis gilet jaunes de la première heure, j’ai participé à plusieurs manifestations, j’étais sur les ronds points ce qui m’a permis d’échanger avec énormément de manifestants ainsi que de nombreux gendarmes et je peux vous affirmer que le mouvement n’est pas “foncièrement” de droite. Il y a beaucoup de sympathisants de la FI et beaucoup d’apolitiques.
          Nous ne glissons pas non plus vers l’anti-parlementarisme ,nous demandons simplement la mise en place de referendums afin d’être de réels acteurs de notre société et non des observateurs passifs. Il me semble pas que les Suisses qui sont souvent appeler à voter soient des anti-parlementaristes.
          Ensuite ne vous en déplaise nous ne sommes pas également contre l’impôt mais pour la justice fiscale.Juste quelques exemples:
          Trouvez vous normale que concomitamment à la suppression de l’ISF, la reforme de l’Exit taxe ,et la mise en place de la Flat taxe ce gouvernement taxe les retraités en leur expliquant que c’est par solidarités.
          Trouvez vous normal que ce gouvernement avait prévu de nous raconter des histoires,raisons faussement écologiques, pour justifier l’augmentation de l’essence comme le confirme des mails entre le conseiller fiscale de Macron, Miller et le secrétaire général Kholer alors que ces taxes sont destinées en grande parti à financer le CICE. Sommes qui sont au profit des plus aisés alors que ces baisses de cotisations qui atteignent un montant de 20 milliards par an ne fonctionnent pas. Etc…

            +18

          Alerter
          • lemoine001 // 29.03.2019 à 17h49

            J’ai lu beaucoup de choses venant des Gilets Jaunes où il était question du “train de vie de l’Etat”, des salaires des députés, de la complexité inextricable des règlements etc. J’ai lu aussi beaucoup de choses sur “le système” sans qu’il soit jamais rien dit sur la nature de ce “système” auquel on prête une espèce de vie propre. J’observe que ce vocabulaire nébuleux est utilisé par le FN (RN). Les plus hardis attaquent les 1% et confondent du même coup les 99% autres comme s’ils formaient un ensemble clair. D’autres, à l’inverse, dénoncent l’égoïsme de la “classe moyenne supérieure”. Il y en a encore d’autres qui opposent “les élites” au “peuple”. Bref, il y en a pour tous les goûts mais il n’y a rien d’élaboré, de réfléchi, de travaillé.
            Si les partis ont des écoles, des auteurs de référence, des réunions de réflexion, ce n’est pas pour rien. Mais cela suppose de s’organiser, d’accepter une discipline.

              +2

            Alerter
            • TB // 29.03.2019 à 20h01

              Voilà. S’organiser pour défiler sagement de République à Nation, en accroissant un peu le PIB grâce à la consommation de sandwichs aux merguez, puis rentrer sagement chez soi… Les partis et les syndicats sont sans doute très forts en analyses et en arguties, mais force est de constater que lorsqu’il se passe quelque chose qui ébranle le statu quo, cela vient des gens hors des milieux encartés, et pas de ceux qui pensent (sans doute puissamment) dans les séminaires.

                +8

              Alerter
            • LA ROQUE // 29.03.2019 à 21h32

              Regarder la distribution de richesse et vous verrez qu’elle profite au 1% les plus riches et de fait on distingue un ensemble clair. Ce n’est pas une confrontation mais une constatation.
              Nous n’avons rien contre les riches c’est le fonctionnement normal du capitalisme. Sauf il faut que chacun participe à la hauteur de ses moyens à l’impôt.
              Donc d’après vous lorsque l’on critique le fonctionnement de notre société ainsi que les privilèges c’est un discours nébuleux et dans un réflexe pavlovien en rajoutant “discours RN” pour tenter de discréditer les idées. C’est un peu simplisme non ?
              J’aimerais savoir où “vous avez lu” parce que vous citez ce que l’on entend à longueur de journée sur les chaines et journaux détenus par l’oligarchie.
              Donc je vous rappelle les principales revendications que vous n’endenterez pas sur les médias mainstream leur but étant justement de nous faire passer avec un certains succès pour un mouvement qui ne sait pas ce qu’il veut.
              Suppression de l’Isf, taux 0% sur les produits de premières nécessites et instauration du RIC abrogatoire,révocatoire et législatif.
              De plus si nous ne voulons pas d’organisation c’est justement pour ne pas reproduire les systèmes existant qui sont complétement inefficients.
              Pour info une pétition au niveau nationale concernant le RIC a été organisé sur les ronds points avec signatures remises aux maires qui étaient chargés de transmettre…Mais bien entendu c’est resté lettre morte comme le grand débat le sera.

                +9

              Alerter
            • Betty // 31.03.2019 à 14h34

              Lemoine001 Diantre! Tout à fait incompréhensible comme raisonnement. Vous affirmez avoir lu beaucoup de choses venant des GJs. Nous n’avons pas lu les mêmes… Remarquez vous affirmez bien que la CGT n’aurait pas de chef.. faux et c’est justement un problème entre les les UL UD etc… et je sais de quoi je parle… Quant au manque d’élaboration, de réflexion, de vocabulaire (voire de propos) nébuleux je pense que vous faites référence sans doutes au régime macron. Vous regrettez visiblement un manque de discipline…laquelle au juste? Une organisation horizontale, verticale, transversale?… Quant à l’amalgame RN/GJ il est un peu court si vous parlez de vocabulaire mais c’est fort compréhensible puisque dans votre logiciel il est intriqué dans les partis dont vous vantez les mérites in fine…

                +3

              Alerter
    • Ydz // 29.03.2019 à 03h37

      Pourquoi le mouvement ne servirait à rien ? Vous semblez être favorable au RIC dans votre propos, les GJ ont au moins eu le mérite de lancer un vaste débat sur ce sujet, n’est-ce pas ? (Sans oublier l’augmentation de la prime d’activité et le grand blabla national)

        +5

      Alerter
  • Jourdain // 28.03.2019 à 06h31

    il ne servait à rien dès l’origine puisque ‘centré sur son nombril (pouvoir d’achat, fiscalité ) ‘…C est ca que je voulais dire

      +12

    Alerter
    • Le turk // 28.03.2019 à 08h02

      “centré sur son nombril ” sais tu que derrière le nombril il y a l’estomac et que quand il est vide ou mal rempli ce n’est plus une crise narcissique , pour le reste RIC, démission, révolution , élections bis etc , c’est du palluchage d’idéologues et de politiciens en mal de représentativité.
      La puissance des communicants et de l’appareil d’état a fait le reste , le mouvement GJ restera une formidable expérience humaine pour certains.

        +34

      Alerter
      • Jourdain // 28.03.2019 à 08h36

        L’estomac n’est pas le bien commun et ne mobilise pas les foules et surtout n’est pas fédérateur ! Bref c’est de sa personne dont il s’agit, pas de la collectivité !
        Les intérêts catégoriels ne changent pas le monde !

          +11

        Alerter
        • Le turk // 28.03.2019 à 09h24

          médite la dessus ” MANQUE DE PAIN , BONDANCE DE COUTEAUX ”
          premier étage de la pyramide de Maslow
          http://alain.battandier.free.fr/spip.php?article6

          tu dois etre à l’étage 4 ou 5 pour penser ainsi

            +14

          Alerter
          • Kess // 28.03.2019 à 09h51

            C’est marrant comme turk, j’aime bien. Par contre, je pense que la majorité des gilets jaunes connaissent tout ou parti des besoins 1 à 3. Et une majorité d’entre eux ne se restreint pas à la catégorie 1: besoin physiologique. Ou, si elle s’y restreint, c’est pour sauter directement à la catégorie 4 (besoin d’estime) par le biais du facteur d’appréciation … : mon logement est moisi et trop petit, je mange des produits de mauvaises qualités et n’est pas le loisir de me payer des extras etc …

            Et loin de moi l’idée de dire que ces envies ne seraient pas légitimes. Je les ai connu aussi et les connais parfois encore. Cependant, il ne faut pas renoncer à imaginer un avenir commun, des désirs communs … et ce qui empêche le plus les gens de penser leurs intérêts communs, à l’heure actuelle, ce n’est pas le ventre vide, mais: les rythmes de travail, la peur du lendemain, la frustration de la société de consommation, le temps qui passe sans jamais de situation stable.

            Oui, la peur et des valeurs stupides transmises par les média/pub sont bien plus en cause dans cette absence de prise de conscience.

              +25

            Alerter
          • Jourdain // 28.03.2019 à 18h56

            Non je ne gagne que 860 par mois ! J’aurias eu toutes les raisons du monde que de descendre. Mais moi … j’estime que les gens pensent à leur cul et non à des choses plus graves ! Et c’est bien triste. On n’est pas sousle règne de Louis 16. Là c’était horrible..

              +2

            Alerter
            • Bobby // 31.03.2019 à 13h12

              Vous vous trompez sur le règne de Louis XVI… La pression fiscale et administrative était bien moindre, l’Etat défendait les intérêts nationaux et le souverain ne tirait pas sur son peuple !

                +3

              Alerter
        • chb // 28.03.2019 à 22h37

          De Boulo, gilet jaune à Caen :
          ” Les classes moyennes supérieures se désolidarisent complètement des 75% restants de la population : ils ne veulent pas changer de système, ne veulent pas de rupture dans la politique, sont dans leur petit confort individuel, gagnent bien leur vie, consomment, ont des activités. Ils ne veulent absolument pas voir la misère qu’il y a autour d’eux et la galère des autres personnes. Ils sont bloqués par la peur du changement, la peur de perdre leur position.
          C’est la raison pour laquelle ils sont totalement aveugles aux violences policières, à la dérive autoritaire à laquelle on assiste en ce moment.”
          C’est-à-dire que les nantis profitent de la république, sans s’intéresser au peuple qui est pourtant, en principe, au centre de notre démocratie. Les gilets jaunes, qu’ils soient affamés ou plutôt à l’aise (il y en a, dont l’avocat F. Boulo), mettent en avant, collectivement, leur exigence de réduction des inégalités. Ils ont parfaitement compris que l’égoïsme de l’estomac ne mène qu’à la faim sans fin, et se lancent donc dans une action politique ; leur revendication du RIC atteste qu’ils croient (de nouveau) à la démocratie… sans l’oligo-macronisme évidemment.

            +21

          Alerter
    • Inox // 28.03.2019 à 08h08

      Bof.. Ça a quand même permis au gouvernement de prendre conscience que la solution facile, donc systématique, de sur-taxer et sur-imposer la classe moyenne pour résoudre les problèmes commence à atteindre ses limites. Les gueux que nous sommes ne se laissent plus faire, mince…

        +40

      Alerter
    • f // 28.03.2019 à 08h24

      C’est vrai, comment ces gueux osent-ils se battre pour pouvoir vivre un minimum au lieu de survivre en rognant sur tout chaque mois sans jamais aucun écart, quels égoïstes.

        +38

      Alerter
  • Sud // 28.03.2019 à 06h39

    Eh oui…, le doigt, la lune…
    Les dirigeants/parlementaires sont arrivés à faire croire aux dirigés que les impôts vont baisser et les salaires/pensions augmenter sans changer préalablement la Constitution. Super, non ?
    Et puis, les 22 changements de ladite, votés par les parlementaires en congrès (contre les deux par le peuple – la troisième :disparition du Sénat, ayant été refusée par ledit-) n’ont guère fait évoluer les salaires/pensions, hein ?… Alors, à quoi çà servirait de changer la Constitution ?
    Retournez donc plutôt devant la télé ou faites l’aumône.

      +5

    Alerter
  • Sinoué // 28.03.2019 à 06h50

    Il est temps que je mette mon gilet jaune pour manifester pacifiquement.

    Il y a aura de la réserve pour pas mal de temps encore, il faut durer.

      +93

    Alerter
    • Téji // 28.03.2019 à 07h19

      J’en viens à la même conclusion !
      Voir dans mon village 1 ou 2 personnes toujours là près de la cabane, ou les réunions toujours organisées chaque semaine, après tout ce temps je trouve ça incroyable de ténacité et de persévérance pacifique.
      Du coup je commence à aller aux réunions… à quand dans la rue ?

        +92

      Alerter
    • Kesse // 28.03.2019 à 07h30

      Ouaip, cet article est une tartine de m … Bien sûr, tous les avis existent chez les gilets jaunes … Sont-ils pour autant représentatifs? Dis moi lesquels tu mets en avant dans ton canard, je te dirais ta ligne éditoriale.

      La gauche peut se définir par deux valeurs. L’une est pratique: limiter le pouvoir du capital, la seconde est constitutive des mouvements de gauche: le courage d’entreprendre, l’espoir de modifier l’ordre.

      Cet article vise la seconde valeur. C’est de la communication sur le découragement voir la crainte du changement pour certains.

      Ainsi, Le Monde, loin d’être objectif, propose une brochette triée de gilets jaunes pour s’attaquer à une valeur de gauche: le courage. Ce journal n’est plus de centre droit, mais il est, au centre de la droite, l’organe de presse du macronisme.

        +117

      Alerter
      • Kesse // 28.03.2019 à 07h50

        Oups, pas Le Monde mais France Info. Cela ne change pas mon avis.

          +37

        Alerter
      • Graindesel // 28.03.2019 à 09h45

        “Ouaip, cet article est une tartine de m … ”

        Ou comment un média aux ordres du pouvoir cherche à décrédibiliser un mouvement populaire à peu de frais, sans débourser pour une véritable investigation “représentative”.

        Et hé oui, la conscience de classe est moins évidente chez les pauvres que chez les riches, mais cette conscience s’est réveillée malgré tous les dénigrements et toutes les calomnies déversées par les bourgeois et leurs larbins.

        Soutien total aux Gilets Jaunes.

          +61

        Alerter
        • chb // 28.03.2019 à 21h54

          Parmi les faux arguments utilisés pour dénigrer les gilets jaunes, ce truc idiot de la profanation de l’Arc de Triomphe. Trois coups de barre de fer par un seul bonhomme (dégâts réparés en 24 heures), et tous les jaunes n’ont plus qu’à s’arrêter de manifester ? Voilà un casseur (?) qui devrait être décoré illico par la Macronie.
          On se rappellera que le gouvernement de son côté se targue de casser un peu plus la retraite par répartition, l’industrie française, la fonction publique, les droits sociaux, la liberté d’opposition etc. Mais on n’appellera pas cela casser quand c’est la politique appliquée par l’élite, n’est-ce pas. Comme on n’appelle pas fakenews les mensonges de Casataner, LeDrian, Macron, et leurs amis.

            +17

          Alerter
      • Marie // 28.03.2019 à 10h16

        Pas du tout, mais alors pas du tout d’accord avec votre opinion concernant le journal ” le Monde” que je lis depuis des décennies, qui a évolué, et dont l’objectivité (même imparfaite) ne peut être contestée. Faut-il bien mal le connaître pour ignorer les incontournables pages “Débats” ouvrant l’expression de thèses diamétralement opposées. Ce n’est pas le cas du “Monde diplo” qui est “tout bloc”, que je lis et apprécie par ailleurs, et qui au fil des mois se montre de plus en plus “jaune gilet”.Par contre son “Manière de voir” rejoint la page “Débats” du “Monde”.

          +1

        Alerter
        • marc // 28.03.2019 à 10h50

          “le journal ” le Monde” que je lis depuis des décennies, qui a évolué, et dont l’objectivité (même imparfaite) ne peut être contestée”

          je trouve le monde souvent subjectif sur melenchon, poutine, maduro…

            +34

          Alerter
          • Marie // 28.03.2019 à 14h04

            On a la subjectivité que l’on peut, c’est de l’inconscient collectif…insupportable…objectivement.

              +0

            Alerter
        • ellilou // 28.03.2019 à 10h59

          Permettez moi de vous conseiller la lecture de “Crépuscule” de Juan Branco qui vient de sortir et vous verrez si Le Monde est le merveilleux journal que vous nous décrivez 🙂

            +50

          Alerter
        • Chris // 28.03.2019 à 11h25

          A propos du Monde (l’ImMonde de ChdG), m’est venu le mot “dégueulis” de MSM en pensant aux commentaires des fameux débats que vous évoquez. Que la modération me pardonne ce mot qui pourtant cadre avec les estomacs précédemment évoqués, mais cette fois quand ils débordent de convenance…
          Je n’ai plus lu une page du Monde depuis 4 ou 5 ans, mais je doute que cela ait changé.

            +26

          Alerter
        • Ovni de Mars // 28.03.2019 à 11h29

          Le “Monde” est la propriété de deux affairistes : Xavier Niel et Matthieu Pigasse. L’acheter, c’est donner de l’argent à ces 2 multi-millionnaires

            +34

          Alerter
          • K // 28.03.2019 à 21h04

            Absolument, en revanche je ne pense pas que Le Monde verse un quelconque dividende à ses actionnaires. La presse est structurellement en perte.
            Lorsqu’un oligarque achète un journal, ce n’est pas dans l’espoir de percevoir un retour sur investissement. Juste pour pouvoir peser sur la ligne idéologique.
            Tous ceux qui continuent à lire ces feuilles de choux devraient prendre 2 minutes dans leur vie pour réflechir à la question suivante : pourquoi des gens fortunés entrent massivement au capital d’entreprises de presse déficiataires?

              +17

            Alerter
            • Glbert Gracile // 29.03.2019 à 01h41

              question subsidiaire… pourquoi des oligarques américains mille fois plus riches, investissent dans internet et les réseaux sociaux ? pour nous permettre de faire la révolution sur You-Tube / Facebook ? Je pense qu’ils ont réfléchi à la chose… et je me demande ce qu’ils en pensent !!!

                +4

              Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 11h37

          Marie vous semblez le type même du bon client pour nos médias. Votre naïveté me semble archétypale: c’est celle des instruits qui pensent être bien informés car ils lisent des avis présentés comme contradictoires. Vous sous estimez grandement la perversité du système mis en place pour vous faire penser comme il faut. Bien souvent les “Débats” “contadictoires ” sont aussi factices que les positions de nos partis politiques qui s’écharpent sur des choses relativement secondaires du moment que la doxa n’est pas remise en cause. Les débats contradictoires du monde sont l’affaire de spécialistes qui argumentent sur le fait que la terre serait plate mais “circulaire” ou bien qu’elle serait plate mais “carrée”. Le pékin moyen sans dents et “limite analphabète” (sic) la trouve plutôt ronde au quotidien mais les “instruits” à force de lire le monde sont convaincus qu’elle est bien plate (et qui a son avis “plutot circulaire”, qui plutot “carrée” ou un dernier “refuse de trancher mais est bien certain que les GJ sont des ignares avec leur terre ronde)..
          Grand lecteur du monde (et de tout ce qui est imprimé) depuis mes quinze ans je suis extrêmement surpris que vous persistiez à y voir de la qualité et certainement pas de l’objectivité. On accepterait bien plus facilement un partialité assumée. Aucune bonne relation de confiance (entre citoyen et média par exemple) ne peut démarrer par un mensonge et la prétendue objectivité en est un.

            +51

          Alerter
          • Kess // 28.03.2019 à 12h18

            Merci, pour votre réponse Alfred. Je reprends vos mots à mon compte.

            Et j’ajoute qu’il ne faut vas confondre transgressions et subversions.

            Transgressions: “oups, attention, dis Le Monde, on a débattu de la pollution des voitures électriques alors mêmes que cela va contre nos intérêts financiers (pub, investissement).”

            Subversions: “le développement durable est un concept creux dans un système néo-libéral visant la croissance et la compétitivité sans frein des entreprises. L’intérêt premier des entreprises est toujours financier, c’est celui qui fonde la décision. Il faut donc mettre en place des contraintes étatiques fortes pour réguler l’utilisation des ressources.”

            Si les subvertions existent dans Le Monde, c’est toujours à la marge du journal, comme des avis décrédibilisés, et dans le but de faire amende honorable à l’objectivité. Je ne les lis que comme ça en tout cas.
            Pour ce qui est de la transgression, c’est tout ce qui sort du cadre mais est, par nature, inoffensif. En effet, les lecteurs du Monde ont l’impression que leurs transgressions, et celles qu’elles trouvent dans ce journal, font d’elles des personnes libres et aptes à avoir un jugement indépendant. Well, il n’est pas interdit aux aveugles de jouer au bilboquet.

              +14

            Alerter
          • Eric // 29.03.2019 à 19h18

            Alfred. Pour exemple concret prenons l’ue. Ces pseudos médias critiquent l’ue, en parlent de différentes manières et très souvent même de façon très opposées donnant l’impression qu’il y a débat, qu’il peut y avoir débat.
            Ces pseudos vrais faux débats depuis + 40 ans sont du genre “il faut réformer l’ue socialement, économiquement…” Mais ce sera sans jamais envisager que le problème puisse être l’ue dans son existence même et dont il faudrait sortir. C’est interdit. Vous pouvez critiquer l’ue mais il est interdit d’envisager la sortie de l’ue, elle est forcément une bonne chose.
            S’il en est question ils font en sorte que cela vienne de personne diabolisées, fustigées, décrédibilisées, à tort ou à raison, pour qu’elles soient considérées comme infréquentables, pas fiables, fermées… de façon à faire refuser le débat d’une éventuelle sortie.
            Nous en avons un exemple sous les yeux avec le brexit. Les européistes sont vent debout et font tout pour empêcher que le résultat d’un vote qui ne leur convient pas soit remis en cause (comme en France avec le référendum de 2005, la Hollande, l’Irlande…).
            Là où ça devient intéressant c’est lorsqu’on sait que pour modifier les traités de l’UE (pas une simple virgule!) il faut L’UNANIMITÉ. C’est mathématiquement impossible car les nations, à supposer qu’elles parviennent à une majorité en interne, seront obligatoirement confrontés aux nations de l’ue n’ayant pas les mêmes intérêts et qui utiliseront leur pouvoir de véto. Là aussi nous avons des exemples avec les travailleurs détachés, les paradis fiscaux… !!!

              +4

            Alerter
        • Tonton Poupou. // 28.03.2019 à 14h01

          Marie. Puisque vous citez Le Monde et Le Monde diplomatique dans vos références et bien lisez et méditez ceci ; à paraître dans le “Diplo” de ce mois ci à propos du triste anniversaire de l’agression otarienne et de la guerre illégale des occidentaux contre la Serbie en 1999 :
          “….. l’une des plus retentissantes manipulations de la fin du xxe siècle : le plan Potkova (« fer à cheval »), un document censé prouver que les Serbes avaient programmé l’« épuration ethnique » du Kosovo. Sa diffusion par l’Allemagne, en avril 1999, servit de prétexte à l’intensification des bombardements. Loin d’être des internautes paranoïaques, les principaux désinformateurs furent les gouvernements occidentaux, l’OTAN ainsi que les organes de presse les plus respectés. Parmi eux, Le Monde, un quotidien dont les prises de position éditoriales servent alors de référence au reste de la galaxie médiatique française. Sa rédaction, dirigée par Edwy Plenel, admet avoir « fait le choix de l’intervention ». En première page de l’édition du 8 avril 1999, un article de Daniel Vernet annonce : « Ce plan “Fer à cheval” qui programmait la déportation des Kosovars »…….. “

            +21

          Alerter
          • Marie // 28.03.2019 à 14h31

            Merci mais je l’ai déjà lu, étant abonnée je l’ai reçu il y a quelques jours, j’y ai beaucoup appris, ayant traversé l’ex Yougoslavie en “deux boeufs” comme aurait dit Raymond Devos, peu de temps après la mort de Tito .

              +1

            Alerter
            • Sara // 29.03.2019 à 00h18

              Donc, ayant constaté les mensonges et les partis pris du Monde, vous avez estimé qu’il était nécessaire d’en vanter l’honnêteté et l’objectivité sur ce forum ?
              Vous ne vous moqueriez pas un peu du monde, par hasard ?

                +12

              Alerter
      • kapimo // 28.03.2019 à 14h50

        “La gauche peut se définir par deux valeurs.” Le mouvement des GJ n’est pas de gauche, ni de droite, ni autre. Vouloir toujours tout ramener aux vieilles grilles d’analyses qui permettent au pouvoir de se maintenir par la division, c’est au mieux de la naiveté, au pire de la malveillance.

          +11

        Alerter
    • Daniel // 28.03.2019 à 08h33

      Pour ce qui est de la démarche pacifique, Sur Bordeaux, samedi 30 Mars, “Bordeaux accueille Toulouse”,
      et il y a également un “village jaune” sur les Quais ouvert à toute la population pour exposer les idées partagées par les Gilets Jaunes.
      https://www.facebook.com/events/564153280749773/

      Pour le Stand “finance”, on reprend les idées de F.D.Roosevelt contre le système financier de l’époque dont voici le cœur de l’exposition (il faut imaginer les images qui exprime l’avant et l’après))

      “Que le RIC croque le krach !”
      1 – Enquête judiciaire sur les financiers, les banksters en prison
      2 – Séparation bancaire, banque de dépôt // banque d’investissement
      3 – Nettoyage des dettes, élimination des dettes non reliées au physique
      4 – Crédit public productif, la monnaie va à l’investissement et aux gens.
      5 – Nouveau Bretton Woods, décolonisation et multilatéralisme
      Méthode utilisée par F.D.Roosevelt après le krach de 1929 et en partie par l’Islande après le krach de 2008

        +46

      Alerter
  • nulnestpropheteensonpays // 28.03.2019 à 07h08

    il y a un moment il faudrait que l’on se décide , nous sommes des animaux ou nous sommes autre chose que des animaux . Si nous sommes des animaux , alors a fond dans le capitalisme et bouffons la gueule de notre voisin , piétinons le , violons le , rendons le en esclavage , parce que là il a raison Manu on fait de la demi mesure et on s’en sort pas . Vous vous rendez compte le potentiel de croissance si on pouvait vendre son voisin en pièce détachées ?

      +47

    Alerter
    • zeroudoudou // 28.03.2019 à 08h15

      ne méprisez pas les animaux s’il vous plaît, ils ne se mettent jamais sur la gueule gratuitement comme nous 😉

        +44

      Alerter
    • TZ // 28.03.2019 à 08h47

      Les animaux ne fonctionnent absolument pas comme cela. Jetez les darwinistes sociaux et lisez Darwin ainsi que Kropotkine.

        +19

      Alerter
    • Pierre C // 28.03.2019 à 13h03

      La compétition (concurrence) et la coopération sont deux modes extrêmement répandus dans le règne animal. Etre un animal, c’est aussi s’occuper des petits des autres membres du clan, s’occuper des aînés, jouer et partager de la tendresse avec les autres (exemple applicable aux singes, aux loups, aux chats sauvages, aux rats…)…..

        +9

      Alerter
  • bouine // 28.03.2019 à 07h24

    Les gens sont entrés dans l’air de la vitesse. Ils n’ont même plus le temps pour puiser dans le temps, l’énergie de se poser et de se concentrer.
    Qui a dit qu’il faut se dépêcher ?
    Le pouvoir à des armes et les gilets jaunes n’ont que leur peau.
    Pour faire renoncer le pouvoir à l’oligarchie, qui le détient depuis longtemps, et qui s’est enrichie de façon colossale, seul le temps pourra fissurer les bases sur lesquelles reposent leur pouvoir.

    Je ne lâcherai rien !

      +15

    Alerter
  • Dissy // 28.03.2019 à 07h24

    En effet c’est une perte de temps et d’énergie le RIC car jamais au grand jamais il ne sera concédé par le ou les pouvoir(ils perdraient tout).Même si je suis à fond pour le principe.La priorité c’est bien le pouvoir d’achat XXXXL.
    Les GJ doivent nommer enfin élire un porte parole négociateur national(Boulo qui sait se défendre versus médias,connait forcément le droit,est très social et est anti UE/EURO c’est déjà bien).On ne va pas si facilement le traiter de complotiste,d’imbécile etc.. il a toujours été sincère jusqu’à présent il est non violent.Son discours est cohérent.Cela mettrait dans la m…Macron car pour le moment il utilise l’excuse facile offerte par les GJ:on ne sait pas ce qu’ils veulent,il n’y a pas d’interlocuteur.L’occasion de leurs retirer ses derniers arguments pour fuir.Aux dernières nouvelles vers la mi avril il n’y aurait pas encore de conclusion au ‘débat’,juste quelques grands thèmes vagues,le reste(pour gagner du temps une fois de plus)serait reporté à la rentrée.Je parie 10 euros sur un acte’1 an déjà’ le …17 novembre ou une date proche.

      +15

    Alerter
    • Kiwixar // 28.03.2019 à 07h45

      “Jamais il ne sera concédé”

      “Le pouvoir se prend, il ne se donne pas.” Tant que les GJ ne déstabiliseront pas les revenus des 20% du haut, ils n’auront rien. Si, des coups, des mutilations, du mépris.

      100.000 personnes qui se baladent tous les week-ends en râlant? “Allez, portons un toast aux gueux qui tapent sur les gueux, et finissons cette partie de bridge en fumant nos cigares et en sirotant notre wisky à 10.000 boules la bouteille…”

        +29

      Alerter
    • Alfred // 28.03.2019 à 07h55

      C’est lorsqu’on est bien dressé que l’on demande ce que veux le maître.
      Il faut demander clairement ce que l’on désire. Ici être maîtres collectivement des grandes décisions qui impacteront nos vies. Le ric est pour cela un des outils les plus puissants (vous avez raison).
      Même si vous pensez qu’on ne l’obtiendra pas il faut le demander (ne cerait ce que pour mettre la pression et obtenir “moins”).
      Ne soyez pas défaitiste: ils ne veulent RIEN lâcher de toutes manières alors autant tout réclamer.

        +66

      Alerter
      • charles // 28.03.2019 à 08h03

        c’est à dire qu’on saute des cases. On demande au gouvernement le plus dictatorial qui soit de nous donner l’outil de sa dissolution.

        ça ne fonctionnera pas.

        On peut par contre tenter de virer ce gouvernement de facho, et ensuite mettre en place le RIC.

        1ere étape: recouvrer la souveraineté
        2eme étape: instituer, enfin, la démocratie.

          +13

        Alerter
        • Binou // 28.03.2019 à 11h07

          Je penses également que ça se fera en deux étapes comme vous le dites.
          Mais parler maintenant du RIC, ça permet de sensibiliser les gens longtemps avant les élections, ça laisse le temps de décanter et faire un choix réfléchi.
          Incroyable le nombre de personne qui ne savaient pas ce qu’il y avait derrière ce termes avant le mouvement.

            +12

          Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 11h44

          La base de toute négociation c’est de demander un peu plus que ce que vous espérez obtenir. Demander le RIC pour obtenir la dissolution de l’assemblée au minimum est une stratégie très basique.
          Le meilleur moyen d’obtenir un succès quelconque c’est de ne pas se prendre pour dieu et penser à la place des gens (dans la foule une partie prendra vos étape dans le même ordre, d’autres dans l’ordre inverse d’autres encore auront d’autres étapes: résultat la division et l’echec) ni même du gouvernement (dont nous ignorons peut être d’autres “contraintes” que celles que l’on devine). Il est donc important de tout mettre à plat et de laisser chacun établir sa priorité.
          Le gouvernement est capable d’établir un sous-RIC dévitalisé pour éviter une dissolution de l’assemblée qu’il trouverait plus menaçante comme de faire l’inverse (lacher sur la dissolution pour eviter le ric).
          Dans tout les cas ce sera une victoire (d’étape) pour nous.

            +7

          Alerter
      • kiva // 29.03.2019 à 10h29

        “Il faut demander clairement ce que l’on désire”
        Quand est-ce que les gens vont comprendre que jouer avec les règles des dominants n’apportera absolument rien ?
        On ne demande pas quelque chose, on l’impose. C’est d’ailleurs pour cela que le mouvement des Gilets jaunes est dans l’impasse. Cela fait des semaines qu’ils se mobilisent sans avoir eu un quelconque résultat. Tout simplement parce qu’ils en sont encore à “demander” sans établir de véritable rapport de force. Et pour établir un rapport de force favorable, il faut faire autre chose que se réunir sur les ronds points et manifester sur les Champs Elysées…Aucun groupe sociale dominant ne concèdera une partie de son pouvoir s’il n’y ait pas obligé.

          +3

        Alerter
        • Alfred // 29.03.2019 à 13h13

          Vous voulez établir un rapport de forces à la Syrienne? C’est exactement ce que les oligarques désirent. Vous avez entendu parler de la notion” d’état de siège”; de l’article 36?
          Non? Alors renseignez vous et arrêter de rêvasser sur le grand soir. Nous arrivons à une période où les choses se payent et vont commencer à se payer vraiment cher. En particulier les impulsions pas trop réfléchies.
          Je suis d’accord avec vous pour dire qu’on est loin du compte en matières de rapport de forces et d’organisation mais à ce jour les Gilets Jaunes sont le plus grand danger qu’ait rencontré l’oligarchie depuis 50 ans. Il s’agit d’être plus malins, pas plus violents.

            +6

          Alerter
    • chokk // 28.03.2019 à 07h57

      En élisant un porte-parole, vous élisez une cible. Le pouvoir, possédant les leviers de l’expression publique, sera en mesure de sortir des tombereaux de m….. sur lui, ou d’en insinuer, et c’est tout le mouvement qui en pâtira. La structure nébuleuse a des désavantages, certes, mais elle s’est avéré résiliente.

        +19

      Alerter
  • Ardéchoix // 28.03.2019 à 07h44

    Dans ” le loup et le chien ” de La Fontaine, le maître loup avait déjà l’idée de mettre un gilet jaune .

      +8

    Alerter
  • tchoo // 28.03.2019 à 07h51

    DEUX POINTS DE VUE: on essaye de négocier quelques avantages pécuniers pour que plus de monde aille mieux pendant quelques temps
    ou on essaye de trouver des moyens pour changer les choses en profondeurs et remmettre l’humain au coeur de la politique
    C’est tout la dualité qui ressort de cet article

      +22

    Alerter
    • TB // 28.03.2019 à 10h31

      En lisant cet article, j’ai surtout eu l’impression d’une divergence entre les jeunes actifs, qui regrettent qu’il ne se passe rien, et les vieux retraités, qui craignent qu’il se passe quelque chose.

        +9

      Alerter
  • aladin0248 // 28.03.2019 à 07h53

    Les gilets jaunes n’ont rien obtenu, c’est vrai. Mais ils ont démontré que nous avions une démocratie d’apparence et un gouvernement particulièrement brutal au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres. Ils sont la seule opposition : l’autre, la parlementaire, n’existe plus. Tout cela n’est pas réjouissant, mais si cela permet d’élever la conscience politique de quelques millions de français, le bilan ne sera pas négligeable. Ensuite, qu’est ce qu’on fait ? je ne sais pas. L’affrontement brutal avec le régime est une impasse. Il faudra trouver des moyens passifs efficaces. Cette société est complexe et fragile, des grains de sables peuvent l’affaiblir. Il faut être intelligent.

      +50

    Alerter
    • Geoffrey // 28.03.2019 à 09h10

      je ne vois pas pq la violence est une impasse : qu’aurais-tu dit à Jean Moulin, en ’43 ? ” ‘fais pas le con, vieux” ?

      super (!) ; avec ce genre de raisonnement, hitler serait une icône, et on serait tous des “non-juifs allemands”…vu qu’il n’aimait pas fort les juifs.

      et le 14 juillet, en 1789, y a pas eu un peu de violence ? et ça n’a pas un peu servi à qqch ?

      les bons concepts, “vieux”…

      Geof’-Rey, pourvoyeur de bons concepts

        +14

      Alerter
      • Loxosceles // 28.03.2019 à 11h24

        Ce n’est pas parce que la violence semble incontournable que c’est un bon concept pour autant. Je constate que la violence s’est régulièrement retournée contre ceux qui en faisaient l’usage, ou encore que le peuple ne fait pas souvent le poids contre “la violence légitime de l’état”.

        1789 : révolution instrumentalisée par les bourgeois pour voler le pouvoir aux aristos. La violence révolutionnaire a surtout servi cette bourgeoisie et le peuple y a été instrumentalisé dans un rapport de force qui n’était pas le sien.

        1870 : lors de la commune de Paris qui voit la mort de dizaines de milliers de personnes, les communards ont été forcés à la violence et je crois qu’ils ne la voulaient pas parce qu’ils se savaient perdants.

        Je ne vois aucun exemple où la violence populaire a permis de vaincre l’oppression durablement. Il me semble que la plume est plus forte que l’épée et que seules les idées permettent à une société de se maintenir. La violence anarchiste, par exemple, a été utilisée contre elle, pour décrédibiliser le mouvement et avec lui, toute la gauche révolutionnaire

        2019 : le mouvement des gilets jaunes lasse doucement mais sûrement une opinion publique qui a soif d’ordre et de tranquillité, et plus le mouvement sera violent, plus les médias auront beau jeu de taper sur le mouvement pour accélérer la tendance.

        La violence semble incontournable, elle a quelque chose d’attirant, mais je pense malheureusement qu’en l’absence de capacité à déboulonner complètement le pouvoir, elle est effectivement une impasse.

          +3

        Alerter
        • lemoine001 // 28.03.2019 à 11h31

          Thomas Sankara : « La révolution se distingue de l’anarchie dévastatrice (les black block). Elle exige une discipline et une ligne de conduite exemplaire. Les actes de vandalisme et les actions aventuristes de toutes sortes au lieu de renforcer la révolution par l’adhésion des masses l’affaiblissent et repoussent loin d’elle les masses innombrables. »

            +14

          Alerter
          • Alfred // 28.03.2019 à 12h03

            Exactement. La violence n’a de sens que si elle porte un projet politique sous tendu par une idéologie vivante (c’est à dire des points de vue partagés en masse). Il n’y a pas d’idéologie de substitution à l’idéologie ultra-capitaliste au pouvoir qui ne soit infiltrée ou travaillée au corps pour être détruite par les nervis des oligarques: les diverses formes d’écologie par exemple sont ainsi phagocytées par le système non seulement pour relancer la pompe à fric mais surtout pour miner toute idéologie alternative.
            La révolution Française s’est faite dans le nid préparé par l’idéologie des lumières. La russe s’est faite dans le nid préparé par l’idéologie marxiste. Les GJ ne sont que le début d’une prise de conscience et rien n’est prêt pour l’instant. Au contraire une partie de la population à apprise et fait sienne l’idéologie de ses maitres et annonne “non aux idéologies, oui au “pragmatisme””…).

              +6

            Alerter
            • Alfred // 28.03.2019 à 12h05

              A droite la nièce le pen a justement identifié ce besoin d’idéologie et y répond avec son école. Pendant ce temps à gauche on s’endort sur ses lauriers en pensant être plus armés intellectuellement (grace à des lordons et autres lunes notamment) et un désastre s’annonce lentement mais surement. On a pu constater au passage la portée ridicule de la pensée des révolutionnaires de salon du type “tarnac”: non seulement radicaux mais dans un bocal mais surtout rien d’autres que des incantations pour ce qui serait de “l’après”.
              Dans tous les cas la violence est malvenue non seulement pour des raisons morales (je conçois que certains puissent en discuter) mais surtout pour des raisons pratiques (sans charpente elle ne sert qu’à renforcer l’oligarchie).

                +4

              Alerter
            • Sandrine // 28.03.2019 à 12h30

              Le seul intérêt que je vois à la violence d’une partie des gilets jaunes, c’est de faire prendre conscience à la masse des attentistes de la réalité d’une lutte entre deux groupes antagonistes. Mais c’est un point primordial.
              Rester dans le consensus et la bienveillance, ce serait aller dans le sens de l’idéologie manageriale dont Macron n’est que le porte-drapeau le plus récent mais qui s’ettend inexorablement dans toute la société depuis longtemps. C’est cette idéologie managériale qui rend possible la marchandisation du monde, celle qui assure la domination sans partage des « 1% ». Faire sortir le conflit de l’entreprise, le remplacer par la concertation avec des syndicats préalablement bien dressés, voilà l’objectif majeur de tout bon management depuis au moins un siècle. Et voilà ce que Macron avait en ligne de mire avec sa formule « start up nation ».

              La peur du combat, du cortège de souffrance qui l’accompagne inévitablement est bien mauvaise conseillère pour qui veut conserver son humanité, c’est à dire vivre debout.
              Méfions-nous. Être esclave c’est parfois la solution la plus pacifique et la plus confortable.

                +8

              Alerter
            • Sandrine // 28.03.2019 à 13h22

              @Alfred,
              la nièce Le Pen n’a en aucune façon l’intention de mettre fin à la dictature des 1%. Tout au plus souhaiterait-elle y agréger quelques nouveaux venus. C’est pour cela qu’elle ne table pas sur une stratégie de la violence mais plutôt sur une stratégie de l’hegemonie ideologique.

              Son idée, c’est de faire porter le chapeau de la violence due aux inégalités sociales à l’idéologie « libérale-libertaire » d’une partie de la bourgeoisie actuelle. En surfant sur les désirs de restauration de l’autorité perdue et d’une conception traditionnelle de l’identité nationale partagés par une (grande) partie de la population, elle (et ceux qui la soutiennent) espère qu’elle pourra rétablir l’ordre en France… Ordre qui permettraient aux 1% (ainsi qu’aux 25% qui s’identifient aux 1%) de continuer à faire leurs petites affaires la conscience tranquille.

              Mais elle se trompe. Penser qu’on va rétablir l’ordre de cette manière est une illusion. La crise est structurelle. Elle ne peut pas être colmatée par un tour de passe-passe idéologique. Nous avons besoin d’un changement de modèle économique. Et l’ultra-gauche a, quoique vous en pensiez, quelques idées en la matière; ceci étant, vous avez raison, leur formulation en est bien souvent trop timide, trop confuse, trop peu concrète.

                +7

              Alerter
            • Loxosceles // 28.03.2019 à 14h23

              La désobéissance civile est certainement une option beaucoup plus intéressante que la violence, s’il s’agit de ne pas tomber dans l’esclavage, mais il faudrait aussi définir cet esclavage… La liberté est-elle un combat permanent ? Dans ce cas, la liberté ne serait qu’un autre nom pour une prison, puisque dans le système oligarchique capitalo-libéral actuel, personne n’est libre au sens strict du terme, et donc tout le monde devrait faire de son existence une lutte jusqu’à la mort contre la non-liberté… La liberté, c’est aussi celle de prendre ce qui est juste dans le système dans lequel on vit, et de désobéir à ce qui rend l’ensemble de ce système injuste et inique.

              Car si ce qui est acceptable dans un système inacceptable doit servir de caution au reste, c’est là qu’il y a un problème et que l’on glisse vers l’aliénation. Mais un combat jusqu’à la mort est l’aliénation suprême… et c’est dans ce dilemme que se glissent les prémices d’une dystopie façon “meilleur des mondes”…

                +2

              Alerter
            • Sandrine // 28.03.2019 à 16h25

              Combat ne veut pas automatiquement dire combat à mort…
              D’autre part, il y a quelque chose d’orwelien dans votre idée que le combat à mort pour la liberté serait une forme d’esclavage.
              Je comprends que l’idée du combat puisse faire peur et que celle de désobéissance civile soit plus séduisante air plus douce – peut-être l’est-elle parce qu’elle parait plus en accord avec valeurs chrétiennes d’amour et de douceur. Moi -même, j’ai horreur d’assister à un spectacle violent et encore plus d’exercer la violence.

              Néanmoins votre répugnance par rapport à l’idée de combat à mort me pose question. Est-ce que la vie est préférable à la mort à n’importe quel prix et dans n’importe quelle condition?
              Je conseille à ce sujet le film “Soleil vert” qui aborde ce thème de manière saisissante (sans vraiment conclure, d’ailleurs)

                +3

              Alerter
            • Loxosceles // 28.03.2019 à 17h03

              Ce n’est pas que l’idée du combat fasse peur, c’est que se battre pour la liberté au point d’en mourir est un non-sens. Le but n’est pas “d’être libre”, mais de “vivre libre”, or toute liberté ne peut être que relative… Dans la mort, il n’existe strictement aucune liberté, que je sache… Et ce que l’on soit croyant ou athée.

              Mais nous ne parlons pas en réalité de la mort, mais du sacrifice. Or une vie de sacrifice est l’inverse d’une vie de liberté… Dire cela n’a rien d’orwellien.

              Je ne vois pas le rapport entre désobéissance et valeurs chrétiennes. L’attitude d’un croyant est orientée vers l’obéissance, et un chrétien serait censé tendre l’autre joue. Je suis objecteur de conscience, agnostique et certainement pas chrétien… La désobéissance est un principe de base de l’objection de conscience qui est sans rapport avec quelque religion que ce soit, et la désobéissance civile comporte sa dose de violence symbolique que je distingue de la violence physique directe qui était mon sujet et, je pense, le sujet de cette conversation.

                +2

              Alerter
            • Sandrine // 28.03.2019 à 19h28

              Vous vous pensez peut-être comme « non chrétien », mais que vous le vouliez ou non vous êtes l’héritier d’une culture qui doit beaucoup au christianisme. C’est le cas en particulier de l’idée de désobéissance civile dont on fait généralement remonter la généalogie à Thoreau, qui était très marqué par le puritanisme (quoique sous une forme sécularisée)
              Concernant le sacrifice : il n’est pas du tout question de ça dans l’idée de lutter «  à mort » pour la liberté. Il est question de choisir entre une vie dans les chaînes ou la mort. Après, on peut aussi choisir de sacrifier sa vie pour que les autres soient libres, mais là, c’est autre chose.

              Je me souviens d’un passage du journal de Ernst Junger pendant la campagne de France. Il décrit sa sidération devant les cohortes de prisonniers français qui avancent, hagards, au pas de course. L’un d’eux lui confie que la guerre pour lui n’a duré que quelques heures. Junger conclut : « il ne faut jamais se rendre », quoiqu’il en coûte. Et il ajoute : mais cela ne concerne que ceux qui sont sûrs de savoir exactement pourquoi ils se battent.

              Le problème de la lutte à mort, c’est que l’on est jamais tout à fait sûr de savoir exactement pourquoi on se bat.

                +4

              Alerter
      • calal // 28.03.2019 à 13h44

        comparaison n’est pas raison. Sommes nous en 1943? sommes nous dans les annees 30? ou avant weimar?

          +0

        Alerter
    • Ydz // 29.03.2019 à 03h51

      C’est faux, les gilets jaunes ont obtenu quelques miettes, il serait dommage de les oublier.

      La prime d’activité que certains ont pu toucher, c’est pas une opération du saint esprit. Pareil pour le grand débat même si l’on peut se douter qu’il ne mènera à rien de bon sachant que c’est le monarque qui décide les propositions à retenir.

        +2

      Alerter
  • hong xiu quiang // 28.03.2019 à 07h54

    La participation libertarienne, néo-libérale, anti lois, anti impôts, anti tout ce qui n’est pas sa pomme, a disparue. Je n’entends plus sur les “ronds points” (vides actuellement, impossibles à reprendre) de petits patrons se donner des tuyaux pour escroquer le fisc et sous-payer les employés. La présence de ces gens là explique le soutien amusé des médias genre BFM au début. Leur départ et l’acharnement à manifester de tous les riens, explique les torrents de haine qui se déversent désormais. Ce mouvement social d’ampleur inédite avait de nombreux aspects contradictoires, c’est certain.
    Ceux qui sont dans le confort et le conformisme récusent “la violence”. Ils n’en examinent qu’une face, celle de la (timide) réponse à la violence d’état qui appuie et suscite la violence économique et sociale.
    Pour les autres, il faut de la colère et du courage. Ce mouvement s’étiole aussi du fait d’une répression vicieuse et méchante: arrestations préventives, gardes à vue, interdictions de manifester, brutalité policière et arbitraire judiciare ont maté pas mal de gens. Les “démocrates-libéraux” feraient bien de méditer là-dessus mais ils refusent ce constat, trop dérangeant pour leurs molles convictions. Ils s’imaginent que la sagesse a triomphé, ces nigauds!
    Ne restent que les “damnés de la terre”. Aucun problème n’a été réglé. La situation est pire qu’avant. Bravo et merci à tous ceux qui sont restés le cul sur leur canapé.

      +18

    Alerter
  • reneegate // 28.03.2019 à 07h55

    Ce n’est pas un article sur le brexit mais c’est monté pareil. Je m’interroge donc sur l’opportunité de relayer ces rhétoriques bien huilées qui permettent aux radicaux (en fait des arrivistes profiteurs) qui nous gouvernent de conserver tous les pouvoirs entre soi afin de siphonner toutes les richesses communes. C’est l’absence d’opportunités législatives et politiques qui pousse le peuple dans la rue, à la violence aussi. France Info et tous les autres médias ont construit patiemment cette impasse, avec des articles comme celui ci.

      +11

    Alerter
  • Bob06 // 28.03.2019 à 07h55

    Bientôt: ‘les gilets jaunes mangent le petits enfants”
    Les crises vire sa cuti !

      +7

    Alerter
    • ellilou // 28.03.2019 à 11h02

      Non je pense juste qu’il nous donne à voir d’autres points de vue (que je ne partage pas du tout ici) pour que chacun(e) se fasse sa propre idée. Les sources citées dans ce texte étant ce qu’elles sont….

        +10

      Alerter
    • Milsabord // 28.03.2019 à 11h53

      Ben non les crises ne tourne pas jaquette. Il n’y a qu’à lire les commentaires pour comprendre l’intérêt du débat suscité.

        +7

      Alerter
      • Jean Aymard // 28.03.2019 à 12h45

        Un encart a été ajouté qui indique que cet article est à ajouter dans le dossier “Propagande” 😉

          +8

        Alerter
  • charles // 28.03.2019 à 07h58

    de toute façons avec ce gouvernement qui ment sur la nature même de son pouvoir, tout cela ne peut que mal finir.

    Non, ceci n’est pas un gouvernement démocratique.

    SI celui ci en était, il écouterait la demande du peuple (le demos) pour la concrétiser en textes de loi.

    L’a t’il fait ? Non. Qu’a t’il fait ? Que ce qu’il voulait, donc c’est un gouvernement dictatorial, CQFD.

    pour les plus relous, la souveraineté est un acte à prouver tous les jours, comme l’amour, cela ne se résume pas à quelques élections de façades et une signature.

    BREF, étant donné qu’on est dans un grave situation, les résultats obtenus sont de la nature de ce que l’on pourrait espérer d’un arracheur de dent, tout ce que l’on ne voulait pas.

    cette réponse ultra autoritaire, physiquement et légalement, signe, d’une part l’infamie de ce gouvernement, ensuite, de ce que la réponse à celui ci doit être beaucoup plus forte, et donc beaucoup plus violente, pour espérer se faire entendre.

    Y’aura toujours des gens pour laisser tomber, mais face au terreau de 60 millions de français je ne doutes pas qu’il y en aura d’autres pour se soulever face à cela…..

    PS on peut s’amuser à détricoter les resultats electoraux pour justifier de sa légitimité, reste que 20% des français votent pour lui, 20% votent contre lui, 20% de girouette, les autres, 40%, refusent intégralement la mascarade. on en est là.

      +31

    Alerter
    • BOURDEAUX // 28.03.2019 à 09h17

      Je trouve inacceptable votre appel à davantage de violence, « pour espérer se faire entendre ». Parce que si la légitimité de Macron est, certes, très faible, du moins tient-il son mandat d’un processus légal, aussi imparfait soit-il. En revanche, la légitimité des représentants auto-proclamés des GJ est nulle face à la nation, il ne faudrait pas l’oublier. Quant à la nécessité de « se faire entendre », peut-on savoir sur quelle revendication précise la violence vous semble légitime ? ( parce que l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants, c’est fait depuis un moment). Prendre appui sur l’illégitimité relative de Macron pour lui substituer une illégitimité toute absolue dont la seule force est celle de la violence et de l’intimidation n’est pas une tactique très éloignée de celle couramment utilisée par les « gouvernements dictatoriaux ».

        +7

      Alerter
      • charles // 28.03.2019 à 10h58

        la légitimité, que je vous accorde dans en esprit de paix, que vous utilisez pour justifier l’acceptation de la passivité, je n’y ai jamais donné mon assentiment.

        absolument jamais ne m’a t’on demandé ce que je pensais de cette constitution ni de cette démocratie représentative.

        Lorsque d’autres en jouent le jeu en élisant un tel ou un tel, tout le monde constate bien le résultat sur les orientations politiques qui sont décidées.

        Alors, si vous ne voulez pas me demander mon avis, si vous empêcher les électeurs d’exprimer leurs volontés, expliquez nous, lecteurs avides, ce que vous proposez.

        Car pendant qu’une “minorité” s’exprime, des retraités ont manifestés pendant des dizaines d’années de manières totalement pacifique pour ne recevoir que des charges supplémentaires et des remises en causes permanentes des contrats sociaux établis.

        Je m’interroge par ailleurs sur votre compréhension du mouvement gilet jaune. Quel légitimité donner à ces portes paroles. Aucune. Ils ne représentent que leur propre personne en portant la parole des autres. Cela semble un comportement totalement attendue de la part de quelqu’un qui recherche le consensus collectif dans l’établissement d’un outil législatif qui donne le même pouvoir de vote à tous.

          +10

        Alerter
        • charles // 28.03.2019 à 10h59

          La hausse des taxes gelées ? C’est tout de même la moindre des choses que l’on peut attendre de quelqu’un qui prétend remettre la france en marche. Sans cette mesure de nombreux concitoyens ne peuvent simplement plus soutenir leurs modes de vies!
          Une politique saine et avenante aurait prévue la hausse du prix du carburant à venir sur les marchés (https://www.lalsace.fr/actualite/2019/03/07/le-prix-des-carburants-repart-a-la-hausse), ce que l’on aurait pu attendre de monsieur mondialisation manu macron, mais qu’il n’a pas prévu car il est incompétent.

          Cependant, sur cette question même de l’incompétence on peut s’interroger. est il vraiment incompétent ou pervers ? Lorsque ce mouvement social lui demande la suppression de la tva sur les produits de premières nécessité, non seulement celui ci refuse, mais de plus, il laisse passer une loi dont il sait très bien qu’elle en augmentera le prix.

          Perversion ou simple opportunisme malveillant ? Difficile à dire, lorsque l’on constate que toutes les ventes/gestion dans lesquelles les mains de cet homme ont plongées ont finit dans un fiasco d’interrogations et de mécontentements (aéroport de toulouse, adp, fdj, engie, code du travail, suppression des cotisations sociales).

            +7

          Alerter
          • charles // 28.03.2019 à 10h59

            Aussi, vous comparez les légitimités des uns des autres. Je notes la popularité des uns et des autres et je m’interroge sincèrement sur votre capacité à apprécier les informations qui se présentent à nous.

            Finalement, quelle légitimité, quel sort, doit t’on accorder à celui qui recherche à transférer la souveraineté de chacun au projet d’union européenne auquel chacun à déjà donné son avis en tranchant pour un non. élément de politique auquel il faudrait accorder encore un autre paragraphe tant les saloperies sont énormes.

            https://www.youtube.com/watch?v=ZwMVMbmQBug

              +2

            Alerter
          • TB // 28.03.2019 à 11h20

            Pervers ou opportuniste, Macron ? Juste vendu, ça me parait une explication suffisante.

              +6

            Alerter
      • Milsabord // 28.03.2019 à 12h05

        La violence de la rue répond à la violence symbolique de l’Etat Macron. Non pas seulement les violences policières qui sont voulues pour protéger le système de l’effet ravageur des manifestations pacifistes (cf le précédent du mouvement des droits civiques aux USA), mais celle qui s’attaque à la fonction signifiante du langage. On ne peut pas être entendu dans le contexte d’une communication paradoxale où le sens des mots et des choses sont inversés. Cette perversion du langage est une violence extrême, entre autre parce qu’elle est invisible. C’est le type de communication paradoxale que l’école de la psychiatrie systémique a caractérisée comme prégnante dans les familles génératrices de psychose. Plutôt cogner que délirer, non ?
        cf : https://www.les-crises.fr/fin-du-grand-debat-debut-du-grand-debarras-frederic-lordon-bourse-du-travail-paris/

          +8

        Alerter
      • Pinouille // 28.03.2019 à 12h36

        @Bourdeaux et @Charles
        Je profite de vos commentaires pertinents pour mettre le doigt sur un point qui me paraît fondamental.
        Vos 2 points de vue sont radicalement opposés et pourtant ils sont tous les 2 tout à fait cohérents et convaincants.
        On a là un concentré de ce qui divise les français sur le mouvement des gilets jaunes: 2 positions abouties et antagonistes.
        Laquelle est légitime? Seul les français sont en mesure de trancher cette question. Par un vote qui n’aura probablement jamais lieu.

          +4

        Alerter
    • Alfred // 28.03.2019 à 12h19

      Etes vous macroniste? On dirait. Et ceux qui vous approuvent sont sans doute des macronistes qui s’ignorent.
      Notre réponse à la violence d’état pourrait être beaucoup plus radicale c’est certain. Mais plus violente? Ce serait stupide.
      Si notre réponse n’est QUE plus violente elle sera un echec monumental, sanglant et nous nous payerons un retour de bâton que vous regretterez toute votre vie. Vous allez simplement donner le pretexte pour l’installation d’une dictature véritable qui dissoudra notre pays.
      Il faut avoir un plan pour exercer la violence avec succès et qu’elle s’arrête. Et de plan personne n’en a.
      La violence sans organisation c’est le rève de macron et des oligarques.
      Nous avons encore des mois de lutte devant nous et l’énergie pour (le ressort est remonté depuis des années). Mais si vous en avez déjà assez et que vous voulez “qu’on en finisse” au besoin par la violence c’est que vous êtes un peu chétif. En particulier pour recevoir la vraie violence que vous allez prendre en retour. Il y a encore beaucoup de marches dans l’escalade. Merci de ne pas être si inconscient et de ne pas nous faire prendre l’escalator ou l’ascenseur. Vous voulez cinq ou six ans de guerre civile pour finir par un exil (une main devant et une main derriere) quand vous aurez perdu et que probablement l’organisation de bruxelles gérera notre pays? Si oui continuez à appeler à la violence. Si non réflechissez à une radicalisation qui ne soit pas EXACTEMENT ce que veulent les oligarques.

        +7

      Alerter
      • Sandrine // 28.03.2019 à 14h30

        Le fait que certains gilets jaunes ne voient pas d’autre voie possible que l’exacerbation de la violence pour faire triompher leurs droits est peut-être un symptôme de quelque chose de beaucoup plus profond dans notre société.
        A force de répéter qu’il n’y a plus de transcendance, que toutes les valeurs et les cultures se valent, que la norme et l’interdit ne sont que des horizons dépassables et relatifs, on en arrive, comme le disait Pierre Legendre, à une société où c’est le fantasme qui tient lieu de norme.
        P.Legendre disait que lorsque le fantasme n’est plus contenu par l’autorité transcendante de la norme, il n’y a plus de frein au meurtre. Le meurtre était selon lui ce qui guette les sociétés libérales-libertaires où nous vivons.
        J’avoue que j’ai peur que le mouvement des gilets jaunes ne soit que la triste illustration de ce phénomène (par delà tout la légitimité des revendications économique et politique que je ne remets évidemment pas en cause). Et chacun sait qu’une armée sans discipline a perdu d’avance, tout aussi motivés que soient ses soldats.

          +3

        Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 15h58

          Merci pour votre commentaire éclairant. Je vais creuser la production de Pierre Legendre que je ne connaissais pas. Je crois que c’est une idée fort juste: certaines barrières sont tombées bien en amont qui auraient été bien utiles aujourd’hui. Mais je ne suis pas certain qu’elles soient tombées partout à la même vitesse dans la société. La violence “gratuite ” (est elle vraiment gratuite déjà?) qui s’est libérée dans la société (pour un accrochage en voiture par exemple) concerne elle toute la société ou seulement certains pans? Il me semble au contraire que les Gilets Jaunes (peut être est ce une question de sociologie / de quoi sont ils composés) gardent au contraire une certaine retenue. Le “Un homme , un vrai ça s’empèche” du papa d’Albert Camus illustre à mon avis parfaitement l’esprit majoritaire chez les GJ. La France “arriérée”, pas assez libérale-libertaire, s’empèche. Je suis persuadé qu’elle est capable de discipline (je crois qu’elle la montré de façon étonnante). Il lui manque une profondeur idéologique qu’elle est en train d’acquérir avec le temps. Nous sommes sur le fil du rasoir, pas au fond de l’abyme.

            +10

          Alerter
        • chb // 28.03.2019 à 22h15

          Le fait est que le pouvoir ne voit pas d’autre voie possible que l’exacerbation de la violence des forces de l’ordre pour triompher. C’est peut-être un symptôme de quelque chose de beaucoup plus profond dans notre société.

            +6

          Alerter
        • Narm // 29.03.2019 à 14h50

          @sandrine ” Et chacun sait qu’une armée sans discipline a perdu d’avance, tout aussi motivés que soient ses soldats”

          et moi je pense que c’est justement sa force et justement ce qui fait qu’elle ne soit pas éteinte aujourd’hui.
          Toute la clique des chiens de gardes politiques ou médiatique ne sait quoi faire pour arrêter ce mouvement.
          Aujourd’hui, on entend tout et n’importe quoi. Mais des millions de personnes ont terminé de croire à la “bonne parole”. C’est bien ça le début de la remise en question générale

            +2

          Alerter
  • Larousse // 28.03.2019 à 07h59

    Quand le pouvoir et les médias disent à longueur de temps que les GJ ne savent pas ce qu’ils veulent, c’est bien une “infox” pour éviter de répondre.
    A 80%, les revendications sont claires et connues de tous.
    Le président Macron a pratiqué la manipulation avec les “10 milliards” et continue le pourrissement.
    Avec ses acolytes, il pense déjà avoir gagné.
    La seule réponse possible est de continuer à manifester mais surtout de passer à des actions du “boycott”, de grèves multiformes dont la grève de la consommation perlée sur des produits (certains d’ailleurs fortement liés au système de crédits et financiers comme les voitures ou l’électroménager). Casser la dynamique du système économique consumériste et oppressant, affolera les puissants.

      +43

    Alerter
    • N_a_d // 28.03.2019 à 08h40

      Et aussi, ne pas oublier d’aller voter bientôt

        +15

      Alerter
  • Alfred // 28.03.2019 à 07h59

    Une bonne “réponse” à ce genre de mayonnaise est la suivante:
    https://www.reconstruire.org/francois-boulo-le-peuple-francais-existe-toujours-et-il-ne-se-soumet-pas/
    (S’il reste intègre je ne serais pas choqué de voir ce jeune bonhomme plus souvent).

      +26

    Alerter
  • Antoine // 28.03.2019 à 08h00

    Ce sont des manifestations contre les politiques d’austérité (imposé par l’ue). Tout le monde est touché voilà pourquoi Macron ne s’en remettra pas… le ric n’est pas demandé pour un désir de démocratie mais parceque les gens veulent faire contrepoids aux politiques d’austérité.

      +15

    Alerter
  • Robert // 28.03.2019 à 08h01

    Le mouvement des GJ, c’est une prise de conscience. Maintenant qu’elle a eu lieu, il faudra du temps mais une évolution me paraît inéluctable. Déjà, le résultat des prochain des européennes sera significatif : si la liste LREM n’est pas majoritaire, cela établira que le pouvoir de Macron, s’il est légal, est cependant illégitime !

      +17

    Alerter
    • Narm // 29.03.2019 à 15h27

      bof. mais macron obtiendra ses 20% voir arrivera en tête. Les gens sont tellement frileux et influenssables.

      mais vous avez raison, le mouvement est en marche , les retraités ont plus ou moins compris et les plus jeunes s’informent autrement.

        +2

      Alerter
  • Richard Mauden // 28.03.2019 à 08h07

    Le temps des lâches opportunistes fait qu’ils sont incapables d’affronter la bataille que livrent aux GJ Castaner la castagne et son armée de violences policières.
    Tu peux pleunicher à la radio, ça ne changera rien : “Je suis un homme de paix, un humaniste. Je ne pouvais plus soutenir ce mouvement, qui a dégénéré en manifestation de haine.Jean-Michel Pouchel, ancien “gilet jaune” à franceinfo”
    Bientôt sur une liste LREM ?

      +26

    Alerter
    • TZ // 28.03.2019 à 08h52

      Exact, il va falloir que les gens comprennent qu’il faut désormais aller à la radicalité. Ce qui ne veut pas dire violence, mais avant tout désobéissance civile.

        +22

      Alerter
  • Richard Mauden // 28.03.2019 à 08h09

    “Toutes les personnes interrogées par franceinfo” Vous y croyez à ces gens-là ?

      +24

    Alerter
    • Marie Colin // 28.03.2019 à 11h23

      apparemment ils ont un bon directeur de casting…

        +8

      Alerter
  • R.C. // 28.03.2019 à 08h14

    Bien sûr que c’est désordonné et qu’il y a des choix (ou des non-choix) tactiques contestables. C’est bien parce que le terreau gilets-jaunes est vaste et très diversifié. Mais il est évident qu’un média d’état tel F. I. ne peut faire autre chose que pointer les divergences et les défauts plutôt que les convergences et les points saillants d’un mouvement quasi spontané qui a mis en branle des strates de la société que l’on croyait jusque là inertes.
    Le réveil de la France profonde au petit matin du 17 novembre, de celle qui “comptait pour du beurre“ aux yeux de l’oligarchie, a f… une trouille colossale au pouvoir. C’est pourquoi celui-ci s’ingénie à le nier, à le salir verbalement, à le discréditer et tente toutes les manœuvres, y compris les plus sales, pour dissoudre cette insurrection inacceptable et lèse-majesté au plus vite.
    Pour cela, la complicité des médias mainstream et des larbins empressés ne fait pas défaut : la propagande tourne à plein régime.

      +17

    Alerter
  • Schwartz // 28.03.2019 à 08h17

    “Le jour où j’ouvrirai les fenêtres et où j’entendrai les sirènes, je sortirai et là, je remettrai mon gilet jaune.”
    Si ça pète vraiment, vaudra mieux pas trop avoir une couleur fluo sur le dos !

      +6

    Alerter
    • Narm // 29.03.2019 à 15h32

      lagarde a annoncé à plusieurs reprises que la tempête arrive

      et chez nous, ils ont la tête dans le sac.

      1929/2019 par les banques ou 1939/2019 par l’est
      tout ne tient que parceque macron et consorts ( des con soumis au mê sort ?) tiennent à leur privilèges et leur pognon placé

        +3

      Alerter
  • calal // 28.03.2019 à 08h23

    Pour quelqu’un qui prefere s’exprimer par le vote plutot que dans la rue,c’est difficile de se faire une opinion sur les gilets jaunes:
    – ont ils obtenu suffisamment deja ?
    -la persistance du mouvement est une epee de damocles sur le quinquennat macron: la proximite des elections europeennes ne joue t elle pas le meme role?
    – mouvement detourne par l’extreme gauche ce qui expliquerait la baisse de LFI dans les sondages?
    -la police s’est assez bien comporte ( sauf les tirs a la tete) mais le mouvement donne des pretextes pour des nouvelles lois liberticides;facon les dominants trouveront toujours un pretexte pour le faire.La poursuite du mouvement conduira t il a une montee de la tension police/ peuple?
    -ce mouvement met il en evidence la fragilite de notre democratie ou au contraire la solidite de nos institutions?

    Bref,est il plus tard que ce que l’on pense ou le mouvement des gilets jaunes est il trop radical?

    Je continue de penser que tout ca est democratiquement sain,qu’il faut rester vigilant sans paranoia et que la confrontation des interets de chacun d’une maniere plus ou moins pacifique comme cela a ete le cas jusqu’a present est utile a l’avancee du debat publique.

      +0

    Alerter
    • Alfred // 28.03.2019 à 12h24

      Globalement d’accord avec vous (et pour ma part il est plus tard qu’on ne le pense hélas), par contre:
      “– mouvement detourne par l’extreme gauche ce qui expliquerait la baisse de LFI dans les sondages?”
      La baisse de la LFI dans les sondages n’a à mon avis rien à voir avec les gilets jaunes mais tout à voir avec son positionnement en tant qu’héritier du ps d’un électorat qu’il pense captif (le positionnement faussement appelé “rassemblement des gauches” alors que ce n’est qu’un positionnement electoraliste contre-productif). Mais bon.

        +7

      Alerter
    • Narm // 31.03.2019 à 14h30

      vous croyez encore au sondage ? ….

      une partie des revendications des GJ ce sont pouvoir d’achat, RIC , impot plus juste, dissolution et refondation de la gouvernance (peuple par le peuple pour le peuple)
      ça correspond à la 6èmerépublique et LFI qui le reclame depuis plusieurs années.

      et une choses est sûre, les GJ et les français n’ont strictement rien obtenu aujourd’hui 😉
      si le mouvement s’arrête, et même s’il ne s’arrête pas, on prend les même ou presque et on recommence.

      et pour reprendre sur la démocratie, nous ne sommes pas en démocratie. nous sommes en démocratie représentative et la volonté du plus grand nombre ne peut pas aboutir. une preuve parmie d’autres, le referundum de 2005

        +1

      Alerter
  • Duracuir // 28.03.2019 à 08h26

    c’est devenu insupportable et très représentatif de la dégénérescence, que dis-je, de la désagrégation des médias, cette manie du radio trottoir.
    Foin d’analyse fastidieuse, point de sondages couteux, plus le sujet est important, plus il nécessiterait du recul, de la pondération, que font nos médias? Ils se précipitent au bar des sports et demande son avis à Dédé, grand fan des Grandes Gueules. Des millions de personnes concernées? Pas de problème, on envoie une stagiaire servile avec souvent cette même voix de demeurée boboïsante en quête d’approbation managériale qui va interroger au pif une vingtaine de personne sur lesquelles on en retiendra deux ou trois. Des centaines de milliers de personnes sacrifient tous leurs samedis depuis 3 mois, leur confort, affrontent le mépris et les quolibets de la caste des eunuques médiatiques, risquent de se faire mutiler par un flic trop zélé? On prend trois trouducs dont on a aucune garantie d’authenticité, supposés venir du camp révolté et qui dégueulent sur leurs pseudos anciens camarades. Assez.

      +31

    Alerter
  • sassy2 // 28.03.2019 à 08h33

    5 mai 1789 – 9 nov. 1799
    dans 10ans france info n’existe plus

    les gilets jaunes onst sur les vrais ronds-points: les serveurs

      +2

    Alerter
  • brochard // 28.03.2019 à 08h35

    Lassez-vous , lassez-vous , c’est le vœux de ceux qui gouvernent . Il faut bien voir qu’ en politique la victoire appartient à ceux qui tiennent le plus longtemps !

      +9

    Alerter
  • Urko // 28.03.2019 à 08h36

    Le grand mérite des gilets jaunes – ceux de novembre ou décembre envers lesquels l’extrême gauche affichait initialement méfiance et parfois dédain avant d’essayer de récupérer ce mouvement authentiquement populaire qu’elle ne sait peut-être plus initier – est d’avoir fait passer un message à l’état, actuellement dirigé par ce gouvernement là, bientôt par un autre : la coupe fiscale est pleine pour les classes moyennes, en gros. Le reste n’est pas accessoire, mais l’essentiel me semble là : les classes moyennes viennent de dire à l’état que son recours pavlovien aux relèvements des prélèvements obligatoires plus ou moins bien packagés, depuis plusieurs décennies, a atteint ses limites. Stop. Trouvez d’autres moutons à tondre. Oui, mais qui ? Pour nos gouvernants présents ou futurs, c’est une sacrée gageure. Les riches s’enfuient si on les chatouille trop (c’est énervant mais pas anecdotique du tout), les moins aisés ne sont pas solvables par définition, et voilà que les derniers dans les poches desquels on pouvait encore puiser sans qu’ils ne puissent y couper montrent les dents. Comment faire ? La poule aux œufs d’or ne veut plus pondre. Les transferts sociaux, ce sont 700 milliards par an ; à qui les prendre, sachant que les réduire ferait sauter les banlieues et autres quartiers populaires ? Fort heureusement, les taux sont très bas et l’État a un bel accès aux marchés… mais ça ne suffira pas. Il va falloir que nos hauts fonctionnaires et politiques (ce sont les mêmes) fassent preuve d’imagination. Messieurs et mesdames les Énarques, épatez nous ! En bien hein…

      +11

    Alerter
    • Barbe // 28.03.2019 à 08h47

      Urko la politique est une chose trop sérieuse pour la laisser à des énarques.
      Et puis quand on sait que la monnaie est créée à partir de rien,
      cela signifie que le chômage aussi est un produit, tenu sous contrôle.

      Ric et Fric pour tous.

        +16

      Alerter
      • Urko // 28.03.2019 à 09h12

        Le ric, j’y suis très favorable, mais s’agissant de fiscalité, ça ne va pas produire de solution magique. Du moins je nourris quelques doutes à ce propos. Des hauts fonctionnaire devront donc y plancher. Et l’ENA fournit d’excellents fonctionnaires. Le problème est qu’ils se piquent de politique. C’est un autre sujet. Quant à l’argent, il est créé à partir d’une grande partie de vide, mais pas de vide absolu non plus. C’est une erreur de le croire je pense. Les assignats ne durent jamais.

          +4

        Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 12h25

          Peut être que le fait de ne pas faire appel à des énarques permettrait au contraire d’avoir une fiscalité simplifiée et donc plus efficiente…

            +6

          Alerter
    • Eric83 // 28.03.2019 à 09h31

      “Le grand mérite des gilets jaunes – ceux de novembre ou décembre envers lesquels l’extrême gauche affichait initialement méfiance et parfois dédain…”

      C’est notamment le sujet du dernier billet de Mchel Onfray “Coucous, cocos, cocus”.
      https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/-coucous-cocos-cocus

        +4

      Alerter
    • VVR // 31.03.2019 à 15h45

      > “les réduire ferait sauter les banlieues et autres quartiers populaires”

      Un petite note sur les transferts sociaux: ça n’a pratiquement aucun rapport avec les banlieues.

      319 milliards sont pour les retraites, 245 milliards pour la santé. Donc plutôt pas pour ces quartiers ou la moyenne d’age est moindre que dans le reste de la France.

      Les quartiers ne touchent qu’une partie des 55 milliards d’allocs familiales, les 40 milliards d’indemnité chômage, les 18 milliards d’APL. Le RSA ne coute lui que 10 milliards pas an.

        +2

      Alerter
  • zx81 // 28.03.2019 à 08h46

    Prochain article : “J’ai pris un petit crédit pour m’acheter un foulard rouge”. Des ex gilets jaunes racontent pourquoi ils ont rejoins le mouvement des foulards rouges.

    Extraits en exclusivité : “En rejoignant le mouvement des FR j’ai l’impression d’avoir pris l’ascenseur social, et en même temps les policiers nous respectent”. Un autre le confirme : “J’ai perdu un oeil je pouvais pas me permettre de perdre l’autre”. Le témoignage de Jojo : “En entendant le président citer mon nom ce fut une choc, je me suis dit ‘Jojo ferme ta gueule t’es un imbécile et prends un troisième job t’es un fainéant'”, son nouvel employeur l’a alors adoubé en lui donnant un foulard rouge, “ce fut le plus beau jour de ma vie” nous confie-t-il ému, les yeux rougit par les larmes. Un autre résilient (en manque de manifestation, ayant brûlé son gilet jaune) a obtenu un petit crédit auprès d’une nouvelle fondation pour les plus démunis : Oser le Rouge (créé par deux personnalités proche de notre président).

      +31

    Alerter
  • Kokoba // 28.03.2019 à 08h50

    Un article franceinfo de belle propagande.

    On y apprend donc :
    – que les GJ ne savent pas ce qu’ils veulent
    – que les GJ sont betes à manger du foin
    – qu’ils sont violents
    – que leurs leaders propagent de fake news
    – qu’ils sont de moins en moins nombreux
    – que les Français souhaitent qu’ils arretent

    Et on utilise toutes les techniques de com du “journalisme” moderne :
    – pseudo mini-témoignages invérifiables pour faire “vrai”
    – 1 ou 2 phrases d’un “spécialiste” qui n’apportent rien pour avoir un argument d’autorité
    – une tentative de détourner le débat vers les “vrais” gens qui souffrent (les migrants). Sous entendu, les Français n’ont eux pas de raisons de se plaindre
    – des insinuations sur les leaders (propagent des fakenews, dénoncent le pacte de marrakech donc nationalistes, donc racistes, donc fachistes)
    – tentatives de culpabilisation : pensez à votre famille au lieu d’être sur les ronds-points !
    – séparation des GJ entre les vrais (ceux du début, pacifistes) et les faux (ceux qui continuent et qui sont violents)
    – faire peur aux honnetes gens en expliquant que les GJ qui continuent veulent se radicaliser (plus de violence)
    – montrer que ce que demandent les GJ est irréaliste, incohérent et dangereux (le passage sur ce que “demandent les GJ”
    – utilisation des termes habituels pour décridibiliser (dérive, radicalisation, grand soir)

    Et encore, je dois en oublier.
    C’est assez incroyable. Quand je fais la liste, chaque paragraphe est une saloperie.
    On croirait un exercice de style dans une école de communication.

      +38

    Alerter
  • Eric83 // 28.03.2019 à 08h51

    Allo, les Crises, c’est quoi l’intérêt de diffuser cet “article” de propagande anti-GJ’s ? Si un lecteur veut aller voir cette propagande, il y en a tous les jours sur tous les médias MSM, d’autant que “l’article” date du 9 mars.

    Pourquoi ne pas diffuser par exemple la vidéo qui montre comment un policier a fait tomber Geneviève Legay à Nice et les témoignages des “street medics” accablants le commissaire qui les a “parqués”, leur a interdit de secourir cette femme blessée à la tête qui perdait sang et qui ensuite les a placés plusieurs heures en garde à vue…pour casser le mouvement GJ.
    https://www.youtube.com/watch?v=OkStd7GcYsE&feature=youtu.be&fbclid=IwAR0Q5o04e_ELbWBLQ5jReJWSrAVpmeT5lz–mPnvZHYqWDTsPH_lcex585Q

      +23

    Alerter
    • charles // 28.03.2019 à 09h01

      inversement, il ne faut pas se voiler la face. amha la propagande de cet article concerne surtout nicolle, drouet, et le pacte de marrakech. le reste est banal et représentatif de diverses opinions, il me semble. oui le découragement est banal.

        +0

      Alerter
    • Caliban // 28.03.2019 à 09h19

      L’intérêt de diffuser cet article est de faire réfléchir à la méthode employée par un grand média pour désinformer les lecteurs.

      Quelques pistes :
      • un titre “accroche-connard” qui ne reflète en rien le contenu
      • un mélange dépourvu de rigueur entre sondage / paroles “d’experts” / témoignages d’acteurs
      • aucune information sur les conditions de collecte des témoignages (comment les a-t-il trouvés ? pourquoi avoir sélectionné ces témoignages-là et pas d’autres ? … bref nous informer sur l’inévitable degré de subjectivité de son travail)
      • les témoignages retenus sont ceux qui reprennent les angles d’attaque du gouvernement (Nicolle + Drouet + Ric)

      S’agissant de la charge policière à Nice, voir ce qu’en dit Arrêt sur Images (la chaîne LCI a les images du direct mais ne les exploite pas).

        +6

      Alerter
      • Owen // 28.03.2019 à 11h46

        Il y a la technique Nalleau, aussi, qui insulte Maxime Nicolle comme ça le chante: il ne sait pas réfléchir, il est complotiste et révisionniste. https://www.youtube.com/watch?v=hgDnKq0xtFA

        A part ça, Eric Nalleau écrit des livres:
        http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTq37ZzG8lTyv3kupCkJZss7f-DcsdHlqDxGaF5vpWgVj0TYmrm

        Allez, suggérons des articles à Kocila Makdeche, qui seront très lus:
        – Comment l’exécutif a utilisé les blocs noirs dès le début pour la stratégie d’escalade de la violence, effrayer l’opinion publique et pourrir le mouvement des gilets jaunes ?
        – Comment les médias se sont donnés à cœur joie avec ces violences pour dénoncer l’extrême droite, les identitaires, les factieux équivalents à ceux des années 30 ?
        – Pourquoi les français sont lassés du président, du gouvernement et des médias ?

          +3

        Alerter
      • tepavac // 28.03.2019 à 12h40

        Pour Nice, il y a l’analyse de Pure Télé;

        https://twitter.com/PureTele/status/1110464628365185024

          +1

        Alerter
  • Sonia11 // 28.03.2019 à 09h09

    Exacte rien na changer pour les personnes vivant sous le seuil de pauvrete beaucoup de personnes vivent avec un rsa 480e n ont pas qu ils ne veulent pas travailler comme dans mon cas ces que m on patron ne ma pas payer mon salaire et que devoir passer au prud homme qui dure depuis 2ans ces difficile de ce dire que on puisse laisser des gens vivrent comme sa a cause de patron lamentable et une justice trop lente pour indemniser

      +4

    Alerter
  • POL // 28.03.2019 à 09h09

    Très clairement si ce mouvement est traité avec autant de mépris et de violence c’est parce qu’il s’agit d’une lutte à mort entre le pouvoir en place et le peuple. Abandonner maintenant serait se placer en esclavage pour plusieurs générations, ce n’est pas qu’un problème d’essence ou de vie chère, il y a bien plus en jeu, ceux qui ne le comprenne pas peuvent tout de suite s’acheter un pot de peinture doré pour leurs chaînes qui vont s’alourdir jusqu’à les tuer.
    POL

      +9

    Alerter
  • lemoine001 // 28.03.2019 à 09h21

    Le problème des Gilets Jaunes c’est le peu de clarté de leurs discours : on y trouve tout le vocabulaire de la droite extrême et de la droite confuse (les élites, le système, les médias ) aucune analyse des rapports sociaux, du mode du production, du rapport de force, de la nature de nos institutions. Dans l’action aucune organisation et pire encore le refus de l’organisation. En final cela aboutit à un réformisme d’enragés qui ne peut que finir dans l’épuisement et les rancœurs.

      +1

    Alerter
    • Caliban // 28.03.2019 à 09h39

      Votre marxisme vous aveugle 🙂

      • “peu de clarté de leurs discours” : problème d’audition peut-être ? Augmentation immédiate des salaires et mise en place du RIC

      • “tout le vocabulaire de la droite extrême et de la droite confuse” : cette rhétorique n’est pas propre à la droite (https://youtu.be/R0NL6IA23SU?t=326)

      • “aucune organisation et pire encore le refus de l’organisation” : euh ? Et ça c’est une sucette géante ? https://reporterre.net/Pres-de-Commercy-l-assemblee-des-Gilets-jaunes-refonde-la-democratie

        +15

      Alerter
      • Graindesel // 28.03.2019 à 10h30
      • lemoine001 // 28.03.2019 à 10h41

        Je n’ai pas pu développer la question du vocabulaire. Apparemment le site bloque les messages qui contiennent certains mots jugés déplacés. Je voulais justement dénoncer l’usage de ces mots. De même on voit que les GL jaunes ont quelques difficultés à prendre une position claire face aux exactions des Black bloc et des autres casseurs venus des extrêmes manipulés par le pouvoir. Le RIC n’est pas une revendication claire. Il existe dans de nombreux pays sans que cela change quoi que ce soit. Il tient lieu d’analyse des institutions, des formes du pouvoir. Quant à la revendication d’augmentation des salaires (du SMIC en fait) elle est adressée à la cantonade tant qu’elle n’est pas relayée dans les luttes syndicales dans les entreprises. Il a été facile à Macron de la contourner tout en laissant croire qu’il y donnait satisfaction.

          +1

        Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 12h28

          Le GJ médiatisés ont eu du mal à prendre des distances avec les casseurs nuance.. Sur le trottoir j’ai plutôt vu les gens sortir les crétins trop remontés ou tenter de les calmer. Systématiquement. Ce n’est qu’un micro trottoir personnel evidement 😉

            +3

          Alerter
          • Michel LEMOINE // 28.03.2019 à 15h02

            Dans une manifestation un peu organisée il y a un service d’ordre qui peut créer un barrage entre les manifestants et les casseurs. Généralement le responsable du service d’ordre se fait connaître aux forces de l’ordre et peut négocier avec elles une sortie ou une modification de parcours. Les manifestants expriment bruyamment leur condamnation des violences. Les organisateurs les dénoncent comme des “provocations”.

              +1

            Alerter
            • Alfred // 28.03.2019 à 16h07

              C’est “qu’est ce que je dis”. Localement cela s’est fait plutôt deux fois qu’une.
              Vous remarquerez qu’une des réponses du pouvoir a été au moins à paris de lacher la bride au casseurs (dixit acataner lui même à la radio) et… de s’en prendre aux organisateurs de manifestations déclarées. Conséquences: retour à la non déclaration…
              Le pouvoir se jette avec férocité et en priorité sur tout ce qui peut ressembler à de l’organisation (streety medics, créateurs de pages FB ou de lieux, etc..) pour après prétendre que les GF sont inorganisés.
              Rappelez vous de l’acte commun Gilet Jaunes -CGT: Les CGT-istes pouvaient traverser les cordons de police et les GJ etaient tabassés.
              C’est un choix. Les GJ ont réussi à rester majoritairement pacifistes malgré tout cela.

                +4

              Alerter
            • lemoine001 // 28.03.2019 à 16h23

              @ALFRED Si les GJ acceptaient de se joindre aux cortèges syndicaux, ils pourraient manifester sans craindre la répression et nous aurions cette convergence des luttes qui peut seule faire basculer le rapport de force. Mais il est clair qu’ils sont bien trop noyautés par des éléments venus de la droite pour cela. Leurs leaders sont intelligents, ils sont capables mais ne savent que répéter semaine après semaine le même scénario. Il faut vraiment que le mécontentement et même la révolte soient extrêmes pour qu’ils aient pu continuer comme cela pendant plusieurs mois. Mais le temps joue contre eux.

                +2

              Alerter
            • Caliban // 28.03.2019 à 20h03

              @Lemoine

              Sortez dans la rue et vous verrez que :
              • il n’y a pas de noyautage (je vous remets le lien, au cas où vous souhaitiez vous renseigner sérieusement : https://reporterre.net/Pres-de-Commercy-l-assemblee-des-Gilets-jaunes-refonde-la-democratie)
              • c’est toute la France dans sa diversité qui marche
              • et s’il y a un point commun entre le GJ c’est peut-être le souci de l’autre

              Une haute idée de la vertu qui aide à comprendre :
              • une allergie absolue aux injustices (fiscales, sociales, …)
              • la colère contre des représentants politiques qui ne les représentent pas
              • et que les manifs durent depuis des mois

              Vertu qui n’est peut-être pas la motivation première des syndicats. Plus exactement des centrales syndicales qui ne bougent pas, contrairement aux syndicalistes “de base” qui sont présents assez massivement dans les cortèges.

              “Mais le temps joue contre eux.”
              > décidément vous me paraissez vraiment à côté de la plaque si je peux me permettre
              > les plus usés dans l’histoire ce sont les politiques et les forces de l’ordre
              > les beaux jours arrivent, manifs + sittings en perspective…

                +6

              Alerter
        • Lilli // 28.03.2019 à 13h50

          Oups. D’après Lapine, il serait à 36 euros (le smic)… à t il donc été augmenté puis… remis à son taux initial pour X raisons… lol. J’ai du louper une séquence !

            +0

          Alerter
      • Caliban // 28.03.2019 à 10h41

        Merci, fait main 🙂

        Format .png : https://imgur.com/SKaJ5Zt
        Format .eps : https://ufile.io/07oj0

          +1

        Alerter
    • Catalina // 28.03.2019 à 09h41

      lemoine
      EUH ????
      faut vous renseigner avant d’affirmer de telles choses. Et non, on n’y trouve ce que vous dites que si on choisit de chercher ce que vous dîtes. Droite extrème et tout est dit n’est-ce pas ? Prenez donc “antisémité” c’est plus porteur…
      Entre autre, il y a une délégation qui a demandé un rdv avec un dirigeant des Starbuks pour discuter de la très minime imposition de cette officine en France, il y a la même chose pour Apple.
      Etes-vous au moins allé discuter avec des gj, je n’ai pas l’impression…Vos raccorurcis sont pour le moins, comment dire…j’ai l’impression d’entendre un “journaliste” mainstream en vous lisant. Et c’est quoi un “réformisme d’enragés”, qualificatif que j’aurais plus tendance à diriger vers notre “gouvernement”, je dis ça, hein…
      PS : à vous lire, seules “les droites” critiquent le système triatique, euh, du coup, si on critique le système ont est forcméent de droite ? j’ai presque envie de rire si ce n’était aussi manipulateur

        +6

      Alerter
  • Czerny // 28.03.2019 à 09h51

    Rigolos les légalistes du forums ,amoureux du vote ,horizon indépassable du vivre ensemble .40 ans qu’ils votent et n’ont toujours pas pigés comment fonctionne l’arnaque .Des élections truquées ? En France ? Pensez donc ! Nous sommes en démocratie ,dans un pays civilisé, patrie des droits de l’homme ,blablabla ……Les zélites ont de beaux jours devant elles .

      +9

    Alerter
    • Alfred // 28.03.2019 à 16h12

      Le pourcentage de blancs et nuls (d’après les chiffres directement issus du ministere de l’interieur) dans les arrondissements centraux de lyon (à savoir 0,0 (zéro virgule zéro) chiffre officiel) à la dernière présidentielle vont dans votre sens.
      Maintenant, et c’est là où vous etes un peu court, le vote n’est qu’un outil parmi d’autres. Pourquoi s’en priver? Votre discours fait penser à un amour juvénile déçu. Vous sacralisez trop le vote. Ce n’est qu’un des moyens du rapport de force. Il est idiot de s’en priver.

        +2

      Alerter
      • Czerny // 28.03.2019 à 16h27

        Je sacralise le vote ? Je vais dire que vous m’avez lu en diagonale, ou trop vite, ou les deux à la fois 🙂 Sinon pour rebondir sur votre commentaire ,je suis d’avis qu’étant donné le rapport des forces et l’extrême corruption du système en place ,le vote ne sert absolument á rien, si ce n’est offrir un semblant de légitimité “démocratique” à ceux qui nous enfument ouvertement . Y participer c’est être complice de leur mascarade.

          +2

        Alerter
        • Alfred // 28.03.2019 à 17h21

          Je vous ait bien lu:
          “si ce n’est offrir un semblant de légitimité “démocratique”
          ” Y participer c’est être complice de leur mascarade”
          C’est cela sacraliser le vote.
          Voter c’est seulement se compter à un instant t (avec des gens qui trichent). Comme aller dans la rue (avec aussi des gens qui trichent). Un outil parmi d’autres. Le refuser c’est lui accorder une importance qu’il n’a pas (et un pouvoir qu’il a encore moins ).

            +4

          Alerter
  • Marie // 28.03.2019 à 09h51

    Depuis des années, en France, l’abstention ne cesse de croître, atteignant un sommet lors des deux derniers scrutins. On sait qu’une large majorité de GJ sont des non votants, aux revendications “taxe carbone” d’abord, fisc et pouvoir d’achat ensuite. Tout en confondant pouvoir d’achat et revenu…Bref, que certains, forts de la bienveillance de l’opinion le 17 novembre 2018, prennent conscience de l ‘inanité de la poursuite du mouvement devenu “choux-gras” des médias n’est guère étonnant. Si enfin les élus réalisaient que l’abstention est hautement préoccupante, les GJ auraient un peu gagné…

      +0

    Alerter
    • Dieselito // 28.03.2019 à 11h16

      Actuellement il suffit qu’une seule personne vote pour un seul postulant pour que l’élection du postulent soit validée.. Donc l’abstention n’inquiète nullement les élus…. C’est juste le révélateur de l’état de nécrose de la “démocrassie” à la sauce néolibérale.

        +5

      Alerter
    • Alfred // 28.03.2019 à 12h30

      “Si enfin les élus réalisaient que l’abstention est hautement préoccupante”
      Ben pourquoi? L’abstention empêche d’être élu?

        +6

      Alerter
      • Catalina // 28.03.2019 à 19h37

        et le vote est-il un vrai choix ou seulement un avatar de vote entre la peste et le choléra ?

          +0

        Alerter
        • Alfred // 29.03.2019 à 11h39

          On a toujours le choix. Par exemple je préfère mourir d’une balle dans la tête plutot que brulé vif avec un pneu enflamé autour du cou; J’estime que correctement soigné (ou même seul en sachant quoi faire) j’ai davantage de chances de survivre au choléra qu’à la peste. J’ai choisi de bloquer la route au plus puissant des néfastes qui me menaçaient en votant CONTRE micron. Je regrette que mes compatriotes aient choisi en majorité de ne pas assumer le maigre pouvoir dont ils disposent, qu’ils se soient laissés impressionner et qu’ils se soient réfugiés dans la lâcheté.
          On peut se tromper mais on a toujours le choix (et refuser de choisir est un choix qu’il faut assumer).

            +1

          Alerter
  • atomik750 // 28.03.2019 à 10h26

    Cet article a le mérite de faire ressortir les différentes prises de conscience des GJ et de leurs supporters dans l’opinion publique :
    – Certains (les plus vulnérables, peut-être) ne voient que le moyen d’atteindre la fin du mois sans galérer trop.

    – D’autres (les plus avancés, certainement) voient une fenêtre inespérée pour combattre efficacement le mondialisme rampant.

    – Entre les deux, un énorme espace qui amalgame toutes les peurs, les espoirs, les connaissances, les ignorances, l’influence souvent néfaste des idéologies et des religions, l’immigration désordonnée (ou non ?), la propagande éhontée des médias, les manipulations d’opinion …

    Tous ont appris quelque chose dans ce mouvement assez extraordinaire … mais chacun à son rythme !
    On ne peut pas demander à des mères de famille monoparentale qui galèrent pour finir le mois (et dieu sait s’il y en a eu sur les ronds points) de disséquer et de séparer le vrai du faux sur le mondialisme : les GJ râleurs devraient peut-être se rendre compte de cet état de fait avant d’aller “baver” sur les radios et les télés du pouvoir !

    Enfin, pour illustrer mes propos, voici un lien qui récapitule les différentes revendications des GJ :

    https://drive.google.com/file/d/0B5RxE5p0XEh7d0czVG9jZ0NMNlRqWktlaFMxS1g1STNNOEdN/view?pli=1&fbclid=IwAR3QjXdVOuWZaFGmWfw6RJAF8zek99OqgWisfaw5sNGntv_IwefR9ol-OPU

      +4

    Alerter
    • marc // 28.03.2019 à 11h04

      pourtant je ne vois pas personnellement d’autre solution qu’un retour à la souveraineté nationale (expression visée par les médias attention…)
      la remise en cause de la majorité des accords internationaux, en particulier
      sur la finance : éviter la fuite des richesses,
      sur le commerce : équilibrer les échanges,
      sur la propriété intellectuelle : arrêter ces interdictions de créer que provoquent les brevets

      évidemment que c’est pas si simple et que boucler les fins de mois, c’est important aussi…
      donc moins d’impots et plus de service public, c’est évidemment fondamental
      pour cela, il faudra arrêter les gachis monumentaux qu’on trouve un peu partout

        +1

      Alerter
    • Dieselito // 28.03.2019 à 11h19

      Allez j’abonde avec les revendications plein ouest:
      https://citoyens-bretons.org/dossier-complet-analyse-des-revendications-bretonnes/

        +2

      Alerter
  • sansimportance@nodomain.com // 28.03.2019 à 12h02

    Persister à vouloir évoluer dans le contexte légal d’un système que l’on refuse, continuer à utiliser le terrain de son ennemi pour essayer de lui arracher une victoire “par la gentillesse”, ou encore continuer à manifester et voter dans un système qui explique qu’il ne tiendra consubstantiellement aucun compte de ce qui le menace… c’est débile. On ne change pas un système pourri et déglingué, on ne répare pas une ruine dangereuse, on ne négocie pas avec un psychopathe jusqueboutiste couvert du sang de ses victimes. Il faut mettre à bas, par tous les moyens et surtout les moyens hors du cadre de la légalité, il faut faire tomber ce régime. Je ne parle plus de république (de raie publique ?) mais d’un système parasitaire et enkysté qui fera tout pour perdurer. Manifester gentilment dans un cadre autorisé puis ensuite voter pour des “opposants” ? Et puis quoi encore, si ça servait à quelque chose ce serait interdit… et on y vient!

      +4

    Alerter
  • cording // 28.03.2019 à 12h15

    Pas surprenant tout cela. Il y a toujours dans tout mouvement des gens qui se “dégonflent” qui ont peur de leur ombre.

      +1

    Alerter
  • ima // 28.03.2019 à 13h34

    Mon cher Kesse, parler encore de la gauche c’est bien, mais quelle gauche ?
    Les seules que je connaisse sont :
    – celle qui est à droite et au pouvoir depuis toujours et sans remonter trop loin, celle de Suez, du premier détournement d’avion, de la demande implicite de la torture en Algérie, de la capitulation devant le capital après 81.
    – et puis l’autre, moitié gauche caviar, qui peut se mobiliser pour certaines causes lointaines si possible, mais combien d’artistes de “gauche” pour défendre celle des GJ ? Ça risque de toucher à quelques uns de leurs avantages ? Et l’autre partie, dont il faudra bien un jour se poser la question de savoir avec quel financement ils font tourner leurs groupuscules dont les AG pourraient se tenir dans une cabine téléphonique.
    Rappelons nous que les néo-cons étasuniens furent, à l’origine des trotskistes… comme Jospin en sommes !
    Comme les GJ ont raison de ne pas laisser ces profiteurs approcher !

      +3

    Alerter
  • inement // 28.03.2019 à 14h53

    Tant de bassesses et d’incompréhensions condensées en un seul article, c’est dur !

    “Ce n’est pas le RIC qui va remplir le frigo ! A un moment, il faut être réaliste”, peste de son côté Hubert Charlier. Pour lui, le mouvement s’est détourné de l’essentiel : la baisse des impôts et la hausse des salaires. “C’est grâce à ça qu’on va relancer la croissance. Ensuite, on pourra éventuellement réfléchir à de nouvelles choses comme le RIC, mais ce n’est pas la priorité.”

    _ D’une, la demande du RIC montre à la France entière la nature anti-démocratique extrême des (ir)responsables au pouvoir puisque travaillant de fait pour les “ultra-riches” !
    _ De deux, lorsque ce pouvoir est gangréné par des réseaux élitistes mafieux et multiples, comment mettre en place, je cite : “la baisse des d’impôts et la hausse des salaires” pour “relancer la croissance” ?

    C’est donc soit le RIC en toute matière et si 5 ou 10 % veulent réintroduire la peine de mort en France, 90 – 95 % seront là pour voter contre, soit la révolution puisque de fait le pouvoir dans une organisation capitaliste mondialiste de travaillera jamais pour les plus faible ni même pour les 80 % des français les moins lotis.

    Je ne reprendrai l’ensemble des déclarations mais toutes les argumentations et tous ces exemples sont soit mensongers soit falacieuseux, donc nuisibles à tous.

    C’est à croire que la team Macron s’est infiltré de partout..

      +3

    Alerter
  • Sébastien // 28.03.2019 à 16h34

    Brûler son Gilet Jaune? N’est-ce pas justement une attitude un peu radicale et violente? Pour les journaleux de Rance-Info, ça passe comme une lettre à la Poste.

      +3

    Alerter
  • tom // 28.03.2019 à 16h50

    Je pense que ces gens ne se sont pas poses la question de la duree avant d’enfiler le gilet jaune.
    Ces elites nous ont exploitees depuis des siecles alors que ce mouvement n’a que 4 mois.
    Il n’y a rien sans rien et c’est ensemble que ca se gagne avec d’autres pays quand le declick se fait dans leur tete.
    Ceux qui croient que le frigo va se remplir ou en 4 mois ils verront un changement se trompent enormement, le frigo se remplira quand il y aura un nouveau systeme en place c’est ce que Mr Trump fait depuis plus de deux ans deja et avec tous les batons qu’on lui met il vient juste de prouver qu’il n’y a pas eu d’ingerance avec la Russie, mais c’est un patriote il combat le mondialisme de tout son corps alors ou est lepatriotisme francais?
    Quand une equipe gagne on ne la change pas, faire le point macaron apres 4 mois est oblige d’appeler a l’armee sans discussion avec les generaux c’est cela qui faut comprendre, il est au bout du rouleau, il ne peut pas courir le marathon c’est un coureur sous chapitaux du 60 metres et il ne lui reste que 10 metres a faire pour arriver en derniere position.

      +1

    Alerter
  • Philvar // 28.03.2019 à 16h54

    Je serai Olivier j’annoncerai avoir quitté mon site (et interdire de continuer à utiliser mon nom) car il est récupéré par les microniens. Beau travail à saluer. Mais cela ne trompe que ceux qui le veulent bien ! Moi je me désabonne !!!

      +0

    Alerter
  • Albert-Nord // 28.03.2019 à 17h16

    L’élément spectaculaire du titre de France-info ““Mon gilet jaune, je l’ai brûlé” provient d’une source non sourcée ! Un certain “John, Ardéchois de 32 ans”.
    La radio public fait parler des gens connus et sourçable et des gens avec juste un prénom, donc non traçable. Il est donc impossible de savoir qui ils sont, s’ils existent vraiment et s’il est possible de leur demander plus d’arguments.
    Lier un titre d’article à une personne non sourcé relève de l’imposture.
    “Ricardo, Normand, 23 ans : “J’ai fais le mauvais choix avec les gilets jaunes.” ”
    On peut raconter n’importe quoi avec des sources non sourçable et faire des articles au kilomètre.
    John : “la “lutte” passe désormais par la “prise d’indépendance vis-à-vis du système”. Il explique : “J’ai acheté une maison avec un grand terrain pour faire pousser des légumes, je vais construire un poulailler, élever des chèvres… Le but, c’est d’être autosuffisant pour tout ce qui est nourriture.”
    Ça pue le faut témoignage à plein nez !
    Propagande.

      +4

    Alerter
  • chris // 28.03.2019 à 22h49

    De nouvelles formes d’actions sont a imaginer.
    Revenons au départ, aux carburants, Si on ne peut pas empêcher la source de couler on peut l’empêcher de couler par des barrages organisés.
    De toute façon on en peut pas renoncer, nous sommes la première génération qui peut travailler plus de 25 ans sans jamais pouvoir terminer un mois sans découvert, dans un des pays le plus riche de la planète.
    Pourquoi une politique sociale est impossible? simplement pour faire vivre et jouir quelques privilégiés et leurs serviteurs médiatiques?
    Il faut lutter pour une politique plus sociale ou alors quoi?

      +1

    Alerter
  • Nicolas // 29.03.2019 à 00h11

    C’est ce que je pense depuis le début ce mouvement va péricliter.
    Mais attention , ce ne sera pas une fin définitive ni une bonne nouvelle , et pour personne , que ce soit pour le pouvoir ou les français.
    Ce mouvement a démarré il y a longtemps à l’aube des années 2000.
    Il y a les mouvement de 1995 car les jeunes de banlieues voulaient vivre comme tout le monde , puis il y a eu une défiance qui a commencé à s’installer doucement après la crise de 2000 , puis on a eu des manifestations de plus en plus souvent et de plus en plus violentes contre le pouvoir en place quel qu’il soit , puis on a eu les bonnets rouges , et enfin les gilets jaunes.
    Les gilets jaunes vont disparaitre oui car trop dispersés , pas d’accord commun sur un socle apolitique de propositions , modus vivendi qui ne donne rien car trop gentil , trop pacifique.
    Hé oui , Mai 68 pour prendre un exemple a été ultra violent et a duré beaucoup moins longtemps et a abouti , si on veut faire une comparaison avec un évènement comparable.
    Je rappelle que en Mai 68 , Paris a été saccagée , l’armée a été déployée , que c’est pas quelques voitures qui ont brûlé mais des dixaines.

      +1

    Alerter
    • lemoine001 // 29.03.2019 à 12h52

      Paris n’a pas été saccagé en mai 68. Les manifestations violentes n’ont concerné que le quartier latin quelques nuits. L’essentiel a été la grève générale qui a abouti aux accords de Grenelle. Sur le plan politique cela a été un échec cuisant : en juin c’est la chambre la plus à droite jamais vue qui a été élue. L’explication de ce paradoxe est dans l’effet désastreux des violences du quartier Latin complaisamment relayées par les radios.

        +1

      Alerter
      • Nicolas // 29.03.2019 à 14h52

        vous plaisantez là ???
        Il y a des les chars dans paris , des barricades en feu , des rues totalements détruites
        vous dites n’importe quoi mon pauvre

          +0

        Alerter
        • lemoine001 // 29.03.2019 à 18h01

          N’importe quoi ! Il y a eu deux ou trois barricades sur le boulevard Saint Michel. Des voitures brûlées, des arbres sciés, des pavés arrachés. Mais tout cela a fait très peu de blessés; aucune main arrachée, aucun éborgné. Le seul mort avéré s’est noyé à Flin en fin juin en tentant de traverser la Seine à la nage. Quelqu’un a reçu une grenade en pleine face. Car ce n’est qu’à cette occasion que les CRS ont tiré en tir tendu pour bien signifier que la fête était finie (les élections étaient passées avec une majorité absolue pour les parti Gaulliste – la gauche laminée !). J’en parle parce que j’y étais.

            +1

          Alerter
  • Nicolas // 29.03.2019 à 00h12

    Les gilets jaunes vont donc disparaitre et autre chose viendra , avec un autre nom mais aussi avec plus d’amertume , de ressentiment , et de violence car le pouvoir au sens large ne change et ne changera pas de cap.
    Je vais enfin donner mon humble avis sur quoi faire et quoi revendiquer.
    Le RIC , je n’y crois pas , la VI République non plus.
    Il faut déjà remettre en place la V ème République qu’on a quittée sous François Mitterrand et que ses successeurs ont lentement , à coup de lois de ci de là , fini d’achever.
    Nous ne sommes plus en V ème République depuis bien longtemps , nous sommes dans un régime oligarchique non représentatif avec des élections pour faire joli et avec un seul parti qui se donne le pouvoir de fausses élections en fausses élections.
    1 – Remettre en place la proportionnelle intégrale
    Ce n’est pas normal qu’un parti comme En Marche obtienne la majorité absolue avec 17% des votants.
    Ce n’est pas normal que la volonté du peuple ne soit pas respectée par une assemblée à l’image de son vote.
    On nous dit oui c’est pour éviter les extremes.
    Oui mais si c’est ce que veut le peuple , est ce qu’une poignée de personne peut décider à la place de 65 millions qui a le droit d’exercer ou pas le pouvoir politique en France ? Ça pour moi ce n’est pas la démocratie et pourtant je ne suis pas pour un parti d’extreme de gauche ni de droite.

      +1

    Alerter
  • Nicolas // 29.03.2019 à 00h12

    Enfin la proportionnelle intégrale est un outil démocratique du peuple , c’est un contre pouvoir qui permet à ceux qui l’exerce d’avoir peur des prochaines élections , ce qui induit qu’ils feraient donc plus attention à ne pas faire de conneries dans l’exercice du pouvoir.
    Ce contre pouvoir a été enlevé au peuple français par des prétextes fallacieux !
    2- Remettre les élections législative à mi mandat présidentiel car ceci aussi est un contre pouvoir du peuple qui a disparu.
    C’est un moyen de sanctionner le pouvoir en place gouvernemental si ce dernier exerce mal son pouvoir , déroge à son programme.
    C’est un autre moyen pour le peuple d’exercer sa souveraineté.
    Et là on peut remercier Sarkozy pour le coup …
    3- Remettre une justice vraiment indépendante du pouvoir politique et non politisée
    4- Purger les syndicats qui ressemblent depuis longtemps et qui ne s’en cachent plus à des militants politiques.
    Pourvu que celui qu’ils soutiennent lui permette de continuer leurs petites magouilles tranquillement !
    5- Rendre le CSA indépendant du pouvoir politique.

      +0

    Alerter
    • Nicolas // 29.03.2019 à 15h00

      Je voudrai ajouter ceci à propos des syndicats.
      Quand on a vu FO ou la CGT je ne sais plus , appeler ouvertement à voter Macron pendant les dernières élections , j’ai été choqué !!
      Le boulot d’un syndicat ce n’est pas d’appeler à voter untel ou untel , c’est de défendre les travailleurs mais aussi les chômeurs ( ce dont ils se moquent éperdument d’ailleurs … ).
      On comprend bien le pourquoi de cet appel , comme le fait que les journalistes aussi supportent à outrance certains candidats et pas d’autres.
      C’est un réflexe corporatiste et rien d’autre.
      Ces corporations supportent les candidats qui maintiendront le système existant et donc leurs grasses subventions et avantages , en place !
      Moi je suis certain que si Mélenchon ou Le Pen , demain , étaient en position de remporter une grande élection en France , et que si ils s’engageaient à protéger les avantages de ces corporations , que ces mêmes individus n’auraient pas d’état d’âme à les soutenir.
      C’est un vrai scandale et un symptôme patent d’un pays gravement malade.

        +0

      Alerter
  • Nicolas // 29.03.2019 à 00h13

    Le 4 ème pouvoir comme on l’appelle est non seulement soumis au pouvoir politique du moment , mais en plus il est soumis aux grandes fortunes proches du pouvoir politique car il est détenu par ces derniers.
    Il faut mettre en place des lois anti concentration et interdire à une personne ou une entreprise qui a des intérêts qui dépendent directement du pouvoir politique de posséder des médias de masse ( un exemple Niel a des fréquences attribuée par l’Etat Français c’est ce qui fait la valeur de son groupe , mais il possède aussi des médias de masse pour servir le pouvoir en place en échange … ).
    Il faut donc faire le ménage là dedans et au plus vite !

    Donc pas besoin de VI République non , ni de RIC.
    Il faut juste revenir aux bases de la Vème République qui est fonctionnelle quand elle n’est pas dévoyée par des escrocs encravatés !!!

      +0

    Alerter
    • Nicolas // 29.03.2019 à 15h06

      Ici aussi je voudrais ajouter une chose.
      Est il normal que des médias de masse qui sont subventionnés par l’argent public , appartiennent aussi à des milliardaires qui profitent donc de ces mêmes subventions ?
      Si un milliardaire s’achète un journal par exemple , c’est que donc il peut l’assumer financièrement.
      Donc ce même journal n’a plus besoin d’argent public …
      Sauf que ce n’est pas ce qui se passe.
      Des milliardaires s’achètent des journaux des télés , et en plus il n’ont pas à assumer cela financièrement car c’est nous le peuple qui assumons pour eux et pas qu’un peu.
      Une liste que tout le monde a pu voir et qui montre quel média touche quelle subventions par an circule sur internet.
      Là nous sommes dans un vrai scandale d’état que les journalistes eux mêmes se gardent bien de traiter.
      Et on retombe toujours sur les principes de Chomski à savoir que la vraie information se situe là où justement il y a un trou noir de l’information.

        +0

      Alerter
  • Titu // 29.03.2019 à 06h00

    Comme si une révolution se faisait en 3 jours, qui plus est, une révolution non financé par bhl ou les état unis. Cet artisan raconte n’importe quoi et ne pense qu’à lui. .

      +0

    Alerter
    • Nicolas // 29.03.2019 à 15h07

      Entre le soulèvement du peuple et la décapitation de Louis XVI , il s’est écoulé 4 ans en effet.
      Oui vous avez raison.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications